Saint-Étienne et alentours Numero Zero   MEDIAS

Le réseau Mutu : renaissance des médias radicaux




Le mois dernier [N.D.L.R : en mai 2018], deux d’entre nous (du groupe libcom) avons été invités à donner une conférence sur notre projet à l’une des réunions semestrielles du Réseau Mutu.


Créé en 2013, Mutu regroupe quinze sites d’informations radicaux à travers la France et la Suisse, dont certains sont très anciens et très bien établis comme RebelLyon.info, créé en 2005, et Paris Luttes, créé en 2013, tandis que d’autres sont plus récents comme les collectifs de villes comme Rouen, Grenoble, Dijon et Nancy qui ont tous été créés au cours de la dernière année. La conférence a duré trois jours et a vu des membres tout le réseau se réunir pour rendre compte de leurs activités, partager diverses compétences techniques et savoir-faire en matière d’infrastructure et discuter de la manière de faire avancer le réseau.

Bien qu’il existe des différences politiques entre (et au sein des) collectifs, ills sont tous unis par quelques principes communs :

1. La publication participative : toute personne ou collectif local concerné par les objectifs du site est invité à proposer ses articles ; la rédaction d’articles n’est pas réservée aux personnes du collectif.
2. L’aide à la publication : le collectif peut aider à la mise en forme des articles, à la rédaction, à travers une interface de modération qui permet les échanges avec les différents contributeurs du site.
3. L’ouverture : le site n’est pas la propriété d’un groupe ou collectif, il reflète la diversité des idées et des pratiques qui traversent localement les luttes.
4. Les idées politiques anti-autoritaires : dans une perspective émancipatrice, anticapitaliste et de lutte contre toutes les dominations.
5. La volonté de diffuser le plus massivement possible les articles publiés.
6. L’ancrage dans le contexte local, dans la mise en forme comme dans son fonctionnement.
7. l’entraide entre les sites similaires.

Médias radicaux, du local à l’(inter)national.

Comme indiqué dans ses principes communs, les sites Web du réseaux Mutu sont mis en place pour refléter la diversité des pratiques qui existent localement, ce qui signifie que les sites hébergeront des articles sur un éventail de sujets allant des divers mouvements sociaux dans leurs villes : des conflits ouvriers aux actions écologistes, des luttes pour le logement aux protestations contre la violence policière, avec un contenu généré (autant que possible) par les utilisateurs et utilisatrices du site eux-mêmes en rédigeant des articles directement à partir du terrain de la lutte en question.

Cela reflète en partie les origines de nombreux sites Web locaux de Mutu, qui sont nés de la disparition d’Indymedia et de la nécessité pour les militant-e-s locaux de disposer d’un outil de communication pour faire connaître les luttes et les activités politiques locales. Cependant, contrairement au modèle Indymedia, avoir un contrôle éditorial sur le site web et soutenir les personnes qui veulent publier des articles constituent des parties importantes du projet. Ainsi, alors que les sites Web de Mutu ont conservé le modèle de « publication ouverte » d’Indymedia, permettant à quiconque de soumettre des articles, à la différence d’Indymedia, ils rejettent les articles qui ne conviennent pas et soutiennent les contributeurs et contributrices dans le processus d’édition. Ce qui rend le modèle de publication de Mutu si intéressant, c’est que tout le processus d’édition est totalement transparent. Tout utilisateur et utilisatrice enregistré peut se connecter à la page d’accueil du site et voir quels articles sont discutés, approuvées et rejetées, quelles modifications ont été suggérées, etc.

En combinant la publication ouverte avec un processus éditorial transparent, cela a aidé Mutu à surmonter les problèmes qu’Indymedia a connu là où leurs sites se sont fait inonder de spam et de conspirations antisémites ; par le travail de modération du collectif du site en question, les gens voulant publier des spams ou des articles trolls sont découragés à le faire.

Au cours de la rencontre du réseau, nous avons entendu les rapports des membres d’une douzaine de collectifs. Certains, comme Paris Luttes, publient une dizaine d’articles par jour avec un lectorat oscillant entre dix et vingt-cinq mille personnes par jour ; d’autres sites sont plus petits, reflétant souvent des populations ou des mouvements locaux plus petits.

Cependant, tous les sites sont fermement enracinés dans des mouvements sociaux locaux avec un lectorat local important. Beaucoup de sites de Mutu sont fréquemment cités comme sources par les journaux locaux tandis que le collectif de suisse romande a même dit voir des graffitis autour de Genève promouvant leur site, bien qu’illes n’aient aucune idée de qui les font ! Pour témoigner du degré d’implantation de certains de ces sites d’information militants dans la vie locale, un membre du collectif RebelLyon nous a dit :

Quand je parle à d’autres parents à l’école de mon enfant, je suppose qu’ils connaissent déjà notre site Web. Si ce n’est pas le cas, je leur explique ce que c’est, mais en général, ils le connaissent déjà.

Les membres du Réseau Mutu ont mentionné un aspect négatif de cette orientation locale, à savoir qu’ils ne sont pas en mesure de couvrir les événements internationaux aussi bien qu’ils le souhaiteraient parce qu’il n’y a pas toujours une raison locale pour en parler. [1]. Par exemple, une manifestation de solidarité locale avec la Palestine peut fournir l’occasion de rapporter les événements récents dans la région, mais il est moins probable que ce soit le cas pour la récente vague de grève dans le secteur de l’éducation aux États-Unis ou les protestations contre le régime en Iran.

Toutefois, comme les sites Web ayant de fortes racines locales se sont répandus dans tout le pays, le réseau s’efforce maintenant de créer un site Web national regroupant le contenu de tous les sites membres. Les camarades de Mutu espèrent que cela leur permettra également de développer leur couverture des luttes internationales. Il est intéressant de noter à cet endroit que Barrikade, le collectif suisse-allemand de Mutu, est actuellement en discussion avec des groupes en Allemagne et en Autriche au sujet de la possibilité de créer un réseau de site d’informations anti-autoritaire de langue allemande qui coexisterait avec le réseau francophone de Mutu. Cela contribuera sans aucun doute à la couverture des luttes internationales et même à la possibilité (un jour) d’un réseau européen de sites d’informations anti-autoritaires locaux.

Médias sociaux vs. médias du mouvement social

L’une des questions soulevées tout au long de la conférence a été l’effet négatif des médias sociaux sur la communication militante. Les collectifs déplorant la dépendance excessive de Facebook et Twitter pour la communication par les mouvements étudiants ou les branches syndicales locales. Un camarade du collectif La Rotative à Tours, a décrit une situation où des mouvements étudiants « créent des comptes Facebook et Twitter et considèrent que leur travail de communication avec le monde extérieur est terminé ».

Nous risquons également de perdre des siècles de tradition de publication anarchiste collective parce que les gens préfèrent simplement afficher des choses sur leur compte Twitter personnel sans aucune contribution d’une autre personne.

D’autres problèmes mentionnés au sujet de la dépendance excessive à l’égard des médias sociaux sont des choses comme l’incapacité de créer des archives ou d’avoir une vue d’ensemble sur une lutte, les infos étant souvent isolées les unes des autres dans des tweets ou des messages Facebook séparés.

Ainsi, par exemple, des luttes comme celles que mènent actuellement les étudiant-e-s et les cheminot-e-s en France, ou encore les grèves des postes sont difficile de suivre car il faudrait suivre tous les comptes Twitter et les groupes Facebook qui en parlent. Sans parler de la profondeur et de l’expertise nécessaires pour être en mesure de rassembler des informations à partir de messages de médias sociaux disparates afin d’obtenir une image globale de mouvements sociaux souvent complexes, il y a aussi le fait que nombre de personnes n’utilisent pas les réseaux sociaux.

A cela s’ajoutent les problèmes de sécurité sur les sites Web de médias sociaux et le fait que si la multinationale qui gère le site en question décide de passer à la censure pour quellle raison que ce soit (comme « inciter à la mauvaise forme d’action »), tous les articles et informations qui auront été produits au fil des ans disparaîtront avec le compte.

