Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Lettre ouverte du collectif Izmir au conseil municipal de la ville de saint-étienne





Lundi 6 juin lors du conseil municipal, le cas des squats à st-étienne et en particulier celui d’Izmir, a été évoqué [1].
Certains et certaines d’entre nous, habitant Izmir et/ ou y organisant des activités, étions présent-e-s, principalement par curiosité puisque nous savions que personne ne nous donnerait la parole. Après tout, la démocratie municipale, ça n’est pas fait pour ça !
Nous avons tout de même entendu quelques choses qui nous ont vivement agacé-e-s, en particulier parce qu’elles sont mensongères. Nous prenons alors les moyens dont nous disposons pour nous approprier un espace de parole, et envoyons cette lettre ouverte à des médias « alternatifs » comme le Numéro Zéro, mais aussi aux médias officiels locaux et au Conseil Municipal, ainsi qu’à qui veut bien nous écouter... Nous tenons à rappeler ou préciser certaines choses au sujet d’Izmir, en tentant d’être le plus honnête possible, sans pourtant prétendre à l’impartialité.

Le maire annonçait lors de ce conseil municipal sa décision (datant du 2 mai 2005) de mener des actions en justice pour faire expulser au moins quatre squats à st-étienne, dont Izmir.
Un élu vert, Olivier Longeon a évoqué la question des squats en général, dont des squats de Roms et de réfugié-e-s. Se préoccupant aussi de l’avenir d’Izmir, il a alors demandé si des négociations étaient envisagées ou avaient été tentées avec les squatteurs/euses au lieu de les poursuivre en justice.

L’adjoint à l’urbanisme, Claude Marder, a répondu : « Depuis des années nous essayons de leur proposer un relogement. Il est impossible de négocier avec eux. » [2], quelle farce ! Nous n’avons jamais eu l’occasion de refuser des négociations, puisqu’on ne nous en a pas proposé ! En effet, la seule discussion que nous avons eu consistait en une proposition de la part de Monsieur Raspilair de la SEDL (Société d’Equipement De la Loire, société mixte gérant une part de l’histoire pour le compte de la mairie ?) : deux des squatteurs-euses sont allés au rendez-vous qu’il avait proposé et la seule chose concrète qu’il ait faite, au milieu d’un blabla politicard très habile (« oui je vous comprend, moi aussi j’ai été jeune, moi aussi j’ai été de gauche »), est de leur demander de quitter le squat sans faire d’histoires.

Les squatteurs, eux, lui ont dit que ce qu’ils désiraient bien entendu, c’était rester. Il a ajouté une petite proposition, assez perfide : nous pouvons vous aider financièrement pour louer un camion de déménagement et... pourquoi pas éventuellement payer la peinture dans votre nouveau logement. Généreux. Le dialogue n’est pas allé plus loin puisqu’il ne proposait rien. Puis M. Raspilair a dit qu’il rappellerait. Son secrétaire a rappelé plusieurs fois en se contentant de demander : « alors qu’est-ce que vous faites ? ». Nous avions déjà répondu lors de l’entretien : nous ne voulions pas partir, nous ne voulions pas abandonner un espace de vie et d’activités passionantes aussi facilement.

Voilà à quoi se résument les « années de tentatives vaines de négociations ». Facile de mentir lors d’un conseil municipal où les personnes concernées n’ont de toutes façon pas droità la parole. Après cet entretien, donc, nous n’avons plus eu aucune nouvelle directe de la mairie, ni de la SEDL. Ensuite nous avons eu des nouvelles indirectes : permis de démolir déposés en façade, annonce dans les réunions publiques et dans les journaux locaux que les bâtiments « insalubres » allaient être rasés sous peu et, chaque fois : pas une allusion au fait que l’un de ces bâtiments était un espace de vie et d’activités publiques, soutenu par de nombreux individus, associations et collectifs de la ville.

La société Epora, quant à elle (chargée de la démolition des bâtiments par la mairie) s’est ensuite permis de faire pénétrer au moyen de menaces illégales un technicien et une employée dans les locaux. Inquiet-e-s et ayant entendu dire que certains squats avaient été expulsé de manière peu légales nous avons nous mêmes écrit au maire pour lui demander ce qu’il en était, pour lui rappeler que nous existons et que nous connaissons nos droits (une expulsion doit obligatoirement passer par une décision du tribunal et les propriétaires n’ont pas le droit de faire tout ce qu’ils veulent du bâtiment) et que nous avons envie de rester dans les lieux. Seule réponse : « la mairie respecte la loi ». C’est déjà ça.
Depuis nous avons encore eu la joie de voir par exemple un technicien d’EDF envoyé pour couper les câbles en vue de la démolition : il n’était même pas prévenu que des gens vivaient là... alors que nous avons un contrat légal avec EDF depuis le départ !
Bref, la mairie continuait à faire comme si nous n’existions pas.

Le deuxième point particulièrement irritant évoqué lors de cette intervention au conseil municipal est la suspicion selon laquelle Izmir serait une sorte de « secte » [3] ! (Rappelons déjà que ce type de diffamation est grave et qu’on a vu des groupes assigner leurs diffamateurs en procès pour moins que ça.) Il est souvent assez facile pour décrédibiliser des projets collectifs de les traiter de sectaires, et ce type d’attaques est assez lâche à notre goût. Si Monsieur l’adjoint avait un minimum les pieds dans la réalité du quartier où est implanté Izmir, il saurait pertinemment que, si nous sommes loin d’être parfait-e-s, si nous éveillons de la méfiance et de l’incompréhension de la part de certaines personnes (avouons-le), nous avons aussi crée et entretenu de nombreux liens dans le quartier, en particulier avec les voisin-ne-s proches, et nous sommes implanté-e-s dans un riche réseau de collectifs, d’individus, d’associations, qui se bougent à leur manière pour rendre la vie et la ville moins moroses... Nous ne sommes peut-être pas ce que vous aimeriez que nous soyons, mais... sommes-nous une secte ? Venez discuter avec nous et osez donc le redire après. Et toc.

Nous ne sommes pas particulièrement déçu-e-s car nous savions déjà comment fonctionne CETTE démocratie. Cela nous confirme dans nos principes : nous agissons là où les problèmes, questions et envies émergent, pas dans des conseils représentatifs de rien du tout. Nous n’avons pas beaucoup plus de prétention que ça. Mais nous tenions absolument à exprimer, à notre manière, notre version face à des paroles mensongères. Nous tenions aussi à pointer du doigt ce qui se passe derrière les portes quasi closes de la « démocratie » municipale. Nous invitons d’ailleurs quiconque à aller voir comment se passe un conseil municipal, pour décider de soi-même si l’on peut vraiment laisser notre existence dans les mains de ces gens-là.

Enfin, ce n’est pas parce que nous parlons beaucoup d’Izmir ces temps-ci, parce que nous aimons cet endroit et ce projet et voulons le garder, que nous ne nous préoccupons pas de la politique générale de la municipalité, qui compte « éradiquer » les squats pendant l’été. Puisque vous tenez tant à reloger des gens, proposez le donc à des gens qui en ont envie et besoin. Il y en a tellement. Nous rappelons notre soutien aux personnes qui squattent, que ce soit pour se loger et/ou pour organiser des activités publiques ou disposer de locaux pour de multiples projets, que ce soient des étranger-e-s « en situation irrégulière » ou pas. Qui sont les plus légitimes : des gens qui ont besoin de locaux ou des propriétaires qui laissent des locaux à l’abandon ?!

Le collectif Izmir

[1pour plus d’infos sur Izmir, allez sur le site : http://izmir.squat.net ou passez nous voir au 3 rue de la sablière, derrière la CAF et la Comédie, nos locaux sont ouverts aux public les mercredi de 15 h à 20h.

[2Propos reportés ainsi dans La Tribune Le Progrès du 8 juin 2005.

[3Ces propos sont aussi reportés, dans le même article de La Tribune Le Progrès du 8 juin 2005.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "LOGEMENT - SQUAT "

Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

[Mézères, 43] Projection du documentaire Pied de biche

Le collectif Pied-de-Biche Marque-Page vous invite à la projection du film « Pied de biche », un documentaire sur les squatteurs.ses des Tanneries et du Quartier Libre des Lentillères (Dijon). Le dimanche 27 octobre à Mézères (43) à 15h30.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Réunion de rencontre avec Rhizomes, habitat collectif coopératif

Rhizomes habitat est un groupe anti-spéculatif, qui chercher à habiter un immeuble de manière locative, horizontale, sous la forme juridique ’coopérative d’habitant.es’. Venez nous rencontrer le jeudi 7 novembre à 18h !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Soirée projections du film « Pied de biche » et autre

