Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Aberration ordinaire : un proprio engage des « gros bras » pour expulser un squat




Ce matin – jeudi 29 novembre – les habitant.e.s du 13 boulevard Jules Janin (squat dans lequel vivent des personnes exilées) ont subi une agression. Trois hommes, après avoir forcé la porte d’entrée de l’immeuble, ont en effet pénétré dans le bâtiment prétextant des travaux à effectuer sur ordre du propriétaire. Ils en ont profité pour visiter les différentes pièces et dérober au moins un téléphone portable aux occupant.e.s. Ils en ont profité pour visiter les différentes pièces et dérober au moins un téléphone portable aux occupant.e.s. Les habitant.e.s, se sentant menacé.e.s, ont alors appelé la police ainsi que quelques proches et voisin.e.s. Une cinquantaine de personnes sont venues exprimer leur soutien tout en tentant de comprendre et de démêler le déroulé de la matinée.


« J’arrive à bien constater malgré mon métier »

Une fois la police sur place, les trois hommes (qu’on appellera ici les "gros bras") ont avancé des raisons floues et approximatives quant à leur présence sur les lieux. La police nationale a constaté la dégradation sur la porte d’entrée (difficile de faire autrement elle était complètement hors de ses gonds), a écouté les gros bras, aurait relevé leurs identités et les a laissés repartir sans véritablement les inquiéter. Ne pipant pas mot sur le portable volé et invitant les habitant.e.s et soutiens à « contacter [leur] avocat pour déposer plainte », les trois flics ne semblaient pas accorder une grande importance à ce que les occupant.e.s du 13 venaient de subir. Attendant « les ordres » pour la suite et ne voulant surtout pas « prendre parti » le trio national s’est alors montré fervent défenseur de la loi, de la veuve, de l’orphelin et du propriétaire, surtout du propriétaire. Avançant les désagréments que l’occupation causait à ce dernier, les trois brigadiers se sont superbement illustrés dans la simplification de situations complexes et indignes. D’abord, pour entamer cet échange interminable, les soutiens en présence ont eu le droit à l’habituelle rengaine : « pourquoi vous n’hébergez pas les habitant.e.s de l’immeuble chez vous plutôt que de causer du tort chez les autres ? ». Aux tentatives de réponses avançant la force, la solidarité et l’intelligence collective, le trio national a alors pointé les manquements de l’État tout en s’étonnant que « certains citoyens s’y substituaient ». Enfin, niant la complexité du droit et des procédures de demande d’asile et méconnaissant totalement les imbroglio juridiques, le même trio - tout en empêchant l’accès à l’immeuble et en ponctuant l’échange de phrases mémorables - a alors reçu « les ordres ».

« Vous savez, c’est la logique police »

La situation a ensuite pris une autre coloration. Les gros bras ont regagné leurs véhicules ornés de gilets jaunes sur le pare-brise. L’agression et la violation de domicile ont été reléguées au second plan. Ce qui importait maintenant c’était « la stabilité et la salubrité » de l’immeuble. Magnifique pirouette.

Les pompiers, au nombre de deux, ont été appelés ainsi que le service santé publique de la municipalité, représenté par deux femmes. La police municipale est arrivée en renfort, en trio également. Après une visite de l’immeuble d’une trentaine de minutes, interdite aux habitant.e.s et soutiens en raison du danger (c’est ça « la logique police »), la délégation est sortie et s’apprêtait à quitter les lieux sans même livrer les constats et conclusions aux premier.e.s concerné.e.s. Mépris quand tu nous tiens. Les personnes encore présentes sur place ont quand même obtenu quelques bribes d’informations. Ces dernières, éparpillées et échappant à toute logique, les ont laissées coites ... L’interrogation principale s’est alors portée sur la stratégie politique et la possibilité – ou non - pour la Métropole de prendre un « arrêté de péril imminent ». Cette mesure permet entre autres une expulsion immédiate même en pleine trêve hivernale…

Concernant le bâtiment, les conclusions des pompiers et des représentantes du service de santé publique sont les suivantes :
- le bâtiment est stable,
- la toiture est douteuse,
- la « sécurité des personnes » n’est pas assurée en raison du risque d’incendie et d’intoxication au monoxyde de carbone,
- la décision concernant l’arrêté de péril imminent sera prise dans une semaine.

Les habitant.e.s peuvent rester dans l’immeuble jusqu’au milieu de la semaine prochaine mais sans utiliser de réchauds à gaz ou de chauffages à pétrole. L’électricité ayant été coupée il y a plusieurs jours, leur quotidien s’annonce difficile. D’ici-là, c’est-à-dire d’ici une possible expulsion, le service santé publique veillera au grain en « venant régulièrement ». Mais, « [n’étant] pas travailleuses sociales » les deux techniciennes de la mairie n’ont rien dit ou assuré quant à un relogement digne de ce nom. Elles ont avancé « des places dans un foyer » sans aucune garantie …
Précisons en outre qu’il n’y a pas d’action en justice intentée sur ce bâtiment.

Les gros bras

Toutes ces préoccupations administratives ne doivent pas faire perdre de vue la violence de ce qu’il s’est passé. Ce qui a eu lieu c’est une tentative d’expulsion illégale. Les habitant.e.s ont appelé leurs soutiens en panique. Des personnes venaient de défoncer leur porte et s’introduisaient dans les pièces de vie sous d’obscurs prétextes. Ils se sont montrés très intimidants avec elleux. Des insultes ont été proférées à l’encontre des habitant.e.s et un téléphone leur a été dérobé. Sur place, les gros bras étaient agressifs et menaçants. Ils se disaient envoyés par le propriétaire (pour entamer des travaux ? Sans outils...) et brandissaient un papier bidon qui les aurait mandatés pour on ne sait quoi. Même les flics ont constaté leur violence et en ont contrôlé au moins un.

Les personnes présentes au rassemblement sont claires, les gros bras étaient organisés : en plus des trois hommes, un type est resté à distance, il est juste venu donner un ordre avant de disparaître. Un autre type est arrivé en scooter et a suivi la scène tout le long. Il est resté casqué. Le gros bras en chef s’éloignait de temps temps, passait des coups de téléphone (au proprio ?).

Les délits des gros bras ont été complètement enterrés par les bleus mais déposer plainte est quand même possible.

« Du courage, de la résistance, on est ensemble »

Difficile de comprendre ce qui s’est joué ce matin au 13 boulevard Jules Janin. D’une intrusion violente et intimidante, la situation a évolué vers une possible expulsion en raison du risque d’incendie et d’intoxication. La vigilance est donc déployée avec et autour des occupant.e.s de l’immeuble. Ces dernier.e.s n’envisagent pas de quitter les lieux sans de réelles propositions de relogement.

Rendez-vous est donné demain, vendredi 30 novembre, à 18h30 à l’Amicale Laïque du Crêt-de-Roc pour échanger, envisager et s’organiser ensemble pour que personne ne dorme à la rue.

Des garagnat.e.s solidaires


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours La dérive   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Repas de soutien Maison solidaire

La Maison solidaire est un lieu d’accueil et de soutien pour les jeunes migrants mineurs isolés, arrivant à Saint-Étienne. L’association ne reçoit pas de subventions et ne vit que de dons privés.
Dimanche 25 novembre - 12 h à La Dérive



National   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Soutien et procès des 3 + 4 de Briançon

Jeudi 8 novembre, 7 militant.es seront jugé.es à Gap pour « aide au passage en bande organisée », encourant jusqu’à 10 ans de prison. Au-delà de ces personnes, ce sont les solidarités à la frontières que l’État cherche à briser et à criminaliser.



