Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

De Firminy à Saint Étienne : la grande route de l’émeute (1910-1911)

A LIRE AILLEURS...
En mars 1910, Le Chambon-Feugerolles, une localité de 12000 habitants, proche de Saint-Étienne, est en état de siège. Le mois précédent, les boulonniers, puis les fabricants de limes et enfin les ouvriers métallurgistes, soit près de 4000 ouvriers et ouvrières, sont entrés en grève pour soutenir les salariés de l’usine Besson, qui ont cessé le travail depuis le 22 décembre 1909. Il s’agissait au départ d’obtenir la réintégration d’un ouvrier arbitrairement licencié. Interpellés par la combative section CGT des métallos du Chambon, les frères Besson ont accepté de revenir sur leur décision mais refusent de le notifier par écrit à la Chambre syndicale. Dès lors, c’est la reconnaissance du syndicat qui devient l’enjeu de la lutte.


Presque chaque jour, les boulonniers parcourent en cortège les rues de la ville dans un froid mordant, agitant haut la bannière de leur syndicat et un flamboyant drapeau rouge. Au premier rang, de jeunes tambours battent la cadence tandis que l’Internationale alterne avec la Carmagnole, entrecoupées de ce refrain :

Ah ! ça ira, ça ira, les frères Besson à la lanterne !

Au passage, on ne se prive pas de caillasser les maisons des partisans de la reprise, et à Firminy, localité voisine, un café tenu par un "jaune" notoire est totalement mis à sac.

Malgré les dons en faveur des grévistes qui affluent de toute la région et la soupe populaire servie chaque jour, il devient difficile d’assurer la subsistance des enfants. On organise donc "leur exode" jusqu’à Saint Étienne, où des familles ouvrières proposent de les prendre en charge. Le 27 février 1910, les "p’tiots", escortés de leurs parents, empruntent la route qui relie Firminy à Saint Étienne. Bordée de puits de mines et d’usines métallurgiques, elle est parcourue lors de chaque conflit par des cortèges bruyants et offensifs qui traversent les localités en appelant les travailleurs à rejoindre la lutte. D’où son appellation de "grande route de l’émeute". À La Ricamarie, tous marquent un temps d’arrêt et se découvrent en souvenir du massacre du 16 juin 1869, quand la troupe avait ouvert le feu contre une foule tentant de libérer une quarantaine de mineurs grévistes qu’on conduisait à la prison de Saint-Étienne : il y avait eu quatorze morts, dont une enfant de 16 mois.

En route vers Saint-Étienne

Malgré l’entrée en lutte progressive de tous les ouvriers métallurgistes de la ville, les frères Besson, soutenus par le patronat local, refusent toujours de céder. Le 10 mars, leur maison, une pompeuse bâtisse carrée qu’ils ont désertée depuis le début du conflit, est vandalisée. Après avoir brisé les vitres et enfoncé la porte, la foule s’engouffre à l’intérieur et traîne sur la chaussée meubles de prix et objets d’art en vue d’un autodafé, empêché de justesse par l’intervention d’une centaine de gendarmes. Le lendemain, après la réunion qui se tient chaque soir dans la maison syndicale, les grévistes bombardent de boulons les vitres des "jaunes", les devantures des commerçants favorables aux patrons, et même les vitraux de l’église. Arrivés à hauteur de l’usine Besson, ils sont dispersés par la troupe qui monte la garde. Quelques-uns se rabattent alors vers le hangar d’un industriel et l’incendient. Pour empêcher les pompiers d’intervenir, ils édifient à la hâte une barricade avec quelques troncs d’arbres et s’attaquent à leur véhicule, renversant la pompe et crevant les tuyaux.

