Saint-Étienne et alentours Numero Zero   GENRES - FEMINISME / MEDIAS

Pourquoi neutraliser la langue française ?

Habituellement dans la langue française, "le masculin l’emporte". Les mots ont un sens et visibiliser le genre féminin dans la langue française, c’est combattre l’idée que le masculin serait neutre, et donc la règle.
L’invisibilisation du féminin dans le langage, c’est la même logique que l’invisibilisation des femmes – ou de toute personne non masculine – dans l’espace public et politique, dans l’Histoire, etc.


Citons un exemple très parlant : l’Académie française, cette institution, fondée en 1635, est composée de 40 membres élu’e’s par leurs collègues. Elle accordera pour la première fois une place à une femme en 1980 seulement. En 2015, elle inclut 5 femmes, soit 6 femmes en 375 ans d’histoire !

Nous souhaitons ici sensibiliser les rédactrices et rédacteurs du Numéro Zéro à ces questions, et proposer des réflexions et outils : pourquoi et comment "féminiser" ou "neutraliser" nos écrits ? Nous n’insisterons pas sur les raisons [1] de neutraliser une langue partagée par plus de 900 millions de femmes et d’hommes [2]. Nous tenterons plutôt de répondre aux critiques qui sont opposées à l’utilisation d’une langue épicène [3].

Argument typographique : c’est dur à lire

En introduction, on pourrait rappeler que la langue française comprend des mots comme beaucoup que la plupart des humains non francophones préféreraient écrire bocu ou boku. La langue française est suffisamment alambiquée pour que cet argument ne pèse pas bien lourd. Et si vous trouvez cela si affreux de lire du français neutre, vous avez dû arrêter de lire cet article depuis bien longtemps puisqu’aucun mot masculin n’a été utilisé comme norme pour un ensemble mixte.
Comme pour toute innovation révolutionnaire, cela prendra du temps de neutraliser la langue française. Mais les difficultés du début s’estomperont rapidement et deviendront des habitudes dont on ne pourra plus se passer. Il suffit d’un peu de bonne volonté.

Argument pseudo-historique : c’est de l’avant garde

Qui pense que le masculin dans la langue française a toujours été le genre neutre se trompe. On rappellera à ce propos que c’est Richelieu qui a introduit ces règles grammaticales et qu’à l’époque ça a soulevé une vive polémique au sein de l’intelligentsia féminine [4]. Le français est une langue latine qui comprend un genre neutre, et le féminin a été utilisé pendant très longtemps pour designer des généralités. La meilleure illustration reste ce dialogue entre Madame de Sévigné et Gilles Ménage :

Madame de Sévigné s’informant sur ma santé, je lui dis :
Madame, je suis enrhumé.
Je la suis aussi, me dit-elle.
Il me semble, Madame, que selon les règles de notre langue, il faudrait dire : je le suis.
Vous direz comme il vous plaira, ajouta-t-elle, mais pour moi, je croirais avoir de la barbe au menton si je disais autrement.

Argument grammatical : c’est pas Français

Eh bien non, ce n’est pas français. De ce français qui édicte des règles sexistes et manipule la novlangue. L’évolution vers une langue inclusive passe par faire du français une langue en lutte. Une langue mouvante qui parle de nos combats. Citons ici la super brochure de Maïa [5]. Elle nous dit :

J’en suis arrivée au point où la violence symbolique de ma langue maternelle, et néanmoins patriarcale, me saute aux yeux [...]. Alors je fais le choix d’arrêter de perpétuer cette dynamique sexiste (car je suis persuadée que la symbolique du langage influe sur la symbolique de la pensée) et de développer un outil égalitaire : un langage alternatif, une adaptation de ma langue avec mon combat féministe.

Et en pratique, comment on fait ?

Dans tous les cas, on évite de désigner les femmes par leur statut sexuel parce que c’est vraiment une sale habitude. On n’utilise pas Mademoiselle, on arrête de parler des filles en désignant des femmes non mariées [6]. Et on ne dit pas les Hommes pour désigner les Humains.
On essaie de remplacer les expressions sexistes ou homophobes par d’autres, par exemple :
Pétain ! à la place de Putain !,
fils de pub ! à la place de fils de pute !.
Ensuite, globalement ce que l’on essaie de faire, c’est une langue la plus neutre possible. On privilégiera les mots épicènes quand ils existent :
le lectorat plutôt que les lecteurs et les lectrices
les personnes qui m’aiment prendront le train plutôt que ceux qui m’aiment prendront le train
On fera attention tout de même à gens qui pourrait paraître neutre mais qui a une histoire tellement dégueulasse qu’il est à utiliser avec précaution. En tout cas, il n’y a pas de mot gen’s’tes ou on ne sait quoi [7].
Pour les pronoms, il est très facile de se mettre à utiliser des pronoms neutralisés tels que :

  • elleux au lieu de eux et elle,
  • Celleux au lieu de celles et ceux,
  • ielle au lieu de elle et lui,

L’intérêt de ces néologismes, c’est qu’ils s’entendent à l’oral.
Ensuite, il y a tous les noms communs qui désignent des personnes. Bon, bah là, on fait au mieux.
Quand il est compliqué de faire autrement, on peut doubler le mot :
les veuves et les veufs
toutes et tous
Quand l’ajout d’un « e » suffit, on peut mettre :

  • un tiret : libéré-e-s : facile,
  • un point : libéré.e.s : facile aussi mais ce signe a déjà beaucoup de sens dans les phrases,
  • une majuscule : libéréEs : on peut trouver ça moche et ça met le féminin sur un piédestal,
  • un point médian : libéré·e·s : demande à manipuler des caractères spéciaux.

On peut préférer l’apostrophe. Il n’a pas vraiment de sens dans la langue française si ce n’est d’effacer les genres devant des mots qui commencent par une consonne.
Comme dans je l’invite à la place de je le invite ou je la invite
Et puis parfois, l’apostrophe est mystérieuse comme dans aujourd’hui [8].
En tout cas, on évite de mettre des parenthèses qui reviendrait à mettre le genre féminin à l’écart : les inférieur(e)s.
On dirait alors :
Les manifestant’es dévalèrent le boulevard en chantant, ielles marchaient furieusement sur le Palais, ou croupissaient les Vieux et quelques Vieilles croulant’es qui se rêvaient nos chef’fes.
On pourrait aussi, petit à petit, introduire quelques mots valises qui engloberaient des foules comme
les chomeureuses,
les amateurices, par exemple.
On pourrait même aller jusqu’à des académicien·ne s, à prononcer par exemple « académicienniens ».
Si on a une énumération à faire, on peut utiliser tantôt le masculin tantôt le féminin pour représenter indifféremment les genres.
Mais surtout, notre propos ici n’est pas d’affirmer quelques règles grammaticales qui s’opposeraient légèrement à celles de l’Académie. Nous pensons que toutes les suggestions sont à compiler, enrichir, mélanger. On remarquera que les rares documentations administratives concernant la féminisation des textes se focalisent sur les modalités pour les titres et fonctions [9]. Elles proposent des choses aussi absurdes que de dire la femme-magistrat au lieu de la magistrate.
Ne tombons pas dans le panneau de systématiser des règles qui enfermeraient de nouveau notre langue dans des rapports de domination. Si on précise à chaque phrase qu’il y a des hommes et des femmes, quelle place laissons-nous à des personnes qui ne se reconnaissent ni dans l’un ou l’autre des genres ?.
Soyons créatives et inclusifs !

[1Pour plus d’informations sur le sujet, on ira lire ou feuilleter Silvia Federici, Christine Delphy, Pierre Bourdieu, Stasa Zajovic, Naomi Wolf, Alice Walker, Roya Toloui, Starhawk, Alice Schwarzer, Angela Davis, Audre Lorde, Simone de Beauvoir, Louise Michel, Rosa Luxemburg, Emma Goldman, Friedrich Engels, Voltairine de Cleyre, Olympe de Gouges, et bien d’autres encore…

[3Un mot épicène, du latin epicoenus, lui-même dérivé du grec ancien ἐπίκοινος « possédé en commun », est un mot qui n’est pas marqué du point de vue du genre grammatical et peut être employé au masculin et au féminin sans variation de forme.

[4Sur l’histoire de la langue française masculinisée, lire le bon article sur wikipedia : https://wikimonde.com/article/Féminisation

[5La brochure dont nous nous sommes largement inspiré’e’s pour écrire cet article : Comment et pourquoi féminiser le français, 2010, disponible sur http://cras31.info/... ainsi que dans tous les bons infokiosques.

