Opinions   MOBILISATIONS - LUTTES

Du lard ou du cochon, qui sont les gilets jaunes ?




Ça va faire un mois que l’on danse sur un pied puis sur l’autre. Qu’on veut en être mais que nos bases n’y sont pas. Un mois qu’on ose trop rien dire parce que ce serait rabat-joie ou paranoïaque ou parce que ce serait une tentative de récupération d’un mouvement qui est apolitique. Apolitique vraiment ? Nous pensons au contraire que ce gilet jaune a une couleur, et qu’elle n’est pas la nôtre. On a du mal à comprendre quels seraient les intérêts communs entre un jeune issu de l’immigration et un patron de PME réactionnaire. Alors voilà, on a essayé de dégager quelques pistes pour accompagner ce mouvement de nos désirs et de nos coups-de gueule.


Militant’es politiques depuis une dizaine d’années, on sait ce que veut dire mobiliser des milliers de personnes autour d’idées communes et coordonner des manifs, des blocages, de la propagande. Nous regardons avec circonspection le tumulte actuel depuis notre point de vue marxiste et libertaire. En 2005, nous regardions avec enthousiasme les "émeutes de banlieues" contre Sarkozy et son mépris des populations des quartiers populaires. En 2006, nous avions rejoint les presque 2 millions de personnes dans les rues contre le contrat première embauche. En 2009 puis en 2010 nous avons soutenu les grandes grèves et les blocages de raffineries contre la réforme des retraites comme 3 millions de personnes en France. Puis il y a eu les mouvements contre Macron (Loi pour la croissance en 2015, loi travail en 2016, contre la réforme de la SNCF). Nous avons discuté aux assemblées de "Nuit Debout", nous avons marché aux côté des travailleureuses, des précaires, syndiqués ou non, partisan’nes ou non, fort’es de nos divergences mais tous de gauche, à minima. 

Et puis le 17 novembre 2018, ce sont environ 300 000 personnes [1] qui manifestent contre la hausse du carburant et la politique du gouvernement en général. Cette vague dite "des gilets jaunes" n’a fait que grossir les 3 semaines suivantes. Dubitatifs on a mis du temps à se laisser embarquer par cette vague mais il faut bien admettre qu’on se reconnaît dans les formes d’action (blocage de l’économie, manifestations offensives) et que c’est beau de croiser de nouveaux visages dans les luttes. Alors, oui ! on se retrouve quand même pas mal dans ce qui se passe dans la rue et sur les rond-points ces temps-ci :
- parce qu’il y a une remise en question des dominations de classe,
- parce qu’il y a une remise en question des élites et des médias dominants (partis, syndicats, porte-paroles, etc.),
- parce qu’il y a une volonté de démocratie directe, sans représentant’es, de discuter et de se réapproprier l’espace public.

Un mouvement politique s’il en est

Par contre on n’en peut plus d’entendre que c’est un mouvement apolitique. Si au même moment toutes sortes de personnes décident de défiler dans les rues, à la même date, avec un même mot d’ordre et un gilet de la même couleur, c’est un acte politique puissant, qui répond à des appels et à de la propagande. Dès le début une unanimité gagne la population. Nombre de compagnon’nes de luttes suivent le mouvement, généralement sans drapeau ni slogan. Il est devenu compliqué d’émettre un point de vue critique sur cet engouement. On n’a aucun intérêt à décrédibiliser une lutte sociale mais on tient à garder notre regard politique. A savoir : analyser et participer à ce qui se passe sur des bases de solidarité, d’anticapitalisme, d’antifascisme avec une volonté internationaliste et autogestionnaire.

Quelle est la couleur du gilet jaune ?

