A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES

Interview. Il y a six ans, des “gilets jaunes” avant l’heure en Italie




En 2013, un mouvement de colère citoyen voit le jour en Italie. La mobilisation des “fourches” émerge sur les réseaux sociaux et bloque les routes ; elle dénonce les taxes, l’austérité, le chômage, le coût de la vie, l’élite et, surtout, elle refuse d’être récupérée par les partis. Cinq ans plus tard, les “fourches” ont disparu, mais l’Italie est dirigée pour la première fois par une coalition entièrement populiste. Quelles leçons en tirer alors que surgit un mouvement similaire en France ? L’analyse de Leonardo Bianchi, journaliste et auteur d’un essai sur les mouvements de colère en Italie.


Lu sur mondialisme.org
interview de Leonardo Bianchi dans Courrier International, le 20/11/18

En 2013, un mouvement de colère citoyen voit le jour en Italie. La mobilisation des “fourches” émerge sur les réseaux sociaux et bloque les routes ; elle dénonce les taxes, l’austérité, le chômage, le coût de la vie, l’élite et, surtout, elle refuse d’être récupérée par les partis. Cinq ans plus tard, les “fourches” ont disparu, mais l’Italie est dirigée pour la première fois par une coalition entièrement populiste. Quelles leçons en tirer alors que surgit un mouvement similaire en France ? L’analyse de Leonardo Bianchi, journaliste et auteur d’un essai sur les mouvements de colère en Italie.

D’Italie, comment avez-vous perçu les mobilisations du week-end dernier en France ?

Elles m’ont rappelé, d’une façon surprenante, le mouvement des forconi [les “fourches”] qui a surgi en Italie il y a cinq, six ans. C’est un mouvement qui n’était lié ni aux syndicats ni aux partis représentés au Parlement, qui est né principalement sur les réseaux sociaux, et qui avait une série de revendications très larges et très confuses : contre le gouvernement de l’époque, mais plus généralement contre la Caste, c’est - à-dire les élites. Ce mouvement était né sur Facebook et s’était mobilisé sur le réseau social, un peu comme l’ont fait les “gilets jaunes”. Ça a été un mouvement en deux temps.

La première mobilisation s’est déroulée en Sicile en 2012 et rassemblait surtout des agriculteurs et des transporteurs routiers, qui avaient choisi comme moyen d’action le blocage de routes, de ports, etc. En cinq jours de protestation, ils étaient effectivement parvenus à bloquer la Sicile qui, pendant quelques jours, a été isolée du reste de l’Italie. À l’époque, on ne comprenait pas bien ce qui était en train de
se passer.

Dans un deuxième temps, à plus grande échelle, les mêmes moyens d’action ont été reproduits dans toute l’Italie à travers le mouvement dit “du 9 décembre”, qui rassemblait notamment les forconi siciliens.

Par rapport aux “gilets jaunes”, bien sûr les causes sont différentes, le profil des manifestants est différent, et les contextes italien et français ne sont pas comparables. Néanmoins, il est impressionnant de retrouver les mêmes mots d’ordre, le même recours à des images artisanales et à des vidéos virales, le même usage de Facebook.
La caractéristique principale des “fourches” était le refus, à la racine même du mouvement, de toute forme de représentation politique et –c’était une nouveauté à l’époque– de représentation syndicale. La même chose se produit avec les “gilets jaunes”. Autre analogie : Dans les interviews, les adhérents des ‘gilets jaunes’ – puisqu’il serait impropre de parler de leaders – se disent tous apolitiques, ils soutiennent qu’ils ne veulent pas être instrumentalisés par les partis, et ils affirment représenter tout le peuple français. C’est exactement ce que disaient les “fourches”.

Il est curieux d’observer que cette colère populaire s’est exprimée hors de tout parti, alors qu’en France, comme en Italie, il existe des partis “populistes”, qui se veulent proches du peuple.

En effet. Les partis populistes, quoi qu’il en soit, restent des partis. Ils exercent une médiation. Or les mouvements comme les “gilets jaunes” et les “fourches”, grâce aux réseaux sociaux, contournent cette médiation pour exprimer une autre forme de populisme. Paradoxalement, on pourrait parler de “populisme du peuple”. Un populisme hors des logiques de partis. Il existe de très nombreuses définitions du concept de populisme, mais parmi les caractéristiques qui reviennent, il y a la présence d’un leader qui se réclame du peuple et construit ainsi son assise. Ici, il n’y a ni parti ni leader mais quelque chose de profondément différent.

Il est intéressant que ces mouvements soient apparus, en Italie comme en France, à un moment de transition dans l’histoire contemporaine de ces deux pays. En Italie, on était juste après les élections de 2013, quand le Mouvement 5 étoiles [formation antisystème, qui ne se veut ni de gauche ni de droite, et qui est aujourd’hui au gouvernement] est entré pour la première fois au Parlement.

De la même manière, il est significatif qu’en France ce mouvement survienne après la dernière présidentielle, qui a acté de fait la fin de la bipolarité qui avait accompagné jusque-là la Ve République, entre conservateurs et socialistes.
D’après moi, la leçon que l’on peut retenir de l’expérience des “fourches”, c’est que, lorsqu’un pays traverse une période de forte incertitude politique, que les cartes sont en train d’être rebattues, il est presque inévitable de voir émerger ce type de mouvements, difficiles à interpréter, sans direction apparente, sans leader, sans structure, mais dont les revendications parlent à ceux qui ne se reconnaissent pas dans la situation politique qui se présente à eux.

Ni dans les nouvelles formations politiques qui émergent, ni dans les vieux partis populistes comme le Rassemblement national [ancien Front national]. Il y a vraiment un refus radical de se faire représenter par ces partis. Pour le moment en tout cas.

D’après vous, quel a été l’héritage du mouvement des “fourches” en Italie ?

Le bilan est assez compliqué à établir.
Les “fourches” n’ont pas à proprement parler d’héritage. La mobilisation a duré environ une semaine. Elle n’a pas rassemblé les gens dans les mêmes proportions que les “gilets jaunes”, et elle s’est écroulée de façon misérable quand elle a voulu mettre sur pied une manifestation à Rome. La grande manifestation, celle qui aurait dû permettre de faire la révolution, est tombée à plat, avec moins de 3000 personnes dans la rue.

Au départ, ils étaient parvenus à rassembler pas mal de gens dans les rues. Mais ensuite, il s’est avéré que les leaders n’étaient pas à la hauteur. Ce n’étaient pas à proprement parler des leaders, plutôt des sortes de porte-parole, ceux qui passaient dans les médias. Mais, à l’épreuve des faits, ils se sont avérés incapables de gérer la protestation. D’une certaine façon, ils ont été dépassés, parce qu’ils ont été rejoints par énormément de personnes, qui manifestaient parfois pour la première fois. Et, passée l’euphorie du moment, personne n’a su quoi faire et comment continuer.
Le principal héritage, selon moi, c’est d’avoir constitué une sorte de signal d’alarme pour les partis, d’avoir mis en lumière l’existence d’une vaste zone grise de l’électorat italien, constituée de personnes qui ne se sentaient plus représentées par aucun parti, pas même par le Mouvement 5 étoiles.

Avec le recul, on peut dire que ceux qui ont su tirer les leçons de cet épisode sont ceux qui ont gagné les dernières élections [le M5S et la Ligue, extrême droite].
L’héritage du mouvement des “fourches”, c’est aussi d’avoir créé de toutes pièces un nouveau modèle de contestation sociale, qui se caractérise tant par ses moyens d’action (blocage des routes, occupation des ronds - points) que par son organisation sur les réseaux sociaux, et par sa façon de faire circuler des informations : une hypersimplification des messages, un style visuel et communicationnel artisanal, de ce fait perçu comme “vrai”, authentique.
Ce modèle a été récupéré efficacement par des partis de droite plus ou moins extrême, qui ont commencé à se mobiliser (contre les migrants, le délabrement des villes) en se retranchant derrière l’étiquette de “citoyens exaspérés”, “apolitiques”. En masquant leur vraie nature, ils ont pu atteindre davantage de personnes.

À la lumière de cette expérience, quelle suite peut-on imaginer pour les mobilisations en France ?

Le problème avec ce type de mouvements difficiles à interpréter, c’est qu’on a du mal à comprendre sur quoi ils peuvent déboucher. Ce qui est sûr, c’est que c’est un signal de profonde fracture entre le centre et les périphéries et, potentiellement, un gros problème pour Macron. Je comprends que, comme en Italie, il soit difficile de répondre à ce type de mobilisations qui rassemblent en leur sein toutes sortes de
choses. Le gouvernement semble décidé à tenir son cap en espérant, comme le faisait le gouvernement d’Enrico Letta [centre gauche] à l’époque, que la vague passe et que le mouvement implose.

Il peut imploser ou bien exploser, c’est toute la question. Ce type de mouvement peut prendre toutes sortes de directions. Néanmoins, s’il ne se dote pas d’un minimum de structure, le mouvement des “gilets jaunes” risque de connaître le même sort que celui des “fourches”. Ensuite... il peut renaître sous une autre forme, ou bien voir certaines de ses revendications absorbées par des partis. Un leader peut émerger, ou pas. C’est impossible à prévoir.

Propos recueillis par Carole Lyon

Leonardo Bianchi

Né en 1986, Leonardo Bianchi est journaliste au site d’information Vice Italia. En 2017, il a publié La Gente. Viaggio nell’Italia del risentimento aux éditions Minimum Fax (“Les Gens. Voyage dans l’Italie du ressentiment”, non traduit), un essai sur les mouvements de colère citoyens qui ont émergé ces dernières années dans le pays, et qui présentent un rejet de la classe politique et des formes d’organisation traditionnelles.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Rassemblement de soutien au peuple algérien

Pour une Algérie libre, digne et démocratique. Non au prolongement du 4e mandat !
Dimanche 17 mars dès midi place de l’hôtel de ville et à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel unitaire à une marche pour le climat

Marche pour le Climat, Samedi 16 mars à Saint-Étienne et partout en France au lendemain de la grève mondiale des jeunes du vendredi 15 mars 2019 en Europe et dans le Monde.


Opinions   MOBILISATIONS - LUTTES

Les loups dans la bergerie

Banalités de base sur la révolte en cours.
Comité pour la prolifération des loups - mars 2019


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Brève] Grève reconductible et occupation à l’imprimerie Loire offset Titoulet

Encore un « plan social » bien dégueulasse. Des employé’es qui ont plus de 20 ans de travail, jeté’es dehors à cause d’une mauvaise gestion de ses patrons avec les primes minimales et c’est tout. Illes occupent leur usine.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Manifestation en soutien au peuple algérien

Un rassemblement en soutien au peuple algérien en révolte, aura lieu le dimanche 10 mars à 14 h place du Peuple à Saint-Étienne.


National   ARMEMENT / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à bloquer Verney-Carron et toutes les usines d’armement !

Pour les blessé.es par les forces de l’ordre, pour celles et ceux qui sont mort.es de s’être révolté.es, du 29 au 31 mars 2019, bloquons toutes les usines d’armement qui participent à la represion des mouvements sociaux !
À Saint-Étienne se trouvent deux grands spécialistes de la fabrication d’armes : Verney-Carron et Le Banc National d’Épreuve des Armes.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Carnaval de l’inutile

Il fut un temps, où le carnaval était le jour où les esclaves se déguisaient en roi pour se moquer des puissant.e.s. Une occasion d’inverser les rôles, de transgresser les normes établies. Pour un jour, le monde marche à l’envers ! Aujourd’hui, à Saint-Étienne, ce sont les puissant.e.s qui l’organisent – celleux-là mêmes qui relookent la ville en Capitale du design. Celleux-là mêmes qui font mourir des quartiers habités pour en construire de nouveaux aseptisés. Nous proposons plutôt un giga carnaval coloré, bruyant et indomptable !
Les 30 et 31 mars 2019, ce sera un week-end coloré, bruyant et indomptable !


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Journée De Lutte contre les violences policières

Les combats contre les violences policières, contre les injustices sociales, contre le racisme et tellement d’autres causes font des quartiers populaires des « gilets jaunes » malgré eux. Dans ce contexte, des collectifs et des familles de victimes de crimes policiers se battent pour obtenir justice et pour que la vérité éclate sur les circonstances de la mort de leurs proches entre les mains de la police. Luttons ensemble contre les violences policières, contre le racisme et pour une vraie justice sociale !
Manifestation samedi 16 mars 2019 à 13h au départ de la place Guichard (Lyon 7e) - Métro B place Guichard


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Grève des jeunes pour le climat

Suite à l’appel internationale à la grève pour le climat le 15 mars 2019 les lycéen.ne.s et étudiant.e.s de Saint-Étienne s’organisent pour créer une mobilisation, en coordination inter-établissements !
Plusieurs actions symboliques et/ou de désobéissances civiles sont déjà prévues. Alors venez nombreux et plus déterminé.e.s que jamais !


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Assemblée générale pour le climat

Assemblée Générale à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne Mardi 5 mars en Amphi E01 à 18h30, pour préparer la grève des jeunes pour le climat du 15 mars.


Dans la thématique "MOUVEMENT GILETS JAUNES "

Opinions   CAPITALISME - GLOBALISATION / MOBILISATIONS - LUTTES

Ami.es Gilets Jaunes

Bref appel à l’adresse des gilets jaunes d’ici ou d’ailleurs...
« Amis GJ, je communique ici à l’écrit ce que certains d’entre nous pensent, en qualité de GJ mobilisés depuis le 17 novembre. (...) »


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XII

Manifestation samedi 2 février, 13h au départ du rond-point de Monthieu et 14h place du Peuple. « Nuit jaune » à 20h place Jean Jaurès.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

[Brève] Évacuation et destruction des Ronds-points de Monthieu, Méons et Firminy

Depuis ce matin 7h, une horde de CRS en armure escortent les pelleteuses qui détruisent les lieux de vie construits par les gilets jaunes depuis plus de deux mois. Une assemblée générale aura lieu ce soir, mercredi 30 janvier à l’amicale de la Richelandière (Saint-Étienne) à 18h30.


A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES

[Vidéo] Appel de la première « assemblée des assemblées » des Gilets jaunes

« L’assemblée des assemblées » des Gilets jaunes s’est tenue à Sorcy-Saint-Martin, près de Commercy (Meuse), samedi 26 janvier et dimanche. Elle vient de publier son appel, que l’on peut regarder et lire ici.


National   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Grève générale du 5 février : nous devons en être !

À l’impossible nul n’est tenu... Martinez a appelé à une fameuse « journée d’action » syndicale. Il ne devait pas se douter que les gilets jaunes réfléchiraient à ce mode d’action en appelant eux aussi à la grève générale. Appel à y être nombreux et nombreuses et à être force de proposition.


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / MOBILISATIONS - LUTTES

Le Déchaîné n°5 - Journal de gilets jaunes de Monthieu

Le dernier numéro du désormais célèbre journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé. Présent aux ronds-points et dans les bars de la ville, il est aussi téléchargeable ici.
« Saint-Étienne a été agressé par quelques centaines de policiers sous le regard complice de l’État, qui prétend avoir tout mis en œuvre pour préserver l’intégrité physique des citoyens. Il est bien le seul à le croire. La réalité est différente et le ministre de l’Intérieur, tout comme le préfet, ont semblé nier la réalité, allant, pour le deuxième, jusqu’à qualifier les situations vécues entre les policiers et les manifestants de ’’ludiques’’. » (...)


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

« C’est ça la justice ? Eh ben, vivent les gilets jaunes, ils ont raison ! », comparutions immédiates, Paris, 14 janvier 2019.

Des Gilets jaunes face à la justice de classe, 3e épisode : Comparutions immédiates suite à l’acte IX le 14 janvier 2019 par l’équipe du journal L’Envolée.
Ce lundi 14 janvier 2019, l’activité de la 24e chambre était exclusivement consacrée à la répression d’un mouvement social qui dure depuis plus de deux mois maintenant. L’audience a duré jusqu’à 22 heures, et des Gilets jaunes passaient aussi en comparution immédiate dans deux autre salles.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte XI

Manifestation Gilets Jaunes samedi 26 janvier. 13h à Monthieu / 14h Place du Peuple

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Acte X : compte-rendu fainéant et futur à demi-mots

Routine des samedis jaunes.
Partir des ronds-points et d’ailleurs.
Discuter. Regarder. Fumer.
Rigoler. Tergiverser.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte X : on s’arrête plus ! Récit en images

La mobilisation ne faiblit pas à Saint-Étienne en ce samedi 19 janvier pour le 10e acte des Gilets Jaunes. Environ 2000/2500 manifestant.e.s étaient présent.e.s d’après nos estimations ; avec notamment un cortège Roannais ayant rejoint les rangs stéphanois !

Mise à jour :


A la une...

FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Manifestation pour sauver le climat et le droit d’asile  

Samedi 25 mai - Mobilisation européenne #STOP DUBLIN*
RDV à partir de 10h à la Bourse du travail.
Marche pour le droit d’asile et pour le climat.
À midi : partage de pique-nique et prises de paroles au parc du Puits Couriot.
Et aussi, de 13h à 17h après-midi partage place de l’hôtel de ville : lectures et goûter sont prévus (n’hésitez pas à amener des textes qui vous semblent cohérents).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


ANTIFASCISME
L’extrême droite italienne fixe un prix à la mort  

Alors que pas moins de 2 260 migrants ont péri l’an passé en tentant de traverser la Méditerranée, le gouvernement italien à l’initiative de Salvini ne trouve rien de mieux qu’annoncer un projet de loi toujours plus hostile à l’immigration. Si la loi n’est pas encore mise en place, il est important de lutter dès maintenant contre ce projet et toute autre dérive fasciste !


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.