Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Le droit de jouer




Dans un numéro paru à la fin du printemps, Couac s’est penché sur la situation des enfants contraints de dormir dehors ou dans des squatts. Si des élans de solidarité dans les écoles notamment permettent parfois de les loger, ils n’en demeurent pas moins dans une situation très précaire et bien souvent en butte à l’inaction des pouvoirs publics.


La fin de journée s’annonce, la lumière faiblit minute après minute, le ballon se voit de moins en moins. Quelques enfants occupent encore le square du quartier. Les autres sont rentrés chez eux, à quelques pas d’ici, respectant tant bien que mal le couvre-feu parental. Ceux qui restent n’ont pas vraiment de chez eux. Enfin ça dépend. La semaine dernière c’était là-bas. Demain, peut-être ailleurs. Ceux-là sont ici, à Sainté, avec leur parents, depuis peu, notion temporelle toute subjective. Depuis leur arrivée, ils n’ont fait que bouger de propositions précaires en solutions de survie. Cela n’empêche pas que tous les matins, ces mômes passent le portail de l’école et tentent de vivre un quotidien digne, entourés des autres enfants. Les adultes de l’école bien sûr, connaissent souvent les situations dramatiques de ces familles. Comment faire classe « normalement », comment rester concentré.e quand l’enfant en face, en sortant de l’école, ira passer la nuit dans une voiture, un couloir d’hôpital ou de gare, ou sous une tente ? Impossible. Alors ici et là, des collectifs regroupant toute la communauté de l’école (enseignant.e.s, parents, assistant.e.s d’éducation, dames de cantine, etc.) fleurissent en ville.

Les citoyens solidaires déploient une énergie folle à « retaper » gratuitement les appartements pour les yeux doux des propriétaires. Les dirigeants politiques doivent se féliciter de la combine : loger les personnes démunies en enrichissant les propriétaires et ce sans que la mairie ne débourse un centime.

Ces beaux élans spontanés et solidaires permettent de s’organiser relativement rapidement dans le but de répondre en urgence à une situation très précaire. Il faut alors trouver de l’argent – mobilisation des réseaux de chacun.e, soirées de soutien, dons ponctuels ou permanents, tous les moyens sont bons – et proposer à la famille un hébergement salubre et sûr. Bien entendu, cette force citoyenne atteint parfois ses limites. Que faire quand les sources de financement s’essoufflent ou que d’autres familles se retrouvent dans des besoins similaires alors que les fonds du collectif ne sont pas suffisants ? Les solutions existent pourtant, parfois à deux pas de la mairie. Rue des frères Chappe par exemple. Des membres des collectifs des écoles de Montchovet et Chappe ont trouvé un accord avec la propriétaire d’un immeuble partiellement vide. Moyennant un rafraîchissement en surface des appartements, les collectifs sont en mesure de négocier des loyers faibles pour pouvoir installer des familles sans toit. Si cela permet de mettre au chaud ces personnes, on ne peut s’empêcher de faire un constat écœurant : les citoyens solidaires déploient une énergie folle à « retaper » gratuitement les appartements pour les yeux doux des propriétaires, à trouver des sous afin de payer des loyers d’appartements qui n’étaient pas louables en l’état. Tout ça, sous le regard machiavélique des dirigeants politiques qui doivent se féliciter de la combine : loger les personnes démunies en enrichissant les propriétaires et ce sans que la mairie ne débourse un centime. La performance est belle. Loin de se laisser abattre par une bataille qu’ils et elles mènent seul.e.s au front, ces citoyen.ne.s solidaires ne lâchent rien. Quand un collectif va rencontrer le député ou le maire afin de gratter un peu là où ça fait mal, le syndicat enseignant organise une conférence de presse pour faire réagir le préfet. Il faut bien cela pour contrecarrer les immondes mensonges de ce dernier essayant de nous faire croire que seules les personnes déboutées et devant quitter le territoire ne sont pas logées par l’État. Et quand bien même.

Autre défi à relever pour ces enfants, débuter ou reprendre une scolarité qui s’est arrêtée pendant le voyage. Et là encore, rien n’est simple. Chaque enfant arrive avec sa propre histoire et les moyens matériels et humains ne sont pas à la hauteur des besoins. Pourtant, le code de l’éducation ne saurait être plus clair : « Le service de l’éducation [...] veille à l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. [...]. Les élèves allophones nouvellement arrivés en France bénéficient d’actions particulières favorisant leur accueil et leur scolarisation. » Isabelle Graci, enseignante et coordinatrice du dispositif de scolarisation des enfants allophones sur Saint-Étienne, résume la situation : « Les droits à l’éducation sont respectés mais dans quelles conditions ! »

« C’est comme ça que l’on demande aux plus démuni.e.s d’aller dans une école plus loin, sans prise en charge des frais de transport ou de cantine, que l’on demande aux moins intégré.e.s socialement de se couper de leur quartier. »

Le dispositif existant permet normalement aux enfants d’être accompagné.e.s et scolarisé.e.s dans une école ou un établissement proche de leur lieu d’habitation. Mais ce n’est pas chose aisée. Des inspecteurs protègent les écoles en difficulté ou surchargées en orientant les enfants vers des écoles d’autres quartiers, des chefs d’établissement bloquent de nouvelles inscriptions. Les moyens du dispositif sont actés en début d’année scolaire sans réelle marge de manœuvre, ce qui rend difficile l’adaptation en cours d’année en fonction du nombre d’arrivées et des quartiers impactés., surtout avec de faibles moyens. Tout cela entraîne parfois une scolarisation plus éloignée que prévu. « C’est comme ça que l’on demande aux plus démuni.e.s d’aller dans une école plus loin, sans prise en charge des frais de transport ou de cantine, que l’on demande aux moins intégré.e.s socialement de se couper de leur quartier » explique Isabelle en déplorant la stagnation des moyens alloués alors que les prises en charge augmentent chaque année. La circulaire en vigueur prévoit 12h de prise en charge hebdomadaires pour les collégiens et 9h pour les écoliers ; chiffres rarement soutenables pour les enseignant.e.s des élèves allophones devant arbitrer entre qualité de l’enseignement et quantité. La circulaire préconise également 15 élèves pour les groupes de NSA (non-scolarisé.e auparavant), ils ont dépassé les 20. Dans certains établissements comme le lycée Benoit Fourneyron, pour contrer son terrible manque d’anticipation, l’inspection académique a dû créer une unité pédagogique pour allophones en urgence et recruter un.e contractuel.le et des services civiques, sans aucune garantie de formation, qui ont à faire face à ces 24 enfants. A l’inverse, n’accueillant que très peu d’enfants allophones, le privé se voit parfois offrir des moyens largement au-dessus des besoins, absurdité qui a de quoi fâcher tou.te.s ceux et celles qui tentent de s’organiser au quotidien pour pallier au mieux le manque de moyens et qui rappellent chaque jour à leur hiérarchie les difficultés rencontrées pour relever l’immense mission qui est la leur. Notons que deux « profils » rencontrent encore plus d’obstacles. Les plus de 16 ans. Car en plus de tous le reste, il va falloir trouver un établissement les accueillant dans le respect de leur choix d’orientation. La difficulté est d’autant plus prégnante quand l’enfant arrive en cours d’année, le décalage indu rendant souvent réticent le ou la chef.fe d’établissement à l’inscription. Le deuxième profil est celui de l’enfant pas ou peu scolarisé.e antérieurement. Il existe des unités spécifiques pour accueillir ces enfants. Malheureusement, elles peuvent être très éloignées du lieu d’habitation et sont souvent rapidement saturées au cours de l’année.

S’il est un point encourageant à noter dans les évolutions du dispositif, c’est celui du combat sémantique. Derrière le ronflant UPE2A (unité pédagogique pour élève allophone arrivant), on ne parle plus aujourd’hui de celui ou celle qui ne parle pas français – non-francophone – mais de celui ou celle qui parle une autre langue que le français – allophone. Les conséquences pédagogiques sont importantes et le plurilinguisme comme la valorisation de la culture d’origine sont les clés de voûte d’un accueil bienveillant et d’une socialisation épanouie de l’enfant. Malheureusement, le dispositif prévoit une inclusion dans les classes dites « ordinaires » très rapidement, sans sas d’adaptation. Cela peut engendrer une grande souffrance pour l’enfant et son enseignant.e qui pourrait ne pas être à la hauteur du défi, faute de temps et de formation.

Ne pas être à l’abri, s’endormir dans le froid, avoir une école loin de chez soi, ne pas avoir le temps de découvrir, de grandir, ne pas être écouté.e et considéré.e. Les droits de l’enfant vacillent. Autant de responsabilités qu’ont à se partager monsieur le maire, monsieur le préfet et monsieur le directeur académique. Messieurs, peut-être souhaiteriez-vous à l’avenir voir les squares disparaître. Et voler ainsi à ces enfants le dernier droit qu’ils et elles se gardent précieusement – celui de jouer.

Si vous souhaitez faire un don ou apporter votre aide à un des collectifs stéphanois, vous pouvez contacter l’association No Partiran qui héberge financièrement la plupart de ces collectifs : Laetitia Valentin (trésorière de No Partiran), laetyves yahoo.fr, 0650633884 ; ou consulter la page facebook de KOSALISANA – « entraide » en lingala –, association du Soleil, kosalisana gmail.com.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Réunion publique d’accès au droit en cas d’interpellation et de poursuite judiciaire

Dans la continuité du mouvement de lutte contre la réforme des retraites, les organisations syndicales de salarié.e.s en lien avec le Syndicat des Avocats de France vous invitent le mercredi 15 janvier (16h30) à une réunion publique d’accès au droit pénal à la Bourse du Travail.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Ateliéphémère

Cet atelier vient en réponse à la baisse constante de notre autonomie face aux problèmes rencontrés avec les objets qui nous entourent et que nous utilisons quotidiennement. Lors de ces ateliers, il n’y aura sans doute pas 100% de dépannage réussi, mais le fonctionnement de votre matériel vous paraîtra un peu moins obscur, c’est déjà ça...


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Ptit resto des enfants

Ce mois ci au petit resto vegan, ce sont les enfants qui cuisinent.
RDV samedi 21 décembre 2019 à partir de 9h à la Gueule Noire.
Un espace jeux et un espace sieste sont prévus. Zone de gratuité jouets proposée par le Chantiez.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Zone de gratuité de noël pour les enfants

Pour que les parents qui galèrent puissent aussi offrir des cadeaux à leurs enfants dans cette période de consommation à l’extrême, une zone de gratuité de noël aura lieu samedi 21 décembre à partir de 15h à l’amicale Tardy.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

La direction de l’université n’aime pas le droit de grève

Alors qu’en ce mois de décembre les manifestations se succèdent et laissent espérer une amplification des protestations, le mouvement demeure à l’Université Jean Monnet pour le moins atone. Si des AG et des tractages ont eu lieu et si des appels à ne pas tenir les examens ont été émis, la mobilisation demeure faible. La responsabilité en revient notamment à une direction qui s’attache à la rendre invisible et à éteindre toute braise.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Nouvelle journée des enfants à la Gueule Noire

Une journée à destination des enfants accompagné.e.s d’adultes accompagnant.e.s : jeux, lectures, cuisine et activités en tout genre.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Journée adultes/enfants à la Gueule Noire

Une journée à destination des enfants accompagné.e.s d’adultes référent.e.s : jeux, lectures, cuisine et activités en tout genre. Lancement d’un rendez-vous régulier.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Festival du Cinéma Solidaire du Pilat 2019

à St Julien Molin Molette, le dimanche 24 novembre.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Enfant en situation de handicap : l’État oublie « d’inclure » les moyens

Lundi 04 novembre, le « comité de suivi de l’école inclusive » a réuni au ministère de l’Éducation, le ministre et associations en charge de la scolarisation des enfants en situation de handicap. Si le ministre s’est jeté des fleurs en vantant les résultats supposés des réformes entreprises en la matière, la situation sur le terrain semble toute autre. Couac est allé discuter avec Taline Bouagal, AESH et représentante syndicale dans la Loire.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Démocratie « disruptée » à l’Université Jean Monnet

Le 17 octobre dernier, se tenaient à l’Université Jean Monnet des élections en vue de renouveler différents conseils dont le Conseil d’administration, qui élit le-la président-e. Casseroles, recettes rances et plats indigestes étaient au menu. Menu dont les effluves douteuses ont inspiré cet entretien presque réel avec l’ancienne, et future, présidente – Michèle Cottier.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE

Rencontre avec Bernard Friot sur l’histoire du système de retraites

Les Réseaux citoyens de St-Etienne proposent une soirée de réflexion et d’échange avec Bernard Friot sur l’histoire de la Sécurité sociale et du système des retraites le jeudi 23 janvier 2020 de 19h à 21h, à l’Amicale Laïque de Tardy (86 rue Vaillant Couturier à St-Etienne). Ouverture de la salle à 18h, possibilité de restauration rapide et bar.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Sainté fête le droit des enfants ? Pas de quoi se réjouir

Mercredi 20 Novembre 2019 à 16h30, retrouvons-nous nombreureuses pour dénoncer l’hypocrisie de la Mairie de Saint-Étienne qui organise ce jour-là une fête pour les droits de l’enfant alors même que dans notre chère ville, des enfants dorment encore à la rue, sous des ponts et dans des squats.


Informations globales   DROITS SOCIAUX - SANTE / FLICAGE - SURVEILLANCE

Alerte rouge sur les données de santé de tou.te.s les français.e.s

Vous ne le savez peut être pas, mais un événement majeur est en train de se jouer sur les datas santé françaises. À côté les enjeux et risques du DMP, c’est une partie de billes dans une cour de récréation. De quoi s’agit-il ?


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

Un étudiant stéphanois s’immole devant le Crous de Lyon

En pleine détresse sociale suite à la perte de sa bourse, un étudiant de 22 ans originaire de Saint-Étienne s’asperge d’essence et tente de s’immoler devant le bâtiment du Crous de Lyon.
"J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué en créant des incertitudes sur l’avenir de tou.te.s, j’accuse aussi Le Pen et tous les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires.
Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu."


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

La bataille du logement pour tou.te.s

Le premier novembre marquait le début de la trêve hivernale. Cela ne garantit pas pour autant à chacun-e d’être correctement abrité-e. Retrouvez ici la pétition lancée pour réclamer que tous les enfants scolarisés à Saint-Étienne soient hébergés ainsi qu’un article du Couac sur la fin de la trêve hivernale du printemps dernier et la galère qui a suivi pour les personnes à la rue, en particulier celles en situation de demande d’asile.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / DROITS SOCIAUX - SANTE

Nan, demain j’ai piscine : fermeture des locaux d’hébergement à la Talaudière

Demain, jeudi 31 octobre, la quarantaine de personnes qui avaient trouvé refuge depuis le mois d’avril dans le vestiaire d’une piscine désaffectée de La Talaudière mise à disposition par la Maire doivent quitter les lieux. Sans autre solution, illes iront devant les locaux de la PADA pour réclamer leur droit à l’hébergement. Soyons nombreux et nombreuses à les soutenir dans cette journée difficile !

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MEDIAS

Sortie du n°8 du Couac !

Pour ce numéro concocté après la fin de l’été, Couac est allé mettre son nez dans les dossiers nauséabonds de la toxi-cité stéphanoise. Vous y retrouverez aussi bien sûr les habituelles brèves, divers articles sur des questions d’actualité ainsi que son inévitable grille de maux (mots) croisés. On vous propose ici, en avant-goût, l’édito et un article consacré au site de Borde-Matin – le centre de traitement de déchets de Suez situé sur la commune de Roche-la-Molière.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Retraites, la bataille commence

Le mardi 24 septembre, ce sera un premier rendez-vous pour ce qui devrait être le début d’une lutte et d’un rapport de force pour enfin, reconquérir des droits.
Rassemblement à Saint-Étienne à 10h30 devant la bourse du travail pour une manifestation que l’on espère massive et offensive.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE

Les EPHAD à Sainté : pris pour des CPOM

Face à des conditions de travail très dégradées et une impossibilité de s’occuper décemment des résident.e.s, des personnels des Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) stéphanois tentent d’alerter les habitant.e.s et la municipalité. Celle-ci, non contente de rester sourde à leurs appels, les empêche d’exercer leur droit de grève. Laisser crever et faire crever. Un article du Couac paru au printemps 2018.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Journée internationale des migrant·es

Mercredi 18 décembre 2019 - 18h - Place du Peuple - Saint-Étienne
Nous, Collectifs de Sans-Papiers et MigrantEs, Syndicats, Associations, Collectifs de solidarité, États Généraux des Migrations, Marche des Solidarités appelons à des manifestations et rassemblements le 18 décembre, journée internationale des migrantEs.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Gaël Perdriau, le maire de Saint-Étienne, s’octroie un label UNESCO

Il y a environ une semaine, un contributeur au site Numéro Zéro faisait parvenir un texte intitulé « Incroyable ! L’UNESCO décerne à la ville de Saint-Étienne le label de ’’ville inclusive et durable’’ » qui dénonçait l’écart entre les objectifs d’un tel label et la politique de la mairie de Saint Etienne. Après vérification sur le site de l’unesco, la réalité s’avère pire que prévu : à l’hyprocrisie s’ajoute la déformation de la vérité par le maire et comme d’habitude relayée benoîtement par Le Progrès.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Vente aux enchères solidaire

Une vente aux enchères solidaire d’oeuvres d’artistes stéphanois.es est organisée Dimanche 1er décembre 2019 en soutien à la Maison solidaire, lieu d’hébergement et d’aide pour les mineur.e.s isolé.e.s.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Communiqué du collectif des occupants de la Bourse

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

L’Ordre des Choses : projection-débat

Accord Italie-Libye sur le « contrôle des flux migratoires » : projection de L’Ordre des Choses suivie d’un débat, vendredi 22 novembre à 17h30 à l’amicale laïque de Tardy.


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement pour les personnes sans logement

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui incombr cette tâche restent – à une exception près – sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Rencontre avec Alpha Kaba, survivant de l’enfer libyen

Jeudi 17 octobre à 18h amphi E01 du campus Tréfilerie (Université J.Monnet), l’antenne stéphanoise SOS MEDITERRANEE et le Département d’études politiques et territoriales invitent ALPHA KABA, journaliste guinéen secouru en Méditerranée. Entrée libre.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

MARBAYASSA en soutien à SOS MEDITERRANEE

La compagnie Marbayassa joue « Gibraltar », un spectacle qui fusionne danse et théâtre, mis en scène par Guy Giroud, en soutien à SOS MEDITERRANEE, mardi 8 octobre à 20h au théâtre de la Grille Verte.
Prix libre.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Alerta alerta anti-CRA !

Depuis plusieurs mois déjà la lutte contre les CRA s’accroît à l’intérieur comme à l’extérieur. Pas plus tard que la semaine dernière débutait une grève de la faim dans les CRA de Palaiseau et de Plaisir. Dans ce contexte et pour mieux comprendre l’abomination que sont les CRA, voici ci-dessous un article (paru en juin dans le Gueuloir n°4) sur le sujet.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soirée-conférence « L’Albanie : étape pour les exilés, terre d’émigration »

L’Albanie, considérée comme « pays sûr » par la France et l’Union européenne, est aussi le second pays d’origine des demandeurs d’asile en 2018. Soirée-conférence jeudi 26 septembre à l’Amicale laïque du Crêt de Roch organisée par la Cimade avec Jean-Arnault Dérens, rédacteur en chef du « Courrier des Balkans ».


Saint-Étienne et alentours Couac   REPRESSION - PRISON

Justice et répression des manifestants : quand Facebook sert de mouchard

La répression judiciaire qui a suivi le mouvement social dit des « gilets jaunes » a été l’occasion de constater que l’ancien monde, en robe noire, se servait désormais des outils de surveillance que met à sa disposition le nouveau monde. Ainsi, un manifestant a été condamné à Saint-Étienne pour des propos tenus sur Facebook. C’est un pas de plus qui est franchi dans l’atteinte à nos libertés.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

La Rentrée Solidaire 2019

Pour se donner la pêche de militer à la rentrée, nous vous avons fait une petite sélection d’évènements militants pour cette rentrée 2019. On y trouve des soirées conférences, du théâtre, une manif, et des rassemblements. Venez motivé’es !


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Forum des collectifs locaux œuvrant pour l’émancipation, la solidarité et la contre-culture

Le vendredi 13 à partir de 17h30 sur la Place Grenette, venez rencontrer des collectifs locaux qui œuvrent pour l’émancipation, la solidarité et la contre-culture.


Saint-Étienne et alentours Couac   GENRE - FEMINISME / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

HP : contention et contentieux

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


Saint-Étienne et alentours Couac   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Le Couac n°7 est sorti !

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


Saint-Étienne et alentours Couac   MOBILISATIONS - LUTTES

Université, mai 1968 – avril 2019 : d’une occupation à une autre

Il y a huit jours s’achevait la brève occupation, une trentaine d’heures, d’un bâtiment de l’Université Jean Monnet. Celle qui s’était déroulée en mai-juin 1968 avait, elle, duré, une trentaine... de journées. Couac vous propose de vous replonger dans l’épisode de mai-juin 1968 avec un article paru dans sa version papier au printemps 2018.


Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

La traque continue : des nouvelles de familles roms

Le 31 décembre 2018, plusieurs associations ont signé une tribune dans laquelle elles accusent l’État de mener une politique envers les personnes à la rue, notamment migrantes, qui « confine à une mise en danger délibérée ». Si le texte pointe la situation à Paris et en Île-de-France, elle n’est guère différente à Saint-Étienne et dans la Loire. Illustration avec un article du Couac paru à l’hiver 2018.


Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Les livres sont-ils assez design pour Sainté ?

Alors que la Fête du livre ouvre ses portes ce jeudi 11 avril 2018, nous proposons la lecture d’un article du Couac paru à l’issue de l’édition précédente. Les échos qui nous parviennent de l’événement à venir laissent à penser que certaines des interrogations soulevées demeurent actuelles. Toute actualisation par la proposition d’un nouvel article ou l’ajout de commentaires est donc bienvenue !


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Perturbons (aussi) les voeux de la République en marche  

Ce vendredi 24 janvier à 18h30 à Saint Just Saint Rambert, En Marche fait ses vœux. Les 4 parlementaires ainsi que David Cofer, le référent de la Loire, seront présents. À Bordeaux, Toulouse et même au fin fond de la Sarthe, la République en marche ne peut plus se pavaner sans se faire conspuer. À Paris, Macron en personne est obligé de se faire exfiltrer d’un théâtre en catimini avec sa garde prétorienne... Et dans la Loire ??


MOBILISATIONS - LUTTES
Marre de se faire rouler dans la farine ! Cortège vénèr et pâtissier vendredi 24 janvier !  

Ce mouvement contre les retraites ne semble pas vouloir s’arrêter, augmentons le rapport de force et prenons vendredi la tête de la manif avec un cortège vénèr et pâtissier : ramène ta farine !


DROITS SOCIAUX - SANTE
Perturbons l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne  

Ce jeudi 23 janvier à 18h30 aura lieu au 29 avenue de la Libération l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne, ceci est un appel à perturber joyeusement ces festivités. 47 jours que la grève continue, et depuis le 1er janvier de nombreuses cérémonies de voeux et autres mondanités ont été perturbées par des manifestant.e.s un peu partout en France. À notre tour de faire savoir à En Marche Saint-Étienne que l’ouverture de ses locaux n’est qu’une provocation de plus.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Épreuves de contrôle continu : ça bouge au lycée Honoré d’Urfé  

Lundi matin les premières épreuves de contrôle continu (E3C) devaient avoir lieu pour les lycéen.ne.s en classe de première. Les professeur.e.s ont décidé de les boycotter comme à Honoré d’Urfé. Entretien avec Estelle Tomasini du syndicat majoritaire SNES FSU.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : agenda des actions et suivi de la semaine du 20 au 26 janvier  

Actions, manifestation et rassemblement, retraite au flambeau et pique-nique... La mobilisation continue !


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
Programme des 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne : « Cent ans de communisme en France et dans la Loire »  

Dans le cadre du centenaire du Congrès de Tours, 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne organisée par le GREMMOS les 23 et 24 janvier 2020 aux archives départementales de la Loire.


MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation  

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur la journée du vendredi 10 janvier contre la réforme des retraites  

Au programme : action péage gratuit et rassemblement devant le Medef !
Aujourd’hui, c’est le 36e jour consécutif de mobilisation pour les cheminot·e·s qui sont rejoint·e·s sur leur piquet de grève à 6h du matin à la gare de Chateaucreux par des militant·e·s syndicalistes, des profs, des étudiant·e·s, des GJ et des autonomes. Au total, plus de 60 personnes prennent la route pour le péage de Veauchette. Les caméras sont détournées, les barrières relevées et les premiers sourires s’esquissent.


INFORMATIQUE - SECURITE
Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression  

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le député Jean-Michel Mis en marche pour promouvoir la reconnaissance faciale  

Après une première date à la Commission numérique de l’Assemblée nationale au mois de décembre, le député LREM Loire-Saint-Étienne, Jean-Michel Mis, organise un colloque sur la reconnaissance faciale le samedi 18 janvier 2020, à l’Amicale laïque de Chapelon.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et Sainté City  

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Débats sur la société de surveillance de masse  

Deux débats pour comprendre les enjeux de la mise en place de la société de surveillance de masse organisés par Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net - Le mercredi 8 janvier et le vendredi 7 février à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Culture, numérique et disruption sécuritaire à Saint-Étienne  

À travers un portrait d’Éric Petrotto, qui à la fois gère la Fabuleuse Cantine (un des lieux de restauration les plus « tendances » de la ville) et investit dans Serenicity (la société qui portait le projet d’installation de micros dans le quartier de Beaubrun-Tarentaize), Couac vous propose une enquête dans l’économie locale du numérique et son nouvel esprit du capitalisme.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Cartographier la surveillance  

À Saint-Étienne, difficile de circuler dans le centre ville sans être observé par Big Brother. Et en période de mouvement social, il n’est pas inutile de savoir où se situent ces yeux qui nous épient. Le site internet « Saint-Étienne sous surveillance » recense les caméras de vidéosurveillance disséminées dans la ville (estimées à 329). Entretien paru dans le Couac n°7 avec A., l’une des personnes qui en a été à l’origine, sur le contexte de sa mise en place et sa pertinence aujourd’hui.


MOBILISATIONS - LUTTES
10 jours de grève à Saint-Étienne  

Cela fait déjà 10 jours que la grève générale a débuté. 10 jours où travailleur.e.s, gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.e.s, lycéen.ne.s jeunes et bien d’autres se retrouvent chaque jour dans la rue, sur des actions, dans des rassemblements, des AG etc… Mais qu’en est-il de la mobilisation à Saint-Étienne ?
Nous vous proposons ici un récapitulatif de plusieurs actions menées et des 5 grandes dates de rassemblement (5 décembre, Acte 56 des GJ, 10 décembre, 12 décembre et Acte 57 des GJ + Mobilisation des Algériens toute la semaine.)