Soirée projection au pied de biche autour de la vie en squat et du quartier libre des Lentillères à Dijon, en présence du réalisateur. Le samedi 21 septembre à partir de 20h30.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Chassées du parc Couriot par la Police le matin, les familles Rroms ont été « invitées » à y retourner

Les familles et individu.es qui campaient au Parc du puits Couriot se sont rassemblés hier devant la mairie pour protester contre leur expulsion indigne du Parc Couriot qu’elles occupaient, faute de mieux. Le soir même elles ont été « autorisés » à y revenir. Un rassemblement de soutien avait également été appelé.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


Informations globales   LOGEMENT - SQUAT

Nouvelle édition du « squat de A à Z »

La fameuse brochure écrite en 1999 et régulièrement mise à jour est LE texte de référence pour qui veut participer à l’ouverture de squats en France. Il vient d’être mis à jour pour intégrer notamment les nouveaux textes de loi français.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Avant l’été, communiqué du collectif des occupant’es de la Bourse et après

Trois mois après le début de la mobilisation pour venir en soutien aux migrant’es sans logement, le collectif fait le point sur la situation en ce début d’été.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Samedi dernier, une centaine de personnes marche pour l’acceuil et la solidarité avec les migrant’es

Ils étaient près d’une centaine le samedi 29 Juin à s’être réuni.e.s pour une marche solidaire devant la statue de la Liberté (à côté de Centre Deux à Saint-Étienne) symbole de liberté qui parle à quiconque à travers le monde.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Logement : pas de repos sur Les Lauriers

Si le rejet par le tribunal de l’expulsion de la Poste à Solaure a donné un peu de répit à ces personnes à qui l’on refuse l’accès à un logement, il n’en demeure pas moins qu’elles sont contraintes, ici comme ailleurs, de vivre dans un squatt. Rencontre avec un de ceux qui slaloment entre les squats, la rue et l’hébergement d’urgence (article paru initialement dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019).


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / REPRESSION - PRISON

Une expulsion rejetée comme une lettre à la poste

Le 14 mai, dans la boîte aux lettres de l’ancienne poste de Solaure est arrivé un courrier, plus précisément une requête cachetée du sceau de la commune de Saint-Étienne. La présente convoquait l’occupant officiel des lieux à une audience au tribunal administratif de Lyon le 24 mai 2019. Récit du procès.


Dans la thématique "SQUAT IZMIR (2003 - 2006) "

Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Un portrait de Synthé fait par une de ses marges

Si la municipalité et les autorités publiques imaginent une ville qui a souvent peu à voir avec la vie réelle de ses habitant’es, ce sont avant tout les activités et engagements de celleux-ci qui font de Saint-Étienne la Synthé qu’on connaît et dans laquelle on a envie d’habiter. Agnès, Jeannette et S., qui arpentent et font vivre les rues de Saint-Étienne depuis bien des années, nous livrent un aperçu du milieu associatif, informel et punk stéphanois et une analyse de l’évolution de la ville.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Un nouveau squat proche de chez vous

En plein cœur du (futur) quartier d’affaire. A l’ombre du chantier de la Cité Administrative. Une tâche sur la cravate du trader... Une brindille dans la roulette de la valise de l’homme d’affaire pressé qui cours pour choper son TGV...


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   LOGEMENT - SQUAT

L’émission radio NUméroZéro sur les squats à St Etienne

Cette fois, c’était une histoire et l’actualité de certains squats à st-étienne : Izmir, Rochetaillée, Le Frigo, La Poulaille, avec des interviews...


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   LOGEMENT - SQUAT

À propos de squats à saint-étienne

Émission du jeudi 3 avril 2008, en direct à midi et rediffusée à 17h sur Radio Dio 89.5FM à synthétienne et sur www.radiodio.org
Au menu :
comment squatter en France ?
Vite fait : l’histoire d’Izmir et du squat de l’avenue de Rochetaillée. Occupations, habitation, activités, expulsion... Occupations, habitation, activités, expulsion... Occupations, habitation, activités, expulsion...
Interviews d’habitant/e/s du Frigo et de La poulaille, lieux de vie et d’activités qui existent actuellement.
Nouvelles de centres sociaux à Barcelone


