Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Panser la santé de façon communautaire

Souvent ressentie comme un domaine réservé aux professionnels et dits experts, la santé ne se limite pourtant pas à un diagnostic physique docte et anonyme. Face aux incompréhensions entre migrant.e.s algérien.ne.s de longue date et bureaucratie sanitaire française, l’association Globe 42 construit un espace d’échanges afin de redonner aux populations migrantes parole et prise sur leurs corps. Discussion avec l’une des membres de l’association...


Couac : Comment Globe 42 est né ?
Globe 42 : Le projet est né en 2013… On était dans le cadre du Collectif 100 papiers, qui est une permanence juridique animée par 4-5 personnes, à destination des sans-papiers et où on essaie de les aider juridiquement pour l’accès à un titre de séjour, les recours, les expulsions, les interventions en centre de détention, etc. En 2012, on avait vu arriver plusieurs personnes âgées, migrantes, algériennes. Mais qui étaient en fait des anciens immigrés, qui s’étaient installés en France dans les années 50-60 ou 70 et qui sont repartis dans les années 80. En France, il y avait la crise et ils ont été les premiers concernés – on a commencé par virer les immigrés des boites, avant de virer les autres. L’Algérie, elle, était alors dans une dynamique politique, sociale et économique plutôt positive. C’est aussi l’époque des dispositifs d’aide au retour, par lesquels, en gros, l’État français disait aux immigrés : « Vous pouvez repartir quand vous voulez et nous, on vous donne de l’argent, vous allez créer une entreprise au pays et blablabla ». Donc, dans ce contexte, un certain nombre est reparti en Algérie. Mais dans les années 2000, ils retournent en France. On connaissait le phénomène à l’échelle nationale parce qu’il y avait déjà des actions qui étaient menées concernant ceux qu’on appelle les Chibanis. « Chibani » signifie « cheveux blancs » en arabe, au féminin on dit « Chibania ». Ça a été le cas à Saint-Étienne aussi. Sur la permanence du Collectif 100 papiers, on a commencé à en voir un, deux, trois... Ils revenaient en France en étant persuadés qu’ils allaient retrouver leurs droits. Il s’agit de personnes qui avaient travaillé 20-30-40 ans, et qui, pour un certain nombre d’entre elles, avaient liquidé leur droit à la retraite en France.

Couac : Ils avaient travaillé 20- 30-40 ans en France ?
Globe 42 : Eh oui ! Sous un statut de résident. Ils avaient donc cotisé, ils étaient avec une retraite, un numéro de Sécu et ils pensaient à leur retour récupérer leur carte de résident, leurs droits à la Sécu. Mais pas du tout ! Il y a une règle qui s’applique à tout étranger avec une carte de résident : si tu quittes le territoire plus de trois ans, tu perds tous tes droits. Tout, tout. La législation a changé depuis. Donc vers 2012, on les voit arriver au Collectif 100 papiers. Mais ils n’avaient pas leur place là : il s’agissait de personnes âgées alors que les étrangers qui arrivent sont en général plutôt jeunes, les permanences avaient lieu tard le soir… Et puis ils avaient déjà toute une vie en France derrière eux. Parallèlement, il y avait aussi celles et ceux qui étaient restés tout le temps en France. Qu’on le veuille ou non, ces familles ont été touchées par les mêmes phénomènes que les familles occidentales. Dans un modèle de famille, disons traditionnel, les parents âgés ne sont jamais seuls, il y a une très forte solidarité. Mais pour beaucoup, les structures familiales, les structures communautaires ont été fragilisées, avec des conflits, des séparations, de la distance géographique pour le boulot, etc. Donc il y a des personnes âgées isolées. Et il y a quelque chose qui se joue autour de la santé.

