International   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Colombie] Les avancées des accords de la Havane et la répression du mouvement social : deux volets d’une même stratégie gouvernementale


|

Les accords de la Havane avancent parallèlement à une série d’assassinats de leaders communautaires, une répression de manifestations et à une augmentation de menaces à l’encontre de défenseurEs des droits humains. *NdT : en Colombie on distingue les défenseurs des droits humains venant directement des communautés qui luttent contre les multinationales, les paramilitaires et/ou l’Etat... des humanitaires.
L’Etat, au lieu d’apporter des garanties énoncées devient au contraire un facteur de violence contre le mouvement social. Vu que les causes du conflit restent irrésolues, dès lors peut-on parler de postconflit ou plutôt de changement de dynamique d’un conflit qui va perdurer ?


(traduction d’un article de Colombia Informa paru le 23 nov)

Dans les quinze derniers jours, ont été enregistrés au moins les assassinats, les répressions et les menaces suivantes sur les mouvements sociaux :

Daniel Abri, de la municipalité de Trinidad, dans le Casanare (département plus foncé sur la première carte) fut assassiné par trois coups de feu. Reconnu pour sa lutte de défense de l’environnement contre les multinationales extractivistes, il avait dénoncé le rôle des compagnies pétrolières dans la sécheresse du Casanare. Il était membre du Mouvement Social Politique de Masses du Centre-Est et du Congreso de los Pueblos (guévariste).

*POUR PLUS D’INFOS SUR LES PETROLIERES, LA SECHERESSE ET LES PARAMILITAIRES DU CASANARE VOIR : "Au-delà de la sécheresse du Casanare", 20 min, juin 2014

https://vimeo.com/103205884

et aller dans CC en bas de l’écran pour mettre les sous-titres.

Ce jeudi 19 novembre, dans le Cauca (en rouge sur la carte ci-dessous), un paysan faisant partie de Marcha Patriótica (NdT : mouvement social non armé marxiste-léniniste) fut assassiné et 7 autres personnes reçurent des impacts de balle par l’armée régulière de Colombie. Accompagnée des flics, l’armée fit violemment irruption durant une manifestation qui portait sur l’erradication compulsive de cultures illicites. Les tirs contre les paysanNEs s’effectuèrent depuis des hélicoptères de l’armée faisant partie de l’avancée de 2000 militaires et agents erradicateurs. Prenant de surprise des habitations, lorsque les communautés réagissèrent sans armes, l’armée répondit par les tirs mortels.

VIDEO ATTESTANT DES TIRS DE L’ARMEE

Mercredi dernier, fut assassiné Ignacio Ernesto Males Navia, secrétaire du conseil Municipal et référent du mouvement paysan de la municipalité de Almaguer dans le Cauca. Un mois auparavant, le fils d’un paysan aussi nouvellement élu au conseil municipal, fut assassiné. "Depuis que les mouvements autochtone et paysan ont décidé de se présenter aux élections locales, les menaces sont plus fortes", explique-t-on dans le Cauca.

De plus, l’ACIN (Association des Cabildos des autochtones du Nord du Cauca) dénonce une mise à prix des assassinats des leaders et des ancienNEs de Corinto où depuis le 16 décembre 2014 a lieu une libération de la terre. Et en français pour plus d’infos aller dans fr. squat. net solidarité internationale avec les nasa.

Une marche sur Bogotá de 2000 autochtones a lieu en ce moment même pour appeler au rassemblement et à la lutte les différents mouvements sociaux.

Entre le vendredi 13 et le lundi 16 novembre des hommes encapuchés attaquèrent avec des armes lourdes la garde indigène de la réserve de Munchique Los Tigres, dans le Nord du Cauca. C’est là que se trouve le centre d’harmonisation Gualanday où le leader autochtone Feliciano Valencia doit purger une peine établie par l’Etat colombien (16 ans) au mépris de la justice autochtone autonome. Feliciano a pu sortir de prison étatique début novembre à la condition qu’il reste dans ce lieu. Feliciano avait été relaxé en première instance puis capturé et directement incarcéré il y a quelques mois pour avoir été le porte-parole lors de la Minga* de 2008 du mouvement autochtone soit-disant pour séquestration et torture.
Explication : Un infiltré militaire se faisant passer pour un autochtone avait été surpris par la garde indigène et puni par des anciens (petits coups de fouet symboliques et harmonisation spirituelle) puis relâché. Le major infiltré avait pour mission pour le compte de l’Etat de déposer tenues et explosifs sur le site pour montrer un lien entre les FARC et les autochtones pour que l’Etat puisse taxer de « terroristes » les communautés et légitimer une répression militarisée.