[6Sur l’utilisation des mots féminins comme outil de domination et plus particulièrement sur le recours à la langue pour réduire les femmes à leur statut marital, écouter la conférence de la linguiste Anne-Marie Houdebine. http://www.dailymotion.com/video/xd.... On y apprend notamment que les mots veuve ou pucelle n’ont pas eu d’équivalents masculins pendant longtemps.

[7Le mot gens est féminin quand l’adjectif est placé devant et masculin quand l’adjectif est placé derrière. On pourrait donc le trouver neutre, mais historiquement ce mot a désigné les clans latins, qui se transmettaient de père en fils, puis les gens étaient les personnes sous un pouvoir, puis les gens de maison, etc. Donc il est vraiment à utiliser avec précaution.

[8Étrange mot que ce pléonasme du XVIème siècle, qui voulait littéralement dire le jour du jour (huis voulant dire jour à l’époque). Il intègre une apostrophe au milieu du mot afin de marquer l’élision entre les deux mots de base.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

A Lire ailleurs   GENRES - FEMINISME

Un groupe aux propos sexistes et racistes qui tourne dans nos lieux : Bonheurs Inutiles.

Une découverte musicale gerbante aujourd’hui. Un groupe de chanson française pseudo punk qui tourne visiblement partout en France, en Suisse, en Belgique, dans les bars, la rue, mais aussi et surtout dans nos endroits militants.
Ça s’appelle Bonheurs Inutiles. Outre le fait que ça n’a aucun intérêt musical, ces deux gars blancs cis hétéro ont des propos ultra misogynes et racistes et disent ainsi dénoncer la société...




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

Soirée RAP + Open Mic + DJ set en soutien au Femcees Fest

Le 27 MAI 2017 à la Gueule Noire
Cette année le Femcees Fest est de retour pour la 5e session !
Toujours plus de meufs s’emparent du micro ou de diverses disciplines du Hip Hop pour s’exprimer et c’est tant mieux. En perspective fin octobre 2017, un festival de 3 jours avec des ateliers, du son, du graff, d’la danse, un état d’esprit !




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

Do (Cl)it Yourself !!

Samedi 13 mai 2017, site Mosser à Saint-Étienne. A partir de 13h atelier entre femmes autour du clitoris (sur inscription) et discussion en la présence de Manon Labry, auteure du livre "Riot Grrrls. Chronique d’une révolution punk féministe" au Gran Lux suivis d’une soirée concerts/mixes à Ursa Minor.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

Films le 5 mai au 17 rue de la mul’

Un moment convivial en soutien femcees fest 2017
à voir, à boire, à manger, à écouter...




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRES - FEMINISME

Rassemblement de soutien aux LGBTI Tchétchènes

Pendant que des hommes homosexuels tchétchènes se font arrêter, torturer et tuer, nos représentant-es, français-es et européen-nes ne font rien.
RDV samedi 22 avril 2017 à 18h, place de l’Hôtel de ville.




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

P’tit resto antispéciste de la Gueule Noire en soutien au Femcees Fest 2017

SAMEDI 15 AVRIL 2017
12H00 : Repas vegan bio & prix libre en soutien au Femcee’s Fest




Saint-Étienne et alentours   GENRES - FEMINISME

Journée De La Visibilité Trans

Journée d’échange et de formation sur l’accès aux soins des personnes trans qui se déroulera dans les locaux d’Actis suivie de la projection du film « TANGERINE » de Sean S. Baker.
La projection sera suivie d’une discussion-débat autour de la situation des personnes trans en France, de leurs combats et de de leurs revendications.
Jeudi 6 avril, la journée à Actis, puis 20H00 au cinéma Le Méliès (Jean-Jaurès)




Saint-Étienne et alentours   GENRES - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[Conférence] "Les ouvrières à l’épreuve du féminisme et du syndicalisme"

Conférence de Fanny Gallot, mercredi 22 mars 2017, 18h, Université Jean Monnet, Saint-Étienne, campus Tréfilerie, amphithéâtre E01
Entrée libre




National   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRES - FEMINISME

Cerises & Grenades Tribune pour trois femmes révolutionnaires.

Jeudi 9 mars 2017 à 20 h au Cinéma les Amphis à Vaulx-en-Velin, dans le cadre de la Journée internationale des Droits des Femmes Organisée par le collectif des Femmes coordonné par l’Espace Projet Inter-associatif et la ville de Vaulx-en-Velin




National   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRES - FEMINISME

2ème numéro de la revue Assiégées

Revue décoloniale, nous poursuivons notre ambition de mettre au centre de la revue les racisé·e·s sous le joug du patriarcat, tout en nous inscrivant dans la lutte contre le capitalisme. Après un premier numéro autour de l’étau, la question qui traverse ce second numéro est celle de la lutte.




0 | 10 | 20 | 30 | 40
Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Couac : réunion publique pour l’élaboration du prochain numéro

Couac, journal local sur Sainté et sa région, a sorti son numéro 3. Et déjà se profile un futur numéro, pour continuer l’aventure de ce canard : enquêter et informer de manière critique sur les événements et faits locaux, sur ce qu’on ne lira pas ailleurs, le tout avec dérision... Une réunion publique est proposée pour contribuer à l’écriture du journal le mercredi 3 mai 2017 à 19h30 au bar l’Entrepots.




Saint-Étienne et alentours   MEDIAS

Soirée Sortie Hors-ligne et Couac

Soirée spéciale en présence des équipes de deux journaux stéphanois 100% papier : Couac et Hors-Ligne, qui viendra tout juste de sortir son 3ème numéro le 28 avril 2017 au Remue Méninge.
L’information, oui, mais pas n’importe laquelle !




Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soirée de présentation du n°3 du Couac

Présentation du n°3 du Couac et repas à prix libre
Le numéro 3 de Couac (journal local d’enquête critique) sort des presses cette semaine ! Nous vous proposons de se rencontrer ce vendredi 31 mars 2017 à partir de 19h au bar Le richelieu (74 rue Michelet). L’occasion de découvrir ce nouveau numéro, de partager des envies d’écriture… et un repas à prix libre.




Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Les Wauquiezeries (Couac, n°2)

À lire dans Couac n°2...

Partout, toujours. Laurent Wauquiez, l’homme aux multiples vestes rouges, à la tête de la région Auvergne–Rhône-Alpes, mais aussi vice-président des Républicains et député de Haute-Loire, ne se ménage pas. Depuis la sortie de notre numéro 1, l’homme fort de la Région se frotte à de multiples thématiques à tendance électoralistes.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Local Barré : enregistrement public de "Question de choix"

Pour le lancement du local du magazine Barré, le vendredi 3 mars 2017, l’émission "Question de choix" sera enregistrée en direct et en public entre 19h et 20h, avant sa diffusion sur Radio Dio le mercredi suivant. Celle-ci portera sur le thème des médias indépendants et verra, en plus de Dio et de Barré, la présence du journal Couac, ainsi que de Bruno Clémentin (cofondateur de "la Décroissance").




Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

[audio] Le 8 février, la "Boîte à surprises" sur Radio Dio invitait Couac

Mercredi 8 février 2017, la "Boîte à surprises" en direct sur Radio Dio, invitait quelques voix de Couac en studio. Pour une présentation du journal, un retour et approfondissement sur le numéro deux du canard local qui pince, et un petit coup de projecteur sur des luttes locales...




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Ces prochains jours en ondes, sur Radio DIO...

Radio Dio, 35 ans, toutes ses dents, et tout son mordant !
Bref programme des émissions spéciales, mensuelles ou surprises des prochaines journées.




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

[Bédothèque de Luxe] Goûter de l’édition BD et politique

La bibliothèque BD des Arts du Forez invite des éditeurs et auteurs pour un rendez-vous convivial le vendredi 17 février 2017 à partir de 17h, aux Arts du Forez (4 bd Robert Maurice - Maison des Associations, 1er étage).




Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Un canard qui pince à Saint-Étienne et sa région : le n°2 de Couac est disponible !

... Ainsi que les solutions tant attendues des mots croisés.
Le numéro 2 de Couac (journal local d’enquête critique) est disponible depuis fin décembre 2016. Où peut-on le trouver ?




Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Mais ça Couac par ici !

N°2 du journal disponible, et réunion publique pour la préparation du n°3
Le numéro 2 de Couac (journal local d’enquête critique) est disponible depuis fin décembre 2016, et d’ores et déjà nous vous proposons de se rencontrer pour l’élaboration du n°3 ce jeudi 12 janvier à partir de 18h30 au bar l’Entrepots.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
[Brochure - Zine] À l’intersection avec l’A45 #1  

Sortie il y a quelques jours, et diffusé notamment durant la marche voici intersection n°1, cette brochure compile plusieurs textes contre l’A45 :
- 1001 raisons de marcher pour que ça ne marche pas
- Le soleil à l’ombre de l’A45
- Contre l’A45 et la nouvelle prison, refusons les projets d’un monde plein de barreaux !
- Contre l’extension de la carrière de St Julien, mais pas seulement
- A45 qui fait quoi ?


