Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’expérience design !? Notre ville n’est pas votre laboratoire…




Alors que se tenait la Biennale du design, Couac a souhaité publier cette tribune d’un habitant du quartier Jacquard, qui fait écho à la précédente édition de l’événement. Elle avait pour thème en 2015 « Les Sens du Beau ».


La grande foire au design est de retour à partir du mois de mars. Un mois de consensus local acheté à coup de CDD précaires, d’heures d’intermittences, de subventions associatives dans un contexte de pénurie d’emplois, de précarité et d’assèchement des ressources des assos. Un consensus gagné grâce à la nécessité pour certainEs de garnir un tant soit peu des poches trop vides. La Biennale. Celle de 2015 est la première dans laquelle j’ai baigné en tant qu’habitant stéphanois. Et il y a deux ans, j’ai été pour le moins chanceux, mon quartier abritait un de ses antres : le « B.E.A.U. », Bureau Éphémère d’Activation Urbaine du quartier Jacquard. Les expériences de l’équipe de la Cartonnerie [1], léchant la main de l’E.P.A.S.E. [2] qui l’a fait naître, s’étalaient partout dans les rues alentour. Des vitrines vacantes, repeintes en couleurs rutilantes et fluo (il faut que ça se voie), abritaient une bonne dizaine de mascarades de projets participatifs, multiculturels et citoyens. Tous ces mots vidés de leur sens depuis qu’ils sont indispensables à tout dossier de subvention payant. Car l’adhésion était plus que partielle. Ce ne sont pas les habitants de mon quartier que j’apercevais à travers leurs vitrines... Et Jacquard vivait bien, avant leur « réhabilitation ». Quatre marchés par semaine à l’ambiance plus que métissée, des enfants grouillants balle au pied sur la place à 16 h, les habituéEs du café-terrasse infini. La vie quotidienne, quoi. Ramener de l’activité et du lien semblait pourtant être l’objectif affiché par le très artistique concept du B.E.A.U.
Dans les faits, le projet semblait ignorer jusqu’à l’existence du mot sociologie : le journal qu’illes ont publié pour l’occasion l’a bien prouvé, ne parlant que d’urbanisme, de propreté et d’un vivre ensemble flou. Ni origine sociale ni origine culturelle n’apparaissaient au fil de ses lignes, détaillant les objectifs de l’opération. Ce projet a consisté notamment en des performances théâtrales douteuses avec des imitations pastiches d’une visite de musée à travers les rues et le marché, en mode Festival d’Aurillac. Décalage : cela donnait un public bobo, souvent anglophone car international, observant la vie des « populations issues de l’immigration » rassemblées là et faisant leurs courses au rabais des grossistes. Rappelons que j’ai eu l’impression d’être un animal dans un zoo. Et concluons ce point en demandant si la limite de l’humour n’est pas le mauvais goût envoyé au visage des moins favoriséEs, et avec un sourire de gauche… Ou peut-être était-ce juste un problème d’angle, de recul ; c’est possible, mais tout aussi grave. Il y eut aussi cette benne transformée en banc qui abritait les pauses déjeuner des ouvriers du chantier d’un immeuble. La seule assise existante du coin, donc pas le choix. Cela n’a pas semblé choquant à Carton Plein de proposer à son voisinage de s’asseoir dans une poubelle... Le quartier, lui, ne s’y est pas trompé. Le banc-benne a vite croulé sous les déchets. Les chaises d’écoles installées ci et là ont été détruites pour effacer les mornes heures passées sur leur bois dur. Les installations, dégradées. Les façades, taguées dès la peinture sèche. Les anticorps ont naturellement réagi au virus. Et bien sûr, une fois la biennale terminée, les rez-de-chaussée, occupés par les concepteurs parasites, ont retrouvé le vide du concept du B.E.A.U. ; la « réhabilitation du vivre ensemble » est retournée dans son dossier de sub ; l’équipe de la Cartonnerie dans son antre(-soi). Et les vitrines ont retrouvé leurs toiles d’araignées… Pas de désillusion, le côté « éphémère » était présent dans l’intitulé. Pourtant, tout cela a été présenté comme une réussite !
Ce ne fut pas le cas à mes yeux. Tout simplement car le design n’est pas ancré dans la vie. Il n’est que décor de théâtre. Étalant sa splendeur high-tech dans le centre-ville rendu propret, Perdriau et son équipe l’utilisent comme du maquillage de mauvais goût, comme un fond de teint excessif sur un visage un peu fatigué. Tout au plus sert-il à attirer touristes et investisseurs. Mais le design n’est pas pensé pour les gens du quotidien stéphanois. Il est guidé par l’argent. Il offre des bancs publics où l’on doit s’asseoir seulE. Il vend des abat-jours à 800 € et des chaises à 1000. Il démonte les abribus en plein hiver, à l’heure de la neige, du vent et de la pluie, pour les équiper de prises USB. Peut-être les fonds publics seraient mieux investis dans la STAS s’ils rendaient Montreynaud accessible en bus après 22h30, par exemple… Ou s’ils renforçaient les rues qui s’effondrent, plutôt que de les paver de bonnes inventions !
Le design est dévoué à l’attractivité et non à la convivialité. Comme l’architecture, il est utilisé pour contrôler l’espace public, donc les populations (nous). Il est vidéosurveillé, hyperconnecté. À Sainté, il est l’outil numéro 1 de ce que l’on nomme la gentrification : accentuer l’embourgeoisement du centre pour repousser les indésirables vers les périphéries (cherchez donc un équipement design à la Cotonne ou à Montreynaud !). Ce processus est long et lent, parfois presque invisible. Une ville comme Marseille, malgré son caractère plein et entier, reste la preuve que l’acharnement des politiques urbaines peut avoir raison des plus tenaces résistances populaires. Car ces politiques se placent dans une durée qui dépasse une génération de lutte. Car elles intègrent la « gauche cool » à la transformation du quotidien. Car elles sont à même d’intégrer la critique en leur sein (démocratie libérale oblige…). Car elles utilisent des montages détournés (les sympathiques associatifs de la Cartonnerie sont en fait missionéEs pour appliquer les politiques des décideurs de tous les niveaux de l’État, ça passe mieux…). Car elles offrent leur chance aux jeunes issuEs des études design. Car elles savent donner l’impression que c’est mieux qu’avant. Sauf qu’on ne peut plus touTEs y vivre ensemble…
Pour que Sainté reste Sainté, il est donc grand temps de « dé-designer » nos rues, ou de les designer à notre sauce... Et de ne surtout pas tomber dans le panneau verni de la Banale du Design !