(*MINGA signifie « travail communautaire » mais désigne aussi une grande marche sociale communautaire rassemblant des milliers de personnes.)
(*NdT sur la minga de 2008 : En octobre 2008, des communautés se sont rassemblées à la Maria Piendamo dans le cauca, le CRIC (Conseil Régional des Indiens du Cauca) ayant convoqué le gouvernement en assemblée pour dénoncer les accords non respectés. Ce dernier a répondu par la répression : 102 blessés et deux morts, provoquant alors une marche sur Bogotá pour entrer en relation avec les exploitéEs du pays et insuffler une idée d’auto-gouvernement.
Les 5 points de la Minga portent sur le refus du Traité de Libre Commerce et des réformes constitutionnelles servant aux intérêts économiques des transnationales mais aussi sur la dénonciation de la guerre comme stratégie de spoliation des terres et la construction d’un agenda des peuples pour que « l’institution illégitime au service du capital transnational soit remplacé par un gouvernement populaire ».)

Le lundi 16 novembre, la secrétaire technique du Mouvement des Victimes de Crimes d’Etat -Movice- de Caldas, la defenseure des droits humains María Cardona Mejía, fut menacée dans la rue par une personne se disant ancien militaire. quand il passa à côté d’elle, il dit dans son téléphone portable assez fort pour qu’elle l’entende : « Quand j’étais militaire, les massacres, c’est ce qu’on devait faire. Et c’est ce qu’on va faire à la petite aux cheveux colorés (terme péjoratif) que j’ai à côté de moi et à son chef ». Le « chef » fait référence au membre du MOVICE Darío Ecsehomo Díaz ayant déjà été menacé.

Entre le 12 et le 14 novembre, de vieux terrains squattés, Las Orquídeas à Cali et Moravia sur Medellín furent investis par les brigades anti-émeutes -ESMAD-. Dans les deux cas, sur ordre des maires respectifs, l’objectif fut d’expulser des familles habitant sur les lieux depuis de nombreuses années. Il a été dénoncé des brutalités et des violations de droits humains concernant des mineurEs, des femmes enceintes et des personnes âgées.

Le 12 novembre, le paysan référent Marcha Patriótica du département de Córdoba, Arnobis Zapata, reçut une menace en texto : « Arrête de faire ces putains de dénonciation contre l’armée. C’est la dernière chance qu’on te donne de fermer cette bouche de fils de pute de communiste de merde. On sait très bien que c’est toi qui en es à l’origine. Si tu continues comme ça, on te plombe la gueule. Encore une dénonciation contre nous et tu vas crever sale chien ».

Au moins 6 leaders communautaires de Alto Baudó, dans le Chocó (en rouge sur la carte suivante) dénoncèrent des menaces envoyées pour qu’illes renoncent à la Minga communautaire* qu’illes organisaient.

Des témoignages rapportent que le maire aurait averti « Ne participez pas a la Minga sinon les paramilitaires vont vous tuer ».

LES ACCORDS DE LA HAVANE (AVEC LES Forces Armées Révolutionnaires de Colombie -FARC-) ET UN COCKTAIL EXPLOSIF EN COLOMBIE : LAISSER FAIRE LE PARAMILITARISME ET ENTERRER LES DENONCIATIONS FAITES PAR LE MOUVEMENT SOCIAL

La bonne nouvelle de ces derniers jours arrive de La Habana avec l’annonce de la libération de 30 guérilleros incarcérés souffrant de graves maladies, un geste du gouvernement pour « construire une confiance ».
Iván Márquez (NdT : Farc survivant du génocide politique de l’UNION PATRIOTIQUE qui eut lieu après le premier accord des FARC avec le président Betancur début années 80 avec environ 6000 personnes assassinées),

chef de la délégation sur la paix des Farc, affirma récemment que le délai de 6 mois accordés le 23 septembre dernier pourrait être à nouveau étiré, bien que les connaisseurs des négociations en cours certifient que la signature d’un accord sera un fait.
Mais

Pendant qu’à La Havane la paix est négociée, en Colombie les mouvements sociaux sont victimes de la guerre

explique le Sommet agraire ethnique et populaire.
(NdT : La Cumbre ou "sommet" est la conjonction de différentes tendances de mouvements sociaux de paysanNEs, d’afrodescendentEs et d’autochtones, dont le rassemblement est né lors des gros blocages de août-septembre 2013. La Cumbre a
d’ailleurs annoncé un blocage pour mars 2016.)
"Au sein du territoire national se vivent les plus violents assauts de part la force publique : les anti-émeutes, la police nationale et l’armée, avec des bombardements, ou des mitrailleuses, des fumigations (ndt : largages aériens de toxiques ayant des conséquences désastreuses sur les communautés d’un point de vue économique ou sanitaire) et des faux positifs* " avaient expliqué des membres du mouvement social après l’assassinat par des paramilitaires de Carlos Pedraza et des répressions sur le mouvement de libération de la terre des autochtones Nasa du Cauca.

(*Les Faux Positifs sont les personnes maquillées en guérillerxs pour faire du chiffre. En bas de la hiérarchie, les soldats ramenant des faux guérillerxs ont eu droit à des primes et des permissions, et en haut, les généraux se targuaient d’accomplir leur mission et de justifier ainsi les milliards investis par les USA dans les deux Plans Colombie successifs. Des milliers de personnes ont ainsi été tuées, dont de nombreux indigents à qui l’on promettait du travail avant de les assassiner. Des trafiquants ont ainsi profité de vendre leur "marchandise" aux militaires pour environ 150 dollars par tête.)

Dès lors, ce qui suivit confirma la tendance : détentions arbitraires de 13 jeunes du Congreso de los Pueblos et de Colombia Informa de Bogotá, l’arrestation du professeur d’université Miguel Ángel Beltrán, et plus récemment celle de Feliciano Valencia. (voir autres articles Colombie)
Qu’il y a-t-il derrière cette violence constante contre le mouvement social au même moment où se consolide le discours officiel de la "paix" ?
Fabián Laverde de l’organisation colombienne COS-PACC explique : "d’une part, le gouvernement nie en bloc l’existence du paramilitarisme, d’autre part, il y a une négligence absolue des dénonciations que nous faisons depuis le mouvement social quant aux menaces et aux actions concrètes portées à l’encontre de ces territoires." video de Colombia Informa de 4 min soustitrée Le catatumbo contre le paramilitarisme

POSTCONFLIT OU SIMPLE CHANGEMENT DE MODE OPERATOIRE DU CONFLIT ?
L’idée de postconflit est un pilier du discours présidentiel et des médias hégémoniques.
"Il reste juste à attendre la paix du postconflit" avait assuré le président Santos un an auparavant devant la Cumbre Agraria (le rassemblement des mouvements sociaux expliqué plus haut).
Les porte-parole qui se firent convoquer à la "paix" sont celleux qui dénoncent l’escalade répressive de part les forces publiques et le paramilitarisme et de la connivence gouvernementale.
"Parler de postconflit est mensonger" analysa l’historien Renán Vega Cantor, donnant une autre interprétation des négociations avec l’insurrection mais aussi de la dynamique du mouvement social.

Qu’il y ait un accord entre le gouvernement et les Farc et éventuellement avec l’ELN, ne signifie pas que le conflit va disparaître comme le chantent les médias dominants. Mais regardez vous-mêmes la perversité qu’il y a lorsqu’il se dit que le conflit en Colombie est du aux guérilleros belliqueux.
Et que si les guérillas disparaissent alors vont disparaître automatiquement le mouvement social, les manifestations. C’est une idiotie

affirma Renán Vega Cantor, en outre investigateur à la Commission Historique du Conflit et de ses Victimes.
Cependant, le président santos ne parait prêter la moindre attention à cette demande du mouvement social. Mais au contraire, dans la répression par la force publique, la mort, et le "laisser-faire" du paramilitarisme ainsi que la mésattention des dénonciations du mouvement social, il semble jouer un rôle primordial.

P.-S.
Traduction d’un article paru le 23/11 sur Colombia Informa, média alternatif sur internet. Des notes ont été ajoutées pour contextualiser. Pour plus d’infos : voir la brochure : Textes et paroles de ColombienNEs dans infokiosques.net et pour toute question : bernardinettigna gmail.com


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Lecture de poésie palestinienne

Lecture de poésie palestinienne dans le cadre de l’exposition photo « La Palestine de 1880 à 1942 » à la MJC des Tilleuls - rue du Pavillon Chinois - Saint Etienne
Samedi 22 septembre 2018 à parti de 18H30


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection du film L’Amour et la Révolution de Yannis Youlountas Ven 05 octobre

