Informations globales   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Les zapatistes caracolent en tête




On ne parle plus d’eux depuis que la gauche a estimé que l’autre campagne était une trahison. Même Paco Ignaico taibo les a laissé tomber. Tous sauf ceux de la caravane zapatiste qui se sont rendus au Chiapas cet été. Patxi, membre de Caracol marseille en était.


Les zapatistes caracolent en tête.

Patxi, photographe marseillais s’est rendu au Chiapas cet été avec une caravane de solidarité avec les zapatistes Quatorze ans déjà pour l’insurrection indigène qui a marqué le retour de la désobéissance civile sur le plan planétaire et le début de la lutte alter mondialiste. Et comme le dit le sub-commandante Marcos : « Nous sommes comme en 1993, mais à l’envers. Alors nous étions en train de nous préparer au soulevement, mais sans moyens, sans personne, sans nulle attention, nous n’existions pas alors, mais aujourd’hui c’est à l’envers. C’est le gouvernement qui prépare l’attaque. »

« No estan solos », vous n’êtes pas seuls, voilà ce qu’en substance sont venus dire les trois cent observateurs européens et mexicains aux indiens zapatistes cet été 2008 au Chiapas. Si en 1994, la rébellion de l’EZLN avait fait grand bruit, les choses ne sont pourtant pas réglées dans cette zone hors libre commerce, qui s’est arrachée au libéralisme avec la patience d’un « caracol », cet escargot qui symbolise la révolution de ceux « en bas à gauche ». Depuis des élections présidentielles contestables où l’EZLN avait mené une « autre campagne » pour fédérer une gauche éloignée du PRD et de ses fausses promesses, la pression de l’armée s’est fait de plus en plus forte.

Patxi, membre de Caracol Marseille, un collectif de soutien aux zapatistes et photographe à Contrefaits, s’est rendu au Mexique durant trois semaines pour participer à cette caravane de solidarité et d’observation. Il explique les nouvelles menaces que fait peser le gouvernement sur les territoires libérés. "Le 4 juin, l’armée est rentrée à la Galéana sous le prétexte fallacieux de rechercher d’inexistantes plantations de Marijuana. Les camions militaires sont restés sur la route tandis que les hommes armés sont montés dans les champs de maïs.

Heureusement les femmes sont descendues pour arrêter les militaires« . Ce coup d’essai qui ressemble à une vieille technique de la contre insurrection n’a pas porté ses fruits ce jour-là. Mais continue Patxi : »une nouvelle technique est apparue, plus sournoise. Avant ils employaient deux méthodes, la présence de l’armée et l’activité des groupes paramilitaires ; désormais le gouvernement octroie des titres de propriétés à des paysans non-zapatistes, afin de créer des divisions« . Ces titres sont ceux des terres récupérées par les indiens zapatistes au cours des dernières années et qui sont collectives, »ceci pour miner les communautés". Au pays du feu et de la parole, le dialogue a évité les dérapages, mais les braises couvent.

Fin juillet, de toute l’Europe, des délégations sont arrivés au local de « Unios » afin d’établir leur programme. « C’est près du métro Cuathémoc ; après on a embarqué dans cinq bus qui sont partis vers le Chiapas ». Malgré l’internationalisme de la caravane, chaque personne s’est retrouvée classée par pays. « Nous on était cinq français, ça a été notre chance de nous retrouver avec les mexicains ». Les Italiens en nombre comme les Espagnols viennent des centres sociaux, des luttes contre l’incinérateur à Naples. « Il y avait même des membres du réseau de Football Rebelle. Chez les Grecs plutôt des étudiants et des gens du syndicat du livre ». Ce sont surtout les footballeurs qui ont permis les rencontres, « mais ils ont pris des raclées avec les zapatistes ».

La moyenne d’age est plutôt basse pour cette nouvelle caravane chargée de rencontrer les communautés et de créer des liens avec le deuxième monde. Le sous-commandant Marcos l’a souligné lors d’un discours de bienvenue, notant que beaucoup d’entre eux n’avaient pas connu le soulèvement de 1994. Il a raconté les débuts d’un groupe de guérilleros dans la forêt Lacandone : « dans toutes ces années ­là, nous étions seuls. Personne ne venait de Grèce nous voir. Pas plus que d’Espagne ou de France ou d’Italie ou du Pays basque ».

