International   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Portraits de la jeunesse palestinienne en lutte

Traduction d’un article du site The Electronic Intifada du 28 janvier 2016
Article original : Portraits of Palestine’s youth rebellion
Photographies par le collectif activestills
Voir aussi l’article : Conférence - débat sur la Palestine avec Muhammad Mustafa


Personne ne nous organise. On ne veut dépendre de personne, ni qu’il soit question d’argent. Il vaut mieux être indépendant".

Est du camp de réfugiés d’Al Bureij, bande de Gaza.

Depuis presque quatre mois, les manifestations populaires, les violences et les troubles secouent la Cisjordanie occupée et la bande de Gaza, menant certains commentateurs à parler de troisième intifada ou de révolte. Elle est principalement menée par la jeunesse insoumise, fatiguée des négociations interminables et clairement inutiles de l’autorité palestinienne avec Israël qui n’ont mené ni à la fin de l’occupation militaire d’Israël ni à la fin de l’extension des colonies illégales.

C’est notre territoire. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour le libérer de l’occupation.

dit Mahmoud, 26 ans, du camp de réfugiés Al Azzeh à Bethléem, en Cisjordanie.

Mahmoud (pseudonyme, Israël arrête trop fréquemment les manifestants) participe régulièrement aux manifestations contre l’occupation militaire. Manifestations au cours desquelles, les jeunes affrontent les forces israéliennes avec des pierres et, plus rarement, avec des cocktails Molotov tandis que l’armée les réprime à coups de gaz lacrymogènes, de tirs de billes d’acier recouvertes de caoutchouc et de balles réelles.

Depuis début octobre, et la recrudescence des affrontements avec l’occupation, plus de 160 palestiniens et une vingtaine d’israéliens ont été tués. Un groupe de contrôle des nations unies a enregistré une moyenne hebdomadaire de 1000 palestiniens blessés par l’armée sur le dernier trimestre de 2015.

Environ un tiers des morts palestiniens et de nombreux blessés l’ont été par balles réelles dans des manifestations ou autour.

Les risques

Les jeunes qui se confrontent à l’armée israélienne sont tous bien conscients des risques encourus. Mahmoud explique :

Pendant les affrontements, les sentiments sont mitigés. Parfois, tu as peur de mourir. Mais ça fait aussi du bien d’exprimer sa colère. Je suis marié et j’ai deux enfants. La nuit, je pense à eux, à ce qu’ils deviendraient si je ne revenais pas. Mais pendant les affrontements, j’essaye de ne pas y penser.

Les manifestations sont menées par les jeunes, et non pas par des partis politiques.

Khaled (aussi un pseudonyme), 21 ans, étudiant de la région de Ramallah dit de l’autorité palestinienne qu’elle a pour seul rôle de tenter de les arrêter :

Son rôle est de nous décourager. Elle ne nous soutient pas du tout.

Une frustration palpable

Leur frustration, palpable, a suscité des débats parmi les analystes et les journalistes qui se demandent si on peut utiliser le terme de troisième intifada, alors que les jeunes ne semblent pas accorder d’importance à une désignation :

Première intifada, deuxième intifada, peu importe. L’intifada est liée à l’occupation, et elle va se poursuivre. C’est un processus en cours.

explique Mahmoud.

Les photos qui illustrent cet article ont été prises lors de manifestations dans la bande de Gaza et en Cisjordanie occupée pendant ces quatre derniers mois. Les citations sont tirées d’interviews de deux jeunes palestiniens qui n’apparaissent pas sur les photos.

Photographies par les photographes du collectif Activestills : Anne Pq à Bethléem, Ezz Al-Zanoon dans la bande de Gaza, Mohannad Darabee dans la région de Ramallah, Oren Ziv à Bethléem et dans la région de Ramallah. Retouche numérique par Shiraz Grinbaum.
Activestills est un collectif indépendant basé en Palestine/israël qui se sert de la photo comme outil de lutte sociale et politique.

On est là pour montrer à l’occupant que nous ne les accepterons pas. Nous ne vivrons pas en paix avec eux et nous continuerons à résister jusqu’à ce qu’ils s’en aillent.

Bethléem

Quiconque vient ici sait qu’il peut être arrêté, blessé ou tué. Mais finalement, je ne pense pas que qui que ce soit ait peur.

Nord de Ramallah, près de la colonie de Beit El.

