Opinions   GENRES - FEMINISME / REPRESSION - PRISON

« C’était une Rébellion »

Jaqueline Sauvage a été condamnée en 2015 à dix ans de prison pour le meurtre de son mari Norbert Marot. Après une campagne de soutien, elle a obtenu une grâce présidentielle et a été libérée le 28 décembre 2016. En soi, cela ne signifie pas que la décision de justice selon laquelle elle était coupable est annulée.
C’est l’occasion de partager un texte qui nous a semblé intéressant, car il revient sur cette affaire en proposant une critique de la Justice ET une réflexion sur les violences sexistes et les réactions face à celles-ci. Nous l’avons trouvé sur le blog https://toutesgriffesdehors.noblogs.org/ où il a été publié en décembre 2015, et où l’on peut trouver d’autres articles creusant ces thématiques.


Crève la justice et son minable avocat général, Frédéric CHEVALLIER qui a osé déclarer que Mme Sauvage aurait dû « répondre de manière proportionnée » à la dernière violence subie : « un coup de poing ayant occasionné moins de trois jours d’Incapacité totale de travail » quand ce sont des décennies d’humiliations, de viols, de menaces, chantages, tabassages (…) qui ont été décrites par l’accusée, plusieurs de ses filles et d’autres membres de l’entourage .
… Cette crapule de première, qui s’est permis de plaider contre la situation de « légitime défense » que la justice sort de son chapeau quand il s’agit de disculper le gérant d’un commerce qui a abattu un braqueur ou couvrir un énième meurtre policier.
… Qui, drapé dans ses principes puants a dit « La peine infligée à Jacqueline Sauvage ne doit pas être un permis de tuer.

Mais de quoi parle-t-on ??? La femme qui comparaît a passé cinquante ans de sa vie enfermée dans ce couple, et elle a fini par tuer son geôlier dans un geste de survie, de libération. Il n’y a personne pour venir raconter au tribunal que Norbert Marot était un « brave mec », ni pour nier ce qu’il avait fait vivre à ses proches, au contraire. Un sale type un vrai. Dans cette situation terrible qui aurait pu être « simple » à comprendre, même pour le dernier des magistrats, les deux filles qui sont venues témoigner s’en prennent plein la gueule. Parce qu’elles ont survécu à leur père comme elles ont pu (en fuguant, en coupant les ponts…) et tenté de venir en aide à leur mère (en lui permettant de s’enfuir de la cellule conjugale…) mais qu’elles n’ont pas porté plainte, elles sont considérées comme suspectes et fautives aux yeux du tribunal.

Les charognes en toge ne comprennent apparemment pas que face à un type dangereux, armé et leur ayant déjà fait subir mille misères, que face à l’absence de soutien ou d’aide concrète de l’entourage, elles aient eu peur des représailles, peur de mourir et que cette peur ait pu les faire taire. L’infâme présidente s’adresse à l’une d’elle en tentant de la faire culpabiliser : « C’est le malheur de votre mère que vous avez fait ». Ouais ouais, cause toujours !!! T’as qu’à dire qu’elles sont connes, toutes ces femmes qui se retrouvent piégées dans des couples toxiques, dans des familles où elles s’étiolent à petit feu sous toutes sortes de violences et d’humiliations (psychologiques ou physiques) quand elles ne meurent pas sous les coups de leur mari, comme c’est le cas pour une centaine de femmes tous les ans. Nous on se dit que LA responsabilité est toujours celle du type qui décide de faire de la merde, et que si autant de types se le permettent et qu’autant de femmes le subissent dans la honte, le silence voire l’indifférence générale, c’est parce que ces saloperies s’inscrivent dans une société _justice comprise_qui est basée entre autres choses sur l’oppression des femmes. On ose à peine imaginer la condamnation, les horreurs dites par le tribunal s’il s’était agi d’un personnage plus « subtil », d’un notable quelconque [politicien, docteur, homme de loi, scientifique, patron d’une entreprise prospère…], en tout état de cause d’un type passant pour « ordinaire, banal, respectable », mimant le « bon père de famille » et entouré de personnes-qui-ne-croient-pas-une-seule-seconde-qu’il-ait-pu-faire-du-mal-à-une-mouche.

