Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Etat de santé du CHU de Saint Etienne : résumé d’une discussion organisée par Couac


|

Couac, le journal d’enquête critique de la région stephanoise a débuté en octobre 2016 à l’occasion du forum pour le désarmement de la police et la démilitarisation des conflits à Saint Etienne.
Il est né d’un constat de manque d’une parole divergente par rapport aux médias locaux dominants et puis d’une envie d’aller gratter et approfondir les sujets qui nous animent. A l’occasion de la sortie du #6, nous avons voulu revenir sur les articles « Pris pour des Cpoms » et « Contentieux et contentions », en présence de personnels en lutte du pôle psychatrique de Saint-Etienne.


Présentation

Nicolas Moulin, infirmier en psychiatrie en service d’hospitalisation complète, syndiqué à la CGT et membre du CHSCT au CHU de St Etienne

Julie Colombet, infirmière en addictologie au CHU de Saint Etienne

Claudine Lyonnet, infirmière au service d’addictologie, syndiqué Force Ouvrière, membre et secrétaire du CHSCT du CHU de Saint Etienne

Isabelle Bouligaud, infirmière en pédopsychiatrie depuis 21 ans, a débuté dans le service du docteur Berger puis a travaillé à l’hôpital psychiatrique de St Jean Bonnefond puis en CHS à Marseille

J’ai essuyé les plâtre d’un diplôme en modification, c’était au moment de la réunification de la formation des infirmiers psy et des infirmiers généraux.

La visite d’une contrôleuse qui fait entendre des plaintes maintes fois répétées

En janvier dernier, Adeline Hazan, la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté venait inspecter le secteur psychiatrique du CHU de Saint Etienne. Ses recommandations d’urgence, publiées le 1er mars 2018 [1], évoquent des « traitements indignes » dans l’accueil de patients hospitalisés – conséquences d’un « dysfonctionnement structurel ».
Ce rapport a été salvateur d’un certain point de vue car il a fait connaître des dénonciations que les travailleureuses essaient de porter depuis longtemps. Mais c’est dur d’entendre la façon dont les médias et leur lecteurices s’insurgent de façon virale et simpliste en réaction à des pratiques qui ont été observées sommairement. La réaction de la direction a été de modifier le service en urgence pour répondre au scandale médiatique alors même qu’elle reste sourde aux revendications des soignant’es exprimées depuis bien longtemps.

Une évolution inquiétante du management au sein des institutions hospitalières depuis plusieurs années...

Au CHU de Saint Étienne les patient’es qui arrivent à l’hôpital doivent obligatoirement passer par les urgences générales.
Les patients arrivent aux urgences générales puis il y a une consultation psychiatrique qui va déterminer si le’a patient’e doit aller en psy ou non. Ensuite le’a patient’e est redirigé’e soit sur les urgences psychiatriques soit sur son service de secteur.
S’il n’y a pas de place, les personnes vont être maintenues (jusqu’au passage de la contrôleuse, il arrrivait même qu’elles soient contenues par des liens sur leurs lits) au service d’urgence, parfois dans les couloirs faute de places, en attendant que le service psy puisse les recevoir. L’attente peut durer jusqu’à plusieurs jours.

Le fait que les urgences générales soient devenues la porte d’entrée principale pour les malades est un gros problème. En théorie, si quelqu’un’e se sent mal dans sa tête (même pour un truc léger), il existe des services d’urgence spécialisés en psychiatrie (les Centres médicaux psychologiques) mais ils sont de plus en plus débordés par le nombre de patient’es. Les délais d’attente pour avoir un rendez-vous sont déraisonnablement longs, du coup c’est vers l’hôpital que se tournent les patient’es – hôpital qui est, lui aussi, saturé.

Aujourd’hui, à l’hôpital on ne parle plus de patient mais d’argent, c’est devenu le critère. Si on revient à l’étymologie du mot « hôpital », il y a la notion d’« hospitalité », ce devrait être avant tout un lieu d’accueil pour des personnes en souffrance. Sauf qu’à l’heure actuelle, l’hôpital public français doit rembourser des emprunts toxiques qui ont été contractés jusqu’en 2025. Ça l’oblige à faire au moins 5 % de bénéfices sur chaque acte de soin.

On parle de faire des économies à l’hôpital mais ce sont toujours les patient’es qui payent ces économies de leurs souffrances.