N’importe qui, un temps soit peu rationnel, sait qu’il ne va pas abîmer une jeep militaire ou tuer un soldat en jetant des pierres, mais nous le faisons pour leur montrer qu’ils sont nos ennemis.

Nord de Ramallah, près de la colonie de Beit El.

Bethléem

Ils balancent beaucoup de bombes lacrymogènes dans le camp pour que les familles là-bas nous demandent d’arrêter. Mais les familles le comprennent, elles nous soutiennent et s’occupent de nous.

Bethléem

Bande de Gaza, à l’est du camp de réfugiés de Al-Bureij

On cache nos visages parce que [sinon] l’autorité d’occupation risque de nous arrêter. On craint aussi notre propre autorité [palestinienne] qui peut tout autant nous arrêter.

Bethléem

Les accords [de paix] n’ont rien amené. Les générations précédentes auraient dû les changer. On peut dire que notre rôle est de refuser ces accords. Nous sommes contre parce qu’ils ne nous apportent, à nous comme à notre pays, rien de bon.

Nord de Ramallah, près de la colonie de Beit El.

Nord de Ramallah, près de la colonie de Beit El.

Bethléem

« C’est très tendu en ce moment. On voit les vidéos de femmes de Al-Aqsa qui ne peuvent pas y entrer. L’occupation veut prendre Al-Aqsa. Pourquoi les juifs peuvent-ils y entrer et pas moi ? C’est à seulement dix kilomètres d’ici, et je n’ai pas pu mettre les pieds à Jérusalem depuis 2008. » Bethléem

« La nuit, autour de 1 heure du matin, l’armée israélienne débarque et arrête des hommes. Ils menacent aussi les familles de détruire leurs maisons si leurs fils continuent à aller jeter des pierres. » Bethléem

La garde présidentielle (de l’autorité palestinienne) s’oppose à nous. On a eu une altercation avec eux, ils étaient un peu gênés. Ils nous ont ensuite dit qu’ils ne resteraient qu’une heure et qu’après on pourrait revenir, mais on a refusé de partir et on a continué. » Bethléem

Bande de Gaza, à l’est du camp de réfugiés de Al-Bureij

« Ce territoire est à tout le monde, pas seulement aux hommes. Bien sûr que les femmes peuvent participer aux affrontements. » Bethléem

Bethléem

« L’autorité palestinienne existe en accord avec Israël. Elle n’existe que pour rassurer Israël. Ils travaillent main dans la main avec l’armée israélienne. En Cisjordanie, personne ne les aime. » Bethléem

Bande de Gaza, à l’est du camp de réfugiés de Al-Bureij

« Nos familles essayent parfois de nous dissuader et de nous faire rester à la maison. Mais, comme dans toutes les familles, il y a quelqu’un qui s’est fait arrêter ou tuer, c’est aussi la honte d’empêcher son fils d’aller aux affrontements. Ma mère me demande de revenir après une heure, juste pour s’assurer que je vais bien. » Bethléem

Jeune palestinien portant un t-shirt avec l’inscription hashtag « Bahamish » à Bethléem. « Certains crient « Bahamish » aux soldats . Cela veut dire « c’est bon » « peu importe ». Mais s’ils nous tuent, ce n’est pas « Bahamish », c’est important ».

« La résistance a commencé il y a 100 ans. J’espère qu’on va gagner notre liberté et retourner à nos villages. Il y a un avenir pour la Palestine. Mais il n’y a pas d’avenir avec l’occupation. » Bethléem


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Rassemblement pour la Paix ! - Saint-Étienne

Dans le cadre de la Journée Internationale de la Paix, afin de célébrer cette date, et de s’unir pour exiger la paix et l’arrêt des interventions et guerres impérialistes, Rassemblement le Samedi 23 à 10h, Place du Peuple, à l’appel de la JC Loire, du PCF Saint-Etienne, de l’Association France-Palestine Solidarité, et de BDS 42.




Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Palestine - AFPS

PALESTINE, Enfances volées
Un documentaire réalisé par Danièle Laurier (40 mn)
Six enfants de Beit Umar, de Halhul, de Bil’in, de Jenin et de la Vallée du Jourdain ressemblent à nos enfants : ils rient, pleurent, jouent, mais, chaque jour ils affrontent ce déséquilibre, cette tension intense, une douleur diffuse face à l’occupation israélienne.
Mercredi 28 juin à 19H , au Centre Social du Babet




Saint-Étienne et alentours   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Palestine - Gaza

Rencontre Jeudi 22 juin 2017 au ciné Chaplin de Rive-de-Gier. Soirée-débat pour se plonger dans la vie à GAZA, pour échanger sur l’actualité en PALESTINE, croire en un avenir de Justice et de Paix...




International   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Tournée sur la situation au Vénézuela, en soutien au portail Contrapoder, La Libertaria et Indymedia Venezuela.

Une tournée en France, de juin à septembre, pour présenter des vidéos et débats sur l’Arco Minero del Orinoco du Vénézuela (plan de minerie gouvernemental), et collecter des fonds pour acheter un serveur et un vieux ciné dans les Andes Vénézuelienne pour créer l’ Ateneo Museo Autonomo “La Libertaria”.
En recherche de dates




International   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Journée internationale de soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim

Un appel a été lancé pour une journée internationale de grève de la faim ce jeudi 25 mai, étant donné la situation des prisonniers palestiniens qui sont en danger de mort, à leur 36ème jour de grève de la faim.
SAINT-ÉTIENNE : de 9h00 à 20h00, Place du Peuple




International   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Appel depuis le Venezuela aux anarchistes d’Amérique latine et du monde : La solidarité est beaucoup plus qu’une parole écrite

Nous nous adressons à tous les organes d’expression du mouvement libertaire, en particulier ceux de notre continent, non seulement pour attirer votre attention sur la situation que nous vivons au Venezuela depuis avril 2017, mais sur ce qui est pour nous une urgence, c’est-à-dire faire en sorte que l’anarchisme au niveau international s’exprime plus fortement en ces dramatiques circonstances, avec des attitudes et des actions cohérentes par rapport à ce qu’a été la prédication et la pratique de l’idéal anarchiste durant son parcours historique.




Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Projection : "Derrière les Fronts" à Montbrison

Projection d’un documentaire lundi 15 Mai à 20h au Cinéma Rex de Montbrison, coorganisée par l’AFPS Saint Etienne et BDS, sur les conséquences invisibles de la colonisation




International   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Venue en France depuis le Vénézuela

Je serais en France du 6 juin au 1 septembre de cette année. Je bosserai et ferai des projections/débats sur la situation du Vénézuela et le mouvement anarchiste vénézuelien afin de collecter des fonds pour acheter un serveur qui restera connecté en France et soutenir l’achat d’un vieux ciné pour en faire un Centre Culturel Libertaire dans les Andes.




Saint-Étienne et alentours La dérive   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

"Contre l’apartheid israélien, pour la défense de la population palestinienne en cage"

Conférence débat organisée par l’équipe bibliothèque de la Dérive vendredi 14 avril 2017 à 20h.
Après avoir abordé le thème du sionisme, Pierre Stambul et Sarah Katz poursuivront, en images, par un point sur la situation à Gaza où ils se sont rendus récemment




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

De retour du Kurdistan

Samedi 25 Mars 2017 à 18h à la Gueule Noire
Nous sommes des militant-e-s lyonnais-e-s et stéphanois-e-s qui tentons de soutenir tant que faire se peut les luttes en Turquie et le mouvement kurde. Lors d’un voyage en Anatolie, et au Bakur notamment, nous avons rencontré des camarades qui tentent par leurs initiatives de résister à l’oppression de l’État, de la police et de l’armée turques. Ils et elles nous ont livré leurs réflexions, leurs doutes, et leurs projets.
Nous vous proposons de venir partager une discussion et un repas avec nous, et si le cœur vous en dit de rester assister à une projection.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Gala de boxe et soirée "Soul Train" en soutien a Georges Ibrahim Abdallah  

Le 21 octobre, nous vous invitons à un gala de boxe (boxe anglaise, pieds poings, MMA) regroupant des équipes de St-Étienne, Lyon, Marseille, Paris, Grenoble, Berlin, etc ... Suivie d’un Sound Système "Soul Train" (Dj Spyderman from St-Cham) et d’une Boum All Night Long.
Cette soirée sera en soutien a Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste arabe, combattant pour la libération de la Palestine, détenu en France depuis près de 34 ans. L’argent collecté en soutien servira aux mandats pour cantiner afin d’améliorer son quotidien.

Mise à jour le 20/10 : Attention, cet événement est annulé suite à un arrêté préfectoral, plus d’infos bientôt sur https://rebellyon.info/.

EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Ateliéphémère  

L’ateliéphémère est un atelier d’entraide autour de la réparation d’objets divers : informatique, électroménager, jouet, machine à coudre, matériel son et vidéo...
Programme décembre 2017 / janvier 2018


MOBILISATIONS - LUTTES
"Non". S’opposer aux grands projets d’aménagement. Ne pas proposer "d’alternatives".  

Cette brochure est la retranscription d’une discussion autour des sujets suivants : pourquoi et comment s’opposer aux grands projets d’aménagement ? Quelles difficultés rencontrons-nous avec la notion "d’alternatives" ? Pourquoi ne pas en proposer ?
Discussion croisée entre opposant.es à l’A45 (Auvergne-Rhône-Alpes), camarades de l’Amassada (Aveyron), et occupant.es de la forêt de Roybon (Isère).


SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
Projection et discussion avec la Confédération Paysanne de la Loire  

La CNT 42 propose une discussion avec la Confédération Paysanne de la Loire ouverte à toutes les personnes intéressées autour du film : "Bernard Lambert, Paysan et Rebelle" de Christian Rouaud
Quelles luttes communes ? C’est nous qui travaillons c’est nous qui décidons. La CNT est engagée pour un autre futur.


REPRESSION - PRISON
Journée de soutien des anti-G20 de Hambourg  

Face au capitalisme et à tous ses effets néfastes, des personnes se mobilisent. Du 6 au 9 juillet 2017 se tenait à Hambourg le sommet des vingt plus grandes puissances mondiales. En réponse à cela les organisations progressistes ont organisé un contre sommet et des manifestations au cours desquelles la police allemande - bras armé des États représentés au G20 - a fait preuve d’un déchaînement de violences à l’encontre des manifestant-e-s, des journalistes et même des avocat-e-s.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La condition des agriculteurs : rencontres contre la normalisation  

Le 20 mai 2017, un agriculteur qui refusait de se soumettre aux contrôles harcelants de l’administration a été abattu par les gendarmes. A la suite de ce meurtre dégouttant, un collectif s’est monté pour combattre l’hyper-normalisation de nos vies et de celles des agriculteurices en particulier. Des rencontres nationales autour de ce sujet auront lieu les 28 et 29 octobre prochain dans notre région.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
A45, pétition bidon !  

Non content d’étaler partout sa belle pétition, Perdriau cherche à imposer aux personnels des collectivités locales de signer et de soutenir son combat d’arrière-garde...


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Lettre ouverte sur la situation des familles Rroms à Saint-Étienne  

Je vous adresse cette lettre car la presse locale reste sourde à nos multiples messages concernant les familles Rroms à la rue. Les services municipaux du Centre communal d’action sociale refusent de façon quasi systématique d’accorder de les domicilier – clef qui leur ouvre quelques droits – et ceci en contradiction avec tous les textes réglementaires. Sans que le préfet qui a pourtant autorité en la matière ne lève le petit doigt.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Aurillac 2017 : Appel à témoignages  

En août 2016, les participant.e.s du festival d’art de rue d’Aurillac ont pu constater une augmentation de la présence policière, absurdement justifiée par "l’état d’urgence". Pour entrer dans le centre-ville, il fallait subir des fouilles de sac voire au corps, et il était interdit d’avoir des objets en verre ou de l’alcool, alors même que des boissons alcoolisées étaient vendues partout dans l’enceinte du festival. Suite à ces mesures et à un certain nombre de provocations, une manif a éclaté, qui a conduit à plusieurs gardes à vue.
Plus récemment, l’édition 2017 a été le théâtre d’une surveillance policière moins agressive mais tout aussi pesante.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Clermont-Ferrand - Sommet de l’Élevage : une opposition qui dérange  

Du 4 au 6 octobre 2017 se tiendra à Clermont-Ferrand la 26ème édition du Sommet de l’Élevage, un contre-sommet est organisé malgré l’opposition des pouvoirs locaux.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Les mille maux de l’enseignement du français aux étrangers  

L’enseignement du français aux personnes étrangères pâtit des contradictions de l’État, du jeu de la concurrence et des discriminations, au détriment bien souvent des personnes auquel il est censé être destiné : retour sur une politique pleine d’arrière-pensées avec des militant.es de l’association Alpha.