International   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Les zapatistes caracolent en tête




On ne parle plus d’eux depuis que la gauche a estimé que l’autre campagne était une trahison. Même Paco Ignaico taibo les a laissé tomber. Tous sauf ceux de la caravane zapatiste qui se sont rendus au Chiapas cet été. Patxi, membre de Caracol marseille en était.


Les zapatistes caracolent en tête.

Patxi, photographe marseillais s’est rendu au Chiapas cet été avec une caravane de solidarité avec les zapatistes Quatorze ans déjà pour l’insurrection indigène qui a marqué le retour de la désobéissance civile sur le plan planétaire et le début de la lutte alter mondialiste. Et comme le dit le sub-commandante Marcos : « Nous sommes comme en 1993, mais à l’envers. Alors nous étions en train de nous préparer au soulevement, mais sans moyens, sans personne, sans nulle attention, nous n’existions pas alors, mais aujourd’hui c’est à l’envers. C’est le gouvernement qui prépare l’attaque. »

« No estan solos », vous n’êtes pas seuls, voilà ce qu’en substance sont venus dire les trois cent observateurs européens et mexicains aux indiens zapatistes cet été 2008 au Chiapas. Si en 1994, la rébellion de l’EZLN avait fait grand bruit, les choses ne sont pourtant pas réglées dans cette zone hors libre commerce, qui s’est arrachée au libéralisme avec la patience d’un « caracol », cet escargot qui symbolise la révolution de ceux « en bas à gauche ». Depuis des élections présidentielles contestables où l’EZLN avait mené une « autre campagne » pour fédérer une gauche éloignée du PRD et de ses fausses promesses, la pression de l’armée s’est fait de plus en plus forte.

Patxi, membre de Caracol Marseille, un collectif de soutien aux zapatistes et photographe à Contrefaits, s’est rendu au Mexique durant trois semaines pour participer à cette caravane de solidarité et d’observation. Il explique les nouvelles menaces que fait peser le gouvernement sur les territoires libérés. "Le 4 juin, l’armée est rentrée à la Galéana sous le prétexte fallacieux de rechercher d’inexistantes plantations de Marijuana. Les camions militaires sont restés sur la route tandis que les hommes armés sont montés dans les champs de maïs.

Heureusement les femmes sont descendues pour arrêter les militaires« . Ce coup d’essai qui ressemble à une vieille technique de la contre insurrection n’a pas porté ses fruits ce jour-là. Mais continue Patxi : »une nouvelle technique est apparue, plus sournoise. Avant ils employaient deux méthodes, la présence de l’armée et l’activité des groupes paramilitaires ; désormais le gouvernement octroie des titres de propriétés à des paysans non-zapatistes, afin de créer des divisions« . Ces titres sont ceux des terres récupérées par les indiens zapatistes au cours des dernières années et qui sont collectives, »ceci pour miner les communautés". Au pays du feu et de la parole, le dialogue a évité les dérapages, mais les braises couvent.

Fin juillet, de toute l’Europe, des délégations sont arrivés au local de « Unios » afin d’établir leur programme. « C’est près du métro Cuathémoc ; après on a embarqué dans cinq bus qui sont partis vers le Chiapas ». Malgré l’internationalisme de la caravane, chaque personne s’est retrouvée classée par pays. « Nous on était cinq français, ça a été notre chance de nous retrouver avec les mexicains ». Les Italiens en nombre comme les Espagnols viennent des centres sociaux, des luttes contre l’incinérateur à Naples. « Il y avait même des membres du réseau de Football Rebelle. Chez les Grecs plutôt des étudiants et des gens du syndicat du livre ». Ce sont surtout les footballeurs qui ont permis les rencontres, « mais ils ont pris des raclées avec les zapatistes ».

La moyenne d’age est plutôt basse pour cette nouvelle caravane chargée de rencontrer les communautés et de créer des liens avec le deuxième monde. Le sous-commandant Marcos l’a souligné lors d’un discours de bienvenue, notant que beaucoup d’entre eux n’avaient pas connu le soulèvement de 1994. Il a raconté les débuts d’un groupe de guérilleros dans la forêt Lacandone : « dans toutes ces années ­là, nous étions seuls. Personne ne venait de Grèce nous voir. Pas plus que d’Espagne ou de France ou d’Italie ou du Pays basque ».

