Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Panser la santé de façon communautaire


|

Souvent ressentie comme un domaine réservé aux professionnels et dits experts, la santé ne se limite pourtant pas à un diagnostic physique docte et anonyme. Face aux incompréhensions entre migrant.e.s algérien.ne.s de longue date et bureaucratie sanitaire française, l’association Globe 42 construit un espace d’échanges afin de redonner aux populations migrantes parole et prise sur leurs corps. Discussion avec l’une des membres de l’association...


Couac : Comment Globe 42 est né ?
Globe 42 : Le projet est né en 2013… On était dans le cadre du Collectif 100 papiers, qui est une permanence juridique animée par 4-5 personnes, à destination des sans-papiers et où on essaie de les aider juridiquement pour l’accès à un titre de séjour, les recours, les expulsions, les interventions en centre de détention, etc. En 2012, on avait vu arriver plusieurs personnes âgées, migrantes, algériennes. Mais qui étaient en fait des anciens immigrés, qui s’étaient installés en France dans les années 50-60 ou 70 et qui sont repartis dans les années 80. En France, il y avait la crise et ils ont été les premiers concernés – on a commencé par virer les immigrés des boites, avant de virer les autres. L’Algérie, elle, était alors dans une dynamique politique, sociale et économique plutôt positive. C’est aussi l’époque des dispositifs d’aide au retour, par lesquels, en gros, l’État français disait aux immigrés : « Vous pouvez repartir quand vous voulez et nous, on vous donne de l’argent, vous allez créer une entreprise au pays et blablabla ». Donc, dans ce contexte, un certain nombre est reparti en Algérie. Mais dans les années 2000, ils retournent en France. On connaissait le phénomène à l’échelle nationale parce qu’il y avait déjà des actions qui étaient menées concernant ceux qu’on appelle les Chibanis. « Chibani » signifie « cheveux blancs » en arabe, au féminin on dit « Chibania ». Ça a été le cas à Saint-Étienne aussi. Sur la permanence du Collectif 100 papiers, on a commencé à en voir un, deux, trois... Ils revenaient en France en étant persuadés qu’ils allaient retrouver leurs droits. Il s’agit de personnes qui avaient travaillé 20-30-40 ans, et qui, pour un certain nombre d’entre elles, avaient liquidé leur droit à la retraite en France.

Couac : Ils avaient travaillé 20- 30-40 ans en France ?
Globe 42 : Eh oui ! Sous un statut de résident. Ils avaient donc cotisé, ils étaient avec une retraite, un numéro de Sécu et ils pensaient à leur retour récupérer leur carte de résident, leurs droits à la Sécu. Mais pas du tout ! Il y a une règle qui s’applique à tout étranger avec une carte de résident : si tu quittes le territoire plus de trois ans, tu perds tous tes droits. Tout, tout. La législation a changé depuis. Donc vers 2012, on les voit arriver au Collectif 100 papiers. Mais ils n’avaient pas leur place là : il s’agissait de personnes âgées alors que les étrangers qui arrivent sont en général plutôt jeunes, les permanences avaient lieu tard le soir… Et puis ils avaient déjà toute une vie en France derrière eux. Parallèlement, il y avait aussi celles et ceux qui étaient restés tout le temps en France. Qu’on le veuille ou non, ces familles ont été touchées par les mêmes phénomènes que les familles occidentales. Dans un modèle de famille, disons traditionnel, les parents âgés ne sont jamais seuls, il y a une très forte solidarité. Mais pour beaucoup, les structures familiales, les structures communautaires ont été fragilisées, avec des conflits, des séparations, de la distance géographique pour le boulot, etc. Donc il y a des personnes âgées isolées. Et il y a quelque chose qui se joue autour de la santé.

Couac : C’est comme ça qu’apparaît Globe 42 ?
Globe 42 : Oui. On se dit que l’on va créer une association et avoir un espace pour parler de la santé de manière générale. Donc au départ, l’entrée est « santé – migrants – Algériens de plus de soixante ans ». Ou plutôt « migrants et migrantes, Algériens et Algériennes de plus de soixante ans ». Ce sont des personnes qui ont connu la guerre, l’occupation française, la répression et la poursuite de la guerre à leur arrivée en métropole, l’exploitation dans le travail. Et là où ils croient qu’à la retraite, ils vont enfin être tranquilles, ils se font harceler par les services sociaux. Ils se retrouvent avec des relevés de carrière où il n’y a pas le dixième de ce qu’ils ont bossé. En plus, les employeurs, de l’époque comme maintenant, ont bien profité d’eux en les mettant à des boulots dont personne ne voulait, où ils étaient exposés à des produits toxiques, dans des conditions de travail et de logement dégueulasses. Des enquêtes de santé publique montrent qu’une personne immigrée à 50 ans a la même physiologie qu’une personne non immigrée à 60. Il y a 10 ans d’écart dans le vieillissement du corps. C’est énorme. Et ils se retrouvent avec des retraites de merde financièrement parlant, il faut dire ce qui est : la moyenne de ressources sur les 120 personnes qu’on suit est de 450 euros. C’est en dessous du seuil de pauvreté – sachant que ce sont des gens qui ont travaillé toute leur vie. Et pour obtenir des aides complémentaires, ils se font harceler. Il y a une grosse suspicion sur les biens qu’ils auraient au pays. Par exemple, une femme qu’on suit : l’assistante sociale lui a demandé si elle avait une maison au pays. Elle répond « oui » (elle m’a montré la photo, c’est une vieille bicoque). On lui a demandé combien elle vaut. 120 000 dinars [1]. L’autre monte le dossier en écrivant qu’elle a une maison à 120 000 euros. Il a fallu plus d’un an pour faire corriger ça. Il y a aussi une suspicion généralisée sur le temps passé à l’étranger [2].

Couac : Et en pratique, ça veut dire quoi d’être un « centre de santé communautaire » ?
Globe 42 : La santé communautaire, c’est à la fois un cadre de pensée et une méthodologie de travail. Dans la santé communautaire, tu te mets dans une position dans laquelle la culture experte et la culture profane – c’est-à-dire la culture du quotidien, de ce qu’on apprend dans sa propre vie et qui n’est pas reconnue par un diplôme ou un statut professionnel – sont mises sur un pied d’égalité. Dans un cadre purement médical, entre un médecin et un patient, le médecin joue le jeu d’être suffisamment à l’écoute du patient pour que la manière dont ce dernier explique ses symptômes, etc. soit aussi importante que l’interprétation du médecin. Ce n’est pas lui qui va dire : « c’est ça et c’est rien d’autre ». De façon générale, même pour un francophone, le système de santé est super complexe. C’est pour ça aussi qu’on a une médiatrice qui est issue de cette immigration, qui est maghrébine, qui parle leur langue et qui surtout connaît très bien le contexte social des personnes avec qui on parle. Elle fait la « traduction », pas juste au sens linguistique mais de façon à ce qu’elles comprennent vraiment ce qu’est la couverture médicale complémentaire, etc. Et avec des personnes qui sont en grande galère, cette manière d’aborder les questions de santé, de construire la relation, ça permet de faire avancer les choses. Faire de la santé communautaire, ce n’est donc pas se contenter que les personnes aient rempli leur dossier, c’est aussi qu’elles soient actrices de ce qui se passe, que les besoins soient définis en priorité par elles. Et tu transformes aussi les choses de manière plus collective. On a des réunions et aussi des discussions informelles au cours desquelles on discute ensemble – migrants, équipe professionnelle, équipe de bénévoles – des actions qu’on va mener, des priorités. Tout ce qu’on fait, on le décide ensemble.

Couac : Faire de la santé communautaire, c’est aussi essayer de changer le statut des personnes immigrées dans la société ?
Globe 42 : Un truc qui revient tout le temps dans les discussions, chez les femmes mais chez les hommes aussi, c’est : « on n’est pas à l’aise. » Il y a un aspect matériel – la difficulté à payer les notes, le loyer – mais il n’y a pas que ça. « Pas à l’aise », ça renvoie à la langue, l’accent, le stigmate physique. Que leur sentiment soit justifié ou non. C’est difficile de se positionner dans la société. On est entre-deux, entre le pays et ici, on est immigré-e. Et tu es entre-deux sur plein de choses, dans ta vie, sur tes choix, etc. Être une femme, être dans une position minoritaire fait que tu n’as pas la même possibilité de choix que quand tu as une position bien établies. C’est extrêmement compliqué d’élaborer un choix quand tu es complètement disqualifié-e socialement. Va faire un choix fixe et éclairé quand on te dit du matin au soir que tu es de la merde, etc. Changer cette situation prend du temps. Avec un projet de santé communautaire, tu crées une communauté. Ce n’est pas que la communauté des personnes immigrées, algériennes – elle nous englobe aussi nous, qui travaillons avec elles. On forme une communauté au sens où on se préoccupe ensemble de la santé de personnes immigrées. Globe 42 a été pensé comme ça : on essaie ensemble de réfléchir, d’agir, etc. pour que les immigré-e-s âgé-e-s- aillent mieux dans leur vie.

[1Soit un peu plus de 1 000 euros.

[2Les minima sociaux sont retirés aux personnes résidant plus de six mois par an hors du territoire français.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

concert de rap en soutien à une famille congolaise réfugiée politique

concert de rap en soutien à une famille congolaise réfugiée politique


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Rentrée du collectif Descours et des Logis

Le collectif de soutien aux personnes en situation administrative irrégulière à Saint-Étienne, Descours et des Logis, reprend ses permanences le jeudi 30 août 2018. Tout coup de main, matériel ou humain, est bievenu !


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

8-9 août : collecte de nourriture en soutien aux exilé.e.s de la vallée de la Roya

Encore beaucoup d’arrivant.e.s dans la vallée de la Roya cet été, il y a un grand besoin d’aide sur place et de ravitaillement de nourriture ! Une collecte aura donc lieu à Saint-Etienne afin de ravitailler les cantines solidaires de la vallée.
#délitdesolidarité #collombenpls


National   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

La prise en charge des frais de santé des personnes étrangères par la sécurité sociale

Cette note présente les principales conditions d’accès à ce qu’on appelle la « Sécu » ou les « droits sécu », droits qui se matérialisent généralement par la délivrance d’une « carte Vitale » et qui permettent une prise en charge financière ou un remboursement des frais de soins


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soirée de soutien - Collectif des Cours et des Logis - le 9 juin à la Gueule Noire

Le Collectif des Cours et des Logis vous invite à une soirée de soutien le 9 juin à la Gueule Noire, au programme, conférence, happy hour en sonothérapie, rap et concert !
Venez nombreux !


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Concert de Soutien à Roya Citoyenne

Concert de Soutien à Roya Citoyenne, le 7 avril 2018 à la Gueule Noire avec ZERO GAIN (punk rock / Sainté), PERVERS & TRUANDS (punk rock-rap / Sainté) et LA CLIC (rock-ska-reggae). 20h30 / $5 + adh. prix libre.
Avec la participation de Cédric Herrou, Dan Oudin & Gibi


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Concert Ko Salisana

Concert en soutien à une famille congolaise menacée d’expulsion samedi 31 mars 2018 à partir de 19h à La Gueule Noire avec VOÉ, TRI’ACTE et la BATUCADA D’UNIEUX (Prix Libre)


National   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Coordination nationale de lutte les 24 et 25 mars 2018 à Lyon - Contre les politiques anti-migratoires - Solidarité avec les migrant.es

En vue de prolonger et de partager les multiples luttes en cours et en soutien aux migrant-e-s, et afin d’organiser collectivement une réplique nationale à la « loi Collomb », nous vous invitons à une rencontre de coordination nationale le 24 et 25 mars à Lyon.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

karaoké so frenetic en soutien à Kamelote

le Samedi 17 Mars à 20h, soirée de soutien pour lancer le projet Kamelote. Les Marseillais·es de Sing or Die, karaoké so frenetic aux milliers de morceaux, en tournée internationale, s’arrêtent à la Gueule Noire. Venez Déguisé·es !!!
Kamelote : projet de lieu d’accueil avec une zone de gratuité et une possibilité de divers échanges.


