A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Depuis la prison de Fleury Mérogis, interview d’Antonin Bernanos




Antonin Bernanos est un militant politique antifasciste. Après 10 mois de détention préventive, il a été condamné en septembre 2017 à 5 ans de prison dans l’affaire de l’incendie de la voiture de police quai de Valmy puis réincarcéré le 5 décembre dernier. Actuellement détenu à la prison de Fleury Mérogis, nous avons pu lui poser quelques questions à propos des grèves de surveillants pénitentiaires, de leurs conséquences sur la vie des détenus et sur la manière dont l’administration pénitentiaire tente de contenir les différentes formes d’organisations collectives.


Bonjour, pouvez-vous nous dire ce que sont les conséquences de la grève des surveillants sur la population carcérale de Fleury-Mérogis ?
Antonin Bernanos : Très clairement, la tension est montée d’un cran avec cette militarisation de la prison censée prévenir les mobilisations des détenus et qui se fait l’écho des revendications sécuritaires des surveillants qui manifestent devant la prison.

Que pouvez-vous nous dire des rapports au quotidien qu’entretiennent les surveillants avec les prisonniers ?

Les rapports quotidiens entre les détenus et les surveillants sont habituellement assez différents selon les situations. Il serait faux de parler d’une violence physique permanente qui se traduirait par une répression continue des corps et des esprits. Il y a différents profils de surveillants, et entre le provincial, fils de paysans, qui s’argue de tatouages néonazis en affirmant être venu venger la France de la racaille islamiste, et le prolétaire des DOM-TOM qui n’a trouvé d’autre issue à la précarité que de porter l’uniforme (qui est majoritaire en bas de la hiérarchie pénitentiaire, et qui ressemble souvent trait pour trait au profil type des détenus, non-blancs, prolétaires et issus des zones de relégation des populations excédentaires) les détenus gardent une marge de manœuvre dans les rapports quotidiens pour éviter ou gérer les conflits. Il n’en reste pas moins que les rapports surveillants/détenus sont par nature des rapports conflictuels, entre ceux qui ferment les portes à clefs, et ceux qui sont enfermés. Et comme dans tout rapport de domination, les dominants exercent une violence à l’encontre des dominés. Quand on voit ici passer sur toutes les chaînes de télévision les mêmes surveillants qui sont témoins et parfois auteurs des violences à l’encontre des détenus, affirmer que la situation à Fleury n’est plus vivable, que les détenus ont pris le pouvoir et que les surveillants sont des victimes, on ne peut que comprendre l’étendue de la malhonnêteté des syndicats et de leur base. Combien de surveillants tués ces dernières années pour combien de détenus retrouvés pendus, les veines ouvertes ou la gorge tranchée ? Combien de surveillants blessés pour combien de détenus mutilés, frappés, piqués ? Sans même parler des blessures qui ne se voient pas et qui semblent ne jamais se refermer chez la plupart des prisonniers qui ont été les cibles de la violence carcérale, une violence systémique qui a pour but de rappeler à chacun où est sa place : l’un du bon côté de la matraque, et l’autre non. Il existe chez les détenus des quantités de témoignages non-recueillis sur les tortures au mitard, la folie entraînée par le quartier d’isolement ou les médicaments et piqûres injectés de force à des détenus (sans parler des viols, comme récemment à Meaux ou encore à Fleury lors des fouilles à nu). Alors quand les prisonniers qui sont passés par là voient les représentants syndicaux s’insurger devant les caméras de toute la violence qu’ils subissent au quotidien, l’asymétrie est telle que la révolte se fait entendre derrière les barreaux.

Un texte écrit par un collectif de prisonniers de Fleury-Mérogis fait grand bruit depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Il semblerait que certains prisonniers s’organisent à l’intérieur pour protester contre le blocage de la prison. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

Peu après les premières grèves de surveillants, plusieurs détenus ont répondu par des séries de blocages de promenade dans leurs établissements. Ces blocages consistent à ne pas remonter en cellule après la fin d’une promenade, pour manifester son opposition face à un ou plusieurs points de conflit dans l’organisation de l’Autorité Pénitentiaire (AP). En l’occurrence, les premiers blocages à Fleury ont eu lieu initialement pour protester contre la diminution des temps de promenade, et plus largement contre les conséquences de la grève des surveillants. Ces actions collectives sont très importantes pour les détenus car elles leur permettent de s’affirmer en tant que groupe, solidaire et organisé. Les blocages font souvent écho à une pluralité d’actions de résistances individuelles quotidiennes face à l’administration, qui tombent dans l’oubli ou sont sévèrement réprimées, car elles restent isolées et minoritaires. Le blocage des promenades est perçu par l’AP comme une manifestation dangereuse, comme en témoigne la forte répression qui s’en suit systématiquement, mais elle s’attache à le dénigrer publiquement comme un acte collectif sans fondement d’une foule de détenus enragés pour des raisons qu’ils ne comprennent même pas. Les médias s’en font régulièrement le relai pour émouvoir les auditeurs en parlant de mutinerie ou d’émeute, comme la semaine passée au bâtiment D2. Je pense que ces blocages sont particulièrement importants pour leurs effets fédérateurs, et contre les politiques internes de l’AP qui consistent à dresser les détenus les uns contre les autres. De plus, ils permettent de dégager deux choses dont nous sommes privés en prison : un espace et du temps. Les détenus peuvent rester ensemble, discuter, investir la promenade et surtout, la rendre subversive, en faire une instance de socialisation politique, qui aboutit, par exemple, sur le texte que tu évoques.
Les mouvements de protestations et de révolte des détenus semblent s’être éteint depuis quelques jours, même si les braises sont encore chaudes. La forte répression de l’AP, qui consiste à isoler des « leaders » présumés et les envoyer au mitard pour une durée indéterminée, avant de les transférer à leur sortie dans une prison située parfois à plusieurs centaines de kilomètres y est pour beaucoup. La militarisation de la prison, la présence des Eris [1] et les menaces de l’administration font leur effet. Quiconque participe à ces blocages sait qu’il joue gros, et qu’au-delà du mitard, des transferts, des fouilles ou des coups, le risque est de voir son dossier carcéral entaché d’un tampon rouge, qui peut impacter sérieusement la discussion d’un juge pour les prévenus, et celle d’un Juge d’Application des Peines, dans le cadre d’un aménagement de peine, chez les condamnés. L’absence d’échos, de relais et de mobilisations à l’extérieur y sont pour beaucoup. Les séquences de révolte des détenus sont brèves, inscrites dans un laps de temps très court, et il est évident qu’il est compliqué pour les acteurs des luttes à l’extérieur de s’organiser si rapidement pour y répondre.

