Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

La bataille du logement pour tou.te.s




Le premier novembre marquait le début de la trêve hivernale – période pendant laquelle les expulsions des logements sont suspendues. Cela ne garantit pas pour autant à chacun-e d’être correctement abrité-e.


Le Collectif des occupants de la bourse du travail rappelait fin octobre qu’environ 60 enfants notamment sont contraints de dormir dans des conditions indignes, parfois dehors. Une pétition a été lancée pour réclamer que chaque élève ait un toit.
Elle sera remise le 20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant.

Est-ce que c’est possible de dormir dedans quand dehors ça dort dans le froid ?

Premier avril 2019, fin de la trêve hivernale.

S’ils appellent ça la trêve, c’est bien qu’ils réalisent à quel point c’est la guerre, dormir dehors, le froid, la peur, les nuits toujours trop courtes, l’épuisement, la faim, chercher des cartons à travers la ville pour s’isoler du sol, des recoins à l’abri pour s’isoler du vent, de la ville et des gens, chercher de l’alcool ou n’importe quoi d’autre pour s’isoler du monde, de la vie qui se mène dans les rues d’une ville pas si riche mais pas pauvre.

La France en 2019 ça veut encore et toujours dire dormir dehors, même quand on est enfant, même quand on est malade, qu’on est vieux, qu’on est vieille, qu’on fuit un chez-soi rendu invivable par la guerre, la misère, la violence, la colonisation, et finir par dormir sur les trottoirs des pays qui ont provoqué ça.
C’est la guerre, et la seule défense possible ce sont les trois chiffres, le 115, one-one-five, appeler tous les jours, toute la journée, pour savoir si ce soir encore il va falloir se battre contre la nuit qui ronge, ou espérer peut-être un pauvre lit de camp dans un gymnase bondé, au milieu des autres familles, de celles et ceux qui ne savent même plus dormir, en sachant qu’il faudra déguerpir au plus tard à 9h, sans demander son reste, partir à la recherche d’un petit déjeuner, d’un repas, de papiers, courir entre les rendez-vous, Préfecture, PADA, Hôpital, Secours Catholique, continuer de faire les trois chiffres, one-one-five, occuper ces journées qui ne sont jamais à soi, jamais simples, occuper les enfants, ne jamais rien savoir.

Et là, premier avril, mauvaise blague. Plus de gymnase, plus de 115, il n’y aurait plus d’urgence, ce ne serait plus l’hiver, c’est ce que dit la Loi, mais pas le thermomètre.

Les portes se referment un peu plus hermétiquement, le froid est toujours là, et toujours plus sévère, le froid polaire des administrations, il n’y a plus de place, et rien ne sera fait. Pourtant, la ville en est gorgée, d’appartements, de bâtiments vides. Mais pas pour elles et eux.
Pourtant, c’est la même Loi, qui dit que tou.te.s les demandeu.r.euse.s d’asile doivent être hébergé.e.s, en attendant de savoir si leur situation est assez dramatique pour que la France accepte de les accueillir. Mais plus personne n’en doute, ce sont bien ceux qui font les lois qui rechignent toujours le plus à les respecter.
Premier avril, mauvaise blague, où ira-t-on ce soir ? Une centaine d’humains dehors, un bâtiment public ouvert, le problème est assez urgent pour que l’on n’y réfléchisse pas cent mille ans : la Bourse du Travail fera un bon dortoir.

Onze jours plus tard, il y a de la vie là-dedans, les enfants courent partout, la cuisine regorge des dons de nourriture, et les quelques dizaines de personnes qui viennent aider ici comparent les cernes qui bordent leurs yeux. On s’inquiète, car si la Préfecture a promis de reloger demain une partie des gens qui ont pu s’inscrire sur les listes qu’a faites la CIMADE, si et seulement si tout le monde quitte gentiment la Bourse au plus tard à 9h, où iront les 70 personnes restantes ? On n’en sait rien, mais bon, personne n’oserait prendre le risque d’une expulsion violente, ni de faire perdre aux personnes sur les listes les soi-disant solutions promises par la Préfecture. On sortira demain, dans le calme, à 9h, et on verra ensuite. Bonne nuit, dors bien, fais de beaux rêves.
Mais c’est déjà demain, et à 6h, surprise ! Il est l’heure de profiter des bienfaits de la République ! Inquiète de nous voir rater le réveil, la Préfecture envoie ses monstres tout de bleu vêtus, casqués, armés, tout excités de l’exiguïté dans laquelle ils procéderont à l’évacuation de la centaine de personnes présentes. Pleins de zèle, les monstres montrent les dents, enfoncent les portes de bureaux syndicaux au hasard, crient, insultent, donnent des ordres absurdes, séparent les « militant.e.s » des « migrant.e.s », ce qui implique une fine analyse du nuancier des peaux présentes qui fait froid dans le dos. On se retrouve dehors, pour apprendre plus tard que les logements promis ne sont que quelques nuits d’hôtel.

Est-ce qu’ielles réalisent ? Est-ce que donner leurs ordres depuis leurs bureaux, faire faire le sale boulot à leurs monstres débiles les protège totalement de ressentir une once de culpabilité, en mettant à la rue des nourrissons, des personnes âgées, malades, ou en situation de handicap ?
Est-ce qu’ielles arrivent elleux-mêmes à se persuader de ce qu’ielles racontent ensuite eux médias, qu’ielles font tout ça pour le Bien, pour la Loi, pour l’Ordre ?
Est-ce que c’est possible de se raconter à soi-même que les gens vivent mieux dans la rue que dans un lieu à peine salubre et non adapté à loger des personnes ?
Est-ce que Gaël Perdriau s’imagine une seconde ce que provoque le fait de vivre dans la rue chez un enfant de 13 ans, de 7 ans, de 4 ans ?
Est-ce que Evence Richard a déjà passé une nuit d’avril dans le sas d’entrée d’une banque de son département ?
Est-ce que Michèle Cottier, présidente de l’Université Jean Monnet, lorsqu’elle demande une expulsion 48h après celle de la Bourse, et alors que la fac est en période de vacances, saurait supporter le regard d’une maman arrêtée en pleine préparation du biberon matinal de son fils par la main gantée d’un CRS ?

Après avoir viré les soutiens, puis les hébergé.e.s, les flics rient, plaisantent, se curent le nez en regardant tranquillement la grosse pince qui broie les matelas et les couvertures que le commissaire a eu la riche idée de faire détruire pour éviter une troisième occupation. À peine deux jours de paix, et la fac, censée nous abriter jusqu’au lundi midi, a demandé à la Préfecture d’envoyer ses monstres à 9h, un dimanche, alors que les pares-brises sont encore gelés.
Mais on ne fait pas disparaître des humains en les repoussant méthodiquement d’un endroit à un autre, on ne fait pas disparaître les problèmes en les glissant sous le tapis, il y a de plus en plus de monde pour s’en rendre compte, ces personnes vivent ici et si l’on n’est pas tout à fait éteint.e on ne peut que tout faire pour rendre ça supportable, faute de décent, faute de digne.

Et beaucoup de monde s’y met, c’est beau, ces gens qui se sourient, qui rient même de cette folie, de ce monde sans dessus-dessous, à Paris une église brûle et l’argent coule à flots, au Sud des humains se noient dans la mer de nos vacances d’enfance et les pouvoirs publics regardent indifférents. Partout des enfants à la rue et ce sont encore les moins riches qui, de bric et de broc, en fouillant leurs poches et leurs réseaux amis, trouvent des solutions qui n’en sont même pas. Depuis la fin de la trêve et le début de la guerre, le one-one-five botte en touche en nous envoyant celles et ceux qui l’appellent. Nous sommes seul.e.s, mais nombreu.x.ses, et plus rien ne semble marcher comme on le croirait.

Enfin, la mairesse de la Talaudière offre de quoi souffler un peu. Les vestiaires de la piscine désaffectée. Il y a des douches, il y en a même huit ! On pleure pour des douches, on pleure de joie et de fatigue, les gens font de grands yeux de nous voir dans tous nos états pour des douches et un toit. C’est si grave que ça ? Oui. On en était même arrivés à appeler Muriel Robin et Bernard Lavilliers.

On vit dans un pays où des enfants dorment au pied d’immeubles vides, où des humains crèvent devant les portes des mêmes banques qui fraudent le fisc à longueur d’années, on vit dans un pays où les institutions enfreignent les lois qu’elles invoquent par ailleurs quand ça les arrange, où tout le système social s’effondre de plus en plus vite et où la gestion de la misère finit par reposer sur la bonne volonté de quelques citoyen.ne.s, on vit dans un pays où l’on peut s’acharner sur des gens car ielles n’ont pas les bons papiers d’identité, et détruire leurs affaires personnelles, les humilier, nier leur existence.

Est-ce que c’est possible d’espérer vieillir en se disant qu’on n’aura rien fait face à ça ?
La piscine de la Talau est déjà pleine, vivre les un.e.s sur les autres, ça use et ça crée des conflits. Par bonheur et par mégarde, les portes du bureau de poste désaffecté du quartier de Solaure ont été mal fermées. Nous y voilà cinquante, et d’autres arrivent encore, et ça n’arrêtera pas, et il faudra s’y faire, il va falloir finir par faire quelque chose, ouvrir les bras, les cœurs et les cerveaux, les humains ne disparaissent pas, même si on le veut très fort, Perdriau et Richard auront beau froncer les sourcils, serrer les mâchoires, envoyer leurs sales monstres, personne n’est illégal, regarde un peu à l’intérieur de toi, tu sais qu’il n’y a rien d’autre à faire que d’accueillir ces gens, il y a toute la place, tout l’argent, toute la bouffe qu’il faut, on crève sous la bouffe, sous la thune inutile pour payer des biennales de design ou des bancs anti-SDF, il y a de quoi les accueillir des gens, il y a de quoi dix fois, cent fois, il faut juste arrêter d’avoir peur d’ouvrir les bras. Les voisin.e.s et habitant.e.s de Solaure en montrent déjà un exemple qui fait chaud dans le ventre.

Le 31 octobre, les personnes qui avaient trouvé refuge à la piscine de la Talaudière ont dû quitter les lieux (lire l’article ici). Le bureau de poste de Solaure demeure en revanche occupé, il est toujours possible d’y passer pour apporter des vivres, des dons ou du soutien (au 14 rue Bossuet 42000 Saint-Étienne).



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Rencontrez le collectif d’habitat partagé Rhizomes

Réunion de rencontre avec Rhizomes, habitat collectif coopératif. Le samedi 30 novembre de 9h30 à midi à l’Amicale du Crêt-de-Roch.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Réunion de rencontre avec Rhizomes, habitat collectif coopératif

Rhizomes habitat est un groupe anti-spéculatif, qui chercher à habiter un immeuble de manière locative, horizontale, sous la forme juridique ’coopérative d’habitant.es’. Venez nous rencontrer le jeudi 7 novembre à 19h30 à l’Amicale Laïque Crêt de roch, 16 rue Royet !


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / DROITS SOCIAUX - SANTE

Nan, demain j’ai piscine : fermeture des locaux d’hébergement à la Talaudière

Demain, jeudi 31 octobre, la quarantaine de personnes qui avaient trouvé refuge depuis le mois d’avril dans le vestiaire d’une piscine désaffectée de La Talaudière mise à disposition par la Maire doivent quitter les lieux. Sans autre solution, illes iront devant les locaux de la PADA pour réclamer leur droit à l’hébergement. Soyons nombreux et nombreuses à les soutenir dans cette journée difficile !

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

[Mézères, 43] Projection du documentaire Pied de biche

Le collectif Pied-de-Biche Marque-Page vous invite à la projection du film « Pied de biche », un documentaire sur les squatteurs.ses des Tanneries et du Quartier Libre des Lentillères (Dijon). Le dimanche 27 octobre à Mézères (43) à 15h30.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Soirée projections du film « Pied de biche » et autre

Soirée projection au pied de biche autour de la vie en squat et du quartier libre des Lentillères à Dijon, en présence du réalisateur. Le samedi 21 septembre à partir de 20h30.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Chassées du parc Couriot par la Police le matin, les familles Rroms ont été « invitées » à y retourner

Les familles et individu.es qui campaient au Parc du puits Couriot se sont rassemblés hier devant la mairie pour protester contre leur expulsion indigne du Parc Couriot qu’elles occupaient, faute de mieux. Le soir même elles ont été « autorisés » à y revenir. Un rassemblement de soutien avait également été appelé.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


Informations globales   LOGEMENT - SQUAT

Nouvelle édition du « squat de A à Z »

La fameuse brochure écrite en 1999 et régulièrement mise à jour est LE texte de référence pour qui veut participer à l’ouverture de squats en France. Il vient d’être mis à jour pour intégrer notamment les nouveaux textes de loi français.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Avant l’été, communiqué du collectif des occupant’es de la Bourse et après

Trois mois après le début de la mobilisation pour venir en soutien aux migrant’es sans logement, le collectif fait le point sur la situation en ce début d’été.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Samedi dernier, une centaine de personnes marche pour l’acceuil et la solidarité avec les migrant’es

Ils étaient près d’une centaine le samedi 29 Juin à s’être réuni.e.s pour une marche solidaire devant la statue de la Liberté (à côté de Centre Deux à Saint-Étienne) symbole de liberté qui parle à quiconque à travers le monde.


Saint-Étienne et alentours   ANTIFASCISME / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Saint-Étienne ANTIFA Festival 2019 en soutien aux migrant.e.s

Vendredi 15 et samedi 16 novembre 2019 à Ursa Minor en soutien au Collectif de Solaure en collaboration avec Les Créations du Crâne, Le Comité Antifa Stéphanois, Univers Soul, Le Collectif de Solaure, La Cantine et d’autres…


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

« Journée Solidaire » pour la Maison Solidaire

« Journée Solidaire » au profit de l’association la Maison Solidaire, dimanche 30 juin de 14h a 19h 30 au 7 rue Courteline à Solaure ( St Etienne)


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Logement : pas de repos sur Les Lauriers

Si le rejet par le tribunal de l’expulsion de la Poste à Solaure a donné un peu de répit à ces personnes à qui l’on refuse l’accès à un logement, il n’en demeure pas moins qu’elles sont contraintes, ici comme ailleurs, de vivre dans un squatt. Rencontre avec un de ceux qui slaloment entre les squats, la rue et l’hébergement d’urgence (article paru initialement dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019).


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / REPRESSION - PRISON

Une expulsion rejetée comme une lettre à la poste

Le 14 mai, dans la boîte aux lettres de l’ancienne poste de Solaure est arrivé un courrier, plus précisément une requête cachetée du sceau de la commune de Saint-Étienne. La présente convoquait l’occupant officiel des lieux à une audience au tribunal administratif de Lyon le 24 mai 2019. Récit du procès.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Pas d’expulsion à Solaure ! Conférence de presse et rassemblement

Ce mardi 4 juin, appel à rassemblement place Jean-Jaurès à 17h30 pour une conférence de presse à propos du droit au logement pour tou.te.s et de la situation des personnes en demande d’asile à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

1 Toit = 1 Droit Entrainement Solidaire

Entraînement solidaire self-défense en soutien aux personnes sans-abri


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Rassemblement solidaire aux personnes à la rue

Cela fait un mois que des citoyens et des associations se mobilisent jour et nuit pour interpeller les pouvoirs publics sur leurs manquements et la violence des expulsions que subissent les personnes sans-abri. Jusqu’aujourd’hui la seule réaction de la mairie de Saint Etienne a été de redoubler dans son mépris et la violence. Continuons à exprimer ensemble notre solidarité envers ces personnes que les autorités pourchassent. Rassemblons nous nombreureuses devant les marches de l’hôtel de ville lundi 29 à 16h.


Informations globales   DROITS SOCIAUX - SANTE / FLICAGE - SURVEILLANCE

Alerte rouge sur les données de santé de tou.te.s les français.e.s

Vous ne le savez peut être pas, mais un événement majeur est en train de se jouer sur les datas santé françaises. À côté les enjeux et risques du DMP, c’est une partie de billes dans une cour de récréation. De quoi s’agit-il ?


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

Un étudiant stéphanois s’immole devant le Crous de Lyon

En pleine détresse sociale suite à la perte de sa bourse, un étudiant de 22 ans originaire de Saint-Étienne s’asperge d’essence et tente de s’immoler devant le bâtiment du Crous de Lyon.
"J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué en créant des incertitudes sur l’avenir de tou.te.s, j’accuse aussi Le Pen et tous les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires.
Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu."


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Enfant en situation de handicap : l’État oublie « d’inclure » les moyens

Lundi 04 novembre, le « comité de suivi de l’école inclusive » a réuni au ministère de l’Éducation, le ministre et associations en charge de la scolarisation des enfants en situation de handicap. Si le ministre s’est jeté des fleurs en vantant les résultats supposés des réformes entreprises en la matière, la situation sur le terrain semble toute autre. Couac est allé discuter avec Taline Bouagal, AESH et représentante syndicale dans la Loire.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Le droit de jouer

Samedi 19 octobre, un rassemblement était organisé pour dénoncer l’absence d’action des pouvoirs publics à Sainté face à la situation de près de 300 personnes contraintes de dormir dans les parcs, les squats ou sous les ponts. Couac s’est penché sur la situation des enfants (environ 60), qu’on semble vouloir empêcher d’accéder aux droits les plus élémentaires : dormir sous un toit, être scolarisé-e, etc.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MEDIAS

Sortie du n°8 du Couac !

Pour ce numéro concocté après la fin de l’été, Couac est allé mettre son nez dans les dossiers nauséabonds de la toxi-cité stéphanoise. Vous y retrouverez aussi bien sûr les habituelles brèves, divers articles sur des questions d’actualité ainsi que son inévitable grille de maux (mots) croisés. On vous propose ici, en avant-goût, l’édito et un article consacré au site de Borde-Matin – le centre de traitement de déchets de Suez situé sur la commune de Roche-la-Molière.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Retraites, la bataille commence

Le mardi 24 septembre, ce sera un premier rendez-vous pour ce qui devrait être le début d’une lutte et d’un rapport de force pour enfin, reconquérir des droits.
Rassemblement à Saint-Étienne à 10h30 devant la bourse du travail pour une manifestation que l’on espère massive et offensive.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE

Les EPHAD à Sainté : pris pour des CPOM

Face à des conditions de travail très dégradées et une impossibilité de s’occuper décemment des résident.e.s, des personnels des Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) stéphanois tentent d’alerter les habitant.e.s et la municipalité. Celle-ci, non contente de rester sourde à leurs appels, les empêche d’exercer leur droit de grève. Laisser crever et faire crever. Un article du Couac paru au printemps 2018.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

HP : contention et contentieux

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne

Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


A la une...

MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute ce qui semblera un air de révolution...


DISCRIMINATIONS - RACISME
Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injections ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake  

Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager "blanc" comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire. Démarre alors un vaste mouvement de boycott qu’elle organise avec le jeune pasteur Martin Luther King Jr. et de nombreux.euses militant.es du mouvement des droits civiques.


SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


MOBILISATIONS - LUTTES
Anniversaire des Gilets jaunes, Saint-Étienne  

Samedi 16 novembre, comme partout en France, se sont rassemblés à Saint-Étienne de nombreux manifestants. Ils étaient plus de 1000 à s’être retrouvés pour fêter le premier anniversaire des Gilets Jaunes. Un véritable regain de mobilisation, qui d’ailleurs a pu être observé sur la totalité du pays, mais qui n’est pas une surprise : en effet le ras-le-bol est toujours le même !


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.


MOBILISATIONS - LUTTES
Rassemblement pour A. : des larmes, de la rage et... des arrestations  

Suite à l’appel de l’ensemble du milieu militant stéphanois, de OSE CGT et de Solidaires Étudiant-e-s Lyon, un rassemblement a eu lieu en solidarité à Anas.K et pour dénoncer les coupables de cette tragédie. La journée s’est terminée avec une charge de la Police, un gazage en règle et deux étudiants arrêtés, toujours en garde à vue.