Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Brèves du Couac


|

Quelques brèves sur les débats au Conseil municipal de Saint-Étienne et les décisions qui y sont prises...


Cravate fine et gros sabots : le style Perdriau.

Un conseil municipal c’est long, à Saint-Étienne, c’est bas de plafond. Le 16 janvier, nous y étions. À l’ordre du jour, deux points principaux parmi les quarante : le débat d’orientation budgétaire pour 2017 et la présentation du rapport sur le développement durable.
Inutile de te dire, cherE lecteurE, que le.la stéphanoisE du pavé n’a pas droit aux documents pour suivre de près les discussions, encadréE qu’ilLE est dans un coin de la salle, derrière deux piliers massifs et une barrière savamment située à hauteur de tête lorsqu’on est assis. Un genre de box de vingt places.
Les deux premières heures sont une vaste opération de communication verbeuse. La novlangue s’affiche en couleurs : « une ville qui vibre », « du rythme dans la ville », « ville de l’innovation artistique », « parcours du bien vieillir », « attention intergénérationnelle », « zone de destination commerciale », « le numérique facilite la ville », living lab, émulation, synergies, diversification… etc. À chaque délégation son label, à chaque éluE son opération de customisation.
Après 2 h 12 de lecture et d’échanges soporifiques, Madame Thomas, élue communiste, s’inquiète des répercussions humaines des transferts de compétences et de postes entre la ville et la métropole, le « turnover de personnel », et pointe la tenue à huis clos des conseils de quartiers : « question épanouissement des êtres humains, on peut mieux faire ». La parole continue de circuler, avant que le maire, vingt minutes plus tard, décide de lui répondre en s’octroyant un petit plaisir : « Quant à Madame Thomas qui se préoccupe du bien-être des êtres humains, alors là… J’avoue que je pense aux populations de la Corée du Nord, de la Chine, de l’Union soviétique, de la Roumanie, de l’Éthiopie, entre 60 et 80 millions de morts des régimes communistes, je dois dire que votre propos me fait penser que pour vous tous les êtres humains n’ont pas la même valeur ».
À celles qui veulent le son et l’image, c’est à 2 h 35 dans le replay du conseil municipal, disponible sur le site de la ville. À ceux qui s’étaient entichés de monsieur le maire et qui tomberaient de leur siège en visionnant cette vidéo, rassurez-vous, car : « Si vous avez aimé le dynamisme de 2016, vous allez adorer 2017 qui se fera sur le même rythme » !

[…] La suite

« On ne veut pas rater l’occasion d’aider les p’tits stéphanois », Conseil Municipal du 13 février, 126e minute.
Mais de quoi parle-t-on ?! Du dispositif Coup de pouce, sensé « favoriser l’apprentissage de la lecture et de l’écriture », « donner le goût aux plus jeunes du livre papier [car] c’est un plaisir qui doit se cultiver très tôt, une porte sur l’imaginaire et une première étape dans l’apprentissage de la citoyenneté » [1]. Pour cela, une subvention de 40 000 € a été votée et attribuée au Rotary Club [2] de Saint-Étienne lors du Conseil Municipal du 13 février. Ironie du sort — et de l’ordre du jour — les débats de cette séance se sont également portés sur les personnels ATSEM et sur leurs conditions de travail au sein des écoles de la ville. Ces Agents Territoriaux Spécialisés des Écoles Maternelles, majoritairement des femmes, ont déposé un préavis de grève le jeudi 9 février, reconductible jusqu’aux vacances de février. Leur syndicat majoritaire, la CGT Territoriaux de la Ville de Saint-Étienne, pointe le manque de moyens criant, avec notamment une ATSEM pour 48 enfants à l’école de Solaure, et « réclame l’affectation d’une ATSEM par classe pour toutes les écoles de la ville et la titularisation des précaires [...] » [3]. Nous voyons donc que tous les « p’tits stéphanois » ne sont pas logés à la même enseigne. Serait-ce là une illustration du caractère visionnaire de la politique de l’équipe municipale ? Où une approche restrictive de l’éducation ?

Pfuiiit, les conseils de quartier !