Pouvez-vous raconter plus précisément comment vous avez appris qu’un mouvement de surveillants avait lieu puis comment s’est déroulé le blocage des promenades par les détenus et la manière dont sont intervenus les Eris ?
Nous avons eu connaissance du mouvement des surveillants en deux temps. La première nuit, des détenus qui ont une vue sur l’entrée de la prison depuis leur cellule ont aperçu les premiers blocages des surveillants. Cris et insultes en entraînant d’autres, toute la prison a très vite été informée de ce qui se tramait à l’extérieur. Plus tard, c’est par la presse que nous avons suivi les discours des syndicats de surveillants et les débuts de la première nuit de grève. Le lendemain, tous les mouvements étaient bloqués et nous étions tous séquestrés dans nos cellules sans ménage, parloirs, promenades et activités diverses. La colère de chacun s’est exprimée aux fenêtres et contre les portes des cellules. Le bâtiment résonnait de rage et de colère, et les premières informations sur la volonté collective de bloquer la promenade ont commencé à se diffuser d’une cellule à une autre, d’une aile à une autre puis d’un étage à un autre. Vers 13h, les portes se sont ouvertes pour le départ en promenade, et la présence en grand nombre d’Eris équipés et armés en a refroidi plus d’un, craignant une fouille générale des cellules en leur absence. Sur le bâtiment D1, la stratégie de l’AP a été de faire une démonstration de force en faisant parader les Eris à tous les étages pour diffuser la peur pendant les départs en promenade. Par la suite, elle a littéralement enfermé les détenus en promenade pendant plusieurs heures, elle a en quelque sorte bloqué elle-même la promenade pour démobiliser les détenus et les fatiguer sous la pluie, rendant le blocage impossible. Elle a cependant commis une erreur : c’est d’avoir pu donner un temps considérable aux détenus pour communiquer et essayer de s’organiser pour la suite, en réfléchissant à l’écriture de textes ou à des actions à mener. C’est au D2 que le blocage le plus important a eu lieu, le bâtiment des mandats de dépôt, qui dispose d’une plus grande marge de manœuvre (les détenus étant présumés innocents et n’ayant pas grand-chose à perdre, car ne connaissant pas leur dates de fin de peine). C’est un des bâtiments qui bloque le plus, car les savoirs ont le temps d’y être transmis et que les « anciens » y sont nombreux. Lors de mes 10 mois de détention au D2, j’ai pu assister à deux séries de blocage sur plusieurs jours. Le premier en lien avec la grève des surveillants a été favorisé par le fait que l’appel de fin de promenade a été lancé au bout de 45 minutes au lieu des deux heures hebdomadaires. Des échos que j’ai eu, c’est le blocage le plus réussi de ces dernières semaines, plus de 120 détenus ont refusé de remonter, soit la quasi totalité de la promenade, et ils ont tenu plusieurs heures avant l’intervention des Eris, qui étaient positionnés en prévention sur le bâtiment D1, ce qui a perturbé leur coordination. Selon les médias les retours en cellule se sont fait dans le calme, mais certains se sont plaint de violences, cinq d’entre eux identifiés comme les meneurs ont été envoyés au mitard le matin même.

Le mouvement des surveillants bénéficie d’une très intense couverture médiatique et politique sans pour autant que cela n’amène la moindre lumière sur la manière dont la vie se déroule à l’intérieur de la prison. Comment expliquez-vous cette asymétrie ?
Il est évident que, dans le cadre de la conquête sécuritaire actuelle, le rôle des médias et les déclarations des politiques ont pour fonction de renforcer les revendications des instances répressives. Du côté des politiques, il s’agit d’éteindre les effets de l’état d’urgence et de sa constitutionnalisation en s’appuyant sur les répression des classes populaires à qui sont destinées les prisons. Et tout ça se fait à nouveau sur fond d’antiterrorisme. Si les quartiers populaires ont été de véritables laboratoires de la répression pendant plusieurs décennies, en ciblant les populations post-coloniales, il est évident que la prison y a une place primordiale. En tant que composante qui structure depuis toujours le prolétariat et son rapport au travail, à la ville et aux autres classes, il s’agit bien ici de s’en servir comme d’un instrument moteur qui génère de la répression, et plus seulement comme d’un simple réceptacle des populations excédentaires. Le discours des médias consiste à rendre spectaculaires des événements qui n’en sont pas, à relayer des agressions supposées qui ont lieu quotidiennement comme des événements exceptionnels qui témoigneraient d’une augmentation croissante de la violence des détenus et en particuliers des « radicalisés ». Les politiques en profitent pour continuer leur opération de droitisation du champ politique, et renforcer l’entreprise sécuritaire matrimoniale. Tout ça fait bien évidemment le jeu de l’administration pénitentiaire, qui invisibilise ses violences à l’encontre des détenus tout en les rendant légitimes à travers sa stratégie de victimisation.

