National   REPRESSION - PRISON

Libération immédiate de Georges Ibrahim Abdallah, prisonnier d’exception


|

Georges Ibrahim Abdallah, détenu dans les prisons françaises depuis plus de 28 ans, libérable depuis 1999, a presque doublé la peine de sûreté de 15 ans assortie à sa condamnation.
Depuis son arrestation le 24 octobre 1984, jusqu’à la décision récente de la Cour de cassation le 4 avril 2013, Georges Ibrahim Abdallah a été, durant toute sa longue incarcération, l’objet d’un régime d’exception :


- deux mois après sa première condamnation (à quatre ans de prison en juillet 1986 avec une interdiction du territoire français de cinq ans) par le tribunal correctionnel de Lyon, des juridictions d’exception se mettent en place qui suivront les dossiers de bout en bout : la 14e section du parquet dite ’antiterroriste’ mène l’instruction, les cours d’assises spéciales de Paris condamnent et un juge d’application des peines spécialisé contrôle les aménagements de peine des condamnés. Lire

Ainsi donc Georges Abdallah inaugura la nouvelle Cour d’assises, composée uniquement de magistrats, qui le condamna à la réclusion à perpétuité en février 1987.

- à cette époque l’avocat de Georges Abdallah était Jean-Paul Mazurier, un agent des services secrets français, découvert et dénoncé après le procès. Lire.

Et la régularité du procès n’a pas été remise en cause...

- En 2003, alors que la juridiction de Pau avait accordé la libération conditionnelle à Georges Abdallah, la juridiction nationale de libération conditionnelle la refuse en janvier 2004 suite à l’intervention directe du ministre de la Justice, Dominique Perben. Dès lors les décisions ne dépendront plus de la juridiction régionale mais de la seule compétence du juge de l’application des peines du TGI de Paris...

- la loi relative à la rétention de sûreté, appelée loi Dati, votée en février 2008, rend obligatoire l’avis d’une commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté (CPMS) dans le cadre d’une libération conditionnelle concernant les détenus condamnés à perpétuité. Ceux-ci doivent passer six semaines au Centre national d’observation (actuellement nommé Centre national d’évaluation) de Fresnes, afin d’expertiser leur dangerosité. Créée pour mesurer la potentialité de récidive chez les condamnés pour crimes sexuels, ce sont des prisonniers politiques, Georges Abdallah et les militants d’Action directe, qui ont inauguré cette nouvelle loi...

- Georges Abdallah ayant déposé sa septième demande de libération conditionnelle en février 2007, la loi Dati lui fut appliquée rétroactivement. Bien que la rétroactivité de la loi ait été censurée par le Conseil constitutionnel, une circulaire précise les dispositions immédiatement applicables, dont une concerne les condamnés à la réclusion à perpétuité.

Sont notamment concernés plusieurs prisonniers politiques, dont bien sûr Georges Abdallah.

- Cette demande de libération conditionnelle déposée en février 2007, qui a subi un déroulement rocambolesque de cinq reports et d’un passage au CNO de Fresnes, a finalement été refusée au bout de 2 ans et trois mois, la CPMS ayant mis, elle, 25 semaines pour émettre un avis (obligatoire)...

Ce délai anormalement long illustre parfaitement le traitement judiciaire spécifique que subit Georges Abdallah.

- En décembre de la même année, Georges Abdallah comparaît au tribunal, pour refus d’un prélèvement d’ADN (que la DST, la CIA et le Mossad ont déjà). Condamnation à trois mois de prison... Relaxe en appel, confirmation en cassation.

- La dernière demande de libération conditionnelle de Georges Abdallah a été déposée en janvier 2012. Suite à l’avis favorable donné en novembre 2012 par le tribunal d’application des peines, tout a été entrepris par le Parquet (représentant de l’État et sous la responsabilité de la Garde des sceaux) pour bloquer la libération de Georges Abdallah : refus du ministre de l’Intérieur de signer l’arrêté d’expulsion nécessaire, reports et appels multiples, pourvoi en cassation. Au bout de 15 mois, la demande de libération est jugée irrecevable...

Tout au long de ces 29 années, les services secrets français, américains et israéliens, ainsi que leurs gouvernements respectifs n’ont cessé d’œuvrer avec acharnement pour maintenir Georges Abdallah en prison.

« Tout au long de sa détention, le prisonnier politique fait l’objet d’un traitement d’exception, visant a priori la criminalisation de tout ce qui a trait à la lutte. Des lois scélérates au service de la répression et de la contre-révolution préventive poussent sans cesse comme des champignons en fonction de l’évolution de la crise et de l’activité de l’antagoniste révolutionnaire ; tout naturellement rien ne s’oppose à l’application rétroactive de ces lois, particulièrement quand il s’agit des prisonniers politiques qui refusent de se soumettre. » - Georges Abdallah 2012 -

[Source : http://liberonsgeorges.over-blog.com/]


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

International   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / INFORMATIQUE - SECURITE

Raids policiers et saisie des informations bancaires des soutiens de Riseup en Europe

Mercredi 4 juillet, le collectif Riseup et son soutien financier en Europe, ZwiebelFreunde (littéralement « les amis de l’Oignon », qui soutient l’anonymat sur Internet) ont chacun publié un communiqué sur une grave opération policière. Elle s’est déroulée le 20 juin en Bavière sous prétexte de l’identification des admins d’un blog antifasciste.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Pour la fermeture des mitards

Près de 80 000 hommes et femmes sont enfermés dans les prisons françaises, soumis à une peine de prison. Combien parmi ces hommes et femmes sont en plus punis dans les quartiers disciplinaires (QD), les sinistres « mitards » pour quelques jours voire pour plusieurs mois ?


Saint-Étienne et alentours Papillon   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

[Contre toutes les prisons] Emission Papillon du jeudi 7 juin 2018

Au sommaire : répression des manifestant-e-s contre la Loi Travail ; prises de paroles de prisonniers ; et encore des accidents ou morts suspectes...


A Lire ailleurs   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / REPRESSION - PRISON

Perquisitions en cours à Bure

Perquisitions en cours à Bure dans la Meuse depuis 7h ce matin du mercredi 20 Juin 2018 à l’encontre des militant’es et activistes anti-nucléaire...


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Fête de soutien aux inculpé-es de la loi travail

Printemps 2016 : de nombreuses manifestations festives, déterminées, rassemblent des centaines de personnes dans les rues de Sainté pour s’opposer à la loi travail et à son monde. Depuis, avec ses images de vidéosurveillance, ses GAV et ses convocations, la justice poursuit et condamne celles & ceux qu’elle identifie comme auteur-es d’actions. Nous vous proposons de se retrouver pour une soirée de soutien.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Contre l’isolement carcéral ! En solidarité avec Fabrice Boromée

Communiqué des opposant.es à la prison et ami.es de Fabrice Boromée, prisonnier longue peine, qui subit sans cesse et depuis trop longtemps, le harcèlement de l’administration pénitentiaire. Ne le laissons pas seul face à cet arbitraire, soutenons le... Info à faire tourner autant que possible !


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

course poursuite à la ric’... « plus un centime de sentiment »

U. circulait sur un quad à la ric’ vendredi, quand des motards ont tenté de l’intercepter. Les versions diffèrent, mais des témoignages indiquent que les motards auraient heurté le quad pour le stopper.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / REPRESSION - PRISON

Procès de 5 personnes poursuivies suite à la tentative d’ouverture d’un immeuble à Saint-Étienne

Appel à mobilisation le 14 juin à 12h30 Tribunal de Saint-Étienne pour le procès de 5 personnes poursuivies suite à la tentative d’ouverture d’un immeuble à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

[Contre toutes les prisons] Emission Papillon du jeudi 17 mai 2018

Au sommaire : mauvais traitements et violences de la pénitentiaire, absence de soins ou cachetonage, mort au mitard à Seysses.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

« Rien n’a changé à Seysses », un nouveau communiqué de prisonniers

Le SPRP a reçu un nouveau communiqué de prisonniers de la maison d’arrêt de Seysses qui dénonce le climat de peur qui règne à la maison d’arrêt et la gestion de la détention par des surveillants brutaux et une direction complice. Ils nous en disent plus sur les circonstances dans lesquelles un jeune homme s’est donné la mort le 14 avril 2018 et relatent une nouvelle tentative de suicide dans cette prison sous pression.
Nous reproduisons ici ce nouveau communiqué et assurons les prisonniers de notre solidarité. Nous restons extrêmement vigilants quant au sort qui leur est fait. Merci de le relayer le plus largement possible.


A la une...

CONSOMMATION - GLOBALISATION
Conditionnement toxique  

Nous oublions trop souvent que nos points de vue varient selon les situations, notre histoire et notre culture. Si notre mode de vie influe sur nos perceptions, voir d’une certaine façon crée sa propre réalité. Nous survivons sous influence d’un système qui formate nos conditions d’existences.


REPRESSION - PRISON
Projection du film « Faites sortir l’accusé, histoire d’un prisonnier longue peine »  

Projection du film « faites sortir l’accusé » de PeG, en présence du réalisateur au Méliès Saint-François, lundi 1er octobre. Une histoire d’amour et d’amitiés qui dévoile une partie de l’implacable machine judiciaire. Une plongée anti-spectaculaire dans le temps infini des longues peines.


MOBILISATIONS - LUTTES
Loi Travail : la répression continue  

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Le 22 septembre, toutes et tous à la Talaudière !  

Rassemblement contre l’A45 et son monde à La Talaudière le 22 septembre 2018.
La bataille contre l’autoroute A45, cette deuxième autoroute entre Brignais (Rhône) et La Fouillouse (Loire), payante et parallèle à l’autoroute existante, n’est pas finie : à nous d’obtenir son abandon définitif.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pub Belle la Ville ?  

Mercredi 5 septembre, place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne, un panneau publicitaire a retrouvé sa fonction d’affichage public. Le message commercial d’une agence d’assurances est en partie recouvert d’une affiche appelant à donner de la place à la culture plutôt qu’à la publicité.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
[Cluny] Salon des éditions libertaires  

Salon du livre liber­taire les samedi 29 et diman­che 30 ­sep­tem­bre 2018 à la salle des Griottons à Cluny.


MEMOIRE
Une Mine autogérée à Saint-Étienne... en 1891 !  

Inaugurée en 1891, la Mine aux mineurs de Monthieu dura jusqu’en 1908. Elle eut une vie agitée, secouée par de nombreux procès, et même une grève ! Et pourtant elle réussit à faire vivre, pendant plus de dix ans, entre 70 et 100 mineurs. Cette expérience, avec son histoire mouvementée et contrastée, peut être utile aujourd’hui encore, comme elle le fut à la fin du XIXe siècle.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Camping itinérant PASSAMONTAGNA Du 19 au 23 septembre 2018  

Cinq jours pour partager des réflexions, expériences et pratiques de lutte contre les frontières et les États qui les ont créées.
Le dispositif frontalier est beaucoup plus qu’une ligne imaginaire. C’est un système de contrôle qui sélectionne et divise, qui s’ouvre et se ferme selon les nécessités économiques et politiques.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Chère, très chère école privée !  

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


LOGEMENT - SQUAT
Squats et Loi Elan, une mise au point  

Petite mise au point sur la Loi Elan qui nous pend au nez.
Elle entraine de multiples modifications dégueulasses sur la question du logement dont une sur les squats.