National   REPRESSION - PRISON

Encore un non compte-rendu du procès de la deuxième mutinerie au QMC du nouveau centre pénitencier de Valence


|

Vendredi 10 janvier 2017 s’est tenu le procès de deux prisonniers Romain Leroy et José Torres, accusés d’être les auteurs de la mutinerie du 27 novembre 2016, au sein du Quartier Maison Central du nouveau centre pénitencier de Valence. En l’espace de 2 mois, ce sont deux mutineries qui éclatent … et révèlent les conditions de détention drastiques et inacceptables, qui ne correspondent pas à celles des prisonniers longues peines. Ce qui suit tente de relayer la parole des prisonniers en lutte et de les soutenir.


Appel a solidarité avec les mutins et rendez-vous devant le tribunal

Adeline, la compagne de R. Leroy a appelé à un soutien lors d’entretien téléphonique avec les radios de l’Envolée et Papillon (écouter l’émission de l’envolée du 20 janvier et celle de Papillon du 2 février). Ce qui en transparaissait, c’était sa détermination, prête à lutter et ne pas laisser ces 2 personnes se faire massacrer et isoler par le tribunal de Valence. Le jour du procès, elle a les yeux qui brillent, elle a même la pêche, car c’est son jour à elle aussi, son jour de lutte partagée contre la pénitentiaire. Elle s’est bougé pour réunir ce monde en soutien.

Devant le tribunal, nous connaîtrons La famille de José. Dés l’arrivée du fourgon où se trouve les prisonniers, toute une équipe de cousins, sœur, père monte au portail, qui sépare la rue, de la cour du tribunal pour se faire entendre de José. Ils arrivent même a prendre une photo de lui. Les représailles ne tardaient pas : à peine le procès a commencé on a fait sortir la sœur de José en accusant de filmer dans la salle…

Un procès public transformé officieusement en huis clos

Comme au procès de la première mutinerie, c’est une armada de flics sur-armés qui bouchent l’entrée du tribunal. Il sera impossible de passer le pas de porte du tribunal, encore moins d’accéder à la salle d’audience. (a moins d’avoir une carte de presse des médias au botte de l’état, ou un écusson de l’administration pénitentiaire, ou un bête uniforme bleu …). Seuls quelques proches des prisonniers pourront rentrer en prouvant leur lien familial avec une carte d’identité. Les flics laisseront planer le doute de faire entrer à l’audience la compagne de Romain Leroy pour affirmer leur autorité sur elle et faire monter la pression sur elle, sur lui et enfin sur nous … le procès commence, elle ne peut toujours pas entrer dans la salle d’audience. Les flics ont bien vu qu’elle était accompagnée d’un soutien anti-carcéral ! On imagine très bien R. Leroy cherchant inquiet, stressé, énervé de ne pas trouver sa femme à l’audience. Pour J. Torrés, les flics de l’escorte appliquent un autre stratagème pour le faire monter en pression. Ils prétexteront que la sœur filme le procès avec son téléphone et iront rapporter au juge, qui la fera sortir définitivement de la salle. Une manière bien salace de punir les mots de soutien clamés par la famille lors de l’arrivée au tribunal des 2 inculpés .

Les autres personnes qui étaient là pour apporter leur soutien, entendre et relayer la parole des prisonniers... ne pourront pas rentrer... sans explication, ou plutôt avec des prétextes différents : une fois le tribunal est plein…, une fois c’est un simple non, vous vous ne rentrerez pas, une fois c’est ordre du procureur général...bref l’accès au tribunal est interdit.

Ce procès comme le précédent est censé être public… mais une fois de plus, la justice fera ce qu’elle veut… La police sera à son service et la parole des prisonniers en lutte ne sortira pas...

Mise en scène caricaturale de la « dangerosité » des prisonniers et du soutien extérieur.

Contrairement au procès de la première mutinerie, ni R. Leroy, ni J. Torres ne sont considérés comme des prisonniers particulièrement dangereux pourtant le dispositif de sécurité est une nouvelle fois impressionnant et démesuré. Il manque juste les tireurs d’élite !

