Opinions   EXPLOITATION ANIMALE

La violence sociale à l’encontre du végétarisme pour les animaux

La végéphobie ou le rejet du végétarisme pour les animaux et la discrimination des personnes végétariennes. Quelques réflexions à propos des causes, des conséquences et des perspectives de lutte.


Je suis très heureux de la parution d’un livret intitulé "La végéphobie ou le rejet du végétarisme pour les animaux et la discrimination des personnes végétariennes. Quelques réflexions à propos des causes, des conséquences et des perspectives de lutte".

Même et surtout si vous êtes critiques vis-à-vis de l’idée de végéphobie, il faut lire cette brochure !
Je pense qu’elle révolutionne beaucoup d’idées reçues.

D’une part, l’état des lieux qu’elle nous livre de la violence à l’égard des végétarien-nes, qu’elle soit interpersonnelle ou qu’elle soit institutionnelle, est éloquent, voire effarant. On s’aperçoit à quel point nous la sous-estimons systématiquement (un début d’explication est donné de ce phénomène général).
D’autre part les analyses qui sont exposées permettent de resituer ce phénomène, d’habitude banalisé ou simplement psychologisé, dans un cadre politique considérant un système de domination et d’exploitation (des humains sur les autres animaux) que ses acteurs défendent "toutes griffes dehors" contre toute remise en question, ce qui n’est pas sans précédents dans l’histoire des contestations d’autres types d’oppressions : des parallèles sont faits avec la répression dont ont été, et sont toujours l’objet les luttes contre le patriarcat ou l’hétérosexisme, contre le système raciste, etc.

Il ne s’agit pas de dénoncer pour dénoncer ni de se poser en victimes, mais au contraire de regarder en face la violence sociale qu’en tant qu’opposant-es à la domination humaine nous prenons en pleine figure, et surtout quels effets cela a sur nous-mêmes et sur notre façon de lutter : les considérations qui concluent ce livret nous engagent à revoir en profondeur notre façon d’envisager la lutte animaliste.
Rien que pour cela, pour le basculement de point de vue que ce livret induit, ça vaut le coup de regarder !

yves

Voici un extrait de l’intro, qui j’espère vous donnera envie d’en savoir plus :

Les luttes contre les inégalités et les injustices ont toujours été menées par une minorité qui a fait entendre ses critiques et ses revendications. Plus ces critiques et revendications ont été débattues, plus la minorité s’est développée et la lutte s’est trouvée renforcée. Le débat est essentiel pour faire progresser la condition des animaux dans nos sociétés humaines. Or, les militants animalistes [1] savent que mettre en place un cadre adéquat pour permettre ce débat est une chose difficile, voire impossible, même - et surtout ? - dans un pays comme la France. Il devrait être possible de faire admettre une chose infiniment simple : les animaux ne veulent pas souffrir et être tués, nous n’avons pas besoin de les faire souffrir et de les tuer, donc ne les tuons pas. Et pourtant, cet argument élémentaire n’est pas saisi.

Ce n’est pas simplement parce que les humains ne veulent pas renoncer à leur plaisir de manger de la viande qu’il n’est pas entendu. C’est aussi parce que, nous, végétariens [2], sommes inaudibles, parce que tout est mis en place, à l’échelle de la société tout entière, pour nous rendre inaudibles. Nous ne pouvons débattre, parce qu’on nous en empêche.

Cela peut paraître nombriliste de se dépeindre comme une minorité éclairée inaudible dans une société où nous jouissons de droits fondamentaux, dont la liberté d’expression. Néanmoins, les témoignages convergent en ce sens : dès que nous voulons mettre en avant le sort des animaux d’élevage, de quelque manière que ce soit - y compris par le simple fait de refuser la viande - nous sommes marginalisés (à des degrés divers) et tout va dans le sens d’une brutale censure. Cette dernière est perçue par les végétariens la plupart du temps, mais elle n’est que rarement identifiée. Et surtout, on a rarement réfléchi à ses conséquences. Pour la nommer, nous avons choisi de l’appeler végéphobie, en référence à la première fois qu’elle a été nommée : dans le manifeste de la Veggie Pride. Nous avons voulu étudier les différentes formes qu’elle prend et les conséquences qui en résultent, non seulement pour nous, végétariens, mais aussi pour les animaux en général. Pour être clairs, nous affirmons que la végéphobie est extrêmement nuisible aux animaux parce qu’elle bloque la diffusion des idées et pervertit le débat.

Comment définir la végéphobie ?

Ce mot est composé du suffixe "phobie" et peut être mis en parallèle avec d’autres mots formés de la même manière désignant des comportements sociaux, notamment l’homophobie. Il désigne le rejet qu’on suscite en tant que végétarien pour les animaux. Les sentiments de peur, de mépris et même de haine l’accompagnent parfois. Ce rejet est dû au fait que les végétariens posent nécessairement, même à leur insu, la question de la consommation des chairs d’animaux. C’est en tant qu’opposants à la consommation de viande, et donc à la domination humaine, que les végétariens se retrouvent en butte à des réactions violentes.

Pourquoi la comparaison avec l’homophobie ?

Parce que, de même que l’homophobie est garante d’un ordre social fondé sur l’assignation des genres masculin et féminin, sur la domination masculine et sur la contrainte à l’hétérosexualité qui en découle, la végéphobie joue le rôle de garde-fou vis-à-vis d’un système fondé sur la différenciation stricte des animaux et des humains, sur le refus de considération des intérêts des premiers et sur la domination des seconds. L’homophobie consiste en un ensemble très varié de dispositifs sociaux violents visant à réprimer (ridiculiser, décourager, invisibiliser, punir, ...) l’homosexualité masculine (ou une masculinité jugée insuffisamment "virile") et féminine en tant qu’elles constituent une menace pour l’ordre genré et la domination masculine qu’il permet.
La notion de végéphobie regroupe elle aussi des comportements très variés qui visent à dissuader quiconque de remettre en cause la consommation de la chair des animaux, qui est la pratique principale et le symbole le plus important de la domination spéciste.
La végéphobie est un des aspects du refus de tout ce qui peut faire vaciller les certitudes spécistes et remettre en cause l’exploitation et la place des animaux dans notre société.

Lisez la suite ! :)
Si vous souhaitez l’imprimer ou photocopier, le texte est téléchargeable en version livret, ou pour le lire sur écran, en mode page.

[1Par souci de clarté, nous avons choisi d’appliquer les règles de grammaire traditionnelles concernant l’usage du genre masculin pour marquer le neutre, bien que nous pensions que cet usage est un reflet de la domination d’un genre (masculin) sur un autre (féminin).

[2Végétarien : individu qui ne mange pas d’animaux. Les végétaliens (qui ne mangent pas non plus de laitages ni d’œufs), en tant que personnes ne mangeant pas d’animaux, font partie des végétariens.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

National   EXPLOITATION ANIMALE

Lettre d’info L214 du 3 mars 2010

Viande.info reçu au ministère de l’écologie
Yves Cochet (député), Jean-Paul Jaud (cinéaste) et deux membres de L214 se sont rendus au Ministère de l’Ecologie le 22 février en tant que représentants du collectif viande.info. Ils ont été reçus 1h30 par Anne-Laure Jutier (chargée de mission).




National   EXPLOITATION ANIMALE

Illégalité du transport des chevreaux

18 ans après l’adoption d’une directive européenne, le transport des chevreaux vivants se fait toujours dans l’illégalité !
Sur différents marchés de France, les chevreaux, sous-produits de l’industrie laitière caprine, sont transportés vers les abattoirs dans des bétaillères non conformes aux exigences d’une directive européenne adoptée il y a plus de 18 ans !




National   EXPLOITATION ANIMALE

Lettre d’info L214

Transport de chevreaux, Journée Mondiale pour l’Abolition de la viande, La Vache qui pleure, chasse, foie gras, Concert au profit de L214...




Saint-Étienne et alentours   EXPLOITATION ANIMALE / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

La condition animale et les mécanismes d’un traitement non éthique des animaux

Film américain, dont la réalisation a nécessité cinq ans d’investigations, Earthlings développe une présentation du spécisme : discrimination selon l’espèce, qui vise à justifier l’exploitation animale. Le documentaire diffuse des images illustrant les traitements des animaux utilisés pour l’alimentation, l’habillement, le divertissement et la recherche scientifique.




Opinions   EXPLOITATION ANIMALE

Des nouvelles de L214

Suite à des problèmes techniques de diffusion de notre lettre d’information, L214 a mis en place un nouveau système d’envoi. N’hésitez pas à inciter vos amis à se réabonner pour continuer à la recevoir.




National   CONSOMMATION - GLOBALISATION / EXPLOITATION ANIMALE

Affaire charal, Novotel, chevreaux et broyage de poussins

Merci de vos très nombreux messages de soutien. Nous y puisons nos forces. Nos excuses à celles et ceux qui n’ont pas eu de réponses. Les événements se sont enchaînés cette semaine, nous laissant très peu de temps pour vous tenir informés. Voici les dernières nouvelles.




National   EXPLOITATION ANIMALE

Réponse de L214 à Charal et aux Services vétérinaires

Hier, 28 août, L214 a publié des images tournées en caméra cachée dans l’abattoir Charal de Metz. Nous y dénoncions des infractions à la réglementation entraînant des souffrances supplémentaires pour les animaux abattus. Suite aux articles parus dans Le Républicain Lorrain et sur Le Post, nous apportons des précisions complémentaires contestant les déclarations de Charal et des Services vétérinaires.




National   EXPLOITATION ANIMALE

Les actions et relais de L214

Foie gras : la plainte contre la France en vidéo
Pourquoi une plainte contre la France ? Auprès de qui ? Pour quelles raisons ?




National   EXPLOITATION ANIMALE / MOBILISATIONS - LUTTES

De la chair humaine en barquette !

Samedi 6 juin 2009 : De la chair humaine en barquettes !
Journée contre le spécisme : dans une dizaine de villes, de la viande humaine sera conditionnée et exposée dans des barquettes géantes.




National   EXPLOITATION ANIMALE

Lettre d’info de L214 du 21 mai 2009

La viande coûte cher aux animaux. Engraissés dans des bâtiments obscurs dont ils ne sortent que pour être abattus, privés de toute relation avec leurs congénères, entravés, parfois au point de ne pouvoir bouger, ces animaux sont tués à la chaîne dans l’indifférence la plus absolue.
Les enquêtes effectuées par Jean-Luc Daub dans les abattoirs français durant une quinzaine d’années lèvent le voile sur le malheur de milliards d’animaux. La force de ce témoignage tient dans la description, d’une précision extrême, des opérations d’abattage qui font inexorablement passer les bêtes de vie à trépas, dans ces lieux dont la législation dit "qu’aucun animal ne doit ressortir vivant".




0 | 10 | 20

A la une...

RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Rassemblements de soutien à la Palestine  

Malgré la neige, environ 200 personnes étaient réunies ce samedi 9 décembre à Saint-Étienne. A l’appel de BDS 42, ces citoyens étaient venus protester contre la décision de Trump d’annexer Jérusalem et d’y installer l’ambassade américaine.
Prochain rassemblement : Samedi 16 décembre 2017 à 14h place du peuple


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Mobilisation étudiante contre l’A45 et les expulsions de personnes migrant.e.s  

Lundi 4 décembre, des étudiant.e.s du Département d’Études Politiques et Territoriales ont participé, à leur manière, à l’inauguration en grandes pompes du nouveau bâtiment de Sciences Po Lyon, sur le campus stéphanois de l’Université Jean Monnet.
Les maires de Lyon et Saint-Étienne, le préfet et la rectrice de la région Rhône-Alpes Auvergne, les président.e.s de l’Université de Lyon, de Jean Monnet et de Sciences Po Lyon ont été accueilli.e.s par une banderole et un tractage dénonçant le projet de l’autoroute A45 ainsi que la situation dramatique que vivent les migrant.es à Saint Etienne, à Lyon et, dans l’ensemble de la France.


MEDIAS
Sortie du n°5 de Couac  

Après de longues vacances et quelques remises en question, l’équipe de Couac a continué l’aventure : fabriquer à plusieurs mains un canard local d’enquête critique. Pour bien démarrer cette nouvelle année, pas de dossier, mais de chouettes articles & illustrations pour une actualité toujours aussi surprenante !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Préparons-leur un hiver ardent !  

Le 12 décembre à Paris, à l’occasion du second anniversaire de la COP 21, se tiendra un sommet international sur l’économie et la transition énergétique. Face à cette nouvelle opération de marketing vert, des territoires en lutte - de Bure à Roybon en passant par Notre Dame des Landes, des collines aveyronnaises, en passant par le plateau de Millevaches, à la ceinture maraîchère dijonnaise ou les côtes du Finistère - se sont regroupés pour une déclaration commune. Il s’agit de rendre visible - avant, pendant et après le sommet - la manière dont le gouvernement Macron poursuit en réalité un ensemble de projets d’aménagement destructeurs et nuisibles. Cette déclaration met en avant la vitalité des résistances en cours face à ces projets mortifères et un calendrier commun tout au long du mois de décembre pour continuer à densifier ces luttes.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Semaine contre l’A45 à Sainté [du 12 au 19 décembre 2017]  

Non, l’A45 ne se fera pas ! Si le message est simple, les arguments sont aussi nombreux que les opposant·e·s sont divers·e·s. Cette semaine permettra à une partie de cette diversité de s’exprimer, au travers de différentes soirées, projections, spectacles, débats... On vous attend nombreux·ses pour en discuter, s’informer... et partager les idées et les envies qui font vivre notre territoire. Nous ne nous laisserons pas aménager !


MEDIAS
Du "sang", des clics et des mollards.  

Une petite action s’est déroulé ce week-end au salon Tatou juste, voire le compte-rendu ici . Jusque là, rien d’exceptionnel, et rien de particulièrement foufou. Mais notre brave maire a sauté sur l’occasion pour monter tout ça en épingle et stigmatiser les opposant-es à l’A45...


DROITS SOCIAUX - SANTE
Panser la santé de façon communautaire  

Souvent ressentie comme un domaine réservé aux professionnels et dits experts, la santé ne se limite pourtant pas à un diagnostic physique docte et anonyme. Face aux incompréhensions entre migrant.e.s algérien.ne.s de longue date et bureaucratie sanitaire française, l’association Globe 42 construit un espace d’échanges afin de redonner aux populations migrantes parole et prise sur leurs corps. Discussion avec l’une des membres de l’association...


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Non au parc industriel éolien sur la commune des Vastres (Haute-loire)  

L’implantation de 5 éoliennes de 150 mètres est prévue sur la commune des Vastres en Haute-loire en limite du parc des monts d’Ardèche. Ce projet dit des 2 plateaux comprend 2 sites d’implantations distincts : trois éoliennes sur la zone des « Platayres » et deux sur le hameau du « Pau des Vastres » en limite de la commune de Fay-sur-Lignon.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
« Beaucoup de points d’interrogation » : récit d’un migrant à Saint-Étienne  

Amédée est Angolais, a 21 ans, est en bac pro mécanique et vit en France depuis 4 et demi maintenant. Il nous raconte son histoire et les difficultés rencontrées au quotidien.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Diffusion de stickers anti-spécistes  

Histoire de faire parler de cette lutte souvent peu visible, histoire de porter une critique de l’exploitation animale qui est issue de nos combats contre toutes formes de domination et des luttes sociales pour l’émancipation collective et pour un monde égalitaire : diffusion de stickers antispécistes à photocopier, faire passer et coller.


MEDIAS
SOS d’un canin en détresse - Appel à soutien du journal CQFD  

On le sait : les appels à soutien, c’est triste comme un jour sans vin. Et par les temps qui courent, c’est un peu trop tous les jours. Si on en est réduit, contraint et forcé, à cette extrémité, ce n’est pas par plaisir de la jouer lacrymal. Mais parce qu’il y a danger mortel pour le Chien rouge. Car oui : CQFD ne va pas bien. Du tout.