Numéro Zéro - Site collaboratif d'information et de luttes sur Saint Etienne et sa région
Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2048




2048
Comme six jours sur sept, à 5h du mat’, Nadia attend mornement le bio-bus qui la conduira à Châteaucreux. Le fond de l’air est froid et le soleil feignant refuse d’illuminer les barres d’immeuble décrépies de Beaulieu. La semaine dernière un bout du balcon d’une voisine s’est écroulé. Encore. Malgré les promesses successives de rénovation, la municipalité préfère serrer des mains, faire des discours grandiloquents et s’occuper du centre-ville plutôt que des gens invisibles perchés sur leur colline. De toute façon, ces gens là, ils ne votent pas.


Nadia est agente d’entretien et travaille dans les grands immeubles contemporains nouvellement végétalisés qui font face à la gare principale. Leur devanture affiche fièrement le label « éco-responsable » de la mairie « Saint-E Green pour tous ». Bien qu’à moitié remplis, les bureaux qu’abritent les immeubles nécessitent d’être passés au peigne fin pour les employés à col blanc. Cela fait quinze ans qu’elle nettoie, balaye, aspire et astique à des tarifs toujours plus bas. Le développement de la robotique-propreté a fait du mal à elle et ses collègues de boulot. Fini les grèves et les « charges patronales », le robot se tait et exécute. Pratique. Nadia monte dans le bio-bus et s’assoit sur un siège, vert.

Cinq ans auparavant, Jess, la compagne de Nadia, a perdu son travail de chauffeuse de tramways. Ces derniers sont devenus « sécurisés et innovants » ; en somme sans conductrices. La multinationale qui exploite la GreenSTAS a donc décidé de licencier les employées, devenues dorénavant obsolètes. Aujourd’hui, Jess travaille dans le quartier de la cité du Design, et sert des sandwichs bio et locaux à 10 balles pour des auto-proclamés innovateurs et designeurs de la ville de demain. Grâce à eux « une transition efficace et rapide vers la ville verte numérique sera possible ! » lit Nadia sur les hologrammes publicitaires 3D, qui lui agressent la rétine et le cerveau de bon matin.

Dans le bus, en contrebas des escaliers menant à Jean Jau, la femme observe les immeubles et les terrasses d’agriculture urbaine du quartier du Crêt de Roc. Ici, il n’y a pas de tags délavés mais uniquement un paysage urbain colorié de vert et de blanc, peuplé de familles sages à lunettes allant à l’épicerie locale ou aux potagers partagés. Certes, à 5h30 du matin il n’y a pas un chat dans les rues, mises à part les recycleuses, qui comme elle, nettoient pour les autres en se niquant la santé. Mais quand Nadia repasse en bus aux alentours de 10h du matin pour rentrer chez elle, elle voit les habitantes du quartier s’activer. Ici, tout a l’air plus beau, plus sûr, l’air sent même bon. Ici, pas de vieille bagnole diesel semi-illégale pour vous cracher à la gueule mais uniquement des trottinettes électriques silencieuses, des panneaux photovoltaïques et des mini éoliennes subventionnées pour alimenter les éco-immeubles en énergie renouvelable. À Beaulieu, on se chauffe encore au gaz quand on en a les moyens voire, en cachette, au charbon pour les fins de mois.

Face au contraste entre Beaulieu et le Crêt de Roc, Nadia se souvient de son adolescence à Tarentaize. Certes les trottoirs étaient sales, les habitants s’interpellaient en gueulant, les souris et les cafards côtoyaient parfois les humains dans les appartements, mais au moins il y avait un lien entre les gens. Aujourd’hui c’est autre chose... Dès 2024, la métropole verte stéphanoise avait décidé de démolir une partie du quartier pour « lutter contre l’insalubrité » et au nom de la mixité sociale. En vérité l’objectif était de reconstruire des logements « qualitatifs » en nombre limité pour attirer une nouvelle population plus riche, plus diplômée et surtout plus blanche dans le quartier. Le vétuste immeuble de Nadia avait alors été détruit sans prendre en compte l’avis des habitantes, et les familles avaient été dispatchées dans d’autres quartiers, loin du centre-ville.

« Cassez-vous les pauvres et les arabes, et laissez la place à la ville éco-bobo-responsable ! » aurait pu être le mot d’ordre de la mairie ironise, seule, Nadia. Face à cela, les habitantes, les associations de quartier aidées par d’autres collectifs avaient tenté d’organiser une résistance contre l’arrivée progressive de ces nouveaux « pionniers urbains ». En vain. La mairie et les promoteurs immobiliers étaient bien mieux armés juridiquement, monétairement et médiatiquement. Les habitantes mobilisées furent bientôt accusées de communautarisme, d’intolérance et même de racisme anti-blanc sur internet et dans les médias. Cependant, régulièrement dans le Nouveau Progrès, les Stéphanoises apprennent que des « voyous » s’amusent à jouer au chat et à la souris avec la police et leurs micros cachés. Pour enrayer le déplacement forcé des classes populaires, ces dits « voyous » cassent les vitrines des cafés-brunch, des bars à jus de fruit détox et autres commerces pour bobos branchés. Les éco-immeubles sont régulièrement tagués de messages tels que « colons verts », « pas de bourgeois dans nos quartiers », ou « nique ta mère » pour les plus simples. Détruire son propre quartier deviendrait la seule solution pour éviter d’être reléguée en périphérie...