La juge leur reproche de ne pas avoir fait appel d’elles-mêmes à la justice qui prétend se placer en arbitre au-dessus des conflits entre les individus, départager les innocents des coupables et décerner à certain-es le statut de victimes à qui donner réparation. Comme s’il pouvait y avoir une réparation pour un viol, ou le meurtre de quelqu’un-e qu’on aime. Comme si l’enfermement (réponse déléguée à l’État), ou même la vengeance (que l’on décide de renvoyer soit-même à la tronche d’un agresseur) pouvaient alléger/réparer quoi que ce soit. Non seulement Jacqueline Sauvage n’a pas été la victime que l’on attendait qu’elle soit mais en tuant son mari elle est sortie du rôle de femme-passive que l’État-papa prétend protéger à grand renfort de mesures sécuritaires (fichage toujours plus généralisé de la population, caméras à tous les coins de rue, bracelets électroniques… par ailleurs la recherche d’individus suspectés de violences sexuelles a permis à l’état de demander et banaliser la coopération des citoyen-nes avec sa police, par le biais d’appels à la délation qui se sont étendus progressivement au restant des délits). Peu importent les raisons qui ont poussé Jacqueline Sauvage à bout : la seule violence acceptable aux yeux de la justice est la sienne, qui n’est qu’une partie de celle que l’État exerce continuellement pour se maintenir en place. Opérations militaires, milliers de mort-es aux frontières, enfermement toujours plus massif, mort-es dans les taules, les commissariats, les hôpitaux psychiatriques, mises sous camisole chimique…

La juge, cyniquement, reproche à Jacqueline Sauvage et à ses deux filles de ne pas avoir eu recours à la justice qui, sans aucune surprise, les infantilise/humilie/nie aujourd’hui, de ne pas être allées déballer leurs sacs de peurs, de souffrances et d’humiliations devant le premier flic venu (puis une blouse blanche, puis… puis…) puis devant un tribunal composé de dignes représentant-es du monde dans lequel nous vivons, un monde où le consentement, les désirs, la vie des femmes ne vaut pas grand chose, et leur parole encore moins. Où il est globalement admis que les hommes ne sont que les victimes de désirs « irrépressibles » tandis que les femmes sont immédiatement soupçonnées de « l’avoir bien cherché » (« après tout qu’est-ce qu’elles croyaient en traînant dehors à cette heure-ci, en tapinant, en faisant du stop, en étant habillée comme-ci ou comme-ça ? ») et que ce qui se passe à l’intérieur de la famille/du couple est une affaire strictement privée. Ce monde post-68 donne à ceux qui le veulent bien l’illusion que les femmes ont « été libérées » tandis que le sexisme, insidieusement transformé, continue à structurer la société, que les rapports de domination sont omniprésents et confèrent un pouvoir forcément nocif au « chef de famille », celui-ci ne manquant pas de rappeler « qui c’est qui commande ici ». Dans ce « meilleur des mondes », sur fond de morale religieuse/patriarcale tous les rouages sociaux (parents, curetons de tous poils, éducateurs, psy, instits, publicitaires…) s’acharnent à amputer les individualités jusqu’à modeler des petits garçons ou des petites filles (combien de fois on entend dire que « les hommes ne pleurent pas » ?). Dès le plus jeune âge, on inculque à tous-tes l’obéissance et la soumission (gare aux rebelles, la répression est féroce) et aux petites filles la certitude d’être « fragiles », la culpabilité, la honte de leur sexualité, la peur du viol comme traumatisme indépassable plutôt que de leur apprendre à se défendre et à y survivre, plutôt que de les encourager à prendre confiance dans leurs forces, à se considérer comme des individus autonomes et au centre de leurs propres vies. Cette société morbide prétend dicter à chacun-e ce qu’il ou elle ou… doit faire de son cul et le contrôle du corps des femmes (contraception/reproduction…) y reste un enjeu crucial de gestion de population, de maintien de la structure sociale. C’est aussi une garantie de stabilité pour le pouvoir qui préfère les femmes enfermées au sein de la famille puis du couple (hétérosexuel de préférence) quite à y subir les pires saloperies (la plupart des viols ont lieu dans ce cadre-là) qu’inventant leurs propres chemins…

Le pouvoir de tous ces petits despotes (mari, médecin, patron…) est aussi tissé de nos silences. Il est plus que temps de jeter sur la table nos histoires de femmes, des histoires en luttes, et des ressources pour s’extirper (chacune à sa manière, ensemble) de tout ce merdier.

