Informations globales   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Les zapatistes caracolent en tête




On ne parle plus d’eux depuis que la gauche a estimé que l’autre campagne était une trahison. Même Paco Ignaico taibo les a laissé tomber. Tous sauf ceux de la caravane zapatiste qui se sont rendus au Chiapas cet été. Patxi, membre de Caracol marseille en était.


Les zapatistes caracolent en tête.

Patxi, photographe marseillais s’est rendu au Chiapas cet été avec une caravane de solidarité avec les zapatistes Quatorze ans déjà pour l’insurrection indigène qui a marqué le retour de la désobéissance civile sur le plan planétaire et le début de la lutte alter mondialiste. Et comme le dit le sub-commandante Marcos : « Nous sommes comme en 1993, mais à l’envers. Alors nous étions en train de nous préparer au soulevement, mais sans moyens, sans personne, sans nulle attention, nous n’existions pas alors, mais aujourd’hui c’est à l’envers. C’est le gouvernement qui prépare l’attaque. »

« No estan solos », vous n’êtes pas seuls, voilà ce qu’en substance sont venus dire les trois cent observateurs européens et mexicains aux indiens zapatistes cet été 2008 au Chiapas. Si en 1994, la rébellion de l’EZLN avait fait grand bruit, les choses ne sont pourtant pas réglées dans cette zone hors libre commerce, qui s’est arrachée au libéralisme avec la patience d’un « caracol », cet escargot qui symbolise la révolution de ceux « en bas à gauche ». Depuis des élections présidentielles contestables où l’EZLN avait mené une « autre campagne » pour fédérer une gauche éloignée du PRD et de ses fausses promesses, la pression de l’armée s’est fait de plus en plus forte.

Patxi, membre de Caracol Marseille, un collectif de soutien aux zapatistes et photographe à Contrefaits, s’est rendu au Mexique durant trois semaines pour participer à cette caravane de solidarité et d’observation. Il explique les nouvelles menaces que fait peser le gouvernement sur les territoires libérés. "Le 4 juin, l’armée est rentrée à la Galéana sous le prétexte fallacieux de rechercher d’inexistantes plantations de Marijuana. Les camions militaires sont restés sur la route tandis que les hommes armés sont montés dans les champs de maïs.

Heureusement les femmes sont descendues pour arrêter les militaires« . Ce coup d’essai qui ressemble à une vieille technique de la contre insurrection n’a pas porté ses fruits ce jour-là. Mais continue Patxi : »une nouvelle technique est apparue, plus sournoise. Avant ils employaient deux méthodes, la présence de l’armée et l’activité des groupes paramilitaires ; désormais le gouvernement octroie des titres de propriétés à des paysans non-zapatistes, afin de créer des divisions« . Ces titres sont ceux des terres récupérées par les indiens zapatistes au cours des dernières années et qui sont collectives, »ceci pour miner les communautés". Au pays du feu et de la parole, le dialogue a évité les dérapages, mais les braises couvent.

Fin juillet, de toute l’Europe, des délégations sont arrivés au local de « Unios » afin d’établir leur programme. « C’est près du métro Cuathémoc ; après on a embarqué dans cinq bus qui sont partis vers le Chiapas ». Malgré l’internationalisme de la caravane, chaque personne s’est retrouvée classée par pays. « Nous on était cinq français, ça a été notre chance de nous retrouver avec les mexicains ». Les Italiens en nombre comme les Espagnols viennent des centres sociaux, des luttes contre l’incinérateur à Naples. « Il y avait même des membres du réseau de Football Rebelle. Chez les Grecs plutôt des étudiants et des gens du syndicat du livre ». Ce sont surtout les footballeurs qui ont permis les rencontres, « mais ils ont pris des raclées avec les zapatistes ».

La moyenne d’age est plutôt basse pour cette nouvelle caravane chargée de rencontrer les communautés et de créer des liens avec le deuxième monde. Le sous-commandant Marcos l’a souligné lors d’un discours de bienvenue, notant que beaucoup d’entre eux n’avaient pas connu le soulèvement de 1994. Il a raconté les débuts d’un groupe de guérilleros dans la forêt Lacandone : « dans toutes ces années ­là, nous étions seuls. Personne ne venait de Grèce nous voir. Pas plus que d’Espagne ou de France ou d’Italie ou du Pays basque ».

Les « observateurs » arrivés à San Cristobal après dix-huit heures de trajet repartent bientôt pour les quatre Caracols. Le léger regret de ne pas avoir pu passer à Oaxaca où en 2006 une commune insurrectionnelle avait bouleversé les règles politiques habituelles sera vite effacé par l’accueil dans les communautés indiennes. Ils ne sont pas pour autant les bienvenus de tous : « dans les stations services on nous refusait le diesel. On a même vu le pompiste au téléphone nous signifiant un refus ! »
Patxi se retrouve à la Garucha, un Caracol en moyenne montagne. Une communauté importante en nombre, une sorte de chef-lieu de canton chez nous. « C’est à la fois l’endroit où se réunissent les autorités autonomes et l’interface avec l’extérieur. Physiquement il y a une grande estrade pour parler, une clinique juste terminée, une école ornée d’une fresque magnifique de Zapata et des »Tiendas« gérées collectivement. On trouve aussi un centre de médias indépendants, Promedios, qui réalise essentiellement des vidéos ». A l’entrée du Caracol, on tombe sur ce panneau qui précise les choses : « vous êtes en territoire zapatiste. Ici le peuple commande et le gouvernement obéit ». Ces instances décisionnelles se démarquent des nôtres car ici, « tous les dix jours, on tourne. C’est pour se protéger de la corruption ». Aussi pour que chacun puisse travaillant la terre, connaître les tâches de gestion. « C’est vécu comme une charge et un honneur », insiste mon interlocuteur.

Un honneur c’est aussi le sentiment que retiennent les hôtes des zapatistes quand, « on était à la charge des habitants lors des réceptions dans les villages ».
« Les zapatistes ont voulu nous raconter leur vie quotidienne » dans une relation directe. Il y a un avant et un après 1994 pour les zapatistes ; ils semblent être sortis de « l’ancien régime ». En témoignent les chansons répétitives véhiculées sur un air traditionnel et qui raconte « La bataille du marché d’Ocosingo », un mythe fondateur de cette année de dignité rebelle fond dans la bouche des enfants après 18 années à faire front au néo-libéralisme.

Patxi, soucieux de transmettre les inquiétudes des zapatistes, retient aussi des soirées de fête sans alcool ni drogue, et des lendemains sans gueule de bois, où sur un cheval blanc le sous-commandant Marcos est venu saluer ces « gringos » qui sont venus rencontrer les invisibles, « ceux qu’on voit depuis qu’ils portent le passe-montagne ».

C’est Moises qui a été chargé de « supporter » cette caravane ; il a insisté sur l’autonomie. « L’autonomie c’est que nous discutions dans nos réunions et nos assemblées et qu’ensuite les communautés décident ». Incessants retours de la parole. Marcos a terminé en évoquant la visite de membres de Via Campesina. « Nous les avons rencontrés à La Realidad, où nous étions tous quand nous avons parlé avec eux, nous leur avons dit que, pour nous, les rencontres de dirigeants ne valaient rien. Pas même la photo qu’ils faisaient prendre à ce moment là ». Radicalement prés de la base, il a continué ajoutant : « qu’il devait bien exister un Pays basque en rébellion, qu’il y avait une Grèce rebelle, une France insurgée, une Italie des luttes ; mais nous ne les voyions pas ».

Christophe Goby. Texte. Francis Blaise Photos. A retrouver dans Silence Novembre 2008 et sur Contrefaits, site activiste.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES"

Saint-Étienne et alentours La dérive   CAPITALISME - GLOBALISATION / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Une collecte pour un convoi solidaire à destination de la Grèce

Depuis 2009, le collectif ANEPOS, Action Solidarité Grèce, basé dans le Tarn et à Athènes, mène des dizaines d’actions en Grèce en partenariat avec une quarantaine de collectifs du mouvement social qui s’organisent face à l’austérité Pour soutenir ces initiatives, des convois solidaires sont organisés de France. Le convoi 2019 partira prochainement, dont un véhicule de Saint-Étienne.
La collecte aura lieu samedi 16 février de 14h à 18h à la Dérive, 91 rue Antoine Durafour à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours BDS 42   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Conférence de Michael Warschawski

Michael Warschawski est un journaliste et écrivain israélien. Militant anticolonialiste, président de L’AIC (Centre d’information Alternative à Jérusalem et Bethleem), il nous présentera son dernier livre : « Israël, chronique d’une catastrophe annoncée... et peut-être évitable » sorti en octobre 2018... La venue de Warschawski est un événement à ne pas manquer ! Nous vous attendons nombreux !