Le bio-bus s’arrête et sort Nadia de ses réflexions. Elle descend et se dirige tête baissée, les mains enfoncées dans son manteau, vers l’immense immeuble rouge en face de la gare où elle travaille. Muée par un sentiment étrange, elle relève le menton en face de l’entrée. La façade écarlate est habilement recouverte d’un message de plusieurs mètres à la peinture noire : « Ma pauvreté ne peut pas se greenwasher ». La femme esquisse un sourire et rentre dans l’immeuble.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "EXPRESSION - CONTRE-CULTURE "

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Concert noise au Fau à Mézères (43)

Samedi 7 septembre : Concert Showl / Le death to mankind / Pistolets
Le Fau / Mézères au Fau, 43800 Mézères


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Le Grue Fest

Festival en Haute-Loire / noise / bouquins / techno / rap / grue /
Du 02 au 04 aou 2019 à le Fau.
Organisé par Pied-de-biche Marque-page, librairie associative mais pas que, installée dans le hameau du Fau, à Mézères, en Hot-loire.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Pied de biche marque page accueille le Cinéma Voyageur !

Cette année, la dixième tournée du cinéma voyageur passe par Pied-de-biche marque-page !
Au programme, du cinéma, un chapiteau, un écran sous les étoiles, des discussions, un bar, et bien sûr, des livres.
Tout ça dans un jardin dans le centre du hameau de Blanlhac (43800 - Rosières). On vous dit tout bientôt !


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Diophonie #6 le 26 juillet !

Soirée berbère exceptionnelle vendredi 26 juillet 2019 à 20h au 17 : folk DIY de l’Atlas à Sainté !
Radio Dio et le 17 s’associent pour vous proposer un concert rare : le Duo 100% berbère de Lahcen Akil et Imdukal’N’El Hussain Safir, deux musiciens des montagnes de l’Atlas marocain, en tournée française. Ils chantent leurs vies et leurs culture dans tout ce qu’elles ont de poétique et de politique...
Ils seront précédés du duo surprise « Vitesse et Précipitation » (violon-banjo-voix).


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

[LFP #370] Torso + Dernier Futur + Deletär

TORSO (hardcore punk / Oakland, USA) + DERNIER FUTUR (punk rock / Lyon) + DELETÄR (d-beat punk / Sainté-Lyon)
Jeudi 18 Juillet 2019 / Espace Autogéré La Gueule Noire / 20h30 / $5 + adh. prix libre


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

[LFP #369] Mar De Rabia + Bof + Collectif Mary Read

MAR DE RABIA (anarchopunk / Venezuela) + BOF (free punk / Suisse) + COLLECTIF MARY READ (anarko hip-hop vets / Saint-Étienne-Montceau-les-Mines)
Vendredi 12 Juillet 2019 / Espace Autogéré La Gueule Noire / 20h30 / $5 + adhésions. prix libre


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

« Journée Solidaire » pour la Maison Solidaire

« Journée Solidaire » au profit de l’association la Maison Solidaire, dimanche 30 juin de 14h a 19h 30 au 7 rue Courteline à Solaure ( St Etienne)


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Concert René Binamé & Les Slugs

Les fabuleux groupes de patapunk belge René Binamé & Les Slugs en concert samedi 6 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château...


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Groupe féministe de percu militantes Let’s Boum Clap

Goûter/Apéro pour se rencontrer, découvrir et jouer des percus, grignoter et passer un moment sympa // dimanche 30 juin, 18h à La Cale


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Karaoké et tombola de soutien !

C’est la fête de la musique, comme tous les ans, tu n’as pas envie de rester chez toi mais toutes les animations proposées te laissent perplexe... on a pensé à toi !
Karaoké et tombola de soutien au garage associatif « Ta caisse fuit »


Dans la thématique "URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT "

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...

Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des quatre ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es., qui, aux dires des Stéphanois.es interviewé.es pour cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

[Radio] Joie, rage et courage - Qu’est-ce qui se trame ?

Alors qu’une troisième ligne de tramway va arriver à Saint-Étienne, retour sur les choix de construction des lignes de tramway et les projets de restructuration urbaine avec la gentrification en toile de fond. Petit exemple de lutte contre les transports payants avec les mutuelles des fraudeur-euses et les actions des R.Z. en Allemagne à la fin des années 70.


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


Saint-Étienne et alentours Couac   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Le Couac n°7 est sorti !

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MEDIAS

Langue de bois, novlangue, « serenicity » : gros mensonges

Serenicity serait une super pompier qui va sauver les citoyen.nes perdu.e.s du web, Serenicity une start-up pour écouter les oiseaux avec l’aval de CNIL ? Et le Progrès serait un journal d’information ?
Sur la question des micros à Beaubrun, on nous dit n’importe quoi. Petit décryptage.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Que sont nos quartiers devenus ? » socio-histoire des grands ensembles des quartiers Sud-Est de Saint-Étienne

Rencontre à la librairie Lune et l’Autre jeudi 2 mai à 19h avec Rachid Kaddour autour de son livre « Les grands ensembles patrimoines en devenir » : une histoire des politiques urbaines et du peuplement des grands ensembles de Beaulieu/Montchovet/La Métare (PUSE).