Le 14 mars, quelques centaines de grévistes partent à l’assaut du domicile de Georges Claudinon, maire de la commune depuis 1897 et ancien député de la circonscription. À la tête de la plus grande entreprise de la ville, cet industriel a fait édifier sur une hauteur une luxueuse maison de trois étages, surnommée le château Claudinon par les habitants du Chambon. Face aux deux sections d’infanterie chargées de la protection des lieux, la foule entonne la célèbre chanson de Montéhus, "Gloire au 17e !", appelant les soldats à la fraternisation. À la première sommation, elle resserre les rangs. À la seconde, elle répond par un seul cri : "Vive la grève !". À la troisième, elle est dispersée par une brutale charge de dragons et de gendarmes arrivés en renfort.

Le lendemain, Jean-Marie Tyr, qui avait pris la tête de cette petite troupe, est arrêté et incarcéré à la prison de Saint Étienne. Cet homme de 27 ans, militant syndicaliste et libertaire très actif, prompt à l’action et bon orateur, est aimé et écouté de tous. Sitôt la nouvelle connue, 1500 hommes et femmes, armés d’objets hétéroclites, les poches et tabliers remplis de boulons, se mettent en route vers la prison et l’encerclent, menaçant de la prendre d’assaut. À la demande du préfet, le procureur renonce alors à engager des poursuites et libère Jean-Marie Tyr, qui rentre à son domicile porté en triomphe par une foule en liesse.

Une patrouille de grévistes

Après cent jours de grève, un accord est signé dans la soirée du premier avril. Mais l’atmosphère reste chargée d’électricité. La campagne électorale pour les législatives bat son plein, et les réunions des candidats sont fréquemment chahutées. Le soir du 24 avril, à l’annonce des résultats du scrutin, des échauffourées se produisent sur le parvis de l’hôtel de ville et Georges Claudinon, pris à partie par la foule, doit s’enfuir en brandissant une arme. Des centaines de personnes envahissent alors la mairie, qu’elles mettent à sac tout en bombardant de boulons les gendarmes qui tentent de les déloger. Bientôt, de hautes flammes s’élèvent du bâtiment : le véhicule des pompiers du Chambon ayant été vandalisé, il faut faire venir celui de Firminy qui arrive trop tard pour sauver les archives de l’État civil et de la justice de paix, parties en fumée. Accusés d’avoir pris part à cette action, treize personnes comparaissent au mois de juillet devant la cour d’assises de Montbrison, celle là même qui avait envoyé à la guillotine l’anarchiste Ravachol le 21 juin 1892. Malgré le dur réquisitoire de l’avocat général, le verdict est clément : sept condamnations à des peines de prison ferme allant de six mois à deux ans et cinq acquittements.

L’intérieur de la mairie au lendemain de l’incendie

Le 2 mars 1911 un nouveau conflit éclate dans une usine, et entraîne bientôt l’ensemble des boulonniers de la ville. L’accord signé le 1er avril 1910, ambigu dans ses termes, ne reconnaissait pas le syndicat comme un intermédiaire légal entre ouvriers et patrons. La réponse de ces derniers est le lock-out et celle des autorités l’occupation militaire de la région. Le 20 juillet, un ultimatum est adressé à tous les grévistes : s’ils ne reprennent pas le travail sous quarante-huit heures, ils seront remplacés définitivement par d’autres travailleurs. Sur 800 ouvrier, 274 obéissent à cette injonction.

C’est alors qu’une mystérieuse "Organisation révolutionnaire de combat" entre en action, revendiquant entre le 22 juillet et le 3 août sept attentats à la bombe contre des demeures patronales, des maisons habitées par des « jaunes » et le poste de transformation électrique d’une usine. Mais Dame Dynamite se tait après un dernier attentat contre la maison d’une veuve dont les trois fils ont repris le travail à l’usine Besson. Les habitants ouvrent une souscription en faveur de la famille le lendemain, manière de marquer pour la première fois leur désapprobation. Le 22 août 1911, le comité de grève appelle à la reprise du travail, sur un constat d’échec et dans les années suivantes, les effectifs du syndicat s’effondrent.

