National   REPRESSION - PRISON

Pour la libération des prisonnier-e-s gravement malades

Lettre des prisonniers politiques basques de Moulins-Yzeure

Nous publions ci-dessous une lettre que des prisonniers de la centrale (prison pour longues peines) de Moulins nous ont demandé de faire circuler. Ils annonçaient des initiatives du Collectif de Prisonnier-e-s Politiques Basques pour demander la libération des prisonnier-e-s gravement malades.


La "loi Kouchner" de 2002 prévoit des suspensions de peine pour raisons médicales, mais elles ne sont que très rarement accordées, même lorsque des experts affirment que la situation d’une personne est incompatible avec la détention, même lorsqu’elle ne peut pas être soignée correctement en prison, même lorsqu’elle est sur le point de mourir. Ainsi, beaucoup de prisonnier-e-s meurent encore en prison, isolés. Et souvent mal soignés. Contrairement à ce qu’estiment souvent les politiques ou JAP (juge d’application des peines), ceux et celles qui sont passés par là savent très bien qu’on est souvent très mal soigné en prison, et qu’on y meurt parfois par manque de soins. Des services de soins palliatifs ont même été créés au sein d’unités hospitalières pénitentiaires afin de justifier les décisions de ne pas laisser sortir des prison des malades sur le point de mourir.

Cette mobilisation des Basques rappelle deux tristes histoires – parmi tant d’autres !- que nous avons relayées récemment* : celle de Béa, décédée d’un cancer à la prison de Rennes et celle de Rachid, décédé à la centrale de Lannemezan. Tous deux étaient dans des états de santé très graves et demandaient depuis longtemps une suspension de peine, un codétenu de Rachid avait tenté d’alerter l’opinion et de lancer une pétition.
Liberté pour les prisonnier-e-s gravement malades !
Liberté pour tous et toutes !

Depuis la prison de Moulins-Yzeure, le 14 novembre 2016,

Il y a 370 prisonnier(e)s politiques basques incarcéré(e)s en France et en Espagne. Dix d’entre eux sont très gravement malades : Josetxo Arizkuren, Garikoitz Arruarte, Inaki Etxebarria, Aitzol Gorgotza Otaegi, Ibon Iparragirre Burgoa, Jose Ramon Lopez de Abetxuko, Txus Martin, Gorka Fraile, Jagoba Codo et Ibon Fernandez Iradi.

Ce dernier incarcéré en France depuis 13 ans se trouve actuellement à la maison centrale de Lannemezan (65). Il a été condamné à 30 ans d’emprisonnement (assortis d’une peine de sûreté de 20 ans). Atteint d’une sclérose en plaques, il a fait une demande de suspension de peine en Janvier 2013. La lenteur de la procédure est à souligner. Les premiers symptômes de la maladie remontent à fin 2010, mais le diagnostic n’a été fait qu’en janvier 2013. Ibon Fernandez Iradi a dû attendre juin 2014 pour que le Tribunal d’Application des Peines se prononce contre sa sortie, malgré que durant la procédure deux médecins experts sur trois se soient prononcés sur la non compatibilité de son état de santé avec son maintien en détention. Son maintien en détention a pour conséquence une évolution plus rapide de sa maladie. Maladie qui ne peut être efficacement combattue que s’il est libéré et bénéficie de tous les soins et attention que nécessite son état de santé.

Finalement, la cour de cassation a cassé le jugement de Juin 2014. La procédure de demande de suspension de peine est ainsi relancée. Et l’espoir renaît. Une audience est prévue le 24 novembre 2016.

La volonté de la société civile au Pays Basque et de ses élu(e)s est claire. Au-delà des différences d’approches des uns et des autres, il est demandé et attendu de l’État français qu’il s’engage en faveur du processus de paix. Un jugement qui irait à l’encontre de la demande d’Ibon, non seulement irait à l’encontre des exigences humanitaires les plus élémentaires, mais encore viendrait en opposition à la demande massivement exprimée en Pays basque. Nous attendons une décision qui permette la libération immédiate d’Ibon, de façon qu’il puisse bénéficier des soins médicaux appropriés à son état de santé.

Nous demandons par ailleurs la libération immédiate de tous les prisonnier(e)s basques gravement malades. Ainsi une manifestation est prévue pour le samedi 19 novembre à Bayonne. De notre part, le collectif des Prisonnier-e-s Politiques Basques EPPK va entamer une série de mobilisations durant cette semaine, du 14 au 19 novembre, dans toutes les prisons espagnoles, françaises, portugaises, ou suisses où nous nous trouvons dispersés et prises en otage. Ici au CP de Moulins-Yzeure, nous allons refuser le repas de la prison durant cette période.

Pour avoir plus d’informations sur la situation précise de tous nos camarades gravement malades vous pouvez consulter le rapport de l’association d’aide médicale aux prisonnier-e-s JAIKI HADI que vous trouverez normalement sur internet ou bien à la page web de l’association Bagoaz ou Etxerat.

Post- scriptum de la rédaction :

Après une grande manifestation ayant réuni 2000-2500 personnes à Bayonne le 19 novembre et réclament la libération des prisonnier-e-s basques gravement malades, et plus particulièrement de Ibon, après un appel de 180 personnes du corps médical qui réclament une suspension de peine à son égard, la commission qui examinait son cas a refusé , mi-décembre, de lui accorder une suspension de peine. Voir ici.

* Pour en savoir plus :
- lettre de Béa dans le journal l’Envolée n°45 (page 40), disponible ici ou sur internet en pdf
- Lettre de Gaëtan qui parle du décès de Rachid, à écouter dans l’émission de radio l’Envolée du 25 novembre 2016, ou émission radio Papillon du 15 décembre 2016.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

La répression du mouvement contre la loi Travail continue !

Trois militant-es ayant participé au mouvement contre la loi Travail subissent eux aussi la répression judiciaire suite à leur engagement du printemps dernier. Convoqués par la police, ils ont refusé le fichage ADN et pour cela la justice s’acharne et les poursuit. Un rassemblement de soutien aura lieu le jour de leur audience : mardi 23 mai 2017 à 13h devant le Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne.




A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Tours : la manifestation du 7 mai dispersée à coups de tonfas

"En marche pour cinq ans de lutte."
Comme partout en France, plusieurs manifestations Ni Le Pen, ni Macron, ni patrie, ni patron ont eu lieu dans l’entre deux tours à Tours. Ce dimanche soir c’était derrière la banderolle "En marche pour cinq ans de lutte" que se sont réunies une centaine de manifestant·es pour une nouvelle manifestation sauvage... sauvagement réprimée...




Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Emissions papillon du 16 mars et du 6 avril 2017

Émission du 16 mars 2017 :
- Retour sur le procès de la deuxième mutinerie au Quartier Maison Centrale de la prison de Valence.
Émission du 6 avril 2017 :
- Interview de Adeline, compagne d’un des deux inculpés de la mutinerie de Valence, transféré depuis à la prison ultra sécuritaire de Condé sur Sarthe.
- Interview de Lindia dont le fils est incarcéré au centre de détention de Châteauroux, qui nous raconte ses déboires avec la matonnerie et nous raconte la situation ubuesque dans laquelle elle et son fils se retrouvent.




Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

S’évader c’est scier des barreaux et prendre le risque d’une balle dans la tête. Sûrement pas d’ouvrir un livre !

"Ça ne valait pas la peine mais ça valait le coup", 26 lettres contre la prison, écrites par Hafed Benotman et choisies par L’Envolée.
Courez chez vot’ libraire pour vous procurer le bouquin contre 12 euros ou à vot’ boîte aux lettres après avoir écrit aux Éditions du Bout de la Ville.




National   REPRESSION - PRISON

Encore un non compte-rendu du procès de la deuxième mutinerie au QMC du nouveau centre pénitencier de Valence

En l’espace de 2 mois, ce sont deux mutineries qui éclatent au QMC de Valence. Le Vendredi 10 janvier 2017 se tenait le procès de deux prisonniers accusés d’être les auteurs de la mutinerie, compte rendu...




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

TGI de Valence - Procès des deux détenus du Quartier Maison Centrale du centre pénitentiaire

Le vendredi 10 mars 2017 à 14h, deux détenus passaient à la barre du tribunal de grande instance de valence pour "dégradation et vol avec violence". Seuls les membres de leurs familles ainsi que les journalistes ont pu rentrer dans la salle d’audience. Les autres personnes présentes qui souhaitaient aussi assister au procès n’y ont pas eu accès et se sont faites charger par les flics. Bilan de l’après midi : deux personnes en garde à vue avec un procès en novembre prochain et une peine de cinq ans de prison ferme pour les deux prisonniers qui se rajoute à leur condamnation initiale.




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Malgré la répression qui s’abat, les actes de révoltes continuent d’exister.

Quelle(s) solidarité(s) pour les faire vivre, propager ?
Soirée discussion, projection, lectures autour de quelques événements récents le 12 mars 2017 au Blizart à la Chaise-Dieu (43).
L’oseille récoltée sera filée à Kaliméro, caisse de soutien aux prisonnier-es de la guerre sociale.




Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rassemblement contre la répression policière ! #2

Vendredi 10 mars 2017, 18h30, place du Peuple, Sainté.
Soyons nombreux.ses pour manifester notre soutien à tous.tes ceux.celles qui subissent la répression policière et judiciaire !! Face au renforcement des dispositifs sécuritaires et des violences d’état, face à la banalisation du racisme, il y a une nécessité de se rencontrer, de partager, et de s’organiser pour apporter une réponse.




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Contre l’A45 et la nouvelle prison, refusons les projets d’un monde plein de barreaux !

Réflexions sur les similitudes entre le projet d’une nouvelle autouroute et celui d’une nouvelle prison que l’état veut imposer dans la Loire... et les raisons de s’y opposer, pour renforcer nos luttes.




Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Insupportables, le tribunal de Valence et le Quartier maison centrale de sa prison.

Le 10 mars 2017, tous et toutes au TGI de Valence pour soutenir les prisonniers de la deuxième mutinerie du quartier maison centrale (QMC) de la prison de Valence.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Interdit(e)s de manif, unissons-nous !  

Ici nous voudrions attirer l’attention sur les interdictions de manifester, et comment y résister. Apparues dans ce mouvement à la mi-mai (à Paris pour onze personnes, à Nantes pour huit personnes et à Rennes pour une personne) les interdictions de manif sont, en réalité, des interdictions de séjour sur une zone donnée pendant une période donnée. En clair, on interdit de se rendre sur le parcours d’une manif le jour où elle a lieu.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Journée internationale de soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim  

Un appel a été lancé pour une journée internationale de grève de la faim ce jeudi 25 mai, étant donné la situation des prisonniers palestiniens qui sont en danger de mort, à leur 36ème jour de grève de la faim.
SAINT-ÉTIENNE : de 9h00 à 20h00, Place du Peuple


REPRESSION - PRISON
Quelques infos et remarques au sujet du projet de construction de la nouvelle prison dans la Loire  

"On n’humanise pas un cimetière" Top El Hadj, lors de son procès pour évasion de la Centrale de Moulins.
La maison d’arrêt de la Loire se trouve à la Talaudière, commune qui touche Saint Étienne.
Il y a 328 places "officielles" dans cette vieille taule pourrie construite en 1968, un quartier hommes, un quartier femmes, et un centre de semi-liberté (construit plus récemment). L’été dernier, un article de plus évoquait la "surpopulation", avec plus de 480 enfermé-es.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Appel depuis le Venezuela aux anarchistes d’Amérique latine et du monde : La solidarité est beaucoup plus qu’une parole écrite  

Nous nous adressons à tous les organes d’expression du mouvement libertaire, en particulier ceux de notre continent, non seulement pour attirer votre attention sur la situation que nous vivons au Venezuela depuis avril 2017, mais sur ce qui est pour nous une urgence, c’est-à-dire faire en sorte que l’anarchisme au niveau international s’exprime plus fortement en ces dramatiques circonstances, avec des attitudes et des actions cohérentes par rapport à ce qu’a été la prédication et la pratique de l’idéal anarchiste durant son parcours historique.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Festival Cultures de Rue (Round 2)  

Après-midi : ateliers stickers, graffs / démo de boxe et Muai Thai / Projection "La cultura del Bariio"
Soirée concerts avec Cartouche (Punk de Paris), Los Afilados (OI ! argentin), La Plataforma (RAP conscient de Madriz), Solid Sleep (Post Punk de Sainté) et Soul JahZ’z (Social War Mix / Sainté)
Samedi 27 mai 2017 à partir de 14h @ Ursa Minor


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Soirée RAP + Open Mic + DJ set en soutien au Femcees Fest  

Le 27 MAI 2017 à la Gueule Noire
Cette année le Femcees Fest est de retour pour la 5e session !
Toujours plus de meufs s’emparent du micro ou de diverses disciplines du Hip Hop pour s’exprimer et c’est tant mieux. En perspective fin octobre 2017, un festival de 3 jours avec des ateliers, du son, du graff, d’la danse, un état d’esprit !


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Journée "Réfugiés : bienvenue !"  

Le 20 mai 2017 à la Gueule Noire, journée "Réfugiés : bienvenue !" en soutien aux association Transport People and Care et La Maison Solidaire qui viennent en aide aux migrants, via des convois humanitaires à destination de Vintimille, Calais et où les besoins sont exprimés par les associations locales.


REPRESSION - PRISON
Relaxe pour Jann-Marc Rouillan  

Le procès en appel de Jean-Marc Rouillan a eu lieu le mardi 18 avril 2017 à la cour d’appel du tribunal de Paris.
Verdict du 16 mai : 18 mois dont 10 avec sursis !
Restons solidaires. Ne laissons pas faire !!!
(MAJ le 20/05/2017)


MOBILISATIONS - LUTTES
Ni Macron, ni Macron ! Riposte sociale !  

Retour sur le rassemblement post-électoral
20h, ... Peu de surprises. Macron est élu, ça tire la gueule au QG du FN, les drapeaux bleu-blanc-rouge sont de sortie devant la pyramide du Louvre. Ici, les camions de Gendarmerie mobile et CRS sont postés devant la prèf’ et une tripotée de bacqueux armés jusqu’aux dents sont positionnés devant la permanence du FN...


REPRESSION - PRISON
Comment se renforcer face à la police et à la justice ?  

Moment d’échange d’expériences et réflexions
Lors de mouvements de contestations, au cours de luttes auxquelles nous pouvons participer, ou dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être confronté-es aux flics, et à la justice.
Ceux-là ont pour fonction de réprimer, de faire disparaitre la déviance et la contestation... pour que chacun-e accepte le monde tel qu’il est.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Venue en France depuis le Vénézuela  

Je serais en France du 6 juin au 1 septembre de cette année. Je bosserai et ferai des projections/débats sur la situation du Vénézuela et le mouvement anarchiste vénézuelien afin de collecter des fonds pour acheter un serveur qui restera connecté en France et soutenir l’achat d’un vieux ciné pour en faire un Centre Culturel Libertaire dans les Andes.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
le compteur gazpar prend de vitesse linky  

Depuis quelques jours les habitants des quartiers Beaubrun, Tarentaize et Tardy ont reçu des courriers annonçant que les nouveaux compteurs gazpar allaient être installés prochainement. Ces compteurs sont prétendus "intelligents" car ils communiquent les données de consommation plusieurs fois par jour aux fournisseurs de gaz. Le tout en utilisant les ondes électro magnétiques. L’arrivée de gazpar sur Saint-Étienne précède le déploiement à partir de juin prochain du compteurs linky (pour l’électricité).
Ici ou là, la résistance pour des raisons économiques, de santé et contre la surveillance s’organise pour refuser ces installations.