On l’imagine s’étrangler sur son trône, la juge, quand l’accusée, non contente d’avoir survécu, de s’être débarrassée de celui qui lui pourrissait la vie, a affirmé « C’était une rébellion ». Elles ne sont pas là pour reconnaître la dignité ni la nécessité d’une révolte, ces magistrales crapules, et ces juré-es, idiot-es utiles mais ô combien nécessaires au fonctionnement de ce tribunal sordide. Ils et elles sont là pour faire des calculs d’apothicaires, en petites mains de justice bien planquées derrière leur code pénal, pour transformer des conflits, des situations toujours uniques en chefs d’inculpations, en circonstances aggravantes ou atténuantes, en éléments de preuves, en délits, puis en reconnaissance de culpabilité ou plus rarement d’innocence et en peines de prison.

Aujourd’hui de belles âmes citoyennes s’indignent et s’émeuvent de la condamnation, réduisant cette situation à un « symbole » au nom duquel demander la grâce présidentielle. Elles viennent contester la désignation de Jacqueline Sauvage comme coupable (qui fait de Norbert Marot la victime) pour demander qu’elle soit reconnue comme victime (faisant de Norbert Marot le coupable à titre posthume) et contribuent à alimenter le rêve réformiste d’une justice plus juste, d’une société aux rapports de domination plus policés, acceptables. Peut-être que pour se faire un coup de pub auprès de cet électorat progressiste, la grâce (il est parlant ce mot religieux) sera finalement accordée à Jacqueline Sauvage, et que celle-ci pourra vivre un peu, enfin.
Contrairement à ces dernières nous refusons de dialoguer avec un pouvoir qui nous dépossède jour après jour de nos vies en prétendant en codifier tous les aspects (soi-disant en notre nom et pour notre bien). Contrairement à tous ceux qui voudraient négocier la longueur de leurs chaînes, nous pensons qu’il n’y a aucune liberté possible à l’ombre d’une prison ni sous l’égide d’une puissance supérieure (Dieu, État…).

Assez de sexisme intégré, de faux-semblants. Si on ne parle pas de ce qui nous pourrit la vie, à quoi bon parler ?
Assez de larmes, de plaintes, de demandes de « réparation ». Assez de délégation, d’expertes, de « spécialistes » . Nous sommes les mieux placées pour nous réparer. Finies la honte, la culpabilité : place à la colère ! Ce n’est certainement pas en se représentant à nous-même comme des (potentielles) victimes à protéger que nous trouverons les ressources pour combattre tout ce qui nous opresse au quotidien. il nous faut détruire l’idée même de justice si nous voulons avoir une chance d’être libres un jour, et apprendre à affronter dès aujourd’hui, à partir de notre cœur et de notre cerveau, de notre éthique et de nos expériences, les conflits/agressions qui entravent notre route.
Il n’y a de dignité que dans la révolte.

Pour vivre, et non plus survivre, Passons à l’assaut de tout ce(ux) qui voudrai(en)t nous mettre à genoux.

LIBERTÉ !"

(article trouvé ici)


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Proj / Discute / Concert

Samedi 24 juin 2017 à la Gueule Noire à partir de 19h :
Projection du film "Enfermés Vivants" suivie d’un moment d’échanges sur la question de l’enfermement.
Concerts à partir de 21h30
C’est à prix libre, et il y aura des frites




Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Hafed Benotman et L’Envolée à la Librairie Un Petit Noir (Lyon)

Ce jeudi 15 juin, à partir de 20h, à la librairie Un Petit noir (montée de la Grande Côte), émission Papillon en public et en direct sur Radio Canut 102.2 fm et Radio Dio 89.5 fm (région stéphanoise).
Avec des membres de L’Envolée




Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Emission Papillon du jeudi 1er juin 2017 + dernières émissions

Au sommaire :
. Nouvelles de Fabrice Boromée, prisonnier guadeloupéen incarcéré pour une très longue peine et à qui l’Administration Pénitentiaire refuse le transfert auprès de ses proches, en Guadeloupe.
. Interview de Chloé Medhi, auteur de romans noirs. Dans ses romans Chloé évoque des histoires de prisons, de crimes policiers, de vengeance...
. Annonce du procès de Romain Leroy à Grenoble le 14 juin.