Les revendications des surveillants sont assez claires : plus de sécurité et plus de moyens. Quelles sont ou seront les conséquences de ces revendications sur vous, si elles étaient acceptées par le gouvernement ?
Comme j’avais commencé à y répondre dans la question précédente, les conséquences seront visibles et effectives à plusieurs niveaux. En prison, cela passera par un isolement toujours plus accentué des détenus dits « radicalisés ». Ce concept fourre-tout est une véritable arme dans la stratégie répressive de l’État pénal. Il s’agit d’étiqueter les détenus liés à une entreprise terroriste, telle que l’État Islamique, l’ETA ou encore le FLNC. Elle sert aussi à l’encontre des militants arrêtés et incarcérés dans le cadre de mouvements sociaux, mais aussi de simples détenus qui seraient susceptibles de poser des problèmes à l’AP et à qui l’on reprocherait un rapprochement avec des détenus appartenant à ces différents groupes. Mais qu’en est-il en réalité ? À Fleury, les basques, les corses ou les militants révolutionnaires représentent une minorité de ces « détenus radicalisés », cette étiquette sert principalement à l’encontre de ceux que les surveillants appellent « les barbus », les détenus supposés en lien avec l’État Islamique. Cependant, il s’avère qu’une extrême minorité d’entre eux sont effectivement liés à cette entreprise terroriste. Il s’agit pour la plupart d’homme jeunes, non-blancs, appartenant aux classes populaires et qui ont fréquenté la mauvaise mosquée, la mauvaise personne, qui ont surfé sur les mauvais sites ou envoyé de l’argent ou un simple message à une connaissance partie combattre en Syrie. La stratégie de la radicalité et des politiques antiterroristes agit à deux niveaux : accentuer une islamophobie d’État relancée par les attentats depuis 2 ans et créer un nouveau délit d’être pauvre, noir, arabe et musulman.
Mais comme à l’extérieur, la stratégie de l’état d’urgence qui a d’abord touché les populations post-coloniales avant de se concentrer sur les musulmans, de s’étendre aux mouvements sociaux puis à la société dans son ensemble, la stratégie sécuritaire interne à la prison (qui, comme je l’ai dit, est un maillon central des politiques sécuritaires nationales) vise à cibler les détenus dans leur ensemble. Ainsi les revendications sont claires : un armement généralisé (ce qu’ils appellent dans les médias « la valorisation du métier »), pouvoir menotter les détenus lors de tous leurs déplacements, isoler et piquer plus facilement les récalcitrants, renforcer la surveillance et diminuer les libertés d’aller et venir, faciliter les fouilles à nu et, cerise sur le gâteau, toucher une prime à la répression de 1 000 euros annuelle.
Je voudrais ajouter que ce mouvement est à mettre en parallèle avec le mouvement des policiers qui manifestaient illégalement à l’automne 2016 (rappelons qu’officiellement les surveillants non plus, n’ont pas le droit de grève) armés, cagoulés, en direction de l’Élysée et qui réclamaient l’incarcération systématique pour toutes les « racailles » en surfant aussi sur une spectacularisation d’agressions de policiers dans un contexte de déferlement de violences policières. Une partie de la base de la police s’était alors autonomisée de ses syndicats qui avaient initié le mouvement, et avait obtenu la loi sur la légitime défense, soit un véritable permis de tuer dans les quartiers. Il est évident que le mouvement des surveillants, qui reprend la même stratégie (grève et blocage illégal, spectacularisation et revendications sécuritaires) s’inscrit dans la continuité du mouvement des policiers et aboutira à l’obtention de lois et de dispositifs similaires à appliquer à l’encontre des prisonniers. C’est aussi contre cela qu’il faut lutter, et c’est le danger principal, beaucoup plus important que la détérioration actuelle des conditions de détention.

Si la légitimité des revendications des surveillants n’est jamais questionnée, quelles pourraient être les revendications des prisonniers ?
Pour l’instant, les revendications des prisonniers ont été d’ordre matériel, pour protester contre la détérioration des conditions d’incarcération liée à la grève des surveillants. Mais au cours des discussions et du partage de la colère de chacun, les réflexions politiques se sont ouvertes vers des horizons plus larges. Les revendications restent quand même majoritairement d’ordre matériel, et se sont donc principalement en réaction au mouvement des surveillants et si elles n’ont pas dépassé ce stade, c’est vraisemblablement à cause des difficultés et des obstacles qu’ont rencontré les tentatives de révoltes des détenus pour se constituer en véritable mouvement des prisonniers. À l’extérieur, si nous prenons pour exemple le mouvement contre la loi travail, c’est parce que le mouvement s’est construit sur des bases solides, porté par une pluralité de pratiques, de positions et de traditions politiques que celui-ci a pu déborder les cadres existants, et dépasser les revendications purement centrées autour de la loi EL Khomri et du travail, en se constituant en une force contre la loi travail et son monde. C’est en construisant des liens solides entre les détenus et l’extérieur, en se coordonnant, en mobilisant des familles, différents acteurs des luttes et en rejetant tout compromis que de vraies perspectives de lutte s’ouvriront, lancées par les détenus et relancées à l’extérieur pour des revendications qui dépasseront les demandes d’accès à de meilleures conditions de détention. Je pense que les prisonniers ont toujours su qu’il n’existait pas de « prisons plus justes » et, pour construire un vrai « tous ensemble contre la prison et son monde », il est nécessaire de briser le silence que nous imposent les murs des prisons, de donner les moyens aux détenus de s’organiser et se coordonner en déstabilisant la machine carcérale et en rendant sa répression illégitime, pour la rendre inefficace.

