Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Des lieux vides, des gens à la rue ?


Écrit depuis (feu) Le Lieu-Dit, École occupée, 6 rue Baptiste Marcet, La Métare, Sainté

Cinq familles dans la rue, hommes, femmes, enfants, quelle importance ?

La municipalité s’en fout de laisser dans la misère ces familles Rroms après la fermeture du gymnase, marquant la fin du plan d’urgence hivernal. Installées dans le Parc Couriot, elles sont intimidées et menacées par la police municipale qui, ne reculant devant rien, ira jusqu’à profiter de leur absence pour jeter l’ensemble de leurs affaires, dont les jeux et cartables des enfants. La classe, mépris de classe.
Elle s’en fout de ce quartier, de cette école vacante et déclassée depuis six ans, aux projets immobiliers inutiles et avortés. Elle s’en fout comme des centaines d’autres locaux inutilisés dans toute la ville.
Elle s’en fout jusqu’au jour où des personnes décident de prendre l’école en question et de lui (re)donner tout son sens public. Une (ré)appropriation éphémère de l’école Baptiste Marcet pour mettre en lumière la vacance aberrante d’un bâtiment, pour bouleverser les règles du jeu, pour faire advenir une présence, pour défaire les habitudes, pour libérer une parole (et nos camarades), bref, pour entrebâiller des possibles. Une occupation pour réclamer ce à quoi tout être humain peut légitimement aspirer : le droit de vivre et non de survivre.

C’est alors que survient le changement. La municipalité ne s’en fout plus et veut reprendre la main ! Le mécanisme est bien huilé : elle dépose plainte le 2 mai, elle obtient une audience en urgence (référé) pour atteinte intolérable au droit de propriété le 17 mai, et pourra expulser le Lieu Dit dès lundi 6 juin au petit matin. Une hâte absurde vu l’absence de projets pour le bâtiment. D’autant plus absurde qu’aucune concertation n’a été mené avec les habitants du quartier.
Tout au contraire, le nouveau standing veut valoriser le quartier. Mais disqualifie dans le même temps ses lieux existants et ses habitants. La ville lissée, esthétisée, désignée et réhabilitée autorise certaines paroles et rend les autres inaudibles. Ce vivre-ensemble uniforme, attractif et compétitif aseptise et ne correspond en rien à nos en - vies.

Dans ce contexte de rapport de pouvoir, Perdriau ne s’en fout plus et veut à nouveau jouir et user de son bien, comme il le faisait jusqu’à présent à si bon escient ! Et il a les cartes en main : un scandaleux chantage est en même temps imposé aux familles par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS). Prise de court et soudainement drapée de bonnes intentions, cette dernière propose alors (heureuse coïncidence ? ) une solution de logement aux personnes dehors.
Le ton est donné, ne mettez pas les pieds dans ce squat – gros mot ! – sinon nous arrêtons l’accompagnement que nous vous proposons (mais qui n’a pas encore commencé). A la clef, la vie en appartement, la normalité, l’intégration, soumise à conditions. D’ici-là, vivez avec les rats. Comme des ingrats, les familles resteront donc sur un campement tout aussi illégal mais bien plus insalubre. Le sol ruisselant suite aux pluies abondantes, un poêle de fortune, quelques palettes, des tentes. Où est l’intolérable ? Trop effrayées par les menaces des autorités, ces personnes ne viendront pas habiter les lieux ouverts pour eux, dans lesquels nombre de petites mains, embarquées par la solidarité, se sont activées.
Les Rroms ne sont donc pas venus à l’école jaune. Pour autant, d’autres personnes à la rue y ont trouvé un toit. D’autres encore l’occupent, fiers, dans la galère, précaires, surprenants et invitants. Un atelier, un ptit ciné, un terrain de foot, une bibliothèque, une zone de gratuité, des salles de réunions, tout ça sans subvention. Cet espace d’activités et d’habitation, ce lieu fédérateur et bouillonnant, ouvert sur le quartier, déplaît. La Mairie veut invisibiliser la précarité et préfère la charité à l’émancipation. Elle ne tolère pas de ne pas contrôler les rues (encombrées de poubelles, grève générale !), les corps (blocages et sabotages !), les initiatives (soutien au CTM !), les écoles. Elle ne s’en fout donc plus de nous. Ce nous qui s’est construit à l’intérieur de ces murs.

Une vraie réponse à la situation dramatique actuelle commençait à émerger, la municipalité l’a rapidement fait avorter. Nous expulser pour de nouveau murer le bâtiment ne trouvera aucune légitimité. La pérennité du lieu est clairement compromise, mais qu’importe, ce nous existe et grandira à mesure que grandira l’indifférence et le mépris de nos décideurs et de leur monde.

Car nous, on ne s’en fout pas ! Ouvrons-tout, bloquons-tout, regardons-nous, inventons-nous, soulevons-nous, rencontrons-nous !

Les occupant-e-s du le Lieu Dit (R.I.P)

Tract expulsion du Lieu-dit

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MEMOIRE

Izmir, une maison pas comme les autres

Un film sur l’histoire de ce squat stéphanois mythique
Le 26 juillet 2006 à 6h du matin, les CRS venaient défoncer la porte du squat Izmir à St Étienne pour en expulser les occupants. Pour beaucoup de gens, c’est la fin d’un projet riche, intense (parfois), qui a pu créer plein de rencontres, de moments de joie, de colère aussi, de débats enrichissants ou stériles, qui était une source d’informations peu disponibles ailleurs, et qui participait au maintien d’une "culture alternative" sur st-étienne.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / LOGEMENT - SQUAT

Du 22 au 29 mai, une semaine d’événements au Lieu-dit

Un lieu n’est rien sans vie, on ouvre tout ! Du 22 au 29 mai, une semaine d’événements au LIEU-DIT, École occupée au 6 rue Baptiste Marcet, la Métare, Saint-Étienne.




Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

La mairie a été investie en solidarité avec les Roms

28 avril 2016
Suite à la manif de Jeudi 28 Avril, en début d’après-midi, plus de 50 personnes sont entrées dans l’Hôtel de Ville de Saint-Étienne pour interpeller l’équipe municipale.
Un rappel des faits récents dans un article déjà paru ici




National   LOGEMENT - SQUAT

[Communique de la CNT-AIT/63] Avec le collectif du 1e mai, renforçons la lutte autonome contre les projets megalos !

Suite au 1 mai libertaire de ST Pourçain sur Sioule
A l’heure de projets aussi inutiles que coûteux dans l’Allier (porcherie industrielle de Chirat l’Eglise qui détruit la nappe phréatique, projet d’un golf-villas-hôtel-parking-appartements à Montcombroux les Mines sur 300 hectares de terres agricole et de forêt), tandis qu’on nous explique quotidiennement que pour les salaires, le logement… les caisses sont vides, que les luttes autonomes sont criminalisées.




National   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Les Camille’s et le Collectif du 1er Mai

Suite à l’appel d’un rassemblement libertaire à St Pourçains sur sioule (03)
Cet article ainsi que le montage sert, tout d’abord, à rendre compte de notre action politique du 1er mai et l’enthousiasme des participants…
Il a pour but aussi de faire en sorte que ces initiatives ne se limitent pas au 1er Mai et donc, voici un petit résumé.




Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Réunion du collectif "Pour que personne ne dorme à la rue"

Mercredi 28 janvier 2015 à 17h à la Bourse du Travail de St-Etienne.
La réunion aura lieu salle 66 au 1er étage côté droit de la Bourse et sera précédée d’une Conférence de presse à 16h30, dans la même salle, pour une communication suite au jugement du 27/01.




Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

[Montreynaud] Père Riffard : au tribunal pour apologie du droit d’asile

Rendant ce mardi 27 janvier au matin son délibéré dans l’affaire du père Riffard, curé de Montreynaud poursuivi pour avoir hébergé des demandeurs d’asile, la cour d’appel de Lyon a surpris l’auditoire en se déclarant incompétente.




International   LOGEMENT - SQUAT / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Opération Mos Maiorum, plus de 19000 interpellations

Publié sur Sans Papiers Ni Frontières
L’Union européenne vient de publier son bilan de l’opération Mos Maiorum, gigantesque opération de rafles à travers l’Europe menée du 13 au 26 octobre par 27 pays et coordonnée par Frontex. [Le rapport du conseil de l’Europe est disponible ici (en anglais)]




Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Droit d’asile, droit au logement : respecter la loi, respecter les personnes

Vendredi 18 octobre 2013 - 18H - Place Jean Jaures
Appel collectif : rassemblement - conférence de presse publique du collectif "QUE PERSONNE NE DORME A LA RUE"
Depuis plusieurs mois maintenant, dans une majorité des grandes villes de notre département de la Loire, des personnes et des familles sont laissées sans solution de logement.




International   LOGEMENT - SQUAT / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Varsovie] Le Squat Elba menacé d’expulsion

Appel à soutien
Le 16 mars le centre culturel squatté "Elba", rue Elblaska 9/11 à Varsovie a été illégalement expulsé par la société de sécurité précipita "Skrzecz" engagée par le propriétaire du site, une société finlandaise, "Stora Enso".
 Plusieurs personnes ont été attaquées et forcées à sortir des bâtiments.
La sécurité a détruit l’intérieur de la maison, détruisant les biens des habitants et a jeté le reste dehors.




0 | 10
Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Lettre ouverte sur la situation des familles Rroms à Saint-Étienne

Je vous adresse cette lettre car la presse locale reste sourde à nos multiples messages concernant les familles Rroms à la rue. Les services municipaux du Centre communal d’action sociale refusent de façon quasi systématique d’accorder de les domicilier – clef qui leur ouvre quelques droits – et ceci en contradiction avec tous les textes réglementaires. Sans que le préfet qui a pourtant autorité en la matière ne lève le petit doigt.




Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Les mille maux de l’enseignement du français aux étrangers

L’enseignement du français aux personnes étrangères pâtit des contradictions de l’État, du jeu de la concurrence et des discriminations, au détriment bien souvent des personnes auquel il est censé être destiné : retour sur une politique pleine d’arrière-pensées avec des militant.es de l’association Alpha.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

KAIROS, le temps de faire ensemble

L’association Inkoozing met en œuvre un projet artistique participatif qui permettra à des personnes primo-arrivantes et françaises de se rencontrer dans un contexte convivial et créatif. Un crowdfounding est lancé pour financer en partie le projet.




Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Être rom à Saint-Étienne

Les dossiers COUAC
Alors qu’au milieu du mois d’août, des Roms ont été harcelées par les forces de police à Saint-Étienne), cet article, paru dans le numéro 3 de Couac, revient sur la galère vécue par les populations roms dans la ville. Ce récit est basé sur les informations de nos sources, personnes bénévoles auprès de populations Roms à Saint-Étienne.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Chasse aux Roms

Aujourd’hui lundi 14 août, la police stéphanoise a harcelé les Roms.
Les Roms ont été chassés du parc du Puits Couriot par les forces de police de Saint-Etienne. Au passage, les familles ont été contraintes de jeter les petites toiles de tente qu’elles possédaient pour s’abriter. Elles se sont ensuite dirigées avec leurs affaires restantes dans le centre ville où elles se sont retrouvées encerclées par les forces de l’ordre leur intimant de jeter leurs matelas.




Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Et pendant ce temps là, de l’autre côté de l’Europe

Soirée proposée par les amis de Couac au bar le Key West (7 rue de la ville) mercredi 24 mai 2017 à 20h : projection d’un documentaire "Et pendant ce temps là, de l’autre côté de l’Europe" (témoignages de réfugiéEs et d’activistes en Grèce) réalisé par Kolibri (présent ce soir là), suivi d’un échange sur la situation actuelle des migrantEs en Europe.




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Journée "Réfugiés : bienvenue !"

Le 20 mai 2017 à la Gueule Noire, journée "Réfugiés : bienvenue !" en soutien aux association Transport People and Care et La Maison Solidaire qui viennent en aide aux migrants, via des convois humanitaires à destination de Vintimille, Calais et où les besoins sont exprimés par les associations locales.




Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soirée de présentation du n°3 du Couac

Présentation du n°3 du Couac et repas à prix libre
Le numéro 3 de Couac (journal local d’enquête critique) sort des presses cette semaine ! Nous vous proposons de se rencontrer ce vendredi 31 mars 2017 à partir de 19h au bar Le richelieu (74 rue Michelet). L’occasion de découvrir ce nouveau numéro, de partager des envies d’écriture… et un repas à prix libre.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Cantine de soutien au collectif 100 papiers

Ce jeudi 9 mars 2017, le collectif 100 papiers investit la cuisine de la Dérive et propose un couscous pour la cantine du soir à partir de 19H. C’est prix libre.
Cette cantine est en soutien au collectif, complètement fauché.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Projection / débat "Benvenuti"

Le mardi 7 mars 2017, à 20h30, Annalisa Lendaro vient présenter le film documentaire BENVENUTI qu’elle a réalisée avec Laura Auriole (50 min / production CNRS image) au Dix-Sept (17 rue de la Mulatière).




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
[CNT 42] Jeudi 16 novembre 2017 lois Macron, loi des patrons… collectivement, faisons reculer le gouvernement et le patronnat  

Journée nationale interprofessionnelle et intersyndicale de grève et de manifestations :
- ST ETIENNE : 10H30 Place Jules Ferry (Statue de la Liberté en dessous de Centre 2)
- ROANNE : 10H30 Université Avenue de Paris


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Le remue-méninges fête ses 10 ans !  

Pour fêter ses 10 ans, le remue-méninges vous propose, du 16 au 19 novembre, des concerts, un brunch musical, une scène ouverte, des ateliers déco ... et pourquoi pas un goûter d’anniversaire ?


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
[Agir Ensemble 42] Alors, il ne nous resterait plus qu’à regarder "crever" nos semblables dans la rue  

Nous sommes le premier novembre 2017 en France à Saint-Étienne, premier jour de la trêve hivernale. Des familles et leurs enfants dorment et vivent dans la rue dans une indifférence outrageante. Elles sont arrivées ici en 2011. Nous avons créé un collectif "agir ensemble" pour leur venir en soutien.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Le paradis de l’enfer : récit d’un migrant à Saint-Étienne  

Dominique a une trentaine d’années, il vient du Cameroun. Il est venu vers Couac pour partager son expérience, parler de la vie qu’il mène et faire connaître sa situation, son regard en tant qu’immigrant vivant à Saint-Étienne. Après une première rencontre, nous nous sommes revus plusieurs fois.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
[GLYPHOSATE] Crime contre l’humain et tout le vivant  

Les dangers du glyphosate et de ses co-formulants associés ne sont plus à démontrer devant la réalité des atteintes à la santé des populations (en Amérique latine notamment mais aussi en Europe chez les agriculteurs et les animaux d’élevage). Des études indépendantes apportent elles aussi des arguments scientifiques sur les conséquences de ces molécules sur la santé. A cela s’ajoutent maintenant le scandale de la manipulation des agences européennes par la firme Monsanto et ses expertises truquées. Les décideurs ne peuvent plus faire semblant de les ignorer.


GENRES - FEMINISME
Féministes, au travail !  

Tract diffusé lors de la manif du 19/10 à Saint-Etienne
Aujourd’hui, en 2017, à compétences et qualifications égales, les femmes gagnent en moyenne un quart de moins que les hommes. Le système de valeurs patriarcales fait que des métiers, occupés majoritairement par des femmes, tels que le ménage, l’aide à la personne, l’éducation des enfants, et les activités associatives et culturelles (notamment les contrats aidés) ne sont pas reconnus comme des emplois produisant une valeur économique et sociale importante. Les formations à la plupart de ces emplois sont sommaires (les femmes sauraient "naturellement" les faire), les salaires sont bas, les amplitudes horaires de travail trop longues, et très peu de reconnaissance sociale est accordée à ces secteurs pourtant essentiels à notre société...


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Ateliéphémère  

Attention ! Certaines dates ont changé !
L’ateliéphémère est un atelier d’entraide autour de la réparation d’objets divers : informatique, électroménager, jouet, machine à coudre, matériel son et vidéo...
Programme décembre 2017 / janvier 2018


MOBILISATIONS - LUTTES
"Non". S’opposer aux grands projets d’aménagement. Ne pas proposer "d’alternatives".  

Cette brochure est la retranscription d’une discussion autour des sujets suivants : pourquoi et comment s’opposer aux grands projets d’aménagement ? Quelles difficultés rencontrons-nous avec la notion "d’alternatives" ? Pourquoi ne pas en proposer ?
Discussion croisée entre opposant.es à l’A45 (Auvergne-Rhône-Alpes), camarades de l’Amassada (Aveyron), et occupant.es de la forêt de Roybon (Isère).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La condition des agriculteurs : rencontres contre la normalisation  

Le 20 mai 2017, un agriculteur qui refusait de se soumettre aux contrôles harcelants de l’administration a été abattu par les gendarmes. A la suite de ce meurtre dégouttant, un collectif s’est monté pour combattre l’hyper-normalisation de nos vies et de celles des agriculteurices en particulier. Des rencontres nationales autour de ce sujet auront lieu les 28 et 29 octobre prochain dans notre région.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
A45, pétition bidon !  

Non content d’étaler partout sa belle pétition, Perdriau cherche à imposer aux personnels des collectivités locales de signer et de soutenir son combat d’arrière-garde...