Malgré la prime de 1000 francs offerte par les patrons boulonniers, soit l’équivalent d’un an de salaire ouvrier, jamais les auteurs des attentats ne seront arrêtés. Laurent Moulin, militant syndicaliste et libertaire local très actif dans ce conflit, déclarait en 1969 :

De tous les courageux camarades qui ne craignirent pas d’affronter le bagne, croyant par là faire avancer la solution du conflit, […] l’un, celui qui commit le plus d’attentats et fournissait les autres en engins, mourut à la fin de la guerre de 1914-1918 des suites d’une maladie contractée au front. Un autre fut également tué pendant la première guerre, et le troisième mourut en déportation. Je n’en connais qu’un seul qui soit encore vivant.

Cet article de Anne STEINER a été publié dans le numéro 11 de la version papier d’Article11

Voir aussi :
- Martin Jean-Paul - Les grèves des métallurgistes de l’Ondaine 1910-1911
- Histoires de grèves dans le bassin stéphanois dans les années 1910


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

A Lire ailleurs   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

La bande noire : propagande par le fait dans le bassin minier (1878 - 1885)

Rencontre et débat avec Yves Meunier autour de son dernier ouvrage qui vient de paraître aux éditions l’Échappée le vendredi 5 mai 2017 à 19h à la librairie Lune et l’Autre (samedi 29 avril 2017 à la librairie libertaire La Gryffe à Lyon).




Saint-Étienne et alentours La dérive   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

1336 jours, des hauts, débats, mais debout

L’équipe Bibliothèque de la Dérive vous invite à une soirée "Projection / Discussion" ce vendredi 3 février 2017 à 19h avec "1336 JOURS, DES HAUTS, DÉBATS, MAIS DEBOUT", un film de Claude Hirsch (2015 - 74’)




Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MEMOIRE

Grand Ensemble propose "Mémoires Vives"

Dans le cadre du dispositif "Mémoires Vives", Grand Ensemble, atelier de cinéma populaire, en collaboration avec LE BABET, vous propose une rencontre sur le thème des mémoires de la guerre d’indépendance algérienne le vendredi 3 février 2017 à 18h, au lycée Etienne Mimard (amphithéâtre)




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Regarde... Single Track - 1985

Kronchtadt Tapes 1982/1988 St Étienne
Les petits fafs de nos campagnes
N’ont rien des skins de Grande Bretagne
Pourtant ils existent eux aussi
Autours de toi dans ton pays
Les CRS et les milices
Sont pleins des mêmes gens qui sévissent
Sous prétexte d’ordre et de paix
Dans les pays du monde entier




Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

4es Rencontres d’histoire ouvrière, par le GREMMOS

20 et 21 janvier 2017 - Bourse du Travail de Saint-Étienne
"Travail et monde ouvrier au temps de la Grande Guerre : le bassin stéphanois de 1910 à 1925"
Depuis trois ans se déroulent les commémorations du centenaire de la Grande Guerre. Les 4es Rencontres d’histoire ouvrière étudieront la place que le bassin stéphanois a joué dans ce conflit, non seulement sur le plan industriel déjà abordé par une exposition du Musée d’Art et d’Industrie mais aussi sur celui des relations sociales et de leur évolution.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Rencontre avec l’historienne Michelle Zancarini-Fournel

La librairie Lune et l’Autre a l’immense plaisir de recevoir Michelle Zancarini-Fournel vendredi 2 décembre 2016 à partir de 19h pour une présentation et une discussion autour de son prochain ouvrage "Les luttes et les rêves : Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours". Le livre paraissant le 1er décembre aux éditions Zones/La Découverte, ce sera une des toutes premières présentations de l’ouvrage en librairie.




National   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

"Rosa Luxemburg et le colonialisme, une approche par essence marxiste et révolutionnaire"

Mort à la guerre ! Mort au capitalisme !
avec Dominique Villays-Poirré et Sabrina Lorre

Pour décrypter les analyses de Rosa Luxemburg Table Rase invite Dominique Villays-Poirré, animatrice du blog de réflexion et d’information, "Comprendre avec Rosa Luxemburg". Elle participe également au collectif de traduction des oeuvres de Rosa Luxemburg en français par Les éditions Agone et le Collectif Smolny. Elle sera accompagnée de Sabrina Lorre, comédienne et metteuse en scène de la compagnie "Ensemble Romana", qui a été notamment à l’initiative de la Quinzaine Rosa Luxemburg (à Saint-Etienne).




Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS

Verney-Carron, artisan de notre sécurité

Les dossier Couac
À Saint-Étienne, ancien bastion de l’industrie de l’armement, l’entreprise Verney-Carron est une des seules survivantes de la longue tradition armurière de la ville. Petit tour d’horizon du passé et du présent de cette boite aux visées humanistes et bienfaisantes…




Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS

Une ville d’armes et d’histoire

Les dossiers Couac
Saint-Étienne a une sacrée histoire, une histoire multiple, des histoires rouges, noires, jaunes, vertes... Mais ici, on va surtout s’intéresser à celle de l’armement, thématique oblige.
Tout commence, on ne sait trop quand, cela diffère selon les sources. Les plus optimistes parlent de traces de forges à l’époque de Jules César, d’autres, peut-être plus sérieux (le Musée d’Art et d’Industrie), annoncent le XIVe siècle pour les premières traces d’armuriers à Saint-Étienne.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Tchernobyl : 30 ans, et après ?

Un programme concernant notre passé et notre futur énergétique
A découvrir cette semaine à Saint Etienne : une exposition photo, une création théâtrale, une projection, des rencontres et des débats




0 | 10 | 20
Saint-Étienne et alentours La dérive   SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Après-midi "Fête des travailleurs"

Lundi 1er mai 2017, le groupe bibliothèque de la Dérive vous invite à un après-midi "Fête des travailleurs".
Au programme : à partir de 13h30, casse-croûte, auberge espagnole. A 15h : "Bonjour, asseyez-vous !", lecture par Josiane Carle et Sabrina Lorre, suivie d’une projection de courts métrages.




Saint-Étienne et alentours   SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Manifs du 1er mai à Saint-Étienne et Roanne

Comme chaque année, le 1er Mai est le rendez-vous des travailleurs dans le monde pour exprimer leur solidarité internationale, et leurs revendications.
Manifestations du 1er mai 2017 dans la Loire :
- A Saint-Étienne, 10h, devant la Bourse du Travail (cours Victor Hugo)
- A Roanne, 10h, devant l’ancienne Bourse du Travail (avenue de Paris)




Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Projection/Débat] La sociale

La projection gratuite du film, ce lundi 03 avril 2017 (17h30) à l’EN3S sera suivie d’un débat avec la participation de son réalisateur Gilles PERRET.




Saint-Étienne et alentours   GENRES - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Conférence] "Les ouvrières à l’épreuve du féminisme et du syndicalisme"

Conférence de Fanny Gallot, mercredi 22 mars 2017, 18h, Université Jean Monnet, Saint-Étienne, campus Tréfilerie, amphithéâtre E01
Entrée libre




Saint-Étienne et alentours   SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Conférerence de Cristina Nizzoli sur le syndicalisme en milieu précaire, en France et en Italie.

Ce mercredi 01 mars 2017 à 18h, la conférence de l’Institut du travail de Saint-Étienne sera présentée par Cristina Nizzoli et consacrée au travail précaire – phénomène majeur du capitalisme contemporain – et aux conditions du développement du syndicalisme parmi les travailleurs concernés.




Saint-Étienne et alentours   GENRES - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Assemblée de femmes travailleuses, travailleurs et jeunes.