International   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soutien aux migrant.e.s dans les Alpes : deux expulsions de lieux solidaires en moins d’une semaine

Le mercredi 10 octobre à 8 heures, le squat refuge « Chez Jésus » a été violemment expulsé par la police italienne. Ce refuge autogéré perché à plus de 2000m d’altitude, à 500 mètres de la police aux frontières italienne, accueillait les migrant·es qui voulaient venir en France. Hier matin, c’est la maison Cézanne de Gap qui était expulsée, laissant à la rue 17 personnes.



Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Concert LFP / Clapier en soutien au collectif Descours

La France Pue organise avec le Clapier un concert le dimanche 21 octobre en soutien au collectif Descours et des Logis.



Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Formation : « Elèves sans toit, sans papiers, comment agir dans son école, son collège ou son lycée ? », Lyon, 15-16 novembre

Formation intersyndicale ouverte à toutes celles et tous ceux qui veulent savoir comment mettre en place un comité de soutien dans leur établissement en échangeant avec des associations ou collectifs militants (Jamais Sans toit, RESF, C.L.A.S.S.E.S,...), à Lyon, les jeudi 15 et vendredi 16 novembre.



A Lire ailleurs   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

— - The Guinguette is Back --- 2nd édition

Après une première édition très réussie et appréciée le 15 septembre, préparez-vous pour la 2nd édition !



Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

concert de rap en soutien à une famille congolaise réfugiée politique

concert de rap en soutien à une famille congolaise réfugiée politique



A Lire ailleurs   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Camping itinérant PASSAMONTAGNA Du 19 au 23 septembre 2018

Cinq jours pour partager des réflexions, expériences et pratiques de lutte contre les frontières et les États qui les ont créées.
Le dispositif frontalier est beaucoup plus qu’une ligne imaginaire. C’est un système de contrôle qui sélectionne et divise, qui s’ouvre et se ferme selon les nécessités économiques et politiques.



Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Rentrée du collectif Descours et des Logis

Le collectif de soutien aux personnes en situation administrative irrégulière à Saint-Étienne, Descours et des Logis, reprend ses permanences le jeudi 30 août 2018. Tout coup de main, matériel ou humain, est bievenu !



Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

8-9 août : collecte de nourriture en soutien aux exilé.e.s de la vallée de la Roya

Encore beaucoup d’arrivant.e.s dans la vallée de la Roya cet été, il y a un grand besoin d’aide sur place et de ravitaillement de nourriture ! Une collecte aura donc lieu à Saint-Étienne afin de ravitailler les cantines solidaires de la vallée.
#délitdesolidarité #collombenpls



A Lire ailleurs   CONSOMMATION - GLOBALISATION / LOGEMENT - SQUAT

Airbnb arrête le business dans les colonies illégales israëliennes

Décision d’Airbnb de quitter les colonies illégales d’Israël : une victoire partielle pour les droits humains et contre l’impunité.



National   LOGEMENT - SQUAT

Squats et Loi Elan, une mise au point

Petite mise au point sur la Loi Elan qui nous pend au nez.
Elle entraine de multiples modifications dégueulasses sur la question du logement dont une sur les squats.



Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Le squat de lutte cévenole « La Borie » sera expulsable à la fin de l’été, appel à soutien !

Berceau d’une lutte mémorable dans les Cévennes contre un grand projet de barrage dans les années 80, ce lieu d’habitation et d’expériences politiques sera expulsable à partir du mois d’Août, rappel historique et appel à soutien.



Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Rendu du procès du 14 juin pour une ouverture de squat

Le 14 juin dernier, de nombreuses personnes se sont rassemblées pour soutenir 5 personnes en procès inculpées suite à une tentative d’ouverture d’un squat. Les familles roumaines sont toujours à la rue avec des enfants en bas âge. Le délibéré sera rendu le jeudi 5 juillet à 13h30 au palais de justice de Saint-Étienne, tous celles et ceux qui le souhaitent, peuvent venir.



Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Saint-Étienne : Privilégier l’image ou la vie des habitant-es ?

Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala sont enseignantes-chercheuses à Saint-Étienne. Dans un récent article, elles décryptent les discours tenus sur la ville. Un premier, misérabiliste, insiste sur le dépeuplement et la pauvreté ; un second, à l’opposé, dépeint une métropole innovante et attractive. Un autre discours, qui ne chercherait ni à stigmatiser Saint-Étienne ni à en faire un produit à vendre, reste à imaginer. Rencontre.



Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Ruines vs buildings

« Châteaucreux, quartier d’affaires » disaient-ils déjà il y a 15 ans… Habitant près de la gare, je me demande encore de quel chapeau est sortie cette idée bien cocasse. Au Crêt-de-Roc, 30 à 40 % du bâti est vacant. À Saint-Étienne, ce pourcentage avoisine en moyenne les 20 % soit environ 10 000 logements vacants. À côté de ça, l’EPASE continue de lancer des chantiers de construction de studios, d’appartements, d’hôtels grand standing. À qui la faute ? Cet article propose de survoler les acteurs de l’immobilier à Sainté.



National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / LOGEMENT - SQUAT

Puy en Velay : ne laissons pas seuls les macronistes

Mercredi 30 mai 2018, le comité local de la République en Marche de Haute-Loire (#LREM43), faisait le bilan de “l’an 1 de Macron et de LREM” dans le café Le Majestic du Puy en Velay. Des individus s’y sont rendus afin de perturber cette petite sauterie et rendre hommage à Maxime, mutilé sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.



A Lire ailleurs   LOGEMENT - SQUAT

Guide pratique d’autodéfense à destination des personnes menacées d’expulsions de leurs lieux de vie

Après plusieurs mois de rencontres, d’échanges, de recherches et d’ateliers entre des personnes directement concernées par les mesures de délogement, le Collectif Anti-expulsions Lille présente sa brochure d’autodéfense et d’actions collective face aux expulsions, quelle que soit sa manière d’habiter : occupations de terrains, locations, squats, résidences étudiantes…



Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / REPRESSION - PRISON

Procès de 5 personnes poursuivies suite à la tentative d’ouverture d’un immeuble à Saint-Étienne

Appel à mobilisation le 14 juin à 12h30 Tribunal de Saint-Étienne pour le procès de 5 personnes poursuivies suite à la tentative d’ouverture d’un immeuble à Saint-Étienne.



National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / LOGEMENT - SQUAT

Rassemblement de soutien à Notre Dame des Landes

Les expulsions ont repris ce matin à la ZAD de Notre Dame des Landes, soyons nombreux et nombreuses à affirmer notre opposition à cette politique de la terre brûlée.



A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Gilet jaune acte V : tout Sainté ou rien. Récit subjectif de la manif du 15 décembre  

15 Décembre 2018 : un samedi festif et revendicatif.
Récit subjectif de quelques personnes ayant vécues l’acte V stéphanois, du rond-point de Monthieu au Soleil, via jules Janin.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe  

Un gouvernement qui ne parvient pas à écraser un mouvement de contestation dans l’œuf dispose de plusieurs outils pour le circonscrire et l’étouffer s’il menace de tenir, voire de s’étendre. Au bout de cette chaîne répressive, il y a les tribunaux. Récits de quelques audiences de gilets jaunes et quelques conseils pour mieux faire face à la Justice par l’équipe du journal l’Envolée.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Les « 7 de Briançon » ont été condamnés  

En avril, les « 7 de Briançon » avaient manifesté contre des militants d’extrême droite venus chasser les migrants à la frontière franco-italienne. Accusés d’avoir aidé des exilés à pénétrer en France, ils viennent d’être condamnés à des peines de prison.


