Opinions   REPRESSION - PRISON

Ecologie du terrorisme




Quelques notions sur l’emploi par les États et l’Empire-marchand dans son ensemble de la notion de terrorisme. Par le comité A.E.C.


De la démence exotique

La situation présente, en France comme un peu partout ailleurs dans le monde, a tout d’une bâtisse en chute libre dont nous sommes prisonniers, et qui ne nous laisse plus guère que deux espèces d’évasions possibles : mourir sous les décombres – comme à Marseille [1] – ou sortir par le haut – comme s’efforcent de le faire ici ou là un nombre toujours grandissant d’insurgés. En attendant, l’évidence veut qu’une telle chute n’en finisse plus de multiplier aussi les déficients mentaux, dont les plus visibles se présentent généralement au cœur du spectacle médiatique en tant qu’inébranlables commentateurs quotidiens de ladite chute – qu’ils soient journaleux sociologues philosophes ou politicards – et les moins visibles en tant que terroristes ou prétendus tels – qu’ils soient islamistes ou simples homicides sans religion. Pour le dire autrement, cette société pseudo-démocratique et réellement impérialo-marchande, dont plus personne n’ose vanter les mérites sans cligner de l’œil, génère elle-même, de par sa misère propre, les seconds, et elle paye les premiers afin qu’ils en interprètent mensongèrement l’existence : il n’est pas nécessaire en effet qu’un acte dit « terroriste » soit le résultat d’un complot d’État pour que l’emploi médiatico-politique qui en est fait soit quant à lui parfaitement indécent et manipulateur.

Toute civilisation criminelle a besoin d’un effroyable ennemi face auquel elle ne pourra manquer de passer pour plus acceptable, raisonnable, et bien entendu démocratique ; le terroriste est présentement cet ennemi idéal. C’est pourquoi le spectacle s’empresse toujours bientôt d’enfermer dans cette catégorie quiconque porte atteinte à une vie humaine dans nos rues, en particulier si il est musulman, puisque assurément, pense-t-on, on y gagnera toujours à accorder quelque exotisme à l’affaire. L’exotisme a ceci de spécifique en effet que, si il peut être encore assez souvent d’une grande valeur aux yeux de l’homo-marchandise en vacances à l’étranger, il est assez aisément perçu comme un danger aux yeux de ce même homo-marchandise dès lors qu’il se présente à lui dans les rues de sa propre cité. L’importante médiatisation de l’imbécile théorie du « grand remplacement », dont les vieilles têtes de cadavres – Camus, Houellebecq et Zemmour, entre autres – sont les apôtres dévoués, en atteste suffisamment. Ce n’est jamais tant toutefois l’origine réelle dudit terroriste qui importe, que la catégorie artificielle dans laquelle peut l’enfermer la sémiotique impérialo-marchande qui, dans le cas qui nous occupe, n’est guère plus que le langage policier du signalement officiel, où le tueur de masse déficient mental devient islamiste et l’inepte raciste devient ultra-droitiste, mais aussi où l’opposant politique quelque peu conséquent devient gauchiste voire parfois islamo-gauchiste, et l’insurgé conscient un casseur, un pillard ou un ultra-gauchiste dès lors qu’il passe pour plus organisé. Aussi l’Empire-marchand fait-il régulièrement entrer tout ce petit vocable « exotique », simultanément ou non suivant des nécessités stratégiques qui lui sont propres, dans la catégorie fourre-tout des « individus appartenant à une association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ».

De l’intelligence exotique

Il est notable, en particulier, que dans les temps où manquent les névrotiques massacreurs de passants, le spectacle – qui n’ignore plus qu’il ne se maintient que par la peur tant il lui est devenu impossible de se faire aimer – tend à engeôler plus promptement que de coutume dans le fourre-tout susdit une bonne part de ce qui se présente à lui comme une intelligence antagoniste. L’affaire dite de Tarnac en a suffisamment témoigné en 2008. Mais c’est que le terrorisme seul, aux yeux en tout cas de n’importe quel État spectaculaire-marchand, a pour lui d’être assez horrifiant pour justifier l’instauration de lois toujours plus liberticides et sécuritaires, de même qu’une présence policière, voire militaire, sans cesse renforcée : ce qui exige d’être anticipé même par beau temps, l’orage, se doit de l’être plus préventivement encore lorsque le vent se lève, et l’effroi qu’inspire le terroriste trouve justement son prolongement quotidien dans l’omniprésence militaro-policière et son haut potentiel de violence, et ce d’autant plus que la police ne se distingue guère du terrorisme autrement que par la légalité accordée à la violence de ses actes. C’est d’ailleurs pourquoi partout l’existence de l’un vient toujours intensifier et garantir l’existence de l’autre, et vice versa. C’est aussi pourquoi, nous l’avons vu, face à la trop longue absence de meurtriers mentalement déficients – du malheureux ayant soudain pété une durite au profond névrosé tueur de masse en passant par le djihadiste authentique – les services de l’État se devront toujours d’inventer une quelconque cellule ou mouvance terroriste au sein de leurs opposants politiques réels. Ainsi le complotisme du pouvoir en place, bel et bien véritable ici, espère-t-il assez souvent de faire d’une pierre deux coups, d’abord en justifiant et réaffirmant par là sans cesse la nécessité de mettre en œuvre une logique policière et sécuritaire implacable, ensuite en se débarrassant, ne serait-ce que provisoirement, de ses opposants les plus conséquents – qu’à la fin de tels opposants puissent lui faire perdre la face dans un tribunal ou ailleurs lui importe peu ; la calomnie reste, son renversement dans la déconfiture s’oublie [2].