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement à l’occasion de la Journée Internationale des Migrants

L’humanité de demain se construit par l’accueil des migrants aujourd’hui.
A l’initiative du Collectif Loire « Pour que Personne ne dorme à la Rue », avec ses nombreux soutiens : SOYONS NOMBREUX.SES ! ce lundi 18 décembre 2017 à 18h00, Place Jean Jaurès à Saint-Étienne -


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Etat de santé du CHU de Saint Etienne : résumé d’une discussion organisée par Couac

Le 14 Juin 2018, à l’occasion de la sortie de son nouveau numéro le journal Couac organisait une discussion intitulée : « Santé, bien-être, pour qui, à quel prix ? ». Résumé des discussions.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE

Santé, bien-être, pour qui, à quel prix ?

Pour la sortie du nouveau numéro, l’équipe du couac vous invite à une discussion autour des enjeux de la santé et le bien-être dans l’institution.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Feurs, la lutte pour Jacques et Damien continue

Le 19 mars, l’entreprise Valdi, qui cogérait avec la société Feursmétal (devenue Castmétal) la fonderie de la ville de Feurs, annonçait sa décision de contester la condamnation dont elle a fait l’objet dans le conflit qui l’oppose aux familles de Jacques Tissot et Damien Jamot, tués par une explosion due à la négligence de leur employeur.
Au printemps 2017, Couac avait rencontré Jean-Luc Denis, l’un des membres fondateurs du collectif Vérité et Justice pour Jacques et Damien.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Chaos & Construction : Schizophrénie volontaire

- Lecture, discussion en présence de l’auteur à partir de 18h au Bilboquet : « Quelles échappatoires construire dans ce monde de normes, des murs de l’enfer psychiatrique au suicide quotidien de la résignation ? La folie est-elle une stratégie de fuite, une arme, un savoir à se réapproprier ? »
- Concert à partir de 20h à l’Entre-Pots Café avec Dirty Dentist (Gobelins Free Punk / Bruxelles)
Dimanche 06 mai 2018 / Prix Libre


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE

Rencontre débat avec Philippe Baqué mercredi 21 mars à 19h autour de son dernier livre « Homme augmenté, humanité diminuée » (Agone)

Philippe Baqué, auteur du passionnant livre-reportage « Homme augmenté, humanité diminuée : d’Alzheimer au transhumanisme, la science au service d’une idéologie hégémonique mercantile » s’arrêtera à Saint-Étienne mercredi 21 mars à 19h pour présenter son dernier livre.


Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

Assemblée du collectif STOP LINKY GAZPAR 42

Le groupe d’action et d’information contre les compteurs communicants sur St-Etienne et sa région organise une réunion ouverte à toutes et tous le jeudi 16 novembre à 18h30 au Baramioche/
Echange d’informations diverses et préparation d’une action qui se déroulera avant la fin du mois...


A Lire ailleurs   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

[GLYPHOSATE] Crime contre l’humain et tout le vivant

Les dangers du glyphosate et de ses co-formulants associés ne sont plus à démontrer devant la réalité des atteintes à la santé des populations (en Amérique latine notamment mais aussi en Europe chez les agriculteurs et les animaux d’élevage). Des études indépendantes apportent elles aussi des arguments scientifiques sur les conséquences de ces molécules sur la santé. A cela s’ajoutent maintenant le scandale de la manipulation des agences européennes par la firme Monsanto et ses expertises truquées. Les décideurs ne peuvent plus faire semblant de les ignorer.


International   DROITS SOCIAUX - SANTE / GENRE - FEMINISME

Droit à l’IVG partout en Europe : mobilisations le 28 septembre

Une mobilisation d’ampleur européenne est organisée autour du 28 septembre, journée internationale pour le droit à l’avortement, à l’appel de plusieurs dizaines d’associations et de collectifs. Une pétition européenne a été lancée.
Certains Collectifs de défense de l’IVG, rassemblant associations, organisations syndicales et politiques locales, ont décidé de se mobiliser en solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, pour faire raisonner localement la revendication du droit à l’avortement partout, pour toutes et dans de bonnes conditions.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection : « Derrière les Fronts » à Montbrison