National   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Appel a soutenir Romain Leroy au tribunal de grenoble

Rassemblement au TGI de Grenoble mercredi 14 juin 2017 à 13h pour soutenir Romain Leroy, jugé en appel pour la mutinerie de novembre 2016 au Quartier Maison Centrale de la prison de Valence.




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Quelques infos et remarques au sujet du projet de construction de la nouvelle prison dans la Loire

"On n’humanise pas un cimetière" Top El Hadj, lors de son procès pour évasion de la Centrale de Moulins.
La maison d’arrêt de la Loire se trouve à la Talaudière, commune qui touche Saint Étienne.
Il y a 328 places "officielles" dans cette vieille taule pourrie construite en 1968, un quartier hommes, un quartier femmes, et un centre de semi-liberté (construit plus récemment). L’été dernier, un article de plus évoquait la "surpopulation", avec plus de 480 enfermé-es.




Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

La répression du mouvement contre la loi Travail continue !

Trois militant-es ayant participé au mouvement contre la loi Travail subissent eux aussi la répression judiciaire suite à leur engagement du printemps dernier. Convoqués par la police, ils ont refusé le fichage ADN et pour cela la justice s’acharne et les poursuit. Un rassemblement de soutien aura lieu le jour de leur audience : mardi 23 mai 2017 à 13h devant le Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne.




National   REPRESSION - PRISON

Relaxe pour Jann-Marc Rouillan

Le procès en appel de Jean-Marc Rouillan a eu lieu le mardi 18 avril 2017 à la cour d’appel du tribunal de Paris.
Verdict du 16 mai : 18 mois dont 10 avec sursis !
Restons solidaires. Ne laissons pas faire !!!
(MAJ le 20/05/2017)




A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Tours : la manifestation du 7 mai dispersée à coups de tonfas

"En marche pour cinq ans de lutte."
Comme partout en France, plusieurs manifestations Ni Le Pen, ni Macron, ni patrie, ni patron ont eu lieu dans l’entre deux tours à Tours. Ce dimanche soir c’était derrière la banderolle "En marche pour cinq ans de lutte" que se sont réunies une centaine de manifestant·es pour une nouvelle manifestation sauvage... sauvagement réprimée...




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Comment se renforcer face à la police et à la justice ?

Moment d’échange d’expériences et réflexions
Lors de mouvements de contestations, au cours de luttes auxquelles nous pouvons participer, ou dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être confronté-es aux flics, et à la justice.
Ceux-là ont pour fonction de réprimer, de faire disparaitre la déviance et la contestation... pour que chacun-e accepte le monde tel qu’il est.




Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Emissions papillon du 16 mars et du 6 avril 2017

Émission du 16 mars 2017 :
- Retour sur le procès de la deuxième mutinerie au Quartier Maison Centrale de la prison de Valence.
Émission du 6 avril 2017 :
- Interview de Adeline, compagne d’un des deux inculpés de la mutinerie de Valence, transféré depuis à la prison ultra sécuritaire de Condé sur Sarthe.
- Interview de Lindia dont le fils est incarcéré au centre de détention de Châteauroux, qui nous raconte ses déboires avec la matonnerie et nous raconte la situation ubuesque dans laquelle elle et son fils se retrouvent.




0 | 10 | 20 | 30 | 40
A Lire ailleurs   GENRES - FEMINISME

Un groupe aux propos sexistes et racistes qui tourne dans nos lieux : Bonheurs Inutiles.

