Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   DISCRIMINATIONS - RACISME / REPRESSION - PRISON

Agression raciste de la part de la police stéphanoise




Un habitant de la ville nous a envoyé le lien de son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !


Témoignage d’E. D. :

"Nuit entre le 28/09/2019 et le 29/09/2019, 5h30 du matin, au croisement de la rue robert et de la rue rouget de l’isle, Saint-Étienne.

Réveillé par des cris d’un volume et d’un timbre alarmants je me dirige vers mon balcon. Sous mes yeux une scène d’une violence rare. Deux groupes à l’antagonisme historique : trois policiers et des individus noirs. Plusieurs personnes au sol, pas du coté des policiers, vous l’aurez deviné. Les gens crient, demandent à ce qu’on appelle les pompiers, de l’eau, de l’aide.

Je descends.

Les trois policiers avançaient entre les gens paniqués, gaz lacrymogène au poing distribuant rasade après rasade sur les personnes déjà au sol qui tentaient de tirer leur collègues quasiment inconscients car touchés de plein fouet par les jets de gaz. Et quand on demande aux forces de police d’appeler les pompiers pour les deux personnes à terre dont une qui crachait du sang, celles-ci s’empressent de tenter de les relever en leur disant de dégager. Forcément, cela ne marche pas et les gens autour leur demandent d’arrêter. C’est alors que la scène déjà surréaliste s’est transformée en une odieuse répétition d’un poncif vieux comme le monde : celui du flic raciste. Voyant les gens s’agglutiner et crier à l’aide autour des individus au sol, un des policiers s’est mis à danser, agitant ses bras en l’air comme baloo et mowgli dans le livre de la jungle, danse grotesque faisant passer les cultures tribales pour des cultures animales, mais surtout ici, acte de stigmatisation, moqueur et profondément raciste. Cette personne n’est donc pas plus empathique qu’une porte de prison et ne comprend donc pas dans son infinie intelligence que quand un ami est au sol et crache du sang, l’on soit à son tour paniqué. Cerveau : 0, cœur : 0. Je me demande donc, après avoir suivi les cours de sciences de la vie plus jeune, comment il se peut qu’un homme puisse se mouvoir et donc être vivant sans cœur ni cerveau. Seule conclusion possible : la cybernétique n’est plus de la science fiction et je suis devant l’un des tout premiers robocops de l’histoire. Un des tout premiers j’en suis convaincu car comme tout nouvel outil informatique, il ne faut jamais se fier à la première version. En effet j’imagine mal les programmateurs de ce cyborg ridiculement raté lui implanter des réflexes racistes. Ceux-ci doivent être des bugs, des bugs à corriger, ou bien un cyborg à détruire si rien ne peut être fait en ce sens.

A ce stade de la nuit nous pouvons commencer à récapituler. Nous avons donc des individus noirs, agressés dans la rue par des policiers blancs, dont on repère chez eux des gestes de nature raciste. Pour l’instant pas de mots.

La suite est une escalade, le bruit alertant les usagers du VIP club. Ceux-ci lancent des bouteilles et des verres en direction de la police, je ne sais pas qui ils sont mais encore une fois pas besoin d’expliquer en quoi ce geste violent n’est qu’une réponse, sûrement même un ras le bol, provoqué par celui des policiers. En attendant, le groupe victime de gazages leur demande d’arrêter ces lancers. Les flics s’en vont. Laissant derrière eux les gens au sol, jonchant les débris de verres, résidus chimiques, et crachats de sang.

Deux autres passants ayant assisté à la scène se précipitent au secours de la personne ayant l’air la plus atteinte : un homme de 20-30 ans, inconscient, en larmes continues, incapable de se tenir debout, et dont le sang provenait assurément. Les pompiers arrivent enfin. Et les policiers font leur retour une ou deux minutes plus tard, s’arrêtent pour observer mais ne sortent pas. Pas d’interaction avec les pompiers. Une des personnes ayant filmé la scène passe devant la voiture et leur lance : « J’ai tout filmé, la police ne restera pas comme ça ! ». Bravo, une première trace si besoin est. Bravo à nouveau, car à ce moment précis, le policier alors au volant lui crie en réponse : « Rentre chez toi, rentre dans ton pays, prends l’avion ! ». Pas besoin dès maintenant de réflexion pour juger si telle ou telle action de cette altercation était d’ordre de la défense, de l’attaque, neutre ou raciste. Une seule réponse : le racisme est là. Les mots sont prononcés, et soulignent alors le gazage, les tentatives de faire dégager les personnes blessées, la danse honteusement ridicule.

Deuxième récapitulatif :

- Propos injurieux.
- Comportements discriminatoires.
- Violences physiques.

