Opinions   MOBILISATIONS - LUTTES

Nous ne voulons pas l’ersatz et la migraine !




De quelques considérations, dans lesquelles nous ne communiquerons pas sur la pseudo-violences de quelques manifestants lors de la manifestation parisienne du 14 juin 2016, mais où nous essaierons de contribuer modestement à la lutte en cours.


Une conscience sans scandale est une conscience aliénée.
G. Bataille, La littérature et le mal.

Nos seules manifestations, restant rares et brèves dans les premières années, voulaient être complètement inacceptables ; d’abord surtout par leur forme et plus tard, s’approfondissant, surtout par leur contenu.
G. Debord, Panégyrique

Exorde

Le haut degré de séparation/division entre les individus et l’objet de leurs "activités", entre les individus et la nature, et bien sûr entre les individus eux-mêmes, que les divers dispositifs de la domination marchande n’ont cessé d’imposer toujours plus profondément depuis plus de deux siècles, a commencé de vaciller ici et maintenant sur ses bases. La lutte "sociale" qui a débuté en France voici environ trois mois - et dont nous pouvons dire qu’elle s’inscrit, au moins partiellement, dans la continuité de celle qui en Grèce commença dans le courant de l’année 2009 [1] - a d’ores et déjà en effet permis de rompre, quoique imparfaitement, avec un train-train quotidien mortifère où l’isolement de chacun ne l’enviait jamais en rien à la misère de cette survie qui, à peine assurée, était toujours de plus en plus connue de presque tous. Partout là où ne subsistait plus il y a peu qu’un sommeil peu reposant – tant il est vrai que le repos lui-même n’était plus guère consenti qu’à crédit -, reparaissent aujourd’hui la libre palabre et les débordements vitaux de la révolte. Mais qu’un tel mouvement ait de quoi nous réjouir ne doit pas nous dispenser d’en observer en sus les limites et les failles ; la révolte n’est pas la révolution, moins encore l’assurance de sa victoire.

Nuit Debout

Ainsi avons-nous pu constater deux fâcheuses tendances lors des rassemblements dits de "Nuit Debout", deux fâcheuses tendances qui, à dire vrai, diffèrent bien plus quantitativement que qualitativement, puisqu’il est patent que si l’une apparaît le plus souvent à chaque fois qu’une grande quantité de personnes sont rassemblées, l’autre au contraire n’apparaît qu’au sein de réunions dont les participants vont s’avérer peu nombreux et, conséquemment, peu visibles.
La première tendance, qui consiste donc à multiplier inlassablement les assemblées générales et les votes, conduit nécessairement à reproduire ce qu’elle prétendait d’abord critiquer, en ceci qu’elle ne fait de toutes façons d’emblée qu’en reprendre les dispositifs pseudo-démocratiques réellement aliénés. Le vote, en effet, au contraire de la libre palabre évoquée ci-dessus, contraint souvent à des prises de décisions qui n’avaient rien d’indispensables et qui, de ce seul fait justement qu’elles n’étaient pas indispensables, s’avèrent fréquemment provoquer, à plus ou moins long terme, de la division ; laquelle division ne manquera pas bientôt de recréer les vieux clivages politiques nés de la falsification spectaculaire marchande.
De son côté, l’assemblée générale – qu’elle soit suivie d’un vote ou non -, d’être toujours déjà en elle-même une succession de courtes paroles écoutées sans répliques possibles ou presque, ne peut que finir en dernière analyse par générer chez la plupart des participants un ennui tel que l’épuisement ne tardera pas de les
gagner bientôt. Comment, d’ailleurs, se pourrait-il qu’il en soit autrement pour des populations déjà si fatiguées par le système électif officiel qu’elles en sont heureusement venues à s’abstenir majoritairement d’aller aux urnes. Bref, à plus ou moins longue échéance, la forme "assemblée générale/vote" ne peut que finir par se coaguler en puissance abstraite-séparée répondant aux intérêts des quelques-uns sur place qui auront su, plus ou moins consciemment, faire accroire l’universalité de ces intérêts, ou défaire le mouvement en le replongeant dans le néant duquel il avait émergé.
La seconde tendance, qui n’exclut pas entièrement la première en tant au moins qu’elle ne s’affranchit pas toujours non plus du dispositif de la votation [2], a toutefois de particulier ceci qu’elle s’apparente bien plutôt à des réunions "d’alcooliques anonymes" qu’à celle de conseils ouvriers ou de comités révolutionnaires. Non point fort heureusement qu’on s’y abstienne de boire pour y évoquer ses déboires avec la rinçonnette, mais on y expose à tour de rôle si volontiers ses névroses et indignations sui generis que parler là de simples conciliabules de « névrotiques anonymes » ne semble en rien outrancier. Or, quel que puisse être l’intérêt, parfois indéniable au sein d’un groupe et pour le groupe, de tels relations innervées de soi, l’expérience montre aussi combien de leur fastidiosité ne se dégage la plupart du temps que des silences gênés ; iceux silences ne manquent jamais de reléguer les meilleures aspirations révolutionnaires au mauvais rang de château en Espagne. En sorte qu’on n’aura toujours bientôt là encore d’autres choix que celui de retourner à la gestion neurasthénique de son frêle oikos, ou de se subsumer à nouveau sous une représentation séparée-abstraite. Et, tandis que la première tendance des « Nuit-Debout » permet au moins d’espérer générer l’existence d’un nouveau parti politique – cette coagulation en puissance abstraite-séparée répondant aux intérêts des quelques-uns sur place qui auront su, plus ou moins consciemment, faire accroire l’universalité de ces intérêts, tel que Syriza en Grèce ou Podemos en Espagne -, on n’aura ici d’autre espace politique où réassigner sa voix que sur l’un d’entre ceux qui font d’emblée partie de l’infrastructure marchande : le mélanchonisme, qui prépare, au cas où et comme ses coreligionnaires de Grèce et d’Espagne, la contre-révolution, risque fort en France de tirer dès lors son épingle du jeu.