Le fait de trop s’appuyer sur des monopoles d’entreprises aussi centralisés, non seulement pour diffuser un contenu militant, mais aussi pour l’héberger et l’archiver, met en danger tout le contenu que nous créons. La question de savoir si de tels monopoles nous permettraient d’utiliser leurs plates-formes si nos mouvements commençaient à poser un sérieux défi politique aux pouvoirs en place est une toute autre question. Nous n’avons qu’à penser aux façons arbitraires dont certaines personnes ont été suspendues de Twitter ou à la facilité avec laquelle Facebook a bloqué les vidéos du roi thaïlandais pour avoir un aperçu d’à quel point il peut être dommageable de se rendre dépendant de telles plates-formes.

Réflexion sur les médias radicaux au Royaume-Uni

Contrairement à la situation en France, la situation britannique est beaucoup plus ambiguë. De nombreuses publications ont disparu ces dernières années. Des journaux ayant des dizaines d’années d’histoire comme Black Flag, Do or Die et Direct Action ont cessé de paraître, tandis que de nombreux journaux et bulletins locaux comme Schnews (Brighton), Hackney Independent (East London) et Now or Never (Norwich) ont connu le même sort.

De plus, la disparition d’Indymedia UK a fait en sorte qu’il n’existe plus de plate-forme centrale pour publier des nouvelles, des événements et du contenu anti-autoritaires, qui restent maintenant disséminés sur une multitude de blogs et de sites Web individuels. En même temps, les problèmes avec les médias sociaux mentionnés par les camarades français valent également pour le Royaume-Uni, beaucoup préférant l’immédiateté de comptes perso sur Facebook ou Twitter à la publication sur des sites d’information radicaux.

Cela dit, assez de pessimisme. Freedom, depuis qu’il est devenu un site d’information en ligne, a prospéré, publiant avec une régularité croissante et publiant une édition papier deux fois par an. Après avoir lancé un appel à contributions, nous avons également connu une augmentation du nombre de reportages ainsi que de nouveaux blogueurs et bloggeuses.

Il y a aussi d’excellentes nouvelles publications miliantes, la première d’entre elles étant Base Publication, qui produisent une superbe analyse de l’actualité. D’autres bulletins, comme Rebel City à Londres, et une foule de bulletins spécialisés sur un contexte précis comme Rebel Roo de Plan C (pour les courriers de Deliveroo), et le réseau IWW Courier Network Cymru (également pour Deliveroo et d’autres services de livraison d’aliments au Pays de Galles), ont vu le jour récemment et font un excellent travail.

Quand nous avons commencé [libcom.org>libcom.org], notre objectif était que notre couverture de l’actualité ressemble à celle du réseau Mutu (en plus du projet de maintenir une bibliothèque de textes historiques et théoriques, des introductions à des tendances politiques dont nous nous sentions proches ou des concepts que nous pensions utiles pour les gens nouveaux dans notre politique). Peut-être nous sommes nous trop dispersés ! Mais plutôt que de commencer par la mise en réseau de sites locaux dans une structure nationale/internationale plus grande (comme Mutu l’a fait), nous avons pensé que nous pourrions créer la structure avec notre collectif soudé et que les groupes locaux combleraient les lacunes. Cela ne s’est pas encore produit et ne se produira peut-être jamais.

il ne fait aucun doute que quelque chose comme le réseau Mutu serait un énorme coup de pouce pour la diffusion d’idées anti-autoritaires au Royaume-Uni.

Pourtant, il ne fait aucun doute que quelque chose comme le réseau Mutu serait un énorme coup de pouce pour la diffusion d’idées anti-autoritaires au Royaume-Uni : des sites web locaux où les gens peuvent partager des informations et des réçits sur les différentes luttes et mouvements qui se déroulent dans leur région, enracinés dans les contextes locaux, et qui pourraient, comme Mutu, créer progressivement un réseau du bas vers le haut qui couvrirait ensuite les parties importantes du pays. Ça semble loin et inaccessible, mais peut-être qu’illes se sont dits la même chose en France il y a cinq ans...

Initialement publié sur le site communiste libertaire anglophone Libcom, traduction française par Renversé.

[1D’autres problèmes mentionnés étaient le manque de connaissances locales et le besoin d’un plus grand nombre de traductions vers d’autres langues


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "MEDIAS "

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

La nuit de la radio... dio

Branchez vous sur le 89.5.fm ou sur internet pour une nuit de la radio le 14 décembre à partir de 18h. Interviews et présentations des nouvelles teams, puis mix et impros radio collectives jusqu’à bout de souffle…
grzzziiigrzzzzzlarsennnnnn


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MEDIAS

5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


Informations globales   MEDIAS / REPRESSION - PRISON

Histoire et répression d’Indymedia Linksunten (Allemagne)

En septembre 2017, Indymedia Linksunten était interdit par le ministère de l’Intérieur allemand, perquisitions et montage policier à l’appui. Retour sur l’histoire, le contexte, les dossiers d’enquête ainsi que sur la bataille juridique menée depuis le collectif de soutien et la legal team Freiburg EA.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MEDIAS

Sortie du n°8 du Couac !

Pour ce numéro concocté après la fin de l’été, Couac est allé mettre son nez dans les dossiers nauséabonds de la toxi-cité stéphanoise. Vous y retrouverez aussi bien sûr les habituelles brèves, divers articles sur des questions d’actualité ainsi que son inévitable grille de maux (mots) croisés. On vous propose ici, en avant-goût, l’édito et un article consacré au site de Borde-Matin – le centre de traitement de déchets de Suez situé sur la commune de Roche-la-Molière.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Préparation de l’évènement autour de Lorraine Coeur d’Acier

AVATARIA, LA LAVERIE et RADIO DIO vous proposent de vous associer à l’évènement qu’elles vont organiser début avril 2020 autour de l’histoire de Lorraine Cœur d’Acier (LCA). Une réunion publique est organisée ce jeudi 10 octobre 2019 à 18h30 à la Guiguette de la vieille Mule à Sainté.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Grosse soirée de soutien à Rebellyon pour une rentrée Post-Apocalyptique le samedi 21 septembre 2019

Soirée de soutien à Rebellyon.info le samedi 21 septembre à partir de 18h, et jusqu’à minuit, au Grrrnd Zero (Lyon) ! Au programme : tables de presse et autres propagandes politiques locales, repas végé, de quoi t’hydrater et des concerts pour t’ambiancer.
Soirée à prix libre en soutien au plus rebel des sites mutu.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MEDIAS

Le Gueuloir n°4 est sorti !

Cela fait déjà plus d’un an que nous vous écrivons à travers les lignes du Gueuloir ! Prenant vie suite à l’occupation de l’amphi E01 durant les mobilisations contre la loi Vidal, notre papelard a dorénavant bien évolué avec à son compte 4 numéros, 1 hors-série, une page Facebook et une rubrique sur le Numéro Zéro ! A la fois outil d’expression et d’information libres et indépendantes, le Gueuloir nous aura aussi permis de faire de nombreuses rencontres enrichissantes, que ce soit en manif, en interview, sur le net… Alors un grand merci à tous nos lec-teurs-trices, aboné.e.s, ami.e.s et compagnon.ne.s pour votre soutien !


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   MEDIAS

16 ans, 2 mois et 4 jours et pas une ride : le numéro zéro vous dit bravo !

Samedi dernier votre site internet préféré fêtait un bel anniversaire. Après plus de 16 ans, le site est toujours bien dynamique et cette soirée de soutien permet de rêver encore de beaux projets pour porter toujours plus haut les paroles de luttes et de contre-culture sur Sainté et sa région !