Il s’agit de faire du 8 mars 2017 une journée internationale des femmes qui se battent pour l’égalité des droits et le respect de leur choix de vie. En mettant en avant cet aspect nous renouons avec les origines de cette journée voulue par Clara Zetkin en 1910 pour marquer l’unité internationales des luttes émancipatrices des femmes et leur rôle essentiel pour la conquête des droits dans et avec le mouvement ouvrier.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Exposition : Portraits de lutte, 9 ans de conflit social

Du 16 septembre au 22 octobre 2016 à la Galerie Noir & Blanc
Septembre est arrivé et la Galerie noir & blanc ouvre ses portes pour accueillir l’exposition "Portraits de lutte, 9 ans de conflit social" de Mourad Laffitte.
Vernissage le vendredi 16 septembre à 18h




National   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Info Gisti - Action collective] Oui, une réforme du code du travail s’impose

En finir avec le régime de "l’autorisation de travail", discriminatoire à l’égard des étrangers
Des millions d’étrangers ressortissants de pays non européens travaillent en France. Une grande part d’entre elles et eux ont des titres de séjour qui leur permettent d’exercer toute activité professionnelle sans avoir à demander d’autorisation particulière pour cela.




Saint-Étienne et alentours   SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Le GREMMOS et la Médiathèque proposent "Petites mains" de Thomas Roussillon

Touché par le combat des couturières de l’ex-usine Lejaby, Thomas Roussillon, réalisateur clermontois, a tourné un film documentaire dans l’enceinte même de l’atelier d’Yssingeaux au moment de son occupation en janvier-février 2012. Tout au long du reportage, "Les Lejaby" insistent sur leur savoir-faire, sur la qualité de leur travail. De front, elles expriment "leur satisfaction et la fierté du travail accompli".




National   DISCRIMINATIONS - RACISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Communiqué du Gisti] La SNCF s’obstine à discriminer

La SNCF a décidé d’interjeter appel des quelques 832 jugements rendus par le conseil de prud’hommes de Paris le 21 septembre 2015 en vertu desquels celle-ci a été condamnée à verser aux "cheminots" marocains des dommages et intérêts pour discrimination. L’attitude de l’entreprise a surpris, voire scandalisé ceux qui se battent pour recouvrer leurs droits ainsi que les organisations associatives et syndicales qui les soutiennent. Revenons rapidement sur ce long combat et ce feuilleton judiciaire qui risque hélas de se prolonger encore un certain temps.




0 | 10 | 20

A la une...

EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Faîtes du libre  

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Palestine - AFPS  

PALESTINE, Enfances volées
Un documentaire réalisé par Danièle Laurier (40 mn)
Six enfants de Beit Umar, de Halhul, de Bil’in, de Jenin et de la Vallée du Jourdain ressemblent à nos enfants : ils rient, pleurent, jouent, mais, chaque jour ils affrontent ce déséquilibre, cette tension intense, une douleur diffuse face à l’occupation israélienne.
Mercredi 28 juin à 19H , au Centre Social du Babet


MOBILISATIONS - LUTTES
Marchons contre l’A45 !  

Pour nous rendre compte de ce que serait cette future autoroute à notre porte. Pour voir de nos propres yeux l’ampleur des destructions qu’elle provoquerait : terres agricoles, bâtiments, activités de subsistance, espaces naturels, faune et flore...
Du 27 juin au 4 juillet, Marchons contre l’A45 de Saint-Étienne à Lyon !


REPRESSION - PRISON
Emission Papillon du jeudi 15 juin 2017  

- Présentation du livre Ca ne valait pas la peine mais ça valait le coup, 26 lettres contre la prison par Hafed Benotman (édition du Bout de la Ville), co-fondateur de l’Envolée, disparut en 2015.
- Présentation de l’Envolée n°46
- Compte rendu du procès en appel de Romain, pour la mutinerie de Valence


REPRESSION - PRISON
Emission Papillon du jeudi 1er juin 2017 + dernières émissions  

Au sommaire :
. Nouvelles de Fabrice Boromée, prisonnier guadeloupéen incarcéré pour une très longue peine et à qui l’Administration Pénitentiaire refuse le transfert auprès de ses proches, en Guadeloupe.
. Interview de Chloé Medhi, auteur de romans noirs. Dans ses romans Chloé évoque des histoires de prisons, de crimes policiers, de vengeance...
. Annonce du procès de Romain Leroy à Grenoble le 14 juin.


