Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’expérience design !? Notre ville n’est pas votre laboratoire…

Alors que se tenait la Biennale du design, Couac a souhaité publier cette tribune d’un habitant du quartier Jacquard, qui fait écho à la précédente édition de l’événement. Elle avait pour thème en 2015 « Les Sens du Beau ».


La grande foire au design est de retour à partir du mois de mars. Un mois de consensus local acheté à coup de CDD précaires, d’heures d’intermittences, de subventions associatives dans un contexte de pénurie d’emplois, de précarité et d’assèchement des ressources des assos. Un consensus gagné grâce à la nécessité pour certainEs de garnir un tant soit peu des poches trop vides. La Biennale. Celle de 2015 est la première dans laquelle j’ai baigné en tant qu’habitant stéphanois. Et il y a deux ans, j’ai été pour le moins chanceux, mon quartier abritait un de ses antres : le « B.E.A.U. », Bureau Éphémère d’Activation Urbaine du quartier Jacquard. Les expériences de l’équipe de la Cartonnerie [1], léchant la main de l’E.P.A.S.E. [2] qui l’a fait naître, s’étalaient partout dans les rues alentour. Des vitrines vacantes, repeintes en couleurs rutilantes et fluo (il faut que ça se voie), abritaient une bonne dizaine de mascarades de projets participatifs, multiculturels et citoyens. Tous ces mots vidés de leur sens depuis qu’ils sont indispensables à tout dossier de subvention payant. Car l’adhésion était plus que partielle. Ce ne sont pas les habitants de mon quartier que j’apercevais à travers leurs vitrines... Et Jacquard vivait bien, avant leur « réhabilitation ». Quatre marchés par semaine à l’ambiance plus que métissée, des enfants grouillants balle au pied sur la place à 16 h, les habituéEs du café-terrasse infini. La vie quotidienne, quoi. Ramener de l’activité et du lien semblait pourtant être l’objectif affiché par le très artistique concept du B.E.A.U.
Dans les faits, le projet semblait ignorer jusqu’à l’existence du mot sociologie : le journal qu’illes ont publié pour l’occasion l’a bien prouvé, ne parlant que d’urbanisme, de propreté et d’un vivre ensemble flou. Ni origine sociale ni origine culturelle n’apparaissaient au fil de ses lignes, détaillant les objectifs de l’opération. Ce projet a consisté notamment en des performances théâtrales douteuses avec des imitations pastiches d’une visite de musée à travers les rues et le marché, en mode Festival d’Aurillac. Décalage : cela donnait un public bobo, souvent anglophone car international, observant la vie des « populations issues de l’immigration » rassemblées là et faisant leurs courses au rabais des grossistes. Rappelons que j’ai eu l’impression d’être un animal dans un zoo. Et concluons ce point en demandant si la limite de l’humour n’est pas le mauvais goût envoyé au visage des moins favoriséEs, et avec un sourire de gauche… Ou peut-être était-ce juste un problème d’angle, de recul ; c’est possible, mais tout aussi grave. Il y eut aussi cette benne transformée en banc qui abritait les pauses déjeuner des ouvriers du chantier d’un immeuble. La seule assise existante du coin, donc pas le choix. Cela n’a pas semblé choquant à Carton Plein de proposer à son voisinage de s’asseoir dans une poubelle... Le quartier, lui, ne s’y est pas trompé. Le banc-benne a vite croulé sous les déchets. Les chaises d’écoles installées ci et là ont été détruites pour effacer les mornes heures passées sur leur bois dur. Les installations, dégradées. Les façades, taguées dès la peinture sèche. Les anticorps ont naturellement réagi au virus. Et bien sûr, une fois la biennale terminée, les rez-de-chaussée, occupés par les concepteurs parasites, ont retrouvé le vide du concept du B.E.A.U. ; la « réhabilitation du vivre ensemble » est retournée dans son dossier de sub ; l’équipe de la Cartonnerie dans son antre(-soi). Et les vitrines ont retrouvé leurs toiles d’araignées… Pas de désillusion, le côté « éphémère » était présent dans l’intitulé. Pourtant, tout cela a été présenté comme une réussite !
Ce ne fut pas le cas à mes yeux. Tout simplement car le design n’est pas ancré dans la vie. Il n’est que décor de théâtre. Étalant sa splendeur high-tech dans le centre-ville rendu propret, Perdriau et son équipe l’utilisent comme du maquillage de mauvais goût, comme un fond de teint excessif sur un visage un peu fatigué. Tout au plus sert-il à attirer touristes et investisseurs. Mais le design n’est pas pensé pour les gens du quotidien stéphanois. Il est guidé par l’argent. Il offre des bancs publics où l’on doit s’asseoir seulE. Il vend des abat-jours à 800 € et des chaises à 1000. Il démonte les abribus en plein hiver, à l’heure de la neige, du vent et de la pluie, pour les équiper de prises USB. Peut-être les fonds publics seraient mieux investis dans la STAS s’ils rendaient Montreynaud accessible en bus après 22h30, par exemple… Ou s’ils renforçaient les rues qui s’effondrent, plutôt que de les paver de bonnes inventions !
Le design est dévoué à l’attractivité et non à la convivialité. Comme l’architecture, il est utilisé pour contrôler l’espace public, donc les populations (nous). Il est vidéosurveillé, hyperconnecté. À Sainté, il est l’outil numéro 1 de ce que l’on nomme la gentrification : accentuer l’embourgeoisement du centre pour repousser les indésirables vers les périphéries (cherchez donc un équipement design à la Cotonne ou à Montreynaud !). Ce processus est long et lent, parfois presque invisible. Une ville comme Marseille, malgré son caractère plein et entier, reste la preuve que l’acharnement des politiques urbaines peut avoir raison des plus tenaces résistances populaires. Car ces politiques se placent dans une durée qui dépasse une génération de lutte. Car elles intègrent la « gauche cool » à la transformation du quotidien. Car elles sont à même d’intégrer la critique en leur sein (démocratie libérale oblige…). Car elles utilisent des montages détournés (les sympathiques associatifs de la Cartonnerie sont en fait missionéEs pour appliquer les politiques des décideurs de tous les niveaux de l’État, ça passe mieux…). Car elles offrent leur chance aux jeunes issuEs des études design. Car elles savent donner l’impression que c’est mieux qu’avant. Sauf qu’on ne peut plus touTEs y vivre ensemble…
Pour que Sainté reste Sainté, il est donc grand temps de « dé-designer » nos rues, ou de les designer à notre sauce... Et de ne surtout pas tomber dans le panneau verni de la Banale du Design !

