Site participatif d'informations indépendantes sur St-Étienne et sa région

Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

De Firminy à Saint Étienne : la grande route de l’émeute (1910-1911)

A LIRE AILLEURS...
En mars 1910, Le Chambon-Feugerolles, une localité de 12000 habitants, proche de Saint-Étienne, est en état de siège. Le mois précédent, les boulonniers, puis les fabricants de limes et enfin les ouvriers métallurgistes, soit près de 4000 ouvriers et ouvrières, sont entrés en grève pour soutenir les salariés de l’usine Besson, qui ont cessé le travail depuis le 22 décembre 1909. Il s’agissait au départ d’obtenir la réintégration d’un ouvrier arbitrairement licencié. Interpellés par la combative section CGT des métallos du Chambon, les frères Besson ont accepté de revenir sur leur décision mais refusent de le notifier par écrit à la Chambre syndicale. Dès lors, c’est la reconnaissance du syndicat qui devient l’enjeu de la lutte.


Presque chaque jour, les boulonniers parcourent en cortège les rues de la ville dans un froid mordant, agitant haut la bannière de leur syndicat et un flamboyant drapeau rouge. Au premier rang, de jeunes tambours battent la cadence tandis que l’Internationale alterne avec la Carmagnole, entrecoupées de ce refrain :

Ah ! ça ira, ça ira, les frères Besson à la lanterne !

Au passage, on ne se prive pas de caillasser les maisons des partisans de la reprise, et à Firminy, localité voisine, un café tenu par un "jaune" notoire est totalement mis à sac.

Malgré les dons en faveur des grévistes qui affluent de toute la région et la soupe populaire servie chaque jour, il devient difficile d’assurer la subsistance des enfants. On organise donc "leur exode" jusqu’à Saint Étienne, où des familles ouvrières proposent de les prendre en charge. Le 27 février 1910, les "p’tiots", escortés de leurs parents, empruntent la route qui relie Firminy à Saint Étienne. Bordée de puits de mines et d’usines métallurgiques, elle est parcourue lors de chaque conflit par des cortèges bruyants et offensifs qui traversent les localités en appelant les travailleurs à rejoindre la lutte. D’où son appellation de "grande route de l’émeute". À La Ricamarie, tous marquent un temps d’arrêt et se découvrent en souvenir du massacre du 16 juin 1869, quand la troupe avait ouvert le feu contre une foule tentant de libérer une quarantaine de mineurs grévistes qu’on conduisait à la prison de Saint-Étienne : il y avait eu quatorze morts, dont une enfant de 16 mois.

JPEG - 61.6 ko
En route vers Saint-Étienne

Malgré l’entrée en lutte progressive de tous les ouvriers métallurgistes de la ville, les frères Besson, soutenus par le patronat local, refusent toujours de céder. Le 10 mars, leur maison, une pompeuse bâtisse carrée qu’ils ont désertée depuis le début du conflit, est vandalisée. Après avoir brisé les vitres et enfoncé la porte, la foule s’engouffre à l’intérieur et traîne sur la chaussée meubles de prix et objets d’art en vue d’un autodafé, empêché de justesse par l’intervention d’une centaine de gendarmes. Le lendemain, après la réunion qui se tient chaque soir dans la maison syndicale, les grévistes bombardent de boulons les vitres des "jaunes", les devantures des commerçants favorables aux patrons, et même les vitraux de l’église. Arrivés à hauteur de l’usine Besson, ils sont dispersés par la troupe qui monte la garde. Quelques-uns se rabattent alors vers le hangar d’un industriel et l’incendient. Pour empêcher les pompiers d’intervenir, ils édifient à la hâte une barricade avec quelques troncs d’arbres et s’attaquent à leur véhicule, renversant la pompe et crevant les tuyaux.

Le 14 mars, quelques centaines de grévistes partent à l’assaut du domicile de Georges Claudinon, maire de la commune depuis 1897 et ancien député de la circonscription. À la tête de la plus grande entreprise de la ville, cet industriel a fait édifier sur une hauteur une luxueuse maison de trois étages, surnommée le château Claudinon par les habitants du Chambon. Face aux deux sections d’infanterie chargées de la protection des lieux, la foule entonne la célèbre chanson de Montéhus, "Gloire au 17e !", appelant les soldats à la fraternisation. À la première sommation, elle resserre les rangs. À la seconde, elle répond par un seul cri : "Vive la grève !". À la troisième, elle est dispersée par une brutale charge de dragons et de gendarmes arrivés en renfort.

Le lendemain, Jean-Marie Tyr, qui avait pris la tête de cette petite troupe, est arrêté et incarcéré à la prison de Saint Étienne. Cet homme de 27 ans, militant syndicaliste et libertaire très actif, prompt à l’action et bon orateur, est aimé et écouté de tous. Sitôt la nouvelle connue, 1500 hommes et femmes, armés d’objets hétéroclites, les poches et tabliers remplis de boulons, se mettent en route vers la prison et l’encerclent, menaçant de la prendre d’assaut. À la demande du préfet, le procureur renonce alors à engager des poursuites et libère Jean-Marie Tyr, qui rentre à son domicile porté en triomphe par une foule en liesse.

JPEG - 104.8 ko
Une patrouille de grévistes

Après cent jours de grève, un accord est signé dans la soirée du premier avril. Mais l’atmosphère reste chargée d’électricité. La campagne électorale pour les législatives bat son plein, et les réunions des candidats sont fréquemment chahutées. Le soir du 24 avril, à l’annonce des résultats du scrutin, des échauffourées se produisent sur le parvis de l’hôtel de ville et Georges Claudinon, pris à partie par la foule, doit s’enfuir en brandissant une arme. Des centaines de personnes envahissent alors la mairie, qu’elles mettent à sac tout en bombardant de boulons les gendarmes qui tentent de les déloger. Bientôt, de hautes flammes s’élèvent du bâtiment : le véhicule des pompiers du Chambon ayant été vandalisé, il faut faire venir celui de Firminy qui arrive trop tard pour sauver les archives de l’État civil et de la justice de paix, parties en fumée. Accusés d’avoir pris part à cette action, treize personnes comparaissent au mois de juillet devant la cour d’assises de Montbrison, celle là même qui avait envoyé à la guillotine l’anarchiste Ravachol le 21 juin 1892. Malgré le dur réquisitoire de l’avocat général, le verdict est clément : sept condamnations à des peines de prison ferme allant de six mois à deux ans et cinq acquittements.

JPEG - 27.1 ko
L’intérieur de la mairie au lendemain de l’incendie

Le 2 mars 1911 un nouveau conflit éclate dans une usine, et entraîne bientôt l’ensemble des boulonniers de la ville. L’accord signé le 1er avril 1910, ambigu dans ses termes, ne reconnaissait pas le syndicat comme un intermédiaire légal entre ouvriers et patrons. La réponse de ces derniers est le lock-out et celle des autorités l’occupation militaire de la région. Le 20 juillet, un ultimatum est adressé à tous les grévistes : s’ils ne reprennent pas le travail sous quarante-huit heures, ils seront remplacés définitivement par d’autres travailleurs. Sur 800 ouvrier, 274 obéissent à cette injonction.

C’est alors qu’une mystérieuse "Organisation révolutionnaire de combat" entre en action, revendiquant entre le 22 juillet et le 3 août sept attentats à la bombe contre des demeures patronales, des maisons habitées par des « jaunes » et le poste de transformation électrique d’une usine. Mais Dame Dynamite se tait après un dernier attentat contre la maison d’une veuve dont les trois fils ont repris le travail à l’usine Besson. Les habitants ouvrent une souscription en faveur de la famille le lendemain, manière de marquer pour la première fois leur désapprobation. Le 22 août 1911, le comité de grève appelle à la reprise du travail, sur un constat d’échec et dans les années suivantes, les effectifs du syndicat s’effondrent.

Malgré la prime de 1000 francs offerte par les patrons boulonniers, soit l’équivalent d’un an de salaire ouvrier, jamais les auteurs des attentats ne seront arrêtés. Laurent Moulin, militant syndicaliste et libertaire local très actif dans ce conflit, déclarait en 1969 :

De tous les courageux camarades qui ne craignirent pas d’affronter le bagne, croyant par là faire avancer la solution du conflit, […] l’un, celui qui commit le plus d’attentats et fournissait les autres en engins, mourut à la fin de la guerre de 1914-1918 des suites d’une maladie contractée au front. Un autre fut également tué pendant la première guerre, et le troisième mourut en déportation. Je n’en connais qu’un seul qui soit encore vivant.

Cet article de Anne STEINER a été publié dans le numéro 11 de la version papier d’Article11

Voir aussi :
- Martin Jean-Paul - Les grèves des métallurgistes de l’Ondaine 1910-1911
- Histoires de grèves dans le bassin stéphanois dans les années 1910


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Regarde... Single Track - 1985

Kronchtadt Tapes 1982/1988 St Étienne
Les petits fafs de nos campagnes
N’ont rien des skins de Grande Bretagne
Pourtant ils existent eux aussi
Autours de toi dans ton pays
Les CRS et les milices
Sont pleins des mêmes gens qui sévissent
Sous prétexte d’ordre et de paix
Dans les pays du monde entier




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Rencontre avec l’historienne Michelle Zancarini-Fournel

La librairie Lune et l’Autre a l’immense plaisir de recevoir Michelle Zancarini-Fournel vendredi 2 décembre 2016 à partir de 19h pour une présentation et une discussion autour de son prochain ouvrage "Les luttes et les rêves : Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours". Le livre paraissant le 1er décembre aux éditions Zones/La Découverte, ce sera une des toutes premières présentations de l’ouvrage en librairie.




National   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

"Rosa Luxemburg et le colonialisme, une approche par essence marxiste et révolutionnaire"

Mort à la guerre ! Mort au capitalisme !
avec Dominique Villays-Poirré et Sabrina Lorre

Pour décrypter les analyses de Rosa Luxemburg Table Rase invite Dominique Villays-Poirré, animatrice du blog de réflexion et d’information, "Comprendre avec Rosa Luxemburg". Elle participe également au collectif de traduction des oeuvres de Rosa Luxemburg en français par Les éditions Agone et le Collectif Smolny. Elle sera accompagnée de Sabrina Lorre, comédienne et metteuse en scène de la compagnie "Ensemble Romana", qui a été notamment à l’initiative de la Quinzaine Rosa Luxemburg (à Saint-Etienne).




Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS

Verney-Carron, artisan de notre sécurité

Les dossier Couac
À Saint-Étienne, ancien bastion de l’industrie de l’armement, l’entreprise Verney-Carron est une des seules survivantes de la longue tradition armurière de la ville. Petit tour d’horizon du passé et du présent de cette boite aux visées humanistes et bienfaisantes…




Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS

Une ville d’armes et d’histoire

Les dossiers Couac
Saint-Étienne a une sacrée histoire, une histoire multiple, des histoires rouges, noires, jaunes, vertes... Mais ici, on va surtout s’intéresser à celle de l’armement, thématique oblige.
Tout commence, on ne sait trop quand, cela diffère selon les sources. Les plus optimistes parlent de traces de forges à l’époque de Jules César, d’autres, peut-être plus sérieux (le Musée d’Art et d’Industrie), annoncent le XIVe siècle pour les premières traces d’armuriers à Saint-Étienne.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Tchernobyl : 30 ans, et après ?

Un programme concernant notre passé et notre futur énergétique
A découvrir cette semaine à Saint Etienne : une exposition photo, une création théâtrale, une projection, des rencontres et des débats




Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MEMOIRE

Izmir, une maison pas comme les autres

Un film sur l’histoire de ce squat stéphanois mythique
Le 26 juillet 2006 à 6h du matin, les CRS venaient défoncer la porte du squat Izmir à St Étienne pour en expulser les occupants. Pour beaucoup de gens, c’est la fin d’un projet riche, intense (parfois), qui a pu créer plein de rencontres, de moments de joie, de colère aussi, de débats enrichissants ou stériles, qui était une source d’informations peu disponibles ailleurs, et qui participait au maintien d’une "culture alternative" sur st-étienne.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Présentation de l’anthologie "Pauvre mineur, mineur joyeux"

Poèmes & chansons sur les mines et les mineurs de la Loire 1815-1914. Conférence-signature le Jeudi 30 juin 2016 à 19h, à la librairie Lune et l’Autre.
La librairie Lune et l’Autre vous invite à une conférence-signature autour du livre de Jean-Paul Gaschignard "Pauvre mineur, mineur joyeux" : un coffret de deux livres et un cd autour des poèmes et chansons sur la mine et les mineurs au XIXe. Une autre façon d’aborder l’histoire minière du bassin stéphanois...




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE
Appel à participation

Tchernobyl 30 ans et après ?

Notre équipe a travaillé dur sur ce projet, nous avons plein de superbes partenaires, mais aujourd’hui nous avons vraiment besoin de votre aide pour le présenter au public.
Il s’agit d’une création théâtrale qui retrace l’histoire de la catastrophe à partir d’une histoire réelle. Ainsi, elle place l’Homme au cœur du récit. Nous avons également prévu une série d’événements satellites pour sensibiliser le public au thème du nucléaire : expo-photo, les rencontres et les débats.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE
Du 11 mai au 18 juin 2016 à la Galerie Noir & Blanc

Regards sur Saint-Etienne

Regards sur Saint-Etienne, c’est le récit photographique de quelques photographes stéphanois qui témoignent de leur ville. Saint-Etienne, autrefois ville de "l’arme, du cycle et du ruban" est actuellement en pleine mutation. Des quartiers entiers sont remodelés, des centres d’activités économiques et culturels déplacés, certaines rues du centre-ville voient leurs commerces fermés. Le design arrive mais...




0 | 10 | 20
Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Exposition : Portraits de lutte, 9 ans de conflit social

Du 16 septembre au 22 octobre 2016 à la Galerie Noir & Blanc
Septembre est arrivé et la Galerie noir & blanc ouvre ses portes pour accueillir l’exposition "Portraits de lutte, 9 ans de conflit social" de Mourad Laffitte.
Vernissage le vendredi 16 septembre à 18h




Saint-Étienne et alentours   SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Le GREMMOS et la Médiathèque proposent "Petites mains" de Thomas Roussillon

Touché par le combat des couturières de l’ex-usine Lejaby, Thomas Roussillon, réalisateur clermontois, a tourné un film documentaire dans l’enceinte même de l’atelier d’Yssingeaux au moment de son occupation en janvier-février 2012. Tout au long du reportage, "Les Lejaby" insistent sur leur savoir-faire, sur la qualité de leur travail. De front, elles expriment "leur satisfaction et la fierté du travail accompli".




National   DISCRIMINATIONS - RACISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Communiqué du Gisti] La SNCF s’obstine à discriminer

La SNCF a décidé d’interjeter appel des quelques 832 jugements rendus par le conseil de prud’hommes de Paris le 21 septembre 2015 en vertu desquels celle-ci a été condamnée à verser aux "cheminots" marocains des dommages et intérêts pour discrimination. L’attitude de l’entreprise a surpris, voire scandalisé ceux qui se battent pour recouvrer leurs droits ainsi que les organisations associatives et syndicales qui les soutiennent. Revenons rapidement sur ce long combat et ce feuilleton judiciaire qui risque hélas de se prolonger encore un certain temps.




Saint-Étienne et alentours   GENRES - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Conférence : "À propos de Parcours de femmes : réalités et représentations. Saint-Étienne 1880-1950 "

Conférence "À propos de Parcours de femmes : réalités et représentations. Saint-Étienne 1880-1950"
Avec Michelle Zancarini-Fournel et Mathilde Dubesset




Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
Émission RADIO DIO / GREMMOS

La Grève des cheminots de St-Etienne en 1920

Grève où l’on voit les élèves de l’École des Mines entrer dans l’arène politique.
En parallèle du Bicentenaire de l’École des Mines de Saint-Étienne tout au long de l’année 2016, le GREMMOS propose une émission consacrée à la grève des cheminots de 1920, sur Radio Dio, le jeudi 19 novembre 2015.




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES
Lundi 21 septembre - 14h30 - Gare de Chateaucreux

Soutien aux chibanis de la SNCF en lutte

Lundi 21 septembre 2015 - 14h30 - Gare de Chateaucreux
Mise à jour : La SNCF vient d’être condamnée pour discrimination et va devoir verser de grosses sommes aux chibanis en dédommagement !
Rassemblement maintenu.. pour montrer notre soutien et célébrer.




National   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Grève Générale

9 avril 2015
La CGT, FO, SOLIDAIRE, et la CNT invitent les retraités et les chômeurs à se mobiliser et appellent l’ensemble des salariés, du public et du privé, à une journée de grève interprofessionnelle et à manifester contre l’austérité le jeudi 9 avril 2015.




National   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

[CNT 38] Travailleurs et travailleuses du social jusqu’où irons-nous ?

En cette période de fin de trêve hivernale, les questions sur le sens de notre boulot s’imposent à nous, travailleurs et travailleuses sociales : comment se fait-il que nous soyons capables de remettre à la rue des personnes en situation de grande précarité, des migrant.e.s de tous pays ? Serions-nous seulement les valets d’une politique anti pauvres, raciste, xénophobe portée par les gouvernements successifs ?




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
Vendredi 20 mars - 20h30 - La Gueule Noire

Concert de Soutien à Fouad Harjane

La CNT42 organise à "La Gueule Noire" un concert de soutien à Fouad Harjane, militant de la CNT condamné à payer à la SNCF près de 40000 € d’amende.
Le vendredi 9 janvier 2015, la chambre civile du TGI de Metz a rendu son délibéré dans l’affaire opposant Fouad Harjane, syndicaliste CNT, à la SNCF.
Après avoir condamné notre camarade en première instance à payer près de 40 000 euros de dommages et intérêts  (lire la suite...)



Saint-Étienne et alentours   GLOBALISATION - CAPITALISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
Solidarité avec les salarié-e-s de la grande distribution

Les salarié-e-s de Leader Price Monthieu en grève

Les salariés s’adressent à la clientèle
Chèr(e)s client(e)s du magasin de Leader Price Monthieu, vous trouvez aujourd’hui et peut être les prochains jours portes closes...



0 | 10

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Faire face à l’état d’urgence, les 28 et 29 janvier 2017 à Limoges  

La prolongation sans cesse renouvelée de ce régime juridique d’exception, en plus des inquiétudes légitimes qu’elle suscite, apparaît aussi comme un puissant levier pour restreindre toujours plus les libertés publiques et criminaliser les luttes sociales, et ce jusqu’à Limoges.
Nous invitons toutes celles et ceux qui le souhaitent à nous rejoindre pour réfléchir ensemble aux moyens de faire face à cette situation, et de relever la tête.


ANTIFASCISME
Manifestation contre le racisme  

Samedi 28 Janvier 2017 à l’occasion de la venue de Marion Maréchal Le Pen dans la Loire, nous appelons à une grande manifestation Antifasciste à Saint Étienne à 14h30 à Jean Moulin.
Saint Étienne ville cosmopolite et prolétaire, les fachos n’ont rien à y faire !!


MEDIAS
Un canard qui pince à Saint-Étienne et sa région : le n°2 de Couac est disponible !  

... Ainsi que les solutions tant attendues des mots croisés.
Le numéro 2 de Couac (journal local d’enquête critique) est disponible depuis fin décembre 2016. Où peut-on le trouver ?


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Promenade Urbaine : Saint-Étienne, belle et rebelle ?  

SAMEDI 28 JANVIER 2017 DE 14H À 18H
Les anciennes cités ouvrières semblent trouver leur Salut par la culture et les projets alternatifs. Ville minière, cosmopolite et prolétaire, désormais capitale du design munie d’un quartier d’affaires, Saint-Étienne revêt dans les discours de multiples facettes.
Derrière les mots, le quotidien et la mémoire des habitants propose des images urbaines différentes.