« Le racisme se traduit par des propos, des comportements ou des violences à l’égard d’une personne en raison de son origine ou de sa religion (vraie ou supposée, c’est-à-dire imaginée à partir de l’apparence physique, de la couleur de peau, du nom de famille ou de l’accent d’une personne, sans que celle-ci ne soit nécessairement de cette origine, ou pratiquante de cette religion).
La loi interdit et sanctionne le racisme lorsqu’il s’exprime sous forme :
• de propos injurieux ;
• de comportements discriminatoires (traitement défavorable de personnes, se trouvant dans une situation comparable, dans le domaine de l’emploi, de l’éducation, d’accès à la location...) ;
• de violences physiques. »

(extrait du site internet : http://egalitecontreracisme.fr/ce-q...)

A ce moment je réagis face aux policiers en leur criant dessus « Vous n’avez pas honte bande de grosses merdes ? ». Certes ce n’est pas poli, je m’en excuse, je l’écris ici afin de transmettre une réalité toute entière, que tout le monde puisse se faire son idée au vu de TOUTES les circonstances. Aussitôt les trois policiers sortent, me menacent de me tirer dessus avec leur taser afin de m’emmener au commissariat. Les pompiers terminent quasiment à ce moment-là d’embarquer les personnes inconscientes pour les emmener a l’hôpital. Je rentre. Les policiers aussi. Plus difficile pour le groupe de victimes, sous le choc, encore engourdies par ce qui vient de se passer, définitivement énervées, lassées, fatiguées.

« Il suffit que nous soyons noirs, la nuit, avec deux ou trois bières et ça se termine comme ça. »

Je ne dis pas ACAB (all cops are bastards) car nous avons besoin d’une police. Aujourd’hui, une fois de plus, preuve en est : personne d’assermenté n’était présent pour surveiller ces voyous-là, ces voyous de la pire espèce, ces voyous qui, sous couverts de leur uniformes et de leur équipement de combat se laissent aller a leur plus basses réactions sans retenue et avec foi. En effet ici point de réflexion, juste « action. Réaction. ». Si l’on n’a pas su répondre à qui s’est placé le premier de l’œuf ou de la poule dans la frise du temps, aujourd’hui sans même se poser la question, il est facile de savoir chez ces poulets qui précède qui entre le cerveau et la gâchette.

Nous avons eu il y a peu la joie de voir notre cher parc de caméras de vidéosurveillance et de micros renforcé afin de prévenir toute criminalité. Je demande donc que celui-ci soit utilisé pour ce pourquoi il est là, pour agir sur cette criminalité qui hante nos rues, cette criminalité dégueulasse armée jusqu’aux dents, cette criminalité lâche qui agit sous le manteau de la nuit, cette criminalité de bande organisée, cette criminalité de policiers.

E. D.
Le 29/09/2019"

Toute l’équipe salue l’initiative d’avoir dénoncé les faits et d’avoir tenté de s’interposer !

Soutien total à tous.tes les agressé.e.s, victimes des agressions de la police !

Pour notre part, tout en comprenant le point de vue décrit, nous affirmons haut et fort ACAB, car il n’y aura jamais de paix sans justice, et justice n’est pas...

Posté sur la page du Gueuloir


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "DISCRIMINATIONS - RACISME "

Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME

L’immigration d’hier à aujourd’hui : réalités et controverses

Conférence-débat - Dimanche 8 Décembre à 11h au Méliès Jean Jaurès - St E
Sujet à controverses multiples, la question migratoire fait l’objet d’un ensemble de malentendus, de méconnaissances, de fantasmes et de préjugés à l’encontre de populations – immigrées ou héritières de l’immigration – supposées inaptes à « s’intégrer » à la société d’accueil.
Cette conférence s’attachera à débattre du fait migratoire en privilégiant des approches historiques, politiques et économiques.


Informations globales   DISCRIMINATIONS - RACISME

Soumaya et Histoire de l’Afrique dans une perspective décoloniale

Saison Anticoloniale et Antiraciste de Annonay et St Julien Molin Molette
Cette année, les Semaines Anticoloniales et Antiracistes de Annonay St Julien MM se muent en saisons.
Il y aura toujours un rendez-vous important en mars, le week-end du 20/22, mais plus tout au long du mois.
Nous allons plutôt proposer des rencontres tout au long de l’année...


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   DISCRIMINATIONS - RACISME

Projection du film « Soumaya »

Projection du film « Soumaya » et discussion avec l’équipe du film le 10 Décembre à 20h au Méliès Saint-François.


Informations globales   DISCRIMINATIONS - RACISME

Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injections ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake

Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager "blanc" comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire. Démarre alors un vaste mouvement de boycott qu’elle organise avec le jeune pasteur Martin Luther King Jr. et de nombreux.euses militant.es du mouvement des droits civiques.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / DROITS SOCIAUX - SANTE

Nan, demain j’ai piscine : fermeture des locaux d’hébergement à la Talaudière

Demain, jeudi 31 octobre, la quarantaine de personnes qui avaient trouvé refuge depuis le mois d’avril dans le vestiaire d’une piscine désaffectée de La Talaudière mise à disposition par la Maire doivent quitter les lieux. Sans autre solution, illes iront devant les locaux de la PADA pour réclamer leur droit à l’hébergement. Soyons nombreux et nombreuses à les soutenir dans cette journée difficile !

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / DISCRIMINATIONS - RACISME

Apéro et projection en soutien à la caisse de grève de la section nettoyage de Marseille

Pour soutenir la caisse de grève des femmes de chambre de Marseille qui se sont battues pendant 6 mois... Viens prendre l’apéro autour d’un buffet le 1er novembre au 17 à 18h. Trois courts métrages de Primitivi (télévision indépendante de Marseille) relatant leur lutte intersectionnelle seront projetés.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement contre l’islamophobie

Samedi 26 octobre 2019 - Place Jean Jaurès à St-Étienne - 15h
Redéfinir l’islamophobie : qu’on ne s’y trompe pas, cette islamophobie ambiante ne concerne pas seulement la religion, c’est aussi un glissement du racisme dont sont victimes depuis toujours les descendant·es de l’immigration postcoloniale. Il s’agit de justifier la discrimination sous couvert de critique de la religion.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / REPRESSION - PRISON

Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME

« Dans ses yeux j’ai vu la haine » : récit de la femme attaquée à coup de couteau à Sury-le-Comtal

La presse nationale a peu relayé cette information. Question de « choix éditorial » suppose-t-on... Or, il s’agit bien d’une attaque raciste et islamophobe qui a eu lieu le 11 septembre dernier, à une vingtaine de kilomètres de Saint-Étienne. Dans d’autres contextes, on aurait même pu qualifié cet attaque de « terroriste » (?!) Voici un récit de cette femme agressée violemment pour avoir eu pour seul tort le fait de porter un bout de tissu sur la tête. Article publié sur le site du Collectif Contre l’Islamophobie en France.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

Informations globales   MEDIAS / REPRESSION - PRISON

Histoire et répression d’Indymedia Linksunten (Allemagne)

En septembre 2017, Indymedia Linksunten était interdit par le ministère de l’Intérieur allemand, perquisitions et montage policier à l’appui. Retour sur l’histoire, le contexte, les dossiers d’enquête ainsi que sur la bataille juridique menée depuis le collectif de soutien et la legal team Freiburg EA.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Permanence du CASSIS

Permanence du CASSIS (Collectif d’Autodéfense et de Solidarité en Soutien aux Inculpé.e.s Stéphanois.e.s) à La Cale, le mardi 29 octobre de 18 à 20h, et tous les derniers mardis de chaque mois.


Informations globales   ANTIFASCISME / REPRESSION - PRISON

Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

[Riom, Puy-de-Dôme] Lettre collective de la Cellule des prisonniers révoltés

Inaugurée en 2016, la prison de Riom (63) dite de « nouvelle génération » selon ses promoteurs, est depuis son ouverture le théâtre de révoltes de la part des prisonniers. Cette lettre écrite par des prisonniers se revendiquant de la « Cellule des Prisonniers Révoltés » dénonce leurs conditions de vie et affirme leur volonté de lutter.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Alerta alerta anti-CRA !

Depuis plusieurs mois déjà la lutte contre les CRA s’accroît à l’intérieur comme à l’extérieur. Pas plus tard que la semaine dernière débutait une grève de la faim dans les CRA de Palaiseau et de Plaisir. Dans ce contexte et pour mieux comprendre l’abomination que sont les CRA, voici ci-dessous un article (paru en juin dans le Gueuloir n°4) sur le sujet.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Soirée de présentation du CASSIS, collectif anti-rép stéphanois

Le mardi 24 septembre à 18H aura lieu à la Cale la soirée de présentation du CASSIS, le collectif contre la répression né à Sainté l’an passé, inaugurant également les permanences juridiques qui y auront ensuite lieu tous les derniers mardis du mois.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Hommage à Steve Maia Caniço

Rendez-vous le samedi 3 août à 14h place du peuple à Saint-Étienne.
Manif en hommage à Steve, apportez pancartes et banderoles !


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Soutien aux décrocheurs de portraits  

Faisons le procès des responsables de l’écocide qui menace l’humanité, mardi 17 décembre à l’occasion du procès de Vincent BONY.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur les manifestations et actions du 5, 6 et 7 décembre  

Ces derniers jours de mobilisation contre la réforme des retraites ont été riches en événements. Gilets jaunes, syndicalistes (ou pas), précaires, étudiant.es, lycéen.ne.s... De nombreux stéphanois.es ont pris la rue ces trois derniers jours. Retour en images.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre  

Contre le projet de retraite par points, pour un système de retraite et un monde solidaire, nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre 2019.
RDV 10h30 devant la gare de Châteaucreux à Saint-Étienne et à 10h30 Pont du Coteau à Roanne.


REPRESSION - PRISON
Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police  

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


MOBILISATIONS - LUTTES
Suivi du mouvement contre la réforme des retraites  

Blocages, piquets de grève, Assemblées générales, actions, manifestations, etc. La journée du 5 décembre qui a réuni plus de 22000 personnes dans les rues de Saint-Étienne va, semble-t-il, marquer le début d’une période riche en événements. Tentative de centralisation de toutes les informations liées au mouvement contre la réforme des retraites à Saint-Étienne.


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.