Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Le paradis de l’enfer : récit d’un migrant à Saint-Étienne

Dominique a une trentaine d’années, il vient du Cameroun. Il est venu vers Couac pour partager son expérience, parler de la vie qu’il mène et faire connaître sa situation, son regard en tant qu’immigrant vivant à Saint-Étienne. Après une première rencontre, nous nous sommes revus plusieurs fois.


« A l’église on mangeait en famille »

Je suis arrivé à Saint-Étienne en novembre 2015, en plein hiver, j’étais à la gare de Saint-Étienne, seul. C’est un blanc qui m’a vu devant la gare. Il m’a donné un euro et m’a dit de monter à Montreynaud, que là-haut un père logeait les réfugiés, les immigrants dans une église. C ’est là que j’ai rencontré le père Riffard, c’est lui qui m’a trouvé un endroit pour dormir, il m’a mis vite à la page pour prendre le rythme français.
A l’église on mangeait en famille, il y avait un magasin de collecte alimentaire à coté : le Paniers de la Colline, on allait y chercher de la nourriture qu’on préparait ensuite à l’église. Chaque matin, je me réveillais, je déjeunais, on causait de tout, de ma situation comme immigrant... Puis je me suis fait opérer de la jambe, ils ont mis deux plaques et trois vis en métal pour la redresser. J’ai une déformation à la jambe de naissance, au fur et à mesure ma colonne vertébrale se déformait et mon genoux se pliait, ma jambe était trop tordue. Le médecin qui m’ a opéré a beaucoup bagarré pour qu’on m’envoie dans un centre de rééducation parce qu’au bout de deux semaines, je devais quitter l’hôpital et retourner à l’église mais dans mon état ça aurait été difficile, j’ai passé un mois et demi dans ce centre et après ils m’ont renvoyé à l’église. Et précipitamment un matin en octobre 2016 le préfet a dit qu’il fallait fermer l’église, je me suis dit « bon je vais aller où ? ».
Ils l’ont fermée, on a enlevé tous les matelas et le cauchemar a commencé. Avant je dormais, je mangeais, tranquillement. Depuis qu’on a fermé l’église, j’ai perdu plus de neuf kilos parce que la vie n’est plus tranquille.

« A 8h, c’est tout le monde dehors »

Certains d’entre nous ont été envoyés au 115, à l’asile de nuit de Tardy. A mon arrivée trois des personnes malades qui dormaient à l’asile de nuit avec moi sont restées trois jours et on les a envoyées dans un autre foyer du 115, un espace pour les malades à coté de la fac. Et moi dans mon cas avec les béquilles, avec ma jambe, ils n’ ont pas voulu me loger dans ce foyer.
Là où je suis, à Tardy, il y a un coin où on est dix personnes et l’autre quinze personnes, chacun essaye de rester dans son périmètre. Le matin ils servent, le petit déj’ et le soir, la soupe. A 7 h, tout le monde est debout, on nous réveille, et à 8 h, c’est tout le monde dehors. Je suis dehors qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente. Il faut que je monte, que je descende, m’occupe de mes démarches administratives. Ensuite je vais à l’église à Montreynaud c’est là que je peux manger, me reposer. On peut rentrer à Tardy à partir de 20h, à 22h ça ferme.
Il y a un troisième foyer au 115, le gymnase de Bellevue (environ 90 personnes y dorment , n.d.l.r.), quand tu fais des problèmes à Tardy, on t’envoie à Bellevue. C’est dangereux là bas. Les gens sont aussi envoyés là-bas quand il n’y a plus de place à Tardy ou si tu as dormis deux jours ailleurs ensuite tu perds ta place et tu dois aller au gymnase, c’est pour ça qu’ il vaut mieux être à Tardy avant 21 heures.

« Comme si c’était de la magie »

Je me suis plaint plusieurs fois auprès des autorités du 115 en disant que dans mon état, c’était inadmissible que je dorme à l’asile de nuit de Tardy – j’ai un corps étranger dans le genou – que je dorme et me réveille le matin comme un prisonnier, que je passe ma journée dehors avec des béquilles, à marcher, à rester dans les parcs, dans les jardins. C’est pas normal. J’ai fait appel à mon docteur qui a envoyé mon certificat médical au 115 pour qu’au moins il puisse me loger dans le foyer à coté de la fac, à l’asile de nuit. Dans ce foyer il y a des chambres pour deux-trois personnes, surtout on peut y rester la journée et on peut y manger.
Je suis allé voir les personnes en charge de ce foyer deux fois, trois fois : on causait bien, on riait bien ils disaient qu’ils comprenaient, qu’ils verraient. Un jour j’y suis retourné, ils m’ont dit : « Mais, monsieur, vous êtes qui ? ». Comme si c’était de la magie. Alors qu’on s’était déjà vus plusieurs fois, alors qu’ils connaissaient bien ma situation. L’hôpital leur avait envoyé mon certificat médical, tout. J’ai compris qu’ils n’ étaient pas humains, il savent que je dois batailler pour faire certains trucs alors que normalement je devrais me reposer. Certains vigiles de Tardy ont même fait des rapports sur mon état pour alerter la direction. J’ai compris que pour eux je n’avais pas ma place là-bas dans le foyer de la fac. On m’a opéré, c’était une grosse opération et ils s’en foutent. Comme s’il fallait presque être en train de mourir pour qu’ils t’aident, pour que ta situation, ton hébergement change.

« La préfecture me demandait 290 euros »

J’ai fait une demande de carte de séjour, pour cette démarche la préfecture m’a demandé 290 euros pour payer les timbres fiscaux. Je ne savais pas comment faire pour payer. Dans ma situation, comme immigrant, je n’ai aucun revenu. J’ai demandé aux associations qui m’ont dit d’attendre, d’attendre, qu’ eux-mêmes n’avaient pas de sous. C’est l’association Anticyclone qui a pu me donner cet argent car quelqu’un avait fait un don pour moi. Pour l’instant, j’ai un récépissé qui finit en mars, je l’ai obtenu après mon opération il est renouvelable pour raison médicale : en novembre 2017, j’aurai un rendez pour qu’on me retire le matériel que j’ai dans la jambe, après ça je ne sais pas.
Avec ce titre j’aurais le droit de travailler, pour manger, pour payer un appartement. Si je n’ai pas droit au travail, je ne sais pas comment je pourrai vivre en Europe comme certains de mes collègues
Comment faire pour obtenir cet argent quand on ne travaille pas ? Ils veulent peut-être qu’on vole. Ils te donnent un rendez-vous rue un tel en sachant que tu auras des difficultés à y aller, que tu seras en retard que tu n’auras pas certains papiers et qu’alors on te donnera un autre un mois ou deux mois après. C’est rendez-vous sur rendez-vous et dans le bus en y allant tu peux te faire arrêter, ils s’en foutent.
Les questions qu’ils poseront, il savent que tu ne pourras pas y répondre. T’as pas de papiers, des problèmes dans ta vie, comment tu pourrais bien t’exprimer ? Comment tu pourrais résoudre tes problèmes ? Ils sont malins, ils jouent sur ta psychologie pour te décourager.

« Ici en Europe, on tape moralement »

J’ai commencé l’aventure en 2010. J’ai mis plusieurs années pour rentrer en Europe, j’ai essayé beaucoup de frontières. Je voulais rentrer par la Libye. On a essayé plusieurs fois par la mer, ça n’a rien donné. Parfois le moteur s’arrêtait, parfois les pagaies se cassaient, parfois on nous arrêtait. On n’a pas réussi à passer. Je suis finalement entré en Europe par le Maroc en traversant le Sahara. Moïse l’a fait, pourquoi pas l’être humain ? Il faut avoir la foi. Le plus important dans le désert c’est l’eau, elle apporte la résistance. Si tu as un bidon de 10 litres, tu t’en sors. Tu bois molo molo.
Partout où je suis passé j’ai travaillé : dans la maçonnerie, dans les chantiers, dans le bricolage, j’ai travaillé au Mali, au Niger. Au Maroc j’ai été berger, à Madrid je garais les voitures ou je les lavais : « Por favor do you limpia ? ».
Le voyage c’était physique mais ici en Europe, on tape moralement et si tu as un moral faible on t’endort l’esprit. Je suis beaucoup attaché à la prière, avec je combats un peu à mon niveau. Si tu bois, si tu fumes, tu es perdu totalement. Même tes démarches tu ne pourras pas les faire. Il faut avoir beaucoup de soutien, des personnes à qui causer. L’Europe c’est le paradis de l’enfer, pour y rentrer il faut batailler dur. Je croyais que dès que je rentrerais en Europe la souffrance finirait mais maintenant je ressens la douleur moralement.
J’ai compris que c’était le système européen, ils s’en foutent que tu manges mal, Dieu merci j’ai connu le père Riffard. C’est lui qui prend soin de nous, avec ses conseils, les vêtements qu’il nous donne. En Europe, pour t’en sortir il te faut de l’aide de gauche à droite, sinon c’est chacun pour soi.
En Afrique, ils nous font rêver à la télé, ils nous bluffent sur l’Europe alors que sur le terrain c’est la merde. Chez moi, au Cameroun, je ne dormais pas dehors, pas dans une église. Je mangeais à ma volonté, pour manger je partais chasser des animaux. Je vivais à la campagne, je vivais des champs, de la chasse, de la pêche. Ici, en Europe pour chasser il faut un permis de chasse. Vous, les blancs, vous êtes malades : ce que dieu créé, vous demandez la permission pour le faire. Les conditions de vie sont vraiment défavorables. J’ai compris que le blanc souffrait physiquement. En Afrique, tu passes, on t’appelle : « viens mon frère, viens manger ! ». A midi, toutes les portes sont ouvertes, on s’assoit, on mange et quand on veut causer, on cause autour d’un thé parce qu’en buvant le thé, tu as l’inspiration. Le blanc, quand il vient en Afrique, il ne souffre pas, il n’est pas clochard, il a un garde du corps, un appartement.
Mais en Afrique quand tu lèves la tête on te supprime, dans les manifestations on te tue à bout portant, c’est pour ça qu’on quitte l’Afrique, on ne peut pas être à l’aise, on ne peut pas s’exprimer, il faut que tu respectes la loi, la loi à laquelle les dirigeants n’obéissent pas.

La colline n’a plus de panier

Le Panier de la colline, une association qui distribuait des paniers repas, a dû stopper son activité à Montreynaud en 2016. Son local se situait au sommet de la colline sur la place du forum. Ses dalles ont été détruites depuis en vue d’un grand réaménagement de cette place. Sur cette même place du forum, dans un autre local, l’association ASIM (Accueil, Solidarité, Insertion Montreynaud) proposait des activités et des repas les midis, du lundi au vendredi, aux personnes dans le besoin.
Les travaux sur la place étaient censés expliquer la fermeture de ces locaux et par la même l’arrêt de subventions données par la ville. Il s’avère que la cessation de leurs activités était inévitable au regard de la lutte acharnée menée par la municipalité pour la fermeture de l’église Sainte-Claire (voir retour sur l’église Sainte-Claire à Montreynaud ) située à deux pas de leurs locaux. En effet, ces associations travaillaient conjointement avec l’association Anticyclone ce qui irritait la municipalité.
Les personnes hébergées dans l’église pouvaient manger les midis dans le local d’ASIM et aller chercher des paniers repas les week-end. Pour expliquer cette coupe budgétaire, la mairie pointe l’État, estimant que le rôle de soutien financier à ces associations qui aident les demandeurs d’asile lui revenait. Elle décide alors de donner la priorité budgétaire aux associations qui se préoccupent des habitants vivant « de manière durable » [1]. à Saint-Étienne plutôt qu’à celles aidant d’autres habitants de Saint-Étienne, « d’origines étrangères » avec ou sans papiers, sans toit fixe, dans la galère. Sans tarder les subventions de trois associations ASIM, Passerelle (qui hébergeait environ 70 demandeurs d’asile dans des appartements à Montreynaud) et le Panier de la colline ont été supprimées. Avec 24 000 euros en moins, impossible alors pour l’association ASIM de maintenir son activité à Montreynaud, elle s’est dissolue. Pour le panier de la colline, la condition imposée par la mairie pour maintenir leur activité était de changer d’emplacement et de nom (forcément), il s’agit maintenant de la Part du colibri, situé au Soleil.

Retour sur l’église Sainte-Claire à Montreynaud

Il y a encore peu de temps, les locaux de l’église Sainte-Claire situés au sommet de Montreynaud hébergeaient des personnes originaires de la République démocratique du Congo, d’Angola, de Guinée, du Cameroun, du Nigeria, du Mali... ayant fuit leur pays et qui n’avaient trouvé à Saint-Étienne aucune solution pour se loger. C’est Gérard Riffard, prêtre à la retraite de l’église Sainte-Claire et président de l’association Anticyclone (dont l’activité consiste à accueillir et accompagner des migrants, essentiellement demandeurs d’asile, dans leur démarches administratives), qui les accueillait de nuit comme de jour depuis 2007.
Rapidement la mairie s’était préoccupée de l’occupation de ces lieux. D’abord en 2012 après une visite de la commission de sécurité dénonce la non conformité des locaux et se prononce contre l’activité d’accueil, puis en 2013 en ordonnant par arrêté municipal l’arrêt de l’accueil de nuit. Le père Riffard pour qui « la loi fondamentale du droit au logement passe au dessus des lois de mise aux normes de sécurité », (on ne peut pas dire que la rue dispose des normes de sécurité exigées) continuera à accueillir ces personnes. L’arrêté municipal n’a pas pour autant donné lieu à des solutions autres d’hébergement pour elles. Suite au non respect de l’ordre municipal, la préfecture intente alors un procès contre le père Riffard, à la suite duquel il est relaxé par le juge du tribunal de police. Le procureur fait appel de cette décision à peine deux heures après le jugement. La cour d’appel de Lyon, quant à elle, se déclare incompétente à juger cette affaire, vice de forme oblige : s’agissant pour la cour d’appel d’un délit et non d’une infraction, c’est le tribunal correctionnel et non de celui du tribunal de police qui aurait dû être sollicité... Pour prolonger cette saga judiciaire il l’aurait fallu que le procureur réengage des poursuites en correctionnelles, (ce qui l’aurait exposé à un deuxième échec) il n’aura pas eu à le faire : en juillet 2016, « à la faveur » du remplacement par un nouvel évêque de l’évêque qui soutenait ardemment le père Riffard, l’injonction du préfet à fermer cette église est respectée. Le père Riffard confie : « Pendant tout l’été, y’a eu des rencontres c’est tout passé par l’évêque et le vicaire général. Avec le procureur, avec le préfet il y a une pression de mise […] Tout est passé par l’oral il n’y pas eu d’injonction écrite. » Une injonction écrite aurait pu donner lieu à un recours au tribunal administratif.
Depuis octobre 2016, l’église n’héberge plus personne la nuit pour cause de non respect des normes de sécurité ( absence de porte coupe feux ), pourtant des travaux avaient été réalisés pour plus de sécurité et d’hygiène. L’église reste ouverte la journée : le fruit « d’une belle négociation » selon l’évêque de Saint-Étienne. Au lendemain de cette décision sur les 90 personnes qui dormaient à l’église, certaines ont été logées par la préfecture, d’autres par le 115 dans les accueils de nuit et pour une vingtaine d’entre elles aucune solution institutionnelle n’avait été trouvée, c’est l’association Anticyclone qui s’était débrouillée pour leur trouver des hébergements.

Pour aller plus loin (sur le Père Riffard) : « Le curé de Saint-Étienne », Les pieds sur Terre, émission de France Culture du 12/02/2016.

[1« Ce qui a été décidé, c’est de réserver les subventions aux personnes résidant dans nos quartiers et qui y vivent de manière durable. [...] Très clairement, tous ce qui concerne les populations d’origines étrangères ne sont pas de la compétence de la ville de Saint-Étienne, c’est à l’État de prendre ses responsabilités. » Gilles Artigues, premier adjoint au maire en 2015 sur Activ Radio.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

[Agir ensemble 42] Soutien aux enfants et adultes à la rue

Le collectif Agir ensemble organise une rencontre mardi 14 novembre 2017 à 17h30 à la bourse du Travail, pour échanger sur la situation des enfants non scolarisés des familles à la rue, les idées pour favoriser leur apprentissage,...
Par ailleurs, le collectif alerte sur le fait qu’il y a 2 familles qui dorment dans leur voiture avec 9 enfants, avec le froid la situation est compliquée. Si des idées, elles sont bienvenues.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Lettre ouverte sur la situation des familles Rroms à Saint-Étienne

Je vous adresse cette lettre car la presse locale reste sourde à nos multiples messages concernant les familles Rroms à la rue. Les services municipaux du Centre communal d’action sociale refusent de façon quasi systématique d’accorder de les domicilier – clef qui leur ouvre quelques droits – et ceci en contradiction avec tous les textes réglementaires. Sans que le préfet qui a pourtant autorité en la matière ne lève le petit doigt.




Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Les mille maux de l’enseignement du français aux étrangers

L’enseignement du français aux personnes étrangères pâtit des contradictions de l’État, du jeu de la concurrence et des discriminations, au détriment bien souvent des personnes auquel il est censé être destiné : retour sur une politique pleine d’arrière-pensées avec des militant.es de l’association Alpha.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

KAIROS, le temps de faire ensemble

L’association Inkoozing met en œuvre un projet artistique participatif qui permettra à des personnes primo-arrivantes et françaises de se rencontrer dans un contexte convivial et créatif. Un crowdfounding est lancé pour financer en partie le projet.




Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Être rom à Saint-Étienne

Les dossiers COUAC
Alors qu’au milieu du mois d’août, des Roms ont été harcelées par les forces de police à Saint-Étienne), cet article, paru dans le numéro 3 de Couac, revient sur la galère vécue par les populations roms dans la ville. Ce récit est basé sur les informations de nos sources, personnes bénévoles auprès de populations Roms à Saint-Étienne.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Chasse aux Roms

Aujourd’hui lundi 14 août, la police stéphanoise a harcelé les Roms.
Les Roms ont été chassés du parc du Puits Couriot par les forces de police de Saint-Etienne. Au passage, les familles ont été contraintes de jeter les petites toiles de tente qu’elles possédaient pour s’abriter. Elles se sont ensuite dirigées avec leurs affaires restantes dans le centre ville où elles se sont retrouvées encerclées par les forces de l’ordre leur intimant de jeter leurs matelas.




Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Et pendant ce temps là, de l’autre côté de l’Europe

Soirée proposée par les amis de Couac au bar le Key West (7 rue de la ville) mercredi 24 mai 2017 à 20h : projection d’un documentaire "Et pendant ce temps là, de l’autre côté de l’Europe" (témoignages de réfugiéEs et d’activistes en Grèce) réalisé par Kolibri (présent ce soir là), suivi d’un échange sur la situation actuelle des migrantEs en Europe.




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Journée "Réfugiés : bienvenue !"

Le 20 mai 2017 à la Gueule Noire, journée "Réfugiés : bienvenue !" en soutien aux association Transport People and Care et La Maison Solidaire qui viennent en aide aux migrants, via des convois humanitaires à destination de Vintimille, Calais et où les besoins sont exprimés par les associations locales.




Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soirée de présentation du n°3 du Couac

Présentation du n°3 du Couac et repas à prix libre
Le numéro 3 de Couac (journal local d’enquête critique) sort des presses cette semaine ! Nous vous proposons de se rencontrer ce vendredi 31 mars 2017 à partir de 19h au bar Le richelieu (74 rue Michelet). L’occasion de découvrir ce nouveau numéro, de partager des envies d’écriture… et un repas à prix libre.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Cantine de soutien au collectif 100 papiers

Ce jeudi 9 mars 2017, le collectif 100 papiers investit la cuisine de la Dérive et propose un couscous pour la cantine du soir à partir de 19H. C’est prix libre.
Cette cantine est en soutien au collectif, complètement fauché.




0 | 10 | 20 | 30 | 40
Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Dix manches / deux pioches

Marre des dimanches ennuyeux ?
Alors si ça te branche, amène tes jeux.
Et viens partager un après-midi rempli de cartes, de dés et de plateaux en tous genres !
Goûter partagé : amène ton gâteau et tu gagnes en cas d’ex aequo !




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

P’tit Resto de la Gueule Noire

Restau Vegan, Bio & à prix libre samedi 21 octobre 2017
12h00 / La Gueule Noire / 16, rue du Mont / Saint-Etienne




Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Quand l’école publique invente et réagit

Alors que des esprits malveillants pourraient simplement voir dans notre marmaille une future main-d’œuvre docile, trois écoles publiques du centre-ville de Saint-Étienne ont choisi d’éduquer les enfants sous le prisme de la coopération et de l’esprit critique. L’auteur de cet article a écrit pour Couac depuis l’intérieur de l’Éducation nationale, nous publions ici son travail d’enquête auprès de ses collègues enseignant(e)s et leurs élèves.




Saint-Étienne et alentours Couac   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Des associations au cœur des quartiers populaires

Les dossiers COUAC
À Saint-Étienne, des associations de quartier sont présentes dans les rues et au cœur des quartiers métissés et populaires. Retour sur les expériences dans le quartier Montferré dans les années 1970 et les activités actuelles de Terrain d’Entente dans le quartier Beaubrun/Tarentaize.




Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Bal Populaire du Crêt de Roch

★// ! Saint-Etienne, 14 juillet : Bal Populaire du Crêt de Roch#3★
// ! Le Bal Populaire, Troisième ! Avec un nouveau format sur un lieu unique, Square Dujol !




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Faîtes du libre

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Le ptit resto du samedi midi en soutien à l’infokiosque de la Gueule noire

Samedi 17 décembre 2016, l’espace autogéré la Gueule noire vous convie à son "ptit resto" Une bonne occasion pour tchatcher, se rencontrer, manger ensemble...
Le repas est végétalien (aucun animal n’est exploité ou tué pour le repas), bio (sans produit contenant des pesticides, additifs toxiques ou perturbateurs endocriniens) et à prix libre (on donne ce qu’on peut/veut).




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

P’tit Resto en soutien au Carabichou et la lutte contre l’A45

Samedi 19 Novembre 2016 - 12h - La Gueule Noire
Le Carabichou est un groupement de personnes qui souhaitent acquérir des produits sains, de qualité, à des prix raisonnables, issus de la filière "biologique" avec ou sans certification, favoriser les productions locales, se dégager de l’industrie agro-alimentaire et des circuits de la grande distribution, et tendre à se réapproprier leur consommation.




Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Ateliéphémère

L’ateliéphémère est un atelier d’entraide autour de la réparation d’objets divers : informatique, électroménager, jouet, machine à coudre, matériel son et vidéo...
Pour le moment, il a lieu régulièrement à Lyon, Grenoble et Saint-Étienne.




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

P’tit resto exceptionnel !

Samedi 15 octobre 2016 à la Gueule Noire
Repas bio (avec ou sans label) et végétal, prix libre avec en bonus une performance artistique et derniers jours de l’exposition d’Émilie Weiss et Nathalie Ambroise.
ceci en soutien au financement de la quinzaine Kateb Yacine.




0 | 10 | 20 | 30 | 40
Saint-Étienne et alentours Papillon   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Faites sortir l’accusé

Projection du film "Faites sortir l’accusé" suivi d’un débat sur le sens moral de l’enfermement avec le collectif Papillon et le journal l’Envolée.
Mardi 21 novembre 2017 de 16h à 20h30, à l’amphi Huvelin au 15 Quai Claude Bernard, Université Lyon 3




National   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Gala de boxe et soirée "Soul Train" en soutien a Georges Ibrahim Abdallah

Le 21 octobre, nous vous invitons à un gala de boxe (boxe anglaise, pieds poings, MMA) regroupant des équipes de St-Étienne, Lyon, Marseille, Paris, Grenoble, Berlin, etc ... Suivie d’un Sound Système "Soul Train" (Dj Spyderman from St-Cham) et d’une Boum All Night Long.
Cette soirée sera en soutien a Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste arabe, combattant pour la libération de la Palestine, détenu en France depuis près de 34 ans. L’argent collecté en soutien servira aux mandats pour cantiner afin d’améliorer son quotidien.

Mise à jour le 20/10 : Attention, cet événement est annulé suite à un arrêté préfectoral, plus d’infos bientôt sur https://rebellyon.info/.



Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

[Projection] "La Récidive en question" + discussion

Projection / Documentaire / Discussion lundi 30 octobre 2017 à 19h00 au Remue-méninges
Le film commence à la maison d’arrêt de Saint-Étienne La Talaudière.
À la "Talau" comme on le dit ici, surveillants et détenus s’accordent à dire que la récidive est si courante que l’image du détenu se confond avec celle du récidiviste.




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Journée de soutien des anti-G20 de Hambourg

Face au capitalisme et à tous ses effets néfastes, des personnes se mobilisent. Du 6 au 9 juillet 2017 se tenait à Hambourg le sommet des vingt plus grandes puissances mondiales. En réponse à cela les organisations progressistes ont organisé un contre sommet et des manifestations au cours desquelles la police allemande - bras armé des États représentés au G20 - a fait preuve d’un déchaînement de violences à l’encontre des manifestant-e-s, des journalistes et même des avocat-e-s.




National   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Aurillac 2017 : Appel à témoignages

En août 2016, les participant.e.s du festival d’art de rue d’Aurillac ont pu constater une augmentation de la présence policière, absurdement justifiée par "l’état d’urgence". Pour entrer dans le centre-ville, il fallait subir des fouilles de sac voire au corps, et il était interdit d’avoir des objets en verre ou de l’alcool, alors même que des boissons alcoolisées étaient vendues partout dans l’enceinte du festival. Suite à ces mesures et à un certain nombre de provocations, une manif a éclaté, qui a conduit à plusieurs gardes à vue.
Plus récemment, l’édition 2017 a été le théâtre d’une surveillance policière moins agressive mais tout aussi pesante.




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Soirée de solidarité contre la répression

Il y a un an, notre camarade Martin était condamné suite à son engagement contre la loi Travail. Le tout pour des faits de "violence sur force de l’ordre", il aurait blessé 7 policiers en moins d’une minute ! Ce dernier a décidé de faire appel !

Le lundi 9 octobre 2017 aura lieu son procès en appel à la Cour d’appel de Lyon :
appel à se rassembler pour le soutenir et à une soirée de soutien à la caisse de solidarité




Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Soutien à Martin, jugé en appel le 9 oct.

Il y a un an, Martin, un camarade stéphanois était condamné à 8 mois de prison avec sursis, 3850 € d’indemnités aux "victimes" et 5 ans d’inscription au casier judiciaire n°2 (soit 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique) suite à son engagement contre la loi Travail. Ce dernier a décidé de faire appel . Un nouveau procès se tiendra donc Lundi 9 octobre à Lyon.




A Lire ailleurs   MEDIAS / REPRESSION - PRISON

[Communiqué] Après Indymedia Linksunten, Indymedia Grenoble et Nantes sont victimes de l’antiterrorisme

Pour avoir publié un communiqué revendiquant l’incendie d’un garage de la gendarmerie de Grenoble dans la nuit du 20 au 21 septembre, les sites Indymedia Nantes et Indymedia Grenoble ont été menacés par la police française. Les équipes qui administrent ces sites ont reçu des courriels de l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC) exigeant la dépublication sous vingt-quatre heures des articles concernés, sous peine de blocage et déréférencement des sites.




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   REPRESSION - PRISON

"Pisser dans l’herbe", discussion et théâtre contre la prison

Samedi 7 octobre à La Gueule Noire
18h discussion avec Christine. Comment résister face à la prison ?
20h bouffe
21h "Pisser dans l’herbe" : pièce de théâtre, inspirée de ces lettres.
Soirée à prix libre




Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

"La cour de promenade, elle est fait pour 20 détenus, alors on remplit nos yeux en regardant par la fenêtre." Nassira M.

Inauguré en janvier 2009, le centre de détention de Roanne a notamment été construite pour maintenir l’activité du tribunal local menacé de fermeture. Première prison à être construite et gérée dans le cadre d’un partenariat public-privé, labellisée en 2010 "Règles pénitentiaires européennes", elle est alors la fierté des élus locaux et du ministère de la justice qui vante par le biais de son agence publique pour l’immobilier (APIJ) "une opération particulièrement réussie en matière de conception architecturale : canal de la Loire, paysage arboré et plantations, motif végétal qui anime la façade."




