Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME

« Dans ses yeux j’ai vu la haine » : récit de la femme attaquée à coup de couteau à Sury-le-Comtal




Plusieurs choses se sont dites dans les médias depuis le 11 septembre 2019, jour où Sylvia (le prénom a été changé), femme musulmane qui porte un foulard, a été poignardée près de Saint-Étienne. Le CCIF a reçu son témoignage ainsi que celui de son époux, et leur a attribué un avocat dans cette affaire dont le motif raciste et islamophobe a étrangement très vite été écarté par les autorités. Les éléments du témoignage apportent pourtant un éclairage tout autre.


Les faits ont eu lieu mercredi dernier à 18h13 : Sylvia vient de se garer dans le parking d’un parc du village, accompagnée de ses deux filles (2 ans et demi et 3 ans et demi). Elle détache sa fille aînée, puis récupère un sac dans le coffre, et pendant qu’elle détache sa deuxième fille, côté droit, un homme s’approche d’elle :

« Il était face à moi, et il parlait tout en se rapprochant de moi — pour me demander un renseignement. Je lui ai d’abord fait un sourire, mais quand j’ai vu son couteau, je lui ai dit « non ! ». Et c’est là qu’il a arraché mon foulard et a commencé à me donner des coups de couteau. J’ai essayé de m’en sortir en passant sous la portière ; j’étais donc au sol. Là aussi, il m’a donné des coups dans le dos. »

À ce moment, une voiture est arrivée dans le parking. Le conducteur, témoin d’une partie de la scène, a vu Sylvia à terre, et lorsqu’il est descendu de sa voiture, l’agresseur a pris la fuite. Sylvia a pu remonter dans la voiture et est partie rejoindre son mari, dans le centre (à deux minutes du parc).

« Je l’ai vue arriver sans foulard, en panique. J’ai compris que quelque chose n’allait pas »

Driss (le prénom a été changé), le mari de Sylvia, est assis à la terrasse d’un café quand il voit arriver son épouse, en sang, et sans son foulard, qui lui klaxonne de loin. Le pied dans le plâtre, il appelle un ami pour qu’il les emmène à l’hôpital. Aussitôt il appelle également la police : il est 18h22.

« Tout s’est passé très vite. Quand je l’ai vue, j’ai eu peur pour elle. J’ai vu ma femme en sang. Je l’ai vue arriver sans foulard, en panique. J’ai compris que quelque chose n’allait pas. Heureusement, l’agresseur avait un petit couteau, et les blessures n’étaient pas mortelles. Mais ce n’était pas des éraflures, il l’a poignardée sept fois, il a enfoncé le couteau sept fois ». Suite à ses blessures, Sylvia a reçu 15 jours d’ITT, par l’unité médico-judiciaire.

« Regardez-moi dans les yeux ! C’est pas fini ! »

Le témoin et un collègue de Driss ont pu rapidement suivre l’agresseur, qui s’était abrité dans le jardin d’une maison, à côté du parc. Lorsqu’ils lui ont demandé si c’était lui l’agresseur, il leur a répondu, d’un sang froid « Vous ne vous rendez-pas compte des accusations que vous faites ». Quand ils ont insisté, il a fait des menaces de mort, les a attaqués au couteau et a dit « Regardez-moi dans les yeux ! C’est pas fini ! ». Il aurait également parlé du chômage au moment de son interpellation.

Ce qui a surtout été mis en évidence dans la presse, avant même que ne soit menée une enquête, c’est que l’agresseur était dépressif et en état d’ébriété. Il apparaît cependant qu’il était suffisamment conscient pour préméditer son acte en feignant de demander un renseignement à Sylvia, mais aussi pour nier les faits une fois confronté à ses actes. Les témoins présents lors de son interpellation le présentent également comme un individu lucide.

Aucune réaction du maire

Driss est déçu que le maire de Sury-le-Comtal, Yves Martin, n’ait pas encore réagi à cet acte : « À part de notre entourage, on n’a eu aucun soutien. Pourtant quand ma femme est sortie de la voiture pour aller du côté passager, tout le monde l’a vue, en sang. Les femmes du village sont choquées. Certaines ont peur de sortir, maintenant. Et il n’y a pas eu ouverture de cellule psychologique. Ça devrait être normal ».

Le foulard d’une mère ciblé devant ses enfants

L’histoire de Sylvia est symptomatique du lien que nous dénonçons au quotidien entre d’un côté l’islamophobie institutionnelle, celle qui discrimine silencieusement en grande partie les femmes musulmanes, notamment quand elles portent le foulard, et d’un autre côté les violences islamophobes (agressions physiques et verbales contre des musulmans). Qu’il soit violemment arraché par un agresseur ou pointé du doigt par un responsable politique, un polémiste ou autre figure médiatique, le foulard d’une femme musulmane est constamment construit comme un problème dans le champ visuel français, et donc comme une cible.

Les enfants assistent à cette mise à l’index permanente de leurs mères et il est temps de réfléchir sérieusement au monde que nous voulons leur raconter. Les parents sont encore aujourd’hui peinés par le traumatisme qu’a vécu leur fille de 2 ans et demi : « Elle fait des cauchemars. À chaque fois qu’il y a une personne qui rentre chez moi, elle se met à pleurer et elle a peur », nous raconte son père, Driss.

Article publié sur le site du Collectif Contre l’Islamophobie en France.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "DISCRIMINATIONS - RACISME "

Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MEMOIRE

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MEMOIRE

Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / LOGEMENT - SQUAT

Rencontre avec Victor Collet autour du livre « Nanterre, du bidonville à la cité » (éditions Agone)

Vendredi 17 mai 2019 à 19h à l’Amicale Laïque du Crêt de Roch (16 rue Royet).
De l’entrée des premiers militants chrétiens dans les bidonvilles jusqu’à la naissance des mouvements menés par les immigrés eux-mêmes, en passant par l’engagement des gauchistes de la faculté toute proche, ce livre est une histoire de rencontres et de luttes.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRE - FEMINISME

Permanence Marsha

Association d’entraide entre personnes Trans et Intersexes.
Permanence d’entraide, espace de parole en groupe et en individuelle.
contact : association.marsha(a)gmailcom


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / DROITS SOCIAUX - SANTE

Me, you, nous... et eux ? Petits fours et expulsion

Ce mercredi 20 mars, une vingtaine de personnes ont fait irruption à l’inauguration de la Biennale de design de Saint Etienne pour dénoncer la mise à la rue de dizaines de personnes par les pouvoirs publics.


Informations globales   DISCRIMINATIONS - RACISME / LOGEMENT - SQUAT

[Info Gisti] Expulsions de terrain et de squat - sans titre mais pas sans droits

Voici une brochure qui répond à nombre de nos questions sur le squat et les expulsions !
2e édition, Fondation Abbé Pierre / Gisti / Romeurope


Opinions   DISCRIMINATIONS - RACISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Communiqué unitaire contre l’antisémitisme, son instrumentalisation et contre tous les racismes et oppressions

Dans cette tribune commune, des collectifs et partis ligériens se mobilisent contre l’instrumentalisation de la lutte contre l’antisémitisme à des fins politiques et appellent à une lutte réelle contre tous les racismes et toutes les autres formes d’oppressions.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME

Semaines anticoloniales et antiracistes

LA SEMAINE ANTICOLONIALE ET ANTIRACISTE est un événement organisé par l’association Sortir du Colonialisme qui milite sur l’actualité, la mémoire et le combat anticolonial, articulés avec le combat antiraciste, le racisme étant la matrice idéologique du colonialisme.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Jouer avec l’instabilité du mouvement

Contradictions et piétinement du mouvement des gilets jaunes.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   DISCRIMINATIONS - RACISME

À vos tables ! Scandale dans une cantine scolaire stéphanoise

Ségrégation et discrimination à la cantine d’une école publique stéphanoise, peut-on laisser de tels faits se dérouler dans notre ville ?

A la cantine scolaire de l’école primaire publique de la Veüe (Centre 2), les élèves sont séparés par tables et par services en quatre groupes nommés comme cela par le personnel : les Sans Porc ; les Normaux ; les Végétariens ; et enfin les S.O.S (régime spécifique pour les élèves dont les parents n’ont pas payé ou réservé la cantine avec portion réduite).


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne  

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


MEMOIRE
Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »  

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rassemblement pour les personnes sans logement  

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui devrait incomber cette tâche restent - à une exception près - sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Détruire le capital : un combat vital  

L’heure n’est pas à une écologie de comptoir où on culpabiliserait ceux qui ne font pas le tri, l’heure est à une écologie radicale. On ne peut pas continuer dans un monde capitaliste, il faut s’attaquer aux racines du problème et arrêter de se contenter des guirlandes aux arbres. Continuer avec la surproduction, l’exploitation animale, à vivre dans la société du pétrole, c’est ne pas s’attaquer à la base du problème.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Taclons Puma - 2e round  

Journée d’Action Internationale contre le sponsoring de Puma organisée par le collectif stéphanois de soutien au peuple Palestinien‎.
BDS42 reprend du service mercredi prochain. Ce 16 octobre à partir de 16h30, place du peuple, nous organisons un rassemblement pour la seconde action internationale contre Puma et dans le but de dénoncer leur sponsoring de la fédération israélienne de football.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre  

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava  

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait rapide des soldats présents dans la région, le président de la Turquie Erdogan en a profité pour menacer d’une opération militaire. Opération lancée hier ; quatre villes subissent des bombardements aériens de l’armée turque. Le but pour Erdogan : éradiquer les forces kurdes et leurs alliéEs en place dans la région du Rojava et éradiquer toute velléité d’émancipation des peuples. Le peuple kurde du Rojava lance un appel à la mobilisation.


ANTIFASCISME
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos  

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


REPRESSION - PRISON
[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées  

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


GENRE - FEMINISME
[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019  

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


REPRESSION - PRISON
IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019  

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Agression raciste de la part de la police stéphanoise  

Un habitant de la ville a envoyé son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !