Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

De propres jardins…


|

Saint-Étienne et son agglomération comptent une des plus grandes surfaces de jardins potagers sur leur territoire parmi les villes de taille similaire : 89 hectares, répartis en 45 sections, pour 3180 jardins au total. Toute proportion gardée, Sainté n’étant pas en Île-de-France, ces terrains restent malgré tout sous la pression immobilière, la Ville pouvant à loisir modifier son Plan Local d’Urbanisme et rendre constructible des terrains qu’elle ne fait que prêter. Nombre de sections de jardins autrefois situées en centre-ville ou très proches ont petit à petit disparu, le déclin de la surface totale ayant commencé suite à la Seconde Guerre et à la multiplication des zones pavillonnaires.


Qualité de vie, autonomie
Les jardins, d’abord « ouvriers », aujourd’hui plus souvent dénommés « jardins familiaux » ou « partagés », font partie intégrante du patrimoine et de l’histoire locale. Un retour rapide : les premières parcelles sont cultivées à partir de la fin du 19e siècle, sous l’impulsion des œuvres de l’Église et de sa doctrine de « catholicisme social ». Des entreprises stéphanoises (mines, aciéries…) suivent le mouvement et dans un élan de générosité toute paternaliste, mettent des terrains à disposition de leurs ouvriè-res. Aujourd’hui structurés en associations laïques, ces jardins urbains fonctionnent de la manière suivante : la Ville met à disposition du foncier, les terrains sont ensuite loués aux adhérents des différentes associations (Jardins Volpette, Jardins des « mineurs de Couriot », et associations composant la FAJOF) [1]. D’un jardinage d’autoapprovisionnement dans le passé industriel de la ville, on est passé, pour beaucoup des jardinièr-es, à une pratique qui mêle la recherche d’une alimentation saine, le plaisir d’être au contact de la nature aux portes de la ville, et le loisir de disposer d’un coin de vert à proximité. À ces nouveaux usages reste toutefois bien liée l’opportunité de faire des économies sur le budget alimentaire. Notamment car une bonne part des occupant-es de longue date sont des personnes retraitées des classes populaires, par ailleurs souvent d’origine étrangère, ne lisant parfois pas très bien le français. Et elles sont nombreuses à bien maîtriser des pratiques et des savoirs-faire de jardinage, de petit élevage, de bricolage et d’autoconstruction, appris et transmis au fil des années dans la simplicité. Le jardin et les pratiques qui y sont liées sont au cœur d’une certaine qualité de vie accessible pour toutes et tous dans cette ville.

Du passé, faisons table rase (à la pelleteuse)
La mairie procède depuis quelques années avec des associations concernées à des opérations de relooking visuel, portant le nom très consensuel de « restructuration ». Cette action constitue même l’essentiel de son soutien aux jardins, selon sa documentation officielle sur ce sujet. Les parcelles anciennes des jardins comportent des cabanes faites main, très diverses et modifiées au fil du temps par les jardinièr-es qui s’y succèdent ou les conservent pendant de longues années, avec chacune leur charme et leurs usages personnalisés. Les jardins sous cette forme sont des lieux de liberté, de bricole, où chacun-e occupe à sa guise un petit coin de nature en ville : terrassements fantaisistes, arbres fruitiers ou d’ornement, fleurs, bancs, barbecues de fortune, mini-serres et châssis, buttes, petits poulaillers, clapiers, mares, bref tant de choses a priori exclues des règlements d’utilisation, mais qui cohabitent là dans une joyeuse diversité. Et pour toute « restructuration », il s’agit en fait de l’arrivée aux frais de la Ville d’une minipelle mécanique sur ces terrains, qui détruit tout ce qui a été fait, arrache les végétaux, et de fait laboure et abîme par son passage des sols lentement et patiemment travaillés, améliorés au fil du temps. Des cabanes standardisées sont ensuite installées, tout ceci étant fait en priorité évidemment sur les zones « près des routes », dans un seul impératif d’image, « d’intégration paysagère ». Par-là, les décideurs font preuve de bien peu de considération à l’égard de quelque chose d’immatériel mais très précieux, qu’est l’attachement affectif à sa petite parcelle, aménagée avec soin, avec du temps, du savoir-faire, avec un souci écologique pragmatique. Des jardiniè-res de ces parcelles restructurées nous ont témoigné leur mécontentement, et l’absence de réelle concertation préalable (les décisions ayant été prises dans des réunions sur lesquelles elles n’étaient pas bien informées). De plus, ces opérations de destruction et de lissage coûtent à la Ville 10 000 € par jardin [2], une paille (c’est le cas de le dire), alors que Gaël Perdriau s’emploie partout à afficher son souci de faire des économies.

Fabl’aberration
Mais ce n’est pas à la mairie ou à Saint-Étienne Métropole que l’on semble souffrir de contradictions. On y est capable de subventionner grassement une Biennale de Design au budget 2017 de près de 4 millions d’euros [3], où l’on a pu voir s’exposer dans le « IN » plein d’objets à l’utilité douteuse, ou des fablabs et autres hacker spaces, tout ça construit en… tiens, tiens, devine… en palettes et matériaux de récup. Comme les cabanes faites maison par nos jardiniers. Où l’art de mettre des mots compliqués sur de vieilles choses recyclées à son compte (bricolage, débrouille, récup, autoconstruction). Mais quand on y met le discours merveilleux de l’innovation, une dose de #frenchtech, bref une bonne tartine de novlangue bien vendeuse, tout de suite ça passe mieux. Pour les designers, c’est légal et subventionné, avec le soutien aveugle des pouvoirs publics à tout ce qui est neuf, attractif et connecté pour faire, en plus clean, ce que les jardiniers des classes populaires n’ont plus le droit de faire !

[1Fédération des Associations des Jardins Ouvriers et Familiaux de la Loire.

[2Tiré du document officiel : Les jardins ouvriers, forme historique et toujours moderne de l’agriculture urbaine – l’exemple de Saint-Etienne, par Andrine Faure, Responsable du service Horticulture et Gestion des Espaces Naturels à la Ville de Saint-Étienne.

[3Chiffre Acteurs de l’économie – La Tribune.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

La Grande Fête des Possibles

Dans le cadre de l’évènement national « La fête des possibles », le collectif Fleurir le quartier avec la participation de Compostons Collectifs, Déchets Non Nous, Zéro déchet, Incroyables Comestibles, Verdissons Nos Villes, le CPIE et CTC 42 vous proposent une belle rencontres samedi 15 septembre de 10h à 22h sur le thème de l’alimentation, des communs et du vivre ensemble.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Inauguration de la Cale à l’amicale du Crêt de Roc

L’Amicale du Crêt de Roc a le plaisir de vous convier à l’inauguration de sa « cale », espace du rez-de-chaussée réhabilité, le vendredi 7 septembre à partir de 18h.


Saint-Étienne et alentours Couac   MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Tout brûle déjà. La culture, la jeunesse et les flammes

Lundi 16 octobre 2017, Françoise Nyssen venait célébrer LA culture stéphanoise : inauguration officielle de la nouvelle Comédie… et visite de la Maison de la Culture - Nouveau Théâtre de Beaulieu. On se souvient que celle-ci avait été incendiée le 17 juin de la même année. Comme d’habitude dans ce genre de situations, les condamnations sont fermes. Par contre, très peu de discussions sur le fond. Pourquoi une structure censée représenter la diversité des pratiques sociales peut-elle être prise pour cible ?


Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Un portrait de Synthé fait par une de ses marges

Si la municipalité et les autorités publiques imaginent une ville qui a souvent peu à voir avec la vie réelle de ses habitant’es, ce sont avant tout les activités et engagements de celleux-ci qui font de Saint-Étienne la Synthé qu’on connaît et dans laquelle on a envie d’habiter. Agnès, Jeannette et S., qui arpentent et font vivre les rues de Saint-Étienne depuis bien des années, nous livrent un aperçu du milieu associatif, informel et punk stéphanois et une analyse de l’évolution de la ville.


Saint-Étienne et alentours Couac   INFORMATIQUE - SECURITE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Voisins vigilants : banalités de la politique sécuritaire

Les voisins vigilants ont l’œil jaune et grand ouvert, c’est même à ça qu’on les reconnaît. À Saint-Étienne, les quartiers La Bérardière, la Chèvre, la Colline des pères ou encore Bel-air vivent sous l’œil éclatant du dispositif « Stéphanois vigilants », où on peut se surveiller mutuellement afin, selon l’objectif affiché par la police, de diminuer le nombre de cambriolages dans ces quartiers.


Saint-Étienne et alentours Ça Roule   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Troc de graines et de plants + concert

Concert « la perruche et la mygale » et troc de graines/plants à partir de 17h, jeudi 10 mai, à ça roule pour les amoureuxES des plantes et pour les autres.
Entrée et bouffe prix libre !


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Tout doit disparaitre !!

Dimanche 1er avril 2018 à l’Ancienne Comédie (Dedans & Dehors)
De 15h à Minuit – Prix libre
Petite restauration et bar sur place


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Panser la santé de façon communautaire

Souvent ressentie comme un domaine réservé aux professionnels et dits experts, la santé ne se limite pourtant pas à un diagnostic physique docte et anonyme. Face aux incompréhensions entre migrant.e.s algérien.ne.s de longue date et bureaucratie sanitaire française, l’association Globe 42 construit un espace d’échanges afin de redonner aux populations migrantes parole et prise sur leurs corps. Discussion avec l’une des membres de l’association...


Saint-Étienne et alentours Ça Roule   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

De la soupe au local ça roule !

Soupe à prix libre vendredi 1er décembre 2017, 18h, à ça roule
A partir de ce vendredi, des légumes paysans seront déposés chaque semaine au local ça roule (15 rue Georges Dupré, rue de la friterie) et seront disponibles à prix libre pendant les horaires d’ouverture du local. Vendredi sera donc l’occasion de goûter ces légumes en soupe et de rencontrer les producteurs !


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Dix manches / deux pioches

Marre des dimanches ennuyeux ?
Alors si ça te branche, amène tes jeux.
Et viens partager un après-midi rempli de cartes, de dés et de plateaux en tous genres !
Goûter partagé : amène ton gâteau et tu gagnes en cas d’ex aequo !


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Folie des grandeurs, bienvenue en métropole !

Depuis le 1er janvier 2018, sur Sainté et ses alentours, nous vivons officiellement dans une « métropole ». Mais qu’est-ce que ça implique dans nos vies d’urbaines ou de ruraux, ou d’entre les deux ? Chez Couac, l’envie a émergé de soulever quelques-unes des questions que ça peut poser, et au moins d’éclaircir un peu le brouillard de tous ces termes bureaucratiques…


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design et raffiné

La municipalité de Saint-Étienne a fait de « l’expérience design » l’axe de sa promotion de la ville. Le design a sa biennale, il a aussi eu son pavillon FrenchTech DesignTech© à l’automne dernier. Décryptage de cette opération de communication sous la forme d’un récit, partial et partiel, de ces mondanités.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’A45, ce n’est pas fini – Restons mobilisé·es

La Coordination des opposants à l’A45 reste prudente sur les suites politiques du dossier d’autoroute A45.


Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Saint-Étienne : Privilégier l’image ou la vie des habitant-es ?

Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala sont enseignantes-chercheuses à Saint-Étienne. Dans un récent article, elles décryptent les discours tenus sur la ville. Un premier, misérabiliste, insiste sur le dépeuplement et la pauvreté ; un second, à l’opposé, dépeint une métropole innovante et attractive. Un autre discours, qui ne chercherait ni à stigmatiser Saint-Étienne ni à en faire un produit à vendre, reste à imaginer. Rencontre.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Caravane ethnocubique des Tanj’heureux, contre l’A45 et son monde...

La caravane ethnocubique des Tanj’heureux vous reçoit avec la coordination des opposant-es à l’A45 et contre son monde du 6 au 11 Août, à la tour contre l’A45 à Cellieu (42).


Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Ruines vs buildings

« Châteaucreux, quartier d’affaires » disaient-ils déjà il y a 15 ans… Habitant près de la gare, je me demande encore de quel chapeau est sortie cette idée bien cocasse. Au Crêt-de-Roc, 30 à 40 % du bâti est vacant. À Saint-Étienne, ce pourcentage avoisine en moyenne les 20 % soit environ 10 000 logements vacants. À côté de ça, l’EPASE continue de lancer des chantiers de construction de studios, d’appartements, d’hôtels grand standing. À qui la faute ? Cet article propose de survoler les acteurs de l’immobilier à Sainté.


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Votre carriere, notre enfer

Suite à l’annonce de l’extension de la carrière de St Julien-Molin-Molette par le préfet de la Loire, une petite vingtaine de personnes du collectif des habitant.es et riverain.es se sont mobilisées pour aller perturber la venue du préfet à Veauche pour le Trophée des Jeunes Entrepreneurs.


A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Ils canardent nos utopies et volent notre avenir »

Le gouvernement a annoncé la fin de la période d’« expulsions », après une dernière semaine horrible où un camarade a perdu sa main à cause de l’explosion d’une grenade GLI-F4. d’autres ont été blessés, on n’a toujours pas de nouvelles de la personne qui a été poussée du toit des Domaines par les flics et qui est partie inconsciente. On est toujours en alerte ... On attend de de voir ce ce que ça donne sur le terrain...N’hésitez pas à passer, il y a de quoi faire ici, besoin de bras pour déblayer, construire, jardiner, danser...Ils détruisent ? On reconstruira, ZAD vitam !!


