Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet




Un procès comme ça, c’est le train train quotidien des tribunaux, ni plus ni moins : la Justice est au service de la Police. Et dans la Grande Histoire, le Gilet jaune comme bien d’autres avant lui, avant elle, fait croûter tout la chaîne Police, Justice, prison et... Trésor public.

Voici le récit d’une condamnation qui humilie davantage, qui rendra encore plus dure chaque fin de mois pour un homme et sa famille.


L’accusé, Monsieur B., passe en procès pour "diffamation sur personne dépositaire de l’autorité publique" pour une publication d’une photo du commissaire Gonon (en uniforme), sur la page facebook de La Loire en colère avec notifié du commentaire : « voilà cette pute ». Publication faite après une manifestation GJ le 5 février à Saint-Étienne.

« Tout citoyen qui pense que la police a usé d’une violence injustifiée, il a la possibilité de porter plainte. » (Le juge)

Le juge : « C’est n’importe quoi ! Vous travaillez, vous avez des enfants, vous êtes en concubinage. Y a des peines d’emprisonnement pour ça ! [...] C’est parce que vous approuvez pas leur attitude ? Ça s’était mal passé ? [...] Tout citoyen qui pense que la police a usé d’une violence injustifiée, il a la possibilité de porter plainte. »
Même la police, elle le dit dans une vidéo d’un policier qui insulte une dame qui porte un sac à main : « Allez-y ! Portez plainte ! Allez-y ! Circulez ! » [1]

L’accusé explique que lors de la manifestation du 1er décembre, sa mère de 60 ans a reçu des lacrymos : « Ça m’a brisé le cœur, ça m’a mis en colère, à ce moment-là je ne travaillais pas, c’est une accumulation de choses ».

« Pourquoi mettre ACAB sur votre page ? »

L’assesseur fait passer le Gilet Jaune pour le gros bêta de service : « Quand vous faîtes ça, vous pensez qu’on va pas vous lire ? A qui ça s’adresse alors tout ça ? C’est invisible à celui que vous insultez ? »

L’avocate de la partie civile (Police) est fière de lui apprendre que le compte La Loire en colère est regardé par la police et qu’elle-même est allée consulter sa page pour chercher d’autres éléments. « Pourquoi mettre ACAB sur votre page ? » Elle redonne la définition dans un mauvais anglais : « All corps are bastards », « tous les flics sont des connards ». Elle ajoute : « Sur la page de l’accusé, on peut trouver d’autres photos comme la banderole Que fait la Police ? Ça crève les yeux ! / ACAB / du soutien pour Christophe Dettinger. » Elle geint sur l’honneur bafoué de Monsieur Gonon qui « travaille pour la protection des biens et des personnes ».

Beauseigne M’sieur Gonon ! Il est désormais une vraie victime traumatisée. Quand il quitte son arsenal – l’uniforme, le casque, les gants, les genouillères, la coquille, les chaussures de sécurité, le gilet par balles, le bouclier, la caméra embarquée, le talkie, la matraque, les menottes, les lacrymos, son arme de service et ses petits fourgons – c’est qu’il se sent pas bien ! Son avocate le dit, « il craint pour la sécurité de sa personne et celle de sa famille car on sait que l’accusé fait partie des GJ et on connaît les hostilités de ces personnes à l’égard de la police. »

Elle demande 1€ de dédommagement et 800€ pour les frais d’avocat.

« Si vous avez 60 ans et que vous ne pouvez pas assister à une manifestation, moi je dis, n’y allez pas ! » (Le proc’)

Alors que le juge ose encore affirmer en début d’audience que manifester est un droit protégé par la constitution, le procureur, fortement marqué par l’actualité, pose néanmoins une petite exception : « Si vous avez 60 ans et que vous ne pouvez pas assister à une manifestation, moi je dis, n’y allez pas ! ». Et puis, il n’hésite pas à accabler le Gilet Jaune, le tenant pour responsable des blessures par débris de verre à la pommette d’un adolescent à Roanne : « Combien j’ai été ému par cette autre affaire. Quand on m’a appelé pour un enfant de 14 ans qui a été brûlé au visage et qui se trouvait à l’hôpital. Mais vous êtes responsable aussi. ». Il ne manquait plus qu’il le tienne responsable du tir de flashball dans l’œil du jeune Mohammad, réfugié syrien arrivé indemne en France et éborgné par cette arme de guerre lors d’une manifestation à Saint-Étienne. Mais le monsieur le procureur sait humer la merde... pour instrumentaliser un blessé, culpabiliser l’accusé et discréditer un mouvement populaire.

« Je vous vois tous défiler, repentants, la tête basse, dire que c’est pas vous. » (Le proc’)

Le discrédit c’est son atout. Un brin perfide, le petit proc’ se pense plus futé que le Gilet Jaune dans une subtile distinction : « Parfois la foule trahit le peuple. Monsieur B., vous avez trahi le peuple ce jour-là. » Dans son livre Les Gilets jaunes à la lumière de l’histoire, l’historien Gérard Noiriel nous rappelle que le terme "foule" a été utilisé au tournant du XXe siècle par des théoriciens comme Gustave Le Bon ou Gabriel Tarde pour discréditer les luttes populaires. Rappelons que ces deux auteurs, sources d’inspiration aujourd’hui pour le proc’, ne respiraient pas, à l’époque, la franche camaraderie à l’égard du prolétariat et des gueux.

Monsieur le Procureur à l’assaut du front jaune...

Outre sa prétention à se poser comme fin analyste de la foule, monsieur le procureur est très impliqué dans ses missions : « Je suis ces événements depuis plusieurs week-ends. Autant au commissariat qu’au palais de justice les samedis soirs et les dimanches matins pour faire fonctionner la démocratie et la légalité. Je vois les décisions de juridiction partout en France. » Et d’ajouter un brin dédaigneux : « Je vous vois tous défiler, repentants, la tête basse, dire que c’est pas vous, qu’on ne se reconnaît pas dans ces comportements, dans ces propos. Oh messieurs ! Quand est-ce que vous allez assumer ? J’aimerais que vous soyez courageux ! Que vous disiez que c’est bien vous qui l’avez prononcé, M. B., devant votre ordinateur, chez vous, dans un lieu silencieux. C’est trop facile de se défiler. » Monsieur le Procureur, c’est un courageux bien installé dans l’un des sièsièges de la démocratie et outillé de ses codes de procédures qui ne cessent de grossir et dont l’unique objectif est d’agrandir l’échelle des peines.

... pour brandir l’étendard tricolore

Quand le juge dit « vous n’avez pas le droit de profaner », le procureur donne l’uniforme pour objet. « Sous l’uniforme, il y a un homme. Il fait un métier qu’il aime et qui protège. [...] Souvent on entend cette phrase « Mais que fait la police ? » Quand on est dans la difficulté on l’attend le bleu, le blanc, le rouge. Le bleu : la police ; le blanc : le médecine ; le rouge : les pompiers. [...]. Là c’est pas seulement l’homme mais aussi le bel uniforme qui est diffamé. » Et d’ajouter : « Le message que vous voulez livrer à vos enfants, ce n’est pas celui-ci. » Une remarque de classe, insinuant que le Gilet Jaune est un mauvais père et les mauvais pères, comme les mauvaises mères, c’est bien connu chez les pauvres qu’on les trouve !

Le juge vitrifie le parquet

Homme de paix, monsieur le procureur se targue d’une « réquisition modérée car la loi est faite pour vivre dans une société paisible et respectueuse ». Il requiert la culpabilité et 1000 euros dont 700 avec sursis et 300 de suite. Le juge prononce une peine ferme de 1000€ d’amende

Pour clore, une avocate de la défense qui a pas trop le vezon

La repentance est une chose, l’humiliation et l’approximation en sont d’autres. Et si on ignore tout de la stratégie choisie par l’accusé, la plaidoirie qui suit interroge : « Il assume. Laissons place à la bêtise humaine. Pourquoi chercher des arguments pour aggraver ce qu’il a fait ? C’est suffisamment grave. Il n’est pas là pour son profil facebook mais pour une publication et il reconnaît les faits. Il ne peut pas porter la responsabilité de tout le monde. ACAB veut aussi dire anticapitaliste. Ça vient des mouvements de la loi travail durant lesquels ACAB était réutilisé pour l’anticapitalisme. Et c’est une des revendications des Gilets Jaunes. Il n’a jamais essayé de cacher son profil. Il est venu avec toute sa honte. [...] Notons les remarques violentes de la police : "Si ta fille se fait violer tu irais voir qui ?". ce n’est pas une réponse appropriée. »
Comment un accusé peut relever les épaules et la tête avec une telle défense ? C’est ce qu’on appelle une défense couchée. L’avocat c’est l’accusé qui l’embauche, pas le contraire. [2]

Encore une condamnation lourde pour un Gilet Jaune mais cette fois, non pas dans des contextes de manifestation ou d’action dans la vie réelle mais pour des propos tenus sur internet.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / REPRESSION - PRISON

GJ, six mois plus tard : après la répression policière, la répression judiciaire

Interpellés lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets Jaunes, deux stéphanois – accusé d’outrages, rébellion et violence sur « agents dépositaires de l’autorité publique » – étaient à la barre du tribunal correctionnel mercredi 12 juin.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 6 mars à Saint-Étienne

« Il faut croire que le mouvement des gilets jaunes aura permis à des délinquants qui s’ignorent de se révéler. » Madame la procureure, mercredi 6 mars, palais de l’injustice de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

#Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 19 décembre à Saint-Étienne

Mercredi 19 décembre au Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne, trois personnes devaient être jugées en comparution immédiate suite à l’acte V de la manifestation des gilets jaunes du samedi 15 décembre. Seul une personne a finalement été jugée, les deux autres - en attente de jugement - ayant été placées sous contrôle judiciaire. Ce samedi-là, 53 manifestant.e.s avaient été arrêté.e.s, dont 41 gardé.e.s à vue, qui s’ajoutent au compteur ahurissant des interpellations depuis plusieurs semaines, entre mouvement des GJ et mouvement lycéen.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe

Un gouvernement qui ne parvient pas à écraser un mouvement de contestation dans l’œuf dispose de plusieurs outils pour le circonscrire et l’étouffer s’il menace de tenir, voire de s’étendre. Au bout de cette chaîne répressive, il y a les tribunaux. Récits de quelques audiences de gilets jaunes et quelques conseils pour mieux faire face à la Justice par l’équipe du journal l’Envolée.



Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Hommage à Steve Maia Caniço

Rendez-vous le samedi 3 août à 14h place du peuple à Saint-Étienne.
Manif en hommage à Steve, apportez pancartes et banderoles !


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

[Lyon] Une cantine pour cantiner qui met à l’honneur Georges Ibrahim Abdallah le samedi 3 août

Envie de manger un bout tout en soutenant des prisonnier·e·s ? D’écrire une carte pour Georges ? Venez à la prochaine édition de la Cantine pour cantiner !
Le rendez-vous est lancé pour le samedi 3 août 2019, de 19h30 à 3h00 du mat’ pour manger, se retrouver, papoter des taules, écrire une carte à Georges Abdallah et aux autres prisonnier·e·s et shtah contre le chtar au quartier gratte ciel à Villeurbanne.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

[Lyon] Après la victoire de l’Algérie à la CAN le 19 juillet, la préfecture et les flics font la fête à leur manière

Alors qu’à Sainté la place Jean Jaurès s’est retrouvée sous les gaz et que la Police concocte tranquillement quelques 400 procès verbaux pour des "infractions au code de la route", à Lyon une fois de plus, les festivités qui suivirent la victoire de l’équipe nationale d’Algérie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ont été réprimées avec violence par les forces de « l’ordre ». Comme le dimanche 7, le jeudi 11 et le dimanche 14 juillet, la détermination policière à restaurer l’ordre républicain et post-colonial a transformé une fête en vaste foire aux gazs lacrymogènes, aux coups de matraque, aux tirs de LBD et même au tir de canon à eau.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / REPRESSION - PRISON

Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rendu du procès de la loi travail : deux camarades relaxé.es, deux camarades condamné.es

Jeudi dernier (13 juin) avait lieu le dernier procès concernant le mouvement de la loi travail, après un énième report. Quatre personnes étaient inculpées essentiellement pour des dégradations lors de manifestations - œufs de peinture ou tags. Le délibéré est tombé hier.


Informations globales   FLICAGE - SURVEILLANCE / REPRESSION - PRISON

Qui est Magali Tabareau, la juge attaquée chez elle au LBD ?

Lundi 17 juin 2019 vers 9h30, deux personnes munies de casques de moto ont sonné à la porte de la présidente de la cour d’assises de Versailles, Magali Tabareau, à Nézel. Lorsqu’elle a ouvert sa fenêtre, elle a reçu un tir de Lanceur de Balle de Défense en plein visage, sous l’œil. Elle a été hospitalisée dans la foulée, victimes de multiples fractures. Article publié sur Desarmons-les !


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Soutien aux décrocheurs de portraits  

Faisons le procès des responsables de l’écocide qui menace l’humanité, mardi 17 décembre à l’occasion du procès de Vincent BONY.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur les manifestations et actions du 5, 6 et 7 décembre  

Ces derniers jours de mobilisation contre la réforme des retraites ont été riches en événements. Gilets jaunes, syndicalistes (ou pas), précaires, étudiant.es, lycéen.ne.s... De nombreux stéphanois.es ont pris la rue ces trois derniers jours. Retour en images.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre  

Contre le projet de retraite par points, pour un système de retraite et un monde solidaire, nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre 2019.
RDV 10h30 devant la gare de Châteaucreux à Saint-Étienne et à 10h30 Pont du Coteau à Roanne.


REPRESSION - PRISON
Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police  

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


MOBILISATIONS - LUTTES
Suivi du mouvement contre la réforme des retraites  

Blocages, piquets de grève, Assemblées générales, actions, manifestations, etc. La journée du 5 décembre qui a réuni plus de 22000 personnes dans les rues de Saint-Étienne va, semble-t-il, marquer le début d’une période riche en événements. Tentative de centralisation de toutes les informations liées au mouvement contre la réforme des retraites à Saint-Étienne.


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.