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Sortie du Journal du carnaval 2019 : design-on l’ennemi !

Ce journal, sorti à l’occasion du carnaval de 2019, gratte pour voir ce qui se cache derrière la marque de Saint-Étienne comme capitale du design.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2,8 millions de logements inoccupés en France et Saint Etienne n’est pas en reste

A l’abri sous les flonflons de la biennale, la mairie met des dizaines de familles et personnes à la rue. Alors que partout en France le nombre de logements vides augmente et que selon une récente étude de L’INSEE, il y a environ 13 000 logements vides à Saint-Étienne, comment le maire Pedriau peut-il encore défendre une « ville inclusive » ?
Retour en chiffres sur la soi-disant crise du logement en France et à Saint-Étienne en particulier.


A la une...

CAPITALISME - GLOBALISATION
G7-EZ – C’est parti !!  

En direct-live du contre-sommet à Hendaye, des reporters des sites MUTU proposent chaque jour quelques nouvelles en photos et/ou récits du contre-sommet.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Diophonie #7 le 25 août !  

La 7e Diophonie se tiendra le dimanche 25 août 2019, à partir de midi jusqu’au soir, aux Guinguettes de Couriot !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Code du policier de l’espace à Saint-Étienne  

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7 à Biarritz : programme du contre-sommet et des mobilisations  

Le sommet du G7, qui réunit les chefs des sept États parmi les plus riches de la planète, se tient à Biarritz du 24 au 26 août, sous la présidence de la France. Plusieurs évènements sont organisés contre cette réunion : des manifestations et rassemblements les 24 et 25 août ainsi qu’un contre-sommet et un village des alternatives du 21 au 23 août.


MEMOIRE
Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté  

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Les EPHAD à Sainté : pris pour des CPOM  

Face à des conditions de travail très dégradées et une impossibilité de s’occuper décemment des résident.e.s, des personnels des Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) stéphanois tentent d’alerter les habitant.e.s et la municipalité. Celle-ci, non contente de rester sourde à leurs appels, les empêche d’exercer leur droit de grève. Laisser crever et faire crever. Un article du Couac paru au printemps 2018.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Ville, métropole et design : qui S.E.M le vent...  

« Il convient de maîtriser l’image de la cité, de la même manière qu’on joue sur celle d’une entreprise pour influer sur sa cotation en bourse. »
Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019 sur notre métropole stéphanoise et le recours au design comme instrument de transformation de la ville.


DROITS SOCIAUX - SANTE
HP : contention et contentieux  

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Gentrifier Sainté ?  

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...


DROITS SOCIAUX - SANTE
L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?  

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


REPRESSION - PRISON
[Lyon] Après la victoire de l’Algérie à la CAN le 19 juillet, la préfecture et les flics font la fête à leur manière  

Alors qu’à Sainté la place Jean Jaurès s’est retrouvée sous les gaz et que la Police concocte tranquillement quelques 400 procès verbaux pour des "infractions au code de la route", à Lyon une fois de plus, les festivités qui suivirent la victoire de l’équipe nationale d’Algérie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ont été réprimées avec violence par les forces de « l’ordre ». Comme le dimanche 7, le jeudi 11 et le dimanche 14 juillet, la détermination policière à restaurer l’ordre républicain et post-colonial a transformé une fête en vaste foire aux gazs lacrymogènes, aux coups de matraque, aux tirs de LBD et même au tir de canon à eau.


REPRESSION - PRISON
Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne  

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Bure : Le bois Lejuc est réoccupé !  

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le 18 juillet à 14h. De nombreuses personnes ont réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au nucléaire et à son monde, industriel, colonial, militaire. Les forces policières qui occupaient jusque là ce lieu stratégique et protégeaient les intérêts de l’Andra ont été contraintes de quitter les lieux. Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt.


LOGEMENT - SQUAT
Nouvelle édition du « squat de A à Z »  

La fameuse brochure écrite en 1999 et régulièrement mise à jour est LE texte de référence pour qui veut participer à l’ouverture de squats en France. Il vient d’être mis à jour pour intégrer notamment les nouveaux textes de loi français.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES
Rencontre avec des membres actifs de l’amicale du Crêt de Roch  

Dimanche 14 juillet a lieu le Bal populaire du Crêt de Roch, organisé par l’association d’éducation populaire Les cris du quartier, en lien avec l’Amicale Laïque du Crêt de Roch. Entretien avec deux membres actifs de ces deux collectifs, publié dans le journal du carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.


MEMOIRE
Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


DROITS SOCIAUX - SANTE
La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne  

Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Avant l’été, communiqué du collectif des occupant’es de la Bourse et après  

Trois mois après le début de la mobilisation pour venir en soutien aux migrant’es sans logement, le collectif fait le point sur la situation en ce début d’été.