On ne demande plus de quoi ont besoin les personnes pour être bien soignées, mais combien on peut avoir pour les soigner. Un’e patient’e arrive, on regarde dans le guide des pathologies [2], il est diagnostiqué comme relevant de telle ou telle pathologie et du coup les soignant’es se voient octroyé’es un certain quota d’heures et de moyens pour ce patient. Or chaque patient est différent et chaque mal-être se déclare différemment en fonction des moments et des personnes. C’est souvent au moment où un’e patient’e ne fait plus de crise que l’on pourrait commencer à faire un vrai travail psy, or avec ce nouveau système de paiement à l’acte (dit PAA), on rejette les personnes de l’hôpital dès que le traitement est terminé.

L’hôpital est vraiment géré comme une boite privée, avec des chef’fes de services

On a scindé l’hôpital en différents pôles qui sont mis en concurrence les uns avec les autres car ils doivent aller chercher leur budget auprès de l’agence régionale de santé. De plus avec le paiement à l’acte, certaines missions de l’hôpital ne sont plus comptabilisées (par exemple le temps passé à parler avec un’e patient’e) et d’autres sont très valorisées (une radiologie par exemple). De façon systématique ce sont les actes quantifiables qui vont être favorisés pour justifier les budgets.

Des soignant’es passionné’es par la psy face aux choix politiques

Il faut garder à l’idée que la psychiatrie est toujours le reflet de notre société. C’est très facile pour la société de psychiatriser les personnes marginales (les SDF par exemple). Il y beaucoup de personnes qui arrivent dans les services avec certes des problèmes psy, mais qui ont surtout des problèmes de maltraitance ou de solitude qui les emmènent à une incapacité d’empathie et peuvent les amener à de la violence ou des comportements à risque.

Dans les nouveaux protocoles, les soignant’es qui sont vraiment passionné’es par le travail psy ne se retrouvent plus. On leur demande de ne pas toucher les patient’es, de ne pas les tutoyer… il y a plein de règles qui sont peut-être efficaces à grande échelle mais humainement sont destructrices et ne prennent pas en considération le contexte dans lequel sont arrivées les pathologies.

De plus le personnel est moins formé qu’avant, la dernière formation spécifique en psy remonte à 92. À Saint Étienne, la mobilisation du milieu de la psychiatrie est encore affaiblie par l’absence d’une forte tradition de réflexion sur ces questions.

Et la lutte, où en est-on ?

Des alertes avaient donc été lancées depuis plusieurs années (bien avant que l’on parle de la situation au CHU de Saint Etienne en janvier dernier) et malgré cela le personnel a continué de diminuer, les conditions de soin d’empirer.
On a créé le collectif psy’cause, un collectif de psychiatrie humaniste.
À la suite de la visite du CGLP, on a adressé une lettre ouverte à l’ARS et à la ministre de la Santé, personne n’a répondu. Ensuite le collectif se dit qu’il fallait sortir de l’hôpital, il a organisé un pic-nic devant l’hôtel de ville pour aller hors de l’institution et rencontrer le public.
Mi-mai, a eu lieu la marée blanche à Paris où le collectif stéphanois a rencontré le collectif des blouses noires (qui fait le deuil de la profession).
Puis, plus récemment, il y eu ces 18 jours de grève de la faim au CHU du Rouvray, près de Rouen [3] dont le personnel réclamait de pouvoir soigner les gens correctement (mais pas d’augmentations de salaires, au grand étonnement de certain’es …). Illes demandaient 52 postes, ils en ont obtenu 30. On peut déplorer qu’il faille mettre son intégrité physique en jeu pour obtenir des moyens de soigner, mais illes ont prouvé avec leur mouvement que dans la lutte, et surtout dans la convergence il y encore quand même des marges de manœuvre.

Concrètement ici à Saint Étienne on réclame plus de lits disponibles avec le personnel adéquat. On demande de repenser la formation en interne au sein du CHU, mais aussi sur la formation initiale spécifique à la psychiatrie. On salue que les visites à domiciles aient été remises au goût du jour mais ça s’est fait au détriment de l’hospitalisation alors que nous réclamions que ce soit en complément.

Si aucune note n’a été prise lors des réactions du public – et elles ont été nombreuses –, nous voudrions tout de même en relever deux.
La première de Nicolas qui est Aide médico-psychologique dans une unité protégée (anciennement CANTOU) au sein d’un EHPAD. Nicolas est AMP dans un EHPAD qui a un taux record à la fois de démissions, de plaintes au prud’hommes et d’arrêts de travail. À tel point que l’inspection du travail leur est tombé dessus. Il y tellement de manque de soignant’es dans le service que ce sont les ASH (des agents d’entretien) qui s’occupent de faire les repas du soir aux résident’es.

Et puis ce deuxième témoignage. Une femme dans la salle (qui est une proche d’une résidente aux Hortensias et qui s’est mobilisée contre la fermeture du centre) partage avec l’audience ce témoignage les larmes dans la voix. Elle nous fait part de son incompréhension face au manque de mobilisation des familles.

Pour plus d’infos sur les luttes dans les EHPAD, lire les articles du Couac #5 ici

[2le DSM5, édité par une association américaine qui recense et fait une typologie des pathologies psy


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[GREMMOS] Présentations de l’ouvrage « Le monde ouvrier face à la Grande Guerre »

Jeudi 27 septembre 2018 à la Maison Rouge (Crêt de Roc) à Saint-Étienne, en début de soirée et mardi 20 novembre à 19h, à la Cinémathèque de Saint-Étienne, suivie de la projection du film « Les croix de bois ».
Entrée libre


Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Grandeur et décadence des coopératives de consommation

Alors que l’agro-industrie, la production de masse, peuvent nous entraîner à consommer beaucoup trop et mal, il est temps de revisiter l’histoire de ces coopératives qui ont permis une autre consommation à partir du besoin réel des gens, particulièrement des prolétaires. Cette très longue expérience nous montre qu’il est possible de développer un secteur alternatif ambitieux au capitalisme, porteur de transformation sociale.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

28 juin 2018 journée de grève et de mobilisation !

Journée de grève et de mobilisation interprofessionnelle et intersyndicale. RDV à 10h30 devant la bourse du travail.
« Il ne se passe pas un jour sans entendre à la télé ou à la radio des mauvaises nouvelles. Ce n’est pas une fiction mais bel et bien une succession de mesures contre le monde du travail, contre les étudiants, les retraités, les privés d’emploi à travers des réformes régressives qui se succèdent. »


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Licenciement de 124 ouvrières du groupe Rocher en Turquie : rassemblement de solidarité

Les Sampianes appellent à boycotter Yves Rocher pour protester contre le licenciement abusif de 120 ouvrier.e.s (majoritairement des ouvrières) de l’usine Flormar en Turquie (à Gebze), usine dont le groupe Rocher est le principal actionnaire (51%). Rassemblement de soutien sur Saint-Étienne le Mercredi 20 Juin à 16h, Place du Peuple


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Encore une grève à la SNCF !

Réédition d’un article originalement écrit pour Paris-luttes.info en octobre 2015 sur les conditions de travail des cheminot’es.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Bourse du travail : la belle endormie

C’est l’un des bâtiments les plus emblématiques de la ville. Situé en plein centre, il est désormais visité par une minorité de Stéphanois : les militants des syndicats présents dans ce lieu. Pourtant, la création d’une Bourse du travail à Saint-Étienne a été l’objet d’intenses mobilisations, et ce « palais du peuple » a connu des heures fastes, certaines historiques. Nous avons rencontré et lu Jean-Michel Stein, président du Groupe de Recherches et d’Études sur les Mémoires du Monde Ouvrier Stéphanois (Gremmos), spécialiste de l’histoire de cette Bourse. Nous avons ainsi pu revisiter sa richesse et nous interroger sur les enseignements que nous pourrions en tirer aujourd’hui.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Feurs, la lutte pour Jacques et Damien continue

Le 19 mars, l’entreprise Valdi, qui cogérait avec la société Feursmétal (devenue Castmétal) la fonderie de la ville de Feurs, annonçait sa décision de contester la condamnation dont elle a fait l’objet dans le conflit qui l’oppose aux familles de Jacques Tissot et Damien Jamot, tués par une explosion due à la négligence de leur employeur.
Au printemps 2017, Couac avait rencontré Jean-Luc Denis, l’un des membres fondateurs du collectif Vérité et Justice pour Jacques et Damien.