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Rock against police, feuilleton radiophonique sur le 89.5  

Chaque lundi, à 12h et 19h, retrouve les six docus "Rock Against Police" sur le 89.5 : des lascars s’organisent ! : à la fin des années 70, dans un contexte de crise économique et de chômage, les expulsions de jeunes immigrés et les meurtres en banlieue, qu’ils soient commis par des flics ou des beaufs, se multiplient. Un réseau informel se constitue pour réagir en organisant une série de concerts Rock Against Police au beau milieu des cités. De 1980 à 1983, l’initiative fait tâche d’huile. Plusieurs concerts sont organisés en région parisienne, puis dans le reste de la France.


MOBILISATIONS - LUTTES
Marche contre l’A45 : le récit jour par jour  

Du 27 juin au 4 juillet, nous avons marché contre l’A45 de Saint-Étienne à Lyon. Avec lenteur et détermination, à la rencontre des habitant-es concerné-es par le tracé, en croisant les vécus, les ressentis et les avis sur ce projet. En passant par le grand rassemblement des opposant-es à St Maurice sur Dargoire, qui fut un succès. Nous avons marché aussi pour apporter notre voix, une des voix qui s’élèvent contre cette autoroute et son monde. Cette marche porte en germes notre résistance commune, qui fleurira à l’avenir. On ne lâchera rien !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Faîtes du libre  

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre


REPRESSION - PRISON
Emission Papillon du jeudi 15 juin 2017  

- Présentation du livre Ca ne valait pas la peine mais ça valait le coup, 26 lettres contre la prison par Hafed Benotman (édition du Bout de la Ville), co-fondateur de l’Envolée, disparut en 2015.
- Présentation de l’Envolée n°46
- Compte rendu du procès en appel de Romain, pour la mutinerie de Valence


REPRESSION - PRISON
Comment se renforcer face à la police et à la justice ?  

Suite à un premier rendez vous en mai, voici un deuxième moment de discussion et d’échanges. Lors de mouvements de contestations, au cours de luttes auxquelles nous pouvons participer, ou dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être confronté-es aux flics, et à la justice.
Mardi 20 juin 2017 de 19h00 à 21h30
Rdv sur le quai de la gare du clapier


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Banalités de base n°1  

Une première série de 100 aphorismes dialoguant avec des images afin d’établir une critique de l’Empire-marchand et un certain rapport au monde


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Tournée sur la situation au Vénézuela, en soutien au portail Contrapoder, La Libertaria et Indymedia Venezuela.  

Une tournée en France, de juin à septembre, pour présenter des vidéos et débats sur l’Arco Minero del Orinoco du Vénézuela (plan de minerie gouvernemental), et collecter des fonds pour acheter un serveur et un vieux ciné dans les Andes Vénézuelienne pour créer l’ Ateneo Museo Autonomo “La Libertaria”.
En recherche de dates


GENRES - FEMINISME
Soutenons le Festival afroféministe NYANSAPO !  

Soutenons la tenue du festival NYANSAPO, festival afroféministe militant à l’échelle européenne, du 28 au 30 juillet 2017 à Paris. C’est le collectif Mwasi qui organise et accueille cette première édition. C’est sans compter sur les tentatives de sabotage du festival, taxé de "communautariste" puisque proposant des espaces non-mixtes.


REPRESSION - PRISON
Ils sont en train de tuer Fabrice Boromée  

L’administration pénitentiaire veut éliminer Fabrice Boromée alors qu’il ne fait que demander un transfert en Guadeloupe pour être rapproché des siens.
Comme plus de 500 prisonniers originaires des DOM-TOM, Fabrice Boromée purge une peine en métropole, loin de ses proches. Il réclame son transfert en Guadeloupe depuis 2011.


MOBILISATIONS - LUTTES
Interdit(e)s de manif, unissons-nous !  

Ici nous voudrions attirer l’attention sur les interdictions de manifester, et comment y résister. Apparues dans ce mouvement à la mi-mai (à Paris pour onze personnes, à Nantes pour huit personnes et à Rennes pour une personne) les interdictions de manif sont, en réalité, des interdictions de séjour sur une zone donnée pendant une période donnée. En clair, on interdit de se rendre sur le parcours d’une manif le jour où elle a lieu.