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Atelier vélo BICLOU

Biclou est de retour, après la pause imposée par l’expulsion d’izmir.
Desormais, tous les jeudi de 16h à 20h au 49 av de Rochetaillée, 42100 (st)-etienne


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MEMOIRE

Expulsion d’Izmir, lieu d’activités et d’habitation

Le squat Izmir, lieu d’activités et d’habitation dans le quartier Beaubrun à St-Etienne, ainsi que ses habitant-e-s, ont été expulsé-e-s mercredi matin (26 juillet 2006). Pour la ville de st-étienne et tou-te-s les « urbanistes bourgeois-es », c’est la poursuite normale des opérations urbaines, dont le but est d’embourgeoiser les quartiers environnant le centre ville, entraînant la disparition de quartiers populaires tels que Beaubrun. Mais pour beaucoup de gens, c’est la fin d’un projet riche, intense (parfois), qui a pu créer plein de rencontres, de moments de joie, de colère aussi, de débats enrichissants ou stériles, qui était une source d’informations peu disponibles ailleurs, et qui participait au maintien d’une « culture alternative » sur st-étienne.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / LOGEMENT - SQUAT

Le mer. 26 avril 2006 : película española (film espagnol) à izmir

Projection de Accion Mutante (Alex de la Iglesia, VOST), con discusión, comidas, bebidas (avec discussions, tapas et boisson). L’idée derrière ces soirées espagnoles est de permettre de pratiquer la langue espagnole dans un cadre convivial.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Soirée anti-nanotechnologies à IZMIR - Projection, débat le mercredi 8 mars à 20H.

Le 1er juin 2006 à Grenoble le Commissariat à l’énergie atomique et le techno-gratin inaugurent Minatec, « premier pôle européen de nanotechnologies ».
Nous ne voulons pas du nanomonde, avec ses nanoparticules toxiques, ses armes « intelligentes », ses organismes atomiquement modifiés (OAM), ses mouchards électroniques, son techno-contrôle permanent.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

[11.02.2006] Un p’tit restau du samedi midi à Izmir

De la bonne bouffe végétalienne, sans produit d’origine animale (viande, produits laitiers, ...), à prix libre, à partir de 12h30.
Où : izmir 3, rue de la sablière 42000 synthétienne [derrière la CAF et la comédie].


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Le p’tit resto du samedi midi en soutien à l’Action Mondiale des Peuples

Samedi 21 janvier 2006 à Izmir à partir de 12h30 : repas végétalien et convivial à prix libre. L’argent récupéré participera au financement des projets de l’Action Mondiale des Peuples (AMP).


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne  

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


MEMOIRE
Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »  

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rassemblement pour les personnes sans logement  

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui devrait incomber cette tâche restent - à une exception près - sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Détruire le capital : un combat vital  

L’heure n’est pas à une écologie de comptoir où on culpabiliserait ceux qui ne font pas le tri, l’heure est à une écologie radicale. On ne peut pas continuer dans un monde capitaliste, il faut s’attaquer aux racines du problème et arrêter de se contenter des guirlandes aux arbres. Continuer avec la surproduction, l’exploitation animale, à vivre dans la société du pétrole, c’est ne pas s’attaquer à la base du problème.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Taclons Puma - 2e round  

Journée d’Action Internationale contre le sponsoring de Puma organisée par le collectif stéphanois de soutien au peuple Palestinien‎.
BDS42 reprend du service mercredi prochain. Ce 16 octobre à partir de 16h30, place du peuple, nous organisons un rassemblement pour la seconde action internationale contre Puma et dans le but de dénoncer leur sponsoring de la fédération israélienne de football.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre  

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava  

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait rapide des soldats présents dans la région, le président de la Turquie Erdogan en a profité pour menacer d’une opération militaire. Opération lancée hier ; quatre villes subissent des bombardements aériens de l’armée turque. Le but pour Erdogan : éradiquer les forces kurdes et leurs alliéEs en place dans la région du Rojava et éradiquer toute velléité d’émancipation des peuples. Le peuple kurde du Rojava lance un appel à la mobilisation.


ANTIFASCISME
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos  

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


REPRESSION - PRISON
[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées  

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


GENRE - FEMINISME
[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019  

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


REPRESSION - PRISON
IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019  

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Agression raciste de la part de la police stéphanoise  

Un habitant de la ville a envoyé son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !