Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 6 mars à Saint-Étienne




« Il faut croire que le mouvement des gilets jaunes aura permis à des délinquants qui s’ignorent de se révéler. »
Madame la procureure, mercredi 6 mars, palais de l’injustice de Saint-Étienne.

Ce mercredi 6 Mars, deux personnes ont été présentées devant la justice, à la suite de leur arrestation lors d’un blocage de rond-point à Saint-Chamond en janvier dernier. Le juge des libertés et de la détention avait choisi, après leur garde-à-vue, de les placer sous contrôle judiciaire, avec interdiction de sortir la nuit et le samedi.


Une fois de plus, nous rencontrons une justice hautaine, classiste et arrogante.

Après plusieurs affaires, c’est au tour de K et T de se retrouver devant la barre. Le président se lance dans sa traditionnelle énumération des faits reprochés : violences sur agent dépositaire de la force publique, entrave à la circulation, dégradation, participation à un attroupement dans le but de commettre des violences (justifié par un pétard retrouvé dans la poche d’un des accusés) ou des dégradations. En clair, on leur reproche d’avoir monté une barricade devant les flics, puis de leur avoir lancé des projectiles, et d’avoir essayé de mettre le feu à la barricade (qui n’a pas pour autant été le moins de monde enflammée).

Lecture de la déclaration des 4 flics (qui se sont portés partie civile et demandent pour deux d’entre eux 300€ de dommage et intérêts, et 600€ pour les deux autres) : ces derniers nous peignent une ambiance tendue, en soulignant évidemment que la manifestation est non déclarée. Une barricade brûle, les pompiers veulent intervenir mais ne peuvent y accéder. C’est alors que la cavalerie intervient. Lorsque la 1re keuf mobile serait arrivée au niveau des gilets jaunes, elle aurait été encerclée, pneus et palettes auraient été apportés dans le but de monter une seconde barricade autour d’elle, et c’est seulement grâce à une manœuvre des plus héroïque que la police a pu sortir de ce traquenard et rejoindre le deuxième véhicule de flic, en essuyant une pluie de cannettes et de projectiles.

C’est seulement à la fin de la manifestation que K et T se feront arrêter, dans leur véhicule respectif.
C’est alors au tour de T et K de prendre la parole, pour se justifier tant bien que mal face à cette salve d’accusations. Ces derniers expliquent qu’ils sont venus là pour discuter, qu’ils n’avaient pas anticipé que ça pouvait dégénérer, qu’ils ont juste mis un pneu devant la voiture, pris par le mouvement collectif. T reconnaîtra avoir jeté un pétard, mais avant tous ces événements, au début de la manif,« juste pour faire du bruit, pour le coté festif comme à la coupe du monde ou pour les anniversaires. »
Viens alors la série de questions pour un champion, histoire de peser ton coté « bon citoyen » ou « profil destiné à devenir un criminel » ; casier, addiction, emploi, salaire, santé…
Entrée en scène de la procureure, qui jouera son rôle de personnage méprisant et donneur de leçon à la perfection :

"- Est-ce la première fois que vous participez à un dispositif Gilet Jaune ?
- Non, j’en ai fait d’autres autour de saint-Étienne
- Si ce n’est pas la première fois, pourquoi êtes-vous surpris des violences ?
- Avant ça c’était toujours bien passé."
- Vous vous moquez du monde, les faits ont été commis en janvier, on devait être au moins à l’acte 6, il y a de la violence depuis 2 mois (elle se met à lister le nombre d’interpellations depuis décembre, merci Madame la proc’ pour ces chiffres !), vous étiez conscient qu’il y avait des interpellations, ça ne vous empêche pas d’y aller ? Ne me faites pas croire que vous allez discuter ! Vous êtes sérieux quand vous dites ça ?! Il existe des cafés pour aller discuter. Ça valait le coup de se retrouver devant le tribunal ? Ça valait le coup ???

Après ce sermon qu’on aurait cru destiné à un enfant de 8 ans, vient le tour de l’avocate des parties civiles (et donc des flics), qui tente de son côté de nous arracher une larme.
Après un gros résumé de la situation, elle insiste maintes fois sur la parole des flics, et que, du fait de la précision des déclarations (dont deux d’entre-elles qui sont mot pour mot les mêmes, à croire qu’il s’agit d’un copié-collé !) la parole des bleus ne peut être remise en question. Viens ensuite le moment émotion, on revient sur ces pauvres policiers victimes de ce mouvement depuis des mois (bizarrement, on parle jamais des centaines de blessés coté manifestants), "victimes et pris pour cible dans cette scène d’une violence extrême" (rappelons qu’il s’agit de dépôt de palette et de pneus devant leur véhicule… flippant !). « La police est là pour protéger les citoyens et surtout, maintenir l’ordre (on appréciera le : « surtout »), alors comment cautionner qu’ils rentrent chez eux, qu’ils retrouvent leur familles, leurs enfants (tu la sens monter la petite larme ?) avec de telles images en tête. »

Enchaînement avec le réquisitoire de la proc’ qui en remet une couche :

Si on les écoute, ils veulent défendre des idées, ils sont plein de bonnes intentions, rien n’est de leur faute, mais il y a bien eu manifestation sauvage. Pourquoi être gentil avec eux ? Les idées nobles se défendent avec noblesse, pas avec sauvagerie. C’est peut être marrant de faire le malin sur le rond-point mais ça l’est moins d’être là devant le tribunal Ici, les forces de l’ordre ont été en proie à une attaque organisée. Pour ce qui est du pétard retrouvé dans la poche de T, s’il fête son anniversaire comme ça, grand bien lui fasse, on en reparlera quand il aura un membre en moins, en attendant, c’est illégal d’en faire usage sur la voie publique.

Face à cette mauvaise foi manifeste, il semble utile de rappeler que les forces de l’ordre utilisent des armes qui, elles, mutilent violemment les manifestants. Selon le documentariste David Dufresne qui recense les violences policières sur les gilets jaunes il y a eu depuis le début du mouvement près de 2000 blessés dont 17 personnes éborgnées et désormais 5 personnes avec des mains arrachées.

La proc’ continue sa diatribe criminalisante :

Nous avons devant nous des gens bien, qui travaillent, mais il y a un début à tout. Il faut croire que le mouvement des gilets jaunes aura permis à des délinquants qui s’ignorent de se révéler.

Elle finit son discours et requière 10 mois de sursis et 1000 euros d’amende, ainsi que 3 mois de suspension de permis de conduire (c’est quoi le rapport ? c’est juste histoire de bien foutre dans la merde nos deux travailleurs).
Vient enfin la plaidoirie de l’avocat. Celui-ci, après avoir insisté sur le fait que T et K n’étaient justement pas des sauvages mais des garçons de bonne famille, de bons salariés (décidément, il ne fait pas bon de sortir du rang), a commencé un démontage en règle des rapports policiers. Il a débuté en expliquant que les flics ne pouvaient finir cette journée sans interpellations, et qu’ils ont pris (comme par hasard), les deux à visages découverts et portant des vêtements significatifs.
Il a ensuite relu une à une les déclarations des flics, pour souligner à chaque fois le manque de cohérence. On notera notamment que, selon les flics, K se retrouve au même moment en train de jeter des projectiles, d’essayer d’allumer un feu et de lever les mains en l’air…

Mais dans la plaidoirie de l’avocat on trouve aussi quelques éléments de défense purement individuelle, en opposant les manifestants les uns aux autres, quand il explique par exemple que dans le mouvement des gilets jaunes il y a « des gens purs et des gens-là pour casser ». Tous (juges, procureure et avocat) profitent de ce procès pour condamner le mouvement dans son entier en le qualifiant de sauvage et de violent.

