Opinions   MOBILISATIONS - LUTTES

Du lard ou du cochon, qui sont les gilets jaunes ?




Ça va faire un mois que l’on danse sur un pied puis sur l’autre. Qu’on veut en être mais que nos bases n’y sont pas. Un mois qu’on ose trop rien dire parce que ce serait rabat-joie ou paranoïaque ou parce que ce serait une tentative de récupération d’un mouvement qui est apolitique. Apolitique vraiment ? Nous pensons au contraire que ce gilet jaune a une couleur, et qu’elle n’est pas la nôtre. On a du mal à comprendre quels seraient les intérêts communs entre un jeune issu de l’immigration et un patron de PME réactionnaire. Alors voilà, on a essayé de dégager quelques pistes pour accompagner ce mouvement de nos désirs et de nos coups-de gueule.


Militant’es politiques depuis une dizaine d’années, on sait ce que veut dire mobiliser des milliers de personnes autour d’idées communes et coordonner des manifs, des blocages, de la propagande. Nous regardons avec circonspection le tumulte actuel depuis notre point de vue marxiste et libertaire. En 2005, nous regardions avec enthousiasme les "émeutes de banlieues" contre Sarkozy et son mépris des populations des quartiers populaires. En 2006, nous avions rejoint les presque 2 millions de personnes dans les rues contre le contrat première embauche. En 2009 puis en 2010 nous avons soutenu les grandes grèves et les blocages de raffineries contre la réforme des retraites comme 3 millions de personnes en France. Puis il y a eu les mouvements contre Macron (Loi pour la croissance en 2015, loi travail en 2016, contre la réforme de la SNCF). Nous avons discuté aux assemblées de "Nuit Debout", nous avons marché aux côté des travailleureuses, des précaires, syndiqués ou non, partisan’nes ou non, fort’es de nos divergences mais tous de gauche, à minima. 

Et puis le 17 novembre 2018, ce sont environ 300 000 personnes [1] qui manifestent contre la hausse du carburant et la politique du gouvernement en général. Cette vague dite "des gilets jaunes" n’a fait que grossir les 3 semaines suivantes. Dubitatifs on a mis du temps à se laisser embarquer par cette vague mais il faut bien admettre qu’on se reconnaît dans les formes d’action (blocage de l’économie, manifestations offensives) et que c’est beau de croiser de nouveaux visages dans les luttes. Alors, oui ! on se retrouve quand même pas mal dans ce qui se passe dans la rue et sur les rond-points ces temps-ci :
- parce qu’il y a une remise en question des dominations de classe,
- parce qu’il y a une remise en question des élites et des médias dominants (partis, syndicats, porte-paroles, etc.),
- parce qu’il y a une volonté de démocratie directe, sans représentant’es, de discuter et de se réapproprier l’espace public.

Un mouvement politique s’il en est

Par contre on n’en peut plus d’entendre que c’est un mouvement apolitique. Si au même moment toutes sortes de personnes décident de défiler dans les rues, à la même date, avec un même mot d’ordre et un gilet de la même couleur, c’est un acte politique puissant, qui répond à des appels et à de la propagande. Dès le début une unanimité gagne la population. Nombre de compagnon’nes de luttes suivent le mouvement, généralement sans drapeau ni slogan. Il est devenu compliqué d’émettre un point de vue critique sur cet engouement. On n’a aucun intérêt à décrédibiliser une lutte sociale mais on tient à garder notre regard politique. A savoir : analyser et participer à ce qui se passe sur des bases de solidarité, d’anticapitalisme, d’antifascisme avec une volonté internationaliste et autogestionnaire.

Quelle est la couleur du gilet jaune ?

D’accord il y a eu la pétition de Priscillia Ludosky en mai dernier puis un réseau de personnes mécontentes sur facebook autour de deux chauffeurs routiers en colère qui traînent sur internet contre la hausse des carburants. Ce sont des gens qui ne semblent pas affiliés à un quelconque parti ou mouvance politique. Mais c’est avant tout cette affiche bleu-blanc-rouge d’appel à un rassemblement le 17 novembre, signée par le simple mot-clef : #lafranceencolere qui fera décoller la mobilisation. Et c’est tout de même la vidéo d’un militant du parti de Nicolas Dupont-Aignan vue plus de 4,4 millions de fois, qui fera vraiment prendre la sauce.

Cet appel du #17 novembre, ce qu’on appellera plus tard l’Acte 1, a été lancé en plein débat sur les budgets 2019 lors duquel le rassemblement national défendait la "suppression du tarif réduit de taxe intérieure de consommation sur le gazole non routier" [2]. Il sera massivement relayé sur les réseaux sociaux par des personnages politiques d’extrême-droite. Une affiche, une couverture très efficace sur les réseaux sociaux, des soutiens de personnages influents et un calendrier politique au poil : on peut se poser des questions sur le caractère soi-disant apolitique et spontané de cet élan populaire.

Et puis à regarder de plus près qui soutient activement ces manifs sur la toile et dans les médias, on ne trouve pas une seule figure fréquentable. 

Par exemple Nathalie Germain, personnage très présent depuis le début, la déléguée à la communication numérique du Rassemblement National Isère est un exemple. Elle se présente comme "En soutien total pour MARINE LE PEN" [3] et, forte de ses 290 000 comptes qui la suivent sur facebook (ce chiffre a augmenté de +91% ce dernier mois [4]), elle était une des grands soutiens du mouvement dès le début. 

Et puis dans la rue aussi les groupuscules nationalistes et identitaires sont présents partout. Bien sûr nous ne cracherons jamais sur une augmentation du SMIC et des retraites, sur des impôts sur la richesse ou de la démocratie directe. Mais pour nous le terrain social n’est rien s’il ne s’inscrit pas dans une recherche de l’émancipation de toutes et tous. Il suffit que ces revendications sociales légitimes soient accompagnées par celles-ci [5] :

37- Suppression de l’accord de l’ONU signé à Marrakech le 10 décembre 2018.
38- Fin de la gratuité des soins aux personnes d’origine étrangère en situation irrégulière.
39- Diminution drastique de l’immigration sur le sol Français. 
40- Suppression des aides sociales pour les familles des enfants placés sous l’autorité du conseil départemental.

pour que l’on soit sûr’es que le mouvement n’est pas ici sous-tendu par des idées internationalistes ! Bah oui, les jeunes du GUD, illes ouvrent aussi des squats pour les SDF, mais on ne le fait pas pour les mêmes raisons !

Et puis dans les mots d’ordre qu’on entend beaucoup, il y a soudain cette histoire de RIC. L’acte I, c’était les taxes sur le carburant, puis l’acte II la démission de Macron, ensuite il y avait l’ISF et l’augmentation du SMIC et tout d’un coup, acte V on se ballade tout’es derrière des banderoles RIC, on tague pour le RIC [6]. Les slogans fusent et changent vite mais ne sont toujours pas plus en adéquation avec la vision du monde que l’on défend au quotidien.
Et ce RIC, qui est sur beaucoup de banderoles depuis la semaine dernière justement, qu’est ce que c’est ?
Yvan Bachaud [7] est un des personnages principaux de soutien à ce mouvement des gilets jaunes depuis le début. Candidat à de nombreuses élections depuis 2012, ce dentiste s’est fait le héraut du RIC (le referendum d’initiative citoyenne). D’obédience très clairement à droite, il est influencé par Etienne Chouard [8] et le réseau Voltaire. Son programme est un mélange classique de socialisme et d’anti-système (plus de pouvoir au peuple grâce au RIC, droit à euthanasie, contre les élites...). 

C’est en 1993, qu’Yves Bachaud dépose l’association "Rassemblement National d’Associations pour le Référendum d’Initiative Populaire (RNARIP)", qui changera de nom plusieurs fois pour devenir le "Rassemblement d’Initiative Citoyenne". L’objet de l’association domiciliée à son adresse est de promouvoir le RIC et elle est ouverte à "Toute personne qui approuve l’objet social d’Article3 et est prête à manifester" [9].

C’est le site de l’association Article 3 qui recense les soutiens au projet RIC et quand on regarde les personnes morales qui ont adhéré, en vrac on trouve : Uni, Les 4 vérités, UPR, riposte laïque, club de l’horloge, l’ami public, Énergies démocrates, Pays réel... [10]. Bref, beaucoup de lobbyistes d’extrême-droite, qui militent "hors partis" depuis des années. Cette même page précise : « le RIC ne remet pas du tout en cause le principe de la démocratie représentative », c’est parlant [11]. Alors oui, il n’y a pas que des trucs de droite qui soutiennent l’idée d’un referendum populaire puisque ça fait plus de 10 ans que tous les partis essaient de récupérer cette idée, n’empêche que c’est pour eux qu’on promène des banderoles « RIC ».

On le sait bien, les idées défendues par l’extrême-droite ont largement débordé le parti du Rassemblement national, en fallait-il une preuve de plus ? Dès la troisième semaine des syndicats de policiers appelaient à rejoindre les gilets jaunes [12]. Et, bien sûr ce sont les flics qui ont obtenu les meilleures victoires (+120 à +150 euros net sur leur salaire après une seule pauvre journée de service minimum) [13]. Quand l’État casse le peuple, il augmente les keufs : normal.

Alors jusqu’où la convergence ?

Zaïzaïzaï, bande déssiné de Fabcaro aux éditions 6 pieds sous terre

Quel temps on passe à se poser la question de la convergence (avec des flics !?) plutôt qu’à défendre nos luttes ! Soyons clair’es, il n’y a pas d’intérêts de classe communs entre un patron de PME et un « jeune de banlieue ». Et dans ce marasme qui prétend être apolitique, il est temps de prendre une position claire.

Et ce n’est par hasard si le mouvement nous rend confus : les mots le sont. Par exemple : « élites » vs « petit peuple » (plutôt que "capitalisme" vs "prolétaires"), discours à priori audible dans une perspective marxiste (voir les sociologues Pinçon-Charlot qui défendent le mouvement) mais tellement repris par la gauche, la droite, l’extrême-droite, l’extrême-gauche, les royalistes, vichystes, etc. que ça ne veut plus rien dire. Par exemple, le site d’extrême-droite Polémia prône une « nouvelle lutte des classes » autour de la dualité élites vs peuple. Élites qui mettraient le peuple en insécurité « culturelle et identitaire "du fait du Grand Remplacement migratoire , de l’Islamisation et de la déconstruction "sociétale" des mœurs" [14].

La définition du site pour "sociétale" vaut des points : « Il s’agit en fait d’un oxymore car ces réformes ont justement pour objet l’individuation radicale et la destruction de tout ce qui fait société. Le terme sociétal est destiné à faire oublier qu’à droite comme à gauche on a abandonné le social : parce que la gauche a abandonné le peuple et parce que la droite réduit le social à l’humanitaire et à la philanthropie ». Ouais, ok pour le constat mais c’est pas pour ça que leur pseudo lutte des classes est contre le capitalisme, pour la solidarité ou l’autogestion.

Quand on milite avec tel syndicat ou association, on sait les points d’accords et de désaccords. On ne joue pas avec le feu à prendre des risques de fous dans des actions sans savoir ce qu’on défend. Au contraire, nos bases sont solides et définies même si parfois ça veut dire s’organiser avec moins de monde qu’on ne l’aimerait. C’est important pour éviter les récupérations et le confusionnisme. Ici, quelle est la base commune pour s’engager dans ce mouvement ? Quelles revendications ? Quelle idée politique ? La tête à Macron ? Le ric ?

Après, être dans le mouvement en tant que militant’e et tenter de ne pas le laisser à l’extrême-droite et aux autoritaires en tous genres, ok ! Et on voit bien qu’il y a de belles actions et revendications sur certains rond-points ! Bien sûr on a envie d’en être, mais l’histoire s’écrit au jour le jour, et chacun’e doit écrire la sienne dans un contexte donné.
Nous regardons l’histoire récente, ce qui se joue en France, en Europe et dans le monde. La montée des nationalismes réactionnaires et ce qui s’est passé en Italie ces dernières années avec le mouvement 5 étoiles par exemple [15]. Puis dans l’Histoire moins récente : les pires gouvernements ont souvent été plébiscités par des référendums ou des votes populaires.

Les grandes émotions populaires nous font vibrer et nous émancipent quand elles s’attaquent aux dominations, mais nous font froid dans le dos si le seul lien qui relie les gens est d’être français. Si on ne se débarrasse pas radicalement de l’élan nationaliste de ce soulèvement populaire, le pan social ne sera jamais le nôtre.
Comment les personnes révolté’es qui se retrouvent dans la rue en ce moment tireront partis de la lutte pour elles-mêmes ? Nous ne connaissons pas l’issue des instants et

Nous savons qu’il est impossible d’aller au fond de nos désirs, qui sont littéralement sans fond. En même temps, nous n’éprouvons aucune difficulté à admettre que nous avons un idéal. [...]
Nous sommes pour l’entr’aide, parce que nous savons que l’équité ne suffit pas si elle n’est pas accompagnée d’un sentiment de solidarité conscient et volontaire. Contrairement au modèle libéral qui voit dans la liberté de l’autre une limite à la sienne, nous sentons que notre liberté s’étend à l’infini à travers la liberté des autres. Contrairement au communisme autoritaire, nous savons que l’égalité est la sœur du despotisme si elle n’est pas l’espace dans lequel exprimer les différences individuelles.

Oui, mais au fond qu’est ce que vous voulez, depuis la prison de Trento, février 2003 [16]

[1Il est difficile ici de comparer des chiffres, autant pour les mouvements cités plus haut nous utilisons les chiffres des syndicats plus fiables grâce au comptage par ligne, autant pour le mouvement des gilets jaunes les seuls chiffres disponibles sont ceux du ministère de l’intérieur.

[2Le projet de loi budgétaire a été débattu du 14 septembre 2018 puis adopté le 20 décembre 2018

[5Comme ici à Bar-le-Duc, ou dans le communiqué qui a été distribué aux médias et au gouvernement que l’on peut lire ici.

[6« Le RIC ou la vie » en référence à une chanson populaire de la Ricamarie, ville rouge près de Saint-Étienne pendant la manif du 16 décembre

[7son site internet officiel qui présente en ce moment une vidéo d’Etienne Chouard en première page : http://www.ric-france.fr/

[8pour plus d’infos sur ce personnage lire cet article de mediapart

[9Site internet officiel de l’association : https://www.article3.fr/association...

[11Pour une analyse des dangers de la démocratie semi-représentative voir [cet article du site la rotative→https://larotative.info/le-piege-du...

[12"Les revendications portées par le mouvement des gilets jaunes nous concernent tous. Il est temps de s’organiser légalement et d’être solidaire avec eux, pour l’avantage de tous." Mercredi 5 décembre, le syndicat VIGI ministère de l’Intérieur

[15Voir l’article de https://rebellyon.info/Les-Gilets-j... et l’interview de Leonardo Bianchi dans Courrier International



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Mouvement des gilets jaunes : sommaire des articles publiés sur notre site

Nous recenserons dans cet article toutes les publications que nous avons reçues à propos des gilets jaunes. Continuons à abreuver le site d’analyses critiques et de récits enthousiasmants de ce mouvement ! (Article mis à jour).

Mise à jour :



Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Pour un logement digne pour toutes et tous : rassemblement !

Avec le printemps revient la vague des expulsions, qui vient, cette année encore, de mettre à la rue violemment une centaine de personnes. Un collectif d’associations et de personnes solidaires se mobilise depuis quelques semaines pour aider ces personnes et rappeler aux pouvoirs publics leur devoir de mise à l’abri.
Mercredi 3 avril à 15h30 place de l’hôtel de ville, soyons nombreureuses et motivé’es pour affirmer publiquement ce qui nous rendrait « fièr·es d’être stéphanois·es » : acceuil et solidarité !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Occupation de la Bourse du travail par des personnes sans hébergement et leurs soutiens

Suite à la fin de fin de la trêve hivernale et l’expulsion violente de squats de migrant·es, de nombreuses personnes (dont des personnes malades et des enfants en bas âge) sont aujourd’hui sans aucune solution de relogement. Face à cette situation insupportable, une poignée d’associatifs et de citoyen·nes mobilisé·es ont décidé d’occuper la Bourse du travail de Saint-Étienne ce lundi 1er avril.
Retrouvez dans cet article tous les textes qui ont été publié sur notre site

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Carnaval de l’acte XX : nous partîmes 2000...

Ce samedi, dans une ambiance de black-out (au moins une dizaine de personnes arrêté’es de façon préventive, tous les magasins du centre fermés et sur-protégés, Verney-Carron « barricadé » dans son usine de mort, etc), le carnaval de l’inutile rejoint l’appel régional des gilets jaunes. Malgré les préventions de la préfecture, ce sont près de 7000 personnes qui défilent dans les rues de Saint Etienne, dans le centre, dans les quartiers populaires, sur le boulevard urbain.
Applaudissements, musiques et gaz lacrymogène, récit à quelques mains d’une journée bigarrée et radicale.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Appel à soutenir les travailleur.ses de Loire Offset Titoulet

Les 133 travailleur.ses de Loire Offset Titoulet vont se retrouver sur le carreau à cause de la gestion patronale. Encore un bel exemple de violence sociale. Mercredi 20 mars, les travailleur.ses lancent un appel pour les soutenir devant le tribunal de commerce de Saint-Étienne, à partir de 13h.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XIX

Rendez-vous samedi 23 mars à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Retour sur la journée stéphanoise de mobilisation « Youth For Climate »

Vendredi dernier, le 15 mars, à l’appel à la mobilisation internationale Youth For Climate les jeunes de Saint-Étienne (et des alentours) ont largement répondu présents ! Une mobilisation massive avec environ 2000 lycéens, étudiants et même collégiens.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Mobilisation et grève contre la loi « Fonction Publique » et la loi « Blanquer »

RDV à Saint-Étienne, mardi 19 mars 2019. Départ à 10h30 cours Fauriel devant la CCI en direction de la préfecture.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets Jaunes Acte XVIII

Manifestation des Gilets Jaunes samedi 16 mars 2019 à Saint-Étienne. RDV à 14h place du Peuple. Convergence nationale à Paris le même jour.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Rassemblement de soutien au peuple algérien

Pour une Algérie libre, digne et démocratique. Non au prolongement du 4e mandat !
Dimanche 17 mars dès midi place de l’hôtel de ville et à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


Dans la thématique "MOUVEMENT GILETS JAUNES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Acte X : compte-rendu fainéant et futur à demi-mots

Routine des samedis jaunes.
Partir des ronds-points et d’ailleurs.
Discuter. Regarder. Fumer.
Rigoler. Tergiverser.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte X : on s’arrête plus ! Récit en images

La mobilisation ne faiblit pas à Saint-Étienne en ce samedi 19 janvier pour le 10e acte des Gilets Jaunes. Environ 2000/2500 manifestant.e.s étaient présent.e.s d’après nos estimations ; avec notamment un cortège Roannais ayant rejoint les rangs stéphanois !

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Jouer avec l’instabilité du mouvement

Contradictions et piétinement du mouvement des gilets jaunes.


A Lire ailleurs   ANTIFASCISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Héroïsme et my(s)thification

Un texte qui revient sur les ralliements et hésitations des militant.e.s de gauche et anarchistes à propos des gilets jaunes. Il part de l’histoire du boxeur et de l’imagerie insurrectionniste. C’est essentiel de questionner cette adhésion aux images (et aux gestes) qui emporte très vite tout un chacun, en particulier les militant.e.s. Puis il ouvre quelques pistes de luttes émancipatrices.
Merci sauvageries.blog !


A Lire ailleurs   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Conseils à l’attention des personnes blessées par la police et de leurs proches

Après le déchaînement de violence policière de ces dernières semaines à Saint-Étienne et partout en France, il semble pertinent de publier ce petit tutoriel rédigé par le collectif Désarmons-les.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

4-2 Empire (et la répression aussi)

Ressenti personnel sur l’acte IX.

" Il s’est passé quoi ?
Acte IX
Gilets Jaunes
De Jean-Jaurès
À Fourneyron..."


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Chômeur pas chien !

Prise de parole d’un membre du collectif Feignasse au rassemblement devant la Direction Départementale de Pôle Emploi, lundi 14 janvier 2019 à St-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Assemblée des gilets jaunes

Mercredi 16 janvier à 18h30, salle André Chauvy à Unieux (en-dessous de la médiathèque).


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Acte IX des Gilets Jaunes, la répression en marche

C’est de mieux en mieux ! Lors de ce IXe acte des Gilets Jaunes la répression continue à Saint-Étienne avec 28 interpellations et 5 blessés d’après la préfecture (nombre de blessés très discutable).
Entre 2000 et 3000 manifestants ont été comptabilisés avec en face une très forte mobilisation des forces de l’ordre dans toute la ville. Après un début de manifestation plutôt calme, la situation est vite devenue conflictuelle.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / MOBILISATIONS - LUTTES

Le Déchaîné : journal de gilets jaunes de Monthieu, Sainté - N°4

Les vacances sont terminées, les ronds-points sont toujours occupés, les gilets jaunes sont toujours motivés. Lycéennes, lycéens, étudiantes, étudiants, chômeuses, chômeurs, branleuses, branleurs, rats des villes, rats des périphéries, rats des champs. La méga classe en gilet jaune !


A la une...

GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7 à Biarritz : programme du contre-sommet et des mobilisations  

Le sommet du G7, qui réunit les chefs des sept États parmi les plus riches de la planète, se tient à Biarritz du 24 au 26 août, sous la présidence de la France. Plusieurs évènements sont organisés contre cette réunion : des manifestations et rassemblements les 24 et 25 août ainsi qu’un contre-sommet et un village des alternatives du 21 au 23 août.


MEMOIRE
Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté  

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Les EPHAD à Sainté : pris pour des CPOM  

Face à des conditions de travail très dégradées et une impossibilité de s’occuper décemment des résident.e.s, des personnels des Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) stéphanois tentent d’alerter les habitant.e.s et la municipalité. Celle-ci, non contente de rester sourde à leurs appels, les empêche d’exercer leur droit de grève. Laisser crever et faire crever. Un article du Couac paru au printemps 2018.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Ville, métropole et design : qui S.E.M le vent...  

« Il convient de maîtriser l’image de la cité, de la même manière qu’on joue sur celle d’une entreprise pour influer sur sa cotation en bourse. »
Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019 sur notre métropole stéphanoise et le recours au design comme instrument de transformation de la ville.


DROITS SOCIAUX - SANTE
HP : contention et contentieux  

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Gentrifier Sainté ?  

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...


DROITS SOCIAUX - SANTE
L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?  

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


REPRESSION - PRISON
[Lyon] Après la victoire de l’Algérie à la CAN le 19 juillet, la préfecture et les flics font la fête à leur manière  

Alors qu’à Sainté la place Jean Jaurès s’est retrouvée sous les gaz et que la Police concocte tranquillement quelques 400 procès verbaux pour des "infractions au code de la route", à Lyon une fois de plus, les festivités qui suivirent la victoire de l’équipe nationale d’Algérie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ont été réprimées avec violence par les forces de « l’ordre ». Comme le dimanche 7, le jeudi 11 et le dimanche 14 juillet, la détermination policière à restaurer l’ordre républicain et post-colonial a transformé une fête en vaste foire aux gazs lacrymogènes, aux coups de matraque, aux tirs de LBD et même au tir de canon à eau.


REPRESSION - PRISON
Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne  

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Bure : Le bois Lejuc est réoccupé !  

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le 18 juillet à 14h. De nombreuses personnes ont réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au nucléaire et à son monde, industriel, colonial, militaire. Les forces policières qui occupaient jusque là ce lieu stratégique et protégeaient les intérêts de l’Andra ont été contraintes de quitter les lieux. Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt.


LOGEMENT - SQUAT
Nouvelle édition du « squat de A à Z »  

La fameuse brochure écrite en 1999 et régulièrement mise à jour est LE texte de référence pour qui veut participer à l’ouverture de squats en France. Il vient d’être mis à jour pour intégrer notamment les nouveaux textes de loi français.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES
Rencontre avec des membres actifs de l’amicale du Crêt de Roch  

Dimanche 14 juillet a lieu le Bal populaire du Crêt de Roch, organisé par l’association d’éducation populaire Les cris du quartier, en lien avec l’Amicale Laïque du Crêt de Roch. Entretien avec deux membres actifs de ces deux collectifs, publié dans le journal du carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.


MEMOIRE
Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


DROITS SOCIAUX - SANTE
La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne  

Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Avant l’été, communiqué du collectif des occupant’es de la Bourse et après  

Trois mois après le début de la mobilisation pour venir en soutien aux migrant’es sans logement, le collectif fait le point sur la situation en ce début d’été.