Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Aberration ordinaire : un proprio engage des « gros bras » pour expulser un squat




Ce matin – jeudi 29 novembre – les habitant.e.s du 13 boulevard Jules Janin (squat dans lequel vivent des personnes exilées) ont subi une agression. Trois hommes, après avoir forcé la porte d’entrée de l’immeuble, ont en effet pénétré dans le bâtiment prétextant des travaux à effectuer sur ordre du propriétaire. Ils en ont profité pour visiter les différentes pièces et dérober au moins un téléphone portable aux occupant.e.s. Ils en ont profité pour visiter les différentes pièces et dérober au moins un téléphone portable aux occupant.e.s. Les habitant.e.s, se sentant menacé.e.s, ont alors appelé la police ainsi que quelques proches et voisin.e.s. Une cinquantaine de personnes sont venues exprimer leur soutien tout en tentant de comprendre et de démêler le déroulé de la matinée.


« J’arrive à bien constater malgré mon métier »

Une fois la police sur place, les trois hommes (qu’on appellera ici les "gros bras") ont avancé des raisons floues et approximatives quant à leur présence sur les lieux. La police nationale a constaté la dégradation sur la porte d’entrée (difficile de faire autrement elle était complètement hors de ses gonds), a écouté les gros bras, aurait relevé leurs identités et les a laissés repartir sans véritablement les inquiéter. Ne pipant pas mot sur le portable volé et invitant les habitant.e.s et soutiens à « contacter [leur] avocat pour déposer plainte », les trois flics ne semblaient pas accorder une grande importance à ce que les occupant.e.s du 13 venaient de subir. Attendant « les ordres » pour la suite et ne voulant surtout pas « prendre parti » le trio national s’est alors montré fervent défenseur de la loi, de la veuve, de l’orphelin et du propriétaire, surtout du propriétaire. Avançant les désagréments que l’occupation causait à ce dernier, les trois brigadiers se sont superbement illustrés dans la simplification de situations complexes et indignes. D’abord, pour entamer cet échange interminable, les soutiens en présence ont eu le droit à l’habituelle rengaine : « pourquoi vous n’hébergez pas les habitant.e.s de l’immeuble chez vous plutôt que de causer du tort chez les autres ? ». Aux tentatives de réponses avançant la force, la solidarité et l’intelligence collective, le trio national a alors pointé les manquements de l’État tout en s’étonnant que « certains citoyens s’y substituaient ». Enfin, niant la complexité du droit et des procédures de demande d’asile et méconnaissant totalement les imbroglio juridiques, le même trio - tout en empêchant l’accès à l’immeuble et en ponctuant l’échange de phrases mémorables - a alors reçu « les ordres ».

« Vous savez, c’est la logique police »

La situation a ensuite pris une autre coloration. Les gros bras ont regagné leurs véhicules ornés de gilets jaunes sur le pare-brise. L’agression et la violation de domicile ont été reléguées au second plan. Ce qui importait maintenant c’était « la stabilité et la salubrité » de l’immeuble. Magnifique pirouette.

Les pompiers, au nombre de deux, ont été appelés ainsi que le service santé publique de la municipalité, représenté par deux femmes. La police municipale est arrivée en renfort, en trio également. Après une visite de l’immeuble d’une trentaine de minutes, interdite aux habitant.e.s et soutiens en raison du danger (c’est ça « la logique police »), la délégation est sortie et s’apprêtait à quitter les lieux sans même livrer les constats et conclusions aux premier.e.s concerné.e.s. Mépris quand tu nous tiens. Les personnes encore présentes sur place ont quand même obtenu quelques bribes d’informations. Ces dernières, éparpillées et échappant à toute logique, les ont laissées coites ... L’interrogation principale s’est alors portée sur la stratégie politique et la possibilité – ou non - pour la Métropole de prendre un « arrêté de péril imminent ». Cette mesure permet entre autres une expulsion immédiate même en pleine trêve hivernale…

Concernant le bâtiment, les conclusions des pompiers et des représentantes du service de santé publique sont les suivantes :
- le bâtiment est stable,
- la toiture est douteuse,
- la « sécurité des personnes » n’est pas assurée en raison du risque d’incendie et d’intoxication au monoxyde de carbone,
- la décision concernant l’arrêté de péril imminent sera prise dans une semaine.