Soirée PROJECTIONS DU FILM « L’AMOUR ET LA RÉVOLUTION » en présence du réalisateur Yannis Youlountas accompagné d’un repas partagé et La Myie aux Tiroirs « polyphonie arpitane »
Vendredi 5 octobre 2µ018 à la salle associative Le Bret - Chazelles sur lyon (42)


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Expo photos] La Palestine de 1880 à 1942

Cette exposition de photographies recueillies par Ahmed Dari, Calligraphe palestinien, est proposée par l’AFPS Saint Etienne dans le cadre de ses actions de promotion en faveur de la culture palestinienne. L’exposition se déroule à la MJC des Tilleuils du 10 au 30 septembre 2018. Entrée Libre de 14h à 18h. Le vernissage aura lieu vendredi 14 septembre 2018 à 18h.


A Lire ailleurs   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

The Guinguettes Is Back ! (à Crest...)

Nous sommes quelques enfants sauvages à avoir eu envie de ramener du politique/festif pour démarrer cette rentrée comme il se doit. Voilà comment naît l’idée des guinguettes de soutien dans la ville trop morne de Crest.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Soirée de soutien aux ouvrières de l’usine Flomar en Turquie, le 4 août

En Turquie, des ouvrier.ère.s de la marque de cosmétiques Flormar du Groupe Rocher ont été licencié.e.s parce qu’elles-ils se sont syndiqué.e.s.
Samedi 4 août à la Gueule noire
20H30 projection
22H concert


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Concert solidaire] Choeur de jeunes palestiniens + Petits Chanteurs de Lyon

Concert solidaire pour la promotion de la culture palestinienne : chœur de jeunes palestiniens (35 de Bethléem, 25 d’Hébron) + Petits Chanteurs de Lyon dimanche 01 juillet à Montplaisir


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Licenciement de 124 ouvrières du groupe Rocher en Turquie : rassemblement de solidarité

Les Sampianes appellent à boycotter Yves Rocher pour protester contre le licenciement abusif de 120 ouvrier.e.s (majoritairement des ouvrières) de l’usine Flormar en Turquie (à Gebze), usine dont le groupe Rocher est le principal actionnaire (51%). Rassemblement de soutien sur Saint-Étienne le Mercredi 20 Juin à 16h, Place du Peuple


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection et débat en soutien à « La Libertaria » au Venezuela

Mardi 19 juin au Bilboquet, place Jules Guesde à 18h30
Besoin de graines bio, vieux portables, téléphones portables avec caméra, antennes wifi, clé USB, câbles réseaux, amplificateur de réseaux, arroseurs, une lame de faux à blé...


International   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Palestine : Mobilisation réussie à Saint-Etienne le 5 juin 2018

200 personnes s’étaient réunies place de l’hôtel de ville à Saint-Etienne pour s’opposer aux crimes israéliens. De nombreuses pancartes affichaient des messages clairs comme « Stop à l’occupation », « Justice en Palestine », « Netanyahu dégage » et « non à la saison France-Israël »


International   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Lutte contre le pinkwashing en israel

Le Festival international du film LGBT de Tel Aviv 2018 (TLVFest) est frappé par une vague d’annulations avant son ouverture.
PACBI, 29 mai 2018


A la une...

LOGEMENT - SQUAT
Soutien aux migrant.e.s dans les Alpes : deux expulsions de lieux solidaires en moins d’une semaine  

Le mercredi 10 octobre à 8 heures, le squat refuge « Chez Jésus » a été violemment expulsé par la police italienne. Ce refuge autogéré perché à plus de 2000m d’altitude, à 500 mètres de la police aux frontières italienne, accueillait les migrant·es qui voulaient venir en France. Hier matin, c’est la maison Cézanne de Gap qui était expulsée, laissant à la rue 17 personnes.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
L’ A 45 est « définitivement » abandonnée ! La lutte paye !  

La ministre des transports Elisabeth Borne a confirmé l’abandon du grand projet - bien inutile et nuisible - d’autoroute entre Lyon et Saint-Etienne. Première réaction de la coordination des opposants.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
A Marseille, manifestation pour défendre la Plaine !  