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Encore une grève à la SNCF !

Réédition d’un article originalement écrit pour Paris-luttes.info en octobre 2015 sur les conditions de travail des cheminot’es.


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Classe créative ?

Saint-Étienne, ville design, innovante, dynamique, créative, la rengaine est maintenant connue. Ce qu’on sait moins, c’est que c’est un modèle à part entière, développé dans les années 90 aux États-Unis et dont l’un des gourous se nomme Richard Florida. C’est à lui qu’on doit le concept fourre-tout de « classe créative » qui fait baver les édiles de notre belle commune.


A la une...

MEMOIRE
Dix ans d’Action directe - Un témoignage, 1977-1987  

Dans le cadre du « LFP : 20 Years Fest », Jann Marc Rouillan viendra présenter son dernier livre « Dix ans d’Action directe - Un témoignage, 1977-1987 » paru chez Agone le jeudi 11 octobre 2018 à 18h à Ursa Minor.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à témoignages sur les effets de la pollution environnementale sur la santé des stéphanois-e-s des quartiers populaires  

Si le dérèglement climatique est une urgence sociale et de santé publique, il s’inscrit dans une longue histoire du mouvement ouvrier et de l’histoire de l’immigration dont les habitant-e-s de Saint-Étienne peuvent transmettre la mémoire, afin de construire un avenir commun plus soutenable. La contribution peut être constituée de témoignages d’anciens mineurs travailleurs du bâtiment, de la métallurgie, de la sidérurgie ou leurs proches, mais aussi habitant-e-s des quartiers industriels et/ou populaires, ou d’archives et d’enquêtes de terrain.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Salon du livre libertaire de Cluny : 29 et 30 septembre  

Salon du livre liber­taire les samedi 29 et diman­che 30 ­sep­tem­bre 2018 à la salle des Griottons à Cluny.
Normer, surveiller, punir seront les thèmes du salon de cette année.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Marche pour la forêt : montrons-leur de quel bois on se chauffe  

4 marches organisées par les syndicats de l’ONF traverseront la France afin de dénoncer les dangers pesant sur la forêt.
Une d’elle partira le 2 octobre de Valence. Elles se termineront le 25 octobre en forêt de Tronçais (Allier). La marche partant de Valence le 2 octobre, passera par l’Ardèche, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme et l’Allier.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Conditionnement toxique  

Nous oublions trop souvent que nos points de vue varient selon les situations, notre histoire et notre culture. Si notre mode de vie influe sur nos perceptions, voir d’une certaine façon crée sa propre réalité. Nous survivons sous influence d’un système qui formate nos conditions d’existences.


REPRESSION - PRISON
Projection du film « Faites sortir l’accusé, histoire d’un prisonnier longue peine »  

Projection du film « faites sortir l’accusé » de PeG, en présence du réalisateur au Méliès Saint-François, lundi 1er octobre. Une histoire d’amour et d’amitiés qui dévoile une partie de l’implacable machine judiciaire. Une plongée anti-spectaculaire dans le temps infini des longues peines.


MOBILISATIONS - LUTTES
Loi Travail : la répression continue  

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pub Belle la Ville ?  

Mercredi 5 septembre, place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne, un panneau publicitaire a retrouvé sa fonction d’affichage public. Le message commercial d’une agence d’assurances est en partie recouvert d’une affiche appelant à donner de la place à la culture plutôt qu’à la publicité.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
LFP : 20 Years Fest  

Le collectif La France Pue fête ses 20 ans d’existence. Le fest se passe en ville, pas de possibilité de camping, prenez vos dispositions (dodo chez des potes, airbnb etc...) !
Pas de chiens ni de bébés dans les concerts, merci. ATTENTION !! : Nombre de places limité, les concerts vont afficher complet, réservez vos places avant qu’il ne soit trop tard.


MEMOIRE
Une Mine autogérée à Saint-Étienne... en 1891 !  

Inaugurée en 1891, la Mine aux mineurs de Monthieu dura jusqu’en 1908. Elle eut une vie agitée, secouée par de nombreux procès, et même une grève ! Et pourtant elle réussit à faire vivre, pendant plus de dix ans, entre 70 et 100 mineurs. Cette expérience, avec son histoire mouvementée et contrastée, peut être utile aujourd’hui encore, comme elle le fut à la fin du XIXe siècle.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Chère, très chère école privée !  

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


LOGEMENT - SQUAT
Squats et Loi Elan, une mise au point  

Petite mise au point sur la Loi Elan qui nous pend au nez.
Elle entraine de multiples modifications dégueulasses sur la question du logement dont une sur les squats.