LOGEMENT - SQUAT
Alerte expulsion - Appel à soutien  

Depuis plusieurs mois la police harcèle les habitant-e-s de la maison bleue, squat de migrant-e-s. La pression s’intensifie, l’expulsion est imminente. Ils et elles ont besoin de soutien.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Oulx : un nouveau refuge autogéré s’ouvre  

Ce dimanche 9 décembre a été ouverte la CASA CANTONIERA à Oulx, un bâtiment vide et inutilisé depuis des décennies. À partir d’aujourd’hui, il s’agit de lui redonner vie : contre les frontières et le dispositif qui les soutient et les détermine. Contre le Décret Salvini et sa politique de répression et de guerre aux pauvres. Pour un monde où tous.tes puissent choisir où et comment vivre.


MOBILISATIONS - LUTTES
SORTEZ COUVERT-E-S  

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... Réduisons les risques !
Quelques conseils et un contact.


EXPLOITATION ANIMALE
6 mois de prison requis contre deux activistes antispécistes : récit d’un procès et appel à la mobilisation  

Le procès de 7 activistes ayant bloqué l’abattoir de Roanne le 5 février 2018 eu lieu le 19 Novembre. Le procureur a requis 6 mois de prison ferme contre les deux fondateurices de l’association 269 Libération Animale. Illes sont accusé.e.s d’être les « complices instigateur.e.s » de l’action. Ce texte est un récit du procès en terre spéciste, entre légitimation de la violence sur les autres animaux, et analogie entre activisme et terrorisme.


GENRE - FEMINISME
L’expo moisie du MAMC : 24h de la vie d’une bonniche décorative  

Du 1er décembre au 22 septembre 2019, le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne accueille l’exposition (navrante) 24 heures de la vie d’une femme. Retour de deux individu.e.s, après un bout de dimanche passé entre colère et sidération.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
« Désinvestissez des entreprises qui profitent de la colonisation israélienne » : le message de militant.e.s stéphanois.e.s à AXA  

Lundi, de 16 heures à 18 heures, les militants des droits des palestiniens se sont rassemblés devant une agence franchisée AXA de Saint-Étienne. Ils ont sensibilisé passants et clients sur les investissements problématiques de la maison mère dans des entreprises qui profitent de la colonisation israélienne. Cette mobilisation se fait dans le cadre de la campagne internationale de désinvestissement menée par le BDS et qui a pour objectif d’instaurer une pression croissante sur l’État hébreu jusqu’au rétablissement intégral des droits des palestiniens.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
#Revanche Lycéenne : semaine du 10 au 14 décembre  

Nouvelle semaine de blocages et manif lycéennes déjà ce lundi matin dans les rues de Sainté. la semaine démarre comme elle avait fini : sous les gaz... (Article mis à jour tout au long de la semaine)


MOBILISATIONS - LUTTES
Mouvement des gilets jaunes : sommaire des articles publiés sur notre site  

Nous recenserons dans cet article toutes les publications que nous avons reçues à propos des gilets jaunes. Continuons à abreuver le site d’analyses critiques et de récits enthousiasmants de ce mouvement ! (Article mis à jour).


REPRESSION - PRISON
Des nouvelles de Loïc Citation - G20 de Hambourg  

Loïc Citation, militant contre les grands projets inutiles à Bure et ailleurs, fait partie des personnes ayant subi une violente répression depuis des années. Il est actuellement emprisonné en Allemagne, soupçonné d’avoir participé au contre-sommet du G20 à Hambourg. Un procès fleuve contre les activistes de ce contre-sommet s’ouvre le 18 décembre.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Etudiants étrangers et université Saint-Étienne – Lyon : l’excellence de l’exclusion  

Lundi 19 novembre, Edouard Philippe annonçait que les droits d’inscription des nouveaux étudiants extra-européens seraient élevés 3 000 euros environ par mois, soit une multiplication par 16. Quelques jours auparavant, des représentants de l’Université de Lyon – dans laquelle l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne va être dissoute au 1er janvier 2020 – faisaient preuve de moins de scrupules encore : l’objectif est de porter ces frais à 4 500 euros. Cette hausse a vocation à s’étendre à tous.