[1La Cartonnerie, « espace public de proximité, expérimental et temporaire », selon leur blog, a(vait) ses locaux dans le quartier Jacquard : « Le 24 novembre 2010 à Saint-Étienne, sous l’impulsion de l’E.P.A.S.E, le site des Cartonnages Stéphanois devient un espace public temporaire. Conçu et animé en plusieurs épisodes par l’association CARTON PLEIN, il est aujourd’hui en gestion municipale et participe d’une recherche-action pluridisciplinaire sur la ville et le jeu. » L’associatif du 21e siècle semble donc bien guidé par les appels d’offres ; et ça marche. À présent, Carton Plein dispose du local « Ici-Bientôt », espace participatif, rue de la Résistance. Ce dernier appelle d’ailleurs au bénévolat pour nettoyer les vitrines vides de la rue de la Ville, jusque Beaubrun, pour la Biennale 2017. Si jamais certainEs étaient prisEs d’envie de suer sympathiquement pour les puissants de toutes les échelles de pouvoir. Ceux-là mêmes qui, dans leur infinie bienveillance, opèrent des coupes franches dans les subventions associatives, soutiennent le mariage pour tous, imposent l’A45 et ont asséné la Loi Travail à grand coup de 49.3...

[2L’EPASE, « Établissement Public d’Aménagement de Saint-Étienne », a été monté à l’initiative de l’État. Il est financé à moitié par ce dernier, 20 % par la ville et 10 % chacunE par la métropole, le département et la région. Selon son site, l’EPASE « n’hésite pas à endosser plusieurs rôles selon les opérations. Au-delà d’être un aménageur, il est également promoteur immobilier, gestionnaire, investisseur ou commercialisateur. » Gaël Perdriau est le président de son C.A. Il parle de son action en ces termes : « C’est la transformation urbaine et la dynamique économique de la ville qui sont en jeu. Cela prend du temps. » Il leur suffira donc de patience. Nous sommes prévenuEs.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Présentation et discussion à propos des Lentillères

Au lendemain du carnaval des inutiles.... rendez-vous le 25 février à 12h à l’amicale laïque du Crêt de Roch avec des habitant.es du quartier des Lentillères de Dijon (brunch + discussion)
béton va béton




Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Rencontre -débat samedi 3 février, contre l’A45, la carrière de Saint-Julien-Molin-Molette et les grands projets inutiles en général

En attendant le passage à Lyon, le 25 avril de la tournée contre les Center Parcs de Roybon, Le Rousset et Poligny...
Notre Dame des Landes, centre d’enfouissement nucléaire de Bure, ferme-usine des Mille Vaches, ligne à grande vitesse Lyon-Turin, Center Parcs (Roybon, le Rousset, Poligny)... vous connaissez ?




Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Assemblée de lutte contre l’A45, mais pas que...

La prochaine assemblée sera consacrée à la manière dont nous pouvons marquer notre solidarité avec des luttes et mouvements qui, proches de nous par les problématiques qu’illeux affrontent, sont cependant éloignés géographiquement. Rendez-vous MARDI 6 FÉVRIER À 19H à l’AMICALE LAÏQUE DU CRÊT DE ROC, RUE ROYET, À SAINT-ETIENNE.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Mobilisation étudiante contre l’A45 et les expulsions de personnes migrant.e.s

Lundi 4 décembre, des étudiant.e.s du Département d’Études Politiques et Territoriales ont participé, à leur manière, à l’inauguration en grandes pompes du nouveau bâtiment de Sciences Po Lyon, sur le campus stéphanois de l’Université Jean Monnet.
Les maires de Lyon et Saint-Étienne, le préfet et la rectrice de la région Rhône-Alpes Auvergne, les président.e.s de l’Université de Lyon, de Jean Monnet et de Sciences Po Lyon ont été accueilli.e.s par une banderole et un tractage dénonçant le projet de l’autoroute A45 ainsi que la situation dramatique que vivent les migrant.es à Saint Etienne, à Lyon et, dans l’ensemble de la France.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

Semaine contre l’A45 à Sainté [du 12 au 19 décembre 2017]

Non, l’A45 ne se fera pas ! Si le message est simple, les arguments sont aussi nombreux que les opposant·e·s sont divers·e·s. Cette semaine permettra à une partie de cette diversité de s’exprimer, au travers de différentes soirées, projections, spectacles, débats... On vous attend nombreux·ses pour en discuter, s’informer... et partager les idées et les envies qui font vivre notre territoire. Nous ne nous laisserons pas aménager !




Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Du "sang", des clics et des mollards.

Une petite action s’est déroulé ce week-end au salon Tatou juste, voire le compte-rendu ici . Jusque là, rien d’exceptionnel, et rien de particulièrement foufou. Mais notre brave maire a sauté sur l’occasion pour monter tout ça en épingle et stigmatiser les opposant-es à l’A45...




Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Assemblée de lutte contre l’A45 et pas seulement

Mardi 5 décembre à 18h30 au local ça roule (15 rue Georges Dupré).
Venons nombreux et nombreuses




Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Greenwashing à la stéphanoise, au salon Tatou Juste

Dimanche après-midi, la foire Tatou Juste a été le théâtre d’une petite action contre l’A45. Une quinzaine de personnes se sont placé-e-s devant le stand de Saint-Étienne Métropole et ont déroulé une banderole sur les dangers que représente la construction de l’A45 pour la biodiversité. C’est sur ce sujet que Saint-Étienne Métropole, qui sous-traitait la gestion du stand à la Frapna, arborait un magnifique clip, et autres outils de propagande sur leur prétendues actions.




Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Assemblée de lutte contre l’A45, mais pas que...

Lundi 13 novembre à 18h30. Assemblée de lutte contre l’A45... et plus encore, au local "ça roule" (15 rue Georges Dupré).
Il y a du pain sur l’asphalte...




Opinions   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

"Non". S’opposer aux grands projets d’aménagement. Ne pas proposer "d’alternatives".

Cette brochure est la retranscription d’une discussion autour des sujets suivants : pourquoi et comment s’opposer aux grands projets d’aménagement ? Quelles difficultés rencontrons-nous avec la notion "d’alternatives" ? Pourquoi ne pas en proposer ?
Discussion croisée entre opposant.es à l’A45 (Auvergne-Rhône-Alpes), camarades de l’Amassada (Aveyron), et occupant.es de la forêt de Roybon (Isère).




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Urgence : Expulsion en cours à Bure - Rassemblement à 18h devant la Pref  

Ce matin du 22 février 2018, des camions de gardes mobiles se sont parqués aux alentours du bois Lejuc occupé contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires près de Bure dans la Meuse.


