Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION

[Biennale du design] Éloge de la marchandisation

Au nom de la défense de la qualité de vie sur la région stéphanoise nous condamnons cette manifestation néfaste et toxique, comme pollution intellectuelle émanant d’une propagande mercantile qui pourrit la vie des stéphanois.


Le design est le mot qui marque son appartenance à la marchandisation de l’art et sa soumission au colonisateur culturel américain. Plus on parle de design moins on sait ce que dessiner veut dire. Le design désigne l’enrobage publicitaire des marchandises qui sortent sur le marché, le marketing culturel des désirs dissout dans la consommation, le merchandising lucratif de l’émotion du manque, la spéculation bourgeoise sur les sensations de l’absence.

Claude Weisbuch, professeur de gravure à l’école des Beaux-arts de St-Étienne, disait dans les années 70 que "la chose la plus importante pour bien dessiner, c’est de se mettre à l’aise." Ces notions de plaisir et de liberté ont disparu des fabriques à Design où ne comptent que la démarche du travail, sa conformité et sa souffrance. Sous le règne de la marchandise et de sa mise en représentation spectaculaire, la création n’est plus que de poudre de perlimpinpin jetée aux yeux de contemplatifs crédules. Dans l’ombre de la confusion, les autoproclamés créatifs sont des illuminés qui se prennent pour le créateur.

L’homme moderne a faim de création, alors "on achète de l’art comme on achète des spaghettis" (Marcel Duchamp). L’art est la présentation d’un processus de fétichisation de la marchandise. La réalisation d’une œuvre n’est plus que le support de son développement stratégique, seul la conception du produit est représentée dans les vitrines à contemplation. L’art est la fabrique publicitaire du merchandising novateur, "ils ne font pas des tableaux, ils font des chèques" (Marcel Duchamp). Sur ce marché culturel, seul le bourgeois qui achète, décide de ce qui doit être bon et fixe la valeur marketing à la Bourse des stratèges. L’art sert de publicité suprême à un capitalisme totalitaire qui se croit triomphant.

Et voilà que la Biennale du Design, cette entreprise de propagande des pouvoirs dominants, a pris comme objectif et comme promesse de rendre le durcissement de l’esclavage du travail en mutation, largement critiqué et contesté lors des manifestations récentes du printemps 2016, désirable et magnifique dans la perspective d’une nouvelle société technologique du bonheur informatisé. Changer l’image d’un travail devenu invivable en design supérieur d’une activité magnifiée, en faisant passer l’esclavage d’un travail obligatoire pour une liberté émancipatrice.

Le fait que le langage de la communication s’est perdu, voilà ce qu’exprime positivement le mouvement de décomposition moderne de tout art, son anéantissement formel.
(Guy Debord)

Travailler, c’est souffrir de devoir obéir à un impératif absurde, avilissant, destructeur, celui de produire des marchandises quelconques de manière rentable à n’importe quel coût physique, psychique et écologique. Travailler, c’est souffrir de devoir obéir à des chefs et/ou à des clients, de subir du harcèlement, des humiliations et autres souffrances. Travailler, c’est souffrir de devoir exécuter cet impératif dans des conditions éprouvantes physiquement comme nerveusement, d’où du stress, des dépressions, des déformations physiques, des accidents de travail, des burn‑out, des suicides. Travailler, c’est devoir accomplir une activité généralement indifférenciée, absurde et/ou destructrice. Travailler, c’est souffrir d’être réduit à un robot, une machine, un esclave. Travailler, c’est souffrir de rentrer vidé chez soi, de ne pas pouvoir vivre pleinement. Travailler, c’est souffrir d’être en perpétuelle guerre d’agression psychique avec ses frères et ses soeurs en raison de la concurrence capitaliste. Travailler, c’est souffrir d’être menacé chaque seconde d’élimination économique, d’obsolescence productive. Travailler, c’est souffrir d’une précarité permanente. Travailler, c’est souffrir d’être traité de "capital humain", de "mauvaise graisse", de "facteur humain", de "bras cassés", "d’inadaptés", de "fainéants", etc. Travailler, c’est souffrir d’être un soldat d’une guerre permanente, d’être sacrifié au nom de la Patrie économique. Travailler, c’est souffrir d’une augmentation continuelle de sa souffrance, au travers des réformes incessantes du travail. Travailler, c’est souffrir. (...)

"Ne travaillez jamais" signifie donc n’acceptez jamais ce monde où l’on doit vendre son temps d’existence, son activité, son faire, comme marchandise, comme marchandise produisant d’autres marchandises et de l’argent, comme marchandise produisant un monde de souffrance ‑ et de mort.
Nous sommes faits pour vivre, pour aimer, pour désirer, pour créer, et non pour produire des marchandises et nous vendre comme travailleurs.
(Comité érotique révolutionnaire)

Quand l’art se réduit au relooking de l’exploitation du travail, il devient la police secrète de la propagande de la marchandisation du monde. Le dépassement de l’art s’exprime aujourd’hui par la révolte dans la rue, réalisation critique de sa mort comme travail aliéné, et de sa vie sans entraves comme renversement de perspectives.

Contre la loi du travail et sa propagande publicitaire !
Détournement, blocage et sabotage !

Nanartiste Duduche

http://resistance-verte.over-blog.c...


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION

Stop LINKY GAZPAR

Un nouveau collectif d’action et d’information contre l’installation de compteurs communicants Linky, Gazpar et eau sur Saint-Étienne et sa région.




Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

le compteur gazpar prend de vitesse linky

Depuis quelques jours les habitants des quartiers Beaubrun, Tarentaize et Tardy ont reçu des courriers annonçant que les nouveaux compteurs gazpar allaient être installés prochainement. Ces compteurs sont prétendus "intelligents" car ils communiquent les données de consommation plusieurs fois par jour aux fournisseurs de gaz. Le tout en utilisant les ondes électro magnétiques. L’arrivée de gazpar sur Saint-Étienne précède le déploiement à partir de juin prochain du compteurs linky (pour l’électricité).
Ici ou là, la résistance pour des raisons économiques, de santé et contre la surveillance s’organise pour refuser ces installations.




Opinions   CONSOMMATION - GLOBALISATION

Le grand barouf démocratique ou la dérive mafieuse du pouvoir

La démocratie est devenue un tour de passe-passe à travers lequel un certain nombre de prétendants aux fonctions électives perçoivent le suffrage et le pouvoir comme le moyen de se blanchir.




Opinions   CONSOMMATION - GLOBALISATION

Dans le patio universitaire des lieux communs

Un essai sur la condition étudiante et quelques alentours
Nos camarades de la Cellule H1N1 viennent de publier un essai critique sur la condition étudiante, écrit suite aux échecs successifs des mouvements de révolte ces dernières années au sein des universités.




A Lire ailleurs   CONSOMMATION - GLOBALISATION / ECOLOGIE - NUCLEAIRE

Mode d’emploi pour démonter un compteur LINKY et rebrancher un ancien compteur

Suite au récent démontage d’un compteur Linky à Grenoble, voici un mode d’emploi pour celles et ceux qui souhaiteraient réitérer cette opération, que nous encourageons partout en France.
A lire sur Indymedia Grenoble




Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Compteur linky sur sainté... Arrivée prévue en juin 2017

Les compteurs linky devraient arriver en juin prochain sur sainté. Il serait peut-être bon de s’organiser pour y faire face. Plus d’info dans l’émission "joie rage et courage" sur radio Dio.




Opinions   CONSOMMATION - GLOBALISATION

Aux Champs-Elysées du vice électoraliste

De la présidentielle 2017 en France
De la fonte redoublée des glaces au Brexit anglais, des contestés jeux olympiques de Rio à la victoire de Donald Trump aux États-Unis, de Notre-Dame-des-Landes à la chute de Matteo Renzi en Italie, en passant par la révolte des Sioux et l’apostasie de présidence inaugurée en France par l’ectoplasmique François Hollande, tout ou presque tout, en 2016, aura échappé à "l’intelligence" du vieux pouvoir politique, et montré un épuisement d’icelui qu’aucun clignement d’œil médiatique ne parviendra plus maintenant à déguiser.




Saint-Étienne et alentours Couac   CONSOMMATION - GLOBALISATION / MEDIAS

Dans le monde merveilleux de Burger King

À lire dans Couac #1...
La multinationale américaine débarque en terre stéphanoise et a besoin d’employés dociles, qui seront formés aux frais de Pôle Emploi. Une réunion d’information a donc été organisée à la Maison de l’Emploi, afin de présenter les nombreux avantages à travailler pour la marque. Attention, certains propos sont aussi nauséabonds que la nourriture servie dans ses fast-food !




National   CONSOMMATION - GLOBALISATION / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à manifestation contre le climate chance

Lundi 26 Septembre 2016 à 14h à Nantes
Appel à diffuser autour de vous, pour lancer trois journées de blocage et de sabotage d’un événement international qui prétend faire partie de la solution alors qu’il participe directement au problème ! Si nous voulons défendre notre avenir, c’est au présent que ça se passe et en ne laissant pas les gros destructeurs de la planète et de nos vies décider à notre place !




International   CONSOMMATION - GLOBALISATION / ECOLOGIE - NUCLEAIRE

Appel à mobilisation : sabotons le climate chance !

Fin septembre 2016 à Nantes
Un sommet mondial des acteurs non-étatiques du Climat se réunissent à la cité des congrés de Nantes du 26 au 28 Septembre 2016. Pour un capitalisme plus vert et une exploitation labelllisée "durable", ces boîtes prépareront cet avenir irradié dont nous ne voulons pas.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
[Brochure - Zine] À l’intersection avec l’A45 #1  

Sortie il y a quelques jours, et diffusé notamment durant la marche voici intersection n°1, cette brochure compile plusieurs textes contre l’A45 :
- 1001 raisons de marcher pour que ça ne marche pas
- Le soleil à l’ombre de l’A45
- Contre l’A45 et la nouvelle prison, refusons les projets d’un monde plein de barreaux !
- Contre l’extension de la carrière de St Julien, mais pas seulement
- A45 qui fait quoi ?


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Rock against police, feuilleton radiophonique sur le 89.5  

Chaque lundi, à 12h et 19h, retrouve les six docus "Rock Against Police" sur le 89.5 : des lascars s’organisent ! : à la fin des années 70, dans un contexte de crise économique et de chômage, les expulsions de jeunes immigrés et les meurtres en banlieue, qu’ils soient commis par des flics ou des beaufs, se multiplient. Un réseau informel se constitue pour réagir en organisant une série de concerts Rock Against Police au beau milieu des cités. De 1980 à 1983, l’initiative fait tâche d’huile. Plusieurs concerts sont organisés en région parisienne, puis dans le reste de la France.


MOBILISATIONS - LUTTES
Marche contre l’A45 : le récit jour par jour  

Du 27 juin au 4 juillet, nous avons marché contre l’A45 de Saint-Étienne à Lyon. Avec lenteur et détermination, à la rencontre des habitant-es concerné-es par le tracé, en croisant les vécus, les ressentis et les avis sur ce projet. En passant par le grand rassemblement des opposant-es à St Maurice sur Dargoire, qui fut un succès. Nous avons marché aussi pour apporter notre voix, une des voix qui s’élèvent contre cette autoroute et son monde. Cette marche porte en germes notre résistance commune, qui fleurira à l’avenir. On ne lâchera rien !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Faîtes du libre  

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre


REPRESSION - PRISON
Emission Papillon du jeudi 15 juin 2017  

- Présentation du livre Ca ne valait pas la peine mais ça valait le coup, 26 lettres contre la prison par Hafed Benotman (édition du Bout de la Ville), co-fondateur de l’Envolée, disparut en 2015.
- Présentation de l’Envolée n°46
- Compte rendu du procès en appel de Romain, pour la mutinerie de Valence


REPRESSION - PRISON
Comment se renforcer face à la police et à la justice ?  

Suite à un premier rendez vous en mai, voici un deuxième moment de discussion et d’échanges. Lors de mouvements de contestations, au cours de luttes auxquelles nous pouvons participer, ou dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être confronté-es aux flics, et à la justice.
Mardi 20 juin 2017 de 19h00 à 21h30
Rdv sur le quai de la gare du clapier


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Banalités de base n°1  

Une première série de 100 aphorismes dialoguant avec des images afin d’établir une critique de l’Empire-marchand et un certain rapport au monde


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Tournée sur la situation au Vénézuela, en soutien au portail Contrapoder, La Libertaria et Indymedia Venezuela.  

Une tournée en France, de juin à septembre, pour présenter des vidéos et débats sur l’Arco Minero del Orinoco du Vénézuela (plan de minerie gouvernemental), et collecter des fonds pour acheter un serveur et un vieux ciné dans les Andes Vénézuelienne pour créer l’ Ateneo Museo Autonomo “La Libertaria”.
En recherche de dates


GENRES - FEMINISME
Soutenons le Festival afroféministe NYANSAPO !  

Soutenons la tenue du festival NYANSAPO, festival afroféministe militant à l’échelle européenne, du 28 au 30 juillet 2017 à Paris. C’est le collectif Mwasi qui organise et accueille cette première édition. C’est sans compter sur les tentatives de sabotage du festival, taxé de "communautariste" puisque proposant des espaces non-mixtes.


REPRESSION - PRISON
Ils sont en train de tuer Fabrice Boromée  

L’administration pénitentiaire veut éliminer Fabrice Boromée alors qu’il ne fait que demander un transfert en Guadeloupe pour être rapproché des siens.
Comme plus de 500 prisonniers originaires des DOM-TOM, Fabrice Boromée purge une peine en métropole, loin de ses proches. Il réclame son transfert en Guadeloupe depuis 2011.


MOBILISATIONS - LUTTES
Interdit(e)s de manif, unissons-nous !  

Ici nous voudrions attirer l’attention sur les interdictions de manifester, et comment y résister. Apparues dans ce mouvement à la mi-mai (à Paris pour onze personnes, à Nantes pour huit personnes et à Rennes pour une personne) les interdictions de manif sont, en réalité, des interdictions de séjour sur une zone donnée pendant une période donnée. En clair, on interdit de se rendre sur le parcours d’une manif le jour où elle a lieu.