L’accès au tribunal est sous surveillance. D’ailleurs deux caméras globes filment la place en continu... A l’entrée, Les flics carapacés sont armés de tasers, de gazeuses, de matraques télescopiques ... et tout cela serait risible s’ils ne s’en étaient pas servi. Une fois la compagne de R. Leroy, les personnes interdites d’accès à l’audience sont amassées devant l’entrée du tribunal pour montrer leur mécontentement. Une personne se met à chanter une chanson anti-flic dans une autre langue. Et puis, un dialogue s’installe entre le chanteur et une personne passante bien énervée de pas arriver à déposer plainte contre les flics. C’est juste ça qui n’est pas apprécié par les flics et en découle une violente attaque des flics à coups de matraques, de gazeuses, d’étranglements ils embarquent 2 personnes au comico pour une garde à vue d’environ 24 heures. On pouvait lire dans le torchon local dixit le dauphiné libéré, que suite à une manifestation anti-carcérale et des contrôles d’identités se passant mal, les flics ont arrêtés 2 personnes. Ces 2 personnes sont accusées de violences et outrages sur personnes dépositaires de l’ordre. L’attaque des flics à coups de matraques et gaz au poivre était donc un simple contrôle contrôle d’identité ! C’est vrai que par les temps qui courent, les gens devraient savoir … que ce sont les pratiques courantes de la police.

Une mutinerie, le seul moyen de se faire entendre pour dénoncer les conditions impossibles de détention en QMC :

Les prisonniers protestaient contre le régime de détention trop strict de la nouvelle prison de Valence.

Ça fait 10 ans que je suis en prison, et je n’ai jamais vu ça
raconte Romain.

Il parle d’un régime carcéral trop strict, inadapté aux détenus lourdement condamnés, et d’une administration sourde à toute revendication. 

On demandait simplement à ce que ça fonctionne comme une vraie maison centrale
enchaîne José, l’autre meneur de la mutinerie.

Les prisonniers avaient fait part de leurs revendications de manière pacifique à plusieurs reprises auprès de la direction de l’établissement (courriers, refus de réintégration des cellules ou blocages de cour de promenade). Ils avaient alerté l’OIP et le Contrôleur général des lieux de privation de liberté

y a un peu tout qui ne va pas dans cette prison. Le problème est le mauvais fonctionnement de cette maison centrale gérée comme une maison d’arrêt disciplinaire (un seul mouvement à la fois, pas de cuisine), les parloirs se passent mal car ils (les surveillants, NDLR) sont tout le temps sur notre dos. Ils ne sont pas capables de livrer les cantines. On veut fonctionner comme une vraie centrale, avec d’avantage de liberté […] On vous parle de longues peines, de plus de convivialité, du mode de vie […] On a demandé à parler au directeur, on les a saoulés avec ça […] Des surveillants sont même venus nous dire de faire quelque chose,
a déclaré José Torres.

À R. Leroy d’ajouter :

Voilà dix ans que je suis incarcéré. Le système pénitentiaire français se préoccupe plus de la modernité des nouvelles prisons que de la vie à l’intérieur. Je n’ai pas fait cette mutinerie que pour parler de Valence. Ce n’est pas la seule prison de niveau 4 en France. Il y a un gros problème de communication dans ces prisons.

Quand des prisonniers se révoltent et se mutinent … ils prennent des risques énormes. L’un des inculpés, José Torres terminait sa peine de 7 ans et demi de prison (+ 18 mois pris à l’intérieur pour un chargeur de téléphone rentré illégalement, ça fait cher payé le chargeur !). Il devait bénéficier d’un aménagement de peine courant 2017.

Romain Leroy écrit dans un courrier

Quand les écrits ne font rien que reste-il à part les actes ?