Projection d’un documentaire lundi 15 Mai à 20h au Cinéma Rex de Montbrison, coorganisée par l’AFPS Saint Etienne et BDS, sur les conséquences invisibles de la colonisation


Saint-Étienne et alentours   CONSOMMATION - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

le compteur gazpar prend de vitesse linky

Depuis quelques jours les habitants des quartiers Beaubrun, Tarentaize et Tardy ont reçu des courriers annonçant que les nouveaux compteurs gazpar allaient être installés prochainement. Ces compteurs sont prétendus « intelligents » car ils communiquent les données de consommation plusieurs fois par jour aux fournisseurs de gaz. Le tout en utilisant les ondes électro magnétiques. L’arrivée de gazpar sur Saint-Étienne précède le déploiement à partir de juin prochain du compteurs linky (pour l’électricité).
Ici ou là, la résistance pour des raisons économiques, de santé et contre la surveillance s’organise pour refuser ces installations.


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

La Grande Fête des Possibles

Dans le cadre de l’évènement national « La fête des possibles », le collectif Fleurir le quartier avec la participation de Compostons Collectifs, Déchets Non Nous, Zéro déchet, Incroyables Comestibles, Verdissons Nos Villes, le CPIE et CTC 42 vous proposent une belle rencontres samedi 15 septembre de 10h à 22h sur le thème de l’alimentation, des communs et du vivre ensemble.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Inauguration de la Cale à l’amicale du Crêt de Roc

L’Amicale du Crêt de Roc a le plaisir de vous convier à l’inauguration de sa « cale », espace du rez-de-chaussée réhabilité, le vendredi 7 septembre à partir de 18h.


Saint-Étienne et alentours Couac   MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Tout brûle déjà. La culture, la jeunesse et les flammes

Lundi 16 octobre 2017, Françoise Nyssen venait célébrer LA culture stéphanoise : inauguration officielle de la nouvelle Comédie… et visite de la Maison de la Culture - Nouveau Théâtre de Beaulieu. On se souvient que celle-ci avait été incendiée le 17 juin de la même année. Comme d’habitude dans ce genre de situations, les condamnations sont fermes. Par contre, très peu de discussions sur le fond. Pourquoi une structure censée représenter la diversité des pratiques sociales peut-elle être prise pour cible ?


Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Un portrait de Synthé fait par une de ses marges

Si la municipalité et les autorités publiques imaginent une ville qui a souvent peu à voir avec la vie réelle de ses habitant’es, ce sont avant tout les activités et engagements de celleux-ci qui font de Saint-Étienne la Synthé qu’on connaît et dans laquelle on a envie d’habiter. Agnès, Jeannette et S., qui arpentent et font vivre les rues de Saint-Étienne depuis bien des années, nous livrent un aperçu du milieu associatif, informel et punk stéphanois et une analyse de l’évolution de la ville.


Saint-Étienne et alentours Couac   INFORMATIQUE - SECURITE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Voisins vigilants : banalités de la politique sécuritaire

Les voisins vigilants ont l’œil jaune et grand ouvert, c’est même à ça qu’on les reconnaît. À Saint-Étienne, les quartiers La Bérardière, la Chèvre, la Colline des pères ou encore Bel-air vivent sous l’œil éclatant du dispositif « Stéphanois vigilants », où on peut se surveiller mutuellement afin, selon l’objectif affiché par la police, de diminuer le nombre de cambriolages dans ces quartiers.


Saint-Étienne et alentours Ça Roule   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Troc de graines et de plants + concert

Concert « la perruche et la mygale » et troc de graines/plants à partir de 17h, jeudi 10 mai, à ça roule pour les amoureuxES des plantes et pour les autres.
Entrée et bouffe prix libre !


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

De propres jardins…

Saint-Étienne et son agglomération comptent une des plus grandes surfaces de jardins potagers sur leur territoire parmi les villes de taille similaire : 89 hectares, répartis en 45 sections, pour 3180 jardins au total. Toute proportion gardée, Sainté n’étant pas en Île-de-France, ces terrains restent malgré tout sous la pression immobilière, la Ville pouvant à loisir modifier son Plan Local d’Urbanisme et rendre constructible des terrains qu’elle ne fait que prêter. Nombre de sections de jardins autrefois situées en centre-ville ou très proches ont petit à petit disparu, le déclin de la surface totale ayant commencé suite à la Seconde Guerre et à la multiplication des zones pavillonnaires.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Tout doit disparaitre !!