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
[CNT 42] Jeudi 16 novembre 2017 lois Macron, loi des patrons… collectivement, faisons reculer le gouvernement et le patronnat  

Journée nationale interprofessionnelle et intersyndicale de grève et de manifestations :
- ST ETIENNE : 10H30 Place Jules Ferry (Statue de la Liberté en dessous de Centre 2)
- ROANNE : 10H30 Université Avenue de Paris


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Le remue-méninges fête ses 10 ans !  

Pour fêter ses 10 ans, le remue-méninges vous propose, du 16 au 19 novembre, des concerts, un brunch musical, une scène ouverte, des ateliers déco ... et pourquoi pas un goûter d’anniversaire ?


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
[Agir Ensemble 42] Alors, il ne nous resterait plus qu’à regarder "crever" nos semblables dans la rue  

Nous sommes le premier novembre 2017 en France à Saint-Étienne, premier jour de la trêve hivernale. Des familles et leurs enfants dorment et vivent dans la rue dans une indifférence outrageante. Elles sont arrivées ici en 2011. Nous avons créé un collectif "agir ensemble" pour leur venir en soutien.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
[GLYPHOSATE] Crime contre l’humain et tout le vivant  

Les dangers du glyphosate et de ses co-formulants associés ne sont plus à démontrer devant la réalité des atteintes à la santé des populations (en Amérique latine notamment mais aussi en Europe chez les agriculteurs et les animaux d’élevage). Des études indépendantes apportent elles aussi des arguments scientifiques sur les conséquences de ces molécules sur la santé. A cela s’ajoutent maintenant le scandale de la manipulation des agences européennes par la firme Monsanto et ses expertises truquées. Les décideurs ne peuvent plus faire semblant de les ignorer.


GENRES - FEMINISME
Féministes, au travail !  

Tract diffusé lors de la manif du 19/10 à Saint-Etienne
Aujourd’hui, en 2017, à compétences et qualifications égales, les femmes gagnent en moyenne un quart de moins que les hommes. Le système de valeurs patriarcales fait que des métiers, occupés majoritairement par des femmes, tels que le ménage, l’aide à la personne, l’éducation des enfants, et les activités associatives et culturelles (notamment les contrats aidés) ne sont pas reconnus comme des emplois produisant une valeur économique et sociale importante. Les formations à la plupart de ces emplois sont sommaires (les femmes sauraient "naturellement" les faire), les salaires sont bas, les amplitudes horaires de travail trop longues, et très peu de reconnaissance sociale est accordée à ces secteurs pourtant essentiels à notre société...


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Ateliéphémère  

Attention ! Certaines dates ont changé !
L’ateliéphémère est un atelier d’entraide autour de la réparation d’objets divers : informatique, électroménager, jouet, machine à coudre, matériel son et vidéo...
Programme décembre 2017 / janvier 2018


MOBILISATIONS - LUTTES
"Non". S’opposer aux grands projets d’aménagement. Ne pas proposer "d’alternatives".  

Cette brochure est la retranscription d’une discussion autour des sujets suivants : pourquoi et comment s’opposer aux grands projets d’aménagement ? Quelles difficultés rencontrons-nous avec la notion "d’alternatives" ? Pourquoi ne pas en proposer ?
Discussion croisée entre opposant.es à l’A45 (Auvergne-Rhône-Alpes), camarades de l’Amassada (Aveyron), et occupant.es de la forêt de Roybon (Isère).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La condition des agriculteurs : rencontres contre la normalisation  

Le 20 mai 2017, un agriculteur qui refusait de se soumettre aux contrôles harcelants de l’administration a été abattu par les gendarmes. A la suite de ce meurtre dégouttant, un collectif s’est monté pour combattre l’hyper-normalisation de nos vies et de celles des agriculteurices en particulier. Des rencontres nationales autour de ce sujet auront lieu les 28 et 29 octobre prochain dans notre région.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
A45, pétition bidon !  

Non content d’étaler partout sa belle pétition, Perdriau cherche à imposer aux personnels des collectivités locales de signer et de soutenir son combat d’arrière-garde...