Les habitant.e.s peuvent rester dans l’immeuble jusqu’au milieu de la semaine prochaine mais sans utiliser de réchauds à gaz ou de chauffages à pétrole. L’électricité ayant été coupée il y a plusieurs jours, leur quotidien s’annonce difficile. D’ici-là, c’est-à-dire d’ici une possible expulsion, le service santé publique veillera au grain en « venant régulièrement ». Mais, « [n’étant] pas travailleuses sociales » les deux techniciennes de la mairie n’ont rien dit ou assuré quant à un relogement digne de ce nom. Elles ont avancé « des places dans un foyer » sans aucune garantie …
Précisons en outre qu’il n’y a pas d’action en justice intentée sur ce bâtiment.

Les gros bras

Toutes ces préoccupations administratives ne doivent pas faire perdre de vue la violence de ce qu’il s’est passé. Ce qui a eu lieu c’est une tentative d’expulsion illégale. Les habitant.e.s ont appelé leurs soutiens en panique. Des personnes venaient de défoncer leur porte et s’introduisaient dans les pièces de vie sous d’obscurs prétextes. Ils se sont montrés très intimidants avec elleux. Des insultes ont été proférées à l’encontre des habitant.e.s et un téléphone leur a été dérobé. Sur place, les gros bras étaient agressifs et menaçants. Ils se disaient envoyés par le propriétaire (pour entamer des travaux ? Sans outils...) et brandissaient un papier bidon qui les aurait mandatés pour on ne sait quoi. Même les flics ont constaté leur violence et en ont contrôlé au moins un.

Les personnes présentes au rassemblement sont claires, les gros bras étaient organisés : en plus des trois hommes, un type est resté à distance, il est juste venu donner un ordre avant de disparaître. Un autre type est arrivé en scooter et a suivi la scène tout le long. Il est resté casqué. Le gros bras en chef s’éloignait de temps temps, passait des coups de téléphone (au proprio ?).

Les délits des gros bras ont été complètement enterrés par les bleus mais déposer plainte est quand même possible.

« Du courage, de la résistance, on est ensemble »

Difficile de comprendre ce qui s’est joué ce matin au 13 boulevard Jules Janin. D’une intrusion violente et intimidante, la situation a évolué vers une possible expulsion en raison du risque d’incendie et d’intoxication. La vigilance est donc déployée avec et autour des occupant.e.s de l’immeuble. Ces dernier.e.s n’envisagent pas de quitter les lieux sans de réelles propositions de relogement.

Rendez-vous est donné demain, vendredi 30 novembre, à 18h30 à l’Amicale Laïque du Crêt-de-Roc pour échanger, envisager et s’organiser ensemble pour que personne ne dorme à la rue.

Des garagnat.e.s solidaires



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "MIGRATIONS - SANS-PAPIERS "

Informations globales   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Les « 7 de Briançon » ont été condamnés

En avril, les « 7 de Briançon » avaient manifesté contre des militants d’extrême droite venus chasser les migrants à la frontière franco-italienne. Accusés d’avoir aidé des exilés à pénétrer en France, ils viennent d’être condamnés à des peines de prison.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Alerte expulsion - Appel à soutien

Depuis plusieurs mois la police harcèle les habitant-e-s de la maison bleue, squat de migrant-e-s. La pression s’intensifie, l’expulsion est imminente. Ils et elles ont besoin de soutien.

Mise à jour :


Informations globales   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Oulx : un nouveau refuge autogéré s’ouvre

Ce dimanche 9 décembre a été ouverte la CASA CANTONIERA à Oulx, un bâtiment vide et inutilisé depuis des décennies. À partir d’aujourd’hui, il s’agit de lui redonner vie : contre les frontières et le dispositif qui les soutient et les détermine. Contre le Décret Salvini et sa politique de répression et de guerre aux pauvres. Pour un monde où tous.tes puissent choisir où et comment vivre.