Dimanche 1er avril 2018 à l’Ancienne Comédie (Dedans & Dehors)
De 15h à Minuit – Prix libre
Petite restauration et bar sur place


Saint-Étienne et alentours Ça Roule   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

De la soupe au local ça roule !

Soupe à prix libre vendredi 1er décembre 2017, 18h, à ça roule
A partir de ce vendredi, des légumes paysans seront déposés chaque semaine au local ça roule (15 rue Georges Dupré, rue de la friterie) et seront disponibles à prix libre pendant les horaires d’ouverture du local. Vendredi sera donc l’occasion de goûter ces légumes en soupe et de rencontrer les producteurs !


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Dix manches / deux pioches

Marre des dimanches ennuyeux ?
Alors si ça te branche, amène tes jeux.
Et viens partager un après-midi rempli de cartes, de dés et de plateaux en tous genres !
Goûter partagé : amène ton gâteau et tu gagnes en cas d’ex aequo !


A la une...

CONSOMMATION - GLOBALISATION
Conditionnement toxique  

Nous oublions trop souvent que nos points de vue varient selon les situations, notre histoire et notre culture. Si notre mode de vie influe sur nos perceptions, voir d’une certaine façon crée sa propre réalité. Nous survivons sous influence d’un système qui formate nos conditions d’existences.


REPRESSION - PRISON
Projection du film « Faites sortir l’accusé, histoire d’un prisonnier longue peine »  

Projection du film « faites sortir l’accusé » de PeG, en présence du réalisateur au Méliès Saint-François, lundi 1er octobre. Une histoire d’amour et d’amitiés qui dévoile une partie de l’implacable machine judiciaire. Une plongée anti-spectaculaire dans le temps infini des longues peines.


MOBILISATIONS - LUTTES
Loi Travail : la répression continue  

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Le 22 septembre, toutes et tous à la Talaudière !  

Rassemblement contre l’A45 et son monde à La Talaudière le 22 septembre 2018.
La bataille contre l’autoroute A45, cette deuxième autoroute entre Brignais (Rhône) et La Fouillouse (Loire), payante et parallèle à l’autoroute existante, n’est pas finie : à nous d’obtenir son abandon définitif.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pub Belle la Ville ?  

Mercredi 5 septembre, place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne, un panneau publicitaire a retrouvé sa fonction d’affichage public. Le message commercial d’une agence d’assurances est en partie recouvert d’une affiche appelant à donner de la place à la culture plutôt qu’à la publicité.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
[Cluny] Salon des éditions libertaires  

Salon du livre liber­taire les samedi 29 et diman­che 30 ­sep­tem­bre 2018 à la salle des Griottons à Cluny.


MEMOIRE
Une Mine autogérée à Saint-Étienne... en 1891 !  

Inaugurée en 1891, la Mine aux mineurs de Monthieu dura jusqu’en 1908. Elle eut une vie agitée, secouée par de nombreux procès, et même une grève ! Et pourtant elle réussit à faire vivre, pendant plus de dix ans, entre 70 et 100 mineurs. Cette expérience, avec son histoire mouvementée et contrastée, peut être utile aujourd’hui encore, comme elle le fut à la fin du XIXe siècle.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Camping itinérant PASSAMONTAGNA Du 19 au 23 septembre 2018  

Cinq jours pour partager des réflexions, expériences et pratiques de lutte contre les frontières et les États qui les ont créées.
Le dispositif frontalier est beaucoup plus qu’une ligne imaginaire. C’est un système de contrôle qui sélectionne et divise, qui s’ouvre et se ferme selon les nécessités économiques et politiques.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Chère, très chère école privée !  

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


LOGEMENT - SQUAT
Squats et Loi Elan, une mise au point  

Petite mise au point sur la Loi Elan qui nous pend au nez.
Elle entraine de multiples modifications dégueulasses sur la question du logement dont une sur les squats.