Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Réponse au mouvement de grève des matons et Communiqué de prisonniers de Fleury-Mérogis




Le mouvement de grève des gardiens de prison suite à l’agression d’un des leurs par un prisonnier menacé d’extradition est largement médiatisé, mais les conséquences de leur mouvement sont systématiquement passées sous silence.


Prisonniers et prisonnières sont privés de travail et de cantine ; les promenades sont écourtées ou supprimées ; dans certains établissements, les surveillants coupent l’eau et l’électricité. De nombreux parloirs sont suspendus, ou reportés.Le maintien des liens familiaux, déjà si difficile, est encore mis à mal. La violence de ce traitement exacerbe encore les frustrations des prisonniers, qui subissent déjà la violence de l’enfermement : ce mouvement ne peut que les pousser à bout et provoquer de nouveaux débordements.

L’Envolée, le Syndicat pour le respect et la protection des prisonniers et l’association Pour les détenus de France, harcèlement physique et moral appellent à une conférence de presse à ce sujet.

Conférence de presse à voir ici

Une semaine avant, des prisonniers de Fleury-Mérogis bloquent une des promenades de la prison. S’en est suivie la rédaction collective du communiqué suivant.

Communiqué de prisonniers de Fleury en réponse aux blocages des matons

Nous, prisonniers, condamnés ou prévenus, enfermés à la maison d’arrêt de Fleury Mérogis, lançons un appel contre la conquête sécuritaire qui se joue en ce moment à travers les mobilisations des surveillants de prison dans toute la France.
Cet appel vise également à construire une force collective entre les détenus en lutte et à l’extérieur. Depuis plusieurs jours, des surveillants de prisons bloquent les entrées des maisons d’arrêt, centrales et centres de détention du territoire français. Ici, à Fleury Mérogis, l’établissement est régulièrement paralysé depuis le début de semaine par plusieurs dizaines de surveillants, empêchant les parloirs avec nos familles, parfois venus de loin, empêchant les extractions dans le cadre des procédures judiciaires (bloquant les aménagements de peine), l’entrée des avocats, les cantines, les cuisines, le nettoyage et toutes les activités dédiées à la prétendue « réinsertion ». Leurs revendications sont simples, ils réclament plus de moyens et plus de sécurité pour le personnel pénitencier, ce qui se traduit concrètement par un armement généralisé des surveillants, l’imposition de menottes aux détenus lors de leurs déplacements hors des cellules, et des restrictions conséquentes de nos libertés et de nos droits, pour le peu qu’il en reste. Leur mouvement fait suite à diverses manifestations supposées de violence depuis quelques temps, qui, si elles existent, ne sont que des actes isolés, bien souvent en réponse à une violence bien plus importante de l’institution carcérale et de l’État en général. Depuis une semaine, nous assistons à une surmédiatisation d’événements sporadiques et minimes sur toutes les chaînes de télévision, sur fonds d’antiterrorisme. Une insulte devient une agression, une bousculade un passage à tabac et un retard en cellule une mutinerie. Et nous voyons ainsi défiler ces mensonges sur BFM depuis le week-end dernier. Les surveillants et leur syndicat, interviewés par les médias, ont présenté la prison comme un« sanctuaire de criminels » où les détenus avaient« pris le pouvoir » dans des zones totalement abandonnées par les pouvoirs publics. Mais cette stratégie de désinformation ne s’arrête pas là et se couple à des actions bien réelles à l’encontre des détenus.