En matière de démocratie locale, à Sainté nous sommes servis. Sur décision du maire Gaël Perdriau, qui avait déjà par ailleurs supprimé une séance de conseil municipal sur deux, les conseils de quartiers se voient profondément remodelés. Selon une de nos taupes, qui s’était fadé par curiosité une ou deux de ces réunions publiques (dans leur version antérieure donc), celles auxquelles il avait assisté n’étaient déjà presque que des instances d’enregistrement de plaintes d’habitants sur des sujets hautement brûlants tels que crottes de chien, déchets encombrants et bruits de rue, bref du haut niveau de démocratie participative (ce mot de novlangue qui est par ailleurs un étonnant pléonasme). L’opposition PS a donc beau jeu de s’insurger du récent changement…
Mais qu’en est-il maintenant ? La majorité municipale LR se vante d’avoir mis en place avec ces conseils de quartiers rénovés « un nouveau dispositif pour être encore plus près de vous et à l’écoute de vos avis et attentes […] en maintenant une relation étroite entre vous et vos élus ». De quoi s’agit-il en vérité ? Désormais, ces réunions se tiendront en privé, seulement 3 fois par an, et surtout elles vont impliquer seulement 6 habitants, désignés aux deux tiers par… les élus de la majorité. On pourrait penser que le minimum à faire, concernant ces prétentions de démocratie participative, serait que n’importe qui d’intéressé par la chose puisse y assister et y participer. Mais apparemment les élus LR préfèrent avoir affaire à leurs amis et contacts habituels, pour avoir à coup sûr, une vision très plurielle et au plus près de la diversité des attentes des stéphanois ! « Provoquons l’avenir », mais en nous prémunissant de toute critique, surtout. Julien Talpin, chercheur en science politique au CNRS, fait cette analyse dans un article de 2016 : à partir d’une situation sur la ville de Roubaix, il déclare que les blocages et réticences en matière de démocratie participative « viennent très souvent des élus ». À mettre en regard avec notre illustration stéphanoise…
Nous pouvons autrement compter sur l’appli « MobiliSÉ », proposée depuis quelque temps par la Ville, pour signaler via smartphone tout « dysfonctionnement ». Voilà qu’on peut participer, on est bien rassuré.

[1Samy Kefi-Jérôme (adjoint à l’éducation), « Un “coup de pouce” à la réussite », dans Saint-Étienne Ville Design le Magazine, numéro 16, janvier 2017.

[2« Les membres du Rotary échangent des idées, connaissent les besoins de la collectivité et se retrouvent pour faire avancer les programmes qui permettent à l’organisation d’avoir un impact. » <rotary.org>

[3« Saint-Étienne, grève dans les écoles et les structures multiaccueil », <zoomdici.fr>


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Opinions   GENRE - FEMINISME / MEDIAS

[radio] Podcasts féministes : on va vous casser les oreilles !

Une sélection non exhaustive de podcasts féministes à mettre entre les oreilles de toutes et tous !


Saint-Étienne et alentours Ça Roule   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Diophonie #03

Vendredi 26 janvier 2018, soirée en soutien à Radio Dio présentée par Ça roule, le Dix-Sept, Maquillage/Crustacées, et Papillon. RDV à 20h30 au local Ça roule 15, rue Georges Dupré (Ramina Grobis) à St Etienne et l’entrée est PRIX LIBRE.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Sortie du n°5 de Couac

Après de longues vacances et quelques remises en question, l’équipe de Couac a continué l’aventure : fabriquer à plusieurs mains un canard local d’enquête critique. Pour bien démarrer cette nouvelle année, pas de dossier, mais de chouettes articles & illustrations pour une actualité toujours aussi surprenante !


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Du « sang », des clics et des mollards.

Une petite action s’est déroulé ce week-end au salon Tatou juste, voire le compte-rendu ici . Jusque là, rien d’exceptionnel, et rien de particulièrement foufou. Mais notre brave maire a sauté sur l’occasion pour monter tout ça en épingle et stigmatiser les opposant-es à l’A45...