Couac : C’est comme ça qu’apparaît Globe 42 ?
Globe 42 : Oui. On se dit que l’on va créer une association et avoir un espace pour parler de la santé de manière générale. Donc au départ, l’entrée est « santé – migrants – Algériens de plus de soixante ans ». Ou plutôt « migrants et migrantes, Algériens et Algériennes de plus de soixante ans ». Ce sont des personnes qui ont connu la guerre, l’occupation française, la répression et la poursuite de la guerre à leur arrivée en métropole, l’exploitation dans le travail. Et là où ils croient qu’à la retraite, ils vont enfin être tranquilles, ils se font harceler par les services sociaux. Ils se retrouvent avec des relevés de carrière où il n’y a pas le dixième de ce qu’ils ont bossé. En plus, les employeurs, de l’époque comme maintenant, ont bien profité d’eux en les mettant à des boulots dont personne ne voulait, où ils étaient exposés à des produits toxiques, dans des conditions de travail et de logement dégueulasses. Des enquêtes de santé publique montrent qu’une personne immigrée à 50 ans a la même physiologie qu’une personne non immigrée à 60. Il y a 10 ans d’écart dans le vieillissement du corps. C’est énorme. Et ils se retrouvent avec des retraites de merde financièrement parlant, il faut dire ce qui est : la moyenne de ressources sur les 120 personnes qu’on suit est de 450 euros. C’est en dessous du seuil de pauvreté – sachant que ce sont des gens qui ont travaillé toute leur vie. Et pour obtenir des aides complémentaires, ils se font harceler. Il y a une grosse suspicion sur les biens qu’ils auraient au pays. Par exemple, une femme qu’on suit : l’assistante sociale lui a demandé si elle avait une maison au pays. Elle répond « oui » (elle m’a montré la photo, c’est une vieille bicoque). On lui a demandé combien elle vaut. 120 000 dinars [1]. L’autre monte le dossier en écrivant qu’elle a une maison à 120 000 euros. Il a fallu plus d’un an pour faire corriger ça. Il y a aussi une suspicion généralisée sur le temps passé à l’étranger [2].

Couac : Et en pratique, ça veut dire quoi d’être un « centre de santé communautaire » ?
Globe 42 : La santé communautaire, c’est à la fois un cadre de pensée et une méthodologie de travail. Dans la santé communautaire, tu te mets dans une position dans laquelle la culture experte et la culture profane – c’est-à-dire la culture du quotidien, de ce qu’on apprend dans sa propre vie et qui n’est pas reconnue par un diplôme ou un statut professionnel – sont mises sur un pied d’égalité. Dans un cadre purement médical, entre un médecin et un patient, le médecin joue le jeu d’être suffisamment à l’écoute du patient pour que la manière dont ce dernier explique ses symptômes, etc. soit aussi importante que l’interprétation du médecin. Ce n’est pas lui qui va dire : « c’est ça et c’est rien d’autre ». De façon générale, même pour un francophone, le système de santé est super complexe. C’est pour ça aussi qu’on a une médiatrice qui est issue de cette immigration, qui est maghrébine, qui parle leur langue et qui surtout connaît très bien le contexte social des personnes avec qui on parle. Elle fait la « traduction », pas juste au sens linguistique mais de façon à ce qu’elles comprennent vraiment ce qu’est la couverture médicale complémentaire, etc. Et avec des personnes qui sont en grande galère, cette manière d’aborder les questions de santé, de construire la relation, ça permet de faire avancer les choses. Faire de la santé communautaire, ce n’est donc pas se contenter que les personnes aient rempli leur dossier, c’est aussi qu’elles soient actrices de ce qui se passe, que les besoins soient définis en priorité par elles. Et tu transformes aussi les choses de manière plus collective. On a des réunions et aussi des discussions informelles au cours desquelles on discute ensemble – migrants, équipe professionnelle, équipe de bénévoles – des actions qu’on va mener, des priorités. Tout ce qu’on fait, on le décide ensemble.

Couac : Faire de la santé communautaire, c’est aussi essayer de changer le statut des personnes immigrées dans la société ?
Globe 42 : Un truc qui revient tout le temps dans les discussions, chez les femmes mais chez les hommes aussi, c’est : « on n’est pas à l’aise. » Il y a un aspect matériel – la difficulté à payer les notes, le loyer – mais il n’y a pas que ça. « Pas à l’aise », ça renvoie à la langue, l’accent, le stigmate physique. Que leur sentiment soit justifié ou non. C’est difficile de se positionner dans la société. On est entre-deux, entre le pays et ici, on est immigré-e. Et tu es entre-deux sur plein de choses, dans ta vie, sur tes choix, etc. Être une femme, être dans une position minoritaire fait que tu n’as pas la même possibilité de choix que quand tu as une position bien établies. C’est extrêmement compliqué d’élaborer un choix quand tu es complètement disqualifié-e socialement. Va faire un choix fixe et éclairé quand on te dit du matin au soir que tu es de la merde, etc. Changer cette situation prend du temps. Avec un projet de santé communautaire, tu crées une communauté. Ce n’est pas que la communauté des personnes immigrées, algériennes – elle nous englobe aussi nous, qui travaillons avec elles. On forme une communauté au sens où on se préoccupe ensemble de la santé de personnes immigrées. Globe 42 a été pensé comme ça : on essaie ensemble de réfléchir, d’agir, etc. pour que les immigré-e-s âgé-e-s- aillent mieux dans leur vie.

[1Soit un peu plus de 1 000 euros.

[2Les minima sociaux sont retirés aux personnes résidant plus de six mois par an hors du territoire français.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

[Agir ensemble 42] Soutien aux enfants et adultes à la rue

Le collectif Agir ensemble organise une rencontre mardi 14 novembre 2017 à 17h30 à la bourse du Travail, pour échanger sur la situation des enfants non scolarisés des familles à la rue, les idées pour favoriser leur apprentissage,...
Par ailleurs, le collectif alerte sur le fait qu’il y a 2 familles qui dorment dans leur voiture avec 9 enfants, avec le froid la situation est compliquée. Si des idées, elles sont bienvenues.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

[Agir Ensemble 42] Alors, il ne nous resterait plus qu’à regarder "crever" nos semblables dans la rue

Nous sommes le premier novembre 2017 en France à Saint-Étienne, premier jour de la trêve hivernale. Des familles et leurs enfants dorment et vivent dans la rue dans une indifférence outrageante. Elles sont arrivées ici en 2011. Nous avons créé un collectif "agir ensemble" pour leur venir en soutien.




Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Le paradis de l’enfer : récit d’un migrant à Saint-Étienne

Dominique a une trentaine d’années, il vient du Cameroun. Il est venu vers Couac pour partager son expérience, parler de la vie qu’il mène et faire connaître sa situation, son regard en tant qu’immigrant vivant à Saint-Étienne. Après une première rencontre, nous nous sommes revus plusieurs fois.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Lettre ouverte sur la situation des familles Rroms à Saint-Étienne

Je vous adresse cette lettre car la presse locale reste sourde à nos multiples messages concernant les familles Rroms à la rue. Les services municipaux du Centre communal d’action sociale refusent de façon quasi systématique d’accorder de les domicilier – clef qui leur ouvre quelques droits – et ceci en contradiction avec tous les textes réglementaires. Sans que le préfet qui a pourtant autorité en la matière ne lève le petit doigt.




Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Les mille maux de l’enseignement du français aux étrangers

L’enseignement du français aux personnes étrangères pâtit des contradictions de l’État, du jeu de la concurrence et des discriminations, au détriment bien souvent des personnes auquel il est censé être destiné : retour sur une politique pleine d’arrière-pensées avec des militant.es de l’association Alpha.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

KAIROS, le temps de faire ensemble

L’association Inkoozing met en œuvre un projet artistique participatif qui permettra à des personnes primo-arrivantes et françaises de se rencontrer dans un contexte convivial et créatif. Un crowdfounding est lancé pour financer en partie le projet.




Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Être rom à Saint-Étienne

Les dossiers COUAC
Alors qu’au milieu du mois d’août, des Roms ont été harcelées par les forces de police à Saint-Étienne), cet article, paru dans le numéro 3 de Couac, revient sur la galère vécue par les populations roms dans la ville. Ce récit est basé sur les informations de nos sources, personnes bénévoles auprès de populations Roms à Saint-Étienne.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Chasse aux Roms

Aujourd’hui lundi 14 août, la police stéphanoise a harcelé les Roms.
Les Roms ont été chassés du parc du Puits Couriot par les forces de police de Saint-Etienne. Au passage, les familles ont été contraintes de jeter les petites toiles de tente qu’elles possédaient pour s’abriter. Elles se sont ensuite dirigées avec leurs affaires restantes dans le centre ville où elles se sont retrouvées encerclées par les forces de l’ordre leur intimant de jeter leurs matelas.




Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Et pendant ce temps là, de l’autre côté de l’Europe

Soirée proposée par les amis de Couac au bar le Key West (7 rue de la ville) mercredi 24 mai 2017 à 20h : projection d’un documentaire "Et pendant ce temps là, de l’autre côté de l’Europe" (témoignages de réfugiéEs et d’activistes en Grèce) réalisé par Kolibri (présent ce soir là), suivi d’un échange sur la situation actuelle des migrantEs en Europe.




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Journée "Réfugiés : bienvenue !"

Le 20 mai 2017 à la Gueule Noire, journée "Réfugiés : bienvenue !" en soutien aux association Transport People and Care et La Maison Solidaire qui viennent en aide aux migrants, via des convois humanitaires à destination de Vintimille, Calais et où les besoins sont exprimés par les associations locales.




0 | 10 | 20 | 30 | 40
Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

Assemblée du collectif STOP LINKY GAZPAR 42

Le groupe d’action et d’information contre les compteurs communicants sur St-Etienne et sa région organise une réunion ouverte à toutes et tous le jeudi 16 novembre à 18h30 au Baramioche/
Echange d’informations diverses et préparation d’une action qui se déroulera avant la fin du mois...




A Lire ailleurs   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

[GLYPHOSATE] Crime contre l’humain et tout le vivant

Les dangers du glyphosate et de ses co-formulants associés ne sont plus à démontrer devant la réalité des atteintes à la santé des populations (en Amérique latine notamment mais aussi en Europe chez les agriculteurs et les animaux d’élevage). Des études indépendantes apportent elles aussi des arguments scientifiques sur les conséquences de ces molécules sur la santé. A cela s’ajoutent maintenant le scandale de la manipulation des agences européennes par la firme Monsanto et ses expertises truquées. Les décideurs ne peuvent plus faire semblant de les ignorer.




International   DROITS SOCIAUX - SANTE / GENRES - FEMINISME

Droit à l’IVG partout en Europe : mobilisations le 28 septembre

Une mobilisation d’ampleur européenne est organisée autour du 28 septembre, journée internationale pour le droit à l’avortement, à l’appel de plusieurs dizaines d’associations et de collectifs. Une pétition européenne a été lancée.
Certains Collectifs de défense de l’IVG, rassemblant associations, organisations syndicales et politiques locales, ont décidé de se mobiliser en solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, pour faire raisonner localement la revendication du droit à l’avortement partout, pour toutes et dans de bonnes conditions.




Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection : "Derrière les Fronts" à Montbrison

Projection d’un documentaire lundi 15 Mai à 20h au Cinéma Rex de Montbrison, coorganisée par l’AFPS Saint Etienne et BDS, sur les conséquences invisibles de la colonisation




Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

le compteur gazpar prend de vitesse linky

Depuis quelques jours les habitants des quartiers Beaubrun, Tarentaize et Tardy ont reçu des courriers annonçant que les nouveaux compteurs gazpar allaient être installés prochainement. Ces compteurs sont prétendus "intelligents" car ils communiquent les données de consommation plusieurs fois par jour aux fournisseurs de gaz. Le tout en utilisant les ondes électro magnétiques. L’arrivée de gazpar sur Saint-Étienne précède le déploiement à partir de juin prochain du compteurs linky (pour l’électricité).
Ici ou là, la résistance pour des raisons économiques, de santé et contre la surveillance s’organise pour refuser ces installations.




Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Projection/Débat] La sociale

La projection gratuite du film, ce lundi 03 avril 2017 (17h30) à l’EN3S sera suivie d’un débat avec la participation de son réalisateur Gilles PERRET.




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   DROITS SOCIAUX - SANTE

Projection "L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins..."

Dimanche 29 janvier 2017 à La Gueule Noire
L’aluminium contenu dans les vaccins est toxique. Il provoque des maladies graves. Le film "L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins...", réalisé par Marie-Ange Poyet, donne pour la première fois la parole aux victimes, à des scientifiques, des journalistes, des politiques et une historienne.




National   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Les Camille’s et le Collectif du 1er Mai

Suite à l’appel d’un rassemblement libertaire à St Pourçains sur sioule (03)
Cet article ainsi que le montage sert, tout d’abord, à rendre compte de notre action politique du 1er mai et l’enthousiasme des participants…
Il a pour but aussi de faire en sorte que ces initiatives ne se limitent pas au 1er Mai et donc, voici un petit résumé.




A Lire ailleurs   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

[CNT 38] Travailleurs et travailleuses du social jusqu’où irons-nous ?

En cette période de fin de trêve hivernale, les questions sur le sens de notre boulot s’imposent à nous, travailleurs et travailleuses sociales : comment se fait-il que nous soyons capables de remettre à la rue des personnes en situation de grande précarité, des migrant.e.s de tous pays ? Serions-nous seulement les valets d’une politique anti pauvres, raciste, xénophobe portée par les gouvernements successifs ?




National   DROITS SOCIAUX - SANTE / PROSTITUTION - TRAVAIL DU SEXE

[ACT UP - Paris] Newsletter novembre 2013

Journée mondiale de lutte contre le sida : pas d’entraves à l’accès au soins !
Besoin de bénévoles (couture, préparation d’actions, collages) à l’occasion du 1er décembre. Joignez ou rejoignez Act Up-Paris ! Envoyez un mail sur benevoles[at]actupparis.org.




0 | 10
Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

De la soupe au local ça roule !

Soupe à prix libre vendredi 1er décembre 2017, 18h, à ça roule
A partir de ce vendredi, des légumes paysans seront déposés chaque semaine au local ça roule (15 rue Georges Dupré, rue de la friterie) et seront disponibles à prix libre pendant les horaires d’ouverture du local. Vendredi sera donc l’occasion de goûter ces légumes en soupe et de rencontrer les producteurs !




Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Dix manches / deux pioches

Marre des dimanches ennuyeux ?
Alors si ça te branche, amène tes jeux.
Et viens partager un après-midi rempli de cartes, de dés et de plateaux en tous genres !
Goûter partagé : amène ton gâteau et tu gagnes en cas d’ex aequo !




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Le remue-méninges fête ses 10 ans !

Pour fêter ses 10 ans, le remue-méninges vous propose, du 16 au 19 novembre, des concerts, un brunch musical, une scène ouverte, des ateliers déco ... et pourquoi pas un goûter d’anniversaire ?




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

P’tit Resto de la Gueule Noire

Restau Vegan, Bio & à prix libre samedi 21 octobre 2017
12h00 / La Gueule Noire / 16, rue du Mont / Saint-Etienne




Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Quand l’école publique invente et réagit

Alors que des esprits malveillants pourraient simplement voir dans notre marmaille une future main-d’œuvre docile, trois écoles publiques du centre-ville de Saint-Étienne ont choisi d’éduquer les enfants sous le prisme de la coopération et de l’esprit critique. L’auteur de cet article a écrit pour Couac depuis l’intérieur de l’Éducation nationale, nous publions ici son travail d’enquête auprès de ses collègues enseignant(e)s et leurs élèves.




Saint-Étienne et alentours Couac   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Des associations au cœur des quartiers populaires

Les dossiers COUAC
À Saint-Étienne, des associations de quartier sont présentes dans les rues et au cœur des quartiers métissés et populaires. Retour sur les expériences dans le quartier Montferré dans les années 1970 et les activités actuelles de Terrain d’Entente dans le quartier Beaubrun/Tarentaize.




Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Bal Populaire du Crêt de Roch

★// ! Saint-Etienne, 14 juillet : Bal Populaire du Crêt de Roch#3★
// ! Le Bal Populaire, Troisième ! Avec un nouveau format sur un lieu unique, Square Dujol !




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Faîtes du libre

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Le ptit resto du samedi midi en soutien à l’infokiosque de la Gueule noire

Samedi 17 décembre 2016, l’espace autogéré la Gueule noire vous convie à son "ptit resto" Une bonne occasion pour tchatcher, se rencontrer, manger ensemble...
Le repas est végétalien (aucun animal n’est exploité ou tué pour le repas), bio (sans produit contenant des pesticides, additifs toxiques ou perturbateurs endocriniens) et à prix libre (on donne ce qu’on peut/veut).




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

P’tit Resto en soutien au Carabichou et la lutte contre l’A45

Samedi 19 Novembre 2016 - 12h - La Gueule Noire
Le Carabichou est un groupement de personnes qui souhaitent acquérir des produits sains, de qualité, à des prix raisonnables, issus de la filière "biologique" avec ou sans certification, favoriser les productions locales, se dégager de l’industrie agro-alimentaire et des circuits de la grande distribution, et tendre à se réapproprier leur consommation.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

INFORMATIQUE - SECURITE
L’histoire de Riseup.net  

Il était une fois, un groupe de jeunes sans-emplois dans la vingtaine qui sortait tout droit d’une exténuante, mais exaltante semaine de manifestation contre l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle. Une question rongeait leur esprit : quelle était la meilleure manière d’aider à construire un mouvement mondial pour la justice sociale ? Poussé-e-s par leurs idéaux d’hackers et de geeks, ils et elles arrivèrent avec un projet nommé riseup.net.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Diophonie #03  

Vendredi 26 janvier 2018, soirée en soutien à Radio Dio présentée par Ça roule, le Dix-Sept, Maquillage/Crustacées, et Papillon. RDV à 20h30 au local Ça roule 15, rue Georges Dupré (Ramina Grobis) à St Etienne et l’entrée est PRIX LIBRE.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Le sel ne perdra jamais son goût  

Si la colonisation a été établie avec la Déclaration de Balfour, alors qu’elle soit démantelée avec la déclaration de Trump."
Par Dr Samah Jabr – 24 décembre 2017
La docteure Samah Jabr est psychiatre et psychothérapeute. Elles est auteure du livre "Derrière les fronts - Chroniques d’une psychiatre psychothérapeute palestinienne sous occupation" –


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Cyle d’émission sur l’agro-industrie  

Depuis la rentrée, joie rage et courage vous a diffusé sur le 89.5 fm 3 émission rentrant d’en un cycle sur la question de l’agro-industrie.
- agro-industrie partie 1… retour sur l’histoire de l’industrialisation de l’agriculture.
- agro-industrie partie 2… l’industrialisation par filières et par les normes.
- agro-industrie partie 3… paroles de paysans pour sortir de ce merdierl’industrialisation par filières et par les normes.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rassemblement à l’occasion de la Journée Internationale des Migrants  

L’humanité de demain se construit par l’accueil des migrants aujourd’hui.
A l’initiative du Collectif Loire "Pour que Personne ne dorme à la Rue ", avec ses nombreux soutiens : SOYONS NOMBREUX.SES ! ce lundi 18 décembre 2017 à 18h00, Place Jean Jaurès à Saint-Étienne -


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Mobilisation étudiante contre l’A45 et les expulsions de personnes migrant.e.s  

Lundi 4 décembre, des étudiant.e.s du Département d’Études Politiques et Territoriales ont participé, à leur manière, à l’inauguration en grandes pompes du nouveau bâtiment de Sciences Po Lyon, sur le campus stéphanois de l’Université Jean Monnet.
Les maires de Lyon et Saint-Étienne, le préfet et la rectrice de la région Rhône-Alpes Auvergne, les président.e.s de l’Université de Lyon, de Jean Monnet et de Sciences Po Lyon ont été accueilli.e.s par une banderole et un tractage dénonçant le projet de l’autoroute A45 ainsi que la situation dramatique que vivent les migrant.es à Saint Etienne, à Lyon et, dans l’ensemble de la France.


MEDIAS
Sortie du n°5 de Couac  

Après de longues vacances et quelques remises en question, l’équipe de Couac a continué l’aventure : fabriquer à plusieurs mains un canard local d’enquête critique. Pour bien démarrer cette nouvelle année, pas de dossier, mais de chouettes articles & illustrations pour une actualité toujours aussi surprenante !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Préparons-leur un hiver ardent !  

Le 12 décembre à Paris, à l’occasion du second anniversaire de la COP 21, se tiendra un sommet international sur l’économie et la transition énergétique. Face à cette nouvelle opération de marketing vert, des territoires en lutte - de Bure à Roybon en passant par Notre Dame des Landes, des collines aveyronnaises, en passant par le plateau de Millevaches, à la ceinture maraîchère dijonnaise ou les côtes du Finistère - se sont regroupés pour une déclaration commune. Il s’agit de rendre visible - avant, pendant et après le sommet - la manière dont le gouvernement Macron poursuit en réalité un ensemble de projets d’aménagement destructeurs et nuisibles. Cette déclaration met en avant la vitalité des résistances en cours face à ces projets mortifères et un calendrier commun tout au long du mois de décembre pour continuer à densifier ces luttes.


MEDIAS
Du "sang", des clics et des mollards.  

Une petite action s’est déroulé ce week-end au salon Tatou juste, voire le compte-rendu ici . Jusque là, rien d’exceptionnel, et rien de particulièrement foufou. Mais notre brave maire a sauté sur l’occasion pour monter tout ça en épingle et stigmatiser les opposant-es à l’A45...


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Non au parc industriel éolien sur la commune des Vastres (Haute-loire)  

L’implantation de 5 éoliennes de 150 mètres est prévue sur la commune des Vastres en Haute-loire en limite du parc des monts d’Ardèche. Ce projet dit des 2 plateaux comprend 2 sites d’implantations distincts : trois éoliennes sur la zone des « Platayres » et deux sur le hameau du « Pau des Vastres » en limite de la commune de Fay-sur-Lignon.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
« Beaucoup de points d’interrogation » : récit d’un migrant à Saint-Étienne  

Amédée est Angolais, a 21 ans, est en bac pro mécanique et vit en France depuis 4 et demi maintenant. Il nous raconte son histoire et les difficultés rencontrées au quotidien.