Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

HP : contention et contentieux




La presse nationale s’en était fait l’écho : lors d’une visite de routine entre le 8 et le 15 janvier 2018 aux urgences psychiatriques du CHU de Saint-Étienne, la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, avait constaté les « conditions indignes », un « traitement inhumain ou dégradant » et des « pratiques illégales et abusives » : treize malades étaient parqués sur des brancards dans les couloirs. Sept d’entre eux, sans signe d’agitation, ni de véhémence, était attachés au niveau des pieds et d’une ou deux mains, explique le rapport. Deux étaient en soins libres, les autres en soins sans consentement. Certains attendaient une prise en charge depuis sept jours, sans pouvoir se laver, se changer, avoir accès à leur téléphone, ni bénéficier d’aucune confidentialité lors des entretiens et traitements.


Un travail de sape durable des urgences psy

Pour Agnès, qui a travaillé en tant qu’infirmière du secteur psychiatrique pendant 30 ans au CHU de Saint-Étienne, ce rapport constitue tout sauf un scoop. C’est plutôt la triste reconnaissance du passage d’une psychiatrie certes à améliorer mais humaine et respectueuse des personnes, sur les bases de la psychiatrie institutionnelle, à une psychiatrie où le comportementalisme soigne tout et qui fait la part belle aux électrochocs et à la maltraitance. Pour mémoire, la Confédération nationale du travail (CNT) dénonçait dès 2003 l’ouverture d’une salle de brancards, avec des contentions abusives et l’absence des soins minimum, en vain.

C’est dans les années 70 qu’est né le principe d’une psychiatrie de secteur, c’est-à-dire à échelle humaine et pluridisciplinaire avec des soignants, des infirmières, des assistantes sociales, des médecins pour accompagner les malades. Les années 80 voient ainsi la création de nombreuses structures de soin, au plus proche des lieux de vie des malades et adaptées à leurs besoins : des Centres médicaux psychologiques pour des consultations, des hôpitaux de jour où les malades venaient la journée et rentraient chez eux le soir, des Centres d’accueil thérapeutiques à temps partiel où les malades venaient un, deux, trois jours ou heures pour un soin précis... des Appartements thérapeutiques qui accueillent cinq, six personnes avec un accompagnement infirmier, avant que la personne intègre un appartement individuel… En somme des structures efficaces, humaines, au plus proche du quotidien, mais coûteuses.

La disparition du diplôme d’infirmière psychiatrique de secteur en 1992, malgré une mobilisation nationale, sonne le glas de la psychiatrie de secteur : année après année, Agnès a vu toutes ces structures progressivement fermer leurs portes : à Saint-Pierre-de-Bœuf, à Pélussin, à l’Horme, à Rive-de-Gier... Ces disparitions ont des implications directes : dans les meilleurs des cas c’est l’hôpital qui a du prendre en charge ces malades, dans le pire ils sont restés dans la nature, sans soins. Fermetures de lits, diminution de personnels, abandon des établissements de soins de proximité, la restructuration de la psychiatrie s’achève en 2007 avec le déménagement de Saint-Jean-Bonnefonds à l’Hôpital nord. Un changement de locaux qui traduit aussi un passage à une autre façon de soigner, plus sensible aux économies qu’aux patients qui, c’est bien connu, ne rapportent pas.

D’une lutte à l’autre

Si la direction de l’hôpital choisit de minimiser les difficultés pointées par la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, elles sont pourtant bien réelles et s’accentuent même dans les mois qui suivent du fait d’une pénurie accrue de personnels. D’autant que certains partent par épuisement ou lassitude face à l’absence de réponses apportées à leurs revendications. Des internes, tout juste formé.e.s, se voient confié.e.s des responsabilités excessives ; faute de place pour les accueillir, des personnes sont refoulées. Le 21 septembre, les urgences psy du CHU de Saint-Étienne décident alors de se mettre en grève. Manifestations, AG, blocages s’ensuivent.


Après cinq mois de lutte, la mobilisation permet d’obtenir 500 000 euros supplémentaires de la part de l’Agence régionale de santé pour financer des recrutements de personnels, ainsi que des garanties en matière de formation des nouveaux soignants et de la création d’un groupe de travail chargé de suivre la réorganisation des services. De nouvelles tensions surgissent toutefois bien vite, notamment autour de doutes persistants sur l’utilisation qui va être effectivement faite de l’enveloppe débloquée par l’ARS ainsi que du projet de la direction de l’hôpital d’accentuer les passages en urgences. Et le manque de moyens humains perdure.

Cela explique que le service ait choisi de rejoindre la grève des urgences entamée le 5 juin à Saint-Étienne et dont le préavis court à présent jusqu’à fin août.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »



Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Les gilets jaunes ont un an : appel pour un acte 53 historique !

Un an, 52 semaines, 365 jours ! Le 16 novembre prochain, cela fera une année que ce mouvement inédit, sorti de (presque) nous aura fait sortir dans les rues tous les samedis. Depuis plusieurs semaines, ça tourne pas mal sur les réseaux sociaux. Les GJ veulent fêter ce premier anniversaires dignement. Des rendez-vous fleurissent aux quatre coins de France pour manifester, bloquer des centres commerciaux voire des villes entières, pour réoccuper les ronds-points. Saint-Étienne n’est pas en reste et des appels à manifester sont lancés pour ce 53e acte.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   EXPLOITATION ANIMALE / MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation anti-corrida à Rodilhan

La manifestation débute par une déambulation dans cette ville qui semble désertée. Les « Basta Corrida » donnent le rythme. Au bout de quelques mètres, la marche est interrompue sur un pont à quelques pas de l’arène par une barrière anti-émeutes soutenue par un camion blindé. Les esprits s’échauffent, la colère monte. Les manifestant·e·s tapent sur les grilles pour se faire entendre, et essaient d’exercer une pression sur celles-ci. La gendarmerie bien abritée derrière leurs camions n’attend pas et commence à gazer la foule moins de 10 min plus tard. La résistance ne se fit pas attendre et des manifestant·e·s affrontent les forces de l’ordre en renvoyant les palets lacrymogènes ou en jetant des pierres.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Nationale des Gilets Jaunes ! Un air de retrouvailles

Ça faisait un bail qu’on avait pas vu autant de monde dans les rues un samedi à Sainté. Et ça fait plaisir ! Même si, il faut l’avouer, on est loin du nombre des décembre, janvier, février derniers... Au moment fort de la manifestation, plus de 1000 GJ de Sainté et de Navarre ont promené les forces de l’ordre tout l’après-midi et même jusqu’au début de soirée à Monthieu ! Et ce malgré le dispositif énormissime, les grenades lacrymo, les charges agressives, les tirs de LBD et les coups de matraque.


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / DISCRIMINATIONS - RACISME

Apéro et projection en soutien à la caisse de grève de la section nettoyage de Marseille

Pour soutenir la caisse de grève des femmes de chambre de Marseille qui se sont battues pendant 6 mois... Viens prendre l’apéro autour d’un buffet le 1er novembre au 17 à 18h. Trois courts métrages de Primitivi (télévision indépendante de Marseille) relatant leur lutte intersectionnelle seront projetés.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement contre l’islamophobie

Samedi 26 octobre 2019 - Place Jean Jaurès à St-Étienne - 15h
Redéfinir l’islamophobie : qu’on ne s’y trompe pas, cette islamophobie ambiante ne concerne pas seulement la religion, c’est aussi un glissement du racisme dont sont victimes depuis toujours les descendant·es de l’immigration postcoloniale. Il s’agit de justifier la discrimination sous couvert de critique de la religion.


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES

Vague mondiale de colère !

Le ciel de la capitale chilienne est rouge : des bâtiments et des métros ont brulé toute la nuit. À Hong Kong, les barricades n’en finissent pas de barrer les rues de la métropole. À Barcelone, la police perd le contrôle. À Quito, le président de l’Équateur doit reculer, après avoir été chassé de la capitale par l’insurrection. Nous ne voyons quasiment que ça depuis plusieurs jours, de nos fils d’actualités jusqu’aux médias dominants. Les vidéos des différentes révoltes à travers le monde. Partout autour du globe, les populations se soulèvent contre leurs dirigeants, contre la corruption et l’injustice.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement pour les personnes sans logement

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui incombr cette tâche restent – à une exception près – sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Retraites, la bataille commence

Le mardi 24 septembre, ce sera un premier rendez-vous pour ce qui devrait être le début d’une lutte et d’un rapport de force pour enfin, reconquérir des droits.
Rassemblement à Saint-Étienne à 10h30 devant la bourse du travail pour une manifestation que l’on espère massive et offensive.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne

Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Avant l’été, communiqué du collectif des occupant’es de la Bourse et après

Trois mois après le début de la mobilisation pour venir en soutien aux migrant’es sans logement, le collectif fait le point sur la situation en ce début d’été.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   DROITS SOCIAUX - SANTE

Assurance chômage : ce qui va changer

Ce matin devant la maison de l’emploi de Saint-Étienne, en réponse à l’appel national de la CGT, ce sont plusieurs dizaines de personnes privées d’emploi qui sont venues contester les décrets annoncés par le gouvernement le 18 juin.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement contre la réforme de l’assurance chômage

Mercredi 26 juin à 10h30 devant la maison de l’emploi. Ripostons à l’attaque sans précédent du gouvernement contre les chômeuses et les chômeurs !


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Rassemblement solidaire aux personnes à la rue

Cela fait un mois que des citoyens et des associations se mobilisent jour et nuit pour interpeller les pouvoirs publics sur leurs manquements et la violence des expulsions que subissent les personnes sans-abri. Jusqu’aujourd’hui la seule réaction de la mairie de Saint Etienne a été de redoubler dans son mépris et la violence. Continuons à exprimer ensemble notre solidarité envers ces personnes que les autorités pourchassent. Rassemblons nous nombreureuses devant les marches de l’hôtel de ville lundi 29 à 16h.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

[Audio] Expulsions et petits calculs cyniques... Logement pour tout’es à Sainté, l’argent est là !

Alors que les personnes sans-abri dorment toujours temporairement dans les vestiaires de la piscine de la Talaudière, un petit calcul s’impose. Que faire des millions d’économie suite à l’abandon du projet d’autoroute A45 ? C’est édifiant.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Le clergé stéphanois et la charité...

Démonstration de solidarité par le clergé stéphanois. La charité bien au chaud enfermée dans leurs églises !


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Grève de la faim en soutien aux personnes expulsées

Face à l’indifférence, une femme se met en grève de la faim en soutien aux personnes expulsées de la Bourse du Travail et de la faculté. Elle explique son passage à l’action.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

La Préfecture de la Loire s’engage contre le logement pour tou.te.s

On ne fait pas disparaître les gens en les repoussant d’un endroit vers un autre. Ils et elles continuent d’exister de toute façon. Appel aux riches propriétaires, et à leurs nièces, cousins, petits enfants.

Mise à jour :


A la une...

DISCRIMINATIONS - RACISME
Journée internationale des migrant·es  

Mercredi 18 décembre 2019 - 18h - Place du Peuple - Saint-Étienne
Nous, Collectifs de Sans-Papiers et MigrantEs, Syndicats, Associations, Collectifs de solidarité, États Généraux des Migrations, Marche des Solidarités appelons à des manifestations et rassemblements le 18 décembre, journée internationale des migrantEs.


MOBILISATIONS - LUTTES
17 décembre : nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites  

Et oui, on ne lâche toujours rien... Après trois grosses journées réussies à Saint-Étienne, on doit faire encore mieux le 17 ! Travailleus.es, fainéant.es, précaires, fonctionnaires, prolétaires, cheminot.es, lycéen.nes, étudiant.es, traminot.es, chômeur.euses, gilets jaunes, profs, etc. Tout le monde dehors le 17 ! Enracinons la grève, contre la réforme des retraites, contre ce gouvernement inique. Rendez-vous à 10h30 devant la CCI, cours Fauriel.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
La direction de l’université n’aime pas le droit de grève  

Alors qu’en ce mois de décembre les manifestations se succèdent et laissent espérer une amplification des protestations, le mouvement demeure à l’Université Jean Monnet pour le moins atone. Si des AG et des tractages ont eu lieu et si des appels à ne pas tenir les examens ont été émis, la mobilisation demeure faible. La responsabilité en revient notamment à une direction qui s’attache à la rendre invisible et à éteindre toute braise.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Gaël Perdriau, le maire de Saint-Étienne, s’octroie un label UNESCO  

Il y a environ une semaine, un contributeur au site Numéro Zéro faisait parvenir un texte intitulé « Incroyable ! L’UNESCO décerne à la ville de Saint-Étienne le label de ’’ville inclusive et durable’’ » qui dénonçait l’écart entre les objectifs d’un tel label et la politique de la mairie de Saint Etienne. Après vérification sur le site de l’unesco, la réalité s’avère pire que prévu : à l’hyprocrisie s’ajoute la déformation de la vérité par le maire et comme d’habitude relayée benoîtement par Le Progrès.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Soutien aux décrocheurs de portraits  

Faisons le procès des responsables de l’écocide qui menace l’humanité, mardi 17 décembre à l’occasion du procès de Vincent BONY.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur les manifestations et actions du 5, 6 et 7 décembre  

Ces derniers jours de mobilisation contre la réforme des retraites ont été riches en événements. Gilets jaunes, syndicalistes (ou pas), précaires, étudiant.es, lycéen.ne.s... De nombreux stéphanois.es ont pris la rue ces trois derniers jours. Retour en images.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre  

Contre le projet de retraite par points, pour un système de retraite et un monde solidaire, nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre 2019.
RDV 10h30 devant la gare de Châteaucreux à Saint-Étienne et à 10h30 Pont du Coteau à Roanne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Suivi du mouvement contre la réforme des retraites  

Blocages, piquets de grève, Assemblées générales, actions, manifestations, etc. La journée du 5 décembre qui a réuni plus de 22000 personnes dans les rues de Saint-Étienne va, semble-t-il, marquer le début d’une période riche en événements. Tentative de centralisation de toutes les informations liées au mouvement contre la réforme des retraites à Saint-Étienne.


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.