A Lire ailleurs   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

« Mémoires ouvrières, mémoires stéphanoises » : manifestation à la Bourse du Travail

Nous vivons aujourd’hui dans une société dont les mutations brutales interpellent. Santé, protection sociale, dépendance, accès aux droits, vie sociale, citoyenneté... La complexité des problèmes posés nécessite en tout état de cause de ne pas occulter les réalisations, les mobilisations et les luttes sociales passés. Au contraire, c’est bien avec une parfaite connaissance de ce passé que l’on pourra construire l’avenir.


A Lire ailleurs   GENRE - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

De Mujeres libres à Femmes libres Plaidoyer pour une coordination de Femmes Libres au sein de la CNT

Nos luttes ne nous renvoient pas dos à dos. Complémentaires, elles s’additionnent
En 1936, Mujeres Libres revendique de mettre fin au « triple esclavage des femmes : l’ignorance, le capital et les hommes ». En juillet 1937, avec ses 20000 adhérentes, provenant majoritairement des secteurs populaires, Mujeres Libres défend l’émancipation des femmes et leur participation à la lutte révolutionnaire. L’organisation se réclame d’un « féminisme prolétarien » dans le but de se dissocier du féminisme libéral qui prône l’égalité des femmes sans contester les rapports de domination de classes. Leurs « camarades » n’étaient pas pour autant enclins à les reconnaître politiquement comme une organisation autonome au sein du mouvement libertaire.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Retour sur le dimanche 23 octobre à la Gueule Noire

Projection du film « Bernard Lambert, paysan et rebelle » et discussion entre des membres de la CNT et de la Confédération Paysanne


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE

Santé, bien-être, pour qui, à quel prix ?

Pour la sortie du nouveau numéro, l’équipe du couac vous invite à une discussion autour des enjeux de la santé et le bien-être dans l’institution.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Chaos & Construction : Schizophrénie volontaire

- Lecture, discussion en présence de l’auteur à partir de 18h au Bilboquet : « Quelles échappatoires construire dans ce monde de normes, des murs de l’enfer psychiatrique au suicide quotidien de la résignation ? La folie est-elle une stratégie de fuite, une arme, un savoir à se réapproprier ? »
- Concert à partir de 20h à l’Entre-Pots Café avec Dirty Dentist (Gobelins Free Punk / Bruxelles)
Dimanche 06 mai 2018 / Prix Libre


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE

Rencontre débat avec Philippe Baqué mercredi 21 mars à 19h autour de son dernier livre « Homme augmenté, humanité diminuée » (Agone)

Philippe Baqué, auteur du passionnant livre-reportage « Homme augmenté, humanité diminuée : d’Alzheimer au transhumanisme, la science au service d’une idéologie hégémonique mercantile » s’arrêtera à Saint-Étienne mercredi 21 mars à 19h pour présenter son dernier livre.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Panser la santé de façon communautaire

Souvent ressentie comme un domaine réservé aux professionnels et dits experts, la santé ne se limite pourtant pas à un diagnostic physique docte et anonyme. Face aux incompréhensions entre migrant.e.s algérien.ne.s de longue date et bureaucratie sanitaire française, l’association Globe 42 construit un espace d’échanges afin de redonner aux populations migrantes parole et prise sur leurs corps. Discussion avec l’une des membres de l’association...


Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

Assemblée du collectif STOP LINKY GAZPAR 42

Le groupe d’action et d’information contre les compteurs communicants sur St-Etienne et sa région organise une réunion ouverte à toutes et tous le jeudi 16 novembre à 18h30 au Baramioche/
Echange d’informations diverses et préparation d’une action qui se déroulera avant la fin du mois...


A Lire ailleurs   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

[GLYPHOSATE] Crime contre l’humain et tout le vivant

Les dangers du glyphosate et de ses co-formulants associés ne sont plus à démontrer devant la réalité des atteintes à la santé des populations (en Amérique latine notamment mais aussi en Europe chez les agriculteurs et les animaux d’élevage). Des études indépendantes apportent elles aussi des arguments scientifiques sur les conséquences de ces molécules sur la santé. A cela s’ajoutent maintenant le scandale de la manipulation des agences européennes par la firme Monsanto et ses expertises truquées. Les décideurs ne peuvent plus faire semblant de les ignorer.


