Numéro Zéro - Site collaboratif d'information et de luttes sur Saint Etienne et sa région
International   CAPITALISME - GLOBALISATION / GENRE - FEMINISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Le congrès international des femmes au Chiapas n’aura pas lieu...




Lettre ouverte des féministes zappatistes pour expliquer l’annulation du 2e congrès international des femmes qui devait avoir lieu au Chiapas en ce mois de mars 2019. Si vous lisez l’anglais nous vous conseillons de lire la version originale sur le site enlace zapatista. Pour une traduction française, assez médiocre il faut dire, nous reproduisons ici la version récupérée sur le site Vallées en luttes


ARMÉE ZAPATISTE DE LIBÉRATION NATIONALE

MEXIQUE

Février 2019

Aux femmes qui luttent dans le monde entier,
De la part des femmes zapatistes,

Sœur, compañera,

Nous t’envoyons, de la part des femmes zapatistes, nos salutations en tant que femmes qui luttent.

Ce que nous voulons te dire ou ce de quoi nous voulons te prévenir est un petit peu triste parce que nous t’annonçons que nous n’allons pas pouvoir faire la II* Rencontre Internationale des Femmes qui Luttent, ici sur nos terres zapatistes, en ce mois de mars 2019.

Les raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas, et bien peut être que tu les connais déjà, et sinon, et bien nous allons t’en parler un peu. Il se trouve que les nouveaux mauvais gouvernements l’ont déjà dit clairement, leurs mégaprojets de grands capitalistes, ils vont les faire : le projet de leur Train Maya, leur plan pour l’Isthme de Tehuantepec, celui de la semence d’arbres pour la commercialisation de bois et de fruits. Ils ont aussi dit qu’allaient entrer les mines et les grandes entreprises d’alimentation. Et pour couronner le tout, ils ont leur plan agraire, orienté de telle façon que cela mène à notre disparition en tant que peuples originaires, en convertissant nos terres en marchandises et achevant ce que Carlos Salinas de Gortari n’avait pas pu terminer car notre soulèvement l’en avait empêché.

Ce sont tous des projets de destruction. Qu’importe qu’ils essaient de le cacher avec leurs mensonges. Qu’importe combien de fois ils multiplient leurs 30 millions de soutien. La vérité c’est qu’ils vont de toutes leurs forces contre les peuples originaires, leurs communautés, leurs terres, leurs montagnes, leurs rivières, leurs animaux, leurs plantes et jusqu’à leurs pierres.

En d’autres mots, ils ne vont pas seulement contre nous les zapatistes, mais contre toutes les femmes qui se disent indigènes. Et aussi contre les hommes, mais en ce moment nous vous parlons de femmes et en tant que femmes que nous sommes.

Ils veulent que nos terres ne soient plus pour nous mais pour les touristes qui viennent se promener, pour qu’ils aient leurs grands hôtels et leurs grands restaurants, et pour tous les commerces nécessaires à ces luxes de touristes.

Ils veulent que nos terres se convertissent en grandes exploitations productrices de bois précieux, de fruits et d’eau, en mines pour extraire l’or, l’argent, l’uranium, et tous les minéraux qu’il y a ici et que veulent les capitalistes.

Ils veulent faire de nous leurs ouvrières, leurs servantes, que nous vendions notre dignité pour quelques pièces par mois.

Car ces capitalistes, et ceux qui leur obéissent dans les nouveaux mauvais gouvernements, pensent que ce que nous voulons c’est être payées.

Ils ne peuvent pas comprendre que nous voulons la liberté, ils ne comprennent pas que le peu que nous avons obtenu c’est en luttant sans que personne ne nous demande des comptes, sans photos, sans interviews, sans livres, sans consultations, sans enquêtes, sans votes, sans musées et sans mensonges.

Ils ne comprennent pas que ce qu’ils appellent “progrès” est un mensonge, qu’ils ne peuvent même pas assurer la sécurité des femmes qui continuent à être frappées, violées et assassinées dans leurs mondes progressistes ou réactionnaires.

Compañera, sœur, combien de femmes ont été assassinées dans ces mondes progressistes ou réactionnaires pendant que toi, tu lis ces mots ?

Peut-être que toi tu le sais, mais nous te disons clairement qu’ici, en territoire zapatiste, pas une seule femme n’a été assassinée depuis de nombreuses d’années. Et ils disent que ce sont nous les attardées, les ignorantes, les pas grand-chose.

Peut-être que nous ne savons pas ce qu’est le meilleur féminisme, peut-être que nous ne savons pas dire “corpE” ou changer les mots comme il faut, ou ce qu’est l’égalité des genres, ou ces choses dans lesquelles il y a tant de lettres qu’on ne peut plus les compter. Et d’ailleurs, ce n’est même pas juste de dire “égalité des genres” parce que vous ne parlez que de l’égalité entre les femmes et les hommes, et même nous, qu’on dit ignorantes et attardées, nous savons bien qu’il y a ceux qui ne sont ni hommes ni femmes. Nous, nous les appelons “otroas” mais que ces personnes s’appellent comme ça leur chante, car ça n’a pas été facile pour elles de gagner ce droit d’être ce qu’elle sont sans se cacher, car on s’en moque, on les poursuit, on les violente, on les assassine. Et en plus on devrait encore les obliger à être soit des hommes, soit des femmes, les obliger à se ranger d’un côté ou de l’autre ? Si ces personnes ne veulent pas, alors on devrait respecter leur choix. Sinon, comment nous plaindre de pas être respectées en tant que femmes que nous sommes si nous-mêmes, nous ne respectons pas ces personnes ? Mais bon, c’est peut-être parce que nous parlons de ce que nous avons vu des autres mondes et que nous n’avons pas beaucoup de connaissances sur ce sujet.

Par contre, ce que nous savons c’est que nous luttons pour notre liberté et que c’est maintenant que nous devons lutter pour la défendre, pour que nos filles et nos petites-filles ne souffrent pas la même histoire douloureuse que nos grands-mères.

C’est à nous de lutter pour que ne se répète pas l’histoire dans laquelle nous sommes seulement là pour faire à manger et accoucher d’enfants, pour les voir ensuite grandir dans l’humiliation, le mépris et la mort.

Nous ne nous sommes pas soulevées en armes pour retourner au même point.

Nous n’avons pas passé 25 ans à résister pour maintenant servir les touristes, les patrons, les superviseurs.

Nous ne cesserons pas d’être promotrices d’éducation, de santé, de culture, tercias, autorités, commandement, pour ensuite devenir employées dans des hôtels et des restaurants pour servir des étrangers pour quelques pesos. Qu’importe si ce sont beaucoup ou peu de pesos, ce qui importe c’est que notre dignité n’a pas de prix.

Car c’est ce qu’ils veulent, compañera, sœur, ils veulent que sur notre propre terre, nous nous convertissions en esclaves qui reçoivent des aumônes pour les laisser détruire la communauté.

Compañera, sœur,

Quand tu es arrivée dans ces montagnes pour la rencontre de 2018, nous avons vu que tu nous regardais avec respect, et parfois peut-être avec admiration. Bien que ce n’est pas ce qu’ont fait toutes celles qui sont venues, car nous savons bien que certaines sont venues pour nous critiquer et nous regarder mal. Mais ce n’est pas ce qui importe car nous savons que le monde est grand et que les pensées sont nombreuses, et il y en a qui comprennent que nous ne pouvons pas toutes faire la même chose, et il y en a d’autres qui ne le comprennent pas. Et bien ça, nous le respectons compañera et sœur, parce que ce n’est pas pour ça qu’a eu lieu la rencontre. Ce n’était pas pour voir qui nous donnait de bonnes ou de mauvaises notes, mais pour nous rencontrer et savoir que nous luttons en tant que femmes que nous sommes.

Et puis, nous ne voulons pas que maintenant tu nous regardes avec peine ou tristesse, comme des servantes à qui on donne des ordres de bonne ou mauvaise manière ; ou comme celles auprès de qui on négocie le prix de son produit, parfois c’est de l’artisanat, parfois des fruits ou des légumes, et parfois quoique ce soit, comme le font les femmes capitalistes. Mais par contre quand elles vont acheter dans leurs centres commerciaux, là elles ne négocient pas, non, elles payent exactement ce que disent les capitalistes et elles en sont mêmes contentes.

Non compañera, sœur. Nous allons lutter avec tout ce que nous avons et de toutes nos forces contre ses mégaprojets. S’ils réussissent à conquérir ces terres, ce sera sur notre sang, sur le sang des femmes zapatistes.

Nous y avons réfléchi, et c’est ce que nous ferons.

Car soudain, ces nouveaux mauvais gouvernements pensent ou croient que, comme nous sommes des femmes, nous allons vite baisser la tête, que nous allons être obéissantes face au patron et à ses nouveaux contremaîtres/superviseurs, car ce que nous cherchons c’est un bon patron et une bonne paie.

Mais non, ce que nous nous voulons c’est la liberté que personne ne nous a offert, celle que nous avons conquise en luttant de notre sang.

Crois-tu que, quand viendront les forces des nouveaux mauvais gouvernements, leurs paramilitaires, leurs gardes nationales, nous allons les recevoir avec les honneurs ? Avec des remerciements ? Avec joie ?

Non, ce qu’il va se passer, c’est que nous allons les recevoir en luttant et nous verrons bien s’ils apprennent enfin ce que sont les femmes zapatistes, des femmes qui ne se vendent pas, ni ne se rendent pas.

Nous, lors de la rencontre des femmes l’année passée, et bien nous nous sommes efforcées pour que vous soyez contentes et joyeuses, que vous vous sentiez en sécurité, compañera et sœur. Et nous avons conservé toutes ces critiques que tu nous a laissé : que les planches de bois étaient très dures, que tu n’aimais pas la nourriture, qu’elle était chère, que pourquoi-ci et pourquoi ça… Voilà, nous t’informons de comment nous avons travailler et des critiques que nous avons reçues.

Et malgré les plaintes et les critiques, et bien ici, tu étais en sécurité, sans que des hommes, bons ou mauvais, ne te regardent et te jugent. Il n’y avait que des femmes, toi, tu le sais.

Mais maintenant, rien de tout cela n’est encore sûr, car nous savons que le capitalisme arrive de toutes ses forces et qu’il veut vaincre à n’importe quel prix. Et ils vont le faire car ils sentent que beaucoup de gens les soutiennent, qu’ils peuvent commettre toutes les barbaries et et qu’on les applaudira encore. Et ils vont nous attaquer et ils observeront leurs sondages pour voir s’ils ont toujours de bons points, et ainsi jusqu’à ce qu’ils en finissent avec nous.

Et alors que nous t’écrivons cette carte, les attaques des paramilitaires ont déjà commencé. Ce sont les mêmes qui avant appartenaient au PRI, puis au PAN, puis au PRD, puis au PVEM, pour maintenant être avec MORENA.

Donc, compañera, sœur, nous t’annonçons que nous ne ferons pas la Rencontre ici, mais vous, organisez-le sur vos terres, à votre manière et selon votre temps.

Companera, sœur,

Ne cesse pas de lutter. Bien que ces maudits capitalistes et leurs nouveaux mauvais gouvernements s’en sortent et qu’ils nous anéantissent, et bien toi, tu dois continuer à lutter dans ton monde.

Car c’est cet accord que nous avons pris lors de la rencontre, celui de lutter pour que plus aucune femme dans aucun recoin du monde n’ait peur d’être femme.

Et donc ton recoin, c’est ton recoin, compañera et sœur, et c’est ton rôle d’y lutter, comme nous, les femmes zapatistes, nous luttons en terres zapatistes.