D’accord il y a eu la pétition de Priscillia Ludosky en mai dernier puis un réseau de personnes mécontentes sur facebook autour de deux chauffeurs routiers en colère qui traînent sur internet contre la hausse des carburants. Ce sont des gens qui ne semblent pas affiliés à un quelconque parti ou mouvance politique. Mais c’est avant tout cette affiche bleu-blanc-rouge d’appel à un rassemblement le 17 novembre, signée par le simple mot-clef : #lafranceencolere qui fera décoller la mobilisation. Et c’est tout de même la vidéo d’un militant du parti de Nicolas Dupont-Aignan vue plus de 4,4 millions de fois, qui fera vraiment prendre la sauce.

Cet appel du #17 novembre, ce qu’on appellera plus tard l’Acte 1, a été lancé en plein débat sur les budgets 2019 lors duquel le rassemblement national défendait la "suppression du tarif réduit de taxe intérieure de consommation sur le gazole non routier" [2]. Il sera massivement relayé sur les réseaux sociaux par des personnages politiques d’extrême-droite. Une affiche, une couverture très efficace sur les réseaux sociaux, des soutiens de personnages influents et un calendrier politique au poil : on peut se poser des questions sur le caractère soi-disant apolitique et spontané de cet élan populaire.

Et puis à regarder de plus près qui soutient activement ces manifs sur la toile et dans les médias, on ne trouve pas une seule figure fréquentable. 

Par exemple Nathalie Germain, personnage très présent depuis le début, la déléguée à la communication numérique du Rassemblement National Isère est un exemple. Elle se présente comme "En soutien total pour MARINE LE PEN" [3] et, forte de ses 290 000 comptes qui la suivent sur facebook (ce chiffre a augmenté de +91% ce dernier mois [4]), elle était une des grands soutiens du mouvement dès le début. 

Et puis dans la rue aussi les groupuscules nationalistes et identitaires sont présents partout. Bien sûr nous ne cracherons jamais sur une augmentation du SMIC et des retraites, sur des impôts sur la richesse ou de la démocratie directe. Mais pour nous le terrain social n’est rien s’il ne s’inscrit pas dans une recherche de l’émancipation de toutes et tous. Il suffit que ces revendications sociales légitimes soient accompagnées par celles-ci [5] :

37- Suppression de l’accord de l’ONU signé à Marrakech le 10 décembre 2018.
38- Fin de la gratuité des soins aux personnes d’origine étrangère en situation irrégulière.
39- Diminution drastique de l’immigration sur le sol Français. 
40- Suppression des aides sociales pour les familles des enfants placés sous l’autorité du conseil départemental.

pour que l’on soit sûr’es que le mouvement n’est pas ici sous-tendu par des idées internationalistes ! Bah oui, les jeunes du GUD, illes ouvrent aussi des squats pour les SDF, mais on ne le fait pas pour les mêmes raisons !

Et puis dans les mots d’ordre qu’on entend beaucoup, il y a soudain cette histoire de RIC. L’acte I, c’était les taxes sur le carburant, puis l’acte II la démission de Macron, ensuite il y avait l’ISF et l’augmentation du SMIC et tout d’un coup, acte V on se ballade tout’es derrière des banderoles RIC, on tague pour le RIC [6]. Les slogans fusent et changent vite mais ne sont toujours pas plus en adéquation avec la vision du monde que l’on défend au quotidien.
Et ce RIC, qui est sur beaucoup de banderoles depuis la semaine dernière justement, qu’est ce que c’est ?
Yvan Bachaud [7] est un des personnages principaux de soutien à ce mouvement des gilets jaunes depuis le début. Candidat à de nombreuses élections depuis 2012, ce dentiste s’est fait le héraut du RIC (le referendum d’initiative citoyenne). D’obédience très clairement à droite, il est influencé par Etienne Chouard [8] et le réseau Voltaire. Son programme est un mélange classique de socialisme et d’anti-système (plus de pouvoir au peuple grâce au RIC, droit à euthanasie, contre les élites...). 

C’est en 1993, qu’Yves Bachaud dépose l’association "Rassemblement National d’Associations pour le Référendum d’Initiative Populaire (RNARIP)", qui changera de nom plusieurs fois pour devenir le "Rassemblement d’Initiative Citoyenne". L’objet de l’association domiciliée à son adresse est de promouvoir le RIC et elle est ouverte à "Toute personne qui approuve l’objet social d’Article3 et est prête à manifester" [9].

C’est le site de l’association Article 3 qui recense les soutiens au projet RIC et quand on regarde les personnes morales qui ont adhéré, en vrac on trouve : Uni, Les 4 vérités, UPR, riposte laïque, club de l’horloge, l’ami public, Énergies démocrates, Pays réel... [10]. Bref, beaucoup de lobbyistes d’extrême-droite, qui militent "hors partis" depuis des années. Cette même page précise : « le RIC ne remet pas du tout en cause le principe de la démocratie représentative », c’est parlant [11]. Alors oui, il n’y a pas que des trucs de droite qui soutiennent l’idée d’un referendum populaire puisque ça fait plus de 10 ans que tous les partis essaient de récupérer cette idée, n’empêche que c’est pour eux qu’on promène des banderoles « RIC ».

On le sait bien, les idées défendues par l’extrême-droite ont largement débordé le parti du Rassemblement national, en fallait-il une preuve de plus ? Dès la troisième semaine des syndicats de policiers appelaient à rejoindre les gilets jaunes [12]. Et, bien sûr ce sont les flics qui ont obtenu les meilleures victoires (+120 à +150 euros net sur leur salaire après une seule pauvre journée de service minimum) [13]. Quand l’État casse le peuple, il augmente les keufs : normal.

Alors jusqu’où la convergence ?

Zaïzaïzaï, bande déssiné de Fabcaro aux éditions 6 pieds sous terre

Quel temps on passe à se poser la question de la convergence (avec des flics !?) plutôt qu’à défendre nos luttes ! Soyons clair’es, il n’y a pas d’intérêts de classe communs entre un patron de PME et un « jeune de banlieue ». Et dans ce marasme qui prétend être apolitique, il est temps de prendre une position claire.

Et ce n’est par hasard si le mouvement nous rend confus : les mots le sont. Par exemple : « élites » vs « petit peuple » (plutôt que "capitalisme" vs "prolétaires"), discours à priori audible dans une perspective marxiste (voir les sociologues Pinçon-Charlot qui défendent le mouvement) mais tellement repris par la gauche, la droite, l’extrême-droite, l’extrême-gauche, les royalistes, vichystes, etc. que ça ne veut plus rien dire. Par exemple, le site d’extrême-droite Polémia prône une « nouvelle lutte des classes » autour de la dualité élites vs peuple. Élites qui mettraient le peuple en insécurité « culturelle et identitaire "du fait du Grand Remplacement migratoire , de l’Islamisation et de la déconstruction "sociétale" des mœurs" [14].

La définition du site pour "sociétale" vaut des points : « Il s’agit en fait d’un oxymore car ces réformes ont justement pour objet l’individuation radicale et la destruction de tout ce qui fait société. Le terme sociétal est destiné à faire oublier qu’à droite comme à gauche on a abandonné le social : parce que la gauche a abandonné le peuple et parce que la droite réduit le social à l’humanitaire et à la philanthropie ». Ouais, ok pour le constat mais c’est pas pour ça que leur pseudo lutte des classes est contre le capitalisme, pour la solidarité ou l’autogestion.

Quand on milite avec tel syndicat ou association, on sait les points d’accords et de désaccords. On ne joue pas avec le feu à prendre des risques de fous dans des actions sans savoir ce qu’on défend. Au contraire, nos bases sont solides et définies même si parfois ça veut dire s’organiser avec moins de monde qu’on ne l’aimerait. C’est important pour éviter les récupérations et le confusionnisme. Ici, quelle est la base commune pour s’engager dans ce mouvement ? Quelles revendications ? Quelle idée politique ? La tête à Macron ? Le ric ?

Après, être dans le mouvement en tant que militant’e et tenter de ne pas le laisser à l’extrême-droite et aux autoritaires en tous genres, ok ! Et on voit bien qu’il y a de belles actions et revendications sur certains rond-points ! Bien sûr on a envie d’en être, mais l’histoire s’écrit au jour le jour, et chacun’e doit écrire la sienne dans un contexte donné.
Nous regardons l’histoire récente, ce qui se joue en France, en Europe et dans le monde. La montée des nationalismes réactionnaires et ce qui s’est passé en Italie ces dernières années avec le mouvement 5 étoiles par exemple [15]. Puis dans l’Histoire moins récente : les pires gouvernements ont souvent été plébiscités par des référendums ou des votes populaires.

Les grandes émotions populaires nous font vibrer et nous émancipent quand elles s’attaquent aux dominations, mais nous font froid dans le dos si le seul lien qui relie les gens est d’être français. Si on ne se débarrasse pas radicalement de l’élan nationaliste de ce soulèvement populaire, le pan social ne sera jamais le nôtre.
Comment les personnes révolté’es qui se retrouvent dans la rue en ce moment tireront partis de la lutte pour elles-mêmes ? Nous ne connaissons pas l’issue des instants et

Nous savons qu’il est impossible d’aller au fond de nos désirs, qui sont littéralement sans fond. En même temps, nous n’éprouvons aucune difficulté à admettre que nous avons un idéal. [...]
Nous sommes pour l’entr’aide, parce que nous savons que l’équité ne suffit pas si elle n’est pas accompagnée d’un sentiment de solidarité conscient et volontaire. Contrairement au modèle libéral qui voit dans la liberté de l’autre une limite à la sienne, nous sentons que notre liberté s’étend à l’infini à travers la liberté des autres. Contrairement au communisme autoritaire, nous savons que l’égalité est la sœur du despotisme si elle n’est pas l’espace dans lequel exprimer les différences individuelles.

Oui, mais au fond qu’est ce que vous voulez, depuis la prison de Trento, février 2003 [16]

[1Il est difficile ici de comparer des chiffres, autant pour les mouvements cités plus haut nous utilisons les chiffres des syndicats plus fiables grâce au comptage par ligne, autant pour le mouvement des gilets jaunes les seuls chiffres disponibles sont ceux du ministère de l’intérieur.

[2Le projet de loi budgétaire a été débattu du 14 septembre 2018 puis adopté le 20 décembre 2018

[5Comme ici à Bar-le-Duc, ou dans le communiqué qui a été distribué aux médias et au gouvernement que l’on peut lire ici.

[6« Le RIC ou la vie » en référence à une chanson populaire de la Ricamarie, ville rouge près de Saint-Étienne pendant la manif du 16 décembre

[7son site internet officiel qui présente en ce moment une vidéo d’Etienne Chouard en première page : http://www.ric-france.fr/

[8pour plus d’infos sur ce personnage lire cet article de mediapart

[9Site internet officiel de l’association : https://www.article3.fr/association...

[11Pour une analyse des dangers de la démocratie semi-représentative voir [cet article du site la rotative→https://larotative.info/le-piege-du...

[12"Les revendications portées par le mouvement des gilets jaunes nous concernent tous. Il est temps de s’organiser légalement et d’être solidaire avec eux, pour l’avantage de tous." Mercredi 5 décembre, le syndicat VIGI ministère de l’Intérieur

[15Voir l’article de https://rebellyon.info/Les-Gilets-j... et l’interview de Leonardo Bianchi dans Courrier International



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Mouvement des gilets jaunes : sommaire des articles publiés sur notre site

Nous recenserons dans cet article toutes les publications que nous avons reçues à propos des gilets jaunes. Continuons à abreuver le site d’analyses critiques et de récits enthousiasmants de ce mouvement ! (Article mis à jour).

Mise à jour :



Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

A Lire ailleurs   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Ça bouge toujours au Centre de Rétention du Mesnil Amelot : communiqué d’un groupe de prisonniers

Depuis le 8 janvier, la lutte dans le centre de rétention de Mesnil Amelot est devenue plus collective. D’abord au CRA2 avec une grève de la faim suivie par presque l’ensemble des bâtiments (plus de 80 personnes) pendant 3 jours. Avec aussi régulièrement des communiqués, des tentatives de lutter contre les déportations par vols cachés et les violences policières.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte XIII. Récit en image.

Pour cet acte 13, environ 1000 (voire 2000, ndr) manifestants sont partis de Place du Peuple puis se sont rendu respectivement à Bourse du Travail, Place Chavanelle, Jean Moulin, Châteaucreux, Boulevard Jules Janin, et Carnot.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

ACTE XIII des Gilets Jaunes : (g)rêvons !

Si nous allons manifester samedi de Monthieu à la place du peuple, et puis de là jusqu’après, c’est pour plein de bonnes raisons, et toutes celles qui iront avec ! Rond point de Monthieu à 13h puis Place du Peuple à 14h puis jusqu’à ce qu’on nous entende !


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Grève générale et manifestation : récit à plusieurs mains de la journée du 5 février à Sainté

Plus de 3000 personnes dans les rues de Saint-Étienne mardi matin. Gilets jaunes et syndicalistes ont défilé ensemble contre l’austérité et l’arrogance. Le cortège de la manifestation est parti de la place de l’hôtel pour se terminer devant le siège du Medef. Récit de la journée en image.


Opinions   CAPITALISME - GLOBALISATION / MOBILISATIONS - LUTTES

Ami.es Gilets Jaunes

Bref appel à l’adresse des gilets jaunes d’ici ou d’ailleurs...
« Amis GJ, je communique ici à l’écrit ce que certains d’entre nous pensent, en qualité de GJ mobilisés depuis le 17 novembre. (...) »


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XII

Manifestation samedi 2 février, 13h au départ du rond-point de Monthieu et 14h place du Peuple. « Nuit jaune » à 20h place Jean Jaurès.


National   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Le 22/01, journée nationale de la psychiatrie... et après ?

Le 22 janvier 2019 avait lieu la journée nationale de la psychiatrie. Cette mise à l’honneur le temps d’une journée ne doit cependant pas faire oublier les mobilisations et revendications portées depuis près d’un an.


National   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Quelles luttes dans nos montagnes ?

Samedi 2 février 2019 à 15 heures au « Jusqu’ici » à Lyon
Les États multiplient les projets permettant aux marchandises/capitaux/touristes de traverser les montagnes. Des lignes THT aux lignes TGV en passant par les tunnels autoroutiers, ces infrastructures sont imposées à grand renfort de milliards et les chantiers sont protégés par les forces de l’ordre.
En montagne, les touristes affluent du monde entier : stations de ski high tech, tourisme vert, sports extrêmes ou activités familiales permettent de bétonner à tout va la montagne, de détourner l’eau pour fabriquer de la neige artificielle...


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Brève] Occupation du Pôle emploi d’Andrézieu

Ce mercredi 30 janvier, la plateforme de contrôle des privés d’emploi d’Andrézieux-Boutheon est occupée par les privés d’emploi du Comité national CGT Chômeurs précaires. Occupation en cours !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

[Brève] Évacuation et destruction des Ronds-points de Monthieu, Méons et Firminy

Depuis ce matin 7h, une horde de CRS en armure escortent les pelleteuses qui détruisent les lieux de vie construits par les gilets jaunes depuis plus de deux mois. Une assemblée générale aura lieu ce soir, mercredi 30 janvier à l’amicale de la Richelandière (Saint-Étienne) à 18h30.