International   DROITS SOCIAUX - SANTE / GENRE - FEMINISME

Droit à l’IVG partout en Europe : mobilisations le 28 septembre

Une mobilisation d’ampleur européenne est organisée autour du 28 septembre, journée internationale pour le droit à l’avortement, à l’appel de plusieurs dizaines d’associations et de collectifs. Une pétition européenne a été lancée.
Certains Collectifs de défense de l’IVG, rassemblant associations, organisations syndicales et politiques locales, ont décidé de se mobiliser en solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, pour faire raisonner localement la revendication du droit à l’avortement partout, pour toutes et dans de bonnes conditions.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection : « Derrière les Fronts » à Montbrison

Projection d’un documentaire lundi 15 Mai à 20h au Cinéma Rex de Montbrison, coorganisée par l’AFPS Saint Etienne et BDS, sur les conséquences invisibles de la colonisation


Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

le compteur gazpar prend de vitesse linky

Depuis quelques jours les habitants des quartiers Beaubrun, Tarentaize et Tardy ont reçu des courriers annonçant que les nouveaux compteurs gazpar allaient être installés prochainement. Ces compteurs sont prétendus « intelligents » car ils communiquent les données de consommation plusieurs fois par jour aux fournisseurs de gaz. Le tout en utilisant les ondes électro magnétiques. L’arrivée de gazpar sur Saint-Étienne précède le déploiement à partir de juin prochain du compteurs linky (pour l’électricité).
Ici ou là, la résistance pour des raisons économiques, de santé et contre la surveillance s’organise pour refuser ces installations.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Projection/Débat] La sociale

La projection gratuite du film, ce lundi 03 avril 2017 (17h30) à l’EN3S sera suivie d’un débat avec la participation de son réalisateur Gilles PERRET.


A la une...

CONSOMMATION - GLOBALISATION
Conditionnement toxique  

Nous oublions trop souvent que nos points de vue varient selon les situations, notre histoire et notre culture. Si notre mode de vie influe sur nos perceptions, voir d’une certaine façon crée sa propre réalité. Nous survivons sous influence d’un système qui formate nos conditions d’existences.


REPRESSION - PRISON
Projection du film « Faites sortir l’accusé, histoire d’un prisonnier longue peine »  

Projection du film « faites sortir l’accusé » de PeG, en présence du réalisateur au Méliès Saint-François, lundi 1er octobre. Une histoire d’amour et d’amitiés qui dévoile une partie de l’implacable machine judiciaire. Une plongée anti-spectaculaire dans le temps infini des longues peines.


MOBILISATIONS - LUTTES
Loi Travail : la répression continue  

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Le 22 septembre, toutes et tous à la Talaudière !  

Rassemblement contre l’A45 et son monde à La Talaudière le 22 septembre 2018.
La bataille contre l’autoroute A45, cette deuxième autoroute entre Brignais (Rhône) et La Fouillouse (Loire), payante et parallèle à l’autoroute existante, n’est pas finie : à nous d’obtenir son abandon définitif.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pub Belle la Ville ?  

Mercredi 5 septembre, place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne, un panneau publicitaire a retrouvé sa fonction d’affichage public. Le message commercial d’une agence d’assurances est en partie recouvert d’une affiche appelant à donner de la place à la culture plutôt qu’à la publicité.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
[Cluny] Salon des éditions libertaires  

Salon du livre liber­taire les samedi 29 et diman­che 30 ­sep­tem­bre 2018 à la salle des Griottons à Cluny.


MEMOIRE
Une Mine autogérée à Saint-Étienne... en 1891 !  

Inaugurée en 1891, la Mine aux mineurs de Monthieu dura jusqu’en 1908. Elle eut une vie agitée, secouée par de nombreux procès, et même une grève ! Et pourtant elle réussit à faire vivre, pendant plus de dix ans, entre 70 et 100 mineurs. Cette expérience, avec son histoire mouvementée et contrastée, peut être utile aujourd’hui encore, comme elle le fut à la fin du XIXe siècle.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Camping itinérant PASSAMONTAGNA Du 19 au 23 septembre 2018  

Cinq jours pour partager des réflexions, expériences et pratiques de lutte contre les frontières et les États qui les ont créées.
Le dispositif frontalier est beaucoup plus qu’une ligne imaginaire. C’est un système de contrôle qui sélectionne et divise, qui s’ouvre et se ferme selon les nécessités économiques et politiques.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Chère, très chère école privée !  

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


LOGEMENT - SQUAT
Squats et Loi Elan, une mise au point  

Petite mise au point sur la Loi Elan qui nous pend au nez.
Elle entraine de multiples modifications dégueulasses sur la question du logement dont une sur les squats.