Saint-Étienne et alentours La dérive   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Repas de soutien Maison solidaire

La Maison solidaire est un lieu d’accueil et de soutien pour les jeunes migrants mineurs isolés, arrivant à Saint-Étienne. L’association ne reçoit pas de subventions et ne vit que de dons privés.
Dimanche 25 novembre - 12 h à La Dérive


Informations globales   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Soutien et procès des 3 + 4 de Briançon

Jeudi 8 novembre, 7 militant.es seront jugé.es à Gap pour « aide au passage en bande organisée », encourant jusqu’à 10 ans de prison. Au-delà de ces personnes, ce sont les solidarités à la frontières que l’État cherche à briser et à criminaliser.


Informations globales   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soutien aux migrant.e.s dans les Alpes : deux expulsions de lieux solidaires en moins d’une semaine

Le mercredi 10 octobre à 8 heures, le squat refuge « Chez Jésus » a été violemment expulsé par la police italienne. Ce refuge autogéré perché à plus de 2000m d’altitude, à 500 mètres de la police aux frontières italienne, accueillait les migrant·es qui voulaient venir en France. Hier matin, c’est la maison Cézanne de Gap qui était expulsée, laissant à la rue 17 personnes.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Concert LFP / Clapier en soutien au collectif Descours

La France Pue organise avec le Clapier un concert le dimanche 21 octobre en soutien au collectif Descours et des Logis.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Formation : « Elèves sans toit, sans papiers, comment agir dans son école, son collège ou son lycée ? », Lyon, 15-16 novembre

Formation intersyndicale ouverte à toutes celles et tous ceux qui veulent savoir comment mettre en place un comité de soutien dans leur établissement en échangeant avec des associations ou collectifs militants (Jamais Sans toit, RESF, C.L.A.S.S.E.S,...), à Lyon, les jeudi 15 et vendredi 16 novembre.


Informations globales   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

— - The Guinguette is Back --- 2d édition

Après une première édition très réussie et appréciée le 15 septembre, préparez-vous pour la 2d édition !


Dans la thématique "LOGEMENT - SQUAT "

Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Occupation de la Bourse du travail par des personnes sans hébergement et leurs soutiens

Suite à la fin de fin de la trêve hivernale et l’expulsion violente de squats de migrant·es, de nombreuses personnes (dont des personnes malades et des enfants en bas âge) sont aujourd’hui sans aucune solution de relogement. Face à cette situation insupportable, une poignée d’associatifs et de citoyen·nes mobilisé·es ont décidé d’occuper la Bourse du travail de Saint-Étienne ce lundi 1er avril.
Retrouvez dans cet article tous les textes qui ont été publié sur notre site

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

[Brève] Flics et riverain.es contre une occupation

Suite aux expulsions (fin de la trêve hivernale) et face au nombre de personnes, familles, enfants qui se retrouvent démunis et à la rue, des militant.e.s et membres d’associations ont tenté de réquisitionner dans l’urgence un bâtiment vide depuis des années au 36, rue des Armuriers à Saint-Étienne ce 27 mars.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2,8 millions de logements inoccupés en France et Saint Etienne n’est pas en reste

A l’abri sous les flonflons de la biennale, la mairie met des dizaines de familles et personnes à la rue. Alors que partout en France le nombre de logements vides augmente et que selon une récente étude de L’INSEE, il y a environ 13 000 logements vides à Saint-Étienne, comment le maire Pedriau peut-il encore défendre une « ville inclusive » ?
Retour en chiffres sur la soi-disant crise du logement en France et à Saint-Étienne en particulier.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Saint-Étienne, Monsieur le Préfet de la Loire et au-delà

Nous étions, ce mercredi soir, quelques dizaines de citoyens soutenant la cause des migrants et personnes sans domicile fixe à vouloir interpeller, lors de l’inauguration de la Biennale du design, nos responsables politiques et administratifs, sur les menaces d’expulsions pesant sur quelques squats de notre ville, ainsi que sur notre inquiétude de voir mises à la rue de nombreuses personnes et familles à la fin de la trêve hivernale.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / DROITS SOCIAUX - SANTE

Me, you, nous... et eux ? Petits fours et expulsion

Ce mercredi 20 mars, une vingtaine de personnes ont fait irruption à l’inauguration de la Biennale de design de Saint Etienne pour dénoncer la mise à la rue de dizaines de personnes par les pouvoirs publics.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / LOGEMENT - SQUAT

Soirée de soutien pour aider au logement de familles en difficulté

Les collectifs LPE et Entre-Aide Toit organisent une nouvelle soirée de soutien le vendredi 5 avril 2019 à partir de 19h30 à la Gueule Noire, pour aider au logement de familles en difficulté.


Informations globales   DISCRIMINATIONS - RACISME / LOGEMENT - SQUAT

[Info Gisti] Expulsions de terrain et de squat - sans titre mais pas sans droits

Voici une brochure qui répond à nombre de nos questions sur le squat et les expulsions !
2e édition, Fondation Abbé Pierre / Gisti / Romeurope


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Repas solidaire à une famille dans le besoin

Arnold, Irina et leurs 3 enfants (6 et 8 ans) sont en France depuis trois ans et ont quitté la Russie où ils vivaient sous menaces de mort. Aujourd’hui déboutée du droit d’asile et en procédure pour qu’Arnold soit reconnu étranger malade, la famille n’a accès ni aux droits sociaux ni aux aides au logement.
Nous organisons un repas solidaire à prix libre samedi 16 mars 2019 pour aider à financer le loyer de l’appartement et toutes les charges qui sont liées.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soutien à la Maison Solidaire !

Appel à soutien de la Maison Solidaire de Saint-Étienne : recherche urgente d’hébergements et appel aux dons et au bénévolat pour le fonctionnement de l’association qui aide les personnes en exils et/ou à la rue dans l’accompagnement auprès de structures d’insertion, l’accompagnement juridique, l’hébergement, l’aide au récit, à l’alimentation, cours de français, habillement, etc.


Dans la thématique "MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019- ....) "

Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Communiqué du Collectif de soutien à l’occupation de la Bourse du travail du jeudi 4 avril

Depuis le lundi 1er avril la Bourse du Travail de Saint Etienne est occupée par des personnes sans abri et soutenues par un collectif citoyen et un regroupement d’associations, d’ONg et de syndicats. Dans ce communiqué en date du 4 avril, ce collectif répond aux confusions stigmatisante que l’on peut lire dans les médias.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Pour un logement digne pour toutes et tous : rassemblement !

Avec le printemps revient la vague des expulsions, qui vient, cette année encore, de mettre à la rue violemment une centaine de personnes. Un collectif d’associations et de personnes solidaires se mobilise depuis quelques semaines pour aider ces personnes et rappeler aux pouvoirs publics leur devoir de mise à l’abri.
Mercredi 3 avril à 15h30 place de l’hôtel de ville, soyons nombreureuses et motivé’es pour affirmer publiquement ce qui nous rendrait « fièr·es d’être stéphanois·es » : acceuil et solidarité !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Interview d’un habitant de la Maison bleue

Une trentaine de personnes habitent à la « Maison bleue ». L’une d’entre elles nous a raconté son parcours, ses luttes et sa situation actuelle. De l’Angola à St Etienne, elle raconte une histoire des frontières, des repressions et des solidarités.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à mobilisation pour le droit au logement

RASSEMBLEMENTS
VENDREDI 29 MARS à 9h devant la préfecture
SAMEDI 30 MARS à 15h Place Jean Jaurès}


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Soutien aux décrocheurs de portraits  

Faisons le procès des responsables de l’écocide qui menace l’humanité, mardi 17 décembre à l’occasion du procès de Vincent BONY.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur les manifestations et actions du 5, 6 et 7 décembre  

Ces derniers jours de mobilisation contre la réforme des retraites ont été riches en événements. Gilets jaunes, syndicalistes (ou pas), précaires, étudiant.es, lycéen.ne.s... De nombreux stéphanois.es ont pris la rue ces trois derniers jours. Retour en images.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre  

Contre le projet de retraite par points, pour un système de retraite et un monde solidaire, nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre 2019.
RDV 10h30 devant la gare de Châteaucreux à Saint-Étienne et à 10h30 Pont du Coteau à Roanne.


REPRESSION - PRISON
Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police  

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


MOBILISATIONS - LUTTES
Suivi du mouvement contre la réforme des retraites  

Blocages, piquets de grève, Assemblées générales, actions, manifestations, etc. La journée du 5 décembre qui a réuni plus de 22000 personnes dans les rues de Saint-Étienne va, semble-t-il, marquer le début d’une période riche en événements. Tentative de centralisation de toutes les informations liées au mouvement contre la réforme des retraites à Saint-Étienne.


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.