Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’expérience design !? Notre ville n’est pas votre laboratoire…




Alors que se tenait la Biennale du design, Couac a souhaité publier cette tribune d’un habitant du quartier Jacquard, qui fait écho à la précédente édition de l’événement. Elle avait pour thème en 2015 « Les Sens du Beau ».


La grande foire au design est de retour à partir du mois de mars. Un mois de consensus local acheté à coup de CDD précaires, d’heures d’intermittences, de subventions associatives dans un contexte de pénurie d’emplois, de précarité et d’assèchement des ressources des assos. Un consensus gagné grâce à la nécessité pour certainEs de garnir un tant soit peu des poches trop vides. La Biennale. Celle de 2015 est la première dans laquelle j’ai baigné en tant qu’habitant stéphanois. Et il y a deux ans, j’ai été pour le moins chanceux, mon quartier abritait un de ses antres : le « B.E.A.U. », Bureau Éphémère d’Activation Urbaine du quartier Jacquard. Les expériences de l’équipe de la Cartonnerie [1], léchant la main de l’E.P.A.S.E. [2] qui l’a fait naître, s’étalaient partout dans les rues alentour. Des vitrines vacantes, repeintes en couleurs rutilantes et fluo (il faut que ça se voie), abritaient une bonne dizaine de mascarades de projets participatifs, multiculturels et citoyens. Tous ces mots vidés de leur sens depuis qu’ils sont indispensables à tout dossier de subvention payant. Car l’adhésion était plus que partielle. Ce ne sont pas les habitants de mon quartier que j’apercevais à travers leurs vitrines... Et Jacquard vivait bien, avant leur « réhabilitation ». Quatre marchés par semaine à l’ambiance plus que métissée, des enfants grouillants balle au pied sur la place à 16 h, les habituéEs du café-terrasse infini. La vie quotidienne, quoi. Ramener de l’activité et du lien semblait pourtant être l’objectif affiché par le très artistique concept du B.E.A.U.
Dans les faits, le projet semblait ignorer jusqu’à l’existence du mot sociologie : le journal qu’illes ont publié pour l’occasion l’a bien prouvé, ne parlant que d’urbanisme, de propreté et d’un vivre ensemble flou. Ni origine sociale ni origine culturelle n’apparaissaient au fil de ses lignes, détaillant les objectifs de l’opération. Ce projet a consisté notamment en des performances théâtrales douteuses avec des imitations pastiches d’une visite de musée à travers les rues et le marché, en mode Festival d’Aurillac. Décalage : cela donnait un public bobo, souvent anglophone car international, observant la vie des « populations issues de l’immigration » rassemblées là et faisant leurs courses au rabais des grossistes. Rappelons que j’ai eu l’impression d’être un animal dans un zoo. Et concluons ce point en demandant si la limite de l’humour n’est pas le mauvais goût envoyé au visage des moins favoriséEs, et avec un sourire de gauche… Ou peut-être était-ce juste un problème d’angle, de recul ; c’est possible, mais tout aussi grave. Il y eut aussi cette benne transformée en banc qui abritait les pauses déjeuner des ouvriers du chantier d’un immeuble. La seule assise existante du coin, donc pas le choix. Cela n’a pas semblé choquant à Carton Plein de proposer à son voisinage de s’asseoir dans une poubelle... Le quartier, lui, ne s’y est pas trompé. Le banc-benne a vite croulé sous les déchets. Les chaises d’écoles installées ci et là ont été détruites pour effacer les mornes heures passées sur leur bois dur. Les installations, dégradées. Les façades, taguées dès la peinture sèche. Les anticorps ont naturellement réagi au virus. Et bien sûr, une fois la biennale terminée, les rez-de-chaussée, occupés par les concepteurs parasites, ont retrouvé le vide du concept du B.E.A.U. ; la « réhabilitation du vivre ensemble » est retournée dans son dossier de sub ; l’équipe de la Cartonnerie dans son antre(-soi). Et les vitrines ont retrouvé leurs toiles d’araignées… Pas de désillusion, le côté « éphémère » était présent dans l’intitulé. Pourtant, tout cela a été présenté comme une réussite !
Ce ne fut pas le cas à mes yeux. Tout simplement car le design n’est pas ancré dans la vie. Il n’est que décor de théâtre. Étalant sa splendeur high-tech dans le centre-ville rendu propret, Perdriau et son équipe l’utilisent comme du maquillage de mauvais goût, comme un fond de teint excessif sur un visage un peu fatigué. Tout au plus sert-il à attirer touristes et investisseurs. Mais le design n’est pas pensé pour les gens du quotidien stéphanois. Il est guidé par l’argent. Il offre des bancs publics où l’on doit s’asseoir seulE. Il vend des abat-jours à 800 € et des chaises à 1000. Il démonte les abribus en plein hiver, à l’heure de la neige, du vent et de la pluie, pour les équiper de prises USB. Peut-être les fonds publics seraient mieux investis dans la STAS s’ils rendaient Montreynaud accessible en bus après 22h30, par exemple… Ou s’ils renforçaient les rues qui s’effondrent, plutôt que de les paver de bonnes inventions !
Le design est dévoué à l’attractivité et non à la convivialité. Comme l’architecture, il est utilisé pour contrôler l’espace public, donc les populations (nous). Il est vidéosurveillé, hyperconnecté. À Sainté, il est l’outil numéro 1 de ce que l’on nomme la gentrification : accentuer l’embourgeoisement du centre pour repousser les indésirables vers les périphéries (cherchez donc un équipement design à la Cotonne ou à Montreynaud !). Ce processus est long et lent, parfois presque invisible. Une ville comme Marseille, malgré son caractère plein et entier, reste la preuve que l’acharnement des politiques urbaines peut avoir raison des plus tenaces résistances populaires. Car ces politiques se placent dans une durée qui dépasse une génération de lutte. Car elles intègrent la « gauche cool » à la transformation du quotidien. Car elles sont à même d’intégrer la critique en leur sein (démocratie libérale oblige…). Car elles utilisent des montages détournés (les sympathiques associatifs de la Cartonnerie sont en fait missionéEs pour appliquer les politiques des décideurs de tous les niveaux de l’État, ça passe mieux…). Car elles offrent leur chance aux jeunes issuEs des études design. Car elles savent donner l’impression que c’est mieux qu’avant. Sauf qu’on ne peut plus touTEs y vivre ensemble…
Pour que Sainté reste Sainté, il est donc grand temps de « dé-designer » nos rues, ou de les designer à notre sauce... Et de ne surtout pas tomber dans le panneau verni de la Banale du Design !

[1La Cartonnerie, « espace public de proximité, expérimental et temporaire », selon leur blog, a(vait) ses locaux dans le quartier Jacquard : « Le 24 novembre 2010 à Saint-Étienne, sous l’impulsion de l’E.P.A.S.E, le site des Cartonnages Stéphanois devient un espace public temporaire. Conçu et animé en plusieurs épisodes par l’association CARTON PLEIN, il est aujourd’hui en gestion municipale et participe d’une recherche-action pluridisciplinaire sur la ville et le jeu. » L’associatif du 21e siècle semble donc bien guidé par les appels d’offres ; et ça marche. À présent, Carton Plein dispose du local « Ici-Bientôt », espace participatif, rue de la Résistance. Ce dernier appelle d’ailleurs au bénévolat pour nettoyer les vitrines vides de la rue de la Ville, jusque Beaubrun, pour la Biennale 2017. Si jamais certainEs étaient prisEs d’envie de suer sympathiquement pour les puissants de toutes les échelles de pouvoir. Ceux-là mêmes qui, dans leur infinie bienveillance, opèrent des coupes franches dans les subventions associatives, soutiennent le mariage pour tous, imposent l’A45 et ont asséné la Loi Travail à grand coup de 49.3...

[2L’EPASE, « Établissement Public d’Aménagement de Saint-Étienne », a été monté à l’initiative de l’État. Il est financé à moitié par ce dernier, 20 % par la ville et 10 % chacunE par la métropole, le département et la région. Selon son site, l’EPASE « n’hésite pas à endosser plusieurs rôles selon les opérations. Au-delà d’être un aménageur, il est également promoteur immobilier, gestionnaire, investisseur ou commercialisateur. » Gaël Perdriau est le président de son C.A. Il parle de son action en ces termes : « C’est la transformation urbaine et la dynamique économique de la ville qui sont en jeu. Cela prend du temps. » Il leur suffira donc de patience. Nous sommes prévenuEs.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design partout, Justice nulle part

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.



Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MEDIAS

Langue de bois, novlangue, « serenicity » : gros mensonges

Serenicity serait une super pompier qui va sauver les citoyen.nes perdu.e.s du web, Serenicity une start-up pour écouter les oiseaux avec l’aval de CNIL ? Et le Progrès serait un journal d’information ?
Sur la question des micros à Beaubrun, on nous dit n’importe quoi. Petit décryptage.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Que sont nos quartiers devenus ? » socio-histoire des grands ensembles des quartiers Sud-Est de Saint-Étienne

Rencontre à la librairie Lune et l’Autre jeudi 2 mai à 19h avec Rachid Kaddour autour de son livre « Les grands ensembles patrimoines en devenir » : une histoire des politiques urbaines et du peuplement des grands ensembles de Beaulieu/Montchovet/La Métare (PUSE).


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Sortie du Journal du carnaval 2019 : design-on l’ennemi !

Ce journal, sorti à l’occasion du carnaval de 2019, gratte pour voir ce qui se cache derrière la marque de Saint-Étienne comme capitale du design.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2,8 millions de logements inoccupés en France et Saint Etienne n’est pas en reste

A l’abri sous les flonflons de la biennale, la mairie met des dizaines de familles et personnes à la rue. Alors que partout en France le nombre de logements vides augmente et que selon une récente étude de L’INSEE, il y a environ 13 000 logements vides à Saint-Étienne, comment le maire Pedriau peut-il encore défendre une « ville inclusive » ?
Retour en chiffres sur la soi-disant crise du logement en France et à Saint-Étienne en particulier.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Saint-Étienne, Monsieur le Préfet de la Loire et au-delà

Nous étions, ce mercredi soir, quelques dizaines de citoyens soutenant la cause des migrants et personnes sans domicile fixe à vouloir interpeller, lors de l’inauguration de la Biennale du design, nos responsables politiques et administratifs, sur les menaces d’expulsions pesant sur quelques squats de notre ville, ainsi que sur notre inquiétude de voir mises à la rue de nombreuses personnes et familles à la fin de la trêve hivernale.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design partout, Justice nulle part

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Carnaval de l’inutile

Il fut un temps, où le carnaval était le jour où les esclaves se déguisaient en roi pour se moquer des puissant.e.s. Une occasion d’inverser les rôles, de transgresser les normes établies. Pour un jour, le monde marche à l’envers ! Aujourd’hui, à Saint-Étienne, ce sont les puissant.e.s qui l’organisent – celleux-là mêmes qui relookent la ville en Capitale du design. Celleux-là mêmes qui font mourir des quartiers habités pour en construire de nouveaux aseptisés. Nous proposons plutôt un giga carnaval coloré, bruyant et indomptable !
Les 30 et 31 mars 2019, ce sera un week-end coloré, bruyant et indomptable !


A Lire ailleurs   CAPITALISME - GLOBALISATION / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Il a du STEEL ce chantier ...

Nous relayons ici un texte paru sur Indymedia Nantes qui raconte en poésie une nuit de la Saint Sylvestre pas comme les autres dans le secteur Monthieu...


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Vous étiez filmé·e·s, vous serez bientôt écouté·e·s

Quand le fabricant d’armes Verney-Carron construit la ville sécuritaire de demain.
A Sainté, des micros dissimulés dans le mobilier urbain pour écouter la rue... mais pas d’inquiétude, la CNIL a dit oui.


A la une...

FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Manifestation pour sauver le climat et le droit d’asile  

Samedi 25 mai - Mobilisation européenne #STOP DUBLIN*
RDV à partir de 10h à la Bourse du travail.
Marche pour le droit d’asile et pour le climat.
À midi : partage de pique-nique et prises de paroles au parc du Puits Couriot.
Et aussi, de 13h à 17h après-midi partage place de l’hôtel de ville : lectures et goûter sont prévus (n’hésitez pas à amener des textes qui vous semblent cohérents).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


ANTIFASCISME
L’extrême droite italienne fixe un prix à la mort  

Alors que pas moins de 2 260 migrants ont péri l’an passé en tentant de traverser la Méditerranée, le gouvernement italien à l’initiative de Salvini ne trouve rien de mieux qu’annoncer un projet de loi toujours plus hostile à l’immigration. Si la loi n’est pas encore mise en place, il est important de lutter dès maintenant contre ce projet et toute autre dérive fasciste !


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.