Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 6 mars à Saint-Étienne




« Il faut croire que le mouvement des gilets jaunes aura permis à des délinquants qui s’ignorent de se révéler. »
Madame la procureure, mercredi 6 mars, palais de l’injustice de Saint-Étienne.

Ce mercredi 6 Mars, deux personnes ont été présentées devant la justice, à la suite de leur arrestation lors d’un blocage de rond-point à Saint-Chamond en janvier dernier. Le juge des libertés et de la détention avait choisi, après leur garde-à-vue, de les placer sous contrôle judiciaire, avec interdiction de sortir la nuit et le samedi.


Une fois de plus, nous rencontrons une justice hautaine, classiste et arrogante.

Après plusieurs affaires, c’est au tour de K et T de se retrouver devant la barre. Le président se lance dans sa traditionnelle énumération des faits reprochés : violences sur agent dépositaire de la force publique, entrave à la circulation, dégradation, participation à un attroupement dans le but de commettre des violences (justifié par un pétard retrouvé dans la poche d’un des accusés) ou des dégradations. En clair, on leur reproche d’avoir monté une barricade devant les flics, puis de leur avoir lancé des projectiles, et d’avoir essayé de mettre le feu à la barricade (qui n’a pas pour autant été le moins de monde enflammée).

Lecture de la déclaration des 4 flics (qui se sont portés partie civile et demandent pour deux d’entre eux 300€ de dommage et intérêts, et 600€ pour les deux autres) : ces derniers nous peignent une ambiance tendue, en soulignant évidemment que la manifestation est non déclarée. Une barricade brûle, les pompiers veulent intervenir mais ne peuvent y accéder. C’est alors que la cavalerie intervient. Lorsque la 1re keuf mobile serait arrivée au niveau des gilets jaunes, elle aurait été encerclée, pneus et palettes auraient été apportés dans le but de monter une seconde barricade autour d’elle, et c’est seulement grâce à une manœuvre des plus héroïque que la police a pu sortir de ce traquenard et rejoindre le deuxième véhicule de flic, en essuyant une pluie de cannettes et de projectiles.

C’est seulement à la fin de la manifestation que K et T se feront arrêter, dans leur véhicule respectif.
C’est alors au tour de T et K de prendre la parole, pour se justifier tant bien que mal face à cette salve d’accusations. Ces derniers expliquent qu’ils sont venus là pour discuter, qu’ils n’avaient pas anticipé que ça pouvait dégénérer, qu’ils ont juste mis un pneu devant la voiture, pris par le mouvement collectif. T reconnaîtra avoir jeté un pétard, mais avant tous ces événements, au début de la manif," juste pour faire du bruit, pour le coté festif comme à la coupe du monde ou pour les anniversaires."
Viens alors la série de questions pour un champion, histoire de peser ton coté "bon citoyen" ou " profil destiné à devenir un criminel" ; casier, addiction, emploi, salaire, santé…
Entrée en scène de la procureure, qui jouera son rôle de personnage méprisant et donneur de leçon à la perfection :

"- Est-ce la première fois que vous participez à un dispositif Gilet Jaune ?
- Non, j’en ai fait d’autres autour de saint-Étienne
- Si ce n’est pas la première fois, pourquoi êtes-vous surpris des violences ?
- Avant ça c’était toujours bien passé."
- Vous vous moquez du monde, les faits ont été commis en janvier, on devait être au moins à l’acte 6, il y a de la violence depuis 2 mois (elle se met à lister le nombre d’interpellations depuis décembre, merci Madame la proc’ pour ces chiffres !), vous étiez conscient qu’il y avait des interpellations, ça ne vous empêche pas d’y aller ? Ne me faites pas croire que vous allez discuter ! Vous êtes sérieux quand vous dites ça ?! Il existe des cafés pour aller discuter. Ça valait le coup de se retrouver devant le tribunal ? Ça valait le coup ???

Après ce sermon qu’on aurait cru destiné à un enfant de 8 ans, vient le tour de l’avocate des parties civiles (et donc des flics), qui tente de son côté de nous arracher une larme.
Après un gros résumé de la situation, elle insiste maintes fois sur la parole des flics, et que, du fait de la précision des déclarations (dont deux d’entre-elles qui sont mot pour mot les mêmes, à croire qu’il s’agit d’un copié-collé !) la parole des bleus ne peut être remise en question. Viens ensuite le moment émotion, on revient sur ces pauvres policiers victimes de ce mouvement depuis des mois (bizarrement, on parle jamais des centaines de blessés coté manifestants), "victimes et pris pour cible dans cette scène d’une violence extrême" (rappelons qu’il s’agit de dépôt de palette et de pneus devant leur véhicule… flippant !). « La police est là pour protéger les citoyens et surtout, maintenir l’ordre (on appréciera le : « surtout »), alors comment cautionner qu’ils rentrent chez eux, qu’ils retrouvent leur familles, leurs enfants (tu la sens monter la petite larme ?) avec de telles images en tête. »

Enchaînement avec le réquisitoire de la proc’ qui en remet une couche :

Si on les écoute, ils veulent défendre des idées, ils sont plein de bonnes intentions, rien n’est de leur faute, mais il y a bien eu manifestation sauvage. Pourquoi être gentil avec eux ? Les idées nobles se défendent avec noblesse, pas avec sauvagerie. C’est peut être marrant de faire le malin sur le rond-point mais ça l’est moins d’être là devant le tribunal Ici, les forces de l’ordre ont été en proie à une attaque organisée. Pour ce qui est du pétard retrouvé dans la poche de T, s’il fête son anniversaire comme ça, grand bien lui fasse, on en reparlera quand il aura un membre en moins, en attendant, c’est illégal d’en faire usage sur la voie publique.

Face à cette mauvaise foi manifeste, il semble utile de rappeler que les forces de l’ordre utilisent des armes qui, elles, mutilent violemment les manifestants. Selon le documentariste David Dufresne qui recense les violences policières sur les gilets jaunes il y a eu depuis le début du mouvement près de 2000 blessés dont 17 personnes éborgnées et désormais 5 personnes avec des mains arrachées.

La proc’ continue sa diatribe criminalisante :

Nous avons devant nous des gens bien, qui travaillent, mais il y a un début à tout. Il faut croire que le mouvement des gilets jaunes aura permis à des délinquants qui s’ignorent de se révéler.

Elle finit son discours et requière 10 mois de sursis et 1000 euros d’amende, ainsi que 3 mois de suspension de permis de conduire (c’est quoi le rapport ? c’est juste histoire de bien foutre dans la merde nos deux travailleurs).
Vient enfin la plaidoirie de l’avocat. Celui-ci, après avoir insisté sur le fait que T et K n’étaient justement pas des sauvages mais des garçons de bonne famille, de bons salariés (décidément, il ne fait pas bon de sortir du rang), a commencé un démontage en règle des rapports policiers. Il a débuté en expliquant que les flics ne pouvaient finir cette journée sans interpellations, et qu’ils ont pris (comme par hasard), les deux à visages découverts et portant des vêtements significatifs.
Il a ensuite relu une à une les déclarations des flics, pour souligner à chaque fois le manque de cohérence. On notera notamment que, selon les flics, K se retrouve au même moment en train de jeter des projectiles, d’essayer d’allumer un feu et de lever les mains en l’air…

Mais dans la plaidoirie de l’avocat on trouve aussi quelques éléments de défense purement individuelle, en opposant les manifestants les uns aux autres, quand il explique par exemple que dans le mouvement des gilets jaunes il y a « des gens purs et des gens-là pour casser ». Tous (juges, procureure et avocat) profitent de ce procès pour condamner le mouvement dans son entier en le qualifiant de sauvage et de violent.

Après une dizaine de minutes, le tribunal est de retour pour le délibéré : 6 mois de prison avec sursis, 1000 euros d’amende, et…. 300 euros de dommages et intérêts par flics. Une belle manière d’arrondir ses fins de mois.
Si cette peine reste relativement mesurée par rapport à d’autres jugements de manifestants Gilets Jaunes qui ont lieu en ce moment (à Toulouse par exemple, chaque semaine, des personnes écopent de plusieurs mois de prison ferme pour des chefs d’accusations similaires), on remarquera encore une fois que c’est toujours le procès du mouvement que tentent de faire les tribunaux ! On fait porter le chapeau aux quelques malchanceux que la police décide d’arrêter histoire de faire du chiffre et d’arrondir leur fin de mois. Le message est clair : « n’allez pas manifester ! On vous fera payer individuellement et chèrement le fait d’avoir participé à un mouvement de contestation qu’on fera passer pour une horde de sauvages ! »
Le système judiciaire, censé être indépendant de la politique étatique, est la continuité du bras armé des flics en manif. Si le flash-ball ne suffit pas, le tribunal est là pour vous foutre dans la merde par d’autres moyens !

Justice nulle part…

CR publié par le comité solidaire de Saint-Étienne



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Gilets jaunes acte XXIII : charges, balayettes et interpellations

Intervention rapide, violente et perfide de la Police samedi à la fin de l’acte XXIII des gilets jaunes. Quatre personnes ont été arrêtées en plein milieu du cortège : gardes à vue et de la détention provisoire pour l’une d’entre elles.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Huit mois ferme pour un gilet jaune suite à la manifestation du 30 mars

Mercredi 2 avril. Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne. Nouvelle audience, même comédie : une cour aux ordres du parquet, une justice de classe qui fait le taf. Et qui donne les mêmes leçons de morale, par-dessus le marché : « Monsieur J. a participé à un phénomène de débordement. Il est adulte et il n’a pas joué son rôle d’adulte » (M. Le Procureur).



Dans la thématique "MOUVEMENT GILETS JAUNES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XXI

Samedi 6 avril à 13h au départ de Monthieu et à 14h place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Carnaval de l’acte XX : nous partîmes 2000...

Ce samedi, dans une ambiance de black-out (au moins une dizaine de personnes arrêté’es de façon préventive, tous les magasins du centre fermés et sur-protégés, Verney-Carron « barricadé » dans son usine de mort, etc), le carnaval de l’inutile rejoint l’appel régional des gilets jaunes. Malgré les préventions de la préfecture, ce sont près de 7000 personnes qui défilent dans les rues de Saint Etienne, dans le centre, dans les quartiers populaires, sur le boulevard urbain.
Applaudissements, musiques et gaz lacrymogène, récit à quelques mains d’une journée bigarrée et radicale.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS

Le Déchaîné n°7 - Journal de gilets jaunes de Monthieu - est sorti !

Le septième numéro du célébrissime et incontournable journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé ! Disponible dans des bars de la ville et au rond-point (lors d’actions ou quand il sera réoccupé), il est aussi téléchargeable ici.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XIX

Rendez-vous samedi 23 mars à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets Jaunes Acte XVIII

Manifestation des Gilets Jaunes samedi 16 mars 2019 à Saint-Étienne. RDV à 14h place du Peuple. Convergence nationale à Paris le même jour.


Opinions   MOBILISATIONS - LUTTES

Les loups dans la bergerie

Banalités de base sur la révolte en cours.
Comité pour la prolifération des loups - mars 2019


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation Gilets Jaunes Actes XVI

Pour se donner la patate avant l’acte XVI des gilets Jaunes on retranscrit ici l’édito du numéro 2 de « Jaune, le canard pour gagner » qui ne promet pas des lendemains qui chantent mais reste très optimiste. « Allons jusqu’au bout de nos ambitions, elles sont belles, elles sont à la hauteur des efforts que nous déployons. »


National   MOBILISATIONS - LUTTES

Appel national à perturber la justice quotidienne

Nous faisons suivre cet Appel national à perturber la justice quotidienne le mardi 5 mars 2019 lancé par l’assemblée du Mas d’Azil (Ariège) - avec ou sans gilets jaunes.
« Amnistie pour toutes les personnes inculpées du mouvement social ! Solidarité avec toutes les prisonnières et tous les prisonniers ! »
L’assemblée du Mas d’Azil (avec ou sans gilet jaune)


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XV

Manifestation des gilets jaunes pour l’acte XV. Rendez-vous à 13 h à Monthieu et à 14 h place du Peuple.


Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / REPRESSION - PRISON

Projection du film « Enfermés mais Vivants ». Rencontre sur l’Univers Carcéral

Au Remue-Méninges, mercredi 17 avril à 20h.
Il reste les murs et les souvenirs, tout le reste a changé. Pendant longtemps, Annette et Louis se sont aimés malgré la prison qui les séparait. Tour à tour ils racontent ces longues années et tracent librement des sentiers dans ces lieux où, avant, on décidait pour eux.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Rassemblement pour l’abrogation de la loi « anti-casseurs » du 13 avril 2019

La loi dite « anti-casseurs » a été adoptée (lire une analyse du texte) en milieu de semaine. Une cinquantaine d’organisations appelle à manifester ce samedi 13 avril pour réclamer l’abrogation de ce texte.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   REPRESSION - PRISON

Avocat et garde à vue

Tout le monde a le droit à un avocat en garde à vue, et il est fortement conseiller d’user de ce droit. Cependant, trop souvent la police cherche à ralentir voir empêcher sa venu...


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Le vrai « drâme de Condé-sur-Sarthe » c’est son existence même

Communiqué de l’Envolée suite au mouvement de blocage des #MatonsQuiPleurent
« Nous voudrions, si des personnes se sentent de nous aider, continuer à dénoncer les conditions de détention et les fonctionnements archaïques type QHS/QSR des établissements cités dans cette lettre. » (Romain, Prison de Condé-sur-Sarthe).


Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT / REPRESSION - PRISON

Réflexions sur VERNEY-CARRON SA...

Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, Verney-Carron SA, le fabricant et inventeur du célèbre Flash-Ball®, cherche à tout prix à se dédouaner de toute responsabilité dans la mutilation et la répression de nombreux manifestants...


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Journée De Lutte contre les violences policières

Les combats contre les violences policières, contre les injustices sociales, contre le racisme et tellement d’autres causes font des quartiers populaires des « gilets jaunes » malgré eux. Dans ce contexte, des collectifs et des familles de victimes de crimes policiers se battent pour obtenir justice et pour que la vérité éclate sur les circonstances de la mort de leurs proches entre les mains de la police. Luttons ensemble contre les violences policières, contre le racisme et pour une vraie justice sociale !
Manifestation samedi 16 mars 2019 à 13h au départ de la place Guichard (Lyon 7e) - Métro B place Guichard


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

[Grenoble] Vérité et Justice pour Adam et Fatih

Dans la nuit du 2 au 3 mars 2019, un véhicule de la BAC a voulu interpeller deux jeunes grenoblois qui circulaient sur un scooter. Après une course poursuite, Adam Soli (17 ans) et Fatih Karakuss (19 ans) percutent un bus et décèdent sur le coup. Depuis, au quartier du Mistral, la colère s’exprime et les keufs quadrillent le quartier. Encore une fois, la police se rend responsable de la mort de deux jeunes et veut étouffer l’affaire.
En leur mémoire et parce que sans justice il n’y aura pas de paix, rdv pour une marche blanche ce mercredi 6 mars à 16h à Grenoble au Plateau.


A Lire ailleurs   MEMOIRE / REPRESSION - PRISON

Violence, émeute et conflits sociaux : élements d’instruction pour un député En Marche

Alors que trois députés LREM de la Loire sur quatre ont voté en faveur de la loi anti-casseurs (Borowczyk, Mis, Faure-Muntian) - allant même jusqu’à affirmer pour l’un d’entre eux (M. Borowczyk) que « cette loi n’est pas liberticide » - il nous semble intéressant de publier cet article du site tourangeau La Rotative pour qui les député.es font preuve d’une « ignorance crasse de l’histoire des conflits sociaux en France ».