Lui, a été transféré à Moulins, sous les conditions de détention de maison d’arrêt. Une proche dira, hors de l’audience :

c’est pas vrai que le QHS sont fermés depuis les années 80, ou alors ils ont juste changé de nom et s’appellent maintenant les QMC

un verdict sévère, démesuré et des magistrats obnubilés par les dégâts :

Le tribunal n’entendra que l’avocat du centre pénitentiaire qui chiffre les dégâts à 1 696 000 euros. Une somme pareille pour 4 cellules cramées ! Une des proches ajoutera : « vous vous rendez compte a ce prix là, tout ce qu’on pourrait construire ! »

Les dégâts proviennent très majoritairement de l’intervention des pompiers, alors ça aurait été moins coûteux de tout laisser disparaître ! Et le procureur N. Julia, lui réclame quand même 8 ans de prison ferme… A l’audience, les deux prisonniers ont reconnu s’être emparés des clefs du surveillant mais ont nié les violences. Ils ont reconnu avoir « cassé quelques caméras et ouvert les portes des cellules de 40 détenus », mais ils ont nié avoir incendié les quatre cellules et dégradé du matériel mobilier.

Néanmoins, après 6 heures d’audience, malgré une défense et des prisonniers relatant les conditions de détentions insupportables le verdict est salé : 5 ans de prison ferme pour les deux mutins. Directement, R.Leroy et J.Torres font appel à cette décision.
Le procureur est satisfait lui qui voulait un exemple.

Solidarité avec les mutins :

suite à ce procès et cet appel que demande les 2 mutins, soyons au rendez-vous et restons en contact avec eux. Ne laissons pas l’administration pénitentiaire les isoler, les faire oublier ou faire taire.
Pour un compte rendu plus détaillé de ce qu’il s’est joué dans la salle, on peut écouter l’émission de l’Envolée du vendredi 17 mars avec Adeline et Michèle.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Encore un mort au mitard : Communiqué de prisonniers de Seysses

Samedi 14 avril, un prisonnier est mort dans le quartier disciplinaire de la prison de Seysses (31). Depuis, tous les jours, des prisonniers refusent de remonter de promenade malgré l’intervention des ERIS (Equipes régionales d’intervention et de sécurité) ; plus d’une centaine, parfois 200, une banderole a même été déployée dans la détention pour dénoncer ce que tous refusent d’accepter comme un suicide.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Un mort en prison, révolte au Mirail

Dans la nuit de samedi 14 à dimanche 15 avril, nos ami·es de iaata.info apprenaient la mort de J. 27 ans habitant du quartier des Izards à Toulouse dans la nuit de samedi 14 à dimanche 15 avril. Il est décédé alors qu’il était incarcéré à la maison d’arrêt de Seysses dans des circonstances jusqu’ici inconnues.


National   REPRESSION - PRISON

Ambert, Toulouse, Limoges : vague de perquisitions et détentions provisoires

Petit florilège de textes pour retracer la vague de perquisitions et détentions provisoires pour « destructions en bande organisée » à Ambert, Toulouse et Limoges.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Série de discussions à Lyon autour de la Justice : la connaître, y faire face, vivre sans.

Il y a 10 ans, « l’affaire de Tarnac » défrayait notre actualité. Depuis un cycle d’affrontements s’est rouvert au travers de la libération d’espaces (ZAD, maisons, quartiers, bois et jardins occupés) ou de l’expression de luttes autonomes, plus ou moins liées aux contextes de mouvements sociaux. Et l’arsenal policier et juridique s’est considérablement renforcé. Si on cherche aujourd’hui à interroger cette espèce de trajectoire contre-insurrectionnelle, ce n’est pas pour le plaisir de la généalogie ou par une passion à la fois morbide et critique qui magnifierait la toute puissance du système et l’impuissance des dominés. C’est parce que tout ce bazar pose des problèmes tactiques et stratégiques aux mouvements.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

[Contre toutes les prisons] Emission Papillon du jeudi 1er mars 2018

Au sommaire :
- Nouvelles de Fabrice Boromée
- Présentation du dernier numéro de l’Envolée, bientôt disponible.
- Lecture de la tribune du sociologue-anthropologue Didier Fassin au sujet de la mort d’Angelo Garan, assassiné par la milice du GIGN... et par la prison.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Pas d’émission Papillon ce jeudi 15 février

C’est exceptionnel, il n’y aura pas d’émission anti-carcéral ce jeudi sur Radio Dio et Radio Canut. On se retrouve le jeudi 22 février à 20h sur les ondes avec la Petite Cuillère.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Réponse au mouvement de grève des matons et Communiqué de prisonniers de Fleury-Mérogis

Le mouvement de grève des gardiens de prison suite à l’agression d’un des leurs par un prisonnier menacé d’extradition est largement médiatisé, mais les conséquences de leur mouvement sont systématiquement passées sous silence.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Depuis la prison de Fleury Mérogis, interview d’Antonin Bernanos

Grèves et blocages des surveillants : comment les détenus s’organisent
paru dans lundimatin#131, le 29 janvier 2018


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

[Loi Travail] Condamnation en appel pour Nina, Jules et Yvan

Relaxé.e.s en première instance, la cour d’appel de Lyon a condamné mardi 16 janvier Nina, Jules et Yvan.
Entre les amendes, (1000 à 2000€ chacun.e), les indemnités pour le député Jean-Louis Gagnaire et le 13e mois pour les flics, illes devront verser au total plus de 6000€. Jules est en plus condamné pour rébellion à « un agent dépositaire de l’autorité publique » et écope de quatre mois de prison avec sursis.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

En 2017, 34 personnes ont été tuées par la police et la gendarmerie

Le journal Bastamag a effectué le décompte des personnes tuées par des policiers ou des gendarmes en 2017. Et relève que « la moitié des personnes abattues l’ont été par des policiers en dehors de leur service ». 18 personnes ont été abattues par arme à feu et 16 sont mortes suite à une intervention des policiers ou des gendarmes.


A la une...

URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Classe créative ?  

Saint-Étienne, ville design, innovante, dynamique, créative, la rengaine est maintenant connue. Ce qu’on sait moins, c’est que c’est un modèle à part entière, développé dans les années 90 aux États-Unis et dont l’un des gourous se nomme Richard Florida. C’est à lui qu’on doit le concept fourre-tout de « classe créative » qui fait baver les édiles de notre belle commune.


MEMOIRE
Un portrait de Synthé fait par une de ses marges  

Si la municipalité et les autorités publiques imaginent une ville qui a souvent peu à voir avec la vie réelle de ses habitant’es, ce sont avant tout les activités et engagements de celleux-ci qui font de Saint-Étienne la Synthé qu’on connaît et dans laquelle on a envie d’habiter. Agnès, Jeannette et S., qui arpentent et font vivre les rues de Saint-Étienne depuis bien des années, nous livrent un aperçu du milieu associatif, informel et punk stéphanois et une analyse de l’évolution de la ville.


REPRESSION - PRISON
« Rien n’a changé à Seysses », un nouveau communiqué de prisonniers  

Le Syndicat pour la Protection et le Respect des Prisonniers a reçu un nouveau communiqué de prisonniers de la maison d’arrêt de Seysses qui dénonce le climat de peur qui règne à la maison d’arrêt et la gestion de la détention par des surveillants brutaux et une direction complice. Ils nous en disent plus sur les circonstances dans lesquelles un jeune homme s’est donné la mort le 14 avril 2018 et relatent une nouvelle tentative de suicide dans cette prison sous pression. Pour rappel, dans cette même prison, ce même samedi 14 avril, un autre homme était mort et un communiqué de prisonniers affirmait que son décès faisait suite à un déferlement de violence des matons à son encontre (cf. Encore un mort au mitard : Communiqué de prisonniers de Seysses).
Nous reproduisons ici ce nouveau communiqué et assurons les prisonniers de notre solidarité. Nous restons extrêmement vigilants quant au sort qui leur est fait. Merci de le relayer le plus largement possible.


MOBILISATIONS - LUTTES
Grève et Manif le 22 mai 2018 !!  

Mouvement social mai 2018 : Fonction publique en grève le 22 mai !
MANIFESTATIONS :
- Saint-Étienne 10h30 Place Jules Ferry (statue de la Liberté entre l’Université et Centre 2)
- Roanne 10h devant la gare


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Rassemblement de soutien à Notre Dame des Landes  

Les expulsions ont repris ce matin à la ZAD de Notre Dame des Landes, soyons nombreux et nombreuses à affirmer notre opposition à cette politique de la terre brûlée.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Clermont Ferrand : rassemblement contre les normes imposées au monde paysan  

Le Collectif contre les normes administratives et industrielles appelle à un rassemblement le vendredi 18 mai 2018 à partir de 9h30 devant le lycée agricole de Marmilhat à Lempdes (Puy de dôme, à côté de Clermont-Ferrand)


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Tournée de soutien à l’Espace Contreculturel Autogéré « La Libertaria », Contrapoder et Indymedia Vénézuela  

Je serais de nouveau en France, Suisse et Belgique de début juin à fin août et ferait une tournée de soutien au portail Contrapoder.org, Indymedia Vénézuela et à l’Espace Contreculturel Autogéré qui a ouvert en novembre dans une ferme de 4 hectares des Andes Vénézuéliennes sous forme de coopérative culturelle et agricole « La Cooperactiva ».


MEMOIRE
Bourse du travail : la belle endormie  

C’est l’un des bâtiments les plus emblématiques de la ville. Situé en plein centre, il est désormais visité par une minorité de Stéphanois : les militants des syndicats présents dans ce lieu. Pourtant, la création d’une Bourse du travail à Saint-Étienne a été l’objet d’intenses mobilisations, et ce « palais du peuple » a connu des heures fastes, certaines historiques. Nous avons rencontré et lu Jean-Michel Stein, président du Groupe de Recherches et d’Études sur les Mémoires du Monde Ouvrier Stéphanois (Gremmos), spécialiste de l’histoire de cette Bourse. Nous avons ainsi pu revisiter sa richesse et nous interroger sur les enseignements que nous pourrions en tirer aujourd’hui.


INFORMATIQUE - SECURITE
Voisins vigilants : banalités de la politique sécuritaire  

Les voisins vigilants ont l’œil jaune et grand ouvert, c’est même à ça qu’on les reconnaît. À Saint-Étienne, les quartiers La Bérardière, la Chèvre, la Colline des pères ou encore Bel-air vivent sous l’œil éclatant du dispositif « Stéphanois vigilants », où on peut se surveiller mutuellement afin, selon l’objectif affiché par la police, de diminuer le nombre de cambriolages dans ces quartiers.


INFORMATIQUE - SECURITE
Paris 8 : les étudiant·es dégagent un flic qui filme leur AG sous le manteau !  

Ce jeudi 10 mai 2018 se tenait l’AG de l’occupation du mouvement étudiant de la fac Paris 8 Vincennes Saint—Denis. Au cours de l’AG, certainEs d’entre nous ont repéré un individu au comportement étrange : un homme seul que personne ne connaissait et avec un look de RG. Après avoir observé un long moment son comportement suspect (il s’est déplacé plusieurs fois dans l’amphi), deux camarades ont demandé à lui parler a l’extérieur.


REPRESSION - PRISON
La répression, les procès, ça continue...  

Huit personnes (pas moins !) seront jugées dans un nouveau procès le 13 septembre 2018 au TGI de Saint-Étienne, pour des faits reprochés lors de manifestations contre la loi travail du printemps 2016.
Une réunion publique est proposée pour en discuter, s’organiser pour réagir : jeudi 24 mai à 18h, à la Bourse du travail (salle 66).


REPRESSION - PRISON
[Contre toutes les prisons] Emission Papillon du jeudi 3 mai 2018  

Au sommaire : Encore un décès au mitard !
Réactions à l’intérieur et à l’extérieur de la maison d’arrêt de Seysses (Toulouse) suite à une mort plus que suspecte au mitard (quartier disciplinaire) le 14 avril 2018.


INFORMATIQUE - SECURITE
Numérique, mon amour  

A l’heure où le numérique occupe une place toujours croissante dans notre quotidien, Gaël Perdriau et son équipe rêvent de transformer notre cité stéphanoise en « ville connectée », n’hésitant pas pour ce faire à employer les grands moyens.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Feurs, la lutte pour Jacques et Damien continue  

Le 19 mars, l’entreprise Valdi, qui cogérait avec la société Feursmétal (devenue Castmétal) la fonderie de la ville de Feurs, annonçait sa décision de contester la condamnation dont elle a fait l’objet dans le conflit qui l’oppose aux familles de Jacques Tissot et Damien Jamot, tués par une explosion due à la négligence de leur employeur.
Au printemps 2017, Couac avait rencontré Jean-Luc Denis, l’un des membres fondateurs du collectif Vérité et Justice pour Jacques et Damien.