Le Numéro Zéro - Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine




La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Il est évident que l’empowerment « à la française » n’est qu’une illusion pour renforcer la légitimité d’action des établissements chargés de la rénovation urbaine quand bien même ils tentent de déléguer leur projet à des acteurs locaux.
Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


Le projet Urbain Saint-Roch en quelques mots

L’EPASE a donné pour mission au collectif CoopRoch [1] regroupant un ensemble d’experts (urbanistes, architectes, sociologues...) de participer à l’élaboration d’un projet global d’aménagement incluant l’espace public et l’habitat sur le périmètre du quartier Saint-Roch. La démarche est présentée dans leur brochure de la manière suivante : « une approche innovante associant le travail de terrain et de bureau avec les participations des habitant.es, des usagers, des gestionnaires et des partenaires publics autour d’un projet commun fédérateur, cohérent et qualitatif ». Après un diagnostic de 5 mois en 2017, les travaux sont lancés début 2018.

La langue de bois : une maladie contagieuse ?

L’EPA Saint-Étienne a publié un recueil de tous les Ateliers PARticipatifs THEmatiques qui ont eu lieu dans le cadre du Projet Urbain Saint-Roch. L’objectif de la rénovation urbaine est de rendre le quartier plus attractif en offrant des « espaces et des usages adaptés aux besoins contemporains ». La notion de « confort urbain » y est forte et clairement défendue. Mais de quel confort parle-t-on et surtout pour qui ? À quels besoins contemporains les nouveaux aménagements vont répondre ? Et les besoins de qui ?
La ville de Saint-Étienne a été qualifiée comme étant la capitale des taudis (cf l’article du Monde du 08/12/14). La municipalité mise sur sa redynamisation pour la rendre plus attractive. Ces mots relevant du dictionnaire de la Langue de Bois même s’ils se présentent comme très positifs, sont peu transparents car ne dévoilent pas les réelles intentions des pouvoirs publics. Mais surtout, ils sonnent creux car, utilisés à outrance, ils sont vidés de leur substance sémantique.
Qui irait s’opposer à un « projet commun fédérateur » ? Au « bien-être » et au « confort urbain » ? Ou encore à un « quartier vivant » ou à des « espaces de respiration » ?
À travers ces termes là, l’EPASE se donne une image très encourageante, pleine de bienveillance et de bonne volonté de sorte qu’il semble difficile d’arriver à lire entre les lignes pour construire une critique qui aurait du poids. Si les aménageurs restent transparents dans leurs publications (elles sont accessibles sur leur site), ils le sont moins dans leurs intentions. Qu’entendent-ils par « besoins contemporains » ? Quel aspect veulent-ils donner à la ville ?
Si CoopRoch applaudit dans sa brochure le passage des musiciens du conservatoire, les restaurants qui ont vu le jour ces dernières années sont totalement dénigrés : « On aime bien voir passer les musiciens petits et grands avec leurs instruments, c’est agréable, sympathique, cela renvoie une image positive » opposé à « Aujourd’hui, la rue Durafour pâtit d’une image dégradée pour de multiples raisons qui se cristallisent autour de la forte concentration de restauration rapide , si bien qu’elle est identifiée petit à petit comme « la rue des Kebabs ». Cette volonté de contrôle de ce que doit être une ville ou un quartier en fonction d’intérêts politiques et économiques est déplorable.
Malgré tout, ces discours sont monnaie courante et leur élan optimiste peuvent nous désemparer plus qu’une parole franchement assumée. On aura bien compris que le destin forcé de Saint-Étienne est de devenir attractive comme sa voisine Lyon. Le budget de la ville est majoritairement consacré à des projets commerciaux et financiers. Il vise un centre des affaires imposant près de la gare, un futur centre commercial défiant toute concurrence, des quartiers qualifiés précaires rénovés pour accueillir une nouvelle population au détriment de celle existante, une biennale du design pour se donner une identité culturelle forte. Tout ceci bien entendu au préjudice du déploiement de structures d’hébergements d’urgence, de l’accueil de demandeur.euses d’asile, de l’attribution de subvention à des associations, de l’emploi de salarié.es dans les écoles, etc. Les priorités de la mairie en étroite collaboration avec l’EPASE (pour rappel le président du CA n’est autre que Gaël Perdriaux), sont évidentes. Elles se résument à passer un coup de peinture sur la ville avec une touche de vernis design. Une peinture bling bling et pleine de paillettes qui donne l’impression que la ville sera merveilleuse à l’instar des panneaux des promoteurs immobiliers placardés devant des bâtiments en construction. On y voit des enfants qui jouent, une dame qui promène son chien et des voisins qui discutent. Mais, si cette image reflète une vision du monde en total décalage avec la vie réelle, elle témoigne aussi d’une volonté de faire sa place dans un modèle capitaliste et concurrentiel entre les villes. C’est une gestion entrepreneuriale des métropoles qui s’ancre dans une vision futuriste ayant pour but de faire table rase de l’existant.

De la démocratie participative à la française

« Avec l’objectif de redynamiser l’attractivité commerciale et résidentielle du centre-ville, l’EPASE a employé des méthodes dynamiques de consultation et d’expérimentation urbaine, avec la participation active des citoyens. » (Zoom d’ici, 03/05/2017).
Afin de rendre légitime ces projets de rénovations urbaines, le recours à la participation des habitant.es est de plus en plus pratiqué. Mais qui participe à ses ateliers de réflexions ? Quelles thématiques sont proposées ? Quels outils utilise-t-on et sont-ils accessibles à toutes et tous ? Finalement que fait-on de la matière qui émerge dans ces réflexions ? CoopRoch a proposé plusieurs ateliers, appelés APARTHE, ayant pour but de réfléchir avec les habitants autour de la rénovation de leur quartier et de leur besoins. Il y en a eu 6 au total établis entre mai et octobre 2017, ils ont servi à la construction d’un « diagnostic de territoire ». Au cours d’un entretien avec une des personnes engagée dans Coop Roch, il semblerait qu’un groupe d’habitant.e.s se ferait les membres actifs représentants de l’ensemble des riverains. Or pour s’impliquer dans ce processus politique « l’individu se doit de connaître les codes, les logiques de projet et de disposer de ressources particulières tant culturelles, relationnelles qu’économiques » [2], de sorte que seulement certain.e.s y prennent part. Comme d’habitude, on imagine donc une poignée d’individus blancs, aux cheveux gris, avec du temps et des ressources, défendant leurs intérêts (proches de ceux.celles des aménageurs ?) au détriment d’autres.
Quelles thématiques sont proposées ?

« La plupart du temps les démarches de participation de proximité ne partent pas des préoccupations des gens mais de celles de l’institution qui a souvent tendance à se focaliser sur des questions d’urbanisme ou de cadre de vie. » [3]

À travers des parcours commentés du quartier, réflexion autour de cartes, de maquettes ou encore de photos pour cibler les points faibles et les points forts, plusieurs idées ont émergées. Néanmoins, « les contraintes budgétaires et techniques font que les préconisations ne pourront être intégrées dans leur ensemble ». Et Steel combien ça coûte ?

Quelles préconisations seront mises de côté ? Lesquelles seront gardées ?

Sur leur brochure, il est écrit noir sur rose : « Le présent compte-rendu a pour vocation de synthétiser – le plus fidèlement possible – les échanges et les informations recueillies. Il n’engage en rien l’ EPASE, la Ville de Saint-Étienne et la Métropole sur les orientations du projet ».
Alors pourquoi ? Malgré toute leur bonne volonté, CoopRoch et ses démarches sont-elles vraiment participatives ? Les habitant.es, usager.ères, commerçant.es ont-ils vraiment pris part à une procédure si l’on adopte la définition au sens politique de la participation ?
Inviter à participer uniquement sous cette forme, ne serait-ce pas une manière de rendre illégitime toute autre forme de prise de position qui serait en dehors du cadre bien délimité (avec ses règles, ses outils, ses thématiques) imposé par ces « expert.es du pouvoir d’agir » ? N’y a t-il pas là une pleine dépossession de la liberté des personnes dans leur réelle capacité d’action et de réflexion ?
Ces questions méritent d’être creusées car ces méthodes se répandent de plus en plus. Elles donnent l’illusion d’une prise de pouvoir or celui-ci est brimé par des règles établies au préalable et auxquelles on ne peut déroger. Les expert.es ne font que mettre la main dans un sac de nœuds et tirer les ficelles qui vont dans leur sens. Ils cherchent à rendre légitimes leurs décisions en utilisant la parole des habitant.es et en prétendant qu’elle est ainsi prise en compte par les pouvoirs publics.

[1CoopRoch : Itinéraire bis, Pauline Fargettas, Captain Ludd, Bingénierie, Novae, Rues du Développement Durable, Migraton et Images Mémorielles, Fédération Soliha.

[2Joris Danthon, « La participation citoyenne dans les projets urbains, enjeux et débats », décembre 2013, en ligne sous : https://regardssurlaville.wordpress.com/2013/12/28/la-participation-citoyenne-dans-les-projets-urbains-enjeux-et-debats/.

[3Idem.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Trombinoscope des collaborateurs du « réaménagement urbain » à Saint-Étienne

Ce trombinoscope paru dans le journal du carnaval de l’inutile de mars 2019, nous propose un petit tour d’horizon des assos de « réaménagement urbain » qui ont pignon sur rue à Sainté. Jeunes, « alter » et pleines de bonnes intentions. Nous avons ici une vue rapide sur leurs histoires, leurs projets et leurs liens avec le pouvoir municipal ou national.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...

Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des quatre ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es., qui, aux dires des Stéphanois.es interviewé.es pour cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.



Dans la thématique "URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT "

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Incroyable ! L’UNESCO décerne à la ville de Saint-Étienne le label de « ville inclusive et durable »

Ce label censé être attribué aux villes qui mettent en œuvre des politiques de lutte contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’exclusion semble vraiment usurpé pour la bonne ville de Saint-Étienne et toute l’équipe municipale du maire Gaël Perdriau. En effet, à ma connaissance ce n’est pas le domaine d’excellence de ce dernier. Il serait bon de rappeler aux inspecteurs quelques faits et actes qui viennent en complète contradiction avec l’attribution de ce label.


Informations globales   CAPITALISME - GLOBALISATION / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

[Lyon] Fête des lumières, tourisme et Métropole : débat le 22 novembre

Entre aliénation touristique, désastre écologique, marchandisation de la ville, obscurantisme... Quelle vie nous prépare la ville-entreprise ?


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’EPASE, un acteur de l’État au service du futur

L’EPASE, c’est notre établissement public d’aménagement de Saint-Étienne, avec ses logiques et modèles, et ses zones où il a planté ses griffes. Le Journal du Carnaval, publié en mars 2019 à l’occasion du carnaval de l’Inutile, nous donnait un début d’explication sur ses finalités dans un de ses articles.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Code du policier de l’espace à Saint-Étienne

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


Saint-Étienne et alentours Couac   GENRE - FEMINISME / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Ville, métropole et design : qui S.E.M le vent...

« Il convient de maîtriser l’image de la cité, de la même manière qu’on joue sur celle d’une entreprise pour influer sur sa cotation en bourse. »
Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019 sur notre métropole stéphanoise et le recours au design comme instrument de transformation de la ville.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Gentrifier Sainté ?

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2048

Courte nouvelle d’anticipation parue dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

[Radio] Joie, rage et courage - Qu’est-ce qui se trame ?

Alors qu’une troisième ligne de tramway va arriver à Saint-Étienne, retour sur les choix de construction des lignes de tramway et les projets de restructuration urbaine avec la gentrification en toile de fond. Petit exemple de lutte contre les transports payants avec les mutuelles des fraudeur-euses et les actions des R.Z. en Allemagne à la fin des années 70.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


A la une...

DROITS SOCIAUX - SANTE
Perturbons l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne  

Ce jeudi 23 janvier à 18h30 aura lieu au 29 avenue de la Libération l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne, ceci est un appel à perturber joyeusement ces festivités


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Épreuves de contrôle continu : ça bouge au lycée Honoré d’Urfé  

Lundi matin les premières épreuves de contrôle continu (E3C) devaient avoir lieu pour les lycéen.ne.s en classe de première. Les professeur.e.s ont décidé de les boycotter comme à Honoré d’Urfé. Entretien avec Estelle Tomasini du syndicat majoritaire SNES FSU.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : agenda des actions et suivi de la semaine du 20 au 26 janvier  

Actions, manifestation et rassemblement, retraite au flambeau et pique-nique... La mobilisation continue !


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
Programme des 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne : « Cent ans de communisme en France et dans la Loire »  

Dans le cadre du centenaire du Congrès de Tours, 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne organisée par le GREMMOS les 23 et 24 janvier 2020 aux archives départementales de la Loire.


MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation  

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur la journée du vendredi 10 janvier contre la réforme des retraites  

Au programme : action péage gratuit et rassemblement devant le Medef !
Aujourd’hui, c’est le 36e jour consécutif de mobilisation pour les cheminot·e·s qui sont rejoint·e·s sur leur piquet de grève à 6h du matin à la gare de Chateaucreux par des militant·e·s syndicalistes, des profs, des étudiant·e·s, des GJ et des autonomes. Au total, plus de 60 personnes prennent la route pour le péage de Veauchette. Les caméras sont détournées, les barrières relevées et les premiers sourires s’esquissent.


INFORMATIQUE - SECURITE
Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression  

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le député Jean-Michel Mis en marche pour promouvoir la reconnaissance faciale  

Après une première date à la Commission numérique de l’Assemblée nationale au mois de décembre, le député LREM Loire-Saint-Étienne, Jean-Michel Mis, organise un colloque sur la reconnaissance faciale le samedi 18 janvier 2020, à l’Amicale laïque de Chapelon.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et Sainté City  

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Débats sur la société de surveillance de masse  

Deux débats pour comprendre les enjeux de la mise en place de la société de surveillance de masse organisés par Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net - Le mercredi 8 janvier et le vendredi 7 février à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Culture, numérique et disruption sécuritaire à Saint-Étienne  

À travers un portrait d’Éric Petrotto, qui à la fois gère la Fabuleuse Cantine (un des lieux de restauration les plus « tendances » de la ville) et investit dans Serenicity (la société qui portait le projet d’installation de micros dans le quartier de Beaubrun-Tarentaize), Couac vous propose une enquête dans l’économie locale du numérique et son nouvel esprit du capitalisme.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Cartographier la surveillance  

À Saint-Étienne, difficile de circuler dans le centre ville sans être observé par Big Brother. Et en période de mouvement social, il n’est pas inutile de savoir où se situent ces yeux qui nous épient. Le site internet « Saint-Étienne sous surveillance » recense les caméras de vidéosurveillance disséminées dans la ville (estimées à 329). Entretien paru dans le Couac n°7 avec A., l’une des personnes qui en a été à l’origine, sur le contexte de sa mise en place et sa pertinence aujourd’hui.


MOBILISATIONS - LUTTES
10 jours de grève à Saint-Étienne  

Cela fait déjà 10 jours que la grève générale a débuté. 10 jours où travailleur.e.s, gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.e.s, lycéen.ne.s jeunes et bien d’autres se retrouvent chaque jour dans la rue, sur des actions, dans des rassemblements, des AG etc… Mais qu’en est-il de la mobilisation à Saint-Étienne ?
Nous vous proposons ici un récapitulatif de plusieurs actions menées et des 5 grandes dates de rassemblement (5 décembre, Acte 56 des GJ, 10 décembre, 12 décembre et Acte 57 des GJ + Mobilisation des Algériens toute la semaine.)