Ce jeudi 18 janvier au matin, alors que tous les parloirs avaient été annulés, que les activités n’avaient pas lieu et que nous étions séquestrés en cellule, sans information et sans même avoir été nourris, l’administration a finalement décidé, en réponse aux mobilisations de leur personnel, de lancer une nouvelle entreprise de terreur comme on n’en voit qu’en prison à l’encontre des détenus, et alors que rien ne s’était encore passé. Vers 11h, plusieurs dizaines de surveillants et d’Eris, armés, cagoulés et près à intervenir étaient déployés dans toute la prison. Alors que les départs en promenade se faisaient sous pression, ponctués de coups de matraque et de bouclier, de fouille à nu arbitraires et d’insultes diverses, nous avons décidé de nous organiser contre ces violences gratuites, exercées pour satisfaire des surveillants en mal de reconnaissance. Sur le bâtiment D2, nous étions plus d’une centaine à refuser de réintégrer nos cellules à l’appel de fin de promenade, qui avait été réduite à 45 minutes au lieu des deux heures quotidiennes. Sur le bâtiment D1, c’est cette fois l’administration qui nous enfermait plus de 4h en promenade, pour prévenir un risque de blocage et en profiter pour fouiller une bonne partie des cellules. Dans les autres bâtiments, nous tentions plusieurs blocages, la plupart mis en échec par l’intervention violente des Eris. À travers ces blocages, nous voulons exprimer notre droit à manifester, qui nous a été arraché lors de notre incarcération et nous voulons lancer un message vers l’extérieur, contre ce qui se joue en ce moment devant les prisons françaises : l’invisibilisation des violences quotidiennes à l’encontre des détenus, insultes régulières, coups, pressions administratives, les suicides réguliers, les piqûres forcées, les cellules enflammés comme à Fresnes il y a quelques jours, et même les viols, comme à la MAF ou à Meaux il y a quelques mois. Mais également, la stratégie des surveillants qui rappelle celle des policiers qui manifestaient illégalement, masqués et armés, en direction des lieux de pouvoir à l’automne 2016 au cri de « la racaille en prison ! », pour réclamer et finalement obtenir un nouveau permis de tuer.

À travers ces actes de résistance collective, nous nous mobilisons contre cette répression grandissante et contre l’entreprise sécuritaire de l’État pénal. Mais pour ce faire, nous avons besoin de construire une force collective, et que nos luttes soient entendues et relayées à l’extérieur. La violence, la vraie, elle est du côté de la prison, de la justice et de la police, qui frappent, séquestrent et légitiment ces exactions. La violence, c’est l’État.

Nous ne sommes pas des bêtes, nous sommes des êtres humains, et nous refusons d’être enfermés et renvoyés à des faits qui feraient de nous des parias, sans droits et sans dignité. Nous en appelons aujourd’hui à toutes celles et tous ceux qui, à l’extérieur, luttent contre les violences d’État. Nos mobilisations sont vaines si nous ne sommes pas soutenus et si les acteurs des luttes actuelles ne se font pas écho de nos combats. En effet, nous payons le prix fort de ces blocages, la vengeance de l’administration est terrible, plusieurs personnes ont d’ores et déjà été envoyées au mitard, le quartier disciplinaire, et nous savons tous que nos conditions de détention seront rendues encore plus difficile, du seul fait d’avoir refusé ces injustices. Par ailleurs, nous avons besoin que des mobilisations fortes appuient nos mouvements, car l’administration sait qu’elle a les moyens de nous faire taire, en chargeant nos dossiers en vue de nos procès à venir ou en refusant nos aménagements de peine.

Ce texte ne s’adresse ni aux institutions, ni aux défenseurs des soi disant droits de l’homme et des politiques traditionnelles car à nos yeux, il n’existe pas de prisons « plus justes ». C’est un appel à toutes celles et tous ceux qui, au printemps 2016, se sont soulevés contre la loi travail ; car nous aussi, nous sommes les premières victimes d’une précarisation massive qui nous a contraint à choisir entre la misère et la prison. C’est un appel à celles et ceux qui luttent contre le racisme, car nous aussi sommes les premières cibles d’un racisme d’État qui enferme toujours les mêmes personnes, des jeunes non blancs, parqués dans les prisons françaises. C’est un appel à celles et ceux qui luttent contre les violences policières, car nous sommes ceux qui subissent depuis toujours les violences des forces de police et nous sommes ceux qui se lèvent toujours lorsqu’un de nos frères tombe sous les coups ou sous les balles des forces de l’ordre.

Mobilisons nous, à l’intérieur comme à l’extérieur des prisons. Construisons une vraie force contre la répression en bloquant et en perturbant les institutions répressives et les politiques sécuritaires. Brisons le silence de la prison, et brisons les chaînes qu’elle nous impose.
Liberté pour toutes et tous.