Les « observateurs » arrivés à San Cristobal après dix-huit heures de trajet repartent bientôt pour les quatre Caracols. Le léger regret de ne pas avoir pu passer à Oaxaca où en 2006 une commune insurrectionnelle avait bouleversé les règles politiques habituelles sera vite effacé par l’accueil dans les communautés indiennes. Ils ne sont pas pour autant les bienvenus de tous : « dans les stations services on nous refusait le diesel. On a même vu le pompiste au téléphone nous signifiant un refus ! »
Patxi se retrouve à la Garucha, un Caracol en moyenne montagne. Une communauté importante en nombre, une sorte de chef-lieu de canton chez nous. « C’est à la fois l’endroit où se réunissent les autorités autonomes et l’interface avec l’extérieur. Physiquement il y a une grande estrade pour parler, une clinique juste terminée, une école ornée d’une fresque magnifique de Zapata et des »Tiendas« gérées collectivement. On trouve aussi un centre de médias indépendants, Promedios, qui réalise essentiellement des vidéos ». A l’entrée du Caracol, on tombe sur ce panneau qui précise les choses : « vous êtes en territoire zapatiste. Ici le peuple commande et le gouvernement obéit ». Ces instances décisionnelles se démarquent des nôtres car ici, « tous les dix jours, on tourne. C’est pour se protéger de la corruption ». Aussi pour que chacun puisse travaillant la terre, connaître les tâches de gestion. « C’est vécu comme une charge et un honneur », insiste mon interlocuteur.

Un honneur c’est aussi le sentiment que retiennent les hôtes des zapatistes quand, « on était à la charge des habitants lors des réceptions dans les villages ».
« Les zapatistes ont voulu nous raconter leur vie quotidienne » dans une relation directe. Il y a un avant et un après 1994 pour les zapatistes ; ils semblent être sortis de « l’ancien régime ». En témoignent les chansons répétitives véhiculées sur un air traditionnel et qui raconte « La bataille du marché d’Ocosingo », un mythe fondateur de cette année de dignité rebelle fond dans la bouche des enfants après 18 années à faire front au néo-libéralisme.

Patxi, soucieux de transmettre les inquiétudes des zapatistes, retient aussi des soirées de fête sans alcool ni drogue, et des lendemains sans gueule de bois, où sur un cheval blanc le sous-commandant Marcos est venu saluer ces « gringos » qui sont venus rencontrer les invisibles, « ceux qu’on voit depuis qu’ils portent le passe-montagne ».

C’est Moises qui a été chargé de « supporter » cette caravane ; il a insisté sur l’autonomie. « L’autonomie c’est que nous discutions dans nos réunions et nos assemblées et qu’ensuite les communautés décident ». Incessants retours de la parole. Marcos a terminé en évoquant la visite de membres de Via Campesina. « Nous les avons rencontrés à La Realidad, où nous étions tous quand nous avons parlé avec eux, nous leur avons dit que, pour nous, les rencontres de dirigeants ne valaient rien. Pas même la photo qu’ils faisaient prendre à ce moment là ». Radicalement prés de la base, il a continué ajoutant : « qu’il devait bien exister un Pays basque en rébellion, qu’il y avait une Grèce rebelle, une France insurgée, une Italie des luttes ; mais nous ne les voyions pas ».

Christophe Goby. Texte. Francis Blaise Photos. A retrouver dans Silence Novembre 2008 et sur Contrefaits, site activiste.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES "

Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Razan, une trace du papillon

Dimanche 21 octobre 2018 à 20:30 - Amicale laïque de Tardy
Le film sur Razan el-Najjar, jeune infirmière palestinienne de 21 ans tuée le 1er juin 2018, qui a été tourné cet été sera suivi d’une discussion avec le cinéaste et les parents de Razan.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Lecture de poésie palestinienne

Lecture de poésie palestinienne dans le cadre de l’exposition photo « La Palestine de 1880 à 1942 » à la MJC des Tilleuls - rue du Pavillon Chinois - Saint Etienne
Samedi 22 septembre 2018 à parti de 18H30


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection du film L’Amour et la Révolution de Yannis Youlountas Ven 05 octobre

Soirée PROJECTIONS DU FILM « L’AMOUR ET LA RÉVOLUTION » en présence du réalisateur Yannis Youlountas accompagné d’un repas partagé et La Myie aux Tiroirs « polyphonie arpitane »
Vendredi 5 octobre 2µ018 à la salle associative Le Bret - Chazelles sur lyon (42)


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Expo photos] La Palestine de 1880 à 1942

Cette exposition de photographies recueillies par Ahmed Dari, Calligraphe palestinien, est proposée par l’AFPS Saint Etienne dans le cadre de ses actions de promotion en faveur de la culture palestinienne. L’exposition se déroule à la MJC des Tilleuils du 10 au 30 septembre 2018. Entrée Libre de 14h à 18h. Le vernissage aura lieu vendredi 14 septembre 2018 à 18h.