Les « observateurs » arrivés à San Cristobal après dix-huit heures de trajet repartent bientôt pour les quatre Caracols. Le léger regret de ne pas avoir pu passer à Oaxaca où en 2006 une commune insurrectionnelle avait bouleversé les règles politiques habituelles sera vite effacé par l’accueil dans les communautés indiennes. Ils ne sont pas pour autant les bienvenus de tous : « dans les stations services on nous refusait le diesel. On a même vu le pompiste au téléphone nous signifiant un refus ! »
Patxi se retrouve à la Garucha, un Caracol en moyenne montagne. Une communauté importante en nombre, une sorte de chef-lieu de canton chez nous. « C’est à la fois l’endroit où se réunissent les autorités autonomes et l’interface avec l’extérieur. Physiquement il y a une grande estrade pour parler, une clinique juste terminée, une école ornée d’une fresque magnifique de Zapata et des »Tiendas« gérées collectivement. On trouve aussi un centre de médias indépendants, Promedios, qui réalise essentiellement des vidéos ». A l’entrée du Caracol, on tombe sur ce panneau qui précise les choses : « vous êtes en territoire zapatiste. Ici le peuple commande et le gouvernement obéit ». Ces instances décisionnelles se démarquent des nôtres car ici, « tous les dix jours, on tourne. C’est pour se protéger de la corruption ». Aussi pour que chacun puisse travaillant la terre, connaître les tâches de gestion. « C’est vécu comme une charge et un honneur », insiste mon interlocuteur.

Un honneur c’est aussi le sentiment que retiennent les hôtes des zapatistes quand, « on était à la charge des habitants lors des réceptions dans les villages ».
« Les zapatistes ont voulu nous raconter leur vie quotidienne » dans une relation directe. Il y a un avant et un après 1994 pour les zapatistes ; ils semblent être sortis de « l’ancien régime ». En témoignent les chansons répétitives véhiculées sur un air traditionnel et qui raconte « La bataille du marché d’Ocosingo », un mythe fondateur de cette année de dignité rebelle fond dans la bouche des enfants après 18 années à faire front au néo-libéralisme.

Patxi, soucieux de transmettre les inquiétudes des zapatistes, retient aussi des soirées de fête sans alcool ni drogue, et des lendemains sans gueule de bois, où sur un cheval blanc le sous-commandant Marcos est venu saluer ces « gringos » qui sont venus rencontrer les invisibles, « ceux qu’on voit depuis qu’ils portent le passe-montagne ».

C’est Moises qui a été chargé de « supporter » cette caravane ; il a insisté sur l’autonomie. « L’autonomie c’est que nous discutions dans nos réunions et nos assemblées et qu’ensuite les communautés décident ». Incessants retours de la parole. Marcos a terminé en évoquant la visite de membres de Via Campesina. « Nous les avons rencontrés à La Realidad, où nous étions tous quand nous avons parlé avec eux, nous leur avons dit que, pour nous, les rencontres de dirigeants ne valaient rien. Pas même la photo qu’ils faisaient prendre à ce moment là ». Radicalement prés de la base, il a continué ajoutant : « qu’il devait bien exister un Pays basque en rébellion, qu’il y avait une Grèce rebelle, une France insurgée, une Italie des luttes ; mais nous ne les voyions pas ».

Christophe Goby. Texte. Francis Blaise Photos. A retrouver dans Silence Novembre 2008 et sur Contrefaits, site activiste.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES "

International   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Oulx] Appel à la solidarité contre les répressions à la frontière franco-italienne

Située à dix km de la frontière italienne, Oulx est un carrefour obligé sur la route vers la France. Depuis décembre, la Casa Cantoniera Occupata est un lieu autogéré pour toutes celleux qui veulent s’organiser contre le dispositif frontalier, pour celleux qui veulent le franchir ou le détruire. La Casa a besoin d’aide et lance un appel à toutes celleux qui ont envie d’agir, dès maintenant et pour tout l’été.


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Pourquoi s’intéresser à la Palestine aujourd’hui ?

En dépit de la lutte légitime contre l’injustice faite aux Palestiniens depuis plus d’un siècle, être un militant engagé en faveur des droits des Palestiniens est entaché d’une suspicion d’antisémitisme. Vraisemblablement la faute à une intense propagande sioniste et israélienne. Dans cet article, on explique pourquoi l’engagement en faveur des Palestiniens est plus important que jamais. En raison de la responsabilité européenne historique dans l’émergence du sionisme d’abord ; parce que le sionisme est un projet national-colonial d’essence raciste ensuite ; et enfin parce que la dérive nationaliste en Israël est à l’origine d’une intense propagande qui s’inscrit dans une logique de choc des civilisations et qui produit un durcissement des rapports inter-ethniques en particulier, à un niveau mondial. Ce dernier point ne présage rien de bon.


