Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Les Wauquiezeries (Couac, n°3)




Laurent Wauquiez, qui est à la tête de la région Auvergne–Rhône-Alpes et est aussi vice-président des Républicains et député de Haute-Loire, drague volontiers l’électorat FN. Ses dernières actions et déclarations en témoignent.


Festivals LGBT : La famine pour tous !

Lolo le très Catho n’en est pas à son coup d’essai en matière de conservatisme sur les questions de la famille, du genre ou des LGBT+ [1]. On se souvient de son soutien à la Manif pour tous, au côté de laquelle il s’était plusieurs fois affiché.
En novembre 2015, lors de l’élection régionale, il leur avait confirmé son soutien à Lyon : « J’étais avec vous dans les manifestations contre la loi Taubira et je n’ai pas changé d’idées ! Je suis favorable à son abrogation, j’assume l’intégralité de mes convictions, à visage découvert, et je ne transige pas sur mes valeurs […] Aujourd’hui, on défend l’écologie, la nature, le développement durable, les plantes, les animaux… Et l’homme, dans tout ça ? On est prêt à détruire notre conception séculaire de la transmission et de la façon dont l’être humain lui-même a été créé. Il faut mettre la même ardeur pour défendre la famille qu’on en met actuellement pour le climat à l’occasion de la COP21 ».
En voilà au moins un qui tient ses promesses : depuis son élection à la tête de la région Auvergne–Rhône-Alpes en 2015, il n’a eu de cesse de traquer et museler les initiatives en faveur d’une ouverture progressiste et d’une solidarité envers les minorités. Ce fut d’abord la délégation régionale contre les discriminations qui fit les frais de la nouvelle majorité, puis la Quinzaine de l’égalité femmes-hommes qui fut tout bonnement supprimée, sous prétexte qu’elle valorisait la « théorie du gender » chère à Lolo le Démago, à sa clique républicaine et à l’extrême droite pour ne citer qu’eux. De même le planning familial a vu sa subvention régionale baisser de 30 %, au motif de la baisse de moitié du financement du « Pass Contraception-Prévention » par la région, au motif qu’« Il y a très peu d’utilisateurs du “Pass Contraception” en Auvergne-Rhône Alpes » et que la contraception serait — ce qui est faux — prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.
Sa nouvelle croisade, quoiqu’il se défende — maladroitement parfois — de toute homophobie, Lolo le roi de l’Éco la dirige maintenant contre trois festivals LGBT+ que la région finançait jusque-là. En novembre, Écrans Mixtes, le festival du film queer à Lyon perdait 3000 euros sur un budget total de 12 000 euros, « en raison des critères d’éligibilité et du nombre de demandes proposées ». Ce faisant, selon son coordinateur Ivan Mitifiot, « Laurent Wauquiez tente de nous invisibiliser » : avec un budget abaissé d’un quart, la 7e édition qui se tiendra du 8 au 17 mars prochain devra revoir son nombre d’invités à la baisse et réduire sa communication, ce qui signifie par la même occasion perdre en affluence… et donc amoindrir la visibilité des queers.
À Grenoble, le festival international du film gay et lesbien Vues d’en face craint de ne pas recevoir la subvention de 3 000 € qui lui échoit pourtant chaque année. La décision sera rendue en mai 2017, mais les organisateurs se résignent déjà à supprimer plusieurs jours de projection.
À Saint-Étienne, c’est le festival Face à Face qui se tient chaque année en novembre depuis 12 ans a perdu en septembre la subvention annuelle de 5 000 euros que la région lui versait depuis sa création. Cette somme correspond à 50 % de ses subventions (le reste étant fourni par la Ville de Saint-Étienne, le département de la Loire et la réserve parlementaire du député Jean-Louis Gagnaire). Ceci fragilise non seulement le festival, mais aussi les lieux qui accueillent les événements, les revues auxquelles le festival ne pourra plus acheter d’encarts publicitaires, les créateurs et on en passe. Cela affaiblit d’autant plus le festival qu’il reposera davantage sur les sponsors privés constitués à 73 % par trois entreprises, en 2014. Dominique Thévenot, nouveau président du festival, pour qui l’édition 2016 était la première, souligne cet effet domino, mais confirme d’une part le soutien de la mairie au festival et d’autre part le maintien de l’édition 2017 qui proposera notamment une carte blanche de soutien à Écrans Mixtes. À l’avenir, il souhaite que Face à Face s’ancre encore plus largement dans le tissu associatif et culturel local et s’ouvre à d’autres publics, ce qui avait déjà été fait en 2016 via des projections dans des cinémas partenaires dans la Loire et la Haute-Loire.
11 000 euros de financement, c’est à la fois une goutte d’eau dans le budget de la région qui dépasse les 3,5 milliards d’euros et une somme énorme pour les festivals. C’est aussi, à minima, ce que touchera Lolo Patalo en frais de bouche et d’hébergement cette année. C’est sans doute surtout, pour le président du conseil régional, un choix tout à la fois symbolique et un jalon dans une stratégie à long terme qui vise à affaiblir les structures militantes et culturelles qui s’opposent à ses convictions. N’avait-il pas exprimé, lors de la rencontre avec la Manif pour tous en 2015, sa conviction que « rien ne changera à partir de l’échelon national : le changement viendra du local ». La culture et la différence ont de bien beaux jours devant elles.

Molière et les travailleurs détachés

Laurent Wauquiez se fait maintenant le chantre de la langue française [2]. Pas de railleries sur sa syntaxe parfois approximative, monsieur le Président de Région veut faire peuple. Et c’est au nom de ce même peuple (français) que le voilà en va-t-en-guerre contre les travailleurs détachés.
L’idée, piquée aux régions Normandie et Hauts-de-France [3], est simple : des brigades de contrôleurs inspecteront les chantiers de construction pilotés par la Région et s’assureront que toute personne casque sur la tête et truelle à la main parle bien le français. Why ? Pardon, pourquoi ? Pour s’assurer de la bonne compréhension des règles de sécurité ! Si la francophonie n’est pas au rendez-vous, l’entreprise employeuse aura l’obligation de faire appel à un interprète. Un calcul simple dans la tête de Lolo, avoir à payer un interprète, sous droit français, découragerait l’embauche de travailleurs détachés… Rappelons que ces derniers sont européens, payés au SMIC et non assujettis aux cotisations sociales. Une concurrence évidente, dans la tête des amis de Wauquiez, face aux travailleurs franco-français. Et une clause évidemment discriminatoire.
Patrick Mignola, vice-président de la Région en charge des Transports, reprend le vocable [4] tant apprécié de Wauquiez et tente de justifier l’idée :
« C’est en tant qu’entrepreneur que je parle : le travail détaché est le cancer du monde du BTP car il induit un véritable déséquilibre économique. Nous assistons à un effondrement des compétences dans le secteur du BTP, alors que nous avions des leaders mondiaux. » [5]
Sauf que, comme l’a soulevé Jean-François Debat, chef de file de l’opposition socialiste régionale, cet engouement pour la langue de Molière, s’il devient une condition d’attribution d’un marché public, pourrait entrer en opposition avec un article du Code pénal qui stipule que « toute distinction opérée sur le fondement de la capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français constitue une discrimination ».
Du grand Laurent, friand de l’effet d’annonce mais peu loquace sur la mise en pratique de ses grandes idées…

La SiliRhône vallée

« Notre objectif est simple, faire d’Auvergne-Rhône-Alpes la Silicon Valley Européenne. » (Tweet de Laurent Wauquiez, le 30 janvier 2017)
Devenir « le leader en Europe » est le vœu formulé par Laurent Wauquiez. De quoi donc ? Et comment ? Du numérique évidemment, avec notamment une école de codage à la rentrée 2017 et 650 millions d’euros d’investissements entre 2017 et 2021. Focus.
L’Hôtel de Région a connu le 30 janvier une drôle de journée innovante. Baptisé Digital Summit, l’événement s’est ouvert en grande pompe. Juliette Jarry, vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a souhaité aux participants la « bienvenue dans la European Digital Valley » ! Pour cette première édition l’objectif affiché était limpide : « accélérer la transition numérique de l’économie régionale ». Comment ? En mettant au cœur des débats la question des compétences, gages de performance et de création d’emplois.
L’avenir sera radieux, notamment grâce à l’ouverture dès la rentrée 2017, à Confluences dans un premier temps, d’une école de codage, sur le modèle de « L’école 42 », parrainée par Xavier Niel (vice-président et directeur délégué à la stratégie du groupe Iliad, maison-mère de Free et co-propriétaire du groupe Le Monde). Fini le vieux monde, de toute façon « le système éducatif ne marche pas » et il devenait urgent de « changer les choses, d’envisager un mode de formation différent et d’abandonner la structure classique de l’enseignement tel qu’il est fait en France, inadapté à la formation des talents dont nous avons besoin ». École gratuite (enfin à grands renforts de financements régionaux), « programme individualisé à l’extrême », « voie d’accès à une nouvelle structure de société dans laquelle il n’y a plus d’exclus », le projet pédagogique (et sociétal) est prometteur. Et permettra à la France d’être enfin à la hauteur : « La France est encore la 6e puissance économique mondiale, mais seulement la 19e pour l’économique numérique. Quand elle retrouvera sa place légitime au rang des puissances numériques, le problème du chômage en France sera résolu ». [6] Et Laurent sera ravi de ce nouveau Partenariat Public Privé !

L’or blanc

Laurent Wauquiez, tout fier qu’il était lors de son annonce en septembre dernier, vient de plomber quelque peu sa Charte et son éthique régionale… Plus précisément, l’engagement numéro 7 — chiffre porte-bonheur ! — de ladite charte, s’intitulant « Prévention des conflits d’intérêts », mentionne que « pour toute délibération concernant une entreprise, une association ou un organisme public ou privé dans lequel ils seraient susceptibles d’avoir un intérêt quelconque, les conseillers régionaux s’engagent à ne pas prendre part au vote ni à l’instruction des dossiers concernés ». Raté, complètement raté.
En effet, le 27 janvier dernier Acteurs de l’économie/La Tribune indiquait que des soupçons de prise illégale d’intérêts pesaient sur Gilles Chabert. Ce monsieur montagne mélange sans aucune pudeur plusieurs genres. Pour preuve, lors de l’Assemblée plénière du 23 juin 2016, Gillou a tout bonnement déclaré : « Je vous incite à titre personnel en tant que président du syndicat des moniteurs de ski à voter massivement et sans hésiter ce plan [montagne], si vous voulez vous régaler cet hiver dans nos vallées en pensant que vous avez contribué à donner du bonheur aux pratiquants » ! Précisons là qu’il préside la commission montagne de l’AuRA, qu’il est administrateur de l’association Montanea, qu’il est président du Syndicat des Écoles de Ski, qu’il est membre du conseil d’administration de la Compagnie des Alpes (enfin plus maintenant, il vient de démissionner) et qu’il exerce enfin au sein de l’ESF de Villard-de-Lans-Corrençon-en-Vercors.
Pour faire bref, près d’un quart des 10 millions d’euros du Plan Montagne (grand raout pour l’enneigement artificiel) auraient bénéficié, de près ou de loin, à des organismes et sociétés liés au conseiller régional précédemment cité. Interrogés à ce sujet, Chabert et Wauquiez n’ont pas détonné. L’un ne voit pas le problème, ne prenant pas part au vote mais seulement à l’instruction des dossiers. Tandis que l’autre reste muet, sauf à dire qu’il se consacre entièrement à la Région et qu’il ne louche pas sur les fonctions présidentielles [7]. Le dépôt du nom de domaine wauquiez2017 [8] n’était donc sujet à aucune interprétation sur les intentions de notre très médiatique président de Région...

Tout en nuances

Laurent la finesse, en déplacement le 16 janvier dernier pour rencontrer l’Association des toques blanches lyonnaises — association de chefs — semble s’être emballé. Essayant de séduire ces fins gourmets réunis, Laurent la déconne a cru bon de cracher sa bile sur les chefs des cantines de nos lycées : « Les cuisiniers des lycées font de la merde et ne font que des repas sans goût » (sic). Sauf qu’il y en avait dans l’assistance... Le syndicat Unsa a vite répliqué : « Comme à votre habitude, vous vous gargarisez de vos actions dans les médias pour maquiller vos nombreuses lacunes dans l’organisation de notre administration régionale […] L’Unsa tient à vous rappeler que les personnels de cuisine dans les lycées sont des membres à part entière de la collectivité. Ces propos insultants sont inadmissibles et scandaleux, venant de leur employeur […] La priorité que vous affichez reste les économies à réaliser sur l’ensemble des postes budgétaires. S’agissant de la restauration lycéenne, les responsables de cuisine doivent travailler avec les contraintes que vous leur imposez » [9].
Le cabinet du chef (de la Région, pas du Guide Michelin) s’est vite fondu en excuses et explications. Un malentendu à les lire, une bourde sémantique qui a malheureusement déplacé la critique des produits servis vers le travail des agents  [10] ! L’opposition PS, par la voix de son président de groupe Jean-François Debat, a quant à elle pointé les 75 millions d’euros d’économies réclamés par Laurent la sobriété depuis son entrée en fonction et l’impossible équation baisse des coûts/maintien de la qualité... Bref, le mal a été fait et les territoriaux s’en souviendront.

Charité bien ordonnée...

… commence par soi-même ! Alors qu’il prône pour sa région une continence de bon aloi, notre bon Laurent Wauquiez s’est accordé le 9 février dernier une petite rallonge en assemblée plénière, à savoir une « indemnité de séjour » destinée à rembourser ses frais d’hébergement et de bouche, à hauteur de 60 euros par nuit et 15,25 euros par repas, ce qui devrait selon la presse nous faire dans les 1 000 à 1 500 euros par mois. Une goutte d’eau dans le budget d’une région qui, il est vrai, devra économiser 75 millions d’euros par an. Mais un coup de pouce nécessaire pour le président de ladite région, dont les indemnités cumulées plafonnent à 8 272,02 euros par mois, et qui doit traverser deux départements pour se rendre du Puy-en-Velay à Lyon. « Cette indemnité, c’est pour qu’il ne dorme pas dans sa bagnole », explique son cabinet. Au moins un homme qui, cet hiver, dormira au chaud.

[1Lesbiennes, Gay, Bi, Trans auquel on peut ajouter sans exhaustivité aucune les Intersexes, les Queers, les Asexuels…

[2Clause de la langue française votée lors de l’Assemblée plénière du 9 février 2017. Au cours de la même assemblée Laurent Wauquiez a également fait voter la mise en place d’une « préférence régionale » dans l’attribution des marchés publics.

[3La Normandie prend la vague de la Clause Molière et de la préférence régionale, marchespublicspme.com

[4Le 8 mai 2011, invité sur BFMTV, Laurent Wauquiez, alors ministre des Affaires européennes, avait associé les « dérives de l’assistanat » au « cancer de la société française ».

[5« Laurent Wauquiez va contrôler le niveau de langue française des ouvriers BTP », rue89lyon.fr.

[6Voir le site internet de L’école 42, www.42.fr.

[7Lors d’une interview au Progrès le 26 janvier 2017.

[8Déposé le 31 janvier auprès de l’hébergeur Gandi en plein PénélopeGate, Wauquiez affirme que « ça ne vient pas de chez [lui] ».

[9« Trop c’est trop ! », Lettre ouverte du syndicat Unsa Territoriaux du Conseil Régional à l’attention de Laurent Wauquiez, disponible sur <unsa.org>

[10« Laurent Wauquiez embourbé dans une polémique sur les menus scolaires », Le Point, 19 janvier 2017.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

la nuit de la radio... dio

Branchez vous sur le 89.5.fm ou sur internet pour une nuit de la radio le 14 décembre à partir de 18h. Interviews et présentations des nouvelles teams, puis mix et impros radio collectives jusqu’à bout de souffle…
grzzziiigrzzzzzlarsennnnnn


Informations globales   MEDIAS / REPRESSION - PRISON

Histoire et répression d’Indymedia Linksunten (Allemagne)

En septembre 2017, Indymedia Linksunten était interdit par le ministère de l’Intérieur allemand, perquisitions et montage policier à l’appui. Retour sur l’histoire, le contexte, les dossiers d’enquête ainsi que sur la bataille juridique menée depuis le collectif de soutien et la legal team Freiburg EA.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MEDIAS

Sortie du n°8 du Couac !

Pour ce numéro concocté après la fin de l’été, Couac est allé mettre son nez dans les dossiers nauséabonds de la toxi-cité stéphanoise. Vous y retrouverez aussi bien sûr les habituelles brèves, divers articles sur des questions d’actualité ainsi que son inévitable grille de maux (mots) croisés. On vous propose ici, en avant-goût, l’édito et un article consacré au site de Borde-Matin – le centre de traitement de déchets de Suez situé sur la commune de Roche-la-Molière.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Préparation de l’évènement autour de Lorraine Coeur d’Acier

AVATARIA, LA LAVERIE et RADIO DIO vous proposent de vous associer à l’évènement qu’elles vont organiser début avril 2020 autour de l’histoire de Lorraine Cœur d’Acier (LCA). Une réunion publique est organisée ce jeudi 10 octobre 2019 à 18h30 à la Guiguette de la vieille Mule à Sainté.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Grosse soirée de soutien à Rebellyon pour une rentrée Post-Apocalyptique le samedi 21 septembre 2019

Soirée de soutien à Rebellyon.info le samedi 21 septembre à partir de 18h, et jusqu’à minuit, au Grrrnd Zero (Lyon) ! Au programme : tables de presse et autres propagandes politiques locales, repas végé, de quoi t’hydrater et des concerts pour t’ambiancer.
Soirée à prix libre en soutien au plus rebel des sites mutu.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MEDIAS

Le Gueuloir n°4 est sorti !

Cela fait déjà plus d’un an que nous vous écrivons à travers les lignes du Gueuloir ! Prenant vie suite à l’occupation de l’amphi E01 durant les mobilisations contre la loi Vidal, notre papelard a dorénavant bien évolué avec à son compte 4 numéros, 1 hors-série, une page Facebook et une rubrique sur le Numéro Zéro ! A la fois outil d’expression et d’information libres et indépendantes, le Gueuloir nous aura aussi permis de faire de nombreuses rencontres enrichissantes, que ce soit en manif, en interview, sur le net… Alors un grand merci à tous nos lec-teurs-trices, aboné.e.s, ami.e.s et compagnon.ne.s pour votre soutien !


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   MEDIAS

16 ans, 2 mois et 4 jours et pas une ride : le numéro zéro vous dit bravo !

Samedi dernier votre site internet préféré fêtait un bel anniversaire. Après plus de 16 ans, le site est toujours bien dynamique et cette soirée de soutien permet de rêver encore de beaux projets pour porter toujours plus haut les paroles de luttes et de contre-culture sur Sainté et sa région !


Saint-Étienne et alentours   AIDE A LA REDACTION / MEDIAS

Topo Numéro Zéro 2019

Le Numéro Zéro existe depuis 2003. Rapide retour en archives sur son histoire et son fonctionnement.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   MEDIAS

Fête du Numéro Zéro

Samedi 29 juin, Numéro Zéro fête ses 16 ans, 2 mois et 4 jours à Ursa Minor !
Stands, rencontres, concerts et cotillons !
Ouverture des portes à 17h et à 18h : rencontre autour des squats, des luttes pour le logement et des sans-papiers, avec le collectif l’amphi Z de Lyon et les personnes en lutte à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MEDIAS

Langue de bois, novlangue, « serenicity » : gros mensonges

Serenicity serait une super pompier qui va sauver les citoyen.nes perdu.e.s du web, Serenicity une start-up pour écouter les oiseaux avec l’aval de CNIL ? Et le Progrès serait un journal d’information ?
Sur la question des micros à Beaubrun, on nous dit n’importe quoi. Petit décryptage.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur les manifestations et actions du 5, 6 et 7 décembre  

Ces derniers jours de mobilisation contre la réforme des retraites ont été riches en événements. Gilets jaunes, syndicalistes (ou pas), précaires, étudiant.es, lycéen.ne.s... De nombreux stéphanois.es ont pris la rue ces trois derniers jours. Retour en images.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre  

Contre le projet de retraite par points, pour un système de retraite et un monde solidaire, nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre 2019.
RDV 10h30 devant la gare de Châteaucreux à Saint-Étienne et à 10h30 Pont du Coteau à Roanne.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Incroyable ! L’UNESCO décerne à la ville de Saint-Étienne le label de « ville inclusive et durable »  

Ce label censé être attribué aux villes qui mettent en œuvre des politiques de lutte contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’exclusion semble vraiment usurpé pour la bonne ville de Saint-Étienne et toute l’équipe municipale du maire Gaël Perdriau. En effet, à ma connaissance ce n’est pas le domaine d’excellence de ce dernier. Il serait bon de rappeler aux inspecteurs quelques faits et actes qui viennent en complète contradiction avec l’attribution de ce label.


REPRESSION - PRISON
Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police  

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


MOBILISATIONS - LUTTES
Suivi du mouvement contre la réforme des retraites  

Blocages, piquets de grève, Assemblées générales, actions, manifestations, etc. La journée du 5 décembre qui a réuni plus de 20 000 personnes dans les rues de Saint-Étienne va, semble-t-il, marquer le début d’une période riche en événements. Tentative de centralisation de toutes les informations liées au mouvement contre la réforme des retraites à Saint-Étienne.


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.