Opinions   EXPLOITATION ANIMALE

Antispécisme : une perspective révolutionnaire




Le choix de s’opposer ou pas à l’exploitation animale ou à d’autres formes de domination n’est pas une simple préférence de goût et de couleur n’impliquant que nous et notre liberté individuelle. Il a des conséquences sur énormément d’individu-e-s non-humain-e-s et humain-e-s. Le refus de l’exploitation animale est une revendication politique, une opposition à une oppression, une domination, une discrimination de plus.


On rejette l’hypocrisie du « tout se vaut », qui met sur le même plan des positions réactionnaires et des positions émancipatrices, qui devraient, selon une conception très libérale de la liberté individuelle, toutes être respectées. Cette façon de penser dépolitise les luttes contre l’exploitation animale et invisibilise les implications radicalement différentes découlant respectivement de l’antispécisme et du spécisme.
Nous voulons le plus de liberté et d’égalité possible pour les individu-e-s. Nous sommes opposé-e-s à toutes les formes de domination et de hiérarchie. C’est donc pour ça que nous nous opposons à la liberté prise par le spécisme, le racisme, le sexisme, le capitalisme ou les États d’écraser une autre liberté plus importante : celle de pouvoir vivre sans les souffrances engendrées par ces dominations. Manger de la viande, par exemple, c’est la liberté d’une préférence gustative qui prime sur celle que devrait avoir une vache de jouir de son intégrité physique, de ne pas souffrir, de ne pas vivre enfermée ou être assassinée. Donc qu’est ce qui est liberticide ? Accepter le spécisme ou vouloir abolir la consommation de produits de l’exploitation animale et revendiquer que les bouffes soient veganes ? Accepter le sexisme ou ne pas tolérer la liberté prise par des personnes de son entourage d’avoir des comportements sexistes ?

Le spécisme

Ce que c’est

Le spécisme est le fait de discriminer des êtres vivants sur le seul critère de leur espèce. En pratique, c’est une idéologie actuellement prédominante dans nos sociétés, selon laquelle il est acceptable d’exploiter, de faire souffrir et de mettre à mort les êtres vivants non-humains, pour la simple raison qu’elles/ils sont d’une autre espèce que la nôtre. En d’autres termes, leurs besoins et intérêts "comptent" systématiquement moins que ceux des humain-e-s. Le spécisme constitue ainsi une forme de discrimination arbitraire, basée sur le critère de l’espèce, au même titre que le racisme et le sexisme le sont respectivement pour la race et le sexe.

Le spécisme ordinaire

Le spécisme ordinaire est issu de l’acceptation profondément ancrée et banalisée dans nos sociétés de la suprématie humaine. C’est la violence quotidienne, et normalisée qui est infligée aux animaux non-humains considérés comme inférieurs parce qu’ils sont d’une autre espèce. Il s’exprime aussi souvent par la pression sociale infligée aux humain-e-s qui sont solidaires des non-humain-e-s en s’opposant à leur exploitation. Ce n’est pas seulement le fait de celleux qui contraignent directement la vie de milliards d’animaux non-humains chaque année, mais c’est aussi, pour la plupart des personnes, une forme généralisée et indirecte de profit, de privilèges et de soutien qui rend possible cette exploitation animale. La plupart des personnes sont profondément spécistes sans avoir jamais frappé un chien, ni tué une vache.
Le spécisme ordinaire est une construction sociale et forme un ensemble de pratiques,de pensées et de représentations collectives vécues comme allant de soi et même souvent revendiquées. C’est bouffer son pain et fromage en discutant, c’est faire passer systématiquement ses propres intérêts au-dessus des intérêts des non-humain-e-s, c’est caresser « son » chat et le nourrir de vache, c’est se nourrir de vache, c’est minimiser et mettre en doute la souffrance des animaux non-humains exploités, c’est les centaines (!) de milliards de poissons qui crèvent d’asphyxie chaque année au fond des chalutiers, c’est les blagues à répétitions faites aux antispécistes, c’est le fait de légitimer le spécisme avec des arguments relevant de la mauvaise foi ou d’une réflexion de surface (pour avoir des muscles faut manger du muscle !), c’est le fait de se sentir fort-e avec d’autre spécistes, c’est le fait d’essayer de dépolitiser l’antispécisme en le ramenant à une préférence diététique (un régime) ou mystique.
Au mieux c’est le fait des rares personnes qui soutiennent l’antispécisme, sans pour autant l’appliquer à leur vie, mais la plupart du temps il est totalement assumé et décomplexé.

L’antispécisme ; une perspective révolutionnaire

Le critère de la souffrance comme base pour la prise en considération des êtres vivants.

Par « souffrance », on entend de façon large « ce qui nuit aux besoins et au bien-être d’un être sensible ». Le terme « souffrance » n’implique donc pas uniquement la douleur physique, mais tout ce qui peut affecter la vie d’un être capable de ressentir et d’expérimenter des situations agréables ou désagréables. Un être vivant sensible, c’est-à-dire qui a la capacité à ressentir la souffrance, a des intérêts à ne pas souffrir et à prendre du plaisir. Ce sont ces intérêts que nous devons prendre en considération et c’est précisément sur cette base que se fonde la revendication égalitariste ; considérer de manière égale les besoins et les intérêts des individus qui en ont, indépendamment de critères arbitraires de race, sexe, classe, orientation sexuelle, espèce, âge etc.
En effet, si on creuse, on trouve que la prise en compte de la souffrance est à la base de toutes les luttes égalitaristes et libertaires contre les dominations, les oppressions et les discriminations. Est-ce qu’on peut parler d’inégalités et d’oppressions s’il n’y a pas de souffrance ? Ceci remet en question la pertinence du concept d’humanité comme étant l’élément fondamental de la prise en considération des êtres vivants ; on ne s’oppose pas au sexisme ou au racisme parce qu’on est tous-tes des humain-e-s, mais parce qu’on est tous-tes des être sensibles.

Certaines personnes essayeront peut-être de justifier leur prise en considération limitée aux seul-e-s humain-e-s en la fondant sur un critère autre que celui de l’espèce, mais qui serait propre aux humain-e-s. Ainsi, la rationalité ou une capacité intellectuelle plus élevée qu’un certain seuil sont souvent mises en avant. Cependant, même dans le cas ou le critère choisi serait effectivement réservé aux humain-e-s, il se trouve quand même que certains humain-e-s ne possèdent pas ces capacités, ou à un degré moindre ; par exemple un nourrisson ou une personne survivante d’un grave accident de la route. Pourtant, ça ne représente en aucun cas une bonne raison pour traiter ces personnes moins bien que d’autres humain-e-s, ou aussi mal que le sont la plupart des animaux non-humains qui, par ailleurs, possèdent pour certain-e-s ces capacités de manière identique voire plus développées…

L’antispécisme

L’antispécisme est le fait de considérer que le critère de l’espèce à laquelle appartient un être vivant n’est pas, en soi, un concept pertinent pour décider de la manière dont on doit le/la traiter, de la considération qu’on lui porte, si on peut le/la dominer et l’exploiter, etc.
Être antispéciste c’est s’opposer à la suprématie humaine et donc au spécisme, qui place l’espèce humaine avant toutes les autres.

Implications de l’antispécisme

Une confusion fréquente au sujet des implications égalitaristes de l’antispécisme consiste à croire qu’au sein des êtres vivants pris en compte, une égale prise en considération de leurs intérêts entraîne de fait une égalité de traitement. En fait, une considération égale pour des êtres différents peut souvent mener à des traitements différents. Tous les animaux n’ont pas les mêmes intérêts. Donc, considérer également ces intérêts peut impliquer de les traiter différemment, en s’adaptant à chaque être. Par exemple la préoccupation pour le bien-être de jeunes humain-e-s peut nous amener à leur apprendre à lire. La préoccupation pour le bien être de jeunes cochons peut ne rien impliquer d’autre que des les laisser vivre en compagnie d’autres cochons dans un endroit où il y a une nourriture suffisante et de l’espace pour se déplacer librement (donc hors d’une logique d’élevage). Pas leur apprendre à lire, il n’y rien d’injuste là-dedans ! En bref, quel que soit l’être vivant sensible, le principe d’égale considération des intérêts amène à ce que ses intérêts et ses besoins soient pris en considération au moins autant que les intérêts et besoins similaires de tout autre être sensible.

Une perspective révolutionnaire

Pour nous, l’antispécisme est une lutte contre l’exploitation animale au sens large ; des animaux humains et non-humains. C’est une revendication politique s’opposant à toutes formes de dominations infligées aux êtres sensibles voulant intégrer la cause des animaux non-humains dans une lutte sociale pour l’émancipation collective, sans se compromettre avec l’état, le capitalisme, le sexisme ambiant, le fascisme, ou avec quelque autre classe dominante ou système oppressif que ce soit.
C’est en cela que nous sommes en désaccord profond avec de nombreu-x-ses antispécistes qui limitent leur révolte à la situation des animaux non-humains et/ou qui essayent soit naïvement, soit au pire, en toute connaissance de cause, de réformer nos sociétés sans les remettre en question de manière radicale.
De même, en s’inscrivant dans cette perspective révolutionnaire pour une société plus libre et plus égalitaire, on est souvent en porte-à-faux avec des personnes qui ont des envies proches mais qui continuent à défendre des idées spécistes. S’opposer au principe de domination et de hiérarchie sans considérer que le spécisme en découle, nous semble être une impasse. Il n’y a pour nous pas de libération animale possible sans révolution et pas de révolution souhaitable sans libération animale.

Ça n’est pas une lutte secondaire

« D’abord on fait la révolution et après on verra ». C’est une phrase un peu caricaturale qui est souvent sous-entendue à des personnes qui s’opposent dans le quotidien au sexisme ou au spécisme (entre autre). Comme on l’a dit avant, il nous semble assez clair qu’il est nécessaire d’abattre le capitalisme et la gestion hiérarchisée des sociétés qui sont des sources majeures et multiples d’oppressions, mais ce n’est pas suffisant. En effet, on peut très bien imaginer une société postcapitaliste « verte » spéciste et sexiste par exemple. Ces luttes ne sont pas seulement des greffons, des options accolées à ce projet révolutionnaire mais en font partie intégrante. On ne veut pas d’un commun spéciste.

On n’a plus envie de faire de compromis face au spécisme et on veut faire entendre notre opposition radicale. Comme c’est le cas pour les autres discriminations, on ne veut plus qu’il s’impose ouvertement dans nos moments de vie collective et de lutte. Au contraire, nous attendons des personnes avec qui nous vivons et luttons au moins de la reconnaissance et de la solidarité pour cette lutte, à défaut de l’intégrer totalement.
Comme dans le cas où un sexiste ou un raciste se fait virer d’une soirée pour avoir imposé sa merde, on soutient totalement les lieux où la décision à été prise collectivement de ne pas tolérer et de dégager des personnes aux pratiques spécistes revendiquées.

Dans les faits, il est clair que nous sommes très peu à s’opposer au spécisme dans nos sociétés encore profondément spécistes. Certain-e-s considéreront même totalement dérisoires ces revendications venant d’une minorité des minorités et persisteront à ne pas les prendre en compte. Cette lutte ne fait que commencer.

des antispécistes


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "EXPLOITATION ANIMALE "

Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPLOITATION ANIMALE

Morsures : rencontres antispécistes

Les 4, 5 et 6 octobre 2019 auront lieu à Genève trois jours de rencontres contre l’exploitation animale. Save the date !


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPLOITATION ANIMALE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Cantine de soutien aux activistes inculpé.e.s et détenu.e.s de 269 Libération Animale

L’espace autogéré stéphanois « La Gueule Noire » organise une cantine de soutien aux camarades antispécistes de 269 Libération Animale touché.e.s par la répression pour leur pratique de l’action directe contre le système économique.
Venez nombreux.ses le samedi 19 janvier à partir de midi ! Tous les détails ici.