INFORMATIQUE - SECURITE
Parution de la quatrième édition du Guide d’autodéfense numérique  

Deux ans déjà sont passés depuis la dernière édition du Guide d’autodéfense numérique, ouvrage qui vise à présenter "l’absence d’intimité" du monde numérique et propose des méthodes pour ajuster ses pratiques quotidiennes en conséquence. N’ayant pas réussi à arrêter le progrès depuis la dernière mouture, nous avons décidé de travailler sur une quatrième édition adaptée aux dernières nouveautés. Elle est d’ores et déjà disponible.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Boum + Karaoké  

Samedi 28 janvier 2017 à la Gueule Noire
Le groupe d’autodéfense féministe et Démineurs organisent une soirée en mixité choisie LGBTI (lesbiennes, gays, bi.es, personnes trans et intersexes) + meufs le 28 janvier à la Gueule Noire.
C’est à dire que sont concernées par cet événement les personnes LGBTI et toutes les personnes se reconnaissant dans le genre féminin.
Cette soirée a pour vocation d’être un havre de paix et d’amour, une retraite paisible loin de la jungle urbaine pour les déviant.es que nous sommes.


GENRES - FEMINISME
« C’était une Rébellion »  

Jaqueline Sauvage a été condamnée en 2015 à dix ans de prison pour le meurtre de son mari Norbert Marot. Après une campagne de soutien, elle a obtenu une grâce présidentielle et a été libérée le 28 décembre 2016. En soi, cela ne signifie pas que la décision de justice selon laquelle elle était coupable est annulée.
C’est l’occasion de partager un texte qui nous a semblé intéressant, car il revient sur cette affaire en proposant une critique de la Justice ET une réflexion sur les violences sexistes et les réactions face à celles-ci. Nous l’avons trouvé ici où il a été publié en décembre 2015, et où l’on peut trouver d’autres articles creusant ces thématiques.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Vers la plus Queer des Insurrections  

Discussion-Projection-Performance
mardi 24 janvier 2017 / Le 17 / 19h

Diabolo Nigmon et Decibel Espanto, traducteur-ice-s de Queer UltraViolence (La plus queer des insurrections, Libertalia, 2016) présenteront le livre, et plus largement le mouvement révolutionnaire Bashback, nébuleuse œuvrant pour une autodéfense active et violente autant que pour une critique radicale de la marchandisation des luttes queer.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Projection "L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins..."  

Dimanche 29 janvier 2017 à La Gueule Noire
L’aluminium contenu dans les vaccins est toxique. Il provoque des maladies graves. Le film "L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins...", réalisé par Marie-Ange Poyet, donne pour la première fois la parole aux victimes, à des scientifiques, des journalistes, des politiques et une historienne.


GLOBALISATION - CAPITALISME
Aux Champs-Elysées du vice électoraliste  

De la présidentielle 2017 en France
De la fonte redoublée des glaces au Brexit anglais, des contestés jeux olympiques de Rio à la victoire de Donald Trump aux États-Unis, de Notre-Dame-des-Landes à la chute de Matteo Renzi en Italie, en passant par la révolte des Sioux et l’apostasie de présidence inaugurée en France par l’ectoplasmique François Hollande, tout ou presque tout, en 2016, aura échappé à "l’intelligence" du vieux pouvoir politique, et montré un épuisement d’icelui qu’aucun clignement d’œil médiatique ne parviendra plus maintenant à déguiser.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Un trimestre de "joie, rage et courage..."  

Sur Radio Dio 89.5 FM
On y parle de Saint Julien Molin-Molette et sa carrière, des migrants mineurs, et de monnaie "alternative"... La deuxième saison de l’émission "joie, rage et courage" diffusée sur le 89.5 FM a débuté en octobre... Cette année encore, vous pourrez la retrouver sur le hertzien le dernier lundi du mois à 13h.


MEMOIRE
4es Rencontres d’histoire ouvrière, par le GREMMOS  

20 et 21 janvier 2017 - Bourse du Travail de Saint-Étienne
"Travail et monde ouvrier au temps de la Grande Guerre : le bassin stéphanois de 1910 à 1925"
Depuis trois ans se déroulent les commémorations du centenaire de la Grande Guerre. Les 4es Rencontres d’histoire ouvrière étudieront la place que le bassin stéphanois a joué dans ce conflit, non seulement sur le plan industriel déjà abordé par une exposition du Musée d’Art et d’Industrie mais aussi sur celui des relations sociales et de leur évolution.