De l’intello-démence exotique

Mais le concept de terrorisme est si ouvert, si englobant, du moins dans l’usage qu’en fait l’Empire-marchand, qu’il offre à la sémiotique policière de pouvoir si besoin est, de n’en forclore pour ainsi dire personne. Aussi la quantité peut-elle s’étendre à l’envi de ces vocables exotiques utilisés afin de provoquer l’inquiétude, et justifier diverses restrictions dans l’existence des personnes abstraitement réduites à ces derniers – de l’interdiction de manifester, par exemple, à l’assignation à résidence. L’apparition d’un vocable particulier dans le champ médiatico-policier dépend évidemment de l’état de la situation à laquelle est confronté le pouvoir : là où l’opposant à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou à l’enfouissement de déchets nucléaire à Bure sera qualifié d’éco-terroriste ou de djihadiste vert, le saboteur de flux économiques sera quant à lui affublé, plus légèrement si on veut, du titre d’anarcho-autonome ou de membre d’une cellule invisible à caractère terroriste. Nous en passons, puisque de toutes façons tout confine ici inlassablement à inventer de nouvelles catégories ayant à répondre à des menaces mouvantes, réelles ou prétendues telles, mais quoi qu’il en soit selon nous très rarement terroristes au contraire de ce que le spectacle veut laisser entendre à travers elles ; la terreur est toujours d’État : elle naît essentiellement de ceci qu’en assujettissant une ou plusieurs personnes à l’une des catégories abstraites susdites, ce dernier les rend « étranges » et par là même dangereuses aux yeux de la majorité, et légitime ainsi l’instauration de tous les dispositifs de l’épouvante sécuritaire consacrée au contrôle de toutes et tous – la misère de notre époque veut que le terrorisme et l’anti-terrorisme soient les deux faces d’une même monnaie qui vise à mettre à bas la liberté.

De la possible infortune de l’exotisme

Mais parce qu’aucun État ne peut s’offrir d’enfermer une part trop importante de sa population dans la catégorie générale du terrorisme, le mouvement des gilets jaunes en France a montré une limite à sa sémiotique policière. Aussi a-t-il dû se contenter longtemps d’essayer de diviser celui-là en essayant de séparer le bon grain de l’ivraie parmi les révoltés, en opposant le bon gilet jaune au vilain casseur-pillard, et ce toutefois sans pouvoir faire même de ce dernier un terroriste, à cause du trop grand nombre des premiers ayant pris l’habitude de côtoyer les seconds, et surtout parce que les rôles sont bientôt devenus fort souvent interchangeables à l’intérieur du mouvement. Pour le dire simplement, la multiplication des rencontres entre les uns et les autres sur le terrain de l’émeute, qui tend à abolir dans l’action les exotismes abstraits du spectacle, a tôt fait pour beaucoup de reléguer les peurs au loin, et a contraint l’État à se retirer sur une position plus défensive à partir de laquelle il a dû montrer son vrai visage, réellement répressif et violent, véritablement terroriste. N’étant cependant pas à une absurdité près, la start-up-nation n’a pas manqué d’englober rapidement tout un chacun dans une conception élargie du management autoritaire. Si nous n’y trouvons plus la notion de terrorisme – celle-ci réapparaîtra bientôt de l’extérieur du soulèvement populaire, à Strasbourg, sous la forme habituelle du déficient mental tueur de rue [3] -, l’accusation très souvent préventive de « participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations » garde néanmoins tout le flou nécessaire à une entreprise de dissuasion/répression susceptible de toucher le plus grand nombre. Autrement dit ici aussi l’État a cru bon de bricoler sa loi à partir du dispositif antiterroriste qu’il n’a cessé de développer ces dernières années, dispositif dont le flou est l’une des principales caractéristiques et dont l’objet a toujours été l’écrasement de la révolte et des mouvements sociaux dans leur ensemble.

