Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Pour la fermeture des mitards


|

Près de 80 000 hommes et femmes sont enfermés dans les prisons françaises, soumis à une peine de prison. Combien parmi ces hommes et femmes sont en plus punis dans les quartiers disciplinaires (QD), les sinistres « mitards » pour quelques jours voire pour plusieurs mois ?


Du mitard de la sinistre prison de Toul, dans les années 60, d’où les prisonniers étaient battus, attachés, affamés par l’administatration par son directeur et ses gardiens à celui de Seysses, où en avril 2018, l’équipe de surveillants responsable du QD met à mort le jeune Jawad, quasiment 50 ans se sont écoulés et rien n’a changé. 50 ans durant lesquels des matons ont éliminé physiquement des hommes et des femmes, méthodiquement et impunément. Et ce grâce au concours de la justice. Élimination physique, élimination psychologique aussi. C’est le sens de cette histoire de mitard raconté par Enriquès, ancien prisonnier. C’était en 2012 au mitard de Fresnes.

Le mitard ou l’école de l’inhumanité

J’avais 20 ans lorsque la première fois, j’ai côtoyé le mitard. C’était à Fleury-Mérogis, dix ans avant son lifting initié par Sarkozy et Rachida Dati.
Suite à une embrouille de merde avec un surveillant, j’arrive au mitard pour moins d’une semaine, à l’époque dans le bâtiment du D3, et je découvre en même temps que la réalité du système, l’inhumanité dans toute sa splendeur !
Je passe quant au décor dantesque, les murs nauséeux, la gamelle en métal, que le maton vous tend après qu’il ait servi des milliers de prisonniers avant vous !!!.Draps pleins de puces, hurlements psychédéliques de prisonniers souvent plus disposés à être en psychiatrie, un maton pour vingt mecs ! Si t’as mal au dent, l’attente,pour voir un dentiste c’est minimum deux jours, si t’as le malheur de frapper à la porte parce que la douleur est trop forte, on te fait attendre encore plus longtemps !!!Sans parler de toutes les histoires de tentative et de « réussite » de suicide, de tabassage par des armées de matons, etc. Telle fut ma première expérience avec le mitard. Lors d’autres incarcérations, j’ai connu le mitard d’autres prisons et à quelques détails près, ils partageaient tous ce même décor et ce même cynisme cruel des matons et l’arbitraire..
Je me rappelle à Fresnes en 2012 d’un prisonnier qui venait d’arriver au mitard. En arrivant à deux cellules de la mienne, je comprenais qu’il était fragile psychologiquement malgré une faculté de discernement quand on l’entendait parler par sa fenêtre. Ce prisonnier n’était pas au courant des sales manières du mitard. Le soir de son arrivée, à la distribution du repas, il s’est permis de rappeler au surveillant qu’il devait absolument avoir ses médocs du soir. Ce dernier promet mais n’est jamais revenu. Ne pouvant dormir sans ses médocs, il a fait du boucan toute la nuit. Le lendemain matin, il a eu l’audace, certes de manière véhémente, de rappeler au maton qui faisait l’appel, le manquement de son collègue, ce dernier vexé l’a pris en grippe ! Des insultes volaient des deux côtés (nous avions tous les oreilles collées à nos portes ) ! Plus tard dans la matinée, le maton est revenu avec cinq collègues. Quand ils sont entrés dans la cellule du prisonnier, au bruit qu’on entendait nous devinions ce qui se passait. Pour montrer notre solidarité à celui qui se faisait tabasser et pour maudire les matons , on a mis des coups de pieds, des coups de poings dans la porte. En moins de deux minutes il a été maîtrisé mais l’altercation avait duré au moins deux heures, et à travers les échanges qu’on ressent dans ces moments-là, on a compris que le médecin était passé. Ensuite, les surveillants ont refermé sa cellule alors qu’il poussait des cris entre hargne et hystérie. Et puis plus rien !!! C’est avec surprise que trois jours plus tard, la voix du détenu s’est répandue à travers la fenêtre de sa cellule. En l’écoutant, on sentait qu’il ne savait pas où il en était ! C’est nous, qui en criant lui avons rappelé la bagarre avec les matons ! Pendant qu’on lui racontait, sa voix monocorde et dérangée s’éteignait au fur et à mesure car le seul souvenir qu’il gardait de cette altercation était le moment où il essayait de se débattre pour ne pas être piqué par la seringue du médecin que les matons avaient appelé après l’avoir tabassé ! Encore, assez conscient pour comprendre que ce qu’on lui avait injecté allait peut-être avoir des effets sur lui le restant de sa vie, le détenu s’est tu et plus tard dans la journée, il provoqua une nouvelle altercation avec les surveillant qui décidèrent de l’emmener à l’hôpital service psychiatrie !! Ainsi, on abat, sans tuer !!
Je tenais à raconter cette histoire pour souligner qu’il n’est pas admissible qu’en quartier disciplinaire, le premier surveillant venu a quasiment droit de vie ou de mort sur les détenus qui subissent un système archaïque. Est-ce que c’est parce qu’à la base de toute société naissante, la Force précède le Droit qu’il faille que, par un parallélisme barbare, la peine carcérale, la Sentence précède l’Humiliation ? Je pose cette question à ceux qui croient, qui prétendent entretenir par leurs impôts des détenus censés vivre dans l’oisiveté car si vous allez dans n’importe quelle prison et France et sans doute ailleurs, vous constaterez qu’en général les condamnés se plaignent moins de la peine de prison qui leur a été infligée que des mauvais traitements qu’ils subissent une fois incarcérés.
Pour terminer, j’aimerais seulement dire que lorsque un homme ne peux pas faire confiance au système auquel il appartient, cet homme s’il est lucide et objectif réalisera qu’il est sans cesse en insécurité. Si la prison est l’école du crime, le mitard est l’université de l’inhumanité !
Henriquès