[1] ERIS : Les Équipes Régionales d’Intervention et de Sécurité sont des unités d’intervention chargées du maintien de l’ordre dans les prisons françaises.

A lire ici


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Journée De Lutte contre les violences policières

Les combats contre les violences policières, contre les injustices sociales, contre le racisme et tellement d’autres causes font des quartiers populaires des « gilets jaunes » malgré eux. Dans ce contexte, des collectifs et des familles de victimes de crimes policiers se battent pour obtenir justice et pour que la vérité éclate sur les circonstances de la mort de leurs proches entre les mains de la police. Luttons ensemble contre les violences policières, contre le racisme et pour une vraie justice sociale !
Manifestation samedi 16 mars 2019 à 13h au départ de la place Guichard (Lyon 7e) - Métro B place Guichard


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

[Grenoble] Vérité et Justice pour Adam et Fatih

Dans la nuit du 2 au 3 mars 2019, un véhicule de la BAC a voulu interpeller deux jeunes grenoblois qui circulaient sur un scooter. Après une course poursuite, Adam Soli (17 ans) et Fatih Karakuss (19 ans) percutent un bus et décèdent sur le coup. Depuis, au quartier du Mistral, la colère s’exprime et les keufs quadrillent le quartier. Encore une fois, la police se rend responsable de la mort de deux jeunes et veut étouffer l’affaire.
En leur mémoire et parce que sans justice il n’y aura pas de paix, rdv pour une marche blanche ce mercredi 6 mars à 16h à Grenoble au Plateau.


A Lire ailleurs   MEMOIRE / REPRESSION - PRISON

Violence, émeute et conflits sociaux : élements d’instruction pour un député En Marche

Alors que trois députés LREM de la Loire sur quatre ont voté en faveur de la loi anti-casseurs (Borowczyk, Mis, Faure-Muntian) - allant même jusqu’à affirmer pour l’un d’entre eux (M. Borowczyk) que « cette loi n’est pas liberticide » - il nous semble intéressant de publier cet article du site tourangeau La Rotative pour qui les député.es font preuve d’une « ignorance crasse de l’histoire des conflits sociaux en France ».


A Lire ailleurs   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Ça bouge toujours au Centre de Rétention du Mesnil Amelot : communiqué d’un groupe de prisonniers

Depuis le 8 janvier, la lutte dans le centre de rétention de Mesnil Amelot est devenue plus collective. D’abord au CRA2 avec une grève de la faim suivie par presque l’ensemble des bâtiments (plus de 80 personnes) pendant 3 jours. Avec aussi régulièrement des communiqués, des tentatives de lutter contre les déportations par vols cachés et les violences policières.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

La solitude des femmes détenues

Huit prisons pour longue peine peuvent recevoir des femmes, la plupart étant concentrés dans la moitié nord de la France. La prison de Roanne est une de celles-ci. Les femmes sont donc très souvent incarcérées dans des établissements éloignés de leurs proches, alors qu’elles subissent déjà une rupture de lien spécifique.