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Palestine : journée internationale contre AXA & soutien aux prisonniers politiques

Mercredi 17 avril 2019, les militants stéphanois défendant les droits des palestiniens se mobilisent à Saint-Étienne pour deux événements successifs. Le premier pour une campagne BDS internationale contre AXA et qui consiste à réclamer son désinvestissement des entreprises israliennes qui profitent de la colonisation. Le second, pour un rassemblement en soutien aux prisonniers politiques palestiniens, un axe de répression sciemment développé par le régime israélien pour casser la contestation au pouvoir. BDS France Saint-Étienne sera présent aux deux rassemblements.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Anis et le marionnettiste

Le samedi 13 avril 2019 l’AFPS (Association France Palestine Solidarité) de St Etienne en partenariat avec KARAKIB accueillera le marionnettiste palestinien Abd Salam pour la présentation de son spectacle « Anis et le marionnettiste », à l’Association Familiale Laïque de Montplaisir, à 18h30. Prix du billet : 10 Euros.


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Marche de soutien au peuple algerien

Depuis des semaines le peuple algérien est dans la rue pour réclamer, non pas seulement le départ de Bouteflika mais de tout son régime autocratique. Soyons nombreux et nombreuses dimanche 7 avril sur la place du peuple pour crier notre soutien a leur lutte.


International   CAPITALISME - GLOBALISATION / GENRE - FEMINISME

Le congrès international des femmes au Chiapas n’aura pas lieu...

Cette année, les féministes zappatistes font face à des menaces de trop grande ampleur pour pouvoir accueillir le deuxième congrès international des femmes qu’elles pensaient organiser. Dans une lettre ouvertes aux féministes du reste du monde, elles expliquent le contexte de cette annulation et appellent à poursuivre les luttes féministes et anticapitalistes dans toutes les régions du monde.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

IAW-2019 - Conférence de Rania Madi.

Dans le cadre de la Semaine contre L’Apartheid Israélien (IAW en anglais) co-organisée par BDS France Saint-Étienne et la JC Loire, l’Université Jean Monnet accueille Rania Madi, avocate et juriste palestinienne. Elle est membre de l’organisation Badil, un centre de ressources pour le droit à la résidence et le droit des réfugié-e-s palestinien-ne-s. Grande spécialiste de la question, elle évoquera ce thème en particulier. L’IAW a pour objectif de sensibiliser le public à l’apartheid israélien et à soutenir le BDS. Cette année cet événement est sur le thème de « cesser d’armer le colonialisme » et vise à relancer la campagne BDS réclamant un embargo militaire contre Israël.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Rassemblement de soutien au peuple algérien

Pour une Algérie libre, digne et démocratique. Non au prolongement du 4e mandat !
Dimanche 17 mars dès midi place de l’hôtel de ville et à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


Opinions   DISCRIMINATIONS - RACISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Communiqué unitaire contre l’antisémitisme, son instrumentalisation et contre tous les racismes et oppressions

Dans cette tribune commune, des collectifs et partis ligériens se mobilisent contre l’instrumentalisation de la lutte contre l’antisémitisme à des fins politiques et appellent à une lutte réelle contre tous les racismes et toutes les autres formes d’oppressions.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Manifestation en soutien au peuple algérien

Un rassemblement en soutien au peuple algérien en révolte, aura lieu le dimanche 10 mars à 14 h place du Peuple à Saint-Étienne.


A la une...

URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...  

Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des 4 ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es. qui, aux dires des stéphanois.es interviewé.es dans cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.


FLICAGE - SURVEILLANCE
GJ, six mois plus tard : après la répression policière, la répression judiciaire  

Interpellés lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets Jaunes, deux stéphanois – accusé d’outrages, rébellion et violence sur « agents dépositaires de l’autorité publique » - étaient à la barre du tribunal correctionnel mercredi 12 juin.


MOBILISATIONS - LUTTES
Les ouvriers de Colas en grève  

Les ouvriers de colas se sont mis en grève pour demander l’annulation du licenciement de leur collègue.


AIDE A LA REDACTION
Topo Numéro Zéro 2019  

Le Numéro Zéro existe depuis 2003. Rapide retour en archives sur son histoire et son fonctionnement.


MEDIAS
Fête du Numéro Zéro  

Samedi 29 juin, Numéro Zéro fête ses 16 ans, 2 mois et 4 jours à Ursa Minor !
Stands, rencontres, concerts et cotillons !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Qui est Magali Tabareau, la juge attaquée chez elle au LBD ?  

Lundi 17 juin 2019 vers 9h30, deux personnes munies de casques de moto ont sonné à la porte de la présidente de la cour d’assises de Versailles, Magali Tabareau, à Nézel. Lorsqu’elle a ouvert sa fenêtre, elle a reçu un tir de Lanceur de Balle de Défense en plein visage, sous l’œil. Elle a été hospitalisée dans la foulée, victimes de multiples fractures. Article publié sur Desarmons-les !