A Lire ailleurs   MEDIAS

SOS d’un canin en détresse - Appel à soutien du journal CQFD

On le sait : les appels à soutien, c’est triste comme un jour sans vin. Et par les temps qui courent, c’est un peu trop tous les jours. Si on en est réduit, contraint et forcé, à cette extrémité, ce n’est pas par plaisir de la jouer lacrymal. Mais parce qu’il y a danger mortel pour le Chien rouge. Car oui : CQFD ne va pas bien. Du tout.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

DIOphonie #1

Le 19 octobre 2017, à la Gueule Noire Radio Dio vous propose DIOPHONIE #1 avec CASSE-GUEULE, DUBMENTALIST, MAUVAISE SURPRISE, AU FOND DU FURAN et de nombreuses surprises concoctées par l’équipe de la radio & friends ! Amène ta clef usb ou ton machin numérique ! Amène ta plus belle chemise et un p’tit sourire, et laisse ton chien et ton voisin réac où ils sont…
A partir de 20h30 / 5€ en soutien à Radio Dio + Adhésion Gueule Noire prix libre


A Lire ailleurs   MEDIAS / REPRESSION - PRISON

[Communiqué] Après Indymedia Linksunten, Indymedia Grenoble et Nantes sont victimes de l’antiterrorisme

Pour avoir publié un communiqué revendiquant l’incendie d’un garage de la gendarmerie de Grenoble dans la nuit du 20 au 21 septembre, les sites Indymedia Nantes et Indymedia Grenoble ont été menacés par la police française. Les équipes qui administrent ces sites ont reçu des courriels de l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC) exigeant la dépublication sous vingt-quatre heures des articles concernés, sous peine de blocage et déréférencement des sites.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Couac t’en penses ? Rencontre autour du journal Couac

Couac, journal local sur Sainté et sa région, propose un moment d’échange sur le journal.
Venez, tout en grignotant, discuter, partager vos impressions et faire des propositions !
La réunion a lieu le jeudi 21 septembre 2017 à 19h au bar l’Entrepots (Place Jules Guesde).


Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Les Wauquiezeries (Couac, n°3)

Laurent Wauquiez, qui est à la tête de la région Auvergne–Rhône-Alpes et est aussi vice-président des Républicains et député de Haute-Loire, drague volontiers l’électorat FN. Ses dernières actions et déclarations en témoignent.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Faîtes du libre

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Marche pour la forêt : montrons-leur de quel bois on se chauffe  

4 marches organisées par les syndicats de l’ONF traverseront la France afin de dénoncer les dangers pesant sur la forêt.
Une d’elle partira le 2 octobre de Valence. Elles se termineront le 25 octobre en forêt de Tronçais (Allier). La marche partant de Valence le 2 octobre, passera par l’Ardèche, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme et l’Allier.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Conditionnement toxique  

Nous oublions trop souvent que nos points de vue varient selon les situations, notre histoire et notre culture. Si notre mode de vie influe sur nos perceptions, voir d’une certaine façon crée sa propre réalité. Nous survivons sous influence d’un système qui formate nos conditions d’existences.


REPRESSION - PRISON
Projection du film « Faites sortir l’accusé, histoire d’un prisonnier longue peine »  

Projection du film « faites sortir l’accusé » de PeG, en présence du réalisateur au Méliès Saint-François, lundi 1er octobre. Une histoire d’amour et d’amitiés qui dévoile une partie de l’implacable machine judiciaire. Une plongée anti-spectaculaire dans le temps infini des longues peines.


MOBILISATIONS - LUTTES
Loi Travail : la répression continue  

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pub Belle la Ville ?  

Mercredi 5 septembre, place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne, un panneau publicitaire a retrouvé sa fonction d’affichage public. Le message commercial d’une agence d’assurances est en partie recouvert d’une affiche appelant à donner de la place à la culture plutôt qu’à la publicité.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
[Cluny] Salon des éditions libertaires  

Salon du livre liber­taire les samedi 29 et diman­che 30 ­sep­tem­bre 2018 à la salle des Griottons à Cluny.


MEMOIRE
Une Mine autogérée à Saint-Étienne... en 1891 !  

Inaugurée en 1891, la Mine aux mineurs de Monthieu dura jusqu’en 1908. Elle eut une vie agitée, secouée par de nombreux procès, et même une grève ! Et pourtant elle réussit à faire vivre, pendant plus de dix ans, entre 70 et 100 mineurs. Cette expérience, avec son histoire mouvementée et contrastée, peut être utile aujourd’hui encore, comme elle le fut à la fin du XIXe siècle.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Chère, très chère école privée !  

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


LOGEMENT - SQUAT
Squats et Loi Elan, une mise au point  

Petite mise au point sur la Loi Elan qui nous pend au nez.
Elle entraine de multiples modifications dégueulasses sur la question du logement dont une sur les squats.