Ces nouveaux mauvais gouvernement pensent qu’il va être facile de nous vaincre, que nous ne sommes pas beaucoup et que personne, là bas dans les autres mondes, ne nous soutient .

Mais que va-t-il se passer compañera et sœur ? Et bien, même s’il ne reste qu’une seule d’entre nous, celle-ci se battra pour défendre notre liberté.

Et nous n’avons pas peur, compañera et sœur,

Si nous n’avons pas eu peur il y a déjà plus de 25 ans lorsque personne ne nous regardait, alors encore moins maintenant que toi, tu nous as vu, bien ou mal, mais tu nous as vu.

Compañera, sœur,

Bon, et bien là, nous te confions la petite lumière que nous t’avons offert.

Ne la laisses pas s’éteindre.

Même si la notre s’éteint ici avec notre sang, et même si elle s’éteint à d’autres endroits, toi, prends soin de la tienne car, bien que les temps actuels soient difficiles, nous devons continuer d’être celles que nous sommes et nous sommes des femmes qui luttent.

Voilà, c’est tout compañera, sœur. Pour résumer, nous n’allons pas faire la Rencontre, en d’autres mots, nous ne participerons pas.

Et si vous organisez la rencontre dans ton monde et qu’on te demande où sont les femmes zapatistes, pourquoi ne sont-elles pas venues, et bien dis-leur la vérité, dis-leur que les femmes zapatistes luttent dans leur recoin pour leur liberté en tant que femmes qu’elles sont.

C’est tout, prends soin de toi compañera et sœur.

Il y a parfois des moments pendant lesquels nous ne nous verrons pas.

On te dira peut-être de ne plus penser aux femmes zapatistes parce qu’elles n’existent plus. Il n’y a plus de zapatistes, te diront-ils.

Mais quand tu penseras que c’est vrai, qu’ils nous ont détruites, c’est à ce moment-là, sans même que tu ne t’en rendes compte, tu verras que nous te regardons et que l’une d’entre nous s’approchera et te demandera à l’oreille pour que seul toi tu puisses l’entendre : “Où est donc cette petite lumière que nous t’avons donné ?”

Depuis les montagnes du sud-est mexicain.
Les Femmes Zapatistes.
Février 2019


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "GENRE - FEMINISME "

Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   GENRE - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Soirée de soutien à CNT Femmes Libres Saint-Étienne le samedi 6 juillet à la Gueule Noire

Soirée de soutien à la CNT Femmes Libres de Saint-Étienne, avec la présentation du groupe, la projection d’un documentaire et des grignotages à prix libres.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Groupe féministe de percu militantes Let’s Boum Clap

Goûter/Apéro pour se rencontrer, découvrir et jouer des percus, grignoter et passer un moment sympa // dimanche 30 juin, 18h à La Cale


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Ciné plein air à Grenoble

Un ciné plein air en non-mixité M/G/T à la programmation festive, féministe et brillante afin de se faire une dose de films avant de partir tout l’été !


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / MEMOIRE

Qui sème le vent récolte la tapette

Événement annulé et reporté à l’automne !
Jeudi 13 juin à partir de 19h au 17. Entrée libre.
Présentation du livre Qui sème le vent récolte la tapette, Une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979, de Mathias Quere aux éditions Tahin Party. En présence de l’auteur et de la maison d’édition.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRE - FEMINISME

Permanence Marsha

Association d’entraide entre personnes Trans et Intersexes.
Permanence d’entraide, espace de parole en groupe et en individuelle.
contact : association.marsha(a)gmailcom


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Feminist Fight Club #2

★☆ Samedi 11 mai 2019 à 19h à la Gueule Noire ☆★
Comme la fois précédente : événement sans mec cis, aucune obligation de combattre et pas de gagnant·e·s.
Cette soirée est en soutien à la création d’un festival féministe.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Deux poids, deux mesures : une semaine d’évènements autour du spectacle « Les Tondues »

Une semaine - et même un peu plus - d’évènements proposés dans toute la ville pour prolonger les questions abordées dans le spectacle intime et historique « Les tondues » : les femmes tondues en 1944, la mémoire collective, les tabous de l’Histoire, la domination masculine, les inégalités homme/femme...