Syndicalisme

Qui, cependant, continue de ne pas déposer son être sur le fond rogue d’un parti, trouve souvent, sur le chemin de sa révolte actuelle, divers syndicats l’invitant à se joindre à eux pour défendre ce qu’il est convenu d’appeler « les acquis sociaux » ou, selon une mode récente, « les conquis sociaux ». Mais - ainsi que nous l’avons déjà dit ailleurs - à quelques exceptions près, le syndicalisme, qui a toujours pris l’apparence de qui vise à améliorer la vie quotidienne, n’a réellement toujours déjà pour objet que le maintien de l’ordre existant ; la défense éternelle des « acquis » ou « conquis sociaux » ne dit d’ailleurs jamais rien d’autre que : ce qui existe hic et nunc est bon, ce qui est bon existe hic et nunc ! En quoi le « there is no alternative » thatchérien ne serait pas loin, si n’était qu’il a toujours bien plus tâché d’atteindre à un ordre social existant augmenté [3] plutôt que seulement stabilisé. Quoi qu’il en soit, la limite essentielle, à nos yeux, des syndicats, tient donc à ceci que l’idée de révolution leur est presque absolument étrangère [4], et ce d’autant plus que leur structure interne, généralement proche de celle des partis politiques dits représentatifs, les invite à travailler d’abord comme ces derniers à maintenir leur propre existence, quitte à agir au contraire des intérêts de leurs adhérents. Un syndicat, toutefois, ne trahit pas plus ses militants et sympathisants qu’un parti ses partisans et électeurs ; il est dans la nature même de tout organe hiérarchisé d’œuvrer prioritairement en faveur de sa hiérarchie. C’est pourquoi dans la lutte en cours il s’agit selon nous de ne s’associer aux syndicats qu’avec parcimonie, lors des quelques moments où les intérêts des comités autonomes – lesquels devront toujours être anti-hiérarchiques dans leur forme comme dans leur contenu – se croisent avec les leurs.

Ne pas se diviser dans la bataille contre la domination ne signifie pas qu’il faille consentir à toute la vile industrie de tous ses ersatz, sans quoi nos lendemains risquent une fois encore d’être faits de migraines.
Et c’est justement ce à quoi répond notre soi-disant violence qui, pour autant qu’elle ne veut plus du monde renversé n’en veut ni l’ersatz ni la migraine. Le pouvoir n’est pas à prendre, il est à détruire !

À bas le travail
À bas l’argent
À bas l’Empire-marchand
VIVE LA COMMUNE

Comité A.E.C, le 15 juin 2016

[1Que l’amorce de cette lutte fût bientôt l’occupation de quelques places publiques en témoigne suffisamment - Voir à cet égard notre texte La contre-insurrection qui vient, modestes propos sur la situation grecque. (http://ecœuretcuisine.canalblog.com/archives/2015/05/04/31999592.html#
comments
)

[2Votation ici plus dénuée encore de tout impact concret, pratique, tant le petit nombre de participants la voue aussitôt à sombrer dans le néant de la parole en l’air, où seule l’autosatisfaction d’avoir apparemment su décidé de quelque-chose – mais quoi – autorisera enfin chacun à retourner souriant à la gestion de son oikos intime.

[3Nous parlons ici « d’ordre...augmenté » comme on parle ailleurs, chez les imbéciles transhumanistes pour être précis, « d’Homme augmenté ».

[4Que la plupart des syndicats soient pour une bonne part financés par l’État en dit suffisamment long sur ce point.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "LOI TRAVAIL (2017 - 2018) "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Septembre, rentrée de (la lutte des) classes !

Suivi de la mobilisation contre la loi Travail et son monde, à Sainté
La loi travail a suscité plus de 4 mois de contestations déterminées dans la rue, Manuel Valls et son gouvernement nous l’ont imposée en utilisant une troisième fois (!) l’article 49.3 pour passer en force. Sur Saint-Étienne, comme partout ailleurs en France, nous avons bien senti que nous sommes dans un bras de fer contre le pouvoir, qui mobilise bien au-delà de la question de ce texte de loi. Partout les énergies combattantes s’organisent pour une rentrée... chaude ! Pour un printemps de lutte sans fin, mobilisons-nous ensemble.
Dernière MàJ : 16/09/2016 à 11h


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Un procès politique... et la répression contre un militant

Actions contre la « loi travail »
Le 6 septembre dernier, le Tribunal de grande instance de Saint Étienne a rendu son délibéré pour le jugement de Martin, un camarade inculpé pour de prétendues « violences sur policiers ».


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Non au procès politique

Non au procès politique ! Nous soutenons les jeunes poursuivis pour les actions contre la « Loi Travail » à St-Etienne.


National   GENRE - FEMINISME / REPRESSION - PRISON

Liberté pour Kara Wild !

Kara Wild est une artiste, une camarade et une force de la nature résistante, étant actuellement détenue en France pour sa participation supposée à une manifestation contre des réformes draconiennes concernant le travail « Loi Travail » et la répression policière. Elle est une femme trans et est actuellement détenue dans une prison pour hommes et n’a pas accès à des hormones. Elle est également une citoyenne des états-unis et son transfert à été refusé parce que les autorités françaises pensent qu’elle pourrait tenter une évasion lors de celui-ci.


A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES

Quelques propositions pour s’opposer à la Loi « Travaille ! » cet été

Avec l’arrivée de l’été, la répression systématique des manifs et le passage en force à coups de 49-3, le gouvernement pense se mettre à l’abri de la contestation. Il est déjà certain qu’elle recommencera en septembre. D’ici là, six propositions (non-exhaustives) pour que la pause estivale n’ait pas lieu.
Article complet à lire sur Rebellyon.info


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Suivi de la mobilisation contre la loi Travail et son monde, à Sainté

Une loi dont 70% des personnes interrogées ne veulent pas, qui a suscité plus de 4 mois de contestations déterminées dans la rue et dont l’assemblée nationale voudrait pouvoir débattre, voila ce que Manuel Valls et son gouvernement veulent nous imposer en utilisant une troisième fois (!) l’article 49.3 de la constitution pour le faire passer en force. Sur Saint-Étienne, comme partout ailleurs en France, il apparaît clairement que nous sommes dans un bras de fer qui mobilise au delà de la question de ce texte de loi.


National   MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement-casseroles contre la loi travail (et son monde)

Nous lançons un appel à l’ensemble des habitant-e-s de ce pays à se rassembler tous les vendredis devant les mairies de nos villes, de nos villages et de nos quartiers. Avec des casseroles pour se faire entendre, avec des victuailles pour pique-niquer, montrons notre refus, continuons la lutte  ! Informons, discutons : du mouvement social, de la loi travail, de ce qui se passe actuellement. Rencontrons-nous !


National   MOBILISATIONS - LUTTES

Dès le 5 juillet, colorons tout !

Le 5 juillet 2016, reprenons notre droit de manifester, déclarons la guerre des couleurs.
Amenez vos pigments/peintures et faisons exploser nos couleurs à partir de 15h36.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Vidéo de moments choisis

La lutte contre la loi travail et son monde, à Sainté, depuis son début... En vidéo (un peu hachée !) avec des moments des différentes manifs.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Foot de rue, contre l’UEFA, contre la Loi Travail

RDV Place du Peuple, Samedi 25 juin 2016 à 16h
Nous relayons ici le message reçu d’une mystérieuse organisation, le FFRAP (Front des Footballeur-euses Radicalement Anticapitalistes et Populaires).


Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Grève des jeunes pour le climat

Suite à l’appel internationale à la grève pour le climat le 15 mars 2019 les lycéen.ne.s et étudiant.e.s de Saint-Étienne s’organisent pour créer une mobilisation, en coordination inter-établissements !
Plusieurs actions symboliques et/ou de désobéissances civiles sont déjà prévues. Alors venez nombreux et plus déterminé.e.s que jamais !


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Assemblée générale pour le climat

Assemblée Générale à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne Mardi 5 mars en Amphi E01 à 18h30, pour préparer la grève des jeunes pour le climat du 15 mars.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Mobilisation solidarité avec les inculpé.e.s 42 de la loi travail

Le comité de soutien des inculpés du mouvement contre la loi Travail dans la Loire appelle à une Manifestation jeudi 7 mars 2019 à 11h30 devant la Bourse du Travail de Saint-Étienne suivi d’un rassemblement le même jour devant le TGI de Saint-Étienne à 13h.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation Gilets Jaunes Actes XVI

Pour se donner la patate avant l’acte XVI des gilets Jaunes on retranscrit ici l’édito du numéro 2 de « Jaune, le canard pour gagner » qui ne promet pas des lendemains qui chantent mais reste très optimiste. « Allons jusqu’au bout de nos ambitions, elles sont belles, elles sont à la hauteur des efforts que nous déployons. »


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Pour que l’université reste accessible à tous !

Après une mobilisation fin janvier, des syndicats étudiants et enseignants de l’Université Jean Monnet appellent à un rassemblement le vendredi 1er mars 10h30 devant le site Tréfilerie de l’Université Jean Monnet. Leur communiqué est reproduit ici.


National   MOBILISATIONS - LUTTES

Appel national à perturber la justice quotidienne

Nous faisons suivre cet Appel national à perturber la justice quotidienne le mardi 5 mars 2019 lancé par l’assemblée du Mas d’Azil (Ariège) - avec ou sans gilets jaunes.
« Amnistie pour toutes les personnes inculpées du mouvement social ! Solidarité avec toutes les prisonnières et tous les prisonniers ! »
L’assemblée du Mas d’Azil (avec ou sans gilet jaune)


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XV

Manifestation des gilets jaunes pour l’acte XV. Rendez-vous à 13 h à Monthieu et à 14 h place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Sainté acte XIV : 3000 gilets jaunes envahissent l’autoroute !

Encore beaucoup de monde samedi dans les rues de Saint-Étienne. Une fois n’est pas coutume, le cortège ne s’est pas éternisé en centre-ville pour investir la RN 88 pendant plusieurs heures.


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   GENRE - FEMINISME / MOBILISATIONS - LUTTES

2 Poils dans la Soupe Festival

Pour un 8 mars 2019 féministe et anticapitaliste !
C’est la deuxième édition du festival « Un poil dans la soupe » organisée par les Sampianes, qui a lieu autour du 8 mars : Journée internationale des luttes des femmes. Cette année on vous propose des activités féministes variées dans différents lieux de Sainté pour se rencontrer, échanger, apprendre, se renforcer, créer des solidarités et se marrer.


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / MOBILISATIONS - LUTTES

Le Déchaîné n°6 - Journal de gilets jaunes de Monthieu

Le sixième numéro du désormais mythique journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé. Disponible directement au rond-point et dans les bars de la ville, il est aussi téléchargeable ici.


A la une...

RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Pourquoi s’intéresser à la Palestine aujourd’hui ?  

En dépit de la lutte légitime contre l’injustice faite aux Palestiniens depuis plus d’un siècle, être un militant engagé en faveur des droits des Palestiniens est entaché d’une suspicion d’antisémitisme. Vraisemblablement la faute à une intense propagande sioniste et israélienne. Dans cet article, on explique pourquoi l’engagement en faveur des Palestiniens est plus important que jamais. En raison de la responsabilité européenne historique dans l’émergence du sionisme d’abord ; parce que le sionisme est un projet national-colonial d’essence raciste ensuite ; et enfin parce que la dérive nationaliste en Israël est à l’origine d’une intense propagande qui s’inscrit dans une logique de choc des civilisations et qui produit un durcissement des rapports inter-ethniques en particulier, à un niveau mondial. Ce dernier point ne présage rien de bon.


MEMOIRE
Université, mai 1968 – avril 2019 : d’une occupation à une autre  

61 ans. La durée qui sépare la brève occupation (une trentaine d’heures) d’un bâtiment de l’université Jean Monnet qui s’est achevée il y a huit jours et l’occupation de la fac qui s’était déroulée en mai-juin 1968 (une trentaine... de journées). Couac vous propose de vous replonger dans l’épisode de mai-juin 1968 avec un article paru dans sa version papier au printemps 2018.


REPRESSION - PRISON
Gilets jaunes acte XXIII : charges, balayettes et interpellations  

Intervention rapide, violente et perfide de la Police samedi à la fin de l’acte XXIII des gilets jaunes. Quatre personnes ont été arrêtées en plein milieu du cortège : gardes à vue et de la détention provisoire pour l’une d’entre elles.


DROITS SOCIAUX - SANTE
[Audio] Expulsions et petits calculs cyniques... Logement pour tout’es à Sainté, l’argent est là !  

Alors que les personnes sans-abri dorment toujours temporairement dans les vestiaires de la piscine de la Talaudière, un petit calcul s’impose. Que faire des millions d’économie suite à l’abandon du projet d’autoroute A45 ? C’est édifiant.


REPRESSION - PRISON
Rencontre-débat avec le collectif Désarmons-les (contre les violences d’État)  

Samedi 27 avril à l’Amicale de La Richelandière à 18h30.
Une personne du collectif viendra présenter leurs actions et animer un débat sur les violences de la Police. Ils nous visent, défendons-nous !


LOGEMENT - SQUAT
Traces des expulsions successives à Saint-Étienne (bourse et fac)  

Récolte, recueil, archivage des enregistrements en tous genre : photos, vidéos, audio.... réalisées lors de ces derniers jours à Saint-Étienne.
Recherches des « traces » numériques des deux expulsions ayant eu lieu vendredi et dimanche à Saint-Étienne, révélant l’acharnement et la mobilisation policière contre cette réponse à la saturation des services sociaux que fut l’occupation de la bourse du travail et puis d’un bâtiment de la fac.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Le clergé stéphanois et la charité...  

Démonstration de solidarité par le clergé stéphanois. La charité bien au chaud enfermée dans leurs églises !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mouchards et drones à Saint-Étienne : le maire veut étouffer le débat  

La Quadrature du Net publie et analyse les documents obtenus auprès de la mairie de Saint-Étienne sur son projet de « Safe City ». Micros couplés à la vidéosurveillance, drones automatisés, application de dénonciation citoyenne… Ils révèlent la ville sous-surveillance telle que fantasmée par son maire, Gaël Perdriau.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Grève de la faim en soutien aux personnes expulsées  

Face à l’indifférence, une femme se met en grève de la faim en soutien aux personnes expulsées de la Bourse du Travail et de la faculté. Elle explique son passage à l’action.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La Préfecture de la Loire s’engage contre le logement pour tou.te.s  

On ne fait pas disparaître les gens en les repoussant d’un endroit vers un autre. Ils et elles continuent d’exister de toute façon. Appel aux riches propriétaires, et à leurs nièces, cousins, petits enfants.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Liste des besoins à la Bourse du Travail occupée  

Après une semaine d’occupation à la Bourse, les besoins en produits de première nécessité sont très importants pour la survie des personnes qui ont trouvé un abri provisoire dans les locaux de la Bourse du travail. Liste des besoins.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Université Tréfilerie expulsée ce matin : c’est de l’acharnement !  

Après le traumatisme de l’expulsion de la Bourse vendredi matin, les forces de l’ordre continuent de traquer et brutaliser les personnes fragiles et sans-abri qui avaient trouvé refuge pour la nuit dans un bâtiment de l’université, sur le campus de Tréfilerie.
Communiqué du collectif de soutien.


LOGEMENT - SQUAT
Evacuation de la Bourse occupée  

Contrairement à ce qu’elle avait annoncé, la préfecture a ordonné l’évacuation de la Bourse du Travail occupée, ce matin à 6h. Jettant à la rue des dizaines de personnes.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Expulsion de la Bourse ce matin à l’aube  

Ce matin un important dispositif de police a procédé à l’expulsion des occupants de la Bourse du Travail. Laissant de nombreuses personne à la rue...


DROITS SOCIAUX - SANTE
Menaces d’expulsion à la Bourse du Travail  

Comme vous avez pu le lire depuis 10 jours dans nos colonnes, la Bourse du Travail est occupée par des personnes sans autre solution d’hébergement. Aujourd’hui, la préfecture déclare pouvoir débloquer un certain nombre de places d’hébergement et dans le même temps l’évacuation de la Bourse du Travail serait prévue pour demain matin.
Communiqué du collectif de soutien de l’occupation de la Bourse.


REPRESSION - PRISON
C’est officiel, la « loi anti-casseurs » est en marche !  

Ce matin, la « Loi visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations » a été gravée dans le marbre du Journal officiel. On a choisi un texte de fond sur la question du port de masque en manifestation pour marquer le coup.


MEDIAS
Sortie du Journal du carnaval 2019 : design-on l’ennemi !  

Ce journal, sorti à l’occasion du carnaval de 2019, gratte pour voir ce qui se cache derrière la marque de Saint-Étienne comme capitale du design.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Récapitulatif d’une semaine d’occupation à la Bourse du Travail  

Depuis 10 jours, les personnes sans abri affluent chaque jour à la Bourse du Travail occupée. Cet article tente de récapituler ce qui a amené à cette situation explosive. Entre solidarité rageuse des habitant’es de Saint-Étienne et mépris des pouvoirs publics, l’occupation continue tant bien que mal.
Pétition de soutien en ligne ici.
Liste des besoins pour les personnes sur place ici.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Revendication de l’action spontanée en direction de Gaël Perdriau, vendredi 5 avril sous les arcades de Saint-Étienne  

Depuis presque une semaine des personnes expulsées de leur squat ou mises à la rue à la fin de la trêve hivernale occupent la Bourse du Travail. Malgré les nombreuses lettres ouvertes qui lui ont été adressées, le maire, Gaël Perdriau, n’a toujours pas daigné rencontrer ces personnes sans-abri ou le collectif mobilisé en soutien. A croire que si on veut parler au maire, il faut aller le chercher.