GENRE - FEMINISME
De Mujeres libres à Femmes libres Plaidoyer pour une coordination de Femmes Libres au sein de la CNT  

Nos luttes ne nous renvoient pas dos à dos. Complémentaires, elles s’additionnent
En 1936, Mujeres Libres revendique de mettre fin au "triple esclavage des femmes : l’ignorance, le capital et les hommes". En juillet 1937, avec ses 20000 adhérentes, provenant majoritairement des secteurs populaires, Mujeres Libres défend l’émancipation des femmes et leur participation à la lutte révolutionnaire. L’organisation se réclame d’un "féminisme prolétarien" dans le but de se dissocier du féminisme libéral qui prône l’égalité des femmes sans contester les rapports de domination de classes. Leurs "camarades" n’étaient pas pour autant enclins à les reconnaître politiquement comme une organisation autonome au sein du mouvement libertaire.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Festival "un poil dans la soupe"  

Festival "un poil dans la soupe" proposé par les SAMPIANES du 08 au 11 mars 2018 à Sainté.
Au programme : Atelier d’autodéfense féministe et autogéré, Lecture collective, Soirée au poil, Restouf, Lab.Langue, Poing final...


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Expérience de la non-mixité : Conf. Gesticulée par Laure Clerjon  

Jeudi 22 Février 2018 à 20h30 : Conférence Gesticulée par Laure Clerjon : "Autrices, lutteuses et poétesses remontent en selle ! Ou comment l’expérience de la non-mixité nous transforme."


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Carnaval !  

Nous vous invitons, partout où vous êtes, à vous joindre au Grand Carnaval Inutile ‘Béton va Béton’ à Saint-Étienne le 24 février 2018.
Rendez-vous à 14h à la Chambre de Commerce et d’Industrie (57 cours Fauriel).


REPRESSION - PRISON
Réponse au mouvement de grève des matons et Communiqué de prisonniers de Fleury-Mérogis  

Le mouvement de grève des gardiens de prison suite à l’agression d’un des leurs par un prisonnier menacé d’extradition est largement médiatisé, mais les conséquences de leur mouvement sont systématiquement passées sous silence.


REPRESSION - PRISON
Depuis la prison de Fleury Mérogis, interview d’Antonin Bernanos  

Grèves et blocages des surveillants : comment les détenus s’organisent
paru dans lundimatin#131, le 29 janvier 2018


GENRE - FEMINISME
Front Santé Sexuelle de Medic’Action : appel à témoignages dans le cadre d’un mois contre la médecine misogyne  

Le 8 mars est peut-être l’occasion pour les boîtes de nuit de proposer une soirée « cocktail gratuit pour les filles » ou pour votre collègue Michel de faire la vaisselle à la place de sa femme, cela reste pour les militantes une date incontournable pour clamer haut et fort les revendications féministes. C’est dans cet objectif que le FSS de Médic’Action prend l’initiative de consacrer un mois au thème de la médecine misogyne.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
L’amour et la révolution  

Projection-débat en première nationale du film "L’amour et la révolution" avec le réalisateur Yannis Youlountas, le 25 février, 19h au Méliès St François, 8 rue de la Valse à St-Étienne.


REPRESSION - PRISON
[Loi Travail] Condamnation en appel pour Nina, Jules et Yvan  

Relaxé.e.s en première instance, la cour d’appel de Lyon a condamné mardi 16 janvier Nina, Jules et Yvan.
Entre les amendes, (1000 à 2000€ chacun.e), les indemnités pour le député Jean-Louis Gagnaire et le 13ème mois pour les flics, illes devront verser au total plus de 6000€. Jules est en plus condamné pour rébellion à "un agent dépositaire de l’autorité publique" et écope de quatre mois de prison avec sursis.


REPRESSION - PRISON
En 2017, 34 personnes ont été tuées par la police et la gendarmerie  

Le journal Bastamag a effectué le décompte des personnes tuées par des policiers ou des gendarmes en 2017. Et relève que "la moitié des personnes abattues l’ont été par des policiers en dehors de leur service". 18 personnes ont été abattues par arme à feu et 16 sont mortes suite à une intervention des policiers ou des gendarmes.


INFORMATIQUE - SECURITE
L’histoire de Riseup.net  

Il était une fois, un groupe de jeunes sans-emplois dans la vingtaine qui sortait tout droit d’une exténuante, mais exaltante semaine de manifestation contre l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle. Une question rongeait leur esprit : quelle était la meilleure manière d’aider à construire un mouvement mondial pour la justice sociale ? Poussé-e-s par leurs idéaux d’hackers et de geeks, ils et elles arrivèrent avec un projet nommé riseup.net.