Dans la thématique "MOUVEMENT GILETS JAUNES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manif gilets jaunes (acte VIII) et rassemblement contre les violences policières

Appel à manifestation pour l’acte VIII des gilets jaunes à Saint-Étienne samedi 5 janvier et appel à rassemblement contre les violences policières dimanche 6 janvier.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

#Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 19 décembre à Saint-Étienne

Mercredi 19 décembre au Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne, trois personnes devaient être jugées en comparution immédiate suite à l’acte V de la manifestation des gilets jaunes du samedi 15 décembre. Seul une personne a finalement été jugée, les deux autres - en attente de jugement - ayant été placées sous contrôle judiciaire. Ce samedi-là, 53 manifestant.e.s avaient été arrêté.e.s, dont 41 gardé.e.s à vue, qui s’ajoutent au compteur ahurissant des interpellations depuis plusieurs semaines, entre mouvement des GJ et mouvement lycéen.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

« Mais il est où ce contrat ? On se disperse et on se retrouve ! » Sainté, sixième acte.

Récit de la manifestation des gilets jaunes du 22 décembre à Saint-Étienne.
Le rendez-vous hebdomadaire est cette fois donné sur le parking du Zénith. Toujours plus loin du « cœur de ville » perdriesque. Quand on arrive, un petit groupe de gilets jaunes est perplexe « qu’est ce qu’on fait ici ? Moi je ne le vois pas aujourd’hui celui qui a lancé cette idée ! ». Grosse ambiance (...)


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

[Brève] Les gilets jaunes de Firminy obtiennent un 13e mois pour les travailleur.ses du Leclerc

Et hop, après un mois de blocage la direction du supermarché Leclerc de Firminy négocie avec les gilets jaunes. Manifestement à cran, le gérant les supplie d’abandonner leurs actions.


Opinions   MOBILISATIONS - LUTTES

Aux gilets jaunes

Lettre ouverte d’une personne qui a passé du temps sur les rond-points de Haute-Loire aux gilets jaunes rencontrés.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte V : tout Sainté ou rien. Récit de la manif du 15 décembre

15 Décembre 2018 : un samedi festif et revendicatif.
Récit subjectif de quelques personnes ayant vécues l’acte V stéphanois, du rond-point de Monthieu au Soleil, via jules Janin.

Mise à jour :


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe

Un gouvernement qui ne parvient pas à écraser un mouvement de contestation dans l’œuf dispose de plusieurs outils pour le circonscrire et l’étouffer s’il menace de tenir, voire de s’étendre. Au bout de cette chaîne répressive, il y a les tribunaux. Récits de quelques audiences de gilets jaunes et quelques conseils pour mieux faire face à la Justice par l’équipe du journal l’Envolée.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Au charbon, debout la fange : texte de gilets jaunes de Sainté

Un appel des gilets jaunes de Monthieu à venir soutenir leur action de blocage dans les jours qui suivent suite à une rumeur apparemment fondée d’une probable expulsion du rond-point. Suite à la manif de samedi, plusieurs camions de GM et voitures de police stationnaient devant le rond-point et le parking du Géant. Nous le publions en regard d’un autre, publié sur Radio vostanie qui, appelle, au contraire à ne pas converger avec les mouvements populistes.


A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES

Le point de convergence qui vient ne semble pas être le nôtre

Texte critique sur le mouvement des gilets jaunes, il analyse les revendications qui émergent. Les ambiances incroyables et réjouissantes que l’on peut vivre dans la rues ne doivent pas nous empêcher de rester vigilant’e sur le fond. Nous avons trouvé que ce texte peut y contribuer.
« Car ce n’est pas la tête de Macron ou de telle autre marionnette particulière au service des intérêts de la bourgeoisie que nous voulons »


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte IV : Sainté scintille

Acte IV de la manifestation des gilets jaunes à Sainté. Des gilets jaunes, des sans-gilets et beaucoup de rage. Cinq mille personnes arpentent le centre-ville. Récit à chaud d’une journée de mobilisation par des Stéphanois-e-s.

Mise à jour :


A la une...

LOGEMENT - SQUAT
Logement : pas de repos sur Les Lauriers  

Si le rejet par le tribunal de l’expulsion de la Poste à Solaure a donné un peu de répit à ces personnes à qui l’on refuse l’accès à un logement, il n’en demeure pas moins qu’elles sont contraintes, ici comme ailleurs, de vivre dans un squatt. Rencontre avec un de ceux qui slaloment entre les squats, la rue et l’hébergement d’urgence (article paru initialement dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019).


MEMOIRE
Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles  

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Débat « Démocratie, représentation, peuple. Comment la contestation des Gilets jaunes (re)définit ces termes ? »  

Le mouvement des Gilets jaunes dure depuis plus de six mois. Cette mobilisation pose de profondes questions sur le fonctionnement du système démocratique en France et sur ses fondements mêmes. Débat avec Samuel Hayat et les Gilets jaunes à l’Amicale laïque de la Richelandière (82 rue de la Richelandière), mercredi 12 juin 2019 à 19h.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


REPRESSION - PRISON
Ambert : Silence obstiné et contrôle acharné (et inversement)  

Cela fait maintenant un an que deux personnes sont inculpées et placées sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une instruction criminelle, accusées d’avoir tenté de brûler un véhicule d’Enedis à Ambert en juin 2017. Ce CJ les empêche notamment de rentrer en contact l’un avec l’autre ainsi qu’avec 5 autres personnes, les contraint à ne pas quitter le département et à pointer deux fois par semaine.


LOGEMENT - SQUAT
Une expulsion rejetée comme une lettre à la poste  

Le 14 mai, dans la boîte aux lettres de l’ancienne poste de Solaure est arrivé un courrier, plus précisément une requête cachetée du sceau de la commune de Saint-Étienne. La présente convoquait l’occupant officiel des lieux à une audience au tribunal administratif de Lyon le 24 mai 2019. Récit du procès.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Pétition contre l’installation de micros  

Une pétition est lancée contre l’installation de micros dans le quartier Tarentaize-Beaubrun-Couriot. Le texte est reproduit ici, et la pétition téléchargée pour signature.


LOGEMENT - SQUAT
Pas d’expulsion à Solaure ! Conférence de presse et rassemblement  

Ce mardi 4 juin, appel à rassemblement place Jean-Jaurès à 17h30 pour une conférence de presse à propos du droit au logement pour tou.te.s et de la situation des personnes en demande d’asile à Saint-Étienne.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le Couac n°7 est sorti !  

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Luttes en Grèce - Rencontre avec des membres de Rouvikonas  

A l’occasion d’une tournée en France et en Belgique, des militants de Rouvikonas viendront à Saint-Étienne, au lieu autogéré La Dérive (91 rue Antoine Durafour) le mercredi 5 juin à 19h.
Comment résister face au durcissement des régimes politiques en Europe ? Comment sortir du capitalisme et de la société autoritaire ? Sur quelles bases créer des convergences de luttes ? Que propose Rouvikonas ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et la Safe City  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019. Un « atelier numérique Google » va s’installer à Saint-Étienne, sans doute à l’angle de la place Jean Moulin et de l’avenue de la Libération (ex Royal). Au-delà du barnum organisé autour de cette arrivée par G. Perdriau et J.M. Mis, député LREM, que peut bien signifier cette installation, ainsi que l’annonce de Serenicity, dispositif d’écoute sonore de l’espace public ?


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La jeunesse, mobilisée pour le climat et réprimée  

Retour sur la seconde mobilisation à Saint-Étienne le 24 mai suite à l’appel international Youth For Climate : une belle mobilisation mais une répression policière inattendue et scandaleuse !


FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Manifestation pour sauver le climat et le droit d’asile  

Samedi 25 mai - Mobilisation européenne #STOP DUBLIN*
RDV à partir de 10h à la Bourse du travail.
Marche pour le droit d’asile et pour le climat.
À midi : partage de pique-nique et prises de paroles au parc du Puits Couriot.
Et aussi, de 13h à 17h après-midi partage place de l’hôtel de ville : lectures et goûter sont prévus (n’hésitez pas à amener des textes qui vous semblent cohérents).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.