Opinions   EXPLOITATION ANIMALE

Antispécisme : une perspective révolutionnaire

Le choix de s’opposer ou pas à l’exploitation animale ou à d’autres formes de domination n’est pas une simple préférence de goût et de couleur n’impliquant que nous et notre liberté individuelle. Il a des conséquences sur énormément d’individu-e-s non-humain-e-s et humain-e-s. Le refus de l’exploitation animale est une revendication politique, une opposition à une oppression, une domination, une discrimination de plus.


On rejette l’hypocrisie du « tout se vaut », qui met sur le même plan des positions réactionnaires et des positions émancipatrices, qui devraient, selon une conception très libérale de la liberté individuelle, toutes être respectées. Cette façon de penser dépolitise les luttes contre l’exploitation animale et invisibilise les implications radicalement différentes découlant respectivement de l’antispécisme et du spécisme.
Nous voulons le plus de liberté et d’égalité possible pour les individu-e-s. Nous sommes opposé-e-s à toutes les formes de domination et de hiérarchie. C’est donc pour ça que nous nous opposons à la liberté prise par le spécisme, le racisme, le sexisme, le capitalisme ou les États d’écraser une autre liberté plus importante : celle de pouvoir vivre sans les souffrances engendrées par ces dominations. Manger de la viande, par exemple, c’est la liberté d’une préférence gustative qui prime sur celle que devrait avoir une vache de jouir de son intégrité physique, de ne pas souffrir, de ne pas vivre enfermée ou être assassinée. Donc qu’est ce qui est liberticide ? Accepter le spécisme ou vouloir abolir la consommation de produits de l’exploitation animale et revendiquer que les bouffes soient veganes ? Accepter le sexisme ou ne pas tolérer la liberté prise par des personnes de son entourage d’avoir des comportements sexistes ?

Le spécisme

**Ce que c’est

Le spécisme est le fait de discriminer des êtres vivants sur le seul critère de leur espèce. En pratique, c’est une idéologie actuellement prédominante dans nos sociétés, selon laquelle il est acceptable d’exploiter, de faire souffrir et de mettre à mort les êtres vivants non-humains, pour la simple raison qu’elles/ils sont d’une autre espèce que la nôtre. En d’autres termes, leurs besoins et intérêts "comptent" systématiquement moins que ceux des humain-e-s. Le spécisme constitue ainsi une forme de discrimination arbitraire, basée sur le critère de l’espèce, au même titre que le racisme et le sexisme le sont respectivement pour la race et le sexe.

**Le spécisme ordinaire

Le spécisme ordinaire est issu de l’acceptation profondément ancrée et banalisée dans nos sociétés de la suprématie humaine. C’est la violence quotidienne, et normalisée qui est infligée aux animaux non-humains considérés comme inférieurs parce qu’ils sont d’une autre espèce. Il s’exprime aussi souvent par la pression sociale infligée aux humain-e-s qui sont solidaires des non-humain-e-s en s’opposant à leur exploitation. Ce n’est pas seulement le fait de celleux qui contraignent directement la vie de milliards d’animaux non-humains chaque année, mais c’est aussi, pour la plupart des personnes, une forme généralisée et indirecte de profit, de privilèges et de soutien qui rend possible cette exploitation animale. La plupart des personnes sont profondément spécistes sans avoir jamais frappé un chien, ni tué une vache.
Le spécisme ordinaire est une construction sociale et forme un ensemble de pratiques,de pensées et de représentations collectives vécues comme allant de soi et même souvent revendiquées. C’est bouffer son pain et fromage en discutant, c’est faire passer systématiquement ses propres intérêts au-dessus des intérêts des non-humain-e-s, c’est caresser « son » chat et le nourrir de vache, c’est se nourrir de vache, c’est minimiser et mettre en doute la souffrance des animaux non-humains exploités, c’est les centaines (!) de milliards de poissons qui crèvent d’asphyxie chaque année au fond des chalutiers, c’est les blagues à répétitions faites aux antispécistes, c’est le fait de légitimer le spécisme avec des arguments relevant de la mauvaise foi ou d’une réflexion de surface (pour avoir des muscles faut manger du muscle !), c’est le fait de se sentir fort-e avec d’autre spécistes, c’est le fait d’essayer de dépolitiser l’antispécisme en le ramenant à une préférence diététique (un régime) ou mystique.
Au mieux c’est le fait des rares personnes qui soutiennent l’antispécisme, sans pour autant l’appliquer à leur vie, mais la plupart du temps il est totalement assumé et décomplexé.

L’antispécisme ; une perspective révolutionnaire

**Le critère de la souffrance comme base pour la prise en considération des êtres vivants.

Par « souffrance », on entend de façon large « ce qui nuit aux besoins et au bien-être d’un être sensible ». Le terme « souffrance » n’implique donc pas uniquement la douleur physique, mais tout ce qui peut affecter la vie d’un être capable de ressentir et d’expérimenter des situations agréables ou désagréables. Un être vivant sensible, c’est-à-dire qui a la capacité à ressentir la souffrance, a des intérêts à ne pas souffrir et à prendre du plaisir. Ce sont ces intérêts que nous devons prendre en considération et c’est précisément sur cette base que se fonde la revendication égalitariste ; considérer de manière égale les besoins et les intérêts des individus qui en ont, indépendamment de critères arbitraires de race, sexe, classe, orientation sexuelle, espèce, âge etc.
En effet, si on creuse, on trouve que la prise en compte de la souffrance est à la base de toutes les luttes égalitaristes et libertaires contre les dominations, les oppressions et les discriminations. Est-ce qu’on peut parler d’inégalités et d’oppressions s’il n’y a pas de souffrance ? Ceci remet en question la pertinence du concept d’humanité comme étant l’élément fondamental de la prise en considération des êtres vivants ; on ne s’oppose pas au sexisme ou au racisme parce qu’on est tous-tes des humain-e-s, mais parce qu’on est tous-tes des être sensibles.

Certaines personnes essayeront peut-être de justifier leur prise en considération limitée aux seul-e-s humain-e-s en la fondant sur un critère autre que celui de l’espèce, mais qui serait propre aux humain-e-s. Ainsi, la rationalité ou une capacité intellectuelle plus élevée qu’un certain seuil sont souvent mises en avant. Cependant, même dans le cas ou le critère choisi serait effectivement réservé aux humain-e-s, il se trouve quand même que certains humain-e-s ne possèdent pas ces capacités, ou à un degré moindre ; par exemple un nourrisson ou une personne survivante d’un grave accident de la route. Pourtant, ça ne représente en aucun cas une bonne raison pour traiter ces personnes moins bien que d’autres humain-e-s, ou aussi mal que le sont la plupart des animaux non-humains qui, par ailleurs, possèdent pour certain-e-s ces capacités de manière identique voire plus développées…

**L’antispécisme

L’antispécisme est le fait de considérer que le critère de l’espèce à laquelle appartient un être vivant n’est pas, en soi, un concept pertinent pour décider de la manière dont on doit le/la traiter, de la considération qu’on lui porte, si on peut le/la dominer et l’exploiter, etc.
Être antispéciste c’est s’opposer à la suprématie humaine et donc au spécisme, qui place l’espèce humaine avant toutes les autres.

**Implications de l’antispécisme

Une confusion fréquente au sujet des implications égalitaristes de l’antispécisme consiste à croire qu’au sein des êtres vivants pris en compte, une égale prise en considération de leurs intérêts entraîne de fait une égalité de traitement. En fait, une considération égale pour des êtres différents peut souvent mener à des traitements différents. Tous les animaux n’ont pas les mêmes intérêts. Donc, considérer également ces intérêts peut impliquer de les traiter différemment, en s’adaptant à chaque être. Par exemple la préoccupation pour le bien-être de jeunes humain-e-s peut nous amener à leur apprendre à lire. La préoccupation pour le bien être de jeunes cochons peut ne rien impliquer d’autre que des les laisser vivre en compagnie d’autres cochons dans un endroit où il y a une nourriture suffisante et de l’espace pour se déplacer librement (donc hors d’une logique d’élevage). Pas leur apprendre à lire, il n’y rien d’injuste là-dedans ! En bref, quel que soit l’être vivant sensible, le principe d’égale considération des intérêts amène à ce que ses intérêts et ses besoins soient pris en considération au moins autant que les intérêts et besoins similaires de tout autre être sensible.

**Une perspective révolutionnaire

Pour nous, l’antispécisme est une lutte contre l’exploitation animale au sens large ; des animaux humains et non-humains. C’est une revendication politique s’opposant à toutes formes de dominations infligées aux êtres sensibles voulant intégrer la cause des animaux non-humains dans une lutte sociale pour l’émancipation collective, sans se compromettre avec l’état, le capitalisme, le sexisme ambiant, le fascisme, ou avec quelque autre classe dominante ou système oppressif que ce soit.
C’est en cela que nous sommes en désaccord profond avec de nombreu-x-ses antispécistes qui limitent leur révolte à la situation des animaux non-humains et/ou qui essayent soit naïvement, soit au pire, en toute connaissance de cause, de réformer nos sociétés sans les remettre en question de manière radicale.
De même, en s’inscrivant dans cette perspective révolutionnaire pour une société plus libre et plus égalitaire, on est souvent en porte-à-faux avec des personnes qui ont des envies proches mais qui continuent à défendre des idées spécistes. S’opposer au principe de domination et de hiérarchie sans considérer que le spécisme en découle, nous semble être une impasse. Il n’y a pour nous pas de libération animale possible sans révolution et pas de révolution souhaitable sans libération animale.

**Ça n’est pas une lutte secondaire

« D’abord on fait la révolution et après on verra ». C’est une phrase un peu caricaturale qui est souvent sous-entendue à des personnes qui s’opposent dans le quotidien au sexisme ou au spécisme (entre autre). Comme on l’a dit avant, il nous semble assez clair qu’il est nécessaire d’abattre le capitalisme et la gestion hiérarchisée des sociétés qui sont des sources majeures et multiples d’oppressions, mais ce n’est pas suffisant. En effet, on peut très bien imaginer une société postcapitaliste « verte » spéciste et sexiste par exemple. Ces luttes ne sont pas seulement des greffons, des options accolées à ce projet révolutionnaire mais en font partie intégrante. On ne veut pas d’un commun spéciste.

On n’a plus envie de faire de compromis face au spécisme et on veut faire entendre notre opposition radicale. Comme c’est le cas pour les autres discriminations, on ne veut plus qu’il s’impose ouvertement dans nos moments de vie collective et de lutte. Au contraire, nous attendons des personnes avec qui nous vivons et luttons au moins de la reconnaissance et de la solidarité pour cette lutte, à défaut de l’intégrer totalement.
Comme dans le cas où un sexiste ou un raciste se fait virer d’une soirée pour avoir imposé sa merde, on soutient totalement les lieux où la décision à été prise collectivement de ne pas tolérer et de dégager des personnes aux pratiques spécistes revendiquées.

Dans les faits, il est clair que nous sommes très peu à s’opposer au spécisme dans nos sociétés encore profondément spécistes. Certain-e-s considéreront même totalement dérisoires ces revendications venant d’une minorité des minorités et persisteront à ne pas les prendre en compte. Cette lutte ne fait que commencer.

des antispécistes


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   EXPLOITATION ANIMALE

Les Estivales de la question animale 2012

Des rencontres à ne pas manquer !
Voici une courte présentation des Estivales de la question animale, rencontres ouvertes à tous, qui se tiennent chaque année. Ces rencontres partent du principe que, loin d’être une question annexe dans nos sociétés, la question animale ouvre la porte à des questionnements fondamentaux de toute sorte, qu’ils soient de nature scientifique, morale, sociale, politique. Cette question prend ces dernières années une importance particulière : elle a cessé d’être une évidence "inquestionnée".




International   EXPLOITATION ANIMALE

Semaine Mondiale d’actions pour l’Abolition de la Viande, du 23 au 30 septembre 2011

Il s’agit d’affirmer haut et fort que non seulement il est du devoir de tous les individus d’arrêter de cautionner l’exploitation meurtrière nécessitée par la consommation de chair animale et de "sous-produits" animaux, mais qu’il est également du devoir des sociétés dans leur ensemble de se prononcer, par conséquent, pour une interdiction de l’élevage, de la pêche et de la chasse.
L’abolition de la viande.




Saint-Étienne et alentours   EXPLOITATION ANIMALE

Estivales de la question animale 2011

Les Estivales 2011 se dérouleront à Marlhes dans la Loire à 25 km de Saint-Etienne, du samedi 30 juillet au samedi 6 août. C’est accessible depuis la ligne 119 au départ de Bellevue.




Opinions   EXPLOITATION ANIMALE

La violence sociale à l’encontre du végétarisme pour les animaux

La végéphobie ou le rejet du végétarisme pour les animaux et la discrimination des personnes végétariennes. Quelques réflexions à propos des causes, des conséquences et des perspectives de lutte.




International   EXPLOITATION ANIMALE

[Abolition de la viande] Semaine mondiale d’actions

Du 21 au 28 mai 2011
Nos sociétés doivent se prononcer sur le caractère injustifiable, d’un point de vue éthique, de la consommation de viande : elle implique de sacrifier les intérêts fondamentaux d’un très grand nombre d’êtres sensibles alors qu’elle n’est en rien nécessaire.




Saint-Étienne et alentours Numero Zero   EXPLOITATION ANIMALE / MEDIAS

Sur le mouvement pour l’abolition de la viande

Emission du jeudi 02/03/2011, en direct à midi et rediffusée à 17h sur Radio Dio 89.5FM à synthétienne et sur www.radiodio.org
Et si on parlait de cet ensemble des personnes dans le monde qui soutiennent la revendication politique d’abolition de la pratique d’élever et d’abattre les animaux ou de les pêcher ou de les chasser pour consommer leur chair.
Ce jeudi, en plus des quelques brèves du désordre local, l’émission sera principalement consacrée au mouvement pour l’abolition de la viande.




Opinions   EXPLOITATION ANIMALE

Euralis à L214 : "Silence, on gave !"

Une vidéo qui dérange le géant du foie gras
Euralis met en demeure l’association L214 de retirer une vidéo diffusée sur Internet qui contient des images tournées dans des ateliers de gavage qui fournissent cette société. Parce cette vidéo rend compte de la réalité, L214 n’a pas l’intention de la retirer, à moins qu’il lui soit permis de retourner filmer librement et en tout transparence chez des éleveurs sous contrat avec Euralis.




Opinions   EXPLOITATION ANIMALE

Honte à l’Autriche, Abolition de la viande et expérimentation animale

Un mouvement de répression sans précédent s’est abattu sur le mouvement animaliste autrichien depuis mai 2008. Le 2 mars 2010 s’est ouvert un procès contre 13 militants animalistes. Ils risquent jusqu’à 5 ans de prison. Face à cette volonté de réduire la protection animale au silence, face à l’atteinte aux droits humains, la solidarité internationale s’organise. Le site international "Shame on Austria", traduit en 22 langues a été ouvert le 6 avril. Des manifestations de protestation auront lieu dans de nombreux pays.




Opinions   EXPLOITATION ANIMALE

Lettre d’info L214 du 29 Mars 2010

Transport des chevreaux, L214 dans la presse, Non à l’inscription de la corrida à l’Unesco, Dans les cirques, Earthlings en version française dans la boutique




National   EXPLOITATION ANIMALE

Lettre d’info L214 du 3 mars 2010

Viande.info reçu au ministère de l’écologie
Yves Cochet (député), Jean-Paul Jaud (cinéaste) et deux membres de L214 se sont rendus au Ministère de l’Ecologie le 22 février en tant que représentants du collectif viande.info. Ils ont été reçus 1h30 par Anne-Laure Jutier (chargée de mission).




0 | 10 | 20

A la une...

URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
A St-Étienne, nous disons non à l’autoroute A45 (La Fouillouse/Brignais)  

A45 = projet ruineux, polluant et inutile.
A45 = argent public pour profits privés.
A45 = autoroute payé quatre fois par le contribuable stéphanois (état, région, ville, péage) et menaçant l’économie de la ville.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
De retour du Kurdistan  

Nous sommes des militant-e-s lyonnais-e-s et stéphanois-e-s qui tentons de soutenir tant que faire se peut les luttes en Turquie et le mouvement kurde. Lors d’un voyage en Anatolie, et au Bakur notamment, nous avons rencontré des camarades qui tentent par leurs initiatives de résister à l’oppression de l’État, de la police et de l’armée turques. Ils et elles nous ont livré leurs réflexions, leurs doutes, et leurs projets.
Nous vous proposons de venir partager une discussion et un repas avec nous, et si le cœur vous en dit de rester assister à une projection.
Samedi 25 Mars 2017 à 18 h à la Gueule Noire


REPRESSION - PRISON
TGI de Valence - Procès des deux détenus du Quartier Maison Centrale du centre pénitentiaire  

Le vendredi 10 mars 2017 à 14h, deux détenus passaient à la barre du tribunal de grande instance de valence pour "dégradation et vol avec violence". Seuls les membres de leurs familles ainsi que les journalistes ont pu rentrer dans la salle d’audience. Les autres personnes présentes qui souhaitaient aussi assister au procès n’y ont pas eu accès et se sont faites charger par les flics. Bilan de l’après midi : deux personnes en garde à vue avec un procès en novembre prochain et une peine de cinq ans de prison ferme pour les deux prisonniers qui se rajoute à leur condamnation initiale.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Rencontre échange avec Samir Boumediene  

La colonisation du savoir, une histoire des plantes médicinales du nouveau monde. Biopiraterie, réappropriation des plantes médicinales, colonisation des savoirs...
Mercredi 22 mars 2017, 20h, Remue-méninges


REPRESSION - PRISON
Contre l’A45 et la nouvelle prison, refusons les projets d’un monde plein de barreaux !  

Réflexions sur les similitudes entre le projet d’une nouvelle autouroute et celui d’une nouvelle prison que l’état veut imposer dans la Loire... et les raisons de s’y opposer, pour renforcer nos luttes.


REPRESSION - PRISON
Insupportables, le tribunal de Valence et le Quartier maison centrale de sa prison.  

Le 10 mars 2017, tous et toutes au TGI de Valence pour soutenir les prisonniers de la deuxième mutinerie du quartier maison centrale (QMC) de la prison de Valence.


MOBILISATIONS - LUTTES
Cet été, marchons contre l’A45  

Cet été nous marcherons contre le vieux monde et ses projets pharaoniques. L’A45, lancée dans les années 70, déterrée dans les années 90 et maintenant ressuscitée par Wauquiez (et consorts) ne semble pas plus utile aujourd’hui que 40 ans auparavant. Nous marcherons contre la destruction de terres agricoles, contre le saccage des paysages ruraux et de la biodiversité de nos coteaux. Nous marcherons contre leur odieux chantage à l’emploi, contre la mise en concurrence des territoires. Nous marcherons, avec détermination et lenteur, en solidarité avec d’autres territoires en lutte.


DISCRIMINATIONS - RACISME
2ème numéro de la revue Assiégées  

Revue décoloniale, nous poursuivons notre ambition de mettre au centre de la revue les racisé·e·s sous le joug du patriarcat, tout en nous inscrivant dans la lutte contre le capitalisme. Après un premier numéro autour de l’étau, la question qui traverse ce second numéro est celle de la lutte.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Compteur linky sur sainté... Arrivée prévue en juin 2017  

Les compteurs linky devraient arriver en juin prochain sur sainté. Il serait peut-être bon de s’organiser pour y faire face. Plus d’info dans l’émission "joie rage et courage" sur radio Dio.


REPRESSION - PRISON
Emission Papillon du jeudi 16 février 2017  

Contre toutes les prisons
- Bref compte-rendu du rassemblement et de la manifestation contre les violences et les meurtres de la police, du mercredi 15 février à Saint-Etienne
- Au tribunal de grande instance de Bobigny, les magistrats éliminent les jeunes à "peines" réelles ! Interview d’une camarade qui accompagne les inculpés et leurs familles.
- Interview de Marie Créténot, juriste à l’OIP
- Lecture d’un communiqué de Georg Huss, prisonnier à Mulhouse et membre fondateur de la branche autrichienne d’un syndicat de prisonniers allemands


REPRESSION - PRISON
La future prison de Saint-Bonnet-les-Oules, un autre "Grand Projet Inutile et Imposé"  

[Les dossiers COUAC]
Début octobre, Manuel Valls annonce la construction de 33 nouvelles prisons, 32 maisons d’arrêt et un Centre Pénitentiaire. Dans la Loire, c’est la commune de Saint-Bonnet-les-Oules qui serait l’heureuse élue. Mais l’enfermement des êtres humains est aussi un marché bien juteux et les logiques qui sous-tendent à la construction de ces nouvelles prisons ont quelques points communs avec celles qui président aux "Grands projets inutiles et imposés".


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Le PPP, les bénéfices au privé, les emmerdes pour tous !  

[Les dossiers COUAC]
Le montage financier de la future A45 repose, comme la plupart des grands projets d’infrastructure récents en France, sur un Partenariat Public-Privé signé avec la filiale Autoroutes de Vinci, un "PPP".


DISCRIMINATIONS - RACISME
Rencontre avec Houria Bouteldja  

Elle vient nous parler de son livre "Les Blancs, les Juifs et Nous – Vers une politique de l’amour révolutionnaire", paru aux éditions La Fabrique en mars 2016. La discussion se poursuivra avec Youssef Boussoumah, autre membre du PIR (Parti des Indigènes de la République).
Dimanche 2 avril 2017 à 15H00 dans la salle Le Clapier (ancienne gare).