Informations globales   EXPLOITATION ANIMALE / REPRESSION - PRISON

[Lyon] Cantine et soirée de soutien aux activistes antispécistes inculpé.e.s

Alors que la répression s’intensifie contre le collectif antispéciste 269 Libération Animale, retrouvons-nous pour une soirée de soutien : venez découvrir ce qu’on fait et pense, manger, boire un verre, échanger, et pourquoi pas s’organiser face à la répression.


Saint-Étienne et alentours   EXPLOITATION ANIMALE / REPRESSION - PRISON

6 mois de prison requis contre deux activistes antispécistes : récit d’un procès et appel à la mobilisation

Le procès de 7 activistes ayant bloqué l’abattoir de Roanne le 5 février 2018 eu lieu le 19 Novembre. Le procureur a requis 6 mois de prison ferme contre les deux fondateurices de l’association 269 Libération Animale. Illes sont accusé.e.s d’être les « complices instigateur.e.s » de l’action. Ce texte est un récit du procès en terre spéciste, entre légitimation de la violence sur les autres animaux, et analogie entre activisme et terrorisme.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPLOITATION ANIMALE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

P’tit resto de la Gueule Noire

Samedi 17 Novembre 2018 - 12h00
L’espace autogéré la Gueule noire vous convie à son « ptit resto » tous les troisièmes samedi de chaque mois. Une bonne occasion pour tchatcher, se rencontrer, manger ensemble... Le repas est vegan & bio (aucun animal n’est exploité ou tué pour le repas) et à prix libre (on donne ce qu’on peut/veut)


Opinions   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / EXPLOITATION ANIMALE

Pourquoi le véganisme

L’article décrit les principales raisons du véganisme.
Il existe de nombreuses raisons au véganisme. Il est d’abord nécessaire de mentionner la question des animaux qui sont pour beaucoup utilisés à des fins industrielles. Il y a également des raisons idéologiques, liées à l’environnement. Enfin, le mode de vie végan est bénéfique pour notre santé.


Informations globales   DISCRIMINATIONS - RACISME / EXPLOITATION ANIMALE

Diffusion de stickers anti-spécistes

Histoire de faire parler de cette lutte souvent peu visible, histoire de porter une critique de l’exploitation animale qui est issue de nos combats contre toutes formes de domination et des luttes sociales pour l’émancipation collective et pour un monde égalitaire : diffusion de stickers antispécistes à photocopier, faire passer et coller.


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / EXPLOITATION ANIMALE

Clermont-Ferrand - Sommet de l’Élevage : une opposition qui dérange

Du 4 au 6 octobre 2017 se tiendra à Clermont-Ferrand la 26e édition du Sommet de l’Élevage, un contre-sommet est organisé malgré l’opposition des pouvoirs locaux.


Informations globales   EXPLOITATION ANIMALE

Pétition : l’abattage des bouquetins du Bargy n’est pas justifié !

L’Etat a décidé de fusiller les bouquetins du Bargy âgés de plus de 5 ans. Ce choix, guidé par un souci d’économie, n’est pas justifié. Une pétition est lancée afin de préserver cette espèce protégée et interdite de chasse.


Saint-Étienne et alentours   EXPLOITATION ANIMALE / INFORMATIQUE - SECURITE

« Mouton 2.0 - La puce à l’oreille » mardi 19 février 2013 à 20h30 au Méliès

Projection suivie d’un débat avec le collectif Manuela Rodriguez, un réalisateur, des éleveurs et l’atelier d’enquête critique Pièces et Main d’Oeuvre (P.M.O.)


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève internationale pour le climat et la biodiversité  

Nous nous levons face au mensonge et à l’hypocrisie, face à l’injustice climatique mais aussi sociale, face aux valeurs de ce système. Les lycéen.ne.s et les étudiant.e.s ne sauraient seuls mettre un terme à l’idéologie néolibérale : Venez nombreureuses le vendredi 20 septembre pour la grève internationale pour le climat et la biodiversité


MOBILISATIONS - LUTTES
La bataille des retraites va démarrer !  

Si les gilets jaunes ont permis un ralentissement du programme de réforme des retraites prévu par le gouvernement, ne nous y trompons pas, il n’est pas passé à la trappe pour autant ! La réforme des retraites, c’est pour cet automne, et ça concerne tous les salarié·e·s ! Pour s’y retrouver un peu avant la grande bataille sociale à venir de cette rentrée, voici un article récapitulant la loi et les mobilisations prévues. Article publié sur le site de paris-luttes.info.


LOGEMENT - SQUAT
Chassées du parc Couriot par la Police le matin, les familles Rroms ont été « invitées » à y retourner  

Les familles et individu.es qui campaient au Parc du puits Couriot se sont rassemblés hier devant la mairie pour protester contre leur expulsion indigne du Parc Couriot qu’elles occupaient, faute de mieux. Le soir même elles ont été « autorisés » à y revenir. Un rassemblement de soutien avait également été appelé.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Grosse soirée de soutien à Rebellyon pour une rentrée Post-Apocalyptique le samedi 21 septembre 2019  

Soirée de soutien à Rebellyon.info le samedi 21 septembre à partir de 18h, et jusqu’à minuit, au Grrrnd Zero (Lyon) ! Au programme : tables de presse et autres propagandes politiques locales, repas végé, de quoi t’hydrater et des concerts pour t’ambiancer.
Soirée à prix libre en soutien au plus rebel des sites mutu.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
La Rentrée Solidaire 2019  

Pour se donner la pêche de militer à la rentrée, nous vous avons fait une petite sélection d’évènements militants pour cette rentrée 2019. On y trouve des soirées conférences, du théâtre, une manif, et des rassemblements. Venez motivé’es !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Festival Underground Hip-Hop Episode #9  

Les Créations du Crâne & Univers Soul, soit le UHH Krew présentent le Festival Underground Hip-Hop Episode #9 du 4 au 15 septembre 2019 @ Sainté


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
L’EPASE, un acteur de l’État au service du futur  

L’EPASE, c’est notre établissement public d’aménagement de Saint-Étienne, avec ses logiques et modèles, et ses zones où il a planté ses griffes. Le Journal du Carnaval, publié en mars 2019 à l’occasion du carnaval de l’Inutile, nous donnait un début d’explication sur ses finalités dans un de ses articles.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
[Grèce] Escalades des violences policières dans le quartier d’Exarcheia  

Durant sa campagne, le nouveau premier ministre grec Mitsotakis avait annoncé vouloir « nettoyer le quartier d’Exarcheia en un mois ». Cette menace a été mise à exécution dès le 26 août avec l’expulsion de quatre lieux occupés en solidarité avec les migrants. Depuis, le quartier vit sous occupation policière et est la cible de véritables exactions. Retrouvez ici une compilation d’articles publiés sur le blog de Yannis Youlountas.


FLICAGE - SURVEILLANCE
À propos de la flic infiltrée débusquée au contre-sommet du G7  

Les camarades de Toulouse nous alertent sur le comportement plus que suspect d’une personne qui a participé ces derniers mois aux manifs des Gilets jaunes dans le Sud-Ouest et au contre-G7.
Ceci est un texte rédigé en urgence afin que l’info tourne et que toutes les personnes et tous les groupes que cette personne a approchés ces derniers mois puissent s’organiser en conséquence.


GENRE - FEMINISME
Se faire une place  

Il existe à Ambert un café féministe. Des copines y ont récemment ouvert une permanence en mixité choisie. Nous sommes allées les rencontrer de manière informelle. Nos discussions, faisant état de besoins similaires, ont porté sur les situations de domination auxquelles sont confrontées les femmes dans les espaces publics urbains et sur les moyens d’y faire face. Cet article, initialement paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019, en a découlé.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Don d’appareils électriques et électroménagers  

L’association l’ateliéphèmère vous propose un certain nombre d’appareils non testés et à prix libre.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7-EZ – C’est parti !!  

En direct-live du contre-sommet à Hendaye, des reporters des sites MUTU proposent chaque jour quelques nouvelles en photos et/ou récits du contre-sommet.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Code du policier de l’espace à Saint-Étienne  

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.