[1La Cartonnerie, « espace public de proximité, expérimental et temporaire », selon leur blog, a(vait) ses locaux dans le quartier Jacquard : « Le 24 novembre 2010 à Saint-Étienne, sous l’impulsion de l’E.P.A.S.E, le site des Cartonnages Stéphanois devient un espace public temporaire. Conçu et animé en plusieurs épisodes par l’association CARTON PLEIN, il est aujourd’hui en gestion municipale et participe d’une recherche-action pluridisciplinaire sur la ville et le jeu. » L’associatif du 21e siècle semble donc bien guidé par les appels d’offres ; et ça marche. À présent, Carton Plein dispose du local « Ici-Bientôt », espace participatif, rue de la Résistance. Ce dernier appelle d’ailleurs au bénévolat pour nettoyer les vitrines vides de la rue de la Ville, jusque Beaubrun, pour la Biennale 2017. Si jamais certainEs étaient prisEs d’envie de suer sympathiquement pour les puissants de toutes les échelles de pouvoir. Ceux-là mêmes qui, dans leur infinie bienveillance, opèrent des coupes franches dans les subventions associatives, soutiennent le mariage pour tous, imposent l’A45 et ont asséné la Loi Travail à grand coup de 49.3...

[2L’EPASE, « Établissement Public d’Aménagement de Saint-Étienne », a été monté à l’initiative de l’État. Il est financé à moitié par ce dernier, 20 % par la ville et 10 % chacunE par la métropole, le département et la région. Selon son site, l’EPASE « n’hésite pas à endosser plusieurs rôles selon les opérations. Au-delà d’être un aménageur, il est également promoteur immobilier, gestionnaire, investisseur ou commercialisateur. » Gaël Perdriau est le président de son C.A. Il parle de son action en ces termes : « C’est la transformation urbaine et la dynamique économique de la ville qui sont en jeu. Cela prend du temps. » Il leur suffira donc de patience. Nous sommes prévenuEs.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design partout, Justice nulle part

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.



Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2048

Courte nouvelle d’anticipation parue dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...

Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des quatre ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es., qui, aux dires des Stéphanois.es interviewé.es pour cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

[Radio] Joie, rage et courage - Qu’est-ce qui se trame ?

Alors qu’une troisième ligne de tramway va arriver à Saint-Étienne, retour sur les choix de construction des lignes de tramway et les projets de restructuration urbaine avec la gentrification en toile de fond. Petit exemple de lutte contre les transports payants avec les mutuelles des fraudeur-euses et les actions des R.Z. en Allemagne à la fin des années 70.


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


Saint-Étienne et alentours Couac   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Le Couac n°7 est sorti !

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MEDIAS

Langue de bois, novlangue, « serenicity » : gros mensonges

Serenicity serait une super pompier qui va sauver les citoyen.nes perdu.e.s du web, Serenicity une start-up pour écouter les oiseaux avec l’aval de CNIL ? Et le Progrès serait un journal d’information ?
Sur la question des micros à Beaubrun, on nous dit n’importe quoi. Petit décryptage.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Que sont nos quartiers devenus ? » socio-histoire des grands ensembles des quartiers Sud-Est de Saint-Étienne

Rencontre à la librairie Lune et l’Autre jeudi 2 mai à 19h avec Rachid Kaddour autour de son livre « Les grands ensembles patrimoines en devenir » : une histoire des politiques urbaines et du peuplement des grands ensembles de Beaulieu/Montchovet/La Métare (PUSE).


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Sortie du Journal du carnaval 2019 : design-on l’ennemi !

Ce journal, sorti à l’occasion du carnaval de 2019, gratte pour voir ce qui se cache derrière la marque de Saint-Étienne comme capitale du design.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


A la une...

GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7 à Biarritz : programme du contre-sommet et des mobilisations  

Le sommet du G7, qui réunit les chefs des sept États parmi les plus riches de la planète, se tient à Biarritz du 24 au 26 août, sous la présidence de la France. Plusieurs évènements sont organisés contre cette réunion : des manifestations et rassemblements les 24 et 25 août ainsi qu’un contre-sommet et un village des alternatives du 21 au 23 août.


MEMOIRE
Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté  

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Les EPHAD à Sainté : pris pour des CPOM  

Face à des conditions de travail très dégradées et une impossibilité de s’occuper décemment des résident.e.s, des personnels des Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) stéphanois tentent d’alerter les habitant.e.s et la municipalité. Celle-ci, non contente de rester sourde à leurs appels, les empêche d’exercer leur droit de grève. Laisser crever et faire crever. Un article du Couac paru au printemps 2018.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Ville, métropole et design : qui S.E.M le vent...  

« Il convient de maîtriser l’image de la cité, de la même manière qu’on joue sur celle d’une entreprise pour influer sur sa cotation en bourse. »
Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019 sur notre métropole stéphanoise et le recours au design comme instrument de transformation de la ville.


DROITS SOCIAUX - SANTE
HP : contention et contentieux  

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Gentrifier Sainté ?  

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...


DROITS SOCIAUX - SANTE
L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?  

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


REPRESSION - PRISON
[Lyon] Après la victoire de l’Algérie à la CAN le 19 juillet, la préfecture et les flics font la fête à leur manière  

Alors qu’à Sainté la place Jean Jaurès s’est retrouvée sous les gaz et que la Police concocte tranquillement quelques 400 procès verbaux pour des "infractions au code de la route", à Lyon une fois de plus, les festivités qui suivirent la victoire de l’équipe nationale d’Algérie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ont été réprimées avec violence par les forces de « l’ordre ». Comme le dimanche 7, le jeudi 11 et le dimanche 14 juillet, la détermination policière à restaurer l’ordre républicain et post-colonial a transformé une fête en vaste foire aux gazs lacrymogènes, aux coups de matraque, aux tirs de LBD et même au tir de canon à eau.


REPRESSION - PRISON
Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne  

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Bure : Le bois Lejuc est réoccupé !  

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le 18 juillet à 14h. De nombreuses personnes ont réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au nucléaire et à son monde, industriel, colonial, militaire. Les forces policières qui occupaient jusque là ce lieu stratégique et protégeaient les intérêts de l’Andra ont été contraintes de quitter les lieux. Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt.


LOGEMENT - SQUAT
Nouvelle édition du « squat de A à Z »  

La fameuse brochure écrite en 1999 et régulièrement mise à jour est LE texte de référence pour qui veut participer à l’ouverture de squats en France. Il vient d’être mis à jour pour intégrer notamment les nouveaux textes de loi français.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES
Rencontre avec des membres actifs de l’amicale du Crêt de Roch  

Dimanche 14 juillet a lieu le Bal populaire du Crêt de Roch, organisé par l’association d’éducation populaire Les cris du quartier, en lien avec l’Amicale Laïque du Crêt de Roch. Entretien avec deux membres actifs de ces deux collectifs, publié dans le journal du carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.


MEMOIRE
Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


DROITS SOCIAUX - SANTE
La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne  

Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Avant l’été, communiqué du collectif des occupant’es de la Bourse et après  

Trois mois après le début de la mobilisation pour venir en soutien aux migrant’es sans logement, le collectif fait le point sur la situation en ce début d’été.