Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine




La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Il est évident que l’empowerment « à la française » n’est qu’une illusion pour renforcer la légitimité d’action des établissements chargés de la rénovation urbaine quand bien même ils tentent de déléguer leur projet à des acteurs locaux.
Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


Le projet Urbain Saint-Roch en quelques mots

L’EPASE a donné pour mission au collectif CoopRoch [1] regroupant un ensemble d’experts (urbanistes, architectes, sociologues...) de participer à l’élaboration d’un projet global d’aménagement incluant l’espace public et l’habitat sur le périmètre du quartier Saint-Roch. La démarche est présentée dans leur brochure de la manière suivante : « une approche innovante associant le travail de terrain et de bureau avec les participations des habitant.es, des usagers, des gestionnaires et des partenaires publics autour d’un projet commun fédérateur, cohérent et qualitatif ». Après un diagnostic de 5 mois en 2017, les travaux sont lancés début 2018.

La langue de bois : une maladie contagieuse ?

L’EPA Saint-Étienne a publié un recueil de tous les Ateliers PARticipatifs THEmatiques qui ont eu lieu dans le cadre du Projet Urbain Saint-Roch. L’objectif de la rénovation urbaine est de rendre le quartier plus attractif en offrant des « espaces et des usages adaptés aux besoins contemporains ». La notion de « confort urbain » y est forte et clairement défendue. Mais de quel confort parle-t-on et surtout pour qui ? À quels besoins contemporains les nouveaux aménagements vont répondre ? Et les besoins de qui ?
La ville de Saint-Étienne a été qualifiée comme étant la capitale des taudis (cf l’article du Monde du 08/12/14). La municipalité mise sur sa redynamisation pour la rendre plus attractive. Ces mots relevant du dictionnaire de la Langue de Bois même s’ils se présentent comme très positifs, sont peu transparents car ne dévoilent pas les réelles intentions des pouvoirs publics. Mais surtout, ils sonnent creux car, utilisés à outrance, ils sont vidés de leur substance sémantique.
Qui irait s’opposer à un « projet commun fédérateur » ? Au « bien-être » et au « confort urbain » ? Ou encore à un « quartier vivant » ou à des « espaces de respiration » ?
À travers ces termes là, l’EPASE se donne une image très encourageante, pleine de bienveillance et de bonne volonté de sorte qu’il semble difficile d’arriver à lire entre les lignes pour construire une critique qui aurait du poids. Si les aménageurs restent transparents dans leurs publications (elles sont accessibles sur leur site), ils le sont moins dans leurs intentions. Qu’entendent-ils par « besoins contemporains » ? Quel aspect veulent-ils donner à la ville ?
Si CoopRoch applaudit dans sa brochure le passage des musiciens du conservatoire, les restaurants qui ont vu le jour ces dernières années sont totalement dénigrés : « On aime bien voir passer les musiciens petits et grands avec leurs instruments, c’est agréable, sympathique, cela renvoie une image positive » opposé à « Aujourd’hui, la rue Durafour pâtit d’une image dégradée pour de multiples raisons qui se cristallisent autour de la forte concentration de restauration rapide , si bien qu’elle est identifiée petit à petit comme « la rue des Kebabs ». Cette volonté de contrôle de ce que doit être une ville ou un quartier en fonction d’intérêts politiques et économiques est déplorable.
Malgré tout, ces discours sont monnaie courante et leur élan optimiste peuvent nous désemparer plus qu’une parole franchement assumée. On aura bien compris que le destin forcé de Saint-Étienne est de devenir attractive comme sa voisine Lyon. Le budget de la ville est majoritairement consacré à des projets commerciaux et financiers. Il vise un centre des affaires imposant près de la gare, un futur centre commercial défiant toute concurrence, des quartiers qualifiés précaires rénovés pour accueillir une nouvelle population au détriment de celle existante, une biennale du design pour se donner une identité culturelle forte. Tout ceci bien entendu au préjudice du déploiement de structures d’hébergements d’urgence, de l’accueil de demandeur.euses d’asile, de l’attribution de subvention à des associations, de l’emploi de salarié.es dans les écoles, etc. Les priorités de la mairie en étroite collaboration avec l’EPASE (pour rappel le président du CA n’est autre que Gaël Perdriaux), sont évidentes. Elles se résument à passer un coup de peinture sur la ville avec une touche de vernis design. Une peinture bling bling et pleine de paillettes qui donne l’impression que la ville sera merveilleuse à l’instar des panneaux des promoteurs immobiliers placardés devant des bâtiments en construction. On y voit des enfants qui jouent, une dame qui promène son chien et des voisins qui discutent. Mais, si cette image reflète une vision du monde en total décalage avec la vie réelle, elle témoigne aussi d’une volonté de faire sa place dans un modèle capitaliste et concurrentiel entre les villes. C’est une gestion entrepreneuriale des métropoles qui s’ancre dans une vision futuriste ayant pour but de faire table rase de l’existant.

De la démocratie participative à la française

« Avec l’objectif de redynamiser l’attractivité commerciale et résidentielle du centre-ville, l’EPASE a employé des méthodes dynamiques de consultation et d’expérimentation urbaine, avec la participation active des citoyens. » (Zoom d’ici, 03/05/2017).
Afin de rendre légitime ces projets de rénovations urbaines, le recours à la participation des habitant.es est de plus en plus pratiqué. Mais qui participe à ses ateliers de réflexions ? Quelles thématiques sont proposées ? Quels outils utilise-t-on et sont-ils accessibles à toutes et tous ? Finalement que fait-on de la matière qui émerge dans ces réflexions ? CoopRoch a proposé plusieurs ateliers, appelés APARTHE, ayant pour but de réfléchir avec les habitants autour de la rénovation de leur quartier et de leur besoins. Il y en a eu 6 au total établis entre mai et octobre 2017, ils ont servi à la construction d’un « diagnostic de territoire ». Au cours d’un entretien avec une des personnes engagée dans Coop Roch, il semblerait qu’un groupe d’habitant.e.s se ferait les membres actifs représentants de l’ensemble des riverains. Or pour s’impliquer dans ce processus politique « l’individu se doit de connaître les codes, les logiques de projet et de disposer de ressources particulières tant culturelles, relationnelles qu’économiques » [2], de sorte que seulement certain.e.s y prennent part. Comme d’habitude, on imagine donc une poignée d’individus blancs, aux cheveux gris, avec du temps et des ressources, défendant leurs intérêts (proches de ceux.celles des aménageurs ?) au détriment d’autres.
Quelles thématiques sont proposées ?

« La plupart du temps les démarches de participation de proximité ne partent pas des préoccupations des gens mais de celles de l’institution qui a souvent tendance à se focaliser sur des questions d’urbanisme ou de cadre de vie. » [3]

À travers des parcours commentés du quartier, réflexion autour de cartes, de maquettes ou encore de photos pour cibler les points faibles et les points forts, plusieurs idées ont émergées. Néanmoins, « les contraintes budgétaires et techniques font que les préconisations ne pourront être intégrées dans leur ensemble ». Et Steel combien ça coûte ?

Quelles préconisations seront mises de côté ? Lesquelles seront gardées ?

Sur leur brochure, il est écrit noir sur rose : « Le présent compte-rendu a pour vocation de synthétiser – le plus fidèlement possible – les échanges et les informations recueillies. Il n’engage en rien l’ EPASE, la Ville de Saint-Étienne et la Métropole sur les orientations du projet ».
Alors pourquoi ? Malgré toute leur bonne volonté, CoopRoch et ses démarches sont-elles vraiment participatives ? Les habitant.es, usager.ères, commerçant.es ont-ils vraiment pris part à une procédure si l’on adopte la définition au sens politique de la participation ?
Inviter à participer uniquement sous cette forme, ne serait-ce pas une manière de rendre illégitime toute autre forme de prise de position qui serait en dehors du cadre bien délimité (avec ses règles, ses outils, ses thématiques) imposé par ces « expert.es du pouvoir d’agir » ? N’y a t-il pas là une pleine dépossession de la liberté des personnes dans leur réelle capacité d’action et de réflexion ?
Ces questions méritent d’être creusées car ces méthodes se répandent de plus en plus. Elles donnent l’illusion d’une prise de pouvoir or celui-ci est brimé par des règles établies au préalable et auxquelles on ne peut déroger. Les expert.es ne font que mettre la main dans un sac de nœuds et tirer les ficelles qui vont dans leur sens. Ils cherchent à rendre légitimes leurs décisions en utilisant la parole des habitant.es et en prétendant qu’elle est ainsi prise en compte par les pouvoirs publics.

[1CoopRoch : Itinéraire bis, Pauline Fargettas, Captain Ludd, Bingénierie, Novae, Rues du Développement Durable, Migraton et Images Mémorielles, Fédération Soliha.

[2Joris Danthon, « La participation citoyenne dans les projets urbains, enjeux et débats », décembre 2013, en ligne sous : https://regardssurlaville.wordpress.com/2013/12/28/la-participation-citoyenne-dans-les-projets-urbains-enjeux-et-debats/.

[3Idem.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Trombinoscope des collaborateurs du « réaménagement urbain » à Saint-Étienne

Ce trombinoscope paru dans le journal du carnaval de l’inutile de mars 2019, nous propose un petit tour d’horizon des assos de « réaménagement urbain » qui ont pignon sur rue à Sainté. Jeunes, « alter » et pleines de bonnes intentions. Nous avons ici une vue rapide sur leurs histoires, leurs projets et leurs liens avec le pouvoir municipal ou national.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...

Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des quatre ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es., qui, aux dires des Stéphanois.es interviewé.es pour cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.



Dans la thématique "URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT "

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Que sont nos quartiers devenus ? » socio-histoire des grands ensembles des quartiers Sud-Est de Saint-Étienne

Rencontre à la librairie Lune et l’Autre jeudi 2 mai à 19h avec Rachid Kaddour autour de son livre « Les grands ensembles patrimoines en devenir » : une histoire des politiques urbaines et du peuplement des grands ensembles de Beaulieu/Montchovet/La Métare (PUSE).


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Sortie du Journal du carnaval 2019 : design-on l’ennemi !

Ce journal, sorti à l’occasion du carnaval de 2019, gratte pour voir ce qui se cache derrière la marque de Saint-Étienne comme capitale du design.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2,8 millions de logements inoccupés en France et Saint Etienne n’est pas en reste

A l’abri sous les flonflons de la biennale, la mairie met des dizaines de familles et personnes à la rue. Alors que partout en France le nombre de logements vides augmente et que selon une récente étude de L’INSEE, il y a environ 13 000 logements vides à Saint-Étienne, comment le maire Pedriau peut-il encore défendre une « ville inclusive » ?
Retour en chiffres sur la soi-disant crise du logement en France et à Saint-Étienne en particulier.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Saint-Étienne, Monsieur le Préfet de la Loire et au-delà

Nous étions, ce mercredi soir, quelques dizaines de citoyens soutenant la cause des migrants et personnes sans domicile fixe à vouloir interpeller, lors de l’inauguration de la Biennale du design, nos responsables politiques et administratifs, sur les menaces d’expulsions pesant sur quelques squats de notre ville, ainsi que sur notre inquiétude de voir mises à la rue de nombreuses personnes et familles à la fin de la trêve hivernale.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design partout, Justice nulle part

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Carnaval de l’inutile

Il fut un temps, où le carnaval était le jour où les esclaves se déguisaient en roi pour se moquer des puissant.e.s. Une occasion d’inverser les rôles, de transgresser les normes établies. Pour un jour, le monde marche à l’envers ! Aujourd’hui, à Saint-Étienne, ce sont les puissant.e.s qui l’organisent – celleux-là mêmes qui relookent la ville en Capitale du design. Celleux-là mêmes qui font mourir des quartiers habités pour en construire de nouveaux aseptisés. Nous proposons plutôt un giga carnaval coloré, bruyant et indomptable !
Les 30 et 31 mars 2019, ce sera un week-end coloré, bruyant et indomptable !


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Il a du STEEL ce chantier ...

Nous relayons ici un texte paru sur Indymedia Nantes qui raconte en poésie une nuit de la Saint Sylvestre pas comme les autres dans le secteur Monthieu...


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Vous étiez filmé·e·s, vous serez bientôt écouté·e·s

Quand le fabricant d’armes Verney-Carron construit la ville sécuritaire de demain.
A Sainté, des micros dissimulés dans le mobilier urbain pour écouter la rue... mais pas d’inquiétude, la CNIL a dit oui.


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Quelles luttes dans nos montagnes ?

Samedi 2 février 2019 à 15 heures au « Jusqu’ici » à Lyon
Les États multiplient les projets permettant aux marchandises/capitaux/touristes de traverser les montagnes. Des lignes THT aux lignes TGV en passant par les tunnels autoroutiers, ces infrastructures sont imposées à grand renfort de milliards et les chantiers sont protégés par les forces de l’ordre.
En montagne, les touristes affluent du monde entier : stations de ski high tech, tourisme vert, sports extrêmes ou activités familiales permettent de bétonner à tout va la montagne, de détourner l’eau pour fabriquer de la neige artificielle...


A la une...

DROITS SOCIAUX - SANTE
Alerte rouge sur les données de santé de tou.te.s les français.e.s  

Vous ne le savez peut être pas, mais un événement majeur est en train de se jouer sur les datas santé françaises. À côté les enjeux et risques du DMP, c’est une partie de billes dans une cour de récréation. De quoi s’agit-il ?


MOBILISATIONS - LUTTES
Rassemblement contre le Revenu Universel d’Activité  

Six ateliers sont organisés actuellement dans toute la FRANCE sur le revenu universel d’activité (RUA) comprenant la fusion de tous les minimas sociaux et l’harmonisation vers le bas (Allocation logement, RSA, allocation adulte handicapé, minimum vieillesse, prime d’activité...). Il y aurait comme projet du gouvernement, entre autre, la contrepartie d’un « travail gratuit » contre versement de cette allocation.
A cette occasion, le 15 novembre 2019, le Comité CGT des travailleurs et travailleuses privé-e-s d’emploi et précaires de SAINT-ÉTIENNE organise un débat sur le revenu universel d’activité à 13h00 salle Sacco et Vanzetti à la Bourse du travail, puis un rassemblement à 15h45 devant le Centre de Congrès.


MOBILISATIONS - LUTTES
Paroles de Gilet : « Le cancer de notre monde, c’est le capitalisme »  

Le mouvement des Gilets jaunes fête bientôt son premier anniversaire et il nous a semblé intéressant de relayer les paroles des premier.e.s concerné.e.s. Celles et ceux pour qui la fièvre jaune a été impossible à négocier ! Jean est stéphanois, il commence à s’intéresser au mouvement et tout s’enchaîne : les ronds-points, les manifs mais aussi la violence policière, les contrôles, la répression, l’arrestation, le procès et au bout de la chaîne... la prison. Interview réalisée en juin 2019 à sa sortie de Fresnes et publiée dans le journal L’Envolée.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Un étudiant stéphanois s’immole devant le Crous de Lyon  

En pleine détresse sociale suite à la perte de sa bourse, un étudiant de 22 ans originaire de Saint-Étienne s’asperge d’essence et tente de s’immoler devant le bâtiment du Crous de Lyon.
"J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué en créant des incertitudes sur l’avenir de tou.te.s, j’accuse aussi Le Pen et tous les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires.
Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu."


MOBILISATIONS - LUTTES
Les gilets jaunes ont un an : appel pour un acte 53 historique !  

Un an, 52 semaines, 365 jours ! Le 16 novembre prochain, cela fera une année que ce mouvement inédit, sorti de (presque) nous aura fait sortir dans les rues tous les samedis. Depuis plusieurs semaines, ça tourne pas mal sur les réseaux sociaux. Les GJ veulent fêter ce premier anniversaires dignement. Des rendez-vous fleurissent aux quatre coins de France pour manifester, bloquer des centres commerciaux voire des villes entières, pour réoccuper les ronds-points. Saint-Étienne n’est pas en reste et des appels à manifester sont lancés pour ce 53e acte.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève  

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »


FLICAGE - SURVEILLANCE
Digital Saint-Étienne viole votre vie privée à votre insu !  

Digital Saint-Étienne est une centralisation des bases de données, une plate-forme numérique évolutive de gestion des données urbaines, le début de la smart city et d’une ville robotisée.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Enfant en situation de handicap : l’État oublie « d’inclure » les moyens  

Lundi 04 novembre, le « comité de suivi de l’école inclusive » a réuni au ministère de l’Éducation, le ministre et associations en charge de la scolarisation des enfants en situation de handicap. Si le ministre s’est jeté des fleurs en vantant les résultats supposés des réformes entreprises en la matière, la situation sur le terrain semble toute autre. Couac est allé discuter avec Taline Bouagal, AESH et représentante syndicale dans la Loire.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La bataille du logement pour tou.te.s  

Le premier novembre marquait le début de la trêve hivernale. Cela ne garantit pas pour autant à chacun-e d’être correctement abrité-e. Retrouvez ici la pétition lancée pour réclamer que tous les enfants scolarisés à Saint-Étienne soient hébergés ainsi qu’un article du Couac sur la fin de la trêve hivernale du printemps dernier et la galère qui a suivi pour les personnes à la rue, en particulier celles en situation de demande d’asile.


MEDIAS
Histoire et répression d’Indymedia Linksunten (Allemagne)  

En septembre 2017, Indymedia Linksunten était interdit par le ministère de l’Intérieur allemand, perquisitions et montage policier à l’appui. Retour sur l’histoire, le contexte, les dossiers d’enquête ainsi que sur la bataille juridique menée depuis le collectif de soutien et la legal team Freiburg EA.


ANTIFASCISME
Le Rassemblement National 42 surpris avec l’Action Française  

À Saint-Étienne, la section départementale du Rassemblement National a été surprise, vendredi 1er novembre, à accueillir en ses locaux une réunion/conférence du groupuscule royaliste d’extrême droite, déjà connue pour ses méthodes violentes et fascistes : l’Action Française !


EXPLOITATION ANIMALE
Manifestation anti-corrida à Rodilhan  

La manifestation débute par une déambulation dans cette ville qui semble désertée. Les « Basta Corrida » donnent le rythme. Au bout de quelques mètres, la marche est interrompue sur un pont à quelques pas de l’arène par une barrière anti-émeutes soutenue par un camion blindé. Les esprits s’échauffent, la colère monte. Les manifestant·e·s tapent sur les grilles pour se faire entendre, et essaient d’exercer une pression sur celles-ci. La gendarmerie bien abritée derrière leurs camions n’attend pas et commence à gazer la foule moins de 10 min plus tard. La résistance ne se fit pas attendre et des manifestant·e·s affrontent les forces de l’ordre en renvoyant les palets lacrymogènes ou en jetant des pierres.


ANTIFASCISME
Saint-Étienne ANTIFA Festival 2019 en soutien aux migrant.e.s  

Vendredi 15 et samedi 16 novembre 2019 à Ursa Minor en soutien au Collectif de Solaure en collaboration avec Les Créations du Crâne, Le Comité Antifa Stéphanois, Univers Soul, Le Collectif de Solaure, La Cantine et d’autres…


DISCRIMINATIONS - RACISME
Nan, demain j’ai piscine : fermeture des locaux d’hébergement à la Talaudière  

Demain, jeudi 31 octobre, la quarantaine de personnes qui avaient trouvé refuge depuis le mois d’avril dans le vestiaire d’une piscine désaffectée de La Talaudière mise à disposition par la Maire doivent quitter les lieux. Sans autre solution, illes iront devant les locaux de la PADA pour réclamer leur droit à l’hébergement. Soyons nombreux et nombreuses à les soutenir dans cette journée difficile !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Les grandes oreilles de Perdriau et Verney-Carron ne seront pas installées  

Suite à la mise en garde de la CNIL sur le projet d’installation de micros espions dans le quartier Tarentaize-Beaubrun, mais aussi à la lutte menée par plusieurs collectifs stéphanois, la mairie annonce qu’elle « ne mènera pas l’expérimentation des capteurs sonores envisagée au printemps dernier ».


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Démocratie « disruptée » à l’Université Jean Monnet  

Le 17 octobre dernier, se tenaient à l’Université Jean Monnet des élections en vue de renouveler différents conseils dont le Conseil d’administration, qui élit le-la président-e. Casseroles, recettes rances et plats indigestes étaient au menu. Menu dont les effluves douteuses ont inspiré cet entretien presque réel avec l’ancienne, et future, présidente – Michèle Cottier.


MOBILISATIONS - LUTTES
Nationale des Gilets Jaunes ! Un air de retrouvailles  

Ça faisait un bail qu’on avait pas vu autant de monde dans les rues un samedi à Sainté. Et ça fait plaisir ! Même si, il faut l’avouer, on est loin du nombre des décembre, janvier, février derniers... Au moment fort de la manifestation, plus de 1000 GJ de Sainté et de Navarre ont promené les forces de l’ordre tout l’après-midi et même jusqu’au début de soirée à Monthieu ! Et ce malgré le dispositif énormissime, les grenades lacrymo, les charges agressives, les tirs de LBD et les coups de matraque.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Le droit de jouer  

Samedi 19 octobre, un rassemblement était organisé pour dénoncer l’absence d’action des pouvoirs publics à Sainté face à la situation de près de 300 personnes contraintes de dormir dans les parcs, les squats ou sous les ponts. Couac s’est penché sur la situation des enfants (environ 60), qu’on semble vouloir empêcher d’accéder aux droits les plus élémentaires : dormir sous un toit, être scolarisé-e, etc.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Sortie du n°8 du Couac !  

Pour ce numéro concocté après la fin de l’été, Couac est allé mettre son nez dans les dossiers nauséabonds de la toxi-cité stéphanoise. Vous y retrouverez aussi bien sûr les habituelles brèves, divers articles sur des questions d’actualité ainsi que son inévitable grille de maux (mots) croisés. On vous propose ici, en avant-goût, l’édito et un article consacré au site de Borde-Matin – le centre de traitement de déchets de Suez situé sur la commune de Roche-la-Molière.