Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

« Mais il est où ce contrat ? On se disperse et on se retrouve ! » Sainté, sixième acte.




Récit de la manifestation des gilets jaunes du 22 décembre à Saint-Étienne.


13h : le rendez-vous hebdomadaire est cette fois donné sur le parking du Zénith. Toujours plus loin du « cœur de ville » perdriesque. Quand on arrive, un petit groupe de gilets jaunes est perplexe « qu’est ce qu’on fait ici ? Moi je ne le vois pas aujourd’hui celui qui a lancé cette idée ! ». Grosse ambiance ...

14h : On décolle en direction de Carnot. Les flics bloquent le cortège mais celui-ci ne s’en soucie pas vraiment. On les longe et on emprunte la rue Pierre Dupont en direction de Châteaucreux. Des groupes de flics bloquent chacun des passages vers le Crêt de Roc. Au croisement de la rue de Treyve, on passe devant une bonne bande organisée de flics nationaux : 6 voitures et un camion. Mais quand le début du cortège est déjà bien avancé, l’arrière l’appelle à faire demi-tour. La plus grande partie des flics a décampé. Il ne reste plus qu’une poignée (de municipaux ?). La foule scande : « laissez passer ! ». Quelques un.e.s cherchent à négocier, les mains levées. Contre toute attente, les keufs ne font pas opposition quand le cortège s’engouffre dans la rue. Quelques mètres plus loin, des nationaux bien plus équipés bloquent la voie. La stratégie victorieuse est retentée pendant plusieurs minutes. Sans succès. Alors une personne propose « tant pis, on recule », une autre répond « y’en a marre de reculer toutes les semaines, on avance ! ». Mais les flics se font menaçants. On réfléchit. On discute. On improvise. Certain.e.s profitent d’une brèche dans une barrière pour monter sur les voies du train. Après plusieurs minutes à hésiter entre forcer le passage, reculer, passer par les rails direction Carnot ou Châteaucreux, une autre stratégie fait sa place. « On enlève tous nos gilets jaunes, on se disperse et on se retrouve à la préfecture ! ». Tout le monde reprend l’idée qui sonne comme une mesure de sécurité : « Enlevez vos gilets jaunes ! Enlevez vos gilets jaunes ! ». On y croit à moitié mais on suit le mouvement.
Bizarrement, l’accès vers Carnot n’est plus bloqué par les flics. Mais difficile de se disperser dans un trajet si linéaire. Dur de se disperser à Sainté ?! Pas grave, on avance par groupes dans la grand’rue et les 4 parallèles les plus proches. Pas de keufs en vue avant les voies d’accès à la Préfecture.

15h : Les gilets jaunes réapparaissent place Jean Jaurès, sur la voie du tram. Moment de retrouvailles en plein centre de Sainté. On discute et on fume des clopes au milieu des flics un peu dispersés sur la grande place.

15h10 : « On va à Jacquard ». C’est parti par la rue de la résistance. « Mais Jacquard c’est pas par là ! ». Tant pis, on avance, pétards et « Macron démission » en bande son.
Petite pause fumigènes sur la Place du Peuple et on repart. Les magasins ferment leur rideau à notre passage. Environ 2000 personnes marchent dans la grande rue.

15h45 : Les flics nous attendent à Centre Deux et n’ont pas l’intention de nous laisser y entrer, même pas pour piller des lunettes de piscine. Leur chef nous parle « Reculez ! Respectez la distance de sécurité ! » puis « Merci de respecter le contrat ». Les gilets jaunes qui arrivent à entendre le mégaphone pérave se demandent : « Tu as signé un contrat toi ? », « Mais il est où ce contrat ? ».
Mains levées, les leaders du pacifisme cherchent à parlementer avec les keufs impassibles.
La marseillaise est entonnée. Difficile de dire si c’est la 2e étoile sur le maillot de M’Bappé ou l’éducation massive au chant guerrier qui lui donne un tel attrait en ce moment.
Un type propose de se mettre à genoux, mains derrière le crâne « parce qu’on est pris en otage ». Un autre lui répond « ça va pas, je ne vais pas me mettre à genoux devant ces chiens, c’est à eux de se mettre à genoux ! ».
Difficile de rester patient.e.s. Une bouteille en plastique et une pierre vole. Tollé des ayatollahs du pacifisme : « On ne jette rien ! ». Un mégaphone fait son apparition et son propriétaire d’usage tente de nous convaincre « Aujourd’hui on va leur montrer qu’on est plus intelligents qu’eux. On retourne à la Préfecture ! ». Comme c’est souvent celle ou celui qui parle le plus fort qui décide, la foule fait demi-tour. On nous balade.
Au passage, un groupe commence à chercher celui qui a lancé un projectile : « C’est lui ! » pour le menacer acerbement (pacifiquement ?) de ne pas recommencer. Quand d’autres s’interposent (« On n’est pas des balances »), le groupe se justifie « on est devant, il nous met en danger », « qu’il aille devant, jeter des objets les yeux dans les yeux des CRS ». Comme si le mélange des modes d’actions n’avait pas son intérêt...
On marche donc, à pas pressés jusqu’à la Place du Peuple. Un groupe prend à droite direction Châteaucreux, un autre passe par les petites rues commerçantes et longe le marché de noël (on a beaucoup aimé le regard inquiet des vigiles suivi de leur sourire rassuré) jusqu’aux marches de l’hôtel de ville. On se demande à combien nous pourrions nous installer à l’intérieur avant de reporter le projet et de rejoindre une autre partie du cortège devant la préfecture.

16h45 : Nouveau face à face avec les gugusses armés. Beaucoup plus rapproché. A quelques mètres, un cordon de Bacqueux attendent, cerflex à la main. Le pacifisme, toujours mains levées, passe à l’action (c’est à ne plus rien y comprendre. C’est finalement des casseurs eux aussi ?).
Les plus avancés parlent avec la milice d’État et proposent d’avancer doucement. Doucement mais avec une légère insistance. Les flics bloquent puis frappent. On pousse plus fort et à plus nombreu.ses.x. Les gazeuses à mains sont utilisées et rapidement des grenades volent, rebondissent dans les arbres et tombent dans les pieds. On entend les balles de flashball ricocher sur les corps et le mobilier urbain qui sert de protection précaire.
Les flics passent en mode guerre. Ils courent. Ils tirent. Ils chargent. De la préfecture à la Place du Peuple, le centre-ville est rapidement dans le brouillard. Les badauds, attrapent leurs enfants et courent dans les rues. Des petits en pleine séance de patinoire se font gazer. On entend un mélange de « C’est eux les casseurs ? » et de « Il faut filmer pour dénoncer ce que fait l’Etat ! », sacs de courses à la main. Les keufs poussent tout le monde jusqu’à la Place du Peuple, puis au-delà. Ils dégagent tout le monde des rues adjacentes.
Puis c’est la course au chiffre et à l’arrestation sommaire. Des camions de nationaux roulent à toute allure, portes ouvertes, puis freinent fortement à l’approche d’un groupe pour laisser les robocops les poursuivre. D’autres rouleront plus doucement dans la grande rue encore très fréquentée. Ils interpellent les passants au faciès. Ça grouille de bleus. Bonnes fêtes.

Premier bilan de la journée :
2 bouteilles en plastiques et 3 pierres lancées. 1 poubelle brûlée. 0 vitrine cassée.
Des blessés. Des arrestations. Pas encore de lieu occupé en centre-ville.
Noël aura lieu. On annule 2019 ?

En parallèle, d’autres actions avaient lieu dans la Loire, notamment le blocage de l’A47.

Rappel des épisodes précédents à Saint-Étienne :
- Acte III
- Acte IV
- Acte V



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XII

Manifestation samedi 2 février, 13h au départ du rond-point de Monthieu et 14h place du Peuple. « Nuit jaune » à 20h place Jean Jaurès.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte VIII : récit en images

Plus de 1000 manifestants encore dans les rues de Saint-Étienne pour cette acte VIII des gilets jaunes. Comme dans toute la France, la mobilisation ne désemplie pas à Saint-Étienne et dans la Loire. Et, comme le veut la tradition depuis deux mois, la manifestation s’est terminée sous les gaz, les pluies de tirs de flashball et les charges brutales de la police, entraînant son lot de blessé.es et d’arrestations. Récit rapide et en image.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte V : tout Sainté ou rien. Récit de la manif du 15 décembre

