Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

L’expo moisie du MAMC : 24h de la vie d’une bonniche décorative


|

Dimanche, on (binôme mec et meuf cis [1] blancs) a eu envie de visiter le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Sainté. Une des expos, « 24 heures de la vie d’une femme » , avait attiré notre attention, on était un peu effrayé.e.s par la manière dont elle était présentée. Et on avait raison d’avoir peur.
Vous me direz qu’on avait qu’à pas aller se balader dans un lieu de culture hautement conventionnel/institutionnel, mais quand même !!!
L’expo est censée mettre en valeur les collections du MAMC. Elle est construite sur le déroulement linéaire d’une « journée type », de l’éveil jusqu’aux rêves de la nuit. Elle présente en tout 10 étapes. Et un ramassis de clichés sexistes.


Des femmes à poil

Ah, l’éveil de la "fâme", qui s’étire nue et alanguie sous l’œil du peintre... Grand tableau de femme nue qui pose, sculpture de nu de Rodin (dans une position dans laquelle NON on ne se réveille pas)... Bon voilà, rien d’original, des femmes nues peintes par des hommes. La partie « le bain » de l’expo est bien entendu un autre super prétexte pour montrer des meufs à poil. Mais voilà c’est normal, les hommes aiment les femmes, alors ils les peignent. Ce truc de présenter des œuvres quasi uniquement réalisées par des hommes, alors que l’expo est censée parler du quotidien des femmes est d’ailleurs totalement assumé dans le livret de présentation : « C’est paradoxalement à travers une majorité de regards masculins des artistes de la collection, que s’opère la sélection des œuvres, précisément des œuvres d’hommes regardant des femmes . » Cette justification semble un peu faiblarde. Il y a simplement une majorité d’artistes masculins bénéficiant d’une reconnaissance institutionnelle. Et votre collection nulle reflète ça. Point.
Et puis le « paradoxe », on le comprend, mais il ressemble plus à de la flemme et à une vieille habitude qu’à un parti pris. Parce que c’est vrai, c’est original de présenter des femmes à travers le regard d’hommes, dans l’art. Non vraiment, ça manquait, merci beaucoup.

Les pantoufles de Christian Boltanski

Que viennent-elles faire là ? Ah oui, pardon, elles « tentent d’arrêter le temps de l’enfance »... Que viennent faire les charentaises en pâte à modeler de Christian dans une expo sur les femmes ? On se demande si ce n’est pas parce que ces pantoufles d’homme semblent indispensables au quotidien d’une femme. Comme la présence d’un homme peut l’être. Parce que vraiment, il y a des types partout dans cette expo. Dans la partie « dehors le monde », quasiment que des gars représentés, affiches de luttes armées, de mai 68, images de presse ou militantes... Des trucs pseudo politiques traités par l’art contemporain, ne figurant que des hommes. C’est vrai que les meufs, y’en a pas dans les luttes politiques... Vraiment on y comprend rien à cette expo sur la journée d’une femme, sans femmes.
Le pire, c’est peut être la partie « la rencontre ». Que des têtes de types aux murs. Qui nous matent. Pas de gouine au musée, surtout pas. La rencontre est hétérosexuelle, et puis indispensable à la journée d’une femme, c’est évident. Comme l’hétérosexualité, la binarité de genre stricte est la seule possibilité. Elle est qui plus est très marquée, avec des figures du masculin et du féminin archétypales, qui collent parfaitement aux normes de leurs genres respectifs autant dans l’apparence que dans les attitudes (les hommes sont virils et fiers, leurs épaules sont carrées, les rares femmes représentées sont passives, en attente).

Secrétariat et épluchage de poireaux

« Le déjeuner » et « le travail » sont ceux de femmes des années cinquante (l’idée reçue qu’on peut en avoir), toujours sans parti pris, ni critique, ni... rien. Enfin si : « Cette section s’ouvre sur l’entre-deux guerres, caractéristique d’un retour à la tradition. » Ah ben quand même. Mais le bref éclat de lucidité s’arrête là. « Dans une facture réaliste, le repas allégorique de Roland Marie Gérardin idéalise la Nature, en tant que mère féconde et nourricière, à rebours de l’expansion progressiste de la société industrielle. Fernand Léger exalte au contraire dans ses natures mortes la beauté industrielle, alors qu’André Fougeron, soucieux d’un art accessible à tous, peint dans la veine du réalisme socialiste, telle cette femme du peuple, les mains rougies par le travail en cuisine, ajoutant à la fatigue de l’ouvrière ». Essentialisation du lien entre nature « nourricière » et féminité, condescendance faussement respectueuse envers les classes populaires, tout y est. Encore plus dans le livret que dans l’expo d’ailleurs, et sur un ton d’intello contemporeux qui croit avoir inventé l’eau tiède. On trouve à côté de ça des trucs de Ben et de Spoerri, que manifestement le musée avait super envie de montrer.
Pour « le travail » y’a des photos de caissières, de bureaux vides dans lesquels on imagine des secrétaires, un mur d’horloges accolées d’un marteau... Pfff, soit c’est cliché, soit ça a rien à voir avec les meufs...

« La martiniquaise »

On se souvient d’un seul tableau représentant une femme noire. Il s’intitule La martiniquaise, et représente une femme allongée, en tenue traditionnelle (?). Il est présenté dans la partie « le repos » de l’exposition. La seule femme noire représentée l’est donc dans un tableau empreint de colonialisme, et elle n’a d’autre attribut que le fait d’être une femme noire lascive qui se repose. Très original. Autre relent colonialiste, un masque d’ « art premier » (on peut dire aussi « exogène », ce qui signifie juste que ça vient d’ailleurs et évacue peut être mieux les trucs hiérarchiques). Il est dans la partie « les rêves, la nuit » bien sûr. Ce bon vieux cliché de l’inconscient « primal » illustré sans aucune réflexion ni explication par un objet soi-disant « primitif » parce que non-occidental...

Promenade molle

Il y a aussi une partie « promenade » dans cette exposition. Ne vous inquiétez pas, on se promène dans des endroits bucoliques, aménagés et tranquilles, en journée... Là aussi, des clichés sur le rapport à l’espace extérieur quand on est une meuf. Ça fait pas vraiment rêver, ces photos mornes. Et puis y’a que du paysage vide, aucune meuf représentée en train de marcher, d’être active... Enfin, pas qu’on se souvienne.
Y’a aussi « la fête » dans l’expo, et là non plus pas de meuf en train de bouger, de danser... Les corps féminins ne sont décidément représentés que passifs (ou en train de cuisiner !). Même la caissière de la photo du « travail » est en train de poser. Quand il s’agit de faire des tableaux de meufs qui glandent à poil, y’a du monde, mais pour les représenter en train de faire des trucs, y’a plus personne !

En bref

On ne comprend pas bien le point de vue de l’expo. Si elle présentait une critique des œuvres, du fait que les femmes sont la plupart du temps objets et non sujets des œuvres, que les femmes artistes sont moins reconnues, sous représentées... Mais bon, elle ne le fait pas.
On pourrait se dire que cela présente juste un constat, que la société est encore et toujours sexiste et que l’expo a seulement une valeur illustrative. Mais même en la voyant comme ça, c’est surprenant de montrer toute cette merde avec une satisfaction béate et sans parti pris ! On a l’habitude de voir des œuvres sexistes dans les musées, elles sont le reflet de leurs époques, de certaines normes sociales... Mais en utiliser une flopée spécifiquement dans une expo censée parler de la vie des femmes, et sans point de vue critique, c’est pour le moins étrange. Aucune réflexion, aucune remise en question de ce soi-disant quotidien féminin (de « la »femme, donc blanche, hétérosexuelle,occidentale, insérée socialement) nulle part, et encore moins dans le livret de l’expo qui prétend « montrer les œuvres autrement, dans un élan plus proche du quotidien de chacun, en reconnectant l’art au présent,... ». Il a une drôle de gueule leur présent.

[1« cisgenre » désigne les personnes dont le sexe assigné à la naissance, par — en France — l’officier d’état-civil, correspond au genre auquel elles s’identifient.


Portfolio

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • La définition qui a été rajoutée pour « cisgenre » n’est pas correcte, et doit être coupée après « s’identifient ». Il n’est pas question de « biologie » ou de « corporel » concernant l’identification de genre.


Dans la thématique "GENRE - FEMINISME "

Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   GENRE - FEMINISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à rassemblement contre la propagande anti-IVG et homophobe d’Alliance Vita

« Pas de voix pour celles et ceux qui piétinent nos vies, nos dignités et nos droits ! Pas d’espace pour les anti-avortements, les anti-euthanasie, et les homophobes ! »


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   GENRE - FEMINISME / REPRESSION - PRISON

Soirée projection : Ils nous ont volé nos nuits, sur les prisonnières et proches de prisonnières au Mexique

Mardi 29 janvier 2019 à 19h à la Gueule Noire.
Tourné au Mexique en octobre 2016, ce documentaire est un outil de lutte anti-carcérale et contre l’oubli. Ex-prisonnières, compagnes solidaires, mères de famille ou camarades y racontent la manière dont la taule s’empare de leurs vies. Elles y parlent de la détention, des violences sexuelles, du sexisme à l’intérieur et hors des murs, de la stigmatisation en tant que proches de personnes incarcérées, mais aussi de leurs manières de s’organiser et de tisser des réseaux de solidarité.


A Lire ailleurs   ANTIFASCISME / GENRE - FEMINISME

Droites comme des clous qui brillent dans une nuit magnifique...

L’antifascisme ne devrait s’accommoder d’aucune oppression. Piqûre de rappel des Féministes de Parme, à travers le récit du viol collectif qui a eu lieu au siège de la RAF (Réseau Antifasciste de Parme), et des suites données (ou non) à cet évènement.


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Feminist Fight Club

Un atelier autour de la lutte sera animé à 18h par Iron Dyke. On pourra aussi se délecter des mets de Crevette42. Après le concert de Miss-Andry, DJ PROLOPE enflammera le dancefloor pour une boom digne d’un Feminist Fight Club.
Samedi 26 janvier 2019 à partir de 18h à la Gueule Noire


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   GENRE - FEMINISME

Journée contre les violences machistes et patriarcales

Dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences machistes et patriarcales, Les Sampianes, collective féministe stéphanoise, vous convie à une après-midi d’échanges et de rencontres Place du Peuple, puis une lecture collective du livre Le Ventre des Femmes de Françoise Vergès à l’Amicale laïque du Crêt de Roch.


International   GENRE - FEMINISME

Sordides nouvelles de l’Italie de Matteo Salvini suite au meurtre de Désirée

Quand le président italien récupère un féminicide sordide pour abreuver son racisme, réaction du collectif abbatto i muri


A Lire ailleurs   GENRE - FEMINISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Kobanê : mémoire d’une combattante des YPJ

Le 1er novembre a été déclaré journée mondiale pour Kobanê, afin de revendiquer la résistance du peuple Kurde face à l’ennemi, ISIS. Aujourd’hui, Kobanê signifie lutter pour la libération d’Afrin, la libération d’Abdullah Ocalan, de tou.te.s les détenu.e.s politiques ainsi que garder en mémoire les martyres qui ont donné leur vie pour la résistance.
A l’occasion de cette journée la Brigata Maddaléna (délégation de femmes) a donné la parole à Rojin Evrim, commandante des YPJ qui a elle même vécu la libération de Kobanê.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / PROSTITUTION - TRAVAIL DU SEXE

[Brève] Un magasin Jacquie et Michel à Saint-Étienne. Non merci !

On apprend dans Le Progrès qu’une enseigne du célèbre site de porno amateur a dû ouvrir à Saint-Étienne le 28 octobre.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

FemceesFest, festival de Hip-Hop à Saint-Étienne

1, 2, 3 novembre 2018 - 5e édition ! - Des rappeuses, des ateliers, du graff, d’la danse, un état d’esprit ! / / / | | \ \ \
Au programme, trois soirées Hip-Hop. Une vingtaine d’artistes réuni.e.s pour du Rap, BeatBox, Danse, Opens Mic et DJ set ! Mais aussi, des ateliers d’initiation aux différentes disciplines HH et des crêpes !!!


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

boum de rentrée des Sampianes

Les Sampianes, collective féministe stéphanoise, organisent une boum de rentrée jeudi 04 octobre 2018 à la Gueule Noire. Venez papoter si vous préférez et danser si ça vous tente. Pour connaître la collective et ses actions, se rencontrer, discuter, se rassembler autour de projets féministes... et aussi grignoter un petit quelque chose vegan avant d’enflammer la piste !
*Soirée en mixité gouines meufs trans* - Entrée gratuite + adhésion au lieu à prix libre.


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


ANTIFASCISME
L’extrême droite italienne fixe un prix à la mort  

Alors que pas moins de 2 260 migrants ont péri l’an passé en tentant de traverser la Méditerranée, le gouvernement italien à l’initiative de Salvini ne trouve rien de mieux qu’annoncer un projet de loi toujours plus hostile à l’immigration. Si la loi n’est pas encore mise en place, il est important de lutter dès maintenant contre ce projet et toute autre dérive fasciste !


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.