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Convoi solidaire : soirée de soutien

Soirée de soutien à la collecte à destination des luttes, précaires et migrants en Grèce. La collecte commence aujourd’hui et se termine le 12 février. Un convoi solidaire partira pour la Grèce en février.
Soirée prix libre avec projection, repas et concert.
Amicale du Crêt de Roch, 16 rue Royet à Sainté.


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

SAMOUNI ROAD : regard sensible sur Gaza.

Projection-débat au Méliès-St-François : mercredi 23 janvier dès 20H.


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Une collecte à Saint-Etienne pour un convoi solidaire à destination de la Grèce

Ce convoi vise à amener toutes sortes de ressources pour des personnes vivant en Grèce, en lien avec les collectifs sur place. Plusieurs villes de France organisent ainsi des collectes qui partiront ensuite en convoi groupé pour Théssalonique, Athènes. Ce convoi a aussi pour but de tisser des liens avec les personnes en résistance afin de soutenir le mouvement social et les luttes en cours, notamment pour les refugié-es arrivé-es en Grèce.

Soirée de soutien le 2 février à l’amicale du Crêt de Roch (16, rue Royet, StE)

FIN DE LA COLLECTE LE 12 FEVRIER


Saint-Étienne et alentours BDS 42   MOBILISATIONS - LUTTES / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Une mobilisation pour dire non à l’Eurovision 2019 en terre d’apartheid

Mardi dernier, vers 16h30, des militants Stéphanois du BDS ont rejoint les militants Lyonnais devant le siège de France 3. Ils ont demandé à ce que France Télévisions fasse valoir ses principes éthiques pour se retirer de l’Eurovision 2019. L’événement doit en effet avoir lieu à Tel Aviv en Israël, suite à la victoire en 2018 de Netta Barzilai, la chanteuse israélienne. Mais les militants, qui dénoncent l’instrumentalisation de la culture par Israël à des fins de normalisation d’une situation de colonisation, d’apartheid et de domination ethnico-religieuse n’entendent pas laisser cet événement s’organiser sans réagir.


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Vidéo] Soutien aux gilets jaunes depuis le Rojava

Les internationalistes et des habitant.e.s du Rojava ont envoyé plusieurs messages de solidarité aux membres du mouvement des gilets jaunes.
"Aux gilets jaunes, à celles et ceux qui manifestent, qui sont sur les barricades et blocages, qui occupent leurs lycées et leurs facs, qui sont en grève, qui s’organisent. Nous nous adressons à vous en tant que Commune Internationaliste depuis le Rojava, le Kurdistan de l’Ouest, au Nord de la Syrie. (...)


Saint-Étienne et alentours BDS 42   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection débat : La Clef du Sol

Organisée par BDS France Saint-Étienne, la projection du film « La Clef du Sol » aura lieu dimanche 20 janvier à l’amicale laïque de Tardy, à partir de 20h30. La réalisatrice Muriel Jacoub et la journaliste Annie Fiore, auteure de plusieurs livres sur la Palestine, seront toutes deux présentes pour le débat qui suivra le film. Le film aborde la question du droit au retour des palestiniens sur leurs terres d’origine, 70 ans après le partage de 1948 qui a vu l’amputation des terres palestiniennes et qui a engendré une épuration ethnique connue sous le nom de Naqba. Voyage entre camps de réfugiés, villages palestiniens détruits et témoignages de réfugiés de 48 qui espèrent toujours pouvoir retourner chez eux un jour. Entrée libre, buffet à prix libre dès 19h.


Saint-Étienne et alentours BDS 42   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection débat : Yallah ! Yallah !

Mercredi 9 janvier à 20h30, le film Yallah ! Yallah ! sera diffusé à l’amicale laïque de Tardy. Réalisé par les argentins Fernando Romanazzo et Cristian Pirovano, le film raconte la vie de sept palestiniens attachés au monde du football. Il montre leur passion pour ce sport, leurs activités quotidiennes, et les difficultés liées à la vie sous l’occupation israélienne. L’événement, organisé par BDS France Saint-Étienne, accueillera le réalisateur Fernando Romanazzo qui sera là pour animer le débat après le film. Entrée libre, buffet prix libre dès 19h.


Saint-Étienne et alentours BDS 42   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

« Désinvestissez des entreprises qui profitent de la colonisation israélienne » : le message de militant.e.s stéphanois.e.s à AXA

Lundi, de 16 heures à 18 heures, les militants des droits des palestiniens se sont rassemblés devant une agence franchisée AXA de Saint-Étienne. Ils ont sensibilisé passants et clients sur les investissements problématiques de la maison mère dans des entreprises qui profitent de la colonisation israélienne. Cette mobilisation se fait dans le cadre de la campagne internationale de désinvestissement menée par le BDS et qui a pour objectif d’instaurer une pression croissante sur l’État hébreu jusqu’au rétablissement intégral des droits des palestiniens.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Pour les retraites et tout le reste : agenda et suivi de la semaine du 17 au 23 février 

Encore une semaine de mobilisation contre la réforme et son monde dont une grande manifestation jeudi à Saint-Étienne. Agenda et suivi de la semaine.
« Depuis le 5 décembre, un grand combat est engagé : le monde du travail contre Macron et son gouvernement. Au service du grand patronat, des actionnaires, des plus riches, ils œuvrent à augmenter la précarité, réprimer les luttes, nous isoler et transformer tous les aspects de nos vies en marchandises. »


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
24 heures à l’ombre de la centrale – 1er épisode 

Le 11 novembre 2019, un tremblement de terre forçait EDF à [mettre à l’arrêt la centrale de Cruas (Ardèche) pour vérifications. Plus près de nous, juste de l’autre côté du Pilat, se cache une autre centrale nucléaire. Tout le monde s’en fout. Le Couac non. Reportage à thème.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Festival 3 poils dans la soupe 

Du 5 au 9 mars 2020 à Saint-Étienne aura lieu la troisième édition du festival « Un Poil dans la Soupe » organisée par les Sampianes, autour du 8 mars : Journée internationale des luttes des femmes.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Du goudron pour qui ? 

Alors que les réunions pré-électorales se multiplient, on est pris par l’envie d’y aller avec du goudron et des plumes. Du goudron, tiens, c’est aussi avec cela que l’équipe municipale mène campagne. Un article de Couac paru à l’automne dernier sur cet enrobé et sur d’autres revêtements à l’odeur d’élections...


DROITS SOCIAUX - SANTE
Urgences 

Mardi 14 janvier, près de la moitié des chefs de service du CHU de Saint-Étienne ont présenté une lettre de démission collective de leurs fonctions administratives, réclamant du ministère de la Santé une vraie négociation sur la situation de l’hôpital. Cette prise de position intervient alors que les salarié.e.s sont mobilisé.e.s depuis des mois. À l’Hôpital Nord, le service des urgences a démarré la grève début juin 2019. Retour sur la situation dans ce service avec un article du Couac paru à l’automne dernier.


MOBILISATIONS - LUTTES
Appel des GJ à converger : retour sur la manifestation du 1er février 

Samedi 1er février, les Gilets jaunes de Saint-Étienne ont lancé un appel à l’ensemble des secteurs en lutte à rejoindre le traditionnel cortège du samedi après-midi. Cela a été l’occasion de faire le tour des permanences électorales des candidates aux municipales. Avec ou sans gilet jaune les manifs du samedi reprennent de plus belle !
Article publié sur Résistance verte


FLICAGE - SURVEILLANCE
Sainté sous haute surveillance 2 : comment lutter ? 

Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net organisent un deuxième débat à St-Étienne, cette fois, avec Félix Tréguer, co-fondateur de la Quadrature du Net et de la plateforme Technopolice.
Venez nombreux vendredi 7 février 2020, à 18h au Département d’Etudes Politiques et Territoriales (DEPT), 77 rue Michelet à St-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du vendredi 24 janvier : retour en images 

Ce vendredi 24 janvier, à l’occasion de la présentation du projet de la réforme des retraites en Conseil des ministres, de nombreuses organisations syndicales et de militant.e.s s’étaient donné rendez-vous dans toute la France. Saint-Étienne fut encore une fois le théâtre d’une belle et forte journée de lutte !
Par Le Gueuloir


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Les professeur.e.s emmurent l’Inspection académique avec des livres 

Depuis la nomination de Blanquer au ministère, la colère des professeur.e.s se fait sentir. Elle ne cesse de monter ces dernières semaines avec des actions symboliques comme des jets de livres devant les inspections académiques ou encore le refus de certain.e.s profs de faire passer les nouvelles épreuves du Bac. À Saint-Étienne, vendredi, les professeur.e.s ont emmuré l’Inspection académique.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Épreuves de contrôle continu : ça bouge au lycée Honoré d’Urfé 

Lundi matin les premières épreuves de contrôle continu (E3C) devaient avoir lieu pour les lycéen.ne.s en classe de première. Les professeur.e.s ont décidé de les boycotter comme à Honoré d’Urfé. Entretien avec Estelle Tomasini du syndicat majoritaire SNES FSU.


MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée 

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression 

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Etienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail ! 

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1) 

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.