Saint-Étienne et alentours   AIDE A LA REDACTION / MEDIAS

Topo Numéro Zéro 2019

Le Numéro Zéro existe depuis 2003. Rapide retour en archives sur son histoire et son fonctionnement.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   MEDIAS

Fête du Numéro Zéro

Samedi 29 juin, Numéro Zéro fête ses 16 ans, 2 mois et 4 jours à Ursa Minor !
Stands, rencontres, concerts et cotillons !
Ouverture des portes à 17h et à 18h : rencontre autour des squats, des luttes pour le logement et des sans-papiers, avec le collectif l’amphi Z de Lyon et les personnes en lutte à Saint-Étienne.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pour les retraites et tout le reste : actions à venir cette semaine à Saint-Étienne  

Actions, Manifestations, AG, Pique-Nique, Retraite au flambeau, Concerts... La semaine qui vient va être chaude à Sainté. Suivi et récapitulatif du 13 au 18 janvier 2020.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Fête de soutien aux grèvistes organisée par le CIP 42  

Le Collectif des Intermittent.es et Précaires de la Loire (C.I.P 42) a décidé d’unir ses forces et ses compétences afin de soutenir les cheminots grévistes de Saint-Étienne dimanche 19 janvier 2020 à partir de 15h00 dans l’ancienne Gare du Clapier !!!!
La recette sera reversée aux caisses de grève des cheminots.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation  

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur la journée du vendredi 10 janvier contre la réforme des retraites  

Au programme : action péage gratuit et rassemblement devant le Medef !
Aujourd’hui, c’est le 36e jour consécutif de mobilisation pour les cheminot·e·s qui sont rejoint·e·s sur leur piquet de grève à 6h du matin à la gare de Chateaucreux par des militant·e·s syndicalistes, des profs, des étudiant·e·s, des GJ et des autonomes. Au total, plus de 60 personnes prennent la route pour le péage de Veauchette. Les caméras sont détournées, les barrières relevées et les premiers sourires s’esquissent.


INFORMATIQUE - SECURITE
Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression  

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le député Jean-Michel Mis en marche pour promouvoir la reconnaissance faciale  

Après une première date à la Commission numérique de l’Assemblée nationale au mois de décembre, le député LREM Loire-Saint-Étienne, Jean-Michel Mis, organise un colloque sur la reconnaissance faciale le samedi 18 janvier 2020, à l’Amicale laïque de Chapelon.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et Sainté City  

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Débats sur la société de surveillance de masse  

Deux débats pour comprendre les enjeux de la mise en place de la société de surveillance de masse organisés par Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net - Le mercredi 8 janvier et le vendredi 7 février à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Culture, numérique et disruption sécuritaire à Saint-Étienne  

À travers un portrait d’Éric Petrotto, qui à la fois gère la Fabuleuse Cantine (un des lieux de restauration les plus « tendances » de la ville) et investit dans Serenicity (la société qui portait le projet d’installation de micros dans le quartier de Beaubrun-Tarentaize), Couac vous propose une enquête dans l’économie locale du numérique et son nouvel esprit du capitalisme.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Cartographier la surveillance  

À Saint-Étienne, difficile de circuler dans le centre ville sans être observé par Big Brother. Et en période de mouvement social, il n’est pas inutile de savoir où se situent ces yeux qui nous épient. Le site internet « Saint-Étienne sous surveillance » recense les caméras de vidéosurveillance disséminées dans la ville (estimées à 329). Entretien paru dans le Couac n°7 avec A., l’une des personnes qui en a été à l’origine, sur le contexte de sa mise en place et sa pertinence aujourd’hui.


MOBILISATIONS - LUTTES
10 jours de grève à Saint-Étienne  

Cela fait déjà 10 jours que la grève générale a débuté. 10 jours où travailleur.e.s, gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.e.s, lycéen.ne.s jeunes et bien d’autres se retrouvent chaque jour dans la rue, sur des actions, dans des rassemblements, des AG etc… Mais qu’en est-il de la mobilisation à Saint-Étienne ?
Nous vous proposons ici un récapitulatif de plusieurs actions menées et des 5 grandes dates de rassemblement (5 décembre, Acte 56 des GJ, 10 décembre, 12 décembre et Acte 57 des GJ + Mobilisation des Algériens toute la semaine.)