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Soutien aux mobilisations en Algérie : quinzième rassemblement à St-Étienne  

Alors qu’en Algérie la contestation ne faiblit pas pour réclamer la fin du système que symbolisait l’ancien chef de l’État Bouteflika, la solidarité continue à s’exercer à l’étranger. Dimanche 16 juin se tenait à Saint-Étienne le quinzième rassemblement en soutien au peuple algérien.


MEMOIRE
La fusillade du Brûlé à La Ricamarie, c’était il y a 150 ans  

Ce n’est pas d’aujourd’hui que le pouvoir blesse, mutile et tue. Il y a cent cinquante ans jour pour jour, le 16 juin 1869 à La Ricamarie, la troupe tire froidement et sans sommation sur des mineurs en lutte et leurs soutiens. Bilan : quatorze morts. Retour sur cet événement marquant de l’histoire du mouvement ouvrier avec un extrait de l’ouvrage de Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1865 à nos jours.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Pétition en ligne contre l’installation de micros à Beaubrun-Tarentaize  

Le collectif SERENICITY lance une pétition en ligne contre l’installation de micros à Beaubrun-Tarentaize. Signez ! Diffusez ! Cette pétition et les signatures collectées seront ensuite envoyées à la Commission nationale informatique et libertés avec un courrier d’explication.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
[Radio] Joie, rage et courage - Qu’est-ce qui se trame ?  

Alors qu’une troisième ligne de tramway va arriver à Saint-Étienne, retour sur les choix de construction des lignes de tramway et les projets de restructuration urbaine avec la gentrification en toile de fond. Petit exemple de lutte contre les transports payants avec les mutuelles des fraudeur-euses et les actions des R.Z. en Allemagne à la fin des années 70.


LOGEMENT - SQUAT
Logement : pas de repos sur Les Lauriers  

Si le rejet par le tribunal de l’expulsion de la Poste à Solaure a donné un peu de répit à ces personnes à qui l’on refuse l’accès à un logement, il n’en demeure pas moins qu’elles sont contraintes, ici comme ailleurs, de vivre dans un squatt. Rencontre avec un de ceux qui slaloment entre les squats, la rue et l’hébergement d’urgence (article paru initialement dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019).


MEMOIRE
Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles  

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


REPRESSION - PRISON
Ambert : Silence obstiné et contrôle acharné (et inversement)  

Cela fait maintenant un an que deux personnes sont inculpées et placées sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une instruction criminelle, accusées d’avoir tenté de brûler un véhicule d’Enedis à Ambert en juin 2017. Ce CJ les empêche notamment de rentrer en contact l’un avec l’autre ainsi qu’avec 5 autres personnes, les contraint à ne pas quitter le département et à pointer deux fois par semaine.


LOGEMENT - SQUAT
Une expulsion rejetée comme une lettre à la poste  

Le 14 mai, dans la boîte aux lettres de l’ancienne poste de Solaure est arrivé un courrier, plus précisément une requête cachetée du sceau de la commune de Saint-Étienne. La présente convoquait l’occupant officiel des lieux à une audience au tribunal administratif de Lyon le 24 mai 2019. Récit du procès.


LOGEMENT - SQUAT
Pas d’expulsion à Solaure ! Conférence de presse et rassemblement  

Ce mardi 4 juin, appel à rassemblement place Jean-Jaurès à 17h30 pour une conférence de presse à propos du droit au logement pour tou.te.s et de la situation des personnes en demande d’asile à Saint-Étienne.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le Couac n°7 est sorti !  

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Luttes en Grèce - Rencontre avec des membres de Rouvikonas  

A l’occasion d’une tournée en France et en Belgique, des militants de Rouvikonas viendront à Saint-Étienne, au lieu autogéré La Dérive (91 rue Antoine Durafour) le mercredi 5 juin à 19h.
Comment résister face au durcissement des régimes politiques en Europe ? Comment sortir du capitalisme et de la société autoritaire ? Sur quelles bases créer des convergences de luttes ? Que propose Rouvikonas ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et la Safe City  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019. Un « atelier numérique Google » va s’installer à Saint-Étienne, sans doute à l’angle de la place Jean Moulin et de l’avenue de la Libération (ex Royal). Au-delà du barnum organisé autour de cette arrivée par G. Perdriau et J.M. Mis, député LREM, que peut bien signifier cette installation, ainsi que l’annonce de Serenicity, dispositif d’écoute sonore de l’espace public ?


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La jeunesse, mobilisée pour le climat et réprimée  

Retour sur la seconde mobilisation à Saint-Étienne le 24 mai suite à l’appel international Youth For Climate : une belle mobilisation mais une répression policière inattendue et scandaleuse !


FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)