A Lire ailleurs   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Ça bouge toujours au Centre de Rétention du Mesnil Amelot : communiqué d’un groupe de prisonniers

Depuis le 8 janvier, la lutte dans le centre de rétention de Mesnil Amelot est devenue plus collective. D’abord au CRA2 avec une grève de la faim suivie par presque l’ensemble des bâtiments (plus de 80 personnes) pendant 3 jours. Avec aussi régulièrement des communiqués, des tentatives de lutter contre les déportations par vols cachés et les violences policières.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

La solitude des femmes détenues

Huit prisons pour longue peine peuvent recevoir des femmes, la plupart étant concentrés dans la moitié nord de la France. La prison de Roanne est une de celles-ci. Les femmes sont donc très souvent incarcérées dans des établissements éloignés de leurs proches, alors qu’elles subissent déjà une rupture de lien spécifique.


A la une...

RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Pourquoi s’intéresser à la Palestine aujourd’hui ?  

En dépit de la lutte légitime contre l’injustice faite aux Palestiniens depuis plus d’un siècle, être un militant engagé en faveur des droits des Palestiniens est entaché d’une suspicion d’antisémitisme. Vraisemblablement la faute à une intense propagande sioniste et israélienne. Dans cet article, on explique pourquoi l’engagement en faveur des Palestiniens est plus important que jamais. En raison de la responsabilité européenne historique dans l’émergence du sionisme d’abord ; parce que le sionisme est un projet national-colonial d’essence raciste ensuite ; et enfin parce que la dérive nationaliste en Israël est à l’origine d’une intense propagande qui s’inscrit dans une logique de choc des civilisations et qui produit un durcissement des rapports inter-ethniques en particulier, à un niveau mondial. Ce dernier point ne présage rien de bon.


MEMOIRE
Université, mai 1968 – avril 2019 : d’une occupation à une autre  

61 ans. La durée qui sépare la brève occupation (une trentaine d’heures) d’un bâtiment de l’université Jean Monnet qui s’est achevée il y a huit jours et l’occupation de la fac qui s’était déroulée en mai-juin 1968 (une trentaine... de journées). Couac vous propose de vous replonger dans l’épisode de mai-juin 1968 avec un article paru dans sa version papier au printemps 2018.


DROITS SOCIAUX - SANTE
[Audio] Expulsions et petits calculs cyniques... Logement pour tout’es à Sainté, l’argent est là !  

Alors que les personnes sans-abri dorment toujours temporairement dans les vestiaires de la piscine de la Talaudière, un petit calcul s’impose. Que faire des millions d’économie suite à l’abandon du projet d’autoroute A45 ? C’est édifiant.


REPRESSION - PRISON
Rencontre-débat avec le collectif Désarmons-les (contre les violences d’État)  

Samedi 27 avril à l’Amicale de La Richelandière à 18h30.
Une personne du collectif viendra présenter leurs actions et animer un débat sur les violences de la Police. Ils nous visent, défendons-nous !


LOGEMENT - SQUAT
Traces des expulsions successives à Saint-Étienne (bourse et fac)  

Récolte, recueil, archivage des enregistrements en tous genre : photos, vidéos, audio.... réalisées lors de ces derniers jours à Saint-Étienne.
Recherches des « traces » numériques des deux expulsions ayant eu lieu vendredi et dimanche à Saint-Étienne, révélant l’acharnement et la mobilisation policière contre cette réponse à la saturation des services sociaux que fut l’occupation de la bourse du travail et puis d’un bâtiment de la fac.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Le clergé stéphanois et la charité...  

Démonstration de solidarité par le clergé stéphanois. La charité bien au chaud enfermée dans leurs églises !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mouchards et drones à Saint-Étienne : le maire veut étouffer le débat  

La Quadrature du Net publie et analyse les documents obtenus auprès de la mairie de Saint-Étienne sur son projet de « Safe City ». Micros couplés à la vidéosurveillance, drones automatisés, application de dénonciation citoyenne… Ils révèlent la ville sous-surveillance telle que fantasmée par son maire, Gaël Perdriau.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Grève de la faim en soutien aux personnes expulsées  

Face à l’indifférence, une femme se met en grève de la faim en soutien aux personnes expulsées de la Bourse du Travail et de la faculté. Elle explique son passage à l’action.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La Préfecture de la Loire s’engage contre le logement pour tou.te.s  

On ne fait pas disparaître les gens en les repoussant d’un endroit vers un autre. Ils et elles continuent d’exister de toute façon. Appel aux riches propriétaires, et à leurs nièces, cousins, petits enfants.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Liste des besoins à la Bourse du Travail occupée  

Après une semaine d’occupation à la Bourse, les besoins en produits de première nécessité sont très importants pour la survie des personnes qui ont trouvé un abri provisoire dans les locaux de la Bourse du travail. Liste des besoins.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Université Tréfilerie expulsée ce matin : c’est de l’acharnement !  

Après le traumatisme de l’expulsion de la Bourse vendredi matin, les forces de l’ordre continuent de traquer et brutaliser les personnes fragiles et sans-abri qui avaient trouvé refuge pour la nuit dans un bâtiment de l’université, sur le campus de Tréfilerie.
Communiqué du collectif de soutien.


LOGEMENT - SQUAT
Evacuation de la Bourse occupée  

Contrairement à ce qu’elle avait annoncé, la préfecture a ordonné l’évacuation de la Bourse du Travail occupée, ce matin à 6h. Jettant à la rue des dizaines de personnes.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Expulsion de la Bourse ce matin à l’aube  

Ce matin un important dispositif de police a procédé à l’expulsion des occupants de la Bourse du Travail. Laissant de nombreuses personne à la rue...


DROITS SOCIAUX - SANTE
Menaces d’expulsion à la Bourse du Travail  

Comme vous avez pu le lire depuis 10 jours dans nos colonnes, la Bourse du Travail est occupée par des personnes sans autre solution d’hébergement. Aujourd’hui, la préfecture déclare pouvoir débloquer un certain nombre de places d’hébergement et dans le même temps l’évacuation de la Bourse du Travail serait prévue pour demain matin.
Communiqué du collectif de soutien de l’occupation de la Bourse.


REPRESSION - PRISON
C’est officiel, la « loi anti-casseurs » est en marche !  

Ce matin, la « Loi visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations » a été gravée dans le marbre du Journal officiel. On a choisi un texte de fond sur la question du port de masque en manifestation pour marquer le coup.


MEDIAS
Sortie du Journal du carnaval 2019 : design-on l’ennemi !  

Ce journal, sorti à l’occasion du carnaval de 2019, gratte pour voir ce qui se cache derrière la marque de Saint-Étienne comme capitale du design.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Récapitulatif d’une semaine d’occupation à la Bourse du Travail  

Depuis 10 jours, les personnes sans abri affluent chaque jour à la Bourse du Travail occupée. Cet article tente de récapituler ce qui a amené à cette situation explosive. Entre solidarité rageuse des habitant’es de Saint-Étienne et mépris des pouvoirs publics, l’occupation continue tant bien que mal.
Pétition de soutien en ligne ici.
Liste des besoins pour les personnes sur place ici.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Revendication de l’action spontanée en direction de Gaël Perdriau, vendredi 5 avril sous les arcades de Saint-Étienne  

Depuis presque une semaine des personnes expulsées de leur squat ou mises à la rue à la fin de la trêve hivernale occupent la Bourse du Travail. Malgré les nombreuses lettres ouvertes qui lui ont été adressées, le maire, Gaël Perdriau, n’a toujours pas daigné rencontrer ces personnes sans-abri ou le collectif mobilisé en soutien. A croire que si on veut parler au maire, il faut aller le chercher.