National   REPRESSION - PRISON / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Soutien aux déboulonneurs

Lundi, un procès devait avoir lieu, un procès lié à la pub. Il est reporté au 27 Mars.
Lors du procès en 1er instance, les antipubs ont été déclarés coupables des deux infractions : « groupement en vue de préparer des dégradations de biens » et « dégradation de panneaux publicitaires ». Ils et elles ont été condamné.es à des amendes, dommages et intérêts à la SNCF et paiement des frais d’avocat .
Lettre ouverte de la RAP Sainté en soutien aux déboulonneurs.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   GENRE - FEMINISME / REPRESSION - PRISON

Soirée projection : Ils nous ont volé nos nuits, sur les prisonnières et proches de prisonnières au Mexique

Mardi 29 janvier 2019 à 19h à la Gueule Noire.
Tourné au Mexique en octobre 2016, ce documentaire est un outil de lutte anti-carcérale et contre l’oubli. Ex-prisonnières, compagnes solidaires, mères de famille ou camarades y racontent la manière dont la taule s’empare de leurs vies. Elles y parlent de la détention, des violences sexuelles, du sexisme à l’intérieur et hors des murs, de la stigmatisation en tant que proches de personnes incarcérées, mais aussi de leurs manières de s’organiser et de tisser des réseaux de solidarité.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

« C’est ça la justice ? Eh ben, vivent les gilets jaunes, ils ont raison ! », comparutions immédiates, Paris, 14 janvier 2019.

Des Gilets jaunes face à la justice de classe, 3e épisode : Comparutions immédiates suite à l’acte IX le 14 janvier 2019 par l’équipe du journal L’Envolée.
Ce lundi 14 janvier 2019, l’activité de la 24e chambre était exclusivement consacrée à la répression d’un mouvement social qui dure depuis plus de deux mois maintenant. L’audience a duré jusqu’à 22 heures, et des Gilets jaunes passaient aussi en comparution immédiate dans deux autre salles.


A Lire ailleurs   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Procès des solidaires de Briançon Acte II

En 2019, l’acharnement contre les solidaires, malheureusement, se poursuit… mais les mobilisations solidaires aussi !
Suite à l’inimaginable condamnation des « 7 de Briançon » (verdict tombé le 13 décembre dernier), qui bien entendu font appel de cette décision, la pression sur les solidaires ne faiblit pas, puisque ce vendredi 10 janvier, deux autres personnes sont passées en procès au Tribunal de Gap. Retour sur un procès absurde et injuste.


A Lire ailleurs   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Conseils à l’attention des personnes blessées par la police et de leurs proches

Après le déchaînement de violence policière de ces dernières semaines à Saint-Étienne et partout en France, il semble pertinent de publier ce petit tutoriel rédigé par le collectif Désarmons-les.

Mise à jour :


A la une...

DISCRIMINATIONS - RACISME
Me, you, nous... et eux ? Petit fours et expulsion  

Ce mercredi 20 mars, une vingtaine de personnes ont fait irruption à l’inauguration de la Biennale de design de Saint Etienne pour dénoncer la mise à la rue de dizaines de personnes par les pouvoirs publics.


MEDIAS
Sortie de Des Ruines n°3/4 (double) – Revue anarchiste apériodique  

Nous sommes heureux d’annoncer, après une longue absence, quelques complications et un travail de plusieurs années, la sortie d’un double numéro de la revue anarchiste apériodique mais loin d’être prématurée Des Ruines, au format A4 relié et avec cette fois-ci 308 pages et trois grands dossiers.


MEDIAS
Le Déchaîné n°7 - Journal de gilets jaunes de Monthieu - est sorti !  

Le septième numéro du célébrissime et incontournable journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé ! Disponible dans des bars de la ville et au rond-point (lors d’actions ou quand il sera réoccupé), il est aussi téléchargeable ici.


MEMOIRE
Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise  

Le 18 mars 1871, le gouvernement d’Adolphe Thiers tente de désarmer la Garde nationale et les parisiens en prenant le contrôle des canons de la butte Montmartre. L’événement qui aurait pu être anecdotique se transforme en révolution qui durera deux mois et marquera l’Histoire.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 6 mars à Saint-Étienne  

« Il faut croire que le mouvement des gilets jaunes aura permis à des délinquants qui s’ignorent de se révéler. » Madame la procureure, mercredi 6 mars, palais de l’injustice de Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Retour sur la journée stéphanoise de mobilisation « Youth For Climate »  

Vendredi dernier, le 15 mars, à l’appel à la mobilisation internationale Youth For Climate les jeunes de Saint-Étienne (et des alentours) ont largement répondu présents ! Une mobilisation massive avec environ 2000 lycéens, étudiants et même collégiens.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Mobilisation et grève contre la loi « Fonction Publique » et la loi « Blanquer »  

RDV à Saint-Étienne, mardi 19 mars 2019. Départ à 10h30 cours Fauriel devant la CCI en direction de la préfecture.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Design partout, Justice nulle part  

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.


MOBILISATIONS - LUTTES
Les loups dans la bergerie  

Banalités de base sur la révolte en cours.
Comité pour la prolifération des loups - mars 2019


DROITS SOCIAUX - SANTE
Pour étendre la pratique de l’IVG instrumentale aux sages-femmes  

Un questionnaire a été mis en ligne à l’attention du public, en vue de l’élaboration d’une loi autorisant la pratique de l’IVG instrumentale pour les sages-femmes.


DISCRIMINATIONS - RACISME
[Info Gisti] Expulsions de terrain et de squat - sans titre mais pas sans droits  

Voici une brochure qui répond à nombre de nos questions sur le squat et les expulsions !
2e édition, Fondation Abbé Pierre / Gisti / Romeurope


DISCRIMINATIONS - RACISME
Communiqué unitaire contre l’antisémitisme, son instrumentalisation et contre tous les racismes et oppressions  

Dans cette tribune commune, des collectifs et partis ligériens se mobilisent contre l’instrumentalisation de la lutte contre l’antisémitisme à des fins politiques et appellent à une lutte réelle contre tous les racismes et toutes les autres formes d’oppressions.


ARMEMENT
Réflexions sur VERNEY-CARRON SA...  

Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, Verney-Carron SA, le fabricant et inventeur du célèbre Flash-Ball®, cherche à tout prix à se dédouaner de toute responsabilité dans la mutilation et la répression de nombreux manifestants...


ARMEMENT
Appel à bloquer Verney-Carron et toutes les usines d’armement !  

Pour les blessé.es par les forces de l’ordre, pour celles et ceux qui sont mort.es de s’être révolté.es, du 29 au 31 mars 2019, bloquons toutes les usines d’armement qui participent à la represion des mouvements sociaux !
À Saint-Étienne se trouvent deux grands spécialistes de la fabrication d’armes : Verney-Carron et Le Banc National d’Épreuve des Armes.


MOBILISATIONS - LUTTES
Carnaval de l’inutile  

Il fut un temps, où le carnaval était le jour où les esclaves se déguisaient en roi pour se moquer des puissant.e.s. Une occasion d’inverser les rôles, de transgresser les normes établies. Pour un jour, le monde marche à l’envers ! Aujourd’hui, à Saint-Étienne, ce sont les puissant.e.s qui l’organisent – celleux-là mêmes qui relookent la ville en Capitale du design. Celleux-là mêmes qui font mourir des quartiers habités pour en construire de nouveaux aseptisés. Nous proposons plutôt un giga carnaval coloré, bruyant et indomptable !
Les 30 et 31 mars 2019, ce sera un week-end coloré, bruyant et indomptable !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Week-end soutien à Bure  

Suite à l’intense répression subie à Bure ces dernières années et particulièrement depuis l’expulsion du bois Lejuc en février 2018, nous organisons un évènement de soutien à la lutte Meusienne.
Venez, venez, les 3, 4 et 5 mai 2019 à St Julien Molin Molette, on vous attend !!!


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Football militant  

La Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) vient de publier un communiqué de solidarité à l’égard des migrant.e.s et des militant.e.s du Briançonnais et de mettre à jour sa présentation très sociale du sport et des loisirs.
Retour sur cette association très active dans la Loire, et zoom sur le foot à 7, ou foot autogéré !


DISCRIMINATIONS - RACISME
Semaines anticoloniales et antiracistes  

LA SEMAINE ANTICOLONIALE ET ANTIRACISTE est un événement organisé par l’association Sortir du Colonialisme qui milite sur l’actualité, la mémoire et le combat anticolonial, articulés avec le combat antiraciste, le racisme étant la matrice idéologique du colonialisme.