Photo : Eric BLAISE est un jeune homme, mort en novembre 2005 au quartier disciplinaire de la prison de Fleury-Mérogis, dans d’horribles conditions. A la morgue, la famille du jeune homme, avait eu le réflexe de prendre ce cliché avec un téléphone portable montrant un visage tuméfié. Après 7 ans de procédure, une ordonnance de « non lieu » a été envoyée aux parents d’Eric pour leur signifier que sa mort restera inexpliquée et qu’il n’y aura aucun coupable parmi les matons qui l’ont emmené violemment au mitard.
http://laurent-jacqua.blogs.nouvelo...


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

International   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / INFORMATIQUE - SECURITE

Raids policiers et saisie des informations bancaires des soutiens de Riseup en Europe

Mercredi 4 juillet, le collectif Riseup et son soutien financier en Europe, ZwiebelFreunde (littéralement « les amis de l’Oignon », qui soutient l’anonymat sur Internet) ont chacun publié un communiqué sur une grave opération policière. Elle s’est déroulée le 20 juin en Bavière sous prétexte de l’identification des admins d’un blog antifasciste.


Saint-Étienne et alentours Papillon   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

[Contre toutes les prisons] Emission Papillon du jeudi 7 juin 2018

Au sommaire : répression des manifestant-e-s contre la Loi Travail ; prises de paroles de prisonniers ; et encore des accidents ou morts suspectes...


A Lire ailleurs   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / REPRESSION - PRISON

Perquisitions en cours à Bure

Perquisitions en cours à Bure dans la Meuse depuis 7h ce matin du mercredi 20 Juin 2018 à l’encontre des militant’es et activistes anti-nucléaire...


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Fête de soutien aux inculpé-es de la loi travail

Printemps 2016 : de nombreuses manifestations festives, déterminées, rassemblent des centaines de personnes dans les rues de Sainté pour s’opposer à la loi travail et à son monde. Depuis, avec ses images de vidéosurveillance, ses GAV et ses convocations, la justice poursuit et condamne celles & ceux qu’elle identifie comme auteur-es d’actions. Nous vous proposons de se retrouver pour une soirée de soutien.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Contre l’isolement carcéral ! En solidarité avec Fabrice Boromée

Communiqué des opposant.es à la prison et ami.es de Fabrice Boromée, prisonnier longue peine, qui subit sans cesse et depuis trop longtemps, le harcèlement de l’administration pénitentiaire. Ne le laissons pas seul face à cet arbitraire, soutenons le... Info à faire tourner autant que possible !


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

course poursuite à la ric’... « plus un centime de sentiment »

U. circulait sur un quad à la ric’ vendredi, quand des motards ont tenté de l’intercepter. Les versions diffèrent, mais des témoignages indiquent que les motards auraient heurté le quad pour le stopper.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / REPRESSION - PRISON

Procès de 5 personnes poursuivies suite à la tentative d’ouverture d’un immeuble à Saint-Étienne

Appel à mobilisation le 14 juin à 12h30 Tribunal de Saint-Étienne pour le procès de 5 personnes poursuivies suite à la tentative d’ouverture d’un immeuble à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

[Contre toutes les prisons] Emission Papillon du jeudi 17 mai 2018

Au sommaire : mauvais traitements et violences de la pénitentiaire, absence de soins ou cachetonage, mort au mitard à Seysses.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

« Rien n’a changé à Seysses », un nouveau communiqué de prisonniers

Le SPRP a reçu un nouveau communiqué de prisonniers de la maison d’arrêt de Seysses qui dénonce le climat de peur qui règne à la maison d’arrêt et la gestion de la détention par des surveillants brutaux et une direction complice. Ils nous en disent plus sur les circonstances dans lesquelles un jeune homme s’est donné la mort le 14 avril 2018 et relatent une nouvelle tentative de suicide dans cette prison sous pression.
Nous reproduisons ici ce nouveau communiqué et assurons les prisonniers de notre solidarité. Nous restons extrêmement vigilants quant au sort qui leur est fait. Merci de le relayer le plus largement possible.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

La répression, les procès, ça continue...

Huit personnes (pas moins !) seront jugées dans un nouveau procès le 13 septembre 2018 au TGI de Saint-Étienne, pour des faits reprochés lors de manifestations contre la loi travail du printemps 2016.
Une réunion publique est proposée pour en discuter, s’organiser pour réagir : jeudi 24 mai à 18h, à la Bourse du travail (salle 66).


A la une...

CONSOMMATION - GLOBALISATION
Conditionnement toxique  

Nous oublions trop souvent que nos points de vue varient selon les situations, notre histoire et notre culture. Si notre mode de vie influe sur nos perceptions, voir d’une certaine façon crée sa propre réalité. Nous survivons sous influence d’un système qui formate nos conditions d’existences.


REPRESSION - PRISON
Projection du film « Faites sortir l’accusé, histoire d’un prisonnier longue peine »  

Projection du film « faites sortir l’accusé » de PeG, en présence du réalisateur au Méliès Saint-François, lundi 1er octobre. Une histoire d’amour et d’amitiés qui dévoile une partie de l’implacable machine judiciaire. Une plongée anti-spectaculaire dans le temps infini des longues peines.


MOBILISATIONS - LUTTES
Loi Travail : la répression continue  

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Le 22 septembre, toutes et tous à la Talaudière !  

Rassemblement contre l’A45 et son monde à La Talaudière le 22 septembre 2018.
La bataille contre l’autoroute A45, cette deuxième autoroute entre Brignais (Rhône) et La Fouillouse (Loire), payante et parallèle à l’autoroute existante, n’est pas finie : à nous d’obtenir son abandon définitif.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pub Belle la Ville ?  

Mercredi 5 septembre, place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne, un panneau publicitaire a retrouvé sa fonction d’affichage public. Le message commercial d’une agence d’assurances est en partie recouvert d’une affiche appelant à donner de la place à la culture plutôt qu’à la publicité.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
[Cluny] Salon des éditions libertaires  

Salon du livre liber­taire les samedi 29 et diman­che 30 ­sep­tem­bre 2018 à la salle des Griottons à Cluny.


MEMOIRE
Une Mine autogérée à Saint-Étienne... en 1891 !  

Inaugurée en 1891, la Mine aux mineurs de Monthieu dura jusqu’en 1908. Elle eut une vie agitée, secouée par de nombreux procès, et même une grève ! Et pourtant elle réussit à faire vivre, pendant plus de dix ans, entre 70 et 100 mineurs. Cette expérience, avec son histoire mouvementée et contrastée, peut être utile aujourd’hui encore, comme elle le fut à la fin du XIXe siècle.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Camping itinérant PASSAMONTAGNA Du 19 au 23 septembre 2018  

Cinq jours pour partager des réflexions, expériences et pratiques de lutte contre les frontières et les États qui les ont créées.
Le dispositif frontalier est beaucoup plus qu’une ligne imaginaire. C’est un système de contrôle qui sélectionne et divise, qui s’ouvre et se ferme selon les nécessités économiques et politiques.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Chère, très chère école privée !  

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


LOGEMENT - SQUAT
Squats et Loi Elan, une mise au point  

Petite mise au point sur la Loi Elan qui nous pend au nez.
Elle entraine de multiples modifications dégueulasses sur la question du logement dont une sur les squats.