Depuis des années, les habitant.es et les usagèr.es de la Plaine à Marseille se battent contre le projet de « requalification » de la place, piloté par la Mairie et son bras gentrificateur, la Soléam. Entre le développement d’Euroméditerranée et l’opération Grand Centre Ville, ce n’est pas seulement la Plaine mais aussi les quartiers de Noailles, Belsunce, les Crottes, la Belle de Mai etc. qui sont destinés à être « nettoyés » pour les touristes et les développeurs.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Razan, une trace du papillon  

Dimanche 21 octobre 2018 à 20:30 - Amicale laïque de Tardy
Le film sur Razan el-Najjar, jeune infirmière palestinienne de 21 ans tuée le 1er juin 2018, qui a été tourné cet été sera suivi d’une discussion avec le cinéaste et les parents de Razan.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Rassemblement de soutien au personnel des Ehpad de Saint-Etienne  

Notre camarade Malik Dazy Khammar (délégué syndical en charge des résidences de personnes âgées), suite à l’interview réalisé le 29 septembre sur les conditions d’accueil des personnes âgées dans les résidences municipales stéphanoises, par Fabrice Devésa diffusé sur facebook, est convoqué lundi 15 octobre à 8h par la DRH de la ville de Saint-Etienne.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Deuxième édition des Mots Délivrent, le festival littéraire du café-lecture le Remue-Méninges  

Pour la deuxième fois, le café-lecture stéphanois investit ses locaux et tourne sa programmation vers la lecture, l’écriture mais pas que ... pour un festival gratuit, ouvert à tous et trans-artistique du 15 au 18 novembre


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Les livres sont-ils assez design pour Sainté ?  

Alors que la Fête du livre ouvre ses portes ce jeudi 11 avril 2018, nous proposons la lecture d’un article du Couac paru à l’issue de l’édition précédente. Les échos qui nous parviennent de l’événement à venir laissent à penser que certaines des interrogations soulevées demeurent actuelles. Toute actualisation par la proposition d’un nouvel article ou l’ajout de commentaires est donc bienvenue !


MOBILISATIONS - LUTTES
Rentrée sociale mardi 9 octobre : grève et manifestation à 10h30, bourse du travail  

Rentrée sociale mardi 9 octobre : grève et manifestation à 10h30, bourse du travail.
Le rouleau compresseur gouvernemental se montre sourd aux protestations légitimes, grèves et manifestations contre la casse du service public, du rail, du Code du travail, contre le gel du point d’indice et le rétablissement de la journée de carence pour les fonctionnaires...


DROITS SOCIAUX - SANTE
Grève illimitée au CHU de Saint Etienne, la mobilisation prend de l’ampleur  

Depuis le vendredi 21 septembre, une gréve illimitée est en cours au service psy du CHU de Saint Étienne. Une semaine après le début le mouvement s’est étendu aux autres services, en même temps se tient le procès de l’hôpital contre les emprunts toxiques contractés il y a une dizaine d’année.


MEMOIRE
Dix ans d’Action directe - Un témoignage, 1977-1987  

Dans le cadre du « LFP : 20 Years Fest », Jann Marc Rouillan viendra le jeudi 11 octobre 2018 à 18h à Ursa Minor. présenter son dernier livre « Dix ans d’Action directe - Un témoignage, 1977-1987 » paru chez Agone.


DROITS SOCIAUX - SANTE
« Toxic Tour » de Saint-Étienne  

Le "Toxic Tour Saint-Étienne 2018" partira le lundi 15 octobre à 15h du centre commercial « Steel », en construction, puis rejoindra la manufacture d’arme (Epase) au nord de la ville.
Le tour s’achèvera par une table-ronde dans la Manufacture d’arme à 18h30 regroupant les animateurICEs du tour ainsi que d’autres personnes et collectifs.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Marche pour la forêt : montrons-leur de quel bois on se chauffe  

4 marches organisées par les syndicats de l’ONF traverseront la France afin de dénoncer les dangers pesant sur la forêt.
Une d’elle partira le 2 octobre de Valence. Elles se termineront le 25 octobre en forêt de Tronçais (Allier). La marche partant de Valence le 2 octobre, passera par l’Ardèche, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme et l’Allier.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Conditionnement toxique  

Nous oublions trop souvent que nos points de vue varient selon les situations, notre histoire et notre culture. Si notre mode de vie influe sur nos perceptions, voir d’une certaine façon crée sa propre réalité. Nous survivons sous influence d’un système qui formate nos conditions d’existences.


MOBILISATIONS - LUTTES
Loi Travail : la répression continue  

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
LFP : 20 Years Fest  

Le collectif La France Pue fête ses 20 ans d’existence. Le fest se passe en ville, pas de possibilité de camping, prenez vos dispositions (dodo chez des potes, airbnb etc...) !
Pas de chiens ni de bébés dans les concerts, merci. ATTENTION !! : Nombre de places limité, les concerts vont afficher complet, réservez vos places avant qu’il ne soit trop tard.