Après une dizaine de minutes, le tribunal est de retour pour le délibéré : 6 mois de prison avec sursis, 1000 euros d’amende, et…. 300 euros de dommages et intérêts par flics. Une belle manière d’arrondir ses fins de mois.
Si cette peine reste relativement mesurée par rapport à d’autres jugements de manifestants Gilets Jaunes qui ont lieu en ce moment (à Toulouse par exemple, chaque semaine, des personnes écopent de plusieurs mois de prison ferme pour des chefs d’accusations similaires), on remarquera encore une fois que c’est toujours le procès du mouvement que tentent de faire les tribunaux ! On fait porter le chapeau aux quelques malchanceux que la police décide d’arrêter histoire de faire du chiffre et d’arrondir leur fin de mois. Le message est clair : « n’allez pas manifester ! On vous fera payer individuellement et chèrement le fait d’avoir participé à un mouvement de contestation qu’on fera passer pour une horde de sauvages ! »
Le système judiciaire, censé être indépendant de la politique étatique, est la continuité du bras armé des flics en manif. Si le flash-ball ne suffit pas, le tribunal est là pour vous foutre dans la merde par d’autres moyens !

Justice nulle part…

CR publié par le comité solidaire de Saint-Étienne



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / REPRESSION - PRISON

GJ, six mois plus tard : après la répression policière, la répression judiciaire

Interpellés lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets Jaunes, deux stéphanois – accusé d’outrages, rébellion et violence sur « agents dépositaires de l’autorité publique » – étaient à la barre du tribunal correctionnel mercredi 12 juin.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Gilets jaunes acte XXIII : charges, balayettes et interpellations

Intervention rapide, violente et perfide de la Police samedi à la fin de l’acte XXIII des gilets jaunes. Quatre personnes ont été arrêtées en plein milieu du cortège : gardes à vue et de la détention provisoire pour l’une d’entre elles.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Huit mois ferme pour un gilet jaune suite à la manifestation du 30 mars

Mercredi 2 avril. Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne. Nouvelle audience, même comédie : une cour aux ordres du parquet, une justice de classe qui fait le taf. Et qui donne les mêmes leçons de morale, par-dessus le marché : « Monsieur J. a participé à un phénomène de débordement. Il est adulte et il n’a pas joué son rôle d’adulte » (M. Le Procureur).



Dans la thématique "MOUVEMENT GILETS JAUNES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

[Brève] Soutien des Gilets jaunes aux soignants des Urgences en grève

Samedi 8 juin, les gilets jaunes sont venus à la rencontre des soignant.es urgentistes en grève à l’hôpital Nord.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne

« Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1er mai sera l’expression annuelle de ces revendications. » – Rosa Luxembourg. Soyons toutes et tous déterminé-e-s pour un 1er mai de lutte ! Rendez-vous à 10h à la bourse du travail de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Rencontre-débat avec le collectif Désarmons-les (contre les violences d’État)

Samedi 27 avril à l’Amicale de La Richelandière à 18h30.
Une personne du collectif viendra présenter leurs actions et animer un débat sur les violences de la Police. Ils nous visent, défendons-nous !


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XXI

Samedi 6 avril à 13h au départ de Monthieu et à 14h place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Carnaval de l’acte XX : nous partîmes 2000...

Ce samedi, dans une ambiance de black-out (au moins une dizaine de personnes arrêté’es de façon préventive, tous les magasins du centre fermés et sur-protégés, Verney-Carron « barricadé » dans son usine de mort, etc), le carnaval de l’inutile rejoint l’appel régional des gilets jaunes. Malgré les préventions de la préfecture, ce sont près de 7000 personnes qui défilent dans les rues de Saint Etienne, dans le centre, dans les quartiers populaires, sur le boulevard urbain.
Applaudissements, musiques et gaz lacrymogène, récit à quelques mains d’une journée bigarrée et radicale.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS

Le Déchaîné n°7 - Journal de gilets jaunes de Monthieu - est sorti !

Le septième numéro du célébrissime et incontournable journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé ! Disponible dans des bars de la ville et au rond-point (lors d’actions ou quand il sera réoccupé), il est aussi téléchargeable ici.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XIX

Rendez-vous samedi 23 mars à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets Jaunes Acte XVIII

Manifestation des Gilets Jaunes samedi 16 mars 2019 à Saint-Étienne. RDV à 14h place du Peuple. Convergence nationale à Paris le même jour.


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES

Les loups dans la bergerie

Banalités de base sur la révolte en cours.
Comité pour la prolifération des loups - mars 2019


Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Hommage à Steve Maia Caniço

Rendez-vous le samedi 3 août à 14h place du peuple à Saint-Étienne.
Manif en hommage à Steve, apportez pancartes et banderoles !


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

[Lyon] Une cantine pour cantiner qui met à l’honneur Georges Ibrahim Abdallah le samedi 3 août

Envie de manger un bout tout en soutenant des prisonnier·e·s ? D’écrire une carte pour Georges ? Venez à la prochaine édition de la Cantine pour cantiner !
Le rendez-vous est lancé pour le samedi 3 août 2019, de 19h30 à 3h00 du mat’ pour manger, se retrouver, papoter des taules, écrire une carte à Georges Abdallah et aux autres prisonnier·e·s et shtah contre le chtar au quartier gratte ciel à Villeurbanne.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

[Lyon] Après la victoire de l’Algérie à la CAN le 19 juillet, la préfecture et les flics font la fête à leur manière

Alors qu’à Sainté la place Jean Jaurès s’est retrouvée sous les gaz et que la Police concocte tranquillement quelques 400 procès verbaux pour des "infractions au code de la route", à Lyon une fois de plus, les festivités qui suivirent la victoire de l’équipe nationale d’Algérie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ont été réprimées avec violence par les forces de « l’ordre ». Comme le dimanche 7, le jeudi 11 et le dimanche 14 juillet, la détermination policière à restaurer l’ordre républicain et post-colonial a transformé une fête en vaste foire aux gazs lacrymogènes, aux coups de matraque, aux tirs de LBD et même au tir de canon à eau.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / REPRESSION - PRISON

Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rendu du procès de la loi travail : deux camarades relaxé.es, deux camarades condamné.es

Jeudi dernier (13 juin) avait lieu le dernier procès concernant le mouvement de la loi travail, après un énième report. Quatre personnes étaient inculpées essentiellement pour des dégradations lors de manifestations - œufs de peinture ou tags. Le délibéré est tombé hier.


Informations globales   FLICAGE - SURVEILLANCE / REPRESSION - PRISON

Qui est Magali Tabareau, la juge attaquée chez elle au LBD ?

Lundi 17 juin 2019 vers 9h30, deux personnes munies de casques de moto ont sonné à la porte de la présidente de la cour d’assises de Versailles, Magali Tabareau, à Nézel. Lorsqu’elle a ouvert sa fenêtre, elle a reçu un tir de Lanceur de Balle de Défense en plein visage, sous l’œil. Elle a été hospitalisée dans la foulée, victimes de multiples fractures. Article publié sur Desarmons-les !


A la une...

REPRESSION - PRISON
Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police  

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


MOBILISATIONS - LUTTES
Suivi du mouvement contre la réforme des retraites  

Blocages, piquets de grève, Assemblées générales, actions, manifestations, etc. La journée du 5 décembre qui a réuni plus de 20 000 personnes dans les rues de Saint-Étienne va, semble-t-il, marquer le début d’une période riche en événements. Tentative de centralisation de toutes les informations liées au mouvement contre la réforme des retraites à Saint-Étienne.


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


DISCRIMINATIONS - RACISME
Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injections ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake  

Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager "blanc" comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire. Démarre alors un vaste mouvement de boycott qu’elle organise avec le jeune pasteur Martin Luther King Jr. et de nombreux.euses militant.es du mouvement des droits civiques.


SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


MOBILISATIONS - LUTTES
Anniversaire des Gilets jaunes, Saint-Étienne  

Samedi 16 novembre, comme partout en France, se sont rassemblés à Saint-Étienne de nombreux manifestants. Ils étaient plus de 1000 à s’être retrouvés pour fêter le premier anniversaire des Gilets Jaunes. Un véritable regain de mobilisation, qui d’ailleurs a pu être observé sur la totalité du pays, mais qui n’est pas une surprise : en effet le ras-le-bol est toujours le même !


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.


MOBILISATIONS - LUTTES
Rassemblement pour A. : des larmes, de la rage et... des arrestations  

Suite à l’appel de l’ensemble du milieu militant stéphanois, de OSE CGT et de Solidaires Étudiant-e-s Lyon, un rassemblement a eu lieu en solidarité à Anas.K et pour dénoncer les coupables de cette tragédie. La journée s’est terminée avec une charge de la Police, un gazage en règle et deux étudiants arrêtés, toujours en garde à vue.