Informations globales   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

The Guinguettes Is Back ! (à Crest...)

Nous sommes quelques enfants sauvages à avoir eu envie de ramener du politique/festif pour démarrer cette rentrée comme il se doit. Voilà comment naît l’idée des guinguettes de soutien dans la ville trop morne de Crest.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Soirée de soutien aux ouvrières de l’usine Flomar en Turquie, le 4 août

En Turquie, des ouvrier.ère.s de la marque de cosmétiques Flormar du Groupe Rocher ont été licencié.e.s parce qu’elles-ils se sont syndiqué.e.s.
Samedi 4 août à la Gueule noire
20H30 projection
22H concert


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Concert solidaire] Choeur de jeunes palestiniens + Petits Chanteurs de Lyon

Concert solidaire pour la promotion de la culture palestinienne : chœur de jeunes palestiniens (35 de Bethléem, 25 d’Hébron) + Petits Chanteurs de Lyon dimanche 01 juillet à Montplaisir


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   GENRE - FEMINISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Licenciement de 124 ouvrières du groupe Rocher en Turquie : rassemblement de solidarité

Les Sampianes appellent à boycotter Yves Rocher pour protester contre le licenciement abusif de 120 ouvrier.e.s (majoritairement des ouvrières) de l’usine Flormar en Turquie (à Gebze), usine dont le groupe Rocher est le principal actionnaire (51%). Rassemblement de soutien sur Saint-Étienne le Mercredi 20 Juin à 16h, Place du Peuple


Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection et débat en soutien à « La Libertaria » au Venezuela

Mardi 19 juin au Bilboquet, place Jules Guesde à 18h30
Besoin de graines bio, vieux portables, téléphones portables avec caméra, antennes wifi, clé USB, câbles réseaux, amplificateur de réseaux, arroseurs, une lame de faux à blé...


Informations globales   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Palestine : Mobilisation réussie à Saint-Étienne le 5 juin 2018

200 personnes s’étaient réunies place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne pour s’opposer aux crimes israéliens. De nombreuses pancartes affichaient des messages clairs comme « Stop à l’occupation », « Justice en Palestine », « Netanyahu dégage » et « non à la saison France-Israël »


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne  

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


MEMOIRE
Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »  

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rassemblement pour les personnes sans logement  

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui devrait incomber cette tâche restent - à une exception près - sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Détruire le capital : un combat vital  

L’heure n’est pas à une écologie de comptoir où on culpabiliserait ceux qui ne font pas le tri, l’heure est à une écologie radicale. On ne peut pas continuer dans un monde capitaliste, il faut s’attaquer aux racines du problème et arrêter de se contenter des guirlandes aux arbres. Continuer avec la surproduction, l’exploitation animale, à vivre dans la société du pétrole, c’est ne pas s’attaquer à la base du problème.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Taclons Puma - 2e round  

Journée d’Action Internationale contre le sponsoring de Puma organisée par le collectif stéphanois de soutien au peuple Palestinien‎.
BDS42 reprend du service mercredi prochain. Ce 16 octobre à partir de 16h30, place du peuple, nous organisons un rassemblement pour la seconde action internationale contre Puma et dans le but de dénoncer leur sponsoring de la fédération israélienne de football.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre  

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava  

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait rapide des soldats présents dans la région, le président de la Turquie Erdogan en a profité pour menacer d’une opération militaire. Opération lancée hier ; quatre villes subissent des bombardements aériens de l’armée turque. Le but pour Erdogan : éradiquer les forces kurdes et leurs alliéEs en place dans la région du Rojava et éradiquer toute velléité d’émancipation des peuples. Le peuple kurde du Rojava lance un appel à la mobilisation.


ANTIFASCISME
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos  

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


REPRESSION - PRISON
[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées  

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


GENRE - FEMINISME
[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019  

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


REPRESSION - PRISON
IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019  

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Agression raciste de la part de la police stéphanoise  

Un habitant de la ville a envoyé son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !