Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009




Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, ne provoquant pas de mort.es ou blessé.es graves mais amenant des dégâts matériels. Une trentaine de véhicules sont brûlés ; plusieurs bâtiments publics ou associatifs (crèche municipale, centre social municipal, Restos du cœur, etc.), ainsi que des commerces du centre commercial « le Mail » situé devant l’immeuble « le grand H », au cœur du quartier, sont dégradés. Les confrontations touchent aussi les communes voisines de La Ricamarie et du Chambon-Feugerolles.


Comment expliquer la survenue de ces événements ? Ils sont liés au décès d’un jeune habitant du quartier, Mohamed Benmouna, âgé de vingt-et-un ans et habitant du « grand H ». Placé en garde à vue au commissariat du Chambon-Feugerolles le lundi 6 juillet pour une affaire d’extorsion de fonds, il est, selon la police, trouvé inanimé dans sa cellule en fin de journée suite à une tentative de suicide par pendaison. Transféré dans le coma au CHU de Saint-Étienne, il y décède le mercredi 8 juillet en fin d’après-midi.


Sa famille et ses proches contestent immédiatement la version policière et soulèvent l’hypothèse – alimentée par l’absence d’enregistrement de la garde à vue – d’un meurtre de la Police. Ils rappellent que Mohamed venait de trouver un emploi et de passer son permis, rompant par là avec son passé de « petit délinquant ». Jeudi 9 juillet, la famille décide de déposer une plainte contre X afin « que la lumière soit faite sur cette affaire ».



De son côté, dès le 8 juillet, le parquet de Saint-Étienne fait valoir que, plus que la réaction des policiers, c’est la vétusté des lieux qui peut être en cause, la cellule étant « délabrée » et « pas aux normes ». Elle comporte des trous dans les murs. C’est à ces trous que le jeune homme aurait pu fixer les deux extrémités d’une cordelette fabriquée avec la toile d’un matelas pour se pendre. Jeudi 9 juillet, le procureur de Saint-Étienne annonce que l’autopsie n’a révélé « aucune trace de violence » et a confirmé que Mohamed Benmouna a succombé à un « arrêt cardiaque par suffocation ». Vendredi 10, le parquet ouvre une information judiciaire contre X pour « homicide involontaire », pour « inadaptation, négligence ou inobservation d’un règlement », afin d’établir s’il y a eu ou non un défaut de surveillance durant la garde à vue de Mohamed Benmouna. Samedi 11 juillet, une marche « blanche » qui réunit plus de 350 personnes part de l’Église du Corbusier pour rejoindre le commissariat du Chambon-Feugerolles. Les manifestant.es ne croient pas à la thèse du suicide et déploient une banderole sur laquelle on peut lire : « Bavure policière – Assassins ».


Le 17 juillet, une reconstitution est organisée en présence d’enquêteurs de l’IGPN ; selon le procureur, elle n’apporte aucun élément nouveau. L’institution écarte l’hypothèse d’une bavure.

Sans toutefois convaincre la famille et les proches : un an plus tard, en juillet 2010, une marche silencieuse est organisée en bas du « grand H ». Une quarantaine de personnes sont présentes. Elles traversent la rue principale de Firminy puis forment une procession en direction du Chambon-Feugerolles. Sur les banderoles du défilé, on lit : "A la mémoire de Mohamed – On veut la vérité" ou encore "Justice soit faite – Adieu mon frère". En tête du cortège, Rafela, le jeune frère de Mohamed porte le portrait de son frère défunt.

La thèse du suicide n’a jamais été remise en cause par les institutions.

Le quartier de Firminy-Vert
Le quartier, qui compte 3 500 habitants et 77 % de logements sociaux, fut planifié selon un plan d’urbanisme de 1954 s’inspirant des principes de la Charte d’Athènes. Firminy était alors une commune industrielle en plein essor. Maire de la ville de 1953 à 1971, Eugène Claudius-Petit fit appel à son ami Le Corbusier qui dota le quartier d’un ensemble architectural exceptionnel comprenant une unité d’habitation, une maison de la culture, un stade et une église. Depuis les années 1950, le contexte social et économique local a connu de fortes mutations. La désindustrialisation a transformé les conditions d’emploi et de développement économique local et engendré une déprise démographique sensible. Dans les années 1990 et surtout 2000, « l’héritage Le Corbusier » du quartier a fait l’objet d’un processus de patrimonialisation impulsé par les autorités municipales [1]. Politiquement, la commune de Firminy est ancrée à gauche depuis l’accession à la mairie du communiste Théo Vial-Massat en 1971. L’avènement d’une municipalité de droite menée par Dino Cinieri en 2001 a constitué une parenthèse refermée dès 2008 par le retour d’une municipalité de gauche, dirigée par le maire communiste Marc Petit, réélu en 2014.

[1X. Guillot (dir.), Le Corbusier en héritage, PUSE, Saint-Étienne, 2008.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)



Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Concert de soutien aux prisonniers

Concert samedi 25 février 2020 à partir de 19h avec AMES OAK (flamenco) + EZEIKIEL (Rap) + MACH STEM EFFECT (metal death grind) + CAPTAIN PATO (Rap) + THE REVENGERS (punk)
Entrée et adhésion prix libre au lieu


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Réunion publique d’accès au droit en cas d’interpellation et de poursuite judiciaire

Dans la continuité du mouvement de lutte contre la réforme des retraites, les organisations syndicales de salarié.e.s en lien avec le Syndicat des Avocats de France vous invitent le mercredi 15 janvier (16h30) à une réunion publique d’accès au droit pénal à la Bourse du Travail.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


Saint-Étienne et alentours   INFORMATIQUE - SECURITE / REPRESSION - PRISON

Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

[Lyon] Journée et soirée contre les violences et crimes policiers

Vénissieux, le 11 décembre 2016. Mehdi, 28 ans, venait de fêter la naissance de sa fille et rentrait en scooter à Vaulx-en-Velin avec deux amis. La police veut le contrôler, il meurt ! « Le Comité Vérité et Justice pour Mehdi » vous invite à une journée/soirée contre les violences et crimes policiers le samedi 18 janvier à Grrrnd Zéro (Vaulx-en-Velin).


Saint-Étienne et alentours Couac   REPRESSION - PRISON

Justice et répression des manifestants : quand Facebook sert de mouchard

La répression judiciaire qui a suivi le mouvement social dit des « gilets jaunes » a été l’occasion de constater que l’ancien monde, en robe noire, se servait désormais des outils de surveillance que met à sa disposition le nouveau monde. Ainsi, un manifestant a été condamné à Saint-Étienne pour des propos tenus sur Facebook. C’est un pas de plus qui est franchi dans l’atteinte à nos libertés.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

Semaine anti-carcérale à Bure

Du 2 au 8 mars 2020, il y aura une semaine anti-carcérale à côté de Bure


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Écoute collective contre les taules

Partages et vécus pour que tombent leurs murs !
Écoute collective d’un entretien radiophonique sur les relations intimes, sexuelles et amicales en prison...
Samedi 4 janvier à La Gueule Noire - Sainté - Goûter dès 16h et écoute à 17h30


Informations globales   REPRESSION - PRISON

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


Informations globales   REPRESSION - PRISON

[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


Dans la thématique "MEMOIRE "

Informations globales   DISCRIMINATIONS - RACISME

Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injections ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake

Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager "blanc" comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire. Démarre alors un vaste mouvement de boycott qu’elle organise avec le jeune pasteur Martin Luther King Jr. et de nombreux.euses militant.es du mouvement des droits civiques.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

1947 : la « révolution » à Saint-Étienne

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


Saint-Étienne et alentours La dérive   FLICAGE - SURVEILLANCE

« Attention on vous surveille le bassin »

Suite à la manifestation du 5 décembre, la Barricade organise la projection du film-documentaire “Sous l’oeil des houillières”, un film de Marion Fontaine, Richard Berthollet à 17h à la Dérive.


Informations globales

Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


Saint-Étienne et alentours Couac   GENRE - FEMINISME / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / REPRESSION - PRISON

Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours

La fusillade du Brûlé à La Ricamarie, c’était il y a 150 ans

Ce n’est pas d’aujourd’hui que le pouvoir blesse, mutile et tue. Il y a cent cinquante ans jour pour jour, le 16 juin 1869 à La Ricamarie, la troupe tire froidement et sans sommation sur des mineurs en lutte et leurs soutiens. Bilan : quatorze morts. Retour sur cet événement marquant de l’histoire du mouvement ouvrier avec un extrait de l’ouvrage de Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1865 à nos jours.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Qui sème le vent récolte la tapette

Événement annulé et reporté à l’automne !
Jeudi 13 juin à partir de 19h au 17. Entrée libre.
Présentation du livre Qui sème le vent récolte la tapette, Une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979, de Mathias Quere aux éditions Tahin Party. En présence de l’auteur et de la maison d’édition.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Pour les retraites et tout le reste : actions à venir pendant la semaine du 27 au 31 janvier à Saint-Étienne  

Manifestation, rassemblement et pique-nique, actions... Alors que la contestation s’étend à d’autres secteurs et revendications, poursuivons la mobilisation !


DISCRIMINATIONS - RACISME
Collectif stéphanois contre l’islamophobie et pour l’égalité : charte et prochaines conférences  

Le collectif stéphanois contre l’islamophobie et pour l’égalité organise une conférence-débat avec Olivier Le Cour Grandmaison, autour de son nouveau livre : « Ennemis mortels » : représentations de l’islam et politiques musulmanes en France à l’époque coloniale. Elle aura lieu le vendredi 31 janvier 2020 à 18h30 au Centre social Le Babet.


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du vendredi 24 janvier : retour en images  

Ce vendredi 24 janvier, à l’occasion de la présentation du projet de la réforme des retraites en Conseil des ministres, de nombreuses organisations syndicales et de militant.e.s s’étaient donné rendez-vous dans toute la France. Saint-Étienne fut encore une fois le théâtre d’une belle et forte journée de lutte !
Par Le Gueuloir


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Les professeur.e.s emmurent l’Inspection académique avec des livres  

Depuis la nomination de Blanquer au ministère, la colère des professeur.e.s se fait sentir. Elle ne cesse de monter ces dernières semaines avec des actions symboliques comme des jets de livres devant les inspections académiques ou encore le refus de certain.e.s profs de faire passer les nouvelles épreuves du Bac. À Saint-Étienne, vendredi, les professeur.e.s ont emmuré l’Inspection académique.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Protestation mondiale contre la 5G ce 25 janvier 2020 : on éteint nos portables ?  

Ce samedi 25 janvier 2020 a lieu la 3e journée mondiale de protestation contre la 5G. La 5G, voulue par les industriels des télécommunications et du numérique et promue par nos gouvernements, est une menace injustifiable pour notre santé et celle de tous les êtres vivants.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Épreuves de contrôle continu : ça bouge au lycée Honoré d’Urfé  

Lundi matin les premières épreuves de contrôle continu (E3C) devaient avoir lieu pour les lycéen.ne.s en classe de première. Les professeur.e.s ont décidé de les boycotter comme à Honoré d’Urfé. Entretien avec Estelle Tomasini du syndicat majoritaire SNES FSU.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : agenda des actions et suivi de la semaine du 20 au 26 janvier  

Actions, manifestation et rassemblement, retraite au flambeau et pique-nique... La mobilisation continue !


MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.