15 Décembre 2018 : un samedi festif et revendicatif.
Récit subjectif de quelques personnes ayant vécues l’acte V stéphanois, du rond-point de Monthieu au Soleil, via jules Janin.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte IV : Sainté scintille

Acte IV de la manifestation des gilets jaunes à Sainté. Des gilets jaunes, des sans-gilets et beaucoup de rage. Cinq mille personnes arpentent le centre-ville. Récit à chaud d’une journée de mobilisation par des Stéphanois-e-s.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Retour sur la manif des gilets jaunes du 1er décembre à Saint-Étienne

Quelques lecteur.rice.s du Numéro Zéro nous ont fait parvenir ce récit qui revient sur ce qu’il s’est passé samedi après-midi dans les rues de Sainté. Nous sommes toujours à la recherche d’autres écrits, témoignages, prises de position pour alimenter cet article, tenter d’y voir plus clair, alimenter nos réflexions.



Dans la thématique "MOUVEMENT GILETS JAUNES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne

« Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1er mai sera l’expression annuelle de ces revendications. » – Rosa Luxembourg. Soyons toutes et tous déterminé-e-s pour un 1er mai de lutte ! Rendez-vous à 10h à la bourse du travail de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Gilets jaunes acte XXIII : charges, balayettes et interpellations

Intervention rapide, violente et perfide de la Police samedi à la fin de l’acte XXIII des gilets jaunes. Quatre personnes ont été arrêtées en plein milieu du cortège : gardes à vue et de la détention provisoire pour l’une d’entre elles.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Rencontre-débat avec le collectif Désarmons-les (contre les violences d’État)

Samedi 27 avril à l’Amicale de La Richelandière à 18h30.
Une personne du collectif viendra présenter leurs actions et animer un débat sur les violences de la Police. Ils nous visent, défendons-nous !


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Huit mois ferme pour un gilet jaune suite à la manifestation du 30 mars

Mercredi 2 avril. Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne. Nouvelle audience, même comédie : une cour aux ordres du parquet, une justice de classe qui fait le taf. Et qui donne les mêmes leçons de morale, par-dessus le marché : « Monsieur J. a participé à un phénomène de débordement. Il est adulte et il n’a pas joué son rôle d’adulte » (M. Le Procureur).


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XXI

Samedi 6 avril à 13h au départ de Monthieu et à 14h place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Carnaval de l’acte XX : nous partîmes 2000...

Ce samedi, dans une ambiance de black-out (au moins une dizaine de personnes arrêté’es de façon préventive, tous les magasins du centre fermés et sur-protégés, Verney-Carron « barricadé » dans son usine de mort, etc), le carnaval de l’inutile rejoint l’appel régional des gilets jaunes. Malgré les préventions de la préfecture, ce sont près de 7000 personnes qui défilent dans les rues de Saint Etienne, dans le centre, dans les quartiers populaires, sur le boulevard urbain.
Applaudissements, musiques et gaz lacrymogène, récit à quelques mains d’une journée bigarrée et radicale.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS

Le Déchaîné n°7 - Journal de gilets jaunes de Monthieu - est sorti !

Le septième numéro du célébrissime et incontournable journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé ! Disponible dans des bars de la ville et au rond-point (lors d’actions ou quand il sera réoccupé), il est aussi téléchargeable ici.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XIX

Rendez-vous samedi 23 mars à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 6 mars à Saint-Étienne

« Il faut croire que le mouvement des gilets jaunes aura permis à des délinquants qui s’ignorent de se révéler. » Madame la procureure, mercredi 6 mars, palais de l’injustice de Saint-Étienne.


Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Grève et journée d’action le jeudi 9 mai

Appel à la grève et journée de mobilisation jeudi 9 mai contre la casse du service public, les réformes Blanquer, la politique du gouvernement. l’Intersyndicale appelle à une manifestation à 10h au départ de la Bourse du travail.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MOBILISATIONS - LUTTES

Déambulation festive contre SERENICITY & Cie

Associons-nous pour contrer les dérives sécuritaires, et refusons le dogme de la ville connectée et déshumanisée. Nos quartiers ne sont pas des laboratoires !
Déambulation festive le samedi 11 mai.
RDV à 13 heures sur la passerelle du puits COURIOT.
Venez nombreux.ses avec percussions et casseroles.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Pique-nique mercredi 1er mai

Rendez-vous après la manif de mercredi 1er mai pour un pique-nique à 12h30 au parc de la place Albert Thomas
Apportez vos plats à partager, des jeux d’extérieur, vos boules de pétanque et traînons ensemble pour continuer de célébrer le 1er mai en papotant et jouant !


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Center Parcs de Roybon, rassemblement mardi 30 avril à Lyon

La saison IV de la saga Game Of Troncs s’annonce riche en péripéties. Pour la 4e fois en 5 ans, la justice doit statuer sur le projet de Center Parcs de Roybon en Isère. Après de nombreuses décisions de justice défavorables au Préfet comme à la multinationale du tourisme « Pierre et Vacances » (P&V), le Conseil d’État a invalidé en novembre 2018 (sur la forme) la décision de la Cour d’Appel Administrative de Lyon qui avait confirmé l’illégalité de l’arrêté préfectoral permettant la destruction des zones humides de Roybon. Le cas est donc rejugé en appel, mardi 30 avril à partir de 14 heures à la cour administrative d’appel de Lyon, 184 rue Duguesclin, 69003 Lyon.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Université, mai 1968 – avril 2019 : d’une occupation à une autre

61 ans. La durée qui sépare la brève occupation (une trentaine d’heures) d’un bâtiment de l’université Jean Monnet qui s’est achevée il y a huit jours et l’occupation de la fac qui s’était déroulée en mai-juin 1968 (une trentaine... de journées). Couac vous propose de vous replonger dans l’épisode de mai-juin 1968 avec un article paru dans sa version papier au printemps 2018.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Traces des expulsions successives à Saint-Étienne (bourse et fac)

Récolte, recueil, archivage des enregistrements en tous genre : photos, vidéos, audio.... réalisées lors de ces derniers jours à Saint-Étienne.
Recherches des « traces » numériques des deux expulsions ayant eu lieu vendredi et dimanche à Saint-Étienne, révélant l’acharnement et la mobilisation policière contre cette réponse à la saturation des services sociaux que fut l’occupation de la bourse du travail et puis d’un bâtiment de la fac.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

P’tit resto pour « Let’s boum Clap ! »

C’est samedi le p’tit resto de la Gueule Noire. Et ce mois-ci, c’est en soutien à Let’s Boum Clap, le groupe de percussion qui fera boumer nos manifs !


National   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à manifester contre les frontières, à Montgenèvre et dans toutes les villes

A la frontière comme ailleurs, luttons contre les politiques migratoires.
Organise ta manif dans ta ville ou rejoins-nous sur le col de Montgenèvre le 20 avril à 11h.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Pour un logement digne pour toutes et tous : rassemblement !

Avec le printemps revient la vague des expulsions, qui vient, cette année encore, de mettre à la rue violemment une centaine de personnes. Un collectif d’associations et de personnes solidaires se mobilise depuis quelques semaines pour aider ces personnes et rappeler aux pouvoirs publics leur devoir de mise à l’abri.
Mercredi 3 avril à 15h30 place de l’hôtel de ville, soyons nombreureuses et motivé’es pour affirmer publiquement ce qui nous rendrait « fièr·es d’être stéphanois·es » : acceuil et solidarité !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Occupation de la Bourse du travail par des personnes sans hébergement et leurs soutiens

Suite à la fin de fin de la trêve hivernale et l’expulsion violente de squats de migrant·es, de nombreuses personnes (dont des personnes malades et des enfants en bas âge) sont aujourd’hui sans aucune solution de relogement. Face à cette situation insupportable, une poignée d’associatifs et de citoyen·nes mobilisé·es ont décidé d’occuper la Bourse du travail de Saint-Étienne ce lundi 1er avril.
Retrouver dans cet article tous les textes qui ont été publié sur notre site

Mise à jour :


A la une...

MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


ANTIFASCISME
L’extrême droite italienne fixe un prix à la mort  

Alors que pas moins de 2 260 migrants ont péri l’an passé en tentant de traverser la Méditerranée, le gouvernement italien à l’initiative de Salvini ne trouve rien de mieux qu’annoncer un projet de loi toujours plus hostile à l’immigration. Si la loi n’est pas encore mise en place, il est important de lutter dès maintenant contre ce projet et toute autre dérive fasciste !


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.