Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

De propres jardins…


|

Saint-Étienne et son agglomération comptent une des plus grandes surfaces de jardins potagers sur leur territoire parmi les villes de taille similaire : 89 hectares, répartis en 45 sections, pour 3180 jardins au total. Toute proportion gardée, Sainté n’étant pas en Île-de-France, ces terrains restent malgré tout sous la pression immobilière, la Ville pouvant à loisir modifier son Plan Local d’Urbanisme et rendre constructible des terrains qu’elle ne fait que prêter. Nombre de sections de jardins autrefois situées en centre-ville ou très proches ont petit à petit disparu, le déclin de la surface totale ayant commencé suite à la Seconde Guerre et à la multiplication des zones pavillonnaires.


Qualité de vie, autonomie
Les jardins, d’abord « ouvriers », aujourd’hui plus souvent dénommés « jardins familiaux » ou « partagés », font partie intégrante du patrimoine et de l’histoire locale. Un retour rapide : les premières parcelles sont cultivées à partir de la fin du 19e siècle, sous l’impulsion des œuvres de l’Église et de sa doctrine de « catholicisme social ». Des entreprises stéphanoises (mines, aciéries…) suivent le mouvement et dans un élan de générosité toute paternaliste, mettent des terrains à disposition de leurs ouvriè-res. Aujourd’hui structurés en associations laïques, ces jardins urbains fonctionnent de la manière suivante : la Ville met à disposition du foncier, les terrains sont ensuite loués aux adhérents des différentes associations (Jardins Volpette, Jardins des « mineurs de Couriot », et associations composant la FAJOF) [1]. D’un jardinage d’autoapprovisionnement dans le passé industriel de la ville, on est passé, pour beaucoup des jardinièr-es, à une pratique qui mêle la recherche d’une alimentation saine, le plaisir d’être au contact de la nature aux portes de la ville, et le loisir de disposer d’un coin de vert à proximité. À ces nouveaux usages reste toutefois bien liée l’opportunité de faire des économies sur le budget alimentaire. Notamment car une bonne part des occupant-es de longue date sont des personnes retraitées des classes populaires, par ailleurs souvent d’origine étrangère, ne lisant parfois pas très bien le français. Et elles sont nombreuses à bien maîtriser des pratiques et des savoirs-faire de jardinage, de petit élevage, de bricolage et d’autoconstruction, appris et transmis au fil des années dans la simplicité. Le jardin et les pratiques qui y sont liées sont au cœur d’une certaine qualité de vie accessible pour toutes et tous dans cette ville.

Du passé, faisons table rase (à la pelleteuse)
La mairie procède depuis quelques années avec des associations concernées à des opérations de relooking visuel, portant le nom très consensuel de « restructuration ». Cette action constitue même l’essentiel de son soutien aux jardins, selon sa documentation officielle sur ce sujet. Les parcelles anciennes des jardins comportent des cabanes faites main, très diverses et modifiées au fil du temps par les jardinièr-es qui s’y succèdent ou les conservent pendant de longues années, avec chacune leur charme et leurs usages personnalisés. Les jardins sous cette forme sont des lieux de liberté, de bricole, où chacun-e occupe à sa guise un petit coin de nature en ville : terrassements fantaisistes, arbres fruitiers ou d’ornement, fleurs, bancs, barbecues de fortune, mini-serres et châssis, buttes, petits poulaillers, clapiers, mares, bref tant de choses a priori exclues des règlements d’utilisation, mais qui cohabitent là dans une joyeuse diversité. Et pour toute « restructuration », il s’agit en fait de l’arrivée aux frais de la Ville d’une minipelle mécanique sur ces terrains, qui détruit tout ce qui a été fait, arrache les végétaux, et de fait laboure et abîme par son passage des sols lentement et patiemment travaillés, améliorés au fil du temps. Des cabanes standardisées sont ensuite installées, tout ceci étant fait en priorité évidemment sur les zones « près des routes », dans un seul impératif d’image, « d’intégration paysagère ». Par-là, les décideurs font preuve de bien peu de considération à l’égard de quelque chose d’immatériel mais très précieux, qu’est l’attachement affectif à sa petite parcelle, aménagée avec soin, avec du temps, du savoir-faire, avec un souci écologique pragmatique. Des jardiniè-res de ces parcelles restructurées nous ont témoigné leur mécontentement, et l’absence de réelle concertation préalable (les décisions ayant été prises dans des réunions sur lesquelles elles n’étaient pas bien informées). De plus, ces opérations de destruction et de lissage coûtent à la Ville 10 000 € par jardin [2], une paille (c’est le cas de le dire), alors que Gaël Perdriau s’emploie partout à afficher son souci de faire des économies.

Fabl’aberration
Mais ce n’est pas à la mairie ou à Saint-Étienne Métropole que l’on semble souffrir de contradictions. On y est capable de subventionner grassement une Biennale de Design au budget 2017 de près de 4 millions d’euros [3], où l’on a pu voir s’exposer dans le « IN » plein d’objets à l’utilité douteuse, ou des fablabs et autres hacker spaces, tout ça construit en… tiens, tiens, devine… en palettes et matériaux de récup. Comme les cabanes faites maison par nos jardiniers. Où l’art de mettre des mots compliqués sur de vieilles choses recyclées à son compte (bricolage, débrouille, récup, autoconstruction). Mais quand on y met le discours merveilleux de l’innovation, une dose de #frenchtech, bref une bonne tartine de novlangue bien vendeuse, tout de suite ça passe mieux. Pour les designers, c’est légal et subventionné, avec le soutien aveugle des pouvoirs publics à tout ce qui est neuf, attractif et connecté pour faire, en plus clean, ce que les jardiniers des classes populaires n’ont plus le droit de faire !

[1Fédération des Associations des Jardins Ouvriers et Familiaux de la Loire.

[2Tiré du document officiel : Les jardins ouvriers, forme historique et toujours moderne de l’agriculture urbaine – l’exemple de Saint-Etienne, par Andrine Faure, Responsable du service Horticulture et Gestion des Espaces Naturels à la Ville de Saint-Étienne.

[3Chiffre Acteurs de l’économie – La Tribune.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours Ça Roule   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Troc de graines et de plants + concert

Concert « la perruche et la mygale » et troc de graines/plants à partir de 17h, jeudi 10 mai, à ça roule pour les amoureuxES des plantes et pour les autres.
Entrée et bouffe prix libre !


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Tout doit disparaitre !!

Dimanche 1er avril 2018 à l’Ancienne Comédie (Dedans & Dehors)
De 15h à Minuit – Prix libre
Petite restauration et bar sur place


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Panser la santé de façon communautaire

Souvent ressentie comme un domaine réservé aux professionnels et dits experts, la santé ne se limite pourtant pas à un diagnostic physique docte et anonyme. Face aux incompréhensions entre migrant.e.s algérien.ne.s de longue date et bureaucratie sanitaire française, l’association Globe 42 construit un espace d’échanges afin de redonner aux populations migrantes parole et prise sur leurs corps. Discussion avec l’une des membres de l’association...


Saint-Étienne et alentours Ça Roule   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

De la soupe au local ça roule !

Soupe à prix libre vendredi 1er décembre 2017, 18h, à ça roule
A partir de ce vendredi, des légumes paysans seront déposés chaque semaine au local ça roule (15 rue Georges Dupré, rue de la friterie) et seront disponibles à prix libre pendant les horaires d’ouverture du local. Vendredi sera donc l’occasion de goûter ces légumes en soupe et de rencontrer les producteurs !


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Dix manches / deux pioches

Marre des dimanches ennuyeux ?
Alors si ça te branche, amène tes jeux.
Et viens partager un après-midi rempli de cartes, de dés et de plateaux en tous genres !
Goûter partagé : amène ton gâteau et tu gagnes en cas d’ex aequo !


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Le remue-méninges fête ses 10 ans !

Pour fêter ses 10 ans, le remue-méninges vous propose, du 16 au 19 novembre, des concerts, un brunch musical, une scène ouverte, des ateliers déco ... et pourquoi pas un goûter d’anniversaire ?


Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Le paradis de l’enfer : récit d’un migrant à Saint-Étienne

Dominique a une trentaine d’années, il vient du Cameroun. Il est venu vers Couac pour partager son expérience, parler de la vie qu’il mène et faire connaître sa situation, son regard en tant qu’immigrant vivant à Saint-Étienne. Après une première rencontre, nous nous sommes revus plusieurs fois.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

P’tit Resto de la Gueule Noire

Restau Vegan, Bio & à prix libre samedi 21 octobre 2017
12h00 / La Gueule Noire / 16, rue du Mont / Saint-Etienne


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

KAIROS, le temps de faire ensemble

L’association Inkoozing met en œuvre un projet artistique participatif qui permettra à des personnes primo-arrivantes et françaises de se rencontrer dans un contexte convivial et créatif. Un crowdfounding est lancé pour financer en partie le projet.


Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Quand l’école publique invente et réagit

Alors que des esprits malveillants pourraient simplement voir dans notre marmaille une future main-d’œuvre docile, trois écoles publiques du centre-ville de Saint-Étienne ont choisi d’éduquer les enfants sous le prisme de la coopération et de l’esprit critique. L’auteur de cet article a écrit pour Couac depuis l’intérieur de l’Éducation nationale, nous publions ici son travail d’enquête auprès de ses collègues enseignant(e)s et leurs élèves.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

[Brochure - Zine] À l’intersection avec l’A45 #2

Depuis la première intersection, qui était sortie juste avant la marche Sainté - Lyon et le grand rassemblement de Saint Maurice sur Dargoire en juillet dernier, de nombreuses voitures sont passées sous les viaducs... Mais aucun des onzes de ces « ouvrages d’arts », ni des 4 tunnels que nous prévoit l’A45 n’est encore bâtit. La résistance se renforce doucement mais surement au fil du temps, des rencontres et des complicités se croisent. Car ces derniers mois il faut dire que ça s’est agité autant dans les collines, que du côté de Sainté. En espérant que ces quelques pages en donnent l’échos.


National   CONSOMMATION - GLOBALISATION / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Tourisme : fausse liberté ? vraie aliénation ? Rencontre - débat le 3 mars à Lyon

En attendant le passage à Lyon, le 25 avril de la tournée contre les Center Parcs de Roybon, Le Rousset et Poligny... La NINA nous invite à discuter à l’Atelier des Canulars à Lyon le 03 mars 2018 à 15h


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Présentation et discussion à propos des Lentillères

Au lendemain du carnaval des inutiles.... rendez-vous le 25 février à 12h à l’amicale laïque du Crêt de Roch avec des habitant.es du quartier des Lentillères de Dijon (brunch + discussion)
béton va béton


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Carnaval !

Nous vous invitons, partout où vous êtes, à vous joindre au Grand Carnaval Inutile ‘Béton va Béton’ à Saint-Étienne le 24 février 2018.
Rendez-vous à 14h à la Chambre de Commerce et d’Industrie (57 cours Fauriel).


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Rencontre -débat samedi 3 février, contre l’A45, la carrière de Saint-Julien-Molin-Molette et les grands projets inutiles en général

En attendant le passage à Lyon, le 25 avril de la tournée contre les Center Parcs de Roybon, Le Rousset et Poligny...
Notre Dame des Landes, centre d’enfouissement nucléaire de Bure, ferme-usine des Mille Vaches, ligne à grande vitesse Lyon-Turin, Center Parcs (Roybon, le Rousset, Poligny)... vous connaissez ?


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Assemblée de lutte contre l’A45, mais pas que...

La prochaine assemblée sera consacrée à la manière dont nous pouvons marquer notre solidarité avec des luttes et mouvements qui, proches de nous par les problématiques qu’illeux affrontent, sont cependant éloignés géographiquement. Rendez-vous MARDI 6 FÉVRIER À 19H à l’AMICALE LAÏQUE DU CRÊT DE ROC, RUE ROYET, À SAINT-ETIENNE.


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Mobilisation étudiante contre l’A45 et les expulsions de personnes migrant.e.s

Lundi 4 décembre, des étudiant.e.s du Département d’Études Politiques et Territoriales ont participé, à leur manière, à l’inauguration en grandes pompes du nouveau bâtiment de Sciences Po Lyon, sur le campus stéphanois de l’Université Jean Monnet.
Les maires de Lyon et Saint-Étienne, le préfet et la rectrice de la région Rhône-Alpes Auvergne, les président.e.s de l’Université de Lyon, de Jean Monnet et de Sciences Po Lyon ont été accueilli.e.s par une banderole et un tractage dénonçant le projet de l’autoroute A45 ainsi que la situation dramatique que vivent les migrant.es à Saint Etienne, à Lyon et, dans l’ensemble de la France.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

Semaine contre l’A45 à Sainté [du 12 au 19 décembre 2017]

Non, l’A45 ne se fera pas ! Si le message est simple, les arguments sont aussi nombreux que les opposant·e·s sont divers·e·s. Cette semaine permettra à une partie de cette diversité de s’exprimer, au travers de différentes soirées, projections, spectacles, débats... On vous attend nombreux·ses pour en discuter, s’informer... et partager les idées et les envies qui font vivre notre territoire. Nous ne nous laisserons pas aménager !


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Du « sang », des clics et des mollards.

Une petite action s’est déroulé ce week-end au salon Tatou juste, voire le compte-rendu ici . Jusque là, rien d’exceptionnel, et rien de particulièrement foufou. Mais notre brave maire a sauté sur l’occasion pour monter tout ça en épingle et stigmatiser les opposant-es à l’A45...


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Assemblée de lutte contre l’A45 et pas seulement

Mardi 5 décembre à 18h30 au local ça roule (15 rue Georges Dupré).
Venons nombreux et nombreuses


A la une...

URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Classe créative ?  

Saint-Étienne, ville design, innovante, dynamique, créative, la rengaine est maintenant connue. Ce qu’on sait moins, c’est que c’est un modèle à part entière, développé dans les années 90 aux États-Unis et dont l’un des gourous se nomme Richard Florida. C’est à lui qu’on doit le concept fourre-tout de « classe créative » qui fait baver les édiles de notre belle commune.


MEMOIRE
Un portrait de Synthé fait par une de ses marges  

Si la municipalité et les autorités publiques imaginent une ville qui a souvent peu à voir avec la vie réelle de ses habitant’es, ce sont avant tout les activités et engagements de celleux-ci qui font de Saint-Étienne la Synthé qu’on connaît et dans laquelle on a envie d’habiter. Agnès, Jeannette et S., qui arpentent et font vivre les rues de Saint-Étienne depuis bien des années, nous livrent un aperçu du milieu associatif, informel et punk stéphanois et une analyse de l’évolution de la ville.


REPRESSION - PRISON
« Rien n’a changé à Seysses », un nouveau communiqué de prisonniers  

Le Syndicat pour la Protection et le Respect des Prisonniers a reçu un nouveau communiqué de prisonniers de la maison d’arrêt de Seysses qui dénonce le climat de peur qui règne à la maison d’arrêt et la gestion de la détention par des surveillants brutaux et une direction complice. Ils nous en disent plus sur les circonstances dans lesquelles un jeune homme s’est donné la mort le 14 avril 2018 et relatent une nouvelle tentative de suicide dans cette prison sous pression. Pour rappel, dans cette même prison, ce même samedi 14 avril, un autre homme était mort et un communiqué de prisonniers affirmait que son décès faisait suite à un déferlement de violence des matons à son encontre (cf. Encore un mort au mitard : Communiqué de prisonniers de Seysses).
Nous reproduisons ici ce nouveau communiqué et assurons les prisonniers de notre solidarité. Nous restons extrêmement vigilants quant au sort qui leur est fait. Merci de le relayer le plus largement possible.


MOBILISATIONS - LUTTES
Grève et Manif le 22 mai 2018 !!  

Mouvement social mai 2018 : Fonction publique en grève le 22 mai !
MANIFESTATIONS :
- Saint-Étienne 10h30 Place Jules Ferry (statue de la Liberté entre l’Université et Centre 2)
- Roanne 10h devant la gare


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Rassemblement de soutien à Notre Dame des Landes  

Les expulsions ont repris ce matin à la ZAD de Notre Dame des Landes, soyons nombreux et nombreuses à affirmer notre opposition à cette politique de la terre brûlée.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Clermont Ferrand : rassemblement contre les normes imposées au monde paysan  

Le Collectif contre les normes administratives et industrielles appelle à un rassemblement le vendredi 18 mai 2018 à partir de 9h30 devant le lycée agricole de Marmilhat à Lempdes (Puy de dôme, à côté de Clermont-Ferrand)


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Tournée de soutien à l’Espace Contreculturel Autogéré « La Libertaria », Contrapoder et Indymedia Vénézuela  

Je serais de nouveau en France, Suisse et Belgique de début juin à fin août et ferait une tournée de soutien au portail Contrapoder.org, Indymedia Vénézuela et à l’Espace Contreculturel Autogéré qui a ouvert en novembre dans une ferme de 4 hectares des Andes Vénézuéliennes sous forme de coopérative culturelle et agricole « La Cooperactiva ».


MEMOIRE
Bourse du travail : la belle endormie  

C’est l’un des bâtiments les plus emblématiques de la ville. Situé en plein centre, il est désormais visité par une minorité de Stéphanois : les militants des syndicats présents dans ce lieu. Pourtant, la création d’une Bourse du travail à Saint-Étienne a été l’objet d’intenses mobilisations, et ce « palais du peuple » a connu des heures fastes, certaines historiques. Nous avons rencontré et lu Jean-Michel Stein, président du Groupe de Recherches et d’Études sur les Mémoires du Monde Ouvrier Stéphanois (Gremmos), spécialiste de l’histoire de cette Bourse. Nous avons ainsi pu revisiter sa richesse et nous interroger sur les enseignements que nous pourrions en tirer aujourd’hui.


INFORMATIQUE - SECURITE
Voisins vigilants : banalités de la politique sécuritaire  

Les voisins vigilants ont l’œil jaune et grand ouvert, c’est même à ça qu’on les reconnaît. À Saint-Étienne, les quartiers La Bérardière, la Chèvre, la Colline des pères ou encore Bel-air vivent sous l’œil éclatant du dispositif « Stéphanois vigilants », où on peut se surveiller mutuellement afin, selon l’objectif affiché par la police, de diminuer le nombre de cambriolages dans ces quartiers.


INFORMATIQUE - SECURITE
Paris 8 : les étudiant·es dégagent un flic qui filme leur AG sous le manteau !  

Ce jeudi 10 mai 2018 se tenait l’AG de l’occupation du mouvement étudiant de la fac Paris 8 Vincennes Saint—Denis. Au cours de l’AG, certainEs d’entre nous ont repéré un individu au comportement étrange : un homme seul que personne ne connaissait et avec un look de RG. Après avoir observé un long moment son comportement suspect (il s’est déplacé plusieurs fois dans l’amphi), deux camarades ont demandé à lui parler a l’extérieur.


REPRESSION - PRISON
La répression, les procès, ça continue...  

Huit personnes (pas moins !) seront jugées dans un nouveau procès le 13 septembre 2018 au TGI de Saint-Étienne, pour des faits reprochés lors de manifestations contre la loi travail du printemps 2016.
Une réunion publique est proposée pour en discuter, s’organiser pour réagir : jeudi 24 mai à 18h, à la Bourse du travail (salle 66).


REPRESSION - PRISON
[Contre toutes les prisons] Emission Papillon du jeudi 3 mai 2018  

Au sommaire : Encore un décès au mitard !
Réactions à l’intérieur et à l’extérieur de la maison d’arrêt de Seysses (Toulouse) suite à une mort plus que suspecte au mitard (quartier disciplinaire) le 14 avril 2018.


INFORMATIQUE - SECURITE
Numérique, mon amour  

A l’heure où le numérique occupe une place toujours croissante dans notre quotidien, Gaël Perdriau et son équipe rêvent de transformer notre cité stéphanoise en « ville connectée », n’hésitant pas pour ce faire à employer les grands moyens.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Feurs, la lutte pour Jacques et Damien continue  

Le 19 mars, l’entreprise Valdi, qui cogérait avec la société Feursmétal (devenue Castmétal) la fonderie de la ville de Feurs, annonçait sa décision de contester la condamnation dont elle a fait l’objet dans le conflit qui l’oppose aux familles de Jacques Tissot et Damien Jamot, tués par une explosion due à la négligence de leur employeur.
Au printemps 2017, Couac avait rencontré Jean-Luc Denis, l’un des membres fondateurs du collectif Vérité et Justice pour Jacques et Damien.