Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne




Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


Communiqué du collectif La Psy Cause

Ça chauffe de partout !

Toujours pas de solutions concrètes et surtout dignes, que ce soit pour les patients ou les soignants.

Cela conduit à plus d’attente et d’anxiété pour les usagers. Devraient-ils souffrir en silence ???

Le manque de moyens humains est criant !
Personnels non remplacés, faire plus avec moins !

Dans ce contexte, les urgences psy rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.

Ensemble on est plus fort !

POUR DES SOINS HUMANISTES !!!

Communiqué à lire sur la page FB de La Psy Cause

Lire également ce texte écrit par des urgentistes en lutte au CHU de Saint-Étienne

Depuis le 3 juin 2019, les urgences du CHU de St Etienne sont en grève. A travers ce discours, nous allons vous exposer nos difficultés en nous inspirant d’une journée type de notre quotidien aux urgences.

Nous sommes 6 infirmiers et 3 aides-soignants, il est 6h30 et il y a 60 patients sur des brancards. Nous prenons la relève de nos collègues de nuit, la journée s’annonce d’emblée difficile : l’ensemble des box sont occupés et nous sommes en effectif minimum. Je suis aux urgences graves, moi et mes deux collègues avons chacun une dizaine de patients. Ils nécessitent une surveillance accrue, des soins lourds, d’autant plus que la moyenne d’âge est élevée. Certains sont dans notre service depuis plusieurs jours.

Nos collègues des urgences fonctionnelles ne sont pas en reste, ils ont eu une quinzaine de patient chacun sous leur responsabilité. Ici aussi les patients sont âgés : la plupart attendent une place en gériatrie depuis des jours, le maintien à domicile devenant trop compliqué. Aujourd’hui encore, la salle plan blanc, qui devrait être ouverte de manière exceptionnelle c’est-à-dire seulement en cas d’évènement indésirable potentiellement grave avec un nombre de victimes accru, est remplie : les personnes âgées y sont alignées avec un côté pour les femmes, un côté pour les hommes. Vaine tentative pour respecter leur intimité... Nos collègues auront aussi des patients venant pour des décompensations psychiatriques, ivresse, tout cela mélangé avec toutes autres pathologies communes. Pour les prendre en charge, ils seront deux infirmiers et une aide-soignante, l’autre aide-soignante sera bloquée plusieurs heures en salle de plâtre ou de chirurgie pour s’occuper de la traumatologie.
Un de nos collègues prend l’accueil, il prend place dans son bureau. Ce poste, il n’a pas eu le choix de le prendre, faute de personnel formé il est le seul à y être habilité. Il sait que sa matinée sera dure : les agressions verbales y deviennent presque quotidiennes…

Après la relève nous attaquons notre poste. Nous allons voir successivement chacun de nos patients : distribution de médicaments, vérification des différentes voies d’abords, évaluation de leur état global, toilette complète, réfection de lits… Nos différents soins sont entrecoupés des premières entrées de la matinée avec le casse-tête pour trouver un box pour les installés. Il est 9h, un déchoquage arrive : ce patient est en détresse respiratoire, son pronostic vital est engagé. Avec un collègue infirmier nous l’installons rapidement : il faut aller vite. Nous restons à ces côtés pendant plus d’une demie heure le temps de le stabiliser. Les patients de la nuit n’ont pas été encore tous vus, on le sentait bien, la matinée va être encore une fois difficile.

Nos collègues des urgences fonctionnelles sont confrontés aux mécontentements des patients. La nuit fut mouvementée – les cris, souvent des insultes, n’ont pas cessé. Une jeune fille de 17 ans venant pour des douleurs abdominales est terrorisée et souhaite partir rapidement. En milieu de matinée un patient en soin psychiatrique sous contrainte s’agace de ne pas voir le psychiatre arrivé, devenant de plus en plus agressif. Il sera contenu à son brancard après évaluation de la dangerosité de la situation et prescription médicale : l’ensemble de l’équipe des urgences sera réquisitionnée.

La matinée se déroule, les entrées s’enchaînent, la nouvelle tombe : très peu de lits seront disponibles pour hospitaliser nos patients dans les services. Nous ne sommes même plus surpris. Désabusés nous regardons nos patients que l’on retrouvera demain encore. Leur état cognitif s’affaiblira encore, les familles apprendront cette nouvelle avec désarroi et colère.

Nous voyons nos collègues du soir arriver, nous sommes épuisés et soulagés de passer le relais. Ils seront eux aussi 6, répartis de la même façon pour essayer de faire face au pic d’affluence de la journée. Le nombre de brancards vides s’amenuise. Notre collègue de l’accueil passe son téléphone à l’infirmière du soir qui prend sa place. Soulagé il n’a pas été agressé ce matin, celle du soir n’aura pas cette chance : elle sera frappée au visage et tiré violemment par les cheveux dans la soirée. Elle aura 3 jours d’ITT.

Cette journée, c’est devenu notre quotidien et nous sommes arrivés à un point de non-retour : nous sommes fatigués tant moralement que physiquement mais nous sommes tous désireux de faire changer les choses pour nos patients, notre hôpital et notre profession.

C’est pourquoi nous avons rejoint le mouvement inter-urgence qui prend de l’ampleur dans la France entière : nous souhaitons faire reconnaitre nos compétences propres à notre exercice au sein des urgences avec la création d’une formation diplômante allant de pair avec une augmentation de salaire.

A travers ce récit de notre quotidien nous voyons des dysfonctionnements importants : nous manquons de personnel qualifié. Depuis 2002 aucun poste IDE de jour n’a été créé malgré l’augmentation constante d’affluence. Nous voulons donc des créations de poste supplémentaires.
Nous voulons que les soignants contractuels les plus anciens de notre service soient rapidement stagiairisés afin de les garder dans notre unité. Avoir du personnel qualifié est un gage de qualité de prise en charge pour les patients.
Nous souhaitons également une prime de risque, compte tenu du nombre d’agressions tant verbales que physiques que nous subissons, il nous semble tout-à-fait justifié de l’obtenir.

Mais avant tout notre combat, c’est aussi le vôtre. Si nous sommes en grève aujourd’hui c’est pour ne plus avoir à prendre en charge les patients dans ces conditions.

Pour le bien-être des patients, ils nous semble nécessaire de stopper la suppression des lits d’aval et de réajuster leur répartition pour une meilleure offre de soin.

Nous ne sommes plus capables d’accueillir décemment les patients. Le contexte de soins actuel ne nous permet plus d’exercer notre métier avec nos valeurs qui nous sont propres.

C’est pourquoi nous vous demandons de l’aide et du soutien pour faire entendre notre voix.

Communiqué publié sur la page FB de Sainté s’ins-URG


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »



Dans la thématique "DROITS SOCIAUX - SANTE "

Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Perturbons l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne

Ce jeudi 23 janvier à 18h30 aura lieu au 29 avenue de la Libération l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne, ceci est un appel à perturber joyeusement ces festivités. 47 jours que la grève continue, et depuis le 1er janvier de nombreuses cérémonies de voeux et autres mondanités ont été perturbées par des manifestant.e.s un peu partout en France. À notre tour de faire savoir à En Marche Saint-Étienne que l’ouverture de ses locaux n’est qu’une provocation de plus.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE

Rencontre avec Bernard Friot sur l’histoire du système de retraites

Les Réseaux citoyens de St-Etienne proposent une soirée de réflexion et d’échange avec Bernard Friot sur l’histoire de la Sécurité sociale et du système des retraites le jeudi 23 janvier 2020 de 19h à 21h, à l’Amicale Laïque de Tardy (86 rue Vaillant Couturier à St-Etienne). Ouverture de la salle à 18h, possibilité de restauration rapide et bar.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Sainté fête le droit des enfants ? Pas de quoi se réjouir

Mercredi 20 Novembre 2019 à 16h30, retrouvons-nous nombreureuses pour dénoncer l’hypocrisie de la Mairie de Saint-Étienne qui organise ce jour-là une fête pour les droits de l’enfant alors même que dans notre chère ville, des enfants dorment encore à la rue, sous des ponts et dans des squats.


Informations globales   DROITS SOCIAUX - SANTE / FLICAGE - SURVEILLANCE

Alerte rouge sur les données de santé de tou.te.s les français.e.s

Vous ne le savez peut être pas, mais un événement majeur est en train de se jouer sur les datas santé françaises. À côté les enjeux et risques du DMP, c’est une partie de billes dans une cour de récréation. De quoi s’agit-il ?


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

Un étudiant stéphanois s’immole devant le Crous de Lyon

En pleine détresse sociale suite à la perte de sa bourse, un étudiant de 22 ans originaire de Saint-Étienne s’asperge d’essence et tente de s’immoler devant le bâtiment du Crous de Lyon.
"J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué en créant des incertitudes sur l’avenir de tou.te.s, j’accuse aussi Le Pen et tous les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires.
Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu."


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Enfant en situation de handicap : l’État oublie « d’inclure » les moyens

Lundi 04 novembre, le « comité de suivi de l’école inclusive » a réuni au ministère de l’Éducation, le ministre et associations en charge de la scolarisation des enfants en situation de handicap. Si le ministre s’est jeté des fleurs en vantant les résultats supposés des réformes entreprises en la matière, la situation sur le terrain semble toute autre. Couac est allé discuter avec Taline Bouagal, AESH et représentante syndicale dans la Loire.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

La bataille du logement pour tou.te.s

Le premier novembre marquait le début de la trêve hivernale. Cela ne garantit pas pour autant à chacun-e d’être correctement abrité-e. Retrouvez ici la pétition lancée pour réclamer que tous les enfants scolarisés à Saint-Étienne soient hébergés ainsi qu’un article du Couac sur la fin de la trêve hivernale du printemps dernier et la galère qui a suivi pour les personnes à la rue, en particulier celles en situation de demande d’asile.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / DROITS SOCIAUX - SANTE

Nan, demain j’ai piscine : fermeture des locaux d’hébergement à la Talaudière

Demain, jeudi 31 octobre, la quarantaine de personnes qui avaient trouvé refuge depuis le mois d’avril dans le vestiaire d’une piscine désaffectée de La Talaudière mise à disposition par la Maire doivent quitter les lieux. Sans autre solution, illes iront devant les locaux de la PADA pour réclamer leur droit à l’hébergement. Soyons nombreux et nombreuses à les soutenir dans cette journée difficile !

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MEDIAS

Sortie du n°8 du Couac !

Pour ce numéro concocté après la fin de l’été, Couac est allé mettre son nez dans les dossiers nauséabonds de la toxi-cité stéphanoise. Vous y retrouverez aussi bien sûr les habituelles brèves, divers articles sur des questions d’actualité ainsi que son inévitable grille de maux (mots) croisés. On vous propose ici, en avant-goût, l’édito et un article consacré au site de Borde-Matin – le centre de traitement de déchets de Suez situé sur la commune de Roche-la-Molière.


Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT / MOBILISATIONS - LUTTES

[Lyon] Service National Universel : On ne laissera pas « En marche » nous mettre au pas !

Depuis l’an dernier l’État expérimente le Service National Universel (SNU). D’ici quelques années, il concernera TOUS les jeunes entre 15 et 16 ans.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Réunion publique - Carnaval de l’inutile

Le 3e Carnaval de l’Inutile aura lieu le week-end du 4 et 5 avril prochain.
Le défilé sera composé de chars, de groupes déguisés, de groupes musicaux avec les collectifs qui voudront bien venir partager, crier ce pourquoi ielles luttent.
Pour contribuer, faire des propositions, en savoir plus sur l’organisation du Carnaval, rendez-vous dimanche 2 février à 18h à l’Amicale laïque du Crêt de Roch.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

AG de lutte interprofessionnelle

Une assemblée pour partager les actions prévues par tous les secteurs, et pour en préparer d’autres. Vendredi 24 janvier à 14h à la salle Sacco et Vanzetti de la bourse du travail.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Perturbons (aussi) les voeux de la République en marche

Ce vendredi 24 janvier à 18h30 à Saint Just Saint Rambert, En Marche fait ses vœux. Les 4 parlementaires ainsi que David Cofer, le référent de la Loire, seront présents. À Bordeaux, Toulouse et même au fin fond de la Sarthe, la République en marche ne peut plus se pavaner sans se faire conspuer. À Paris, Macron en personne est obligé de se faire exfiltrer d’un théâtre en catimini avec sa garde prétorienne... Et dans la Loire ??


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Marre de se faire rouler dans la farine ! Cortège vénèr et pâtissier vendredi 24 janvier !

Ce mouvement contre les retraites ne semble pas vouloir s’arrêter, augmentons le rapport de force et prenons vendredi la tête de la manif avec un cortège vénèr et pâtissier : ramène ta farine !


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

[CNT42] Droit de réponse à M. Grand, proviseur au Lycée Honoré d’Urfé de Saint-Étienne

Communiqué de presse
Dans l’édition du Progrès du mercredi 15 janvier 2020, M Philippe Grand, proviseur du Lycée d’Honoré d’Urfé à Saint Etienne, semble indiquer que, selon lui, seulement 2 de ses élèves étaient présents, lors des évènements du mardi 14 (blocage du lycée) « Ils étaient avec des adultes extérieurs à l’établissement, apparemment sympathisants de la CNT, Confédération Nationale du Travail ».


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

AG de lutte interprofessionnelle

Une assemblée pour partager les actions prévues par tout les secteurs , et pour en préparer d’autres. Jeudi 16 janvier à 14h à la salle Sacco et Vanzetti de la bourse du travail.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Pour les retraites et tout le reste : actions à venir cette semaine à Saint-Étienne

Actions, Manifestations, AG, Pique-Nique, Retraite au flambeau, Concerts... La semaine qui vient va être chaude à Sainté. Suivi et récapitulatif du 13 au 18 janvier 2020.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

Fête de soutien aux grèvistes organisée par le CIP 42

Le Collectif des Intermittent.es et Précaires de la Loire (C.I.P 42) a décidé d’unir ses forces et ses compétences afin de soutenir les cheminots grévistes de Saint-Étienne dimanche 19 janvier 2020 à partir de 15h00 dans l’ancienne Gare du Clapier !!!!
La recette sera reversée aux caisses de grève des cheminots.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Pour les retraites et tout le reste : actions à venir pendant la semaine du 27 au 31 janvier à Saint-Étienne  

Manifestation, rassemblement et pique-nique, actions... Alors que la contestation s’étend à d’autres secteurs et revendications, poursuivons la mobilisation !


DISCRIMINATIONS - RACISME
Collectif stéphanois contre l’islamophobie et pour l’égalité : charte et prochaines conférences  

Le collectif stéphanois contre l’islamophobie et pour l’égalité organise une conférence-débat avec Olivier Le Cour Grandmaison, autour de son nouveau livre : « Ennemis mortels » : représentations de l’islam et politiques musulmanes en France à l’époque coloniale. Elle aura lieu le vendredi 31 janvier 2020 à 18h30 au Centre social Le Babet.


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du vendredi 24 janvier : retour en images  

Ce vendredi 24 janvier, à l’occasion de la présentation du projet de la réforme des retraites en Conseil des ministres, de nombreuses organisations syndicales et de militant.e.s s’étaient donné rendez-vous dans toute la France. Saint-Étienne fut encore une fois le théâtre d’une belle et forte journée de lutte !
Par Le Gueuloir


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Les professeur.e.s emmurent l’Inspection académique avec des livres  

Depuis la nomination de Blanquer au ministère, la colère des professeur.e.s se fait sentir. Elle ne cesse de monter ces dernières semaines avec des actions symboliques comme des jets de livres devant les inspections académiques ou encore le refus de certain.e.s profs de faire passer les nouvelles épreuves du Bac. À Saint-Étienne, vendredi, les professeur.e.s ont emmuré l’Inspection académique.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Protestation mondiale contre la 5G ce 25 janvier 2020 : on éteint nos portables ?  

Ce samedi 25 janvier 2020 a lieu la 3e journée mondiale de protestation contre la 5G. La 5G, voulue par les industriels des télécommunications et du numérique et promue par nos gouvernements, est une menace injustifiable pour notre santé et celle de tous les êtres vivants.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Épreuves de contrôle continu : ça bouge au lycée Honoré d’Urfé  

Lundi matin les premières épreuves de contrôle continu (E3C) devaient avoir lieu pour les lycéen.ne.s en classe de première. Les professeur.e.s ont décidé de les boycotter comme à Honoré d’Urfé. Entretien avec Estelle Tomasini du syndicat majoritaire SNES FSU.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : agenda des actions et suivi de la semaine du 20 au 26 janvier  

Actions, manifestation et rassemblement, retraite au flambeau et pique-nique... La mobilisation continue !


MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.