Dans l’Empire-marchand, les dominants, parce qu’ils n’ignorent pas l’illégitimité totale de leur position, sont d’une paranoïa telle qu’elle ne leur offre pas d’envisager celles et ceux qui leur sont socialement inférieurs autrement que comme des ennemis à contenir, ou des terroristes à abattre ; l’abc de la liberté veut que nous visions leur chute et plus encore celle de tous les dispositifs de notre asservissement, dont le terrorisme/antiterrorisme est un parfait exemple.

Léolo, le 17 décembre 2018

Comité A.E.C.

[1Le 5 novembre 2018, à Marseille, plusieurs immeubles de la rue d’Aubagne s’effondre à cause de leur vétusté, tuant huit personnes.

[2Le procès de l’affaire dite de Tarnac fut à cet égard exemplaire, puisque les accusés et leurs avocats ridiculisèrent presque tout du long l’accusation comme la DGSI. Qui, toutefois, en aura été authentiquement informé, et, le cas échéant, aura su en tirer les conclusions qui s’imposent concernant le terrorisme et son revers l’antiterrorisme.

[3Le 11 décembre 2018, à Strasbourg, alors que la révolte des « gilets jaunes » fait grand bruit depuis plusieurs semaines, un homme armé fait feu sur le marché de Noël et tue cinq personnes. Le petit monde médiatico-politique parle presque aussitôt d’attentat terroriste islamique.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

A Lire ailleurs   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Communiqué des prisonniers du centre de rétention de Oissel : fin des violences policières et fermeture du CRA !

Dans tous les lieux d’enfermement la violence est quotidienne. La prison pour étrangèr.e.s de Oissel près de Rouen, est un de ces laboratoires d’expérimentation de la répression.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

#Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 19 décembre à Saint-Étienne

Mercredi 19 décembre au Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne, trois personnes devaient être jugées en comparution immédiate suite à l’acte V de la manifestation des gilets jaunes du samedi 15 décembre. Seul une personne a finalement été jugée, les deux autres - en attente de jugement - ayant été placées sous contrôle judiciaire. Ce samedi-là, 53 manifestant.e.s avaient été arrêté.e.s, dont 41 gardé.e.s à vue, qui s’ajoutent au compteur ahurissant des interpellations depuis plusieurs semaines, entre mouvement des GJ et mouvement lycéen.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Témoignage vidéo du lycéen grièvement blessé à l’oeil par un tir de la police à Vénissieux

Ramy, le lycéen grièvement blessé à l’oeil lors d’une manifestation lycéenne à Vénissieux sera entendu par la police des polices lundi prochain. Il dit avoir été touché par un flash ball. Une plainte a été déposée pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une infirmité permanente ».


National   EXPLOITATION ANIMALE / REPRESSION - PRISON

[Lyon] Cantine et soirée de soutien aux activistes antispécistes inculpé.e.s

Alors que la répression s’intensifie contre le collectif antispéciste 269 Libération Animale, retrouvons-nous pour une soirée de soutien : venez découvrir ce qu’on fait et pense, manger, boire un verre, échanger, et pourquoi pas s’organiser face à la répression.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Communiqué des huit inculpé.e.s de la loi travail

Le jeudi 7 mars 2019 aura lieu au Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne, l’audience où nous serons jugé-es pour des faits en lien avec le mouvement contre la Loi Travail du printemps 2016. Nous sommes accusé-es de dégradations que nous aurions commises lors des manifestations de ce mouvement.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe

Un gouvernement qui ne parvient pas à écraser un mouvement de contestation dans l’œuf dispose de plusieurs outils pour le circonscrire et l’étouffer s’il menace de tenir, voire de s’étendre. Au bout de cette chaîne répressive, il y a les tribunaux. Récits de quelques audiences de gilets jaunes et quelques conseils pour mieux faire face à la Justice par l’équipe du journal l’Envolée.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

SORTEZ COUVERT-E-S

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... Réduisons les risques !
Quelques conseils et un contact.


Saint-Étienne et alentours   EXPLOITATION ANIMALE / REPRESSION - PRISON

6 mois de prison requis contre deux activistes antispécistes : récit d’un procès et appel à la mobilisation

Le procès de 7 activistes ayant bloqué l’abattoir de Roanne le 5 février 2018 eu lieu le 19 Novembre. Le procureur a requis 6 mois de prison ferme contre les deux fondateurices de l’association 269 Libération Animale. Illes sont accusé.e.s d’être les « complices instigateur.e.s » de l’action. Ce texte est un récit du procès en terre spéciste, entre légitimation de la violence sur les autres animaux, et analogie entre activisme et terrorisme.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rassemblement de soutien aux récent.e.s inculpé.e.s devant le palais de justice

Mercredi 12 décembre à 13h30 devant le palais de justice.
Des comparutions immédiates auront lieu au tribunal de Saint-Étienne à partir de 13h30. Nous appelons les stéphanois·e·s à venir en nombre pour soutenir les interpellé·e·s !

Mise à jour :


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Des nouvelles de Loïc Citation - G20 de Hambourg

Loïc Citation, militant contre les grands projets inutiles à Bure et ailleurs, fait partie des personnes ayant subi une violente répression depuis des années. Il est actuellement emprisonné en Allemagne, soupçonné d’avoir participé au contre-sommet du G20 à Hambourg. Un procès fleuve contre les activistes de ce contre-sommet s’ouvre le 18 décembre.


A la une...

GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7 à Biarritz : programme du contre-sommet et des mobilisations  

Le sommet du G7, qui réunit les chefs des sept États parmi les plus riches de la planète, se tient à Biarritz du 24 au 26 août, sous la présidence de la France. Plusieurs évènements sont organisés contre cette réunion : des manifestations et rassemblements les 24 et 25 août ainsi qu’un contre-sommet et un village des alternatives du 21 au 23 août.


MEMOIRE
Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté  

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Les EPHAD à Sainté : pris pour des CPOM  

Face à des conditions de travail très dégradées et une impossibilité de s’occuper décemment des résident.e.s, des personnels des Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) stéphanois tentent d’alerter les habitant.e.s et la municipalité. Celle-ci, non contente de rester sourde à leurs appels, les empêche d’exercer leur droit de grève. Laisser crever et faire crever. Un article du Couac paru au printemps 2018.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Ville, métropole et design : qui S.E.M le vent...  

« Il convient de maîtriser l’image de la cité, de la même manière qu’on joue sur celle d’une entreprise pour influer sur sa cotation en bourse. »
Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019 sur notre métropole stéphanoise et le recours au design comme instrument de transformation de la ville.


DROITS SOCIAUX - SANTE
HP : contention et contentieux  

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Gentrifier Sainté ?  

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...


DROITS SOCIAUX - SANTE
L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?  

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


REPRESSION - PRISON
[Lyon] Après la victoire de l’Algérie à la CAN le 19 juillet, la préfecture et les flics font la fête à leur manière  

Alors qu’à Sainté la place Jean Jaurès s’est retrouvée sous les gaz et que la Police concocte tranquillement quelques 400 procès verbaux pour des "infractions au code de la route", à Lyon une fois de plus, les festivités qui suivirent la victoire de l’équipe nationale d’Algérie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ont été réprimées avec violence par les forces de « l’ordre ». Comme le dimanche 7, le jeudi 11 et le dimanche 14 juillet, la détermination policière à restaurer l’ordre républicain et post-colonial a transformé une fête en vaste foire aux gazs lacrymogènes, aux coups de matraque, aux tirs de LBD et même au tir de canon à eau.


REPRESSION - PRISON
Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne  

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Bure : Le bois Lejuc est réoccupé !  

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le 18 juillet à 14h. De nombreuses personnes ont réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au nucléaire et à son monde, industriel, colonial, militaire. Les forces policières qui occupaient jusque là ce lieu stratégique et protégeaient les intérêts de l’Andra ont été contraintes de quitter les lieux. Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt.


LOGEMENT - SQUAT
Nouvelle édition du « squat de A à Z »  

La fameuse brochure écrite en 1999 et régulièrement mise à jour est LE texte de référence pour qui veut participer à l’ouverture de squats en France. Il vient d’être mis à jour pour intégrer notamment les nouveaux textes de loi français.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES
Rencontre avec des membres actifs de l’amicale du Crêt de Roch  

Dimanche 14 juillet a lieu le Bal populaire du Crêt de Roch, organisé par l’association d’éducation populaire Les cris du quartier, en lien avec l’Amicale Laïque du Crêt de Roch. Entretien avec deux membres actifs de ces deux collectifs, publié dans le journal du carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.


MEMOIRE
Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


DROITS SOCIAUX - SANTE
La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne  

Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Avant l’été, communiqué du collectif des occupant’es de la Bourse et après  

Trois mois après le début de la mobilisation pour venir en soutien aux migrant’es sans logement, le collectif fait le point sur la situation en ce début d’été.