Un collectif de détenus incarcérés à la maison d’arrêt des hommes de Fleury Mérogis.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

National   REPRESSION - PRISON / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Soutien aux déboulonneurs

Lundi, un procès devait avoir lieu, un procès lié à la pub. Il est reporté au 27 Mars.
Lors du procès en 1er instance, les antipubs ont été déclarés coupables des deux infractions : « groupement en vue de préparer des dégradations de biens » et « dégradation de panneaux publicitaires ». Ils et elles ont été condamné.es à des amendes, dommages et intérêts à la SNCF et paiement des frais d’avocat .
Lettre ouverte de la RAP Sainté en soutien aux déboulonneurs.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   GENRE - FEMINISME / REPRESSION - PRISON

Soirée projection : Ils nous ont volé nos nuits, sur les prisonnières et proches de prisonnières au Mexique

Mardi 29 janvier 2019 à 19h à la Gueule Noire.
Tourné au Mexique en octobre 2016, ce documentaire est un outil de lutte anti-carcérale et contre l’oubli. Ex-prisonnières, compagnes solidaires, mères de famille ou camarades y racontent la manière dont la taule s’empare de leurs vies. Elles y parlent de la détention, des violences sexuelles, du sexisme à l’intérieur et hors des murs, de la stigmatisation en tant que proches de personnes incarcérées, mais aussi de leurs manières de s’organiser et de tisser des réseaux de solidarité.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

« C’est ça la justice ? Eh ben, vivent les gilets jaunes, ils ont raison ! », comparutions immédiates, Paris, 14 janvier 2019.

Des Gilets jaunes face à la justice de classe, 3e épisode : Comparutions immédiates suite à l’acte IX le 14 janvier 2019 par l’équipe du journal L’Envolée.
Ce lundi 14 janvier 2019, l’activité de la 24e chambre était exclusivement consacrée à la répression d’un mouvement social qui dure depuis plus de deux mois maintenant. L’audience a duré jusqu’à 22 heures, et des Gilets jaunes passaient aussi en comparution immédiate dans deux autre salles.


A Lire ailleurs   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Procès des solidaires de Briançon Acte II

En 2019, l’acharnement contre les solidaires, malheureusement, se poursuit… mais les mobilisations solidaires aussi !
Suite à l’inimaginable condamnation des « 7 de Briançon » (verdict tombé le 13 décembre dernier), qui bien entendu font appel de cette décision, la pression sur les solidaires ne faiblit pas, puisque ce vendredi 10 janvier, deux autres personnes sont passées en procès au Tribunal de Gap. Retour sur un procès absurde et injuste.


A Lire ailleurs   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Conseils à l’attention des personnes blessées par la police et de leurs proches

Après le déchaînement de violence policière de ces dernières semaines à Saint-Étienne et partout en France, il semble pertinent de publier ce petit tutoriel rédigé par le collectif Désarmons-les.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Action symbolique contre les violences policières

Jeudi 17 janvier à 14h place du Peuple à Saint-Étienne. Venez nombreux.ses !!


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Acte IX des Gilets Jaunes, la répression en marche

C’est de mieux en mieux ! Lors de ce IXe acte des Gilets Jaunes la répression continue à Saint-Étienne avec 28 interpellations et 5 blessés d’après la préfecture (nombre de blessés très discutable).
Entre 2000 et 3000 manifestants ont été comptabilisés avec en face une très forte mobilisation des forces de l’ordre dans toute la ville. Après un début de manifestation plutôt calme, la situation est vite devenue conflictuelle.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Concert en soutien au Comité Vérité et Justice pour Mehdi, le samedi 19 janvier

Vénissieux, le 11 décembre 2016. Mehdi, 28 ans, venait de fêter la naissance de sa fille et rentrait en scooter à Vaulx-en-Velin avec deux amis. La police veut le contrôler, il meurt ! En sa mémoire et pour que le combat continue, « Le Comité Vérité et Justice pour Mehdi » et le « Collectif Dar Harraga » vous invitent à un concert de soutien.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Que contient le projet de loi « anti-casseurs » annoncé par Édouard Philippe ?

Dans une « interview » donnée il y a quelques jours au JT de TF1, entre un énième reportage sur « l’extrême violence » de la foule haineuse des Gilets Jaunes et l’annonce – qui tombe à pic ! – de la réouverture de la prison de la Santé, le Premier Ministre Édouard Philippe a présenté les mesures qui vont être prises dans les semaines à venir pour tenter d’endiguer le mouvement qui traverse la France depuis le 17 novembre.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Comité Solidaire : Sortez couvert.e.s !

Petit tract d’info en manif et ailleurs pour résister face à la justice et à la répression


A la une...

MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rapport de l’Anafé sur les politiques sécuritaires et migratoires à la frontière franco-italienne  

Faisant écho à l’actualité particulièrement tragique de ces dernières semaines à la frontière franco-italienne, l’Anafé publie aujourd’hui son rapport d’observations 2017-2018 sur les conséquences des politiques sécuritaires et migratoires à la frontière franco-italienne intitulé Persona non grata. Ce rapport décrit les pratiques illégales, les privations de liberté irrégulières et les violations des droits que subissent les personnes exilées. Il aborde également la question de la solidarité qui, bien que menacée par les autorités publiques, se renforce et fédère des milliers de personnes autour d’un idéal commun de fraternité.


LOGEMENT - SQUAT
Soutien à la Maison Solidaire !  

Appel à soutien de la Maison Solidaire de Saint-Étienne : recherche urgente d’hébergements et appel aux dons et au bénévolat pour le fonctionnement de l’association qui aide les personnes en exils et/ou à la rue dans l’accompagnement auprès de structures d’insertion, l’accompagnement juridique, l’hébergement, l’aide au récit, à l’alimentation, cours de français, habillement, etc.


MOBILISATIONS - LUTTES
Mobilisation solidarité avec les inculpé.e.s 42 de la loi travail  

Le comité de soutien des inculpés du mouvement contre la loi Travail dans la Loire appelle à une Manifestation jeudi 7 mars 2019 à 11h30 devant la Bourse du Travail de Saint-Étienne suivi d’un rassemblement le même jour devant le TGI de Saint-Étienne à 13h.


CAPITALISME - GLOBALISATION
De la nécessité de la fin d’un monde  

Plus on a une connaissance des catastrophes que le système enchaîne, des détériorations désastreuses, plus on cherche à s’adapter et essaient de survivre dans des conditions devenues extrêmes. Notre adaptation à la machine nous intègre peu à peu à son fonctionnement, elle nous machinise à son programme.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Semaines anticoloniales et antiracistes  

LA SEMAINE ANTICOLONIALE ET ANTIRACISTE est un événement organisé par l’association Sortir du Colonialisme qui milite sur l’actualité, la mémoire et le combat anticolonial, articulés avec le combat antiraciste, le racisme étant la matrice idéologique du colonialisme.


GENRE - FEMINISME
2 Poils dans la Soupe Festival  

Pour un 8 mars 2019 féministe et anticapitaliste !
C’est la deuxième édition du festival « Un poil dans la soupe » organisée par les Sampianes, qui a lieu autour du 8 mars : Journée internationale des luttes des femmes. Cette année on vous propose des activités féministes variées dans différents lieux de Sainté pour se rencontrer, échanger, apprendre, se renforcer, créer des solidarités et se marrer.


MEDIAS
Le Déchaîné n°6 - Journal de gilets jaunes de Monthieu  

Le sixième numéro du désormais mythique journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé. Disponible directement au rond-point et dans les bars de la ville, il est aussi téléchargeable ici.


MEMOIRE
Violence, émeute et conflits sociaux : élements d’instruction pour un député En Marche  

Alors que trois députés LREM de la Loire sur quatre ont voté en faveur de la loi anti-casseurs (Borowczyk, Mis, Faure-Muntian) - allant même jusqu’à affirmer pour l’un d’entre eux (M. Borowczyk) que « cette loi n’est pas liberticide » - il nous semble intéressant de publier cet article du site tourangeau La Rotative pour qui les député.es font preuve d’une « ignorance crasse de l’histoire des conflits sociaux en France ».


MEDIAS
[Radio] Huey P. Newton et le Black Panther Party  

Émission « Du Trafic dans le Tiroir » sur Radio Dio - Épisode 05 : Huey P. Newton.
Du trafic dans le tiroir, qui est exceptionnellement renommé, l’Amérique quel foutoir. Nous allons vous raconter l’histoire de Huey Percy Newton, jeune homme devenant moins jeunes avec les années, jeune homme noir américain tout à fait intimement liée à une autre histoire, celle du Black Panther Party, dont on en profitera pour vous narrer quelques facettes ; sans facéties.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Il a du STEEL ce chantier ...  

Nous relayons ici un texte paru sur Indymedia Nantes qui raconte en poésie une nuit de la Saint Sylvestre pas comme les autres dans le secteur Monthieu...


MOBILISATIONS - LUTTES
Gilets jaunes Acte XIV. Convergence régionale à Saint-Étienne  

Samedi 16 février grande manifestation régionale à Saint-Étienne. Comme d’habitude, départ du cortège à 13h du rond-point de Monthieu puis rendez-vous à 14h place du Peuple.
Lycéennes, lycéens, étudiantes, étudiants, chômeuses, chômeurs, travailleuses, travailleurs, précaires, branleuses, branleurs, rats des villes, rats des périphéries, rats des champs. La méga classe en gilet jaune !


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Ça bouge toujours au Centre de Rétention du Mesnil Amelot : communiqué d’un groupe de prisonniers  

Depuis le 8 janvier, la lutte dans le centre de rétention de Mesnil Amelot est devenue plus collective. D’abord au CRA2 avec une grève de la faim suivie par presque l’ensemble des bâtiments (plus de 80 personnes) pendant 3 jours. Avec aussi régulièrement des communiqués, des tentatives de lutter contre les déportations par vols cachés et les violences policières.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Vous étiez filmé·e·s, vous serez bientôt écouté·e·s  

Quand le fabricant d’armes Verney-Carron construit la ville sécuritaire de demain.
A Sainté, des micros dissimulés dans le mobilier urbain pour écouter la rue... mais pas d’inquiétude, la CNIL a dit oui.


MOBILISATIONS - LUTTES
Gilet jaune acte XIII. Récit en image.  

Pour cet acte 13, environ 1000 (voire 2000, ndr) manifestants sont partis de Place du Peuple puis se sont rendu respectivement à Bourse du Travail, Place Chavanelle, Jean Moulin, Châteaucreux, Boulevard Jules Janin, et Carnot.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Une collecte pour un convoi solidaire à destination de la Grèce  

Depuis 2009, le collectif ANEPOS, Action Solidarité Grèce, basé dans le Tarn et à Athènes, mène des dizaines d’actions en Grèce en partenariat avec une quarantaine de collectifs du mouvement social qui s’organisent face à l’austérité Pour soutenir ces initiatives, des convois solidaires sont organisés de France. Le convoi 2019 partira prochainement, dont un véhicule de Saint-Étienne.
La collecte aura lieu samedi 16 février de 14h à 18h à la Dérive, 91 rue Antoine Durafour à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Contre l’atelier Google à Sainté  

Appel pour des actions communes en réaction à l’installation d’un atelier Google à St-Etienne.
Google va ouvrir à Saint-Étienne, sans doute au moment de l’inauguration de la biennale du design le 21 mars, son second atelier numérique en France (après Rennes au printemps 2018, et avant Montpellier et Nancy).
Nous ne voyons pas l’arrivée de Google comme une bonne nouvelle car elle pourrait remettre en cause le déploiement d’une politique du numérique qui garantit les droits des usagers et leurs libertés.


MOBILISATIONS - LUTTES
Grève générale et manifestation : récit à plusieurs mains de la journée du 5 février à Sainté  

Plus de 3000 personnes dans les rues de Saint-Étienne mardi matin. Gilets jaunes et syndicalistes ont défilé ensemble contre l’austérité et l’arrogance. Le cortège de la manifestation est parti de la place de l’hôtel pour se terminer devant le siège du Medef. Récit de la journée en image.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Ami.es Gilets Jaunes  

Bref appel à l’adresse des gilets jaunes d’ici ou d’ailleurs...
« Amis GJ, je communique ici à l’écrit ce que certains d’entre nous pensent, en qualité de GJ mobilisés depuis le 17 novembre. (...) »


REPRESSION - PRISON
La solitude des femmes détenues  

Huit prisons pour longue peine peuvent recevoir des femmes, la plupart étant concentrés dans la moitié nord de la France. La prison de Roanne est une de celles-ci. Les femmes sont donc très souvent incarcérées dans des établissements éloignés de leurs proches, alors qu’elles subissent déjà une rupture de lien spécifique.


LOGEMENT - SQUAT
Interview d’un habitant de la Maison bleue  

Une trentaine de personnes habitent à la « Maison bleue ». L’une d’entre elles nous a raconté son parcours, ses luttes et sa situation actuelle. De l’Angola à St Etienne, elle raconte une histoire des frontières, des repressions et des solidarités.


MOBILISATIONS - LUTTES
Mouvement des gilets jaunes : sommaire des articles publiés sur notre site  

Nous recenserons dans cet article toutes les publications que nous avons reçues à propos des gilets jaunes. Continuons à abreuver le site d’analyses critiques et de récits enthousiasmants de ce mouvement ! (Article mis à jour).


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
L’empathie de la non-vie, Design-on l’ennemi  

La biennale du Design 2019 arrive à grands pas et on commence à se prendre en pleine face le rouleau compresseur communicationnel de la mairie. Pour tenter d’y résister, voici un texte écrit suite à la huitième édition de la biennale du Design de Saint-Étienne en mars 2013 par le feu collectif Murmures-Manuela Rodriguez.