REPRESSION - PRISON
Comment se renforcer face à la police et à la justice ?  

Suite à un premier rendez vous en mai, voici un deuxième moment de discussion et d’échanges. Lors de mouvements de contestations, au cours de luttes auxquelles nous pouvons participer, ou dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être confronté-es aux flics, et à la justice.
Mardi 20 juin 2017 de 19h00 à 21h30
Rdv sur le quai de la gare du clapier


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Banalités de base n°1  

Une première série de 100 aphorismes dialoguant avec des images afin d’établir une critique de l’Empire-marchand et un certain rapport au monde


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Tournée sur la situation au Vénézuela, en soutien au portail Contrapoder, La Libertaria et Indymedia Venezuela.  

Une tournée en France, de juin à septembre, pour présenter des vidéos et débats sur l’Arco Minero del Orinoco du Vénézuela (plan de minerie gouvernemental), et collecter des fonds pour acheter un serveur et un vieux ciné dans les Andes Vénézuelienne pour créer l’ Ateneo Museo Autonomo “La Libertaria”.
En recherche de dates


GENRES - FEMINISME
Soutenons le Festival afroféministe NYANSAPO !  

Soutenons la tenue du festival NYANSAPO, festival afroféministe militant à l’échelle européenne, du 28 au 30 juillet 2017 à Paris. C’est le collectif Mwasi qui organise et accueille cette première édition. C’est sans compter sur les tentatives de sabotage du festival, taxé de "communautariste" puisque proposant des espaces non-mixtes.


REPRESSION - PRISON
Ils sont en train de tuer Fabrice Boromée  

L’administration pénitentiaire veut éliminer Fabrice Boromée alors qu’il ne fait que demander un transfert en Guadeloupe pour être rapproché des siens.
Comme plus de 500 prisonniers originaires des DOM-TOM, Fabrice Boromée purge une peine en métropole, loin de ses proches. Il réclame son transfert en Guadeloupe depuis 2011.


MOBILISATIONS - LUTTES
Goûter interminable à Bure !!!  

On sent bien maintenant que le sens de nos vies se cherche dans des lieux communs et autonomes : dans les salles autogérées de fac, dans les cantines urbaines, dans les zones à défendre… A Bure, la recherche d’autonomie politique prend place à la fois dans des maisons collectives achetées et dans le bois Lejuc. Après un pique nique interminable pour empêcher les premiers travaux de CIGEO, il y a un an, nous y avons fait notre nid. Du 19 au 26 juin 2017, on veut fêter ça par un goûter d’anniversaire interminable au coeur du bois !


MOBILISATIONS - LUTTES
Interdit(e)s de manif, unissons-nous !  

Ici nous voudrions attirer l’attention sur les interdictions de manifester, et comment y résister. Apparues dans ce mouvement à la mi-mai (à Paris pour onze personnes, à Nantes pour huit personnes et à Rennes pour une personne) les interdictions de manif sont, en réalité, des interdictions de séjour sur une zone donnée pendant une période donnée. En clair, on interdit de se rendre sur le parcours d’une manif le jour où elle a lieu.


REPRESSION - PRISON
Quelques infos et remarques au sujet du projet de construction de la nouvelle prison dans la Loire  

"On n’humanise pas un cimetière" Top El Hadj, lors de son procès pour évasion de la Centrale de Moulins.
La maison d’arrêt de la Loire se trouve à la Talaudière, commune qui touche Saint Étienne.
Il y a 328 places "officielles" dans cette vieille taule pourrie construite en 1968, un quartier hommes, un quartier femmes, et un centre de semi-liberté (construit plus récemment). L’été dernier, un article de plus évoquait la "surpopulation", avec plus de 480 enfermé-es.