National   GENRE - FEMINISME

Un lexique partiel du féminisme et des oppressions

Comme la plupart des mouvements politiques et de critique sociale, le féminisme possède son vocabulaire propre. Qui n’est pas forcément très accessible...
Ce lexique tente de regrouper et d’expliquer des termes, pour certains issus du milieu universitaire, qui sont souvent utilisés pour parler des oppressions et des luttes féministes. Il s’adresse aux personnes qui subissent des oppressions et aussi aux personnes qui n’en subissent pas mais vivent dans une société structurée par ces oppressions, et sont donc également concernées.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / GENRE - FEMINISME

Accouchement, une question politique ?

Pour l’inauguration d’une nouvelle librairie à Mézère (43), vous êtes invitez à venir partager autour d’un documentaire sonore sur l’accouchement vu d’un point de vue politique.


National   DROITS SOCIAUX - SANTE / GENRE - FEMINISME

Pour étendre la pratique de l’IVG instrumentale aux sages-femmes

Un questionnaire a été mis en ligne à l’attention du public, en vue de l’élaboration d’une loi autorisant la pratique de l’IVG instrumentale pour les sages-femmes.


Dans la thématique "RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES "

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Diophonie #6 le 26 juillet !

Soirée berbère exceptionnelle vendredi 26 juillet 2019 à 20h au 17 : folk DIY de l’Atlas à Sainté !
Radio Dio et le 17 s’associent pour vous proposer un concert rare : le Duo 100% berbère de Lahcen Akil et Imdukal’N’El Hussain Safir, deux musiciens des montagnes de l’Atlas marocain, en tournée française. Ils chantent leurs vies et leurs culture dans tout ce qu’elles ont de poétique et de politique...
Ils seront précédés du duo surprise « Vitesse et Précipitation » (violon-banjo-voix).


International   CAPITALISME - GLOBALISATION / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !

Un appel du collectif G7 BLOKATU en cinq langues (français, basque, anglais, espagnol, allemand) à bloquer le sommet du G7 du 24 au 26 août prochains à Biarritz.
"Dès aujourd’hui, nous invitions celles et ceux que l’espoir d’un monde meilleur anime à nous rejoindre. Ensemble, imaginons et organisons des actions qui empêcheront les puissants de ce monde de se pavaner en toute impunité. Barrons-leur la route pour dégager d’autres chemins.
Peuples d’ici et d’ailleurs, vous, nous, soyons des milliers à les encercler, les isoler, les empêcher !
La violence est de leur côté, la justice du nôtre."


International   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Oulx] Appel à la solidarité contre les répressions à la frontière franco-italienne

Située à dix km de la frontière italienne, Oulx est un carrefour obligé sur la route vers la France. Depuis décembre, la Casa Cantoniera Occupata est un lieu autogéré pour toutes celleux qui veulent s’organiser contre le dispositif frontalier, pour celleux qui veulent le franchir ou le détruire. La Casa a besoin d’aide et lance un appel à toutes celleux qui ont envie d’agir, dès maintenant et pour tout l’été.


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Soutien aux mobilisations en Algérie : quinzième rassemblement à St-Étienne

Alors qu’en Algérie la contestation ne faiblit pas pour réclamer la fin du système que symbolisait l’ancien chef de l’État Bouteflika, la solidarité continue à s’exercer à l’étranger. Dimanche 16 juin se tenait à Saint-Étienne le quinzième rassemblement en soutien au peuple algérien.


Saint-Étienne et alentours La dérive   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Luttes en Grèce - Rencontre avec des membres de Rouvikonas

A l’occasion d’une tournée en France et en Belgique, des militants de Rouvikonas viendront à Saint-Étienne, au lieu autogéré La Dérive (91 rue Antoine Durafour) le mercredi 5 juin à 19h.
Comment résister face au durcissement des régimes politiques en Europe ? Comment sortir du capitalisme et de la société autoritaire ? Sur quelles bases créer des convergences de luttes ? Que propose Rouvikonas ?


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Pourquoi s’intéresser à la Palestine aujourd’hui ?

En dépit de la lutte légitime contre l’injustice faite aux Palestiniens depuis plus d’un siècle, être un militant engagé en faveur des droits des Palestiniens est entaché d’une suspicion d’antisémitisme. Vraisemblablement la faute à une intense propagande sioniste et israélienne. Dans cet article, on explique pourquoi l’engagement en faveur des Palestiniens est plus important que jamais. En raison de la responsabilité européenne historique dans l’émergence du sionisme d’abord ; parce que le sionisme est un projet national-colonial d’essence raciste ensuite ; et enfin parce que la dérive nationaliste en Israël est à l’origine d’une intense propagande qui s’inscrit dans une logique de choc des civilisations et qui produit un durcissement des rapports inter-ethniques en particulier, à un niveau mondial. Ce dernier point ne présage rien de bon.


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Palestine : journée internationale contre AXA & soutien aux prisonniers politiques

Mercredi 17 avril 2019, les militants stéphanois défendant les droits des palestiniens se mobilisent à Saint-Étienne pour deux événements successifs. Le premier pour une campagne BDS internationale contre AXA et qui consiste à réclamer son désinvestissement des entreprises israliennes qui profitent de la colonisation. Le second, pour un rassemblement en soutien aux prisonniers politiques palestiniens, un axe de répression sciemment développé par le régime israélien pour casser la contestation au pouvoir. BDS France Saint-Étienne sera présent aux deux rassemblements.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Anis et le marionnettiste

Le samedi 13 avril 2019 l’AFPS (Association France Palestine Solidarité) de St Etienne en partenariat avec KARAKIB accueillera le marionnettiste palestinien Abd Salam pour la présentation de son spectacle « Anis et le marionnettiste », à l’Association Familiale Laïque de Montplaisir, à 18h30. Prix du billet : 10 Euros.


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Marche de soutien au peuple algerien

Depuis des semaines le peuple algérien est dans la rue pour réclamer, non pas seulement le départ de Bouteflika mais de tout son régime autocratique. Soyons nombreux et nombreuses dimanche 7 avril sur la place du peuple pour crier notre soutien a leur lutte.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

IAW-2019 - Conférence de Rania Madi.

Dans le cadre de la Semaine contre L’Apartheid Israélien (IAW en anglais) co-organisée par BDS France Saint-Étienne et la JC Loire, l’Université Jean Monnet accueille Rania Madi, avocate et juriste palestinienne. Elle est membre de l’organisation Badil, un centre de ressources pour le droit à la résidence et le droit des réfugié-e-s palestinien-ne-s. Grande spécialiste de la question, elle évoquera ce thème en particulier. L’IAW a pour objectif de sensibiliser le public à l’apartheid israélien et à soutenir le BDS. Cette année cet événement est sur le thème de « cesser d’armer le colonialisme » et vise à relancer la campagne BDS réclamant un embargo militaire contre Israël.


Dans la thématique "CAPITALISME - GLOBALISATION "

Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / FLICAGE - SURVEILLANCE

Discussion publique autour de la question des normes agricoles

Rencontre avec le collectif contre les normes administratives et industrielles, lundi 8 avril à partir de 20h à la Cale (amicale du Crêt-de-Roc) à Saint-Étienne.
« Face aux pressions, harcèlements que nous, agriculteur.rice.s et artisan.e.s subissons au quotidien, face à la dépossession des savoirs-faire dans nos activités ou face aux mensonges et illusions que nous constatons en tant que consommateur.trice.s, nous avons créé ensemble un collectif contre les normes administratives et industrielles. »


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION

Réunion publique de la RAP

Mardi 19 mars 2019, à partir de 19h, à la Gueule Noire : présentation des activités de l’association Résistance à l’Agression Publicitaire (RAP) de Saint-Étienne !


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Arpentage : « la misère humaine en milieu publicitaire » du groupe MARCUSE

Soirée antipub organisée mercredi 27 février par la RAP-Sainté au Remue-méninges.
Entrée gratuite avec bouffe végan à prix libre.


Opinions   CAPITALISME - GLOBALISATION

De la nécessité de la fin d’un monde

Plus on a une connaissance des catastrophes que le système enchaîne, des détériorations désastreuses, plus on cherche à s’adapter et essaient de survivre dans des conditions devenues extrêmes. Notre adaptation à la machine nous intègre peu à peu à son fonctionnement, elle nous machinise à son programme.


A Lire ailleurs   CAPITALISME - GLOBALISATION / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Il a du STEEL ce chantier ...

Nous relayons ici un texte paru sur Indymedia Nantes qui raconte en poésie une nuit de la Saint Sylvestre pas comme les autres dans le secteur Monthieu...


Saint-Étienne et alentours La dérive   CAPITALISME - GLOBALISATION / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Une collecte pour un convoi solidaire à destination de la Grèce

Depuis 2009, le collectif ANEPOS, Action Solidarité Grèce, basé dans le Tarn et à Athènes, mène des dizaines d’actions en Grèce en partenariat avec une quarantaine de collectifs du mouvement social qui s’organisent face à l’austérité Pour soutenir ces initiatives, des convois solidaires sont organisés de France. Le convoi 2019 partira prochainement, dont un véhicule de Saint-Étienne.
La collecte aura lieu samedi 16 février de 14h à 18h à la Dérive, 91 rue Antoine Durafour à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / FLICAGE - SURVEILLANCE

Contre l’atelier Google à Sainté

Appel pour des actions communes en réaction à l’installation d’un atelier Google à St-Etienne.
Google va ouvrir à Saint-Étienne, sans doute au moment de l’inauguration de la biennale du design le 21 mars, son second atelier numérique en France (après Rennes au printemps 2018, et avant Montpellier et Nancy).
Nous ne voyons pas l’arrivée de Google comme une bonne nouvelle car elle pourrait remettre en cause le déploiement d’une politique du numérique qui garantit les droits des usagers et leurs libertés.


Opinions   CAPITALISME - GLOBALISATION / MOBILISATIONS - LUTTES

Ami.es Gilets Jaunes

Bref appel à l’adresse des gilets jaunes d’ici ou d’ailleurs...
« Amis GJ, je communique ici à l’écrit ce que certains d’entre nous pensent, en qualité de GJ mobilisés depuis le 17 novembre. (...) »


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / FLICAGE - SURVEILLANCE

Sainté se laissera-t-elle googliser ?

Le personnel du service de comm’ de Perdriau doit être en burn-out tant ses apparitions médiatiques ont été nombreuses ces derniers jours. Si on a du mal à suivre le rythme, on n’est pas passé à côté de cette info annoncée la semaine dernière : la multinationale Google a choisi Saint-Étienne pour ouvrir son deuxième « atelier numérique » en France.


International   CAPITALISME - GLOBALISATION / MOBILISATIONS - LUTTES

[Mémoire] Manifeste de 9 intellectuels Antillais, pour les « produits de haute nécessité »

Ce manifeste a été écrit pendant la grève générale qui a débuté en janvier 2009 à la Guadeloupe puis s’est étendu en Martinique. Le mouvement réclamait une baisse de certains produits de la vie courante comme les carburants et la revalorisation des salaires. Plus que jamais d’actualité, ce texte amène son soutien au mouvement de rue et y propose de puissants dépassements politiques et poétiques.


A la une...

CAPITALISME - GLOBALISATION
G7-EZ – C’est parti !!  

En direct-live du contre-sommet à Hendaye, des reporters des sites MUTU proposent chaque jour quelques nouvelles en photos et/ou récits du contre-sommet.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Diophonie #7 le 25 août !  

La 7e Diophonie se tiendra le dimanche 25 août 2019, à partir de midi jusqu’au soir, aux Guinguettes de Couriot !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Code du policier de l’espace à Saint-Étienne  

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7 à Biarritz : programme du contre-sommet et des mobilisations  

Le sommet du G7, qui réunit les chefs des sept États parmi les plus riches de la planète, se tient à Biarritz du 24 au 26 août, sous la présidence de la France. Plusieurs évènements sont organisés contre cette réunion : des manifestations et rassemblements les 24 et 25 août ainsi qu’un contre-sommet et un village des alternatives du 21 au 23 août.


MEMOIRE
Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté  

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Les EPHAD à Sainté : pris pour des CPOM  

Face à des conditions de travail très dégradées et une impossibilité de s’occuper décemment des résident.e.s, des personnels des Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) stéphanois tentent d’alerter les habitant.e.s et la municipalité. Celle-ci, non contente de rester sourde à leurs appels, les empêche d’exercer leur droit de grève. Laisser crever et faire crever. Un article du Couac paru au printemps 2018.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Ville, métropole et design : qui S.E.M le vent...  

« Il convient de maîtriser l’image de la cité, de la même manière qu’on joue sur celle d’une entreprise pour influer sur sa cotation en bourse. »
Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019 sur notre métropole stéphanoise et le recours au design comme instrument de transformation de la ville.


DROITS SOCIAUX - SANTE
HP : contention et contentieux  

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Gentrifier Sainté ?  

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...


DROITS SOCIAUX - SANTE
L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?  

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


REPRESSION - PRISON
[Lyon] Après la victoire de l’Algérie à la CAN le 19 juillet, la préfecture et les flics font la fête à leur manière  

Alors qu’à Sainté la place Jean Jaurès s’est retrouvée sous les gaz et que la Police concocte tranquillement quelques 400 procès verbaux pour des "infractions au code de la route", à Lyon une fois de plus, les festivités qui suivirent la victoire de l’équipe nationale d’Algérie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ont été réprimées avec violence par les forces de « l’ordre ». Comme le dimanche 7, le jeudi 11 et le dimanche 14 juillet, la détermination policière à restaurer l’ordre républicain et post-colonial a transformé une fête en vaste foire aux gazs lacrymogènes, aux coups de matraque, aux tirs de LBD et même au tir de canon à eau.


REPRESSION - PRISON
Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne  

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Bure : Le bois Lejuc est réoccupé !  

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le 18 juillet à 14h. De nombreuses personnes ont réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au nucléaire et à son monde, industriel, colonial, militaire. Les forces policières qui occupaient jusque là ce lieu stratégique et protégeaient les intérêts de l’Andra ont été contraintes de quitter les lieux. Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt.


LOGEMENT - SQUAT
Nouvelle édition du « squat de A à Z »  

La fameuse brochure écrite en 1999 et régulièrement mise à jour est LE texte de référence pour qui veut participer à l’ouverture de squats en France. Il vient d’être mis à jour pour intégrer notamment les nouveaux textes de loi français.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES
Rencontre avec des membres actifs de l’amicale du Crêt de Roch  

Dimanche 14 juillet a lieu le Bal populaire du Crêt de Roch, organisé par l’association d’éducation populaire Les cris du quartier, en lien avec l’Amicale Laïque du Crêt de Roch. Entretien avec deux membres actifs de ces deux collectifs, publié dans le journal du carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.


MEMOIRE
Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


DROITS SOCIAUX - SANTE
La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne  

Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Avant l’été, communiqué du collectif des occupant’es de la Bourse et après  

Trois mois après le début de la mobilisation pour venir en soutien aux migrant’es sans logement, le collectif fait le point sur la situation en ce début d’été.