Une découverte musicale gerbante aujourd’hui. Un groupe de chanson française pseudo punk qui tourne visiblement partout en France, en Suisse, en Belgique, dans les bars, la rue, mais aussi et surtout dans nos endroits militants.
Ça s’appelle Bonheurs Inutiles. Outre le fait que ça n’a aucun intérêt musical, ces deux gars blancs cis hétéro ont des propos ultra misogynes et racistes et disent ainsi dénoncer la société...




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

Soirée RAP + Open Mic + DJ set en soutien au Femcees Fest

Le 27 MAI 2017 à la Gueule Noire
Cette année le Femcees Fest est de retour pour la 5e session !
Toujours plus de meufs s’emparent du micro ou de diverses disciplines du Hip Hop pour s’exprimer et c’est tant mieux. En perspective fin octobre 2017, un festival de 3 jours avec des ateliers, du son, du graff, d’la danse, un état d’esprit !




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

Do (Cl)it Yourself !!

Samedi 13 mai 2017, site Mosser à Saint-Étienne. A partir de 13h atelier entre femmes autour du clitoris (sur inscription) et discussion en la présence de Manon Labry, auteure du livre "Riot Grrrls. Chronique d’une révolution punk féministe" au Gran Lux suivis d’une soirée concerts/mixes à Ursa Minor.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

Films le 5 mai au 17 rue de la mul’

Un moment convivial en soutien femcees fest 2017
à voir, à boire, à manger, à écouter...




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRES - FEMINISME

Rassemblement de soutien aux LGBTI Tchétchènes

Pendant que des hommes homosexuels tchétchènes se font arrêter, torturer et tuer, nos représentant-es, français-es et européen-nes ne font rien.
RDV samedi 22 avril 2017 à 18h, place de l’Hôtel de ville.




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

P’tit resto antispéciste de la Gueule Noire en soutien au Femcees Fest 2017

SAMEDI 15 AVRIL 2017
12H00 : Repas vegan bio & prix libre en soutien au Femcee’s Fest




Saint-Étienne et alentours   GENRES - FEMINISME

Journée De La Visibilité Trans

Journée d’échange et de formation sur l’accès aux soins des personnes trans qui se déroulera dans les locaux d’Actis suivie de la projection du film « TANGERINE » de Sean S. Baker.
La projection sera suivie d’une discussion-débat autour de la situation des personnes trans en France, de leurs combats et de de leurs revendications.
Jeudi 6 avril, la journée à Actis, puis 20H00 au cinéma Le Méliès (Jean-Jaurès)




Saint-Étienne et alentours   GENRES - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Conférence] "Les ouvrières à l’épreuve du féminisme et du syndicalisme"

Conférence de Fanny Gallot, mercredi 22 mars 2017, 18h, Université Jean Monnet, Saint-Étienne, campus Tréfilerie, amphithéâtre E01
Entrée libre




National   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

Cerises & Grenades Tribune pour trois femmes révolutionnaires.

Jeudi 9 mars 2017 à 20 h au Cinéma les Amphis à Vaulx-en-Velin, dans le cadre de la Journée internationale des Droits des Femmes Organisée par le collectif des Femmes coordonné par l’Espace Projet Inter-associatif et la ville de Vaulx-en-Velin




National   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRES - FEMINISME

2ème numéro de la revue Assiégées

Revue décoloniale, nous poursuivons notre ambition de mettre au centre de la revue les racisé·e·s sous le joug du patriarcat, tout en nous inscrivant dans la lutte contre le capitalisme. Après un premier numéro autour de l’étau, la question qui traverse ce second numéro est celle de la lutte.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
[Brochure - Zine] À l’intersection avec l’A45 #1  

Sortie il y a quelques jours, et diffusé notamment durant la marche voici intersection n°1, cette brochure compile plusieurs textes contre l’A45 :
- 1001 raisons de marcher pour que ça ne marche pas
- Le soleil à l’ombre de l’A45
- Contre l’A45 et la nouvelle prison, refusons les projets d’un monde plein de barreaux !
- Contre l’extension de la carrière de St Julien, mais pas seulement
- A45 qui fait quoi ?


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Rock against police, feuilleton radiophonique sur le 89.5  

Chaque lundi, à 12h et 19h, retrouve les six docus "Rock Against Police" sur le 89.5 : des lascars s’organisent ! : à la fin des années 70, dans un contexte de crise économique et de chômage, les expulsions de jeunes immigrés et les meurtres en banlieue, qu’ils soient commis par des flics ou des beaufs, se multiplient. Un réseau informel se constitue pour réagir en organisant une série de concerts Rock Against Police au beau milieu des cités. De 1980 à 1983, l’initiative fait tâche d’huile. Plusieurs concerts sont organisés en région parisienne, puis dans le reste de la France.


MOBILISATIONS - LUTTES
Marche contre l’A45 : le récit jour par jour  

Du 27 juin au 4 juillet, nous avons marché contre l’A45 de Saint-Étienne à Lyon. Avec lenteur et détermination, à la rencontre des habitant-es concerné-es par le tracé, en croisant les vécus, les ressentis et les avis sur ce projet. En passant par le grand rassemblement des opposant-es à St Maurice sur Dargoire, qui fut un succès. Nous avons marché aussi pour apporter notre voix, une des voix qui s’élèvent contre cette autoroute et son monde. Cette marche porte en germes notre résistance commune, qui fleurira à l’avenir. On ne lâchera rien !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Faîtes du libre  

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre


REPRESSION - PRISON
Emission Papillon du jeudi 15 juin 2017  

- Présentation du livre Ca ne valait pas la peine mais ça valait le coup, 26 lettres contre la prison par Hafed Benotman (édition du Bout de la Ville), co-fondateur de l’Envolée, disparut en 2015.
- Présentation de l’Envolée n°46
- Compte rendu du procès en appel de Romain, pour la mutinerie de Valence


REPRESSION - PRISON
Comment se renforcer face à la police et à la justice ?  

Suite à un premier rendez vous en mai, voici un deuxième moment de discussion et d’échanges. Lors de mouvements de contestations, au cours de luttes auxquelles nous pouvons participer, ou dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être confronté-es aux flics, et à la justice.
Mardi 20 juin 2017 de 19h00 à 21h30
Rdv sur le quai de la gare du clapier


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Banalités de base n°1  

Une première série de 100 aphorismes dialoguant avec des images afin d’établir une critique de l’Empire-marchand et un certain rapport au monde


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Tournée sur la situation au Vénézuela, en soutien au portail Contrapoder, La Libertaria et Indymedia Venezuela.  

Une tournée en France, de juin à septembre, pour présenter des vidéos et débats sur l’Arco Minero del Orinoco du Vénézuela (plan de minerie gouvernemental), et collecter des fonds pour acheter un serveur et un vieux ciné dans les Andes Vénézuelienne pour créer l’ Ateneo Museo Autonomo “La Libertaria”.
En recherche de dates


GENRES - FEMINISME
Soutenons le Festival afroféministe NYANSAPO !  

Soutenons la tenue du festival NYANSAPO, festival afroféministe militant à l’échelle européenne, du 28 au 30 juillet 2017 à Paris. C’est le collectif Mwasi qui organise et accueille cette première édition. C’est sans compter sur les tentatives de sabotage du festival, taxé de "communautariste" puisque proposant des espaces non-mixtes.


REPRESSION - PRISON
Ils sont en train de tuer Fabrice Boromée  

L’administration pénitentiaire veut éliminer Fabrice Boromée alors qu’il ne fait que demander un transfert en Guadeloupe pour être rapproché des siens.
Comme plus de 500 prisonniers originaires des DOM-TOM, Fabrice Boromée purge une peine en métropole, loin de ses proches. Il réclame son transfert en Guadeloupe depuis 2011.


MOBILISATIONS - LUTTES
Interdit(e)s de manif, unissons-nous !  

Ici nous voudrions attirer l’attention sur les interdictions de manifester, et comment y résister. Apparues dans ce mouvement à la mi-mai (à Paris pour onze personnes, à Nantes pour huit personnes et à Rennes pour une personne) les interdictions de manif sont, en réalité, des interdictions de séjour sur une zone donnée pendant une période donnée. En